English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - Livre Un : PHILOSOPHIE > LIVRE UN - Chapitre 10 : Dialectique naturelle et sociale > Lénine et la dialectique

Lénine et la dialectique

jeudi 3 janvier 2019, par Robert Paris

Ecrits de Lénine sur la dialectique

« La doctrine de Karl Marx » (1914) : LA DIALECTIQUE

« Marx et Engels voyaient dans la dialectique de Hegel, doctrine la plus vaste, la plus riche et la plus profonde de l’évolution, une immense acquisition de la philosophie classique allemande. Tout autre énoncé du principe du développement, de l’évolution, leur paraissait unilatéral, pauvre, déformant et mutilant la marche réelle de l’évolution (souvent marquée de bonds, de catastrophes, de révolutions) dans la nature et dans la société. "Marx et moi, nous fûmes sans doute à peu près seuls à sauver [de l’idéalisme, l’hégélianisme y compris] la dialectique consciente pour l’intégrer dans la conception matérialiste de la nature". "La nature est le banc d’essai de la dialectique et nous devons dire à l’honneur de la science moderne de la nature qu’elle a fourni pour ce banc d’essai une riche moisson de faits [cela a été écrit avant la découverte du radium, des électrons, de la transformation des éléments, etc.!] qui s’accroît tous les jours, en prouvant ainsi que dans la nature les choses se passent, en dernière analyse, dialectiquement et non métaphysiquement". "La grande idée fondamentale, écrit Engels, selon laquelle le monde ne doit pas être considéré comme un complexe de choses achevées, mais comme un complexe de processus où les choses, en apparence stables, tout autant que leurs reflets intellectuels dans notre cerveau, les idées, passent par un changement ininterrompu de devenir et dépérissement - cette grande idée fondamentale a, notamment depuis Hegel, pénétré si profondément dans la conscience courante qu’elle ne trouve, sous cette forme générale, presque plus de contradiction. Mais la reconnaître en paroles et l’appliquer dans la réalité, en détail, à chaque domaine soumis à l’investigation, sont deux choses différentes." "Il n’y a rien de définitif, d’absolu, de sacré devant elle [la philosophie dialectique] ; elle montre la caducité de toutes choses et en toutes choses, et rien n’existe pour elle que le processus ininterrompu du devenir et du transitoire, de l’ascension sans fin de l’inférieur au supérieur, dont elle n’est elle-même que le reflet dans le cerveau pensant." Donc, selon Marx, la dialectique est "la science des lois générales du mouvement, tant du monde extérieur que de la pensée humaine". C’est cet aspect révolutionnaire de la philosophie de Hegel que Marx adopta et développa. Le matérialisme dialectique "n’a que faire d’une philosophie placée au-dessus des autres sciences". La partie de l’ancienne philosophie qui subsiste, c’est "la doctrine de la pensée et de ses lois - la logique formelle et la dialectique". Or, dans la conception de Marx, comme dans celle de Hegel, la dialectique inclut ce que l’on appelle aujourd’hui la théorie de la connaissance ou gnoséologie, qui doit considérer son objet également au point de vue historique, en étudiant et en généralisant l’origine et le développement de la connaissance, le passage de l’ignorance à la connaissance. A notre époque, l’idée du développement, de l’évolution, a pénétré presque entièrement la conscience sociale, mais par d’autres voies que la philosophie de Hegel. Cependant, cette idée, telle que l’ont formulée Marx et Engels en s’appuyant sur Hegel, est beaucoup plus vaste et plus riche de contenu que l’idée courante de l’évolution. Un développement qui semble reproduire des stades déjà connus, mais sous une autre forme, à un degré plus élevé ("négation de la négations") ; un développement pour ainsi dire en spirale et non en ligne droite ; un développement par bonds, par catastrophes, par révolutions, "par solutions de continuités" ; la transformation de la quantité en qualité ; les impulsions internes du développement, provoquées par la contradiction, le choc des forces et tendances diverses agissant sur un corps donné, dans le cadre d’un phénomène donné ou au sein d’une société donnée ; l’interdépendance et la liaison étroite, indissoluble, de tous les aspects de chaque phénomène (et ces aspects, l’histoire en fait apparaître sans cesse de nouveaux), liaison qui détermine le processus universel du mouvement, processus unique, régi par des lois, tels sont certains des traits de la dialectique, en tarit que doctrine de l’évolution plus riche de contenu (que la doctrine usuelle). (Voir la lettre de Marx à Engels en date du 8 janvier 1868, où il se moque des "trichotomies rigides" de Stein, qu’il serait absurde de confondre avec la dialectique matérialiste.) »

« Sur la question de la dialectique » (1915)

« Résumé de la Science de la logique de Hegel » (1914)

« Empiriocritisme et matérialisme dialectique » (1908)

« Marxisme et révisionnisme » (1908)

« De certaines particularités du développement historique du marxisme » (1910)

« Ce que sont les « amis du peuple » et comment ils luttent contre les social-démocrates » (1894)

Quel est le point de vue dialectique de Lénine dans « L’Etat et la Révolution » ?

Les idées philosophiques de Lénine

Qu’est-ce que le matérialisme dialectique

Pourquoi Marx tenait-il à considérer l’économie comme une matière dialectique ?

De la pensée de Hegel à celle de Marx-Engels, une contradiction dialectique

Matérialisme dialectique, science de la révolution

Pensée dialectique et militants révolutionnaires

Lénine, le ”rapport à Hegel” ou comment penser un ”monde”

Qu’est-ce que la dialectique ?

En quoi la dialectique de Hegel est révolutionnaire ? Ceux qui veulent nous enfermer dans des contradictions diamétrales et refuser la dialectique en politique

La dialectique, c’est la vie. Penser le monde sans la dynamique des contradictions, c’est la mort....

On the Question of Dialectics

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0