English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 000- Le stalinisme ou la révolution trahie > 1954 : la Russie stalinienne en révolte

1954 : la Russie stalinienne en révolte

mercredi 5 octobre 2022, par Robert Paris

Raya Dunayevskaïa 1954 "La Russie, plus que jamais pleine de révolutionnaires..."

Source : Correspondance , 12 juin 1954. Cette pièce est apparue dans la chronique non signée de Dunayevskaya, "Two Worlds : Notes From a Diary". Transcrit : par Kevin Michaels.

« Vous semblez tous si sceptiques quant aux chances d’une révolution en Russie. Je ne suis pas sûr moi-même. Mais, croyez-moi, la Russie est plus que jamais pleine de révolutionnaires.

Ainsi, Brigitte Gerland s’est adressée à ses co-journalistes présents à la Four Power Conference à Berlin en janvier dernier. Mlle Gerland, une journaliste allemande qui avait été arrêtée en 1946 et envoyée dans un camp de concentration russe, était l’une des plusieurs milliers de détenues allemandes qui avaient soudainement été amnistiées pour le spectacle de la Conférence des Quatre Pouvoirs. Son public était très sceptique car elle ne racontait pas une histoire de malheur, mais de révolte. Elle aurait trouvé des auditeurs sympathiques si elle s’était engagée dans une discussion abstraite sur la question de savoir si une révolte peut se produire sous un État policier, mais pas lorsqu’elle a raconté qu’une révolte s’était produite. Jeunesse russe en révolte

Gerland raconte qu’elle a rencontré des étudiants des grandes villes de Russie, Moscou, Leningrad, Kiev, Odessa. Les plus remarquables d’entre eux étaient les fils des vieux bolcheviks, c’est-à-dire les dirigeants de la révolution de 1917 qui avaient été exécutés par Staline lors des tristement célèbres procès de Moscou en 1937. Ces « enfants de la "génération de 37... avaient été éduqués dans des orphelinats d’État et n’avaient réussi à se frayer un chemin vers les universités qu’au prix d’efforts et de ruses sans fin. Maintenant, ces aspirants philosophes, historiens ou économistes étaient assis dans le camp, avec vingt-cinq ans de travaux forcés comme seul avenir... » Mais ils n’étaient ni brisés ni résignés.

« Pour eux, poursuit Gerland, l’État socialiste de demain ne serait pas dirigé par un ou plusieurs partis, mais par des "syndicats" ouvriers et paysans - ils ont utilisé le mot français, tiré d’une étude du Commune de Paris de 1871, que Lénine lui-même avait saluée comme son modèle avant de prendre le pouvoir.

Traduit, le mot utilisé par Marx pour décrire la Commune de Paris était "l’autonomie gouvernementale des producteurs". En tout cas, le programme de la jeunesse « était né d’un rejet désespéré des alternatives du système de l’oligarchie stalinienne d’une part et de la démocratie « bourgeoise » occidentale d’autre part. Les formes parlementaires et l’économie capitaliste de l’Occident avaient peu d’attrait pour ces jeunes assoiffés de justice sociale qui, comme ils le disaient, "n’étaient pas prêts à se laisser séduire par les automobiles et les nylons".

C’est à ce groupe de jeunes que Gerland attribue « le courage, la vitalité et l’initiative qu’un nouveau type de jeu se joue maintenant sur le même vieux fond du système des camps, tandis que les grands officiers de la police secrète regardent et ne croient pas. leurs yeux." La grève dans le camp de travaux forcés de Vorkouta

La référence au « nouveau genre de jeu » renvoie à la grève de Vorkouta, en Russie européenne. Il y a entre 35 et 50 mines et 250 000 travailleurs, certains libres, mais surtout esclaves. Vorkouta fournit le charbon aux industries de Leningrad, et personne n’en avait jamais entendu parler, et la bureaucratie totalitaire n’avait sûrement jamais imaginé une grève des travailleurs esclaves. Ils ont commencé à envoyer leurs gros bonnets, leurs grands noms, dans les mines frappées pour offrir une concession.

rapporte Gerland, de son point de vue dans un camp de femmes. Elle parle des trois types de résistance : les étudiants déjà cités, les « croyants », un groupe religieux et les Ukrainiens. Les Ukrainiens avaient tous été dans le mouvement clandestin. Cette semaine, le Soviet suprême de l’Ukraine est en session. Le premier ministre Malenkov et Khrouchtchev, le premier secrétaire du Parti communiste russe, sont tous les deux là. Toute la campagne agricole, dont Khrouchtchev est le patron, dépend de ce riche « grenier à blé de la Russie ».

De toutes les nationalités en Russie, les Ukrainiens sont ceux qui mènent une véritable guérilla contre la Russie. Il est clair que cela continue. Mais à ce stade, nous ne nous intéressons qu’aux Ukrainiens qui se trouvaient dans ce camp de travaux forcés à Vorkouta et ont participé à la grève des mines. Au moment du départ de Frau Gerland le 5 août dernier, la grève durait toujours.

Un autre rapport de témoin oculaire par un Dr Joseph Scholmer qui avait directement participé à la grève, montre que la grève s’est poursuivie pendant plusieurs semaines. « L’ordre » est enfin rétabli, c’est-à-dire que les troupes ouvrent le feu. 64 ont été tués, 200 blessés.

Le Dr Scholmer avait fait partie du mouvement de résistance anti-nazi pendant la Seconde Guerre mondiale et arrêté par la Gestapo en 1943, pour être de nouveau arrêté par les Russes en 1950 et envoyé dans un camp de travaux forcés pendant 25 ans aux travaux forcés. Il était l’un de ceux qui ont été amnistiés et sont retournés en Allemagne. Le chemin de la liberté

Le Dr Scholmer a été interrogé sur les motifs de la grève. « Nos motivations ? » il a demandé : « Oh, ils étaient fantastiquement mélangés. Certains voulaient des conditions de vie et de travail un peu meilleures. D’autres espéraient une « nouvelle ère » maintenant que Staline était mort. Certains voulaient imiter le 17 juin en Allemagne, dont on avait entendu parler sur Radio Moscou et dans la Pravda . D’autres voulaient détruire le système, et il y avait un vieil homme dans ma caserne qui criait encore et encore : « Avons-nous déjà démoli la clôture de barbelés ? Est-ce qu’il est en panne, est-ce qu’il est en panne ?

Non, les barbelés n’ont pas été arrachés et la libération du totalitarisme russe n’a pas non plus été gagnée par la révolte est-allemande. Mais deux nouvelles pages de l’histoire s’écrivent : qui avait entendu parler avant le 17 juin d’une révolte de masse contre la dictature totalitaire ? Qui avait entendu parler avant juillet de travailleurs esclaves forçant des concessions à un État policier ? Deux pages d’histoire qui ont montré le chemin de la liberté.

C’est pourquoi les anciens détenus, le docteur Scholmer et mademoiselle Gerland parlent moins de souffrance que de révolte, de liberté. Pas encore ? « Pas encore », disent-ils eux aussi, et reviennent à la citation du grand poète russe Pouchkine, qui en 1827 écrivait à ses amis emprisonnés :

Au fond de la mine sibérienne,

Gardez votre patience fière ;

Le labeur amer ne sera pas perdu,

La pensée rebelle insoumise...

Les lourdes chaînes tomberont,

Les murs s’effondreront à un mot ;

Et la Liberté vous salue dans la lumière,

Et les frères vous rendent l’épée.

Lire aussi :

https://www.matierevolution.fr/spip...

1 Message

  • 1954 : la Russie stalinienne en révolte 25 décembre 2022 08:51, par Alexandre

    Au fond de la mine sibérienne,

    Gardez votre patience fière ;

    Le labeur amer ne sera pas perdu,

    La pensée rebelle insoumise...

    Les lourdes chaînes tomberont,

    Les murs s’effondreront à un mot ;

    Et la Liberté vous salue dans la lumière,

    Et les frères vous rendent l’épée.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0