English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 0- Le point de vue du révolutionnaire Barta sur la guerre et l’après-guerre > Qui a assassiné Mathieu Bucholz ?

Qui a assassiné Mathieu Bucholz ?

mardi 13 octobre 2009, par Robert Paris

11 septembre 1944 : Assassinat de Mathieu Bucholz dit Pamp

Mathieu Bucholz adhéra fin 1941 au petit groupe trotskyste constitué autour de David Korner dit Barta.

Le journal « La Lutte de Classes » de l’Union Communiste (Trotskyste) dira de lui : « C’est à lui que notre organisation doit son premier développement. C’est lui qui a organisé notre service de sabotage du STO qui servit sous l’occupation à de nombreux travailleurs. Ce fut lui le recruteur et l’éducateur de nos premiers cadres ». (La Lutte de Classes, nº 67, 18 septembre 1946).

Il fut enlevé et assassiné par les staliniens le 11 septembre 1944.

Nous reproduisons ci-dessous les articles publiés dans la Lutte de Classes n° 67 du 18 septembre 1946 en hommage à Pamp

Pamp ou Mathieu Bucholz

APPEL A TOUS !

Presque quotidiennement, l’organe central des Staliniens, L’Humanité, dénonce les miliciens « hitléro-trotskystes au service de l’étranger ».

Il est grand temps, de la part de toutes les tendances révolutionnaires, de commencer une offensive vigoureuse (et non pas de simples protestations verbales) contre ces calomnies, qui servent de principal argument politique aux chefs staliniens pour lutter contre les tendances révolutionnaires.

Car elles sont utilisées en même temps, à l’insu des militants du rang du PCF pour s’attaquer physiquement aux militants révolutionnaires et à l’occasion LES ASSASSINER. C’est ainsi que, sous ce prétexte, il y a deux ans, le 11 Septembre 1944, Mathieu Bucholz, membre de notre organisation, était enlevé et « liquidé » sur l’ordre de responsables staliniens, après avoir été torturé.

AU SERVICE DE QUI BUCHOLZ ETAIT-IL ?

Il existe à ce sujet des dizaines et des dizaines de témoignages, de tous les milieux, à l’aide desquels on peut vérifier, jusque dans ses moindres détails, son activité militante depuis son début, en 1942, jusqu’au moment de son assassinat.

Mais le procès que sa famille a essayé d’intenter pour découvrir les assassins, s’est heurté au double obstacle des entraves (disparition de dossiers, etc...) suscitées, d’une part, par de « mystérieux » puissants personnages derrière lesquels il n’est pas difficile de deviner le PCF, et d’autre part, par la justice bourgeoise elle-même, réservée aux riches : pour s’occuper d’une telle affaire, messieurs les avocats, défenseurs du droit, demandaient 200.000 francs.

Le procès de ce monstrueux assassinat d’un militant de 22 ans, qui pendant trois ans a sauvé de la déportation des dizaines de travailleurs, procès contre lequel complotent les chefs staliniens et que la justice bourgeoise s’est empressée de classer, est la première riposte sérieuse, le premier acte contre les calomnies et les crimes staliniens vis-à-vis des révolutionnaires prolétariens.

Nous demandons donc à toutes les organisations et à toutes les personnalités qui sympathisent avec le mouvement ouvrier, de constituer un « Comité pour le procès BUCHOLZ » en vue de briser les obstacles suscités par les chefs staliniens et par la justice capitaliste. Nous fournirons aux organisations et aux personnalités désireuses de participer à ce Comité, tous les documents et tous les détails concernant cette affaire.

C’est ainsi que nous pourrons montrer aux travailleurs, par des documents authentiques, par des témoignages irréfutables, CE QUE SONT LES TROTSKYSTES ET AU SERVICE DE QUI ILS SONT. Nous demandons à tous ceux pour qui la lutte pour le socialisme n’est pas un vain mot de se mettre d’urgence en rapport avec nous pour envisager l’action à mener.

MATHIEU

Nous reproduisons dans ce numéro un article sur Jean Jaurès datant de 1944, parce que, écrit par Mathieu Bucholz six semaines avant son assassinat, il contient l’explication de son propre meurtre.

« Jaurès », écrivait Mathieu, « entendit en juillet 1914 rester fidèle »au traité qui le liait à la race humaine« et décida de continuer sa campagne contre la guerre en dépit des menaces de mort. ...Il était le seul pour qui le socialisme fut autre chose que des phrases et qui n’entendait pas le trahir ; c’est pourquoi il fut assassiné ».

C’était en effet ce sentiment de solidarité avec toutes les victimes des repus de ce monde qui dominait profondément toute la personnalité de Mathieu, et le maintenait dans une activité militante infatigable. Entré dans notre groupe à l’âge de 19 ans, fin 1941, c’est à lui que notre organisation doit son premier développement.

C’est lui qui a organisé notre service de sabotage du STO qui servit sous l’occupation à de nombreux travailleurs. Ce fut lui le recruteur et l’éducateur de nos premiers cadres.

Mais ce qu’il avait de plus précieux, ses qualités de penseur, d’écrivain révolutionnaire, qui se révèlent dans son premier article, et que nous commençâmes à apprécier plusieurs mois avant le crime, il ne lui fut pas donné de les utiliser au service du socialisme.

Les criminels qui l’ont supprimé ont fait plus que nous enlever à nous notre meilleur camarade. Ils ont enlevé une tête à la classe ouvrière, une tête de talent, et les talents, faisait remarquer Lénine, ne surgissent pas par centaines.

Il a écrit aussi (Lutte de Classes nº 35) Liberté, pour qui ?

Il était un exemple vivant de la transformation complète dans les habitudes d’un jeune, qui devint tout courage et volonté par les effets d’une pensée riche et généreuse.

Il avait un mépris organique pour l’arrivisme, et bien que fréquentant les milieux les plus opposés, les travailleurs qui l’ont approché n’ont jamais soupçonné avoir à faire à un « étudiant ». Car il avait « renoncé » (avec joie) à toute idée de carrière, pour se consacrer exclusivement à l’immense tâche de la révolution mondiale.

Il avait surtout compris que le véritable héroïsme consistait non seulement dans le sacrifice final de la vie au service de la cause, mais dans l’effort quotidien pour la lutte opiniâtre que nécessite le renversement de la bourgeoisie. Son comportement était celui que Lénine dépeint ainsi : « Cent fois mérite le nom de héros celui qui aime mieux mourir dans la lutte déclarée avec les défenseurs et les gardiens de ce régime ignoble, que s’éteindre de la mort lente d’une rosse abrutie, épuisée et servile ».

« Les chefs staliniens, écrivions-nous le 30 janvier 1945, utilisent dans la lutte contre le trotskisme, c’est-à-dire contre le communisme, toutes les méthodes, qui commencent par la calomnie et finissent par le crime. Et pourtant les chefs de l’union sacrée n’arrêteront pas pour cela leur chute. Maintenant que la roue de l’Histoire tourne autrement, maintenant que la conscience révolutionnaire des militants honnêtes et des masses se développe à un rythme accéléré, ces méthodes ne feront que précipiter leur chute. »

Aujourd’hui cette prévision devient une réalité. Tandis que dans le PCF se préparent des convulsions qu’annonce le départ de nombreux militants, et tandis que les travailleurs du rang heurtent de front ce parti condamné, la roue de l’Histoire tourne pour le trotskisme ! C’est à nous de savoir être à la hauteur de la situation, comme l’était pour notre organisation et pour tous ceux qui l’ont connu, ce jeune plein de dévouement et d’intelligence que fut Mathieu Bucholz et dont le lumineux souvenir brillera dans nos cœurs aussi longtemps que nous vivrons.

Pour chaque militant qui tombe, dix se lèvent pour mener à bien la plus grande entreprise humaine de tous les temps : la révolution socialiste mondiale. Et c’est ainsi que nous forgeons la victoire des opprimés et exploités sur leurs oppresseurs, la victoire des Mathieu sur leurs hideux assassins.

6 Messages de forum

  • Qui a assassiné Mathieu Bucholtz ? 13 octobre 2009 11:34, par MOSHE

    Il était un exemple vivant de la transformation complète dans les habitudes d’un jeune, qui devint tout courage et volonté par les effets d’une pensée riche et généreuse.

    Il avait un mépris organique pour l’arrivisme, et bien que fréquentant les milieux les plus opposés, les travailleurs qui l’ont approché n’ont jamais soupçonné avoir à faire à un « étudiant ». Car il avait « renoncé » (avec joie) à toute idée de carrière, pour se consacrer exclusivement à l’immense tâche de la révolution mondiale.

    Répondre à ce message

  • Qui a assassiné Mathieu Bucholz ? 14 octobre 2009 10:49, par MOSHE

    Pour chaque militant qui tombe, dix se lèvent pour mener à bien la plus grande entreprise humaine de tous les temps : la révolution socialiste mondiale. Et c’est ainsi que nous forgeons la victoire des opprimés et exploités sur leurs oppresseurs, la victoire des Mathieu sur leurs hideux assassins.

    Répondre à ce message

  • Qui a assassiné Mathieu Bucholz ? 18 mars 2010 07:11, par Robert Paris

    Le journal « La Lutte de Classes » de l’Union Communiste (Trotskyste) dira de lui : « C’est à lui que notre organisation doit son premier développement. C’est lui qui a organisé notre service de sabotage du STO qui servit sous l’occupation à de nombreux travailleurs. Ce fut lui le recruteur et l’éducateur de nos premiers cadres ». (La Lutte de Classes, nº 67, 18 septembre 1946).

    Il fut enlevé et assassiné par les staliniens le 11 septembre 1944.

    Répondre à ce message

  • Qui a assassiné Mathieu Bucholz ? 11 septembre 2010 22:53, par max

    Matthieu fut assassine le 11/09/1944 par les ancetres des militants du PCF qui n avaient de communistes que le nom. Ce jeune trotskyste que la guerre n avait pas reussi a tuer, le fut par ceux qui se declarerent les martyres de la resistances et accederent au pouvoir en 1945 avec Degaulle. Ils organiserent les interventions militaires ren algerie a MADAGASCAR contre les peuples revoltes et empecherent tout mouvement en metropole de la classe ouvriere.
    Aujourd hui qui pourrait faire ce sale boulot pour la bourgeoisie ? Quel front populaire pourrait sauver les interets politiques et economiques de la classe possedante ?

    Tous les partis qui font mine de critiquer les appareils ouvriers sans rappeler les dangers immediats et a long terme du reformisme. C est a dire ceux qui pensent qu on peut vraiment reformer le systeme capitaliste et que l’Etat doit etre transformer comme un pot de terre qui se forme sur un tour d artisan.

    Répondre à ce message

  • Qui a assassiné Mathieu Bucholz ? 26 octobre 2014 20:10

    ILS ÉTAIENT des milliers, hier, à franchir les portes du cimetière parisien de Thiais. A pied, avec poussette ou diable débordant de pots de fleurs, en voiture, à bicyclette ou autres deux-roues, chacun venait se recueillir sur la tombe d’une personne aimée ou admirée, marquant leur passage de pots des habituelles « marguerites des morts » aux couleurs vives , comme le chantait Georges Brassens.

    A l’entrée, compteur en main, les agents de la réception comptabilisaient les voitures : 3 100 en milieu d’après-midi, en plus des 1 100 piétons qui empruntaient les navettes gratuites circulant parmi les cent trois hectares. Du côté de l’accueil, les employés, patients, distribuaient plans du cimetière, se plongeaient dans les registres d’antan pour retrouver un aïeul presque inconnu ou un peu oublié.

    Parmi les visiteurs, il en était deux, sans fleurs, rejoignant une énième fois le carré 2, face à la division militaire des Serbes morts en 14-18. Deux hommes aux vêtements sombres, comptant les allées pour se retrouver devant une tombe de pierre grise, fêlée, mal entretenue dans ce carré laïc et ornée de deux photos noir et blanc montrant un homme jeune. C’est là que repose Mathieu Bucholtz, mort à 22 ans, en novembre 1944 « après avoir été enlevé, torturé et lâchement assassiné par les staliniens », raconte Jean-Pierre Bigaré, l’un des deux hommes présents, professeur de philosophie. « Je mène une sorte d’enquête historique, explique-t-il. Il n’est pas question d’ouvrir une enquête de police, puisqu’un non-lieu a été prononcé en 1950, ou de dénicher des noms, mais de savoir dans quelles conditions Mathieu a été enlevé, par quelle structure et pourquoi... »

    Mathieu Bucholtz, alias Pamp, appartenait à l’Union Communiste IVe Internationale, créé par un militant trotskyste surnommé Barta. « Refusant d’entrer dans la résistance nationale, il a résisté à sa manière, en procurant des faux papiers à des réfractaires du STO... Le 11 ou le 12 septembre 1944, il a été enlevé, torturé et jeté à la Seine. On a retrouvé son corps à Colombes, le 20 septembre. Son corps portait des impacts de plusieurs balles dont aucune n’était mortelle... »

    Il avait été tué par des staliniens pour cause de "lutte contre le trotskysme"...

    Aujourd’hui, Jean-Pierre Bigaré vient montrer à son compagnon la plaque apposée sur le fronton de la tombe dont certains morceaux manquent, rendant l’ensemble illisible. Une étrangeté de plus pour les deux hommes.

    Répondre à ce message

  • Mathieu Bulcholz dit Pamp

    En 1941, alors qu’il est élève au lycée Michelet à Vanves, il intègre le « Groupe Communiste » (IVe Internationale), dirigé par David Korner dit « Barta » et qui comprend une dizaine de membres. Très actif, Mathieu Bucholz qui agit sous le pseudonyme de Pamp, assure le contact du groupe avec la résistance, grâce à laquelle il est en mesure de fournir des faux papiers aussi bien à ses camarades qu’à des jeunes gens qui souhaitent échapper au STO.
    Il tente de recruter d’autres membres des Jeunesses communistes, ce qui lui attire les foudres des responsables du Parti communiste. Le 11 septembre 1944, il est enlevé par des FFI. Il s’agit en fait de responsables du Parti communiste qui considèrent que le jeune homme constitue une menace. Selon Jean-Pierre Bigaré collaborateur de la revue Dissidences et qui a mené une enquête sur la fin de Mathieu Bucholz, plusieurs des amis et proches de ce dernier avaient été arrêtés quelque temps avant et interrogés sur ses activités. Il est abattu et son corps est retrouvé dans la Seine, à Colombes, le 20 septembre. L’autopsie pratiquée montrera qu’aucune des balles n’était mortelle. Après la guerre, une instruction est ouverte à l’encontre des assassins présumés mais elle conduit à un non-lieu en 1950.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0