English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 10 - Livre Dix : SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS > Ces organisations politiques et syndicales qui se disent du côté des (...)

Ces organisations politiques et syndicales qui se disent du côté des travailleurs et sont contre les Gilets jaunes

dimanche 30 décembre 2018

Ces organisations politiques et syndicales qui se disent du côté des travailleurs et sont contre les Gilets jaunes

Ce que les luttes syndicales n’avaient pas apporté, ce que les organisations politiques fussent-elles d’extrême gauche n’avaient pas apporté, le mouvement actuel l’amène : les travailleurs discutent comme jamais dans toutes les entreprises, ils discutent en même temps et non profession par profession, corporation par corporation, ils discutent parce que l’élément politique principal est devenu leur propre action et leur propre organisation : quand ils discutent ils décident !!!

La contradiction, c’est que les organisations qui se réclament de la classe ouvrière ne se reconnaissent nullement dans ce mouvement, sous le prétexte que l’explosion secoue tout, fait tout remonter et pas seulement des bonnes idées, des bons courants.

Ces gens-là, soi disant très organisés, n’aiment pas l’explosion, n’aiment pas l’insurrection, n’aiment pas la révolution, y compris quand ils ne cessent d’en parler !!!

La lutte des classes, ces encadreurs des travailleurs, ne sont pas pour quand les opprimés la mènent vraiment !!!

Syndicats contre Gilets jaunes

Lire aussi

Syndicat CGT contre Gilets jaunes

Syndicat SUD contre Gilets jaunes

Anarchosyndicalistes CNT contre Gilets jaunes

POI(D) de Daniel Glückstein contre Gilets jaunes

PS contre Gilets jaunes

Syndicat FO contre Gilets jaunes

Lutte ouvrière contre les Gilets jaunes

Gauches communistes contre les Gilets jaunes

NPA pas gilets jaunes

Ecologistes contre les Gilets jaunes

Syndicat CFDT contre les Gilets jaunes

Syndicat CFTC contre les Gilets jaunes

13 Messages de forum

  • En période d’effondrement du système, le réformisme devient contre-révolutionnaire…

    Répondre à ce message

  • Quasi tous les syndicats ont eu des déclarations qui reprenaient la thèse gouvernementale selon laquelle gilets jaunes signifie extrême droite !

    Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le 12 novembre, sur France Info : « Ces blocages, tout le monde a compris qu’ils sont récupérés politiquement par l’extrême droite. »

    Philippe Martinez avec les militants d’Ille-et-Vilaine réunis en congrès à Liffré  : «  Parmi les Gilets jaunes, il y a des éléments d’extrême droite. sur certains barrages des Gilets jaunes, il y a des éléments d’extrême droite qui confondent revendications et immigration .  »

    La CNT dans une déclaration de la fin novembre : « De surenchères en surenchères, l’extrême-droite et la droite extrême cherchent à tout prix à récupérer ce mouvement. »

    SUD-Solidaires : « Tout le monde a remarqué que les syndicats n’ont pas appelé à ces blocages. Pour Solidaires, et c’est un point dur, nos valeurs sont incompatibles avec les mots d’ordre racistes, sexistes et homophobes, avec l’extrême droite. »

    Répondre à ce message

  • Les syndicats continuent de se démarquer des gilets jaunes !!!

    « Nous sommes là pour défendre les intérêts des salariés et pas pour parler de démocratie participative ou des institutions », relève Emmanuel Bois, président de la FSU 30.

    Martinez de la CGT, passé derrière la CFDT, à force de faire pareil qu’elle, propose de devenir encore plus réformiste :

    "Si nous sommes passés deuxièmes, c’est parce que nous sommes parfois trop idéologiques et pas assez concrets. Nous devons redevenir le syndicat de la feuille de paie et du carreau cassé".

    A propos des gilets jaunes, Martinez continue à jouer divisions et calomnies :

    "pas possible de courir ou marcher avec eux au niveau national, car il n’y a pas d’organisation, pas de ligne..."

    "Il y a des choses à faire ensemble, à condition d’éviter des dérives racistes, antisémites, qui sont marginales mais qui existent".

    Parce que dans les syndicats les dérives ne sont pas marginales et elles ne gênent pas la CGT de Martinez pour l’unité des bureaucraties syndicales !!!

    Répondre à ce message

  • Un militant de la de la CGT interviewé sur les gilets jaunes à la manif CGT du 14 décembre : «  Nous, ça fait des années qu’on fait des cortèges pépères et qu’on n’obtient rien. »

    Et cette journée d’action pipeau, juste pour se couvrir, avait été présentée comme "la grève générale" par Besancenot !!!!

    Répondre à ce message

  • De nombreux militants de la CGT ont signé un appel publié sur le site de Libération appelant la confédération à ne « pas détourner le regard de cette colère sociale ».

    « C’est vrai que c’est compliqué en interne, mais ça l’était déjà avant, souligne un militant CGT à la manif du 14 décembre. On fait des journées d’action à répétition mais, depuis 1995, on n’a pas obtenu de victoire éclatante. Ça crée de la frustration. »

    Répondre à ce message

  • Les Gilets jaunes ont commencé à faire bouger... un seul syndicat !!!

    Solidaires se dit "disponible" pour travailler avec les gilets jaunes et les autres organisations syndicales afin d’"être plus nombreux dans les manifestations...

    C’est timide, hésitant mais cela montre que SUD aurait pu prendre cette position dès le début !

    C’est marcher à reculons !!!

    Répondre à ce message

  • FO, par contre, ne bouge pas !!!

    Ce syndicat se contente de dire que le gouvernement ne l’a pas assez entendu !!!

    Mais il n’explique pas que les gilets jaunes soient entendus, ni qu’ils posent les mêmes revendications que FO, ce qu’il prétend, sans que FO les soutienne !!!

    "Ce qui a manqué, c’est l’écoute des syndicats et le dialogue social" regrette le secrétaire général de FO !!!

    Répondre à ce message

  • Ces organisations ont calomnié et combattu le début du mouvement et le pénètrent maintenant en douce avec le but de le diriger discrètement. SUD s’en cache à peine. L’extrême gauche aussi. Ils espèrent remettre dans le coup des syndicats qui ont été mis à l’écart.

    Répondre à ce message

  • Par ci par là des syndicats rejoignent les gilets jaunes mais, dans les entreprises ces mêmes syndicats se gardent bien de faire rejoindre les mouvements grévistes et les gilets jaunes et même il n’existe aucun syndicat qui forme des comités de gilets jaunes dans les entreprises.

    Il faut donc rester très méfiants à l’égard des appareils réformistes !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre, Martinez de la CGT affirmait que « La CGT ne peut pas défiler aux côtés de ce genre d’individus ». Depuis, il a montré qu’elle a pu le faire…à reculons !!! Défiler à reculons, belle marche en arrière !!!

    Depuis, il y a eu de nombreux militants et syndiqués qui ont vertement protesté et une lettre ouverte de cadres CGT proclamait : "Nous devons investir la mobilisation en cours et chercher des convergences, pas seulement dans le discours mais en l’organisant réellement, pressaient-ils. C’est entièrement et dès maintenant que nous devons être aux côtés des gilets jaunes, en prenant en compte la dynamique réelle du mouvement."

    Même pressée par sa base, la CGT de Martinez reste complètement à côté de la démocratie des ronds-points et ne « converge » que pour des « journées d’action » qui sont encore plus clairement inactives depuis que les gilets jaunes ont montré ce qu’est l’action directe !!!

    Répondre à ce message

  • Un syndicat a carrément, en pleine mobilisation sociale des plus démunis contre les impôts sur le revenus et contre les impôts indirects et taxes, diffusé dans les entreprises un quatre pages d’argumentations en faveur de… l’impôt !!! Selon ce syndicat, il faut non seulement défendre l’impôt mais le salariat ! Malheur : ce syndicat n’est pas la CFDT, n’est pas FO, n’est pas la CGC, n’est pas SUD et c’est… la CGT ! Eh bien, les anciens fondateurs anarchosyndicalistes de la CGT qui clamaient la fin du salariat-esclavage et « l’impôt n’opprime que le pauvre » doivent se retourner dans leurs tombes : leurs successeurs ont complètement renié l’héritage ! Rappelons seulement que l’impôt sur le revenu en France à été décrété suite à la déclaration de la première guerre mondiale, pour financer la course aux armements ! Pas pour financer les services publics et qu’actuellement il sert essentiellement à financer le capital privé et les guerres aux quatre coins du monde. Les peuples irakien, syrien, afghan, ivoirien, centrafricain, malien et libyen disent merci à l’impôt français pour avoir permis de financer les bombardement français qui leur ont fait perdre définitivement leur maison, leur école, leurs services publics et… leur vie ! Et merci encore à la direction de la CGT de défendre, contre les Gilets jaunes, les impôts de notre grande bourgeoisie française !

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0