English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - Livre Un : PHILOSOPHIE > LIVRE UN - Chapitre 05 : La nature fait des sauts (ou le règne universel de (...) > La notion d’émergence en sciences, cela n’a rien à voir avec du (...)

La notion d’émergence en sciences, cela n’a rien à voir avec du créationnisme

lundi 25 mars 2019, par Robert Paris

La notion d’émergence en sciences, cela n’a rien à voir avec du créationnisme

L’émergence suppose non seulement une discontinuité, un saut, mais, de plus, un tel changement qualitatif tel que la nouvelle structure n’est pas une simple somme des propriétés ni des éléments de l’ancienne ou des anciennes.

Nous avons un nombre considérable d’exemples de telles émergences en sciences et je peux même dire que toutes les structures dont parlent les sciences sont émergentes.

Si elles ne l’étaient pas, il faudrait qu’elles découlent simplement d’additions ou de soustractions d’éléments à partir des anciennes.

Bien sûr, on a longtemps défendu en sciences de telles hypothèses dites réductionnistes du genre :

- l’atome est la somme du noyau et des électrons (et, en plus, des photons d’interaction)

- le noyau est la somme des protons et des neutrons (ou de quelques éléments supplémentaires comme les gluons)

- la molécule est la somme des atomes (avec les interactions entre eux)

- l’étoile est la somme des grandes masses de gaz

- la galaxie est la somme des étoiles

- l’amas de galaxies est la somme des galaxies

- le cerveau est la somme des neurones

- l’être vivant est la somme des organes et de leurs interactions

- l’ADN est la somme des gènes

- la société humaine est la somme des individus

etc, etc…

On n’en finirait pas de citer les exemples de l’ancien réductionnisme.

Tous ses anciens adages, notamment ceux précédemment cités, se sont révélés faux !

Non seulement, on a été contraints de rajouter toutes les interactions aux choses, mais les additions en question n’existent pas.

Si vous additionnez des individus, vous n’avez pas une société.

Si vous additionnez un noyau et des électrons, vous ne construisez pas un atome.

La procédure « addition » n’existe par réellement. La matière, la vie, la société n’additionnent pas.

Il y a des sauts qui ne sont pas décrits par la procédure d’addition.

Les philosophes de l’Antiquité l’avaient déjà compris.

Entre des grains de sable et un tas de sable, il y a un saut qualitatif qui n’est simplement dans le fait de chiffrer le seuil, mais dans la différence de type de réalité.

Un arbre n’est pas une addition d’un tronc, de branches et de feuilles. C’est un processus qui passe par des sauts qualitatifs et pas une addition.

Une forêt n’est pas l’addition d’un grand nombre d’arbres.

Une ville n’est pas l’addition d’un grand nombre d’habitants.

Le saut qualitatif nous pose problème mais nous sommes obligés d’admettre qu’il y a partout dans tout ce qui nous entoure.

Toute structure, qu’elle soit naturelle ou sociale, qu’elle soit matérielle ou vivante, est issue de sauts, de bonds qualitatifs.

Son apparition a été brutale, a apporté un changement considérable, n’a pas simplement mis bout à bout des propriétés ou des objets qui existaient précédemment.

Bien sûr, les scientifiques et les philosophes craignent toujours que l’on cherche à leur faire passer en douce de la camelote magique, mystique, des arnaques pseudo-scientifiques, mais ce n’est nullement le cas pour l’émergence.

La matière a émergé.

La lumière a émergé.

La vie a émergé.

L’homme a émergé.

La société humaine a émergé.

Et ce n’est pas magique, ce n’est pas divin, ce n’est pas inexplicable, ce n’est pas antiscientifique.

La nature, à toutes les échelles et dans tous les domaines, fonctionne exclusivement par sauts, des sauts quantiques aux sauts de systèmes sociaux, par révolutions, ce qui ne signifie pas qu’il y ait aucun miracle là-dedans !

Qu’est-ce que l’émergence ?

Le tout n’est pas la somme des parties…

Pourquoi la matière s’organise spontanément et de manière stable ?

Pourquoi la notion d’émergence d’organisation nous semble indispensable pour comprendre celle de structure en sciences ?

Qu’est-ce que l’émergence de la matière au sein du vide quantique ?

Le coeur, ou l’émergence de rythmes issus du désordre

Encore et à nouveau sur l’émergence…

L’émergence dans la Physique de Robert B. Laughlin

L’émergence de l’homme

Ce qui s’oppose à l’émergence, c’est le réductionnisme

L’émergence d’un au sein du désordre ou auto-organisation

Comment les interactions physiques font-elles émerger les niveaux hiérarchiques des structures matérielles ?

Le lien dialectique entre émergence d’espace-temps et émergence de matière

Emergence du Vivant

Une nouvelle forme du créationnisme : le principe anthropique

Pourquoi la notion d’émergence d’organisation nous semble indispensable pour comprendre celle de structure en sciences ?

Qu’est-ce que l’émergence de la matière au sein du vide quantique ?

La matière, émergence de structure au sein du vide

Emergence de nouvelles espèces vivantes

Emergence des structures de la matière

Le coeur, ou l’émergence de rythmes issus du désordre

Emergence de l’homme

Qu’est-ce que le réductionnisme

L’auto-organisation ou l’ordre spontanément issu du désordre

La vie, l’homme et la conscience s’opposent-ils aux lois physiques de la matière ?

What is Emergence ?

Particle of matter or emergence of structure in the vacuum

The Ways of Matter to Build New Structures

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0