English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - Livre Un : PHILOSOPHIE > LIVRE UN - Chapitre 12 : Annexes philosophiques > Traité des imposteurs de Baruch Spinoza

Traité des imposteurs de Baruch Spinoza

samedi 11 décembre 2010, par Robert Paris

Jugement contre Baruch Spinoza

Extraits du Traité des imposteurs :

Des raisons qui ont engagé les hommes à se figurer un Être invisible qu’on nomme communément Dieu.

l. Ceux qui ignorent les causes physiques ont une crainte 1 naturelle qui procède de l’inquiétude et du doute où ils sont s’il existe un Être ou une puissance qui ait le pouvoir de leur nuire ou de les conserver. De là le penchant qu’ils ont à feindre des causes invisibles, qui ne sont que les Fantômes de leur imagination, qu’ils invoquent dans l’adversité et qu’ils louent dans la prospérité. Ils s’en font des Dieux à la fin, et cette crainte chimérique des puissances invisibles est la source des Religions que chacun se forme à sa mode. Ceux à qui il importait que le peuple fût contenu et arrêté par de semblables rêveries ont entretenu cette semence de Religion, en ont fait une loi, et ont enfin réduit les peuples, par les terreurs de l’avenir, à obéir aveuglément.

2. La source des Dieux étant trouvée, les hommes ont cru qu’ils leur ressemblaient, et qu’ils faisaient comme eux toutes choses pour quelque fin. Ainsi ils disent et croient unanimement que Dieu n’a rien fait que pour l’homme, et réciproquement que l’homme n’est fait que pour Dieu. Ce préjugé est général, et lorsqu’on réfléchit sur l’influence qu’il a dû nécessairement avoir sur les mœurs et les opinions des hommes, on voit clairement que c’est de là qu’ils ont pris occasion de se former des idées fausses du bien et du mal, du mérite et du démérite, des louanges et de la honte, de l’ordre et de la confusion, de la beauté et de la difformité, et des autres choses semblables.

3. Chacun doit demeurer d’accord que tous les hommes sont dans une profonde ignorance en naissant, et que la seule chose qui leur soit naturelle est de chercher ce qui leur est utile et profitable : de là vient 1°. qu’on croit qu’il suffit pour être libre de sentir en soi-même qu’on peut vouloir et souhaiter sans se mettre nullement en peine des causes qui disposent à vouloir et à souhaiter, par ce qu’on ne les connaît pas. 2°. Comme les hommes ne font rien que pour une fin qu’ils préfèrent à toute autre, ils n’ont pour but que de connaître les causes finales de leurs actions et ils s’imaginent qu’après cela ils n’ont plus aucun sujet de doute, et comme ils trouvent en eux-mêmes et hors d’eux plusieurs moyens de parvenir à ce qu’ils se proposent, vu qu’ils ont, par exemple, des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un soleil pour les éclairer etc., ils ont conclu qu’il n’y a rien dans la nature qui ne soit fait pour eux, et dont ils ne puissent jouir et disposer ; mais comme ils savent que ce n’est point eux qui ont fait toutes ces choses, ils se sont cru bien fondés à imaginer un être suprême auteur de tout, en un mot ils ont pensé que tout ce qui existe était l’ouvrage d’une ou de plusieurs Divinités. D’un autre côté la nature des Dieux que les hommes ont. admis leur étant inconnue, ils en ont jugé par eux-mêmes, s’imaginant qu’ils étaient susceptibles des mêmes passions qu’eux ; et comme les inclinations des hommes sont différentes, chacun a rendu à sa Divinité un culte selon son humeur, dans la vue d’attirer ses bénédictions et de faire servir par là toute la nature à ses propres désirs.

4. C’est de cette manière que le préjugé, s’est changé en superstition ; il s’est enraciné de telle sorte, que les gens les plus grossiers se sont cru capables de pénétrer dans les causes finales comme s’ils en avaient une entière connaissance. Ainsi au lieu de faire voir que la nature ne fait rien en vain, ils ont cru que Dieu et la nature pensaient à la façon des hommes. L’expérience ayant fait connaître qu’un nombre infini de calamités troublent les douceurs de la vie comme les orages, les tremblements de terre, les maladies, la faim, la soif, etc. on attribua tous ces maux à la colère céleste, on crut la Divinité irritée contre les offenses des hommes qui n’ont pu ôter de leur tête une pareille chimère, ni se désabuser de ces préjugés par les exemples journaliers qui leur prouvent que les biens et les maux ont été de tout temps communs aux bons et aux méchants. Cette erreur vint de ce qu’il leur fut plus facile de demeurer dans leur ignorance naturelle que d’abolir un préjugé reçu depuis tant de siècles, et d’établir quelque chose de vraisemblable.

5. Ce préjugé les a conduits à un autre qui est de croire que les jugements de Dieu étaient incompréhensibles, et que par cette raison la connaissance de la vérité était au dessus des forces de l’esprit humain ; erreur où l’on serait encore, si les mathématiques, la physique et quelques autres sciences ne l’avaient détruite.

6. Il n’est pas besoin de longs discours pour montrer que la nature ne se propose aucune fin, et que toutes les causes finales ne sont que des fictions humaines. Il suffit de prouver que cette doctrine ôte à Dieu les perfections qu’on lui attribue. C’est ce que nous allons faire voir. Si Dieu agit pour une fin, soit pour lui-même, soit pour quelque autre, il désire ce qu’il n’a point, et il faudra convenir qu’il y a un temps auquel Dieu n’ayant pas l’objet pour lequel il agit, il a souhaité de I’avoir : ce qui est faire un Dieu indigent. Mais pour ne rien omettre de ce qui peut appuyer le raisonnement de ceux qui tiennent l’opinion contraire, supposons par exemple qu’une pierre qui se détache d’un bâtiment tombe sur une personne et la tue, il faut bien, disent nos ignorants, que cette pierre soit tombée à dessein de tuer cette personne, or cela n’a pu arriver que parce que Dieu l’a voulu. Si on leur répond que c’est le vent qui a causé cette chute dans le temps que ce pauvre malheureux passait, ils vous demanderont d’abord pourquoi il passait précisément dans le moment que le vent ébranlait cette pierre. Répliquez leur qu’il allait dîner chez un de ses amis qui l’en avait prié, ils voudront savoir pourquoi cet ami l’avait plutôt prié dans ce temps-là que dans un autre ; ils vous feront ainsi une infinité de questions bizarres pour remonter de causes en causes et vous faire avouer que la seule volonté de Dieu qui est l’asile des ignorants, est la cause première de la chute de cette pierre. De même lorsqu’ils voient la structure du corps humain, ils tombent dans l’admiration ; et de ce qu’ils ignorent les causes des effets qui leur paraissent si merveilleux, ils concluent que c’est un effet surnaturel auquel les causes qui nous sont connues ne peuvent avoir aucune part. De-là vient que celui qui veut examiner à fond les œuvres de la création, et pénétrer en vrai Savant dans leurs causes naturelles sans s’asservir aux préjugés formés par l’ignorance, passe pour un impie ou est bientôt décrié par la malice de ceux que le vulgaire reconnaît pour les interprètes de la nature et des Dieux : ces âmes mercenaires savent très-bien que l’ignorance qui tient le peuple dans l’étonnement, est ce qui les fait subsister et qui conserve leur crédit.

7. Les hommes s’étant donc imbus de la ridicule opinion que tout ce qu’ils voient est fait pour eux, se sont fait un point de Religion d’appliquer tout à eux-mêmes, et de juger du prix des choses par le profit qu’ils en retirent. C’est là-dessus qu’ils ont formé les notions qui leur servent à expliquer la nature des choses, à juger du bien et du mal, de l’ordre et du désordre, du chaud et du froid, de la beauté et de la laideur etc., qui dans le fond ne sont point ce qu’ils s’imaginent : maîtres de former ainsi leurs idées, ils se flattèrent d’être libres ; ils se crurent en droit de décider de la louange et du blâme, du bien et du mal ; ils ont appelé bien ce qui tourne à leur profit et ce qui regarde le culte divin, et mal au contraire ce qui ne convient ni à l’un ni à l’autre : et comme les ignorants ne sont capables de juger de rien, et n’ont aucune idée des choses que par le secours de l’imagination qu’ils prennent pour le jugement, ils nous disent que l’on ne connaît rien dans la nature, et se figurent un ordre particulier dans le monde. Enfin ils croient les choses bien ou mal ordonnées, suivant qu’ils ont de la facilité ou de la peine à les imaginer, quand les sens les leur représentent ; et comme on s’arrête volontiers à ce qui fatigue le moins le cerveau, on se persuade d’être bien fondé à préférer l’ordre à la confusion, comme si l’ordre était autre chose qu’un pur effet de l ’imagination des hommes. Ainsi, dire que Dieu a tout fait avec ordre, c’est prétendre que c’est en faveur de l’imagination humaine qu’il a créé le monde de la manière la plus facile à être conçue par elle : ou, ce qui au fond est la même chose, que l’on connaît avec certitude les rapports et les fins de tout ce qui existe, assertion trop absurde pour mériter d’être réfutée sérieusement.

8. Pour ce qui est des autres notions, ce sont de purs effets de la même imagination, qui n’ont rien de réel, et qui ne sont que les différentes affections ou modes dont cette faculté est susceptible : quand, par exemple, les mouvements que les objets impriment dans les nerfs, par le moyen des yeux, sont agréables aux sens, on dit que ces objets sont beaux. Les odeurs sont bonnes ou mauvaises, les saveurs douces ou amères, ce qui se touche dur ou tendre, les sons rudes ou agréables, suivant que les odeurs, les saveurs et les sons frappent ou pénètrent les sens ; c’est d’après ces idées qu’il se trouve des gens qui croient que Dieu se plait à la mélodie, tandis que d’autres ont cru que les mouvements célestes étaient un concert harmonieux : ce qui marque bien que chacun se persuade que les choses sont telles qu’il se les figure, ou que le monde est purement imaginaire. Il n’est donc point étonnant qu’il se trouve à peine deux hommes d’une même opinion et qu’il y en ait même qui fassent gloire de douter de tout : car quoique les hommes aient un même corps, et qu’ils se ressemblent tous à beaucoup d’égards, ils diffèrent néanmoins à beaucoup d’autres ; de là vient que ce qui semble bon à l’un devient mauvais pour l’autre, que ce qui plait à celui-ci déplait à celui-là. D’où il est aisé de conclure que les sentiments ne diffèrent qu’en raison de l’organisation et de la diversité des coexistences, que le raisonnement y a peu de part, et qu’enfin les notions des choses du monde ne sont qu’un pur effet de la seule imagination.

9. Il est donc évident que toutes les raisons dont le commun des hommes a coutume de se servir, lorsqu’il se mêle d’expliquer la nature, ne sont que des façons d’imaginer qui ne prouvent rien moins que ce qu’il prétend ; l’on donne à ces idées des noms comme si elles existaient ailleurs que dans un cerveau prévenu ; on devrait Ies appeler, non des êtres, mais de pures chimères. A l’égard des arguments fondés sur ces notions, il n’est rien de plus aisé que de les réfuter, par exemple. S’il était vrai, nous dit-on, que l’univers fût un écoulement et une suite nécessaire de la nature divine, d’où viendraient les imperfections et les défauts qu’on y remarque ? Cette objection se réfute sans nulle peine. On ne saurait juger de la perfection et de l’imperfection d’un être qu’autant qu’on en connaît l’essence et la nature ; et c’est s’abuser étrangement que de croire qu’une chose est plus ou moins parfaite suivant qu’elle plait ou déplait, et qu’elle est utile ou nuisible à la nature humaine. Pour fermer la bouche à ceux qui demandent pourquoi Dieu n’a point créé tous les hommes bons et heureux, il suffit de dire que tout est nécessairement ce qu’il est, et que dans la nature il n’y a rien d’imparfait puisque tout découle de la nécessité des choses.

10. Cela posé, si l’on demande ce que c’est que Dieu, je réponds que ce mot nous représente l’être universel dans lequel, pour parler comme Saint Paul, nous avons la vie, le mouvement et I’être. Cette notion n’a rien qui soit indigne de Dieu ; car si tout est en Dieu, tout découle nécessairement de son essence, et il faut absolument qu’il soit tel que ce qu’il contient, puisqu’il est incompréhensible que des êtres tous matériels soient maintenus et contenus dans un être qui ne le soit point. Cette opinion n’est point nouvelle ; Tertullien, l’un des plus savants hommes que les Chrétiens aient eu, a prononcé contre Apelles que ce qui n’est pas corps n’est rien, et contre Praxéas que toute substance est un 2 corps. Cette doctrine cependant n’a pas été condamnée dans les quatre premiers Conciles Oecuméniques ou généraux. 3

11. Ces idées sont claires, simples et les seules mêmes qu’un bon esprit puisse se former de Dieu. Cependant il y a peu de gens qui se contentent d’une telle simplicité. Le Peuple grossier et accoutumé aux flatteries des sens demande un Dieu qui ressemble aux Rois de la terre. Cette pompe, ce grand éclat qui les environne l’éblouit de telle sorte, que lui ôter l’idée d’un Dieu à-peu-près semblable à ces Rois, c’est lui ôter l’espérance d’aller après la mort grossir le nombre des courtisans célestes pour jouir avec eux des mêmes plaisirs qu’on goûte à la Cour des Rois ; c’est priver l’homme de la seule consolation qui l’empêche de se désespérer dans les misères de la vie. On dit qu’il faut un Dieu juste et vengeur qui punisse et récompense : on veut un Dieu susceptible de toutes les passions humaines : on lui donne des pieds, des mains, des yeux et des oreilles, et cependant on ne veut point qu’un Dieu constitué de la sorte ait rien de matériel. On dit que l’homme est son chef-d’œuvre et même son image, mais on ne veut pas que la copie soit semblable à l’original. Enfin le Dieu du peuple d’aujourd’hui est sujet à bien plus de formes que le Jupiter des Païens. Ce qu’il y a de plus étrange, c’est que plus ces notions se contredisent et choquent le bon sens, plus le vulgaire les révère, parce qu’il croit opiniâtrement ce que les Prophètes en ont dit, quoique ces visionnaires ne fussent parmi les Hébreux que ce qu’étaient les augures et les devins chez les Païens. On consulte la Bible comme si Dieu et la nature s’y expliquaient d’une façon particulière ; quoique ce livre ne soit qu’un tissu de fragments cousus ensemble en divers temps, ramassés par diverses personnes, et publiés de l’aveu des Rabbins qui ont décidé suivant leur fantaisie de ce qui devait être approuvé ou rejeté selon qu’ils l’ont trouvé conforme ou opposé à la loi de Moïse. 4 Telle est la malice et la stupidité des hommes. Ils passent leur vie à chicaner et persistent à respecter un livre où il n’y a guères plus d’ordre que dans l’Alcoran de Mahomet, un livre, dis-je, que personne n’entend, tant il est obscur et mal conçu ; un livre qui ne sert qu’à fomenter les divisions. Les Juifs et les Chrétiens aiment mieux consulter ce grimoire que d’écouter la Loi naturelle que Dieu, c’est-à-dire la Nature, en tant qu’elle est le principe de toutes choses, a écrit dans le cœur des hommes. Toutes les autres lois ne sont que des fictions humaines, et de pures illusions mises au jour, non par les Démons ou mauvais Esprits qui n’existèrent jamais qu’en idée, mais par la politique des Princes et des Prêtres. Les premiers ont voulu par là donner plus de poids à leur autorité, et ceux-ci ont voulu s’enrichir par le débit d’une infinité de chimères qu’ils vendent cher aux ignorants. Toutes les autres lois qui ont succédé à celle de Moïse, j’entends les lois des Chrétiens, ne sont appuyées que sur cette Bible dont l’original ne se trouve point, qui contient des choses surnaturelles et impossibles, qui parle de récompenses et de peines pour les actions bonnes ou mauvaises, mais qui ne sont que pour l’autre vie, de peur que la fourberie ne soit découverte, nul n’en étant jamais revenu. Ainsi le peuple toujours flottant entre l’espérance et la crainte est retenu dans son devoir par l’opinion qu’il a que Dieu n’a fait les hommes que pour les rendre éternellement heureux ou malheureux. C’est-là ce qui a donné lieu à une infinité de Religions.

Les idées de Spinoza, le film

Spinoza, une philosophie de la nature, le film

6 Messages de forum

  • Traité des imposteurs de Baruch Spinoza 29 novembre 2009 18:39, par MOSHE

    Traité des imposteurs de Baruch Spinoza
    jeudi 26 novembre 2009, par Robert Paris

    Jugement contre Baruch Spinoza

    Extraits du Traité des imposteurs :

    Des raisons qui ont engagé les hommes à se figurer un Être invisible qu’on nomme communément Dieu.

    l. Ceux qui ignorent les causes physiques ont une crainte 1 naturelle qui procède de l’inquiétude et du doute où ils sont s’il existe un Être ou une puissance qui ait le pouvoir de leur nuire ou de les conserver. De là le penchant qu’ils ont à feindre des causes invisibles, qui ne sont que les Fantômes de leur imagination, qu’ils invoquent dans l’adversité et qu’ils louent dans la prospérité. Ils s’en font des Dieux à la fin, et cette crainte chimérique des puissances invisibles est la source des Religions que chacun se forme à sa mode. Ceux à qui il importait que le peuple fût contenu et arrêté par de semblables rêveries ont entretenu cette semence de Religion, en ont fait une loi, et ont enfin réduit les peuples, par les terreurs de l’avenir, à obéir aveuglément.

    2. La source des Dieux étant trouvée, les hommes ont cru qu’ils leur ressemblaient, et qu’ils faisaient comme eux toutes choses pour quelque fin. Ainsi ils disent et croient unanimement que Dieu n’a rien fait que pour l’homme, et réciproquement que l’homme n’est fait que pour Dieu. Ce préjugé est général, et lorsqu’on réfléchit sur l’influence qu’il a dû nécessairement avoir sur les mœurs et les opinions des hommes, on voit clairement que c’est de là qu’ils ont pris occasion de se former des idées fausses du bien et du mal, du mérite et du démérite, des louanges et de la honte, de l’ordre et de la confusion, de la beauté et de la difformité, et des autres choses semblables.

    3. Chacun doit demeurer d’accord que tous les hommes sont dans une profonde ignorance en naissant, et que la seule chose qui leur soit naturelle est de chercher ce qui leur est utile et profitable : de là vient 1°. qu’on croit qu’il suffit pour être libre de sentir en soi-même qu’on peut vouloir et souhaiter sans se mettre nullement en peine des causes qui disposent à vouloir et à souhaiter, par ce qu’on ne les connaît pas. 2°. Comme les hommes ne font rien que pour une fin qu’ils préfèrent à toute autre, ils n’ont pour but que de connaître les causes finales de leurs actions et ils s’imaginent qu’après cela ils n’ont plus aucun sujet de doute, et comme ils trouvent en eux-mêmes et hors d’eux plusieurs moyens de parvenir à ce qu’ils se proposent, vu qu’ils ont, par exemple, des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un soleil pour les éclairer etc., ils ont conclu qu’il n’y a rien dans la nature qui ne soit fait pour eux, et dont ils ne puissent jouir et disposer ; mais comme ils savent que ce n’est point eux qui ont fait toutes ces choses, ils se sont cru bien fondés à imaginer un être suprême auteur de tout, en un mot ils ont pensé que tout ce qui existe était l’ouvrage d’une ou de plusieurs Divinités. D’un autre côté la nature des Dieux que les hommes ont. admis leur étant inconnue, ils en ont jugé par eux-mêmes, s’imaginant qu’ils étaient susceptibles des mêmes passions qu’eux ; et comme les inclinations des hommes sont différentes, chacun a rendu à sa Divinité un culte selon son humeur, dans la vue d’attirer ses bénédictions et de faire servir par là toute la nature à ses propres désirs.

    4. C’est de cette manière que le préjugé, s’est changé en superstition ; il s’est enraciné de telle sorte, que les gens les plus grossiers se sont cru capables de pénétrer dans les causes finales comme s’ils en avaient une entière connaissance. Ainsi au lieu de faire voir que la nature ne fait rien en vain, ils ont cru que Dieu et la nature pensaient à la façon des hommes. L’expérience ayant fait connaître qu’un nombre infini de calamités troublent les douceurs de la vie comme les orages, les tremblements de terre, les maladies, la faim, la soif, etc. on attribua tous ces maux à la colère céleste, on crut la Divinité irritée contre les offenses des hommes qui n’ont pu ôter de leur tête une pareille chimère, ni se désabuser de ces préjugés par les exemples journaliers qui leur prouvent que les biens et les maux ont été de tout temps communs aux bons et aux méchants. Cette erreur vint de ce qu’il leur fut plus facile de demeurer dans leur ignorance naturelle que d’abolir un préjugé reçu depuis tant de siècles, et d’établir quelque chose de vraisemblable.

    5. Ce préjugé les a conduits à un autre qui est de croire que les jugements de Dieu étaient incompréhensibles, et que par cette raison la connaissance de la vérité était au dessus des forces de l’esprit humain ; erreur où l’on serait encore, si les mathématiques, la physique et quelques autres sciences ne l’avaient détruite.

    6. Il n’est pas besoin de longs discours pour montrer que la nature ne se propose aucune fin, et que toutes les causes finales ne sont que des fictions humaines. Il suffit de prouver que cette doctrine ôte à Dieu les perfections qu’on lui attribue. C’est ce que nous allons faire voir. Si Dieu agit pour une fin, soit pour lui-même, soit pour quelque autre, il désire ce qu’il n’a point, et il faudra convenir qu’il y a un temps auquel Dieu n’ayant pas l’objet pour lequel il agit, il a souhaité de I’avoir : ce qui est faire un Dieu indigent. Mais pour ne rien omettre de ce qui peut appuyer le raisonnement de ceux qui tiennent l’opinion contraire, supposons par exemple qu’une pierre qui se détache d’un bâtiment tombe sur une personne et la tue, il faut bien, disent nos ignorants, que cette pierre soit tombée à dessein de tuer cette personne, or cela n’a pu arriver que parce que Dieu l’a voulu. Si on leur répond que c’est le vent qui a causé cette chute dans le temps que ce pauvre malheureux passait, ils vous demanderont d’abord pourquoi il passait précisément dans le moment que le vent ébranlait cette pierre. Répliquez leur qu’il allait dîner chez un de ses amis qui l’en avait prié, ils voudront savoir pourquoi cet ami l’avait plutôt prié dans ce temps-là que dans un autre ; ils vous feront ainsi une infinité de questions bizarres pour remonter de causes en causes et vous faire avouer que la seule volonté de Dieu qui est l’asile des ignorants, est la cause première de la chute de cette pierre. De même lorsqu’ils voient la structure du corps humain, ils tombent dans l’admiration ; et de ce qu’ils ignorent les causes des effets qui leur paraissent si merveilleux, ils concluent que c’est un effet surnaturel auquel les causes qui nous sont connues ne peuvent avoir aucune part. De-là vient que celui qui veut examiner à fond les œuvres de la création, et pénétrer en vrai Savant dans leurs causes naturelles sans s’asservir aux préjugés formés par l’ignorance, passe pour un impie ou est bientôt décrié par la malice de ceux que le vulgaire reconnaît pour les interprètes de la nature et des Dieux : ces âmes mercenaires savent très-bien que l’ignorance qui tient le peuple dans l’étonnement, est ce qui les fait subsister et qui conserve leur crédit.

    7. Les hommes s’étant donc imbus de la ridicule opinion que tout ce qu’ils voient est fait pour eux, se sont fait un point de Religion d’appliquer tout à eux-mêmes, et de juger du prix des choses par le profit qu’ils en retirent. C’est là-dessus qu’ils ont formé les notions qui leur servent à expliquer la nature des choses, à juger du bien et du mal, de l’ordre et du désordre, du chaud et du froid, de la beauté et de la laideur etc., qui dans le fond ne sont point ce qu’ils s’imaginent : maîtres de former ainsi leurs idées, ils se flattèrent d’être libres ; ils se crurent en droit de décider de la louange et du blâme, du bien et du mal ; ils ont appelé bien ce qui tourne à leur profit et ce qui regarde le culte divin, et mal au contraire ce qui ne convient ni à l’un ni à l’autre : et comme les ignorants ne sont capables de juger de rien, et n’ont aucune idée des choses que par le secours de l’imagination qu’ils prennent pour le jugement, ils nous disent que l’on ne connaît rien dans la nature, et se figurent un ordre particulier dans le monde. Enfin ils croient les choses bien ou mal ordonnées, suivant qu’ils ont de la facilité ou de la peine à les imaginer, quand les sens les leur représentent ; et comme on s’arrête volontiers à ce qui fatigue le moins le cerveau, on se persuade d’être bien fondé à préférer l’ordre à la confusion, comme si l’ordre était autre chose qu’un pur effet de l ’imagination des hommes. Ainsi, dire que Dieu a tout fait avec ordre, c’est prétendre que c’est en faveur de l’imagination humaine qu’il a créé le monde de la manière la plus facile à être conçue par elle : ou, ce qui au fond est la même chose, que l’on connaît avec certitude les rapports et les fins de tout ce qui existe, assertion trop absurde pour mériter d’être réfutée sérieusement.

    8. Pour ce qui est des autres notions, ce sont de purs effets de la même imagination, qui n’ont rien de réel, et qui ne sont que les différentes affections ou modes dont cette faculté est susceptible : quand, par exemple, les mouvements que les objets impriment dans les nerfs, par le moyen des yeux, sont agréables aux sens, on dit que ces objets sont beaux. Les odeurs sont bonnes ou mauvaises, les saveurs douces ou amères, ce qui se touche dur ou tendre, les sons rudes ou agréables, suivant que les odeurs, les saveurs et les sons frappent ou pénètrent les sens ; c’est d’après ces idées qu’il se trouve des gens qui croient que Dieu se plait à la mélodie, tandis que d’autres ont cru que les mouvements célestes étaient un concert harmonieux : ce qui marque bien que chacun se persuade que les choses sont telles qu’il se les figure, ou que le monde est purement imaginaire. Il n’est donc point étonnant qu’il se trouve à peine deux hommes d’une même opinion et qu’il y en ait même qui fassent gloire de douter de tout : car quoique les hommes aient un même corps, et qu’ils se ressemblent tous à beaucoup d’égards, ils diffèrent néanmoins à beaucoup d’autres ; de là vient que ce qui semble bon à l’un devient mauvais pour l’autre, que ce qui plait à celui-ci déplait à celui-là. D’où il est aisé de conclure que les sentiments ne diffèrent qu’en raison de l’organisation et de la diversité des coexistences, que le raisonnement y a peu de part, et qu’enfin les notions des choses du monde ne sont qu’un pur effet de la seule imagination.

    9. Il est donc évident que toutes les raisons dont le commun des hommes a coutume de se servir, lorsqu’il se mêle d’expliquer la nature, ne sont que des façons d’imaginer qui ne prouvent rien moins que ce qu’il prétend ; l’on donne à ces idées des noms comme si elles existaient ailleurs que dans un cerveau prévenu ; on devrait Ies appeler, non des êtres, mais de pures chimères. A l’égard des arguments fondés sur ces notions, il n’est rien de plus aisé que de les réfuter, par exemple. S’il était vrai, nous dit-on, que l’univers fût un écoulement et une suite nécessaire de la nature divine, d’où viendraient les imperfections et les défauts qu’on y remarque ? Cette objection se réfute sans nulle peine. On ne saurait juger de la perfection et de l’imperfection d’un être qu’autant qu’on en connaît l’essence et la nature ; et c’est s’abuser étrangement que de croire qu’une chose est plus ou moins parfaite suivant qu’elle plait ou déplait, et qu’elle est utile ou nuisible à la nature humaine. Pour fermer la bouche à ceux qui demandent pourquoi Dieu n’a point créé tous les hommes bons et heureux, il suffit de dire que tout est nécessairement ce qu’il est, et que dans la nature il n’y a rien d’imparfait puisque tout découle de la nécessité des choses.

    10. Cela posé, si l’on demande ce que c’est que Dieu, je réponds que ce mot nous représente l’être universel dans lequel, pour parler comme Saint Paul, nous avons la vie, le mouvement et I’être. Cette notion n’a rien qui soit indigne de Dieu ; car si tout est en Dieu, tout découle nécessairement de son essence, et il faut absolument qu’il soit tel que ce qu’il contient, puisqu’il est incompréhensible que des êtres tous matériels soient maintenus et contenus dans un être qui ne le soit point. Cette opinion n’est point nouvelle ; Tertullien, l’un des plus savants hommes que les Chrétiens aient eu, a prononcé contre Apelles que ce qui n’est pas corps n’est rien, et contre Praxéas que toute substance est un 2 corps. Cette doctrine cependant n’a pas été condamnée dans les quatre premiers Conciles Oecuméniques ou généraux. 3

    11. Ces idées sont claires, simples et les seules mêmes qu’un bon esprit puisse se former de Dieu. Cependant il y a peu de gens qui se contentent d’une telle simplicité. Le Peuple grossier et accoutumé aux flatteries des sens demande un Dieu qui ressemble aux Rois de la terre. Cette pompe, ce grand éclat qui les environne l’éblouit de telle sorte, que lui ôter l’idée d’un Dieu à-peu-près semblable à ces Rois, c’est lui ôter l’espérance d’aller après la mort grossir le nombre des courtisans célestes pour jouir avec eux des mêmes plaisirs qu’on goûte à la Cour des Rois ; c’est priver l’homme de la seule consolation qui l’empêche de se désespérer dans les misères de la vie. On dit qu’il faut un Dieu juste et vengeur qui punisse et récompense : on veut un Dieu susceptible de toutes les passions humaines : on lui donne des pieds, des mains, des yeux et des oreilles, et cependant on ne veut point qu’un Dieu constitué de la sorte ait rien de matériel. On dit que l’homme est son chef-d’œuvre et même son image, mais on ne veut pas que la copie soit semblable à l’original. Enfin le Dieu du peuple d’aujourd’hui est sujet à bien plus de formes que le Jupiter des Païens. Ce qu’il y a de plus étrange, c’est que plus ces notions se contredisent et choquent le bon sens, plus le vulgaire les révère, parce qu’il croit opiniâtrement ce que les Prophètes en ont dit, quoique ces visionnaires ne fussent parmi les Hébreux que ce qu’étaient les augures et les devins chez les Païens. On consulte la Bible comme si Dieu et la nature s’y expliquaient d’une façon particulière ; quoique ce livre ne soit qu’un tissu de fragments cousus ensemble en divers temps, ramassés par diverses personnes, et publiés de l’aveu des Rabbins qui ont décidé suivant leur fantaisie de ce qui devait être approuvé ou rejeté selon qu’ils l’ont trouvé conforme ou opposé à la loi de Moïse. 4 Telle est la malice et la stupidité des hommes. Ils passent leur vie à chicaner et persistent à respecter un livre où il n’y a guères plus d’ordre que dans l’Alcoran de Mahomet, un livre, dis-je, que personne n’entend, tant il est obscur et mal conçu ; un livre qui ne sert qu’à fomenter les divisions. Les Juifs et les Chrétiens aiment mieux consulter ce grimoire que d’écouter la Loi naturelle que Dieu, c’est-à-dire la Nature, en tant qu’elle est le principe de toutes choses, a écrit dans le cœur des hommes. Toutes les autres lois ne sont que des fictions humaines, et de pures illusions mises au jour, non par les Démons ou mauvais Esprits qui n’existèrent jamais qu’en idée, mais par la politique des Princes et des Prêtres. Les premiers ont voulu par là donner plus de poids à leur autorité, et ceux-ci ont voulu s’enrichir par le débit d’une infinité de chimères qu’ils vendent cher aux ignorants. Toutes les autres lois qui ont succédé à celle de Moïse, j’entends les lois des Chrétiens, ne sont appuyées que sur cette Bible dont l’original ne se trouve point, qui contient des choses surnaturelles et impossibles, qui parle de récompenses et de peines pour les actions bonnes ou mauvaises, mais qui ne sont que pour l’autre vie, de peur que la fourberie ne soit découverte, nul n’en étant jamais revenu. Ainsi le peuple toujours flottant entre l’espérance et la crainte est retenu dans son devoir par l’opinion qu’il a que Dieu n’a fait les hommes que pour les rendre éternellement heureux ou malheureux. C’est-là ce qui a donné lieu à une infinité de Religions.

    Répondre à ce message

    • Traité des imposteurs de Baruch Spinoza 28 avril 2010 10:14, par MOSHE

      3. Chacun doit demeurer d’accord que tous les hommes sont dans une profonde ignorance en naissant, et que la seule chose qui leur soit naturelle est de chercher ce qui leur est utile et profitable : de là vient 1°. qu’on croit qu’il suffit pour être libre de sentir en soi-même qu’on peut vouloir et souhaiter sans se mettre nullement en peine des causes qui disposent à vouloir et à souhaiter, par ce qu’on ne les connaît pas. 2°. Comme les hommes ne font rien que pour une fin qu’ils préfèrent à toute autre, ils n’ont pour but que de connaître les causes finales de leurs actions et ils s’imaginent qu’après cela ils n’ont plus aucun sujet de doute, et comme ils trouvent en eux-mêmes et hors d’eux plusieurs moyens de parvenir à ce qu’ils se proposent, vu qu’ils ont, par exemple, des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un soleil pour les éclairer etc., ils ont conclu qu’il n’y a rien dans la nature qui ne soit fait pour eux, et dont ils ne puissent jouir et disposer ; mais comme ils savent que ce n’est point eux qui ont fait toutes ces choses, ils se sont cru bien fondés à imaginer un être suprême auteur de tout, en un mot ils ont pensé que tout ce qui existe était l’ouvrage d’une ou de plusieurs Divinités. D’un autre côté la nature des Dieux que les hommes ont. admis leur étant inconnue, ils en ont jugé par eux-mêmes, s’imaginant qu’ils étaient susceptibles des mêmes passions qu’eux ; et comme les inclinations des hommes sont différentes, chacun a rendu à sa Divinité un culte selon son humeur, dans la vue d’attirer ses bénédictions et de faire servir par là toute la nature à ses propres désirs.

      Répondre à ce message

      • Traité des imposteurs de Baruch Spinoza 12 décembre 2010 12:04, par moshe

        2. La source des Dieux étant trouvée, les hommes ont cru qu’ils leur ressemblaient, et qu’ils faisaient comme eux toutes choses pour quelque fin. Ainsi ils disent et croient unanimement que Dieu n’a rien fait que pour l’homme, et réciproquement que l’homme n’est fait que pour Dieu. Ce préjugé est général, et lorsqu’on réfléchit sur l’influence qu’il a dû nécessairement avoir sur les mœurs et les opinions des hommes, on voit clairement que c’est de là qu’ils ont pris occasion de se former des idées fausses du bien et du mal, du mérite et du démérite, des louanges et de la honte, de l’ordre et de la confusion, de la beauté et de la difformité, et des autres choses semblables.

        Répondre à ce message

  • Traité des imposteurs de Baruch Spinoza 28 mai 2015 11:34, par R.P.

    Spinoza écrit dans son « Traité théologico-politique » :

    « Chercher la sagesse et la connaissance des choses dans les livres des prophètes, c’est donc s’écarter entièrement de la voie directe… Les prophètes ont différé non seulement par l’imagination et le tempérament corporel propre à chacun d’eux, mais aussi par les opinions dont ils étaient imbus ; par suite, la prophétie n’a jamais fait que les prophètes eussent plus de science… La révélation différait pour chaque prophète suivant la disposition de son tempérament, de son imagination et en rapport avec ses opinions antérieures. »

    Répondre à ce message

  • Traité des imposteurs de Baruch Spinoza 27 avril 2016 16:53, par MOSHE

    « Nous excluons, chassons, maudissons et exécrons Baruch de Spinoza avec le consentement de toute la Sainte Communauté » affirmait le rabbinat contre Spinoza.

    C’est il y a longtemps mais rien n’a été oublié ni pardonné. En 2013 le rabbinat d’Amsterdam a confirmé sa condamnation et son exclusion ! Ils ont bien raison : Spinoza mérite cette haine des religieux barbus et réactionnaires de toutes les églises !! Pas de regrets du rabbinat et, inversement, pas de regret que Spinoza ait développé une si belle pensée iconoclaste !!! Les barbares de la pensée n’ont pas chassé Spinoza. Ils n’ont fait que souligner sa grande fierté d’avoir affronté ces prisons de la pensée !

    Répondre à ce message

  • Spinoza :

    « … la volonté de Dieu, cet asile de l’ignorance »

    (Ethique, première partie, Appendice).

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0