Accueil > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 0 - Le programme révolutionnaire > En réponse à une "interview de Sabado", un trio du NPA-Fraction (...)

En réponse à une "interview de Sabado", un trio du NPA-Fraction l’Etincelle se prétend trotskyste.

mardi 14 mars 2023, par Alex

L’article du Trio commence très mal.

Aïe, aïe, aïe… à en juger par l’interview qu’il a donnée à Mediapart le 27 décembre dernier, notre camarade François Sabado semble avoir pris un coup au moral, au bout de « presque une cinquantaine d’années de militantisme ». (...)

Est-ce à nous de dire qu’on a connu un Sabado plus vaillant ? Ressemblant aux militants du NPA-Jeunes d’aujourd’hui, dont bon nombre d’étudiants, qui n’ont pourtant de cesse d’aller à la rencontre de travailleurs en lutte, sur leurs piquets et leurs AG.
(...) Certes les analyses et les politiques des deux courants qui marquaient l’extrême gauche de ce pays, Lutte ouvrière et la LCR, étaient différentes, mais pas la préoccupation commune d’implanter les idées révolutionnaires, trotskistes, dans la classe ouvrière et la jeunesse, contre le monopole des appareils réformistes.

À propos d’une interview de François Sabado à Mediapart. Que reste-t-il de ces beaux jours, que reste-t-il de nos amours ?

Ah bon, la LCR était vraiment trotskyste ?

Ainsi, Sabado était autrefois, les jeunes du NPA aujourd’hui (des deux NPA, car pour la Fraction il y a un accord quasi-total entre les deux et la scission intervenue au récent congrès est injustifiée) aujourd’hui sont, d’après le Trio, des militants trotskystes ?!

Pourquoi travestir la réalité comme le fait le Trio ? Car lorsque ce Trio était à LO, il était dans la ligne de cette organisations qui dénonçait à juste titre le caractère opportuniste permanent de la LCR de Sabado.

Renvoyons à un article pris au hasard dans ceux des années 1970 que LO écrivait à cette époque contre la LCR pour dénoncer, en conclusion, en Sabado et la LCR de l’époque :

ceux qui depuis longtemps ont abandonné les idées et le programme du marxisme révolutionnaire.

Ce qui est comique c’est que c’est ce que ce Trio reproche à Sabado de faire : d’oublier le passé. C’est le Trio qui efface le passé, son passé.

Non, Sabado n’est pas devenu un trotskyste "démoralisé" qui jette l’éponge : il incarne ces centristes qui en permanence se disent marxistes, en ajoutant tout de suite que le marxisme a échoué ! Il n’y a rien de nouveau chez Sabado. Le Trio le dénonçait très bien autrefois. Mais c’est ce Trio, qui « Aïe, aïe, aïe… » a abandonné ses idées d’autrefois, pour s’aligner, définitivement en 2009, sur la politique de la LCR, qui devint NPA.

Ah bon, le Trio est trotskyste ? Aujourd’hui ou demain ?

Le Trio attribue un brevet de trotskyste à Sabado et l’ex-LCR car la politique actuelle de ce Trio est celle de la LCR devenue NPA. Il n’y a plus rien de trotskiste dan ce que défend de Trio depuis des années comme fraction au NPA. Il n’y a qu’à regarder la plateforme C de cette fraction au congrès de décembre 2022 qui a aboutit à la scission. Le trotskisme n’est pas mentionné.

La Fraction l’étincelle a une politique opportuniste dans le sens originel de ce mot : les opportunistes sont des socialistes, ils sont d’accord avec tout ce que vous voudrez à propos de la révolution, mais quand vous leur demandez de passez à l’acte, ils vous disent que le moment n’est pas "opportun".

Regardons en effet l’allure du site de la Fraction à une date récente.

On y voit le texte "Continuer le NPA pour affirmer l’urgence et l’actualité de la révolution" qui reprend le titre de la plateforme de la Fraction au congrès du NPA. La révolution est d’actualité ! Mais on voit en même temps des articles sur le mouvement des retraites qui n’ont rien à voir avec la révolution, qui était d’actualité en décembre 2022, mais ne l’est plus en janvier 2023 :

Participons à toutes les initiatives de mobilisation qui auront lieu, notamment la grève interprofessionnelle du 19 janvier à l’appel de tous les syndicats et la manifestation du 21 janvier à Paris appelée par les organisations de jeunesse.

édito du NPA-Fraction l’Etincelle du 10 janvier

Cette prose du Trio est un échantillon de ce verbiage pseudo-révolutionnaire type Sabado-LCR. L’intersyndicale n’est même pas mentionnée !

Le « notamment » que nous avons souligné est grandiose : comme si un autre mouvement que celui lancé par les confédérations syndicales existait ! Et face à ces confédérations syndicales, la formule du trio que nous avons citée plus haut

la préoccupation commune d’implanter les idées révolutionnaires, trotskistes, dans la classe ouvrière et la jeunesse, contre le monopole des appareils réformistes.

a été « oubliée » dans cet éditorial, comme dans tout ceux que cautionne ce Trio.
Plus aucune lutte franche de ce Trio contre le réformisme, incarné par l’intersyndicale. Seulement des artifices littéraires comme le "notamment" ci-dessus.

Le Trio est un échantillon de savants (ex-)marxistes ; la formule citée plus haut concernant le « 19 janvier à l’appel de tous les syndicats » est aussi une de ces tournures qui parait claire, mais qui est totalement erronée car ce sont les confédérations, des fédérations qui appellent au 19, les appels des syndicats eux-mêmes sont très rares, peu connus, les syndicats se contentent souvent de distribuer les appels centraux. Le Trio est en phase totale avec Besancenot qui récemment à propos du mouvement a déclaré "concernant les appels de l’intersyndicale nous n’avons pas la main" ; mais des dizaines de militants du NPA sont secrétaires de syndicats. Qu’est-ce qui le empêche de s’exprimer ? D’écrire leurs propres appels ? De donner l’exemple d’une politique révolutionnaire dans les syndicats ? Rien. La Fraction dans son NPA n’en fait pas plus.

D’ailleurs, quelle est la différence entre la politique du Trio et celle de Sabado-Poutou dans le mouvement des retraites ? Aucune, si l’on en croit le site de la Fraction. Le Trio de la Fraction devrait démontrer que la politique de Sabado-Poutou est erronée dans ce mouvement, rien du tout !

Dans son éditorial du 16 janvier, la Fraction évite à nouveau de prononcer le terme d’intersyndicale (aphasie sélective, typique des centristes) :

Les directions syndicales appellent à la grève interprofessionnelle le jeudi 19 janvier. Mieux vaut tard que jamais… Il faudra être massivement en grève et en manifestation ce jour-là. Nous appelons également à la manifestation nationale du samedi 21 janvier pour le retrait du projet. Manifestation initiée par les organisations de jeunesse dont le NPA-jeunes et soutenue par plusieurs organisations politiques

Une autre manifestation de l’aphasie, c’est de mentionner « plusieurs organisations politiques », sans parler de LFI. Car le NPA de la Fraction aurait paraît-il d’autres rapports avec LFI, que ceux du NPA-Poutou. LA scission aurait ses racines dans cette question. Mais la critique de LFI a disparu dans les éditos de la Fraction, ellle reste très secondaire : les réformistes sont des bavards, là s’arrête la critique.

Dans le cadre du Front Unique, il est tout à fait possible de se retrouver manifester aux côtés de LFI, mais les révolutionnaires clarifient leurs positions par rapport à celles des réformistes. En ne le faisant pas, la Fraction ne fait que participer à la construction d’un grand parti de gauche qui est toujours un des buts plus ou moins avoués des phases d’actions syndicale. Elle qui se moquait de Sabado parti « chercher réconfort au creux de l’épaule de Mélenchon », s’appuie sur cette épaule pour glorifier son rôle (à travers le NPA-jeunes) dans le mouvement des retraites.

Le trio cherche à briser sa propre image dans le miroir qu’est Sabado

Le trio, entré, admettons la version du trio lui-même, comme trotskyste dans le NPA en 2009, est le seul qui défend maintenant ce NPA de 2009 (rassemblant des communistes et des anticommunistes) que Poutou et Besancenot ont enterré en créant leur NPA-2023, pro LFI.

C’est le syndrome de Stokholm ! : Les otages prennent le parti de leurs geôliers. Lorsque les geôliers partent, les prisonniers les réclament. La Fraction semble avoir besoin de rester fraction d’un parti qui ait une aile bien bourgeoise. Car pour le trio, faire allégeance à Mélenchon est trop dur. Le trio dénonce à juste titre Sabado « qui semble chercher réconfort au creux de l’épaule de Mélenchon ». Le trio est plus rusé : laissant Poutou, « chercher réconfort au creux de l’épaule de Mélenchon » (candidatures commune avec LFI aux élections régionales, couleuvre que le trio a avalé, digestion encore en cours), le trio a lui-même été « chercher réconfort au creux de l’épaule de Poutou » en faisant, jusqu’à aujourd’hui, l’apologie de Poutou et de sa campagne présidentielle.

Le NPA de Poutou/Sabado fait allégeance à la bourgeoisie au moyen d’un seul intermédiaire : Mélenchon. Le « NPA maintenu » du Trio a besoin de deux intermédiaires : Poutou et Mélenchon. La Fraction maintien cet intermédiaire, ce Poutou perdu, en gardant sur son site la fiction d’être la "Fraction l’Etincelle du NPA".

Un militant comme Sabado a toujours fonctionné comme Faust, coupé en deux, le marxiste combattant, puis faisant triompher le bourgeois en lui-même : je suis marxiste, mais je me renie.

Le trio est contre les reniements officiels, a besoin d’un Sabado, dans son parti, on comprend que le Trio en veut aux Poutou-Sabado de les avoir quitté.

Conclusion

Mais que faire avec ce Trio, l’archiver ? Au lieu de profiter paisiblement de sa retraite d’ex-marxiste, il sort régulièrement, malheureusement pas dans ses éditoriaux, les noms de Marx et Trotsky (beaucoup moins de Lénine), alors qu’il ne défend plus rien de marxiste, mais un pseudo-marxisme qu’il avait dénoncé dans ses articles de LO, qu’on peut trouver dans la rubrique "archive" du site de Lutte ouvrière.

C’est ce qui oblige à contester, du point de vue du marxisme, la version de l’histoire ce Trio centriste, qui se pose fallacieusement en "défenseur du marxisme".

Messages

  • Le trio n’est pas en passe de devenir un quarteron. Car sa prétention de défendre la tradition d’incarner “la préoccupation commune d’implanter les idées révolutionnaires, trotskistes, dans la classe ouvrière et la jeunesse, contre le monopole des appareils réformistes” est une ligne que le reste du NPA-Fraction l’Etincelle semble rejeter autant, voire plus que ne le le fait Sabado !

    On lit en effet, avec stupéfaction, dans l’article du NPA-Fraction, (donc cautionné par le Trio) consacré au prochain congrès de la CGT :

    Les révolutionnaires ne sont pas en mesure aujourd’hui de constituer eux-mêmes une opposition à la politique des bureaucraties syndicales.

    Jean-Jacques Franquier

    https://nouveaupartianticapitaliste.fr/congres-de-la-cgt-quy-a-t-il-derriere-les-querelles-de-succession/#appel1

    Cette affirmation serait comparable, si elle était à prendre au sérieux, à celle de Goethe : "en ce jour et en ce lieu commence une nouvelle période de l’histoire de l’humanité", ou tout au moins du trotskisme, du marxisme.

    En effet les marxistes révolutionnaires Trotski, Lénine, Rosa Luxemburg ont toujours été l’incarnation d’une tendance opposée aux courants bourgeois dans le mouvement ouvrier, dont les bureaucraties syndicales. Monatte et Rosmer en 1914 ont osé s’opposer à la direction de la CGT en pleine guerre mondiale ! Or d’après la Fraction, une telle opposition n’est "plus en mesure aujourd’hui d’exister" !

    Quand en 1929 Trotsky décrit les 3 points du programme minimum de l’Opposition de gauche internationale, l’un des trois points est la dénonciation des bureaucraties syndicales, incarnées par le "Comité anglo-russe" qui trahit avec l’aide de Staline la grève générale de 1926 en Angleterre. C’est donc un tiers du trotskisme que Jean-Jacques Franquier, déclare obsolète "aujourd’hui" ! A l’époque de la terreur stalinienne, des trotskistes défendaient une politique d’opposition au stalinisme du fond de leur cellule, tout cela n’est plus possible !

    Le Trio va-t-il réagir pour dénoncer, voire exclure (le Trio a su exclure ses militants qui n’ont pas voulu cautionner son entrée-capitulation au NPA en 2009) la "tendance Sabado" qu’incarne Franquier, au coeur de son nouveau NPA ?

    Sûrement pas. Dans les bazars centriste appelés "partis", la confusion, le brouillard, la conciliation des contraires sont indispensables, cela permet de construire temporairement sur du sable un "grand parti", de recruter à droite et à gauche (surtout à droite), comme s’en vante le trio !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.