English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 10 - Livre Dix : SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS > La grève Talbot en 1984

La grève Talbot en 1984

samedi 23 janvier 2010

En annonçant le 12 juillet son intention de supprimer près de 8 000 emplois sur l’ensemble du groupe Peugeot-Talbot, et déposant auprès des autorités un dossier, la direction PSA mettait le gouvernement au pied du mur.

Le gouvernement feint la surprise... et se donne deux mois pour examiner le dossier, avec la nomination d’un expert pour évaluer la situation du groupe Peugeot.

Le 11 octobre, la direction du travail des Yvelines, chargée du dossier Peugeot-Talbot, accepte le principe de 4 510 départs en pré-retraite (dont plus de 1 200 à Poissy, le reste à Sochaux). Mais elle refuse les 2 905 licenciements demandés chez Talbot, car « le plan social d’accompagnement est insuffisant » . Ainsi il apparaît dès lors pour l’administration que les licenciements sont inéluctables, il ne manque que la « sauce » autour. Peugeot est prié de revoir son dossier dans ce sens.

Mais pour les travailleurs de Talbot, c’est l’attente et l’inquiétude. Début décembre, la direction de PSA qui s’impatiente elle aussi et qui négocie avec Bérégovoy, annonce de nouvelles journées de chômage technique : entre le 12 et le 23 décembre, l’usine ne tournera qu’avec la moitié des effectifs (l’équipe du matin, l’autre restera à la maison avec 50 % du salaire) ; du 23 décembre au 2 janvier, l’usine sera fermée pour cause de congés (5e semaine).

II faut donc réagir tant que l’effectif est au complet.

Le mercredi 7 décembre au soir, à 20h 30, à l’appel séparé de la CGT et de la CFDT, l’usine Talbot est en grève pour 24 heures reconductibles. La grève

La grève sera totale, elle concernera toute la production (13 000 personnes) et rencontrera, disent les syndicats, la sympathie des employés et même des cadres.

C’est cette réaction massive, déterminée des travailleurs qui va déranger les manoeuvres en cours. Visiblement après le rapport de l’expert, le gouvernement avait accepté le principe des licenciements. Restait à mettre au point, avec Peugeot, une formule de plan social qui ait un peu de tenue. C’était la tâche de Bérégovoy. Mais devant le mécontentement des ouvriers et leur décision, le gouvernement embarrassé, tente de gagner du temps et de retarder sa réponse. Ces tergiversations alimentent les illusions.

er décembre : « Monsieur Calvet, directeur de PSA, ne peut continuer en toute tranquillité la politique qu’il pratiquait lorsqu’il était chef de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing et de narguer les décisions gouvernementales : refus des licenciements. Ce qui lui est demandé, ce n’est pas de faire en douceur ce qui lui a été refusé de faire brutalement, mais d’avancer d’autres solutions, garantissant l’emploi et le maintien de la marque Talbot » .

Ainsi, le PCF comme la CGT, prêtent au gouvernement la ferme volonté de « refuser les licenciements ». Tactique, ou ignorance ? C’est le moment où Georges Marchais, à propos de SKF, s’en prend au ministre Laurent Fabius, et affirme la volonté des communistes de défendre l’emploi.

L’Humanité du 10 décembre précise même : « Du côté des pouvoirs publics, aucune décision officielle, ni officieuse n’a été prise, contrairement à ce qu’a pu déclarer après une rencontre avec la direction départementale du travail, le syndicat CFDT de l’usine, selon lequel le problème était tranché dans le sens de l’acceptation des licenciements. C’est faux. Rien n’est joué » .

Quant à Poperen, il explique dans une interview au Matin : « Elle (la direction) prétend que supprimer trois mille emplois à Poissy c’est permettre d’en gagner douze mille. Tout le monde sait qu’il s’agit d’un mensonge et que l’objectif est de parvenir rapidement à un effectif maximal de 8 000 salariés à Poissy » . Ce « mensonge » deviendra pourtant l’argument officiel du gouvernement, après la conclusion de l’accord avec Peugeot, il sera même repris par Nora Tréhel début janvier pour expliquer aux travailleurs qu’il n’y a rien de mieux à espérer.

En fait durant cette première phase de la grève, alors que la CFDT dénonce l’intention des autorités de laisser faire les licenciements, la CGT prétend elle, que rien n’est fait, et laisse entendre que le gouvernement peut refuser.

Le lundi 12, la grève est reconduite par plusieurs milliers d’ouvriers et pas seulement de l’équipe du matin. La CGT a appelé, malgré la consigne de la direction, l’équipe du soir - officiellement en chômage technique - à venir aussi à l’usine. Talbot s’installe dans la grève.

Après une entrevue avec Bérégovoy et Ralite, le secrétaire de la Fédération de la métallurgie CGT, André Sainjon, déclare : « la direction de PSA semble persister dans sa volonté de licencier. Pour la CGT, il n’est pas question d’accepter de licenciements chez Talbot. Il est possible, par la négociation, d’envisager des solutions telles que la réduction du temps de travail, l’avancée de l’âge de la retraite pour les travailleurs sur chaîne, le développement de la formation, le recyclage » .

En fait, au gouvernement, on s’active pour trouver une solution mais Peugeot ne veut rien entendre. Il n’a que faire de l’embarras du gouvernement socialiste. Il a fait ce que Bérégovoy et Ralite lui avaient demandé, un peu de « social », il n’ira pas outre : au gouvernement de prendre ses responsabilités. Sinon...

Sinon, le jeudi 15 décembre, au cours d’un CE extraordinaire, le directeur de Peugeot automobile annonce que vu la situation dans l’usine, les salaires ne seront plus payés à compter du 19 décembre (y compris pour l’équipe de nuit jusque là indemnisée à 50 %), qu’elle suspend son plan d’investissement pour la modernisation de l’usine de Poissy et déclare : « la présence du personnel sur le lieu du travail est devenue sans objet ».

C’est un coup de force et un chantage. Le gouvernement accuse le coup. Mauroy en voyage dans la Somme a beau dire « le gouvernement n’a pas à se presser, n’a pas à dire « mais oui, mais oui » aux patrons. Les travailleurs ont leurs amis au gouvernement, qu’ils le sachent » , le week-end va être consacré à régler l’affaire Talbot. Un accord est signé le samedi 17 entre le gouvernement et la direction Peugeot. Le nombre de licenciements est ramené de 2 905 à 1 905. 1 300 licenciés iraient en FPA, une centaine serait formée par Peugeot à la réparation automobile, les autres seraient « reclassés » à l’extérieur de Peugeot, une prime de 20 000 francs à tout employeur embauchant des Talbot ! Personne n’irait pointer au chômage.

C’est un accord « exemplaire » estime le gouvernement. C’est un « effort pour une solution humaine » estime Ralite qui juge ces « acquis intéressants » . Les travailleurs refusent l’accord

Les travailleurs vont en décider autrement.

Le lundi 19 décembre, alors que l’usine est théoriquement fermée (la direction de Peugeot a fait savoir la veille que l’établissement de Poissy était en chômage technique jusqu’au 23, date des congés d’hivers) qu’il n’y a ni car, ni train Talbot, des centaines de travailleurs se rendent à l’usine, les lettres de licenciement sont parties, mais personne ne le sait encore. Et très vite le clivage se fait. La CGT, en la personne de Nora Tréhel, explique longuement le contenu de l’accord gouvernemental : « c’est un acquis de notre lutte. Ce sont des points positifs que nous avons arrachés à PSA : Talbot vivra !... On annonce 1 905 départs de l’entreprise. Nous le déplorons. Ce n’est pas nous qui avons négocié cela » .

La CGT déplore, mais ne condamne pas. La CFDT, elle, dit carrément « non à aucun licenciement » . C’est elle qui est applaudie.

A partir de cette date du 19 décembre, la CGT va remplir son rôle de syndicat « responsable », sans donner l’ordre de reprise. (Officiellement, elle dit qu’il faut continuer la lutte pour obtenir de négocier cas par cas sur les 1 905 licenciements). Mais sans parler ouvertement de grève. La CGT demande aux travailleurs de « venir surveiller l’outil de travail pendant le chômage » ! Elle dénonce ouvertement l’orientation de la CFDT, les éléments extérieurs à l’usine, les médias et l’intransigeance de PSA. Elle demande une fois de plus l’intervention des pouvoirs publics pour la mise sur pied d’une réunion tripartite auprès du préfet des Yvelines.

Et les travailleurs, eux ? Impossible de savoir ce que ressent l’immense majorité des salariés de Talbot qui ne sont pas venus à l’usine. Mais ceux qui sont présents (peut-être 1 000 ou 1 500) discutent beaucoup. La plupart dénoncent la pseudo formation qu’on leur propose, ils n’y croient pas, ils ne croient surtout pas qu’après, ils trouveront de l’emploi ; certains parlent ouvertement du « retour au pays », mais avec leurs droits. Tous sont d’accord pour continuer la lutte, il n’y a pas d’autre solution.

Le mardi, les premières lettres de licenciement sont arrivées à domicile Les grévistes les font circuler. Au fil de la journée des licenciés arrivent à l’usine. L’idée de la « prime au retour » gagne du terrain parmi les émigrés. Quelques délégués des chaînes, « dissidents » de la CGT, algériens et marocains, tiennent une sorte de conférence de presse : « les immigrés de Talbot veulent retourner dans leur pays avec des conditions décentes. Ces conditions, nous les avons chiffrées ». Les directions syndicales sont prises de court. La CGT parle de « manipulation ». La CFDT ne repousse pas la revendication mais elle ne la reprend pas car elle fixe son activité sur le refus de tout licenciement.

La CGT au fil des jours va s’efforcer de reprendre ses troupes en main. Elle intègre en partie la revendication de l’aide au retour, elle refuse les licenciements « arbitraires » (!), elle multiplie les démarches pour l’obtention de nouvelles négociations. Aucune riposte d’ensemble à talbot, une minorité bien déterminée occupe l’usine

Durant toute la semaine, dans l’usine occupée, se retrouvent quelques centaines de travailleurs, licenciés ou non., (pour beaucoup militants syndicalistes ou délégués de chaîne), les autres travailleurs de Talbot sont restés chez eux, au chômage technique et, à partir du 23, officiellement en congés payés. Dans la journée, certains viennent aux nouvelles.

Mais les Talbot sont seuls. Durant ces interminables journées (les « occupants » passent le réveillon dans l’usine), le conflit, qui pourtant intéresse tous les travailleurs de l’automobile, qui passionne les militants, qui est l’objet de discussions dans les foyers d’immigrés, le conflit reste circonscrit à Talbot et, plus précisément, à quelques centaines de travailleurs et militants syndicalistes. Les syndicats CGT et CFDT sur le plan départemental organisent bien quelques manifestations de sympathie, des collectes, des messages de solidarité. Mais de riposte unitaire et massive des travailleurs de l’automobile, il n’en sera jamais question. Cela aurait pourtant été la seule réponse capable de faire reculer le gouvernement et les patrons de l’automobile.

Mais les confédérations ne font rien. Elles laissent les militants locaux aux prises avec les problèmes, les discussions, les débats, les décisions à prendre. Au sommet, la CGT multiplie des démarches auprès du gouvernement, pour de « nouvelles négociations ». La CFDT critique « l’immobilisme et le secret » de la politique gouvernementale. Mais jamais, à aucun moment, il n’est question d’engager la classe ouvrière de l’automobile dans une épreuve de force décisive pour empêcher les patrons de licencier et de faire payer la crise aux travailleurs.

Manifestement, ce n’est ni dans la perspective, ni dans la stratégie des centrales. Elles ne sont pas là pour cela, leur rôle conservateur joue dans l’autre sens, et pas seulement parce que la gauche est au gouvernement. Sous Giscard, les sidérurgistes de Longwy se sont battus seuls pendant de longues semaines. Mais, parce que la gauche est au gouvernement, la CGT s’est trouvée même sur le plan local en porte-à-faux, dans un conflit où elle aurait pu, autrement, sur le plan local, conduire de façon déterminée. Cette fois, entre les travailleurs en lutte et le gouvernement, la CGT, très ouvertement, a choisi le gouvernement. Et cela s’est vu et continue à provoquer des remous dans ses rangs.

Alors à Talbot, ce n’était plus qu’une question de jours. Après plusieurs provocations, la direction obtint du Tribunal un arrêté d’expulsion. Les CRS rentrent dans l’usine et font évacuer les occupants. Peugeot, pressé d’en finir, commence à regrouper sa maîtrise, à faire donner la CSL locale et parisienne. L’ouverture de l’usine est repoussée au 3 janvier. Le dénouement

Quand, le 3 janvier, les travailleurs de Talbot se présentent enfin, la CFDT regroupée au B3 appelle à la poursuite de la grève. La CGT sans parler de reprise, appelle à la raison « on fera ce que les ouvriers décideront » . Tout le monde comprend que la CGT « lâche ». Les grévistes ne sont pas très nombreux (1 000 ou 1 500), mais comme le B3, l’atelier d’assemblage est occupé par eux, toute l’usine ou presque est paralysée, les travailleurs sont dans l’expectative.

Manifestement, les 16 000 travailleurs de Talbot ne sont plus unanimes pour la grève. Ils ne savent pas trop, la plupart ont endossé leur bleu, prêts à reprendre le travail, prêts aussi sans doute à entendre les consignes syndicales. Mais la division entre CGT et CFDT est manifeste. Une tentative de grévistes pour dépasser cette division en s’inscrivant pour un comité de grève fait long feu. Les premiers heurts avec la maîtrise et la CSL se produisent très vite. Ils sont violents. Et le jeudi 5 janvier, dès l’embauche, les commandos CSL venus de toute la région parisienne (Citroën et concessionnaires Talbot ou Citroën) ont pris position autour du B3.

L’immense majorité des travailleurs de Talbot ne sont pas dans le coup. La bagarre est circonscrite entre les 1 000 grévistes du B3, la CFDT et la CGT et, à l’extérieur, les commandos CSL. Après quelques échanges très durs, la CFDT demande l’intervention des forces de l’ordre. Ce n’est qu’en fin d’après-midi que les grévistes assiégés pourront quitter l’usine. La direction annonce la fermeture de l’usine, pour réfection.

Pour les Talbot, c’est fini. La reprise du travail se fera progressivement à partir du 11 janvier sur convocations individuelles.

5 Messages de forum

  • La grève Talbot en 1984 11 octobre 2013 00:39, par ollecram

    quand on à vécu ça, il y à de quoi pleurer !

    Où sont tous ces gens qui, comme eux ont pris des boulons dans la gueule, pris des insultes et des crachats .
    La c.s.l , ex CGSI en 59, ex C F T en 73 , ex S N A en 80 , ex C S L en 94 ( le nom change à chaque meurtre) .

    A tous les jeunes qui seraient tentés de se laisser caresser par les "douces ailes" de jean-marine le pen je leurs pressends tout ça !!!!

    LES GRÊVES TALBOT 84 ET AUTRES DOIVENT SERVIR D’EXEMPLE DE SOLIDARITE , DE FRATERNITE, ET DE NON RACISME,
    CETTE LUTTE A ETE L’ABOUTISSEMENT D’UNE COLERE QUI COUVAIT DEPUIS ONZE ANNEES ;
    FIER DE CE QUE J’ AI FAIT !
    REGARDEZ CE DOSSIER et REFLECHIS’Y

    Répondre à ce message

    • La grève Talbot en 1984 14 octobre 2013 17:20

      si ça te dis, j’en parlerais volontiers avec toi car cette grève, je l’ai vécue un petit peu sans être ouvrier de Talbot mais en y entrant aux côtés de camarades marocains avec lesquels je discutais et qui ont tenté de faire un comité de grève...

      Robert Paris

      Répondre à ce message

  • La grève Talbot en 1984 9 octobre 2014 16:51, par rawal

    Ah c’est vraiment formidable ....d’avoir fait disparaître une si belle marque. Quelle victoire extraordinaire. Tous ces emplois disparus. Merci à la lutte des classes et aux gros braillards syndicalistes totalement coupés des réalités économiques. Tous ces gens qui en réalité seraient incapables de diriger une entreprise et qui ont besoin d’un ennemi pour se sentir importants, ...ça continu à m’écœurer trente ans plus tard, d’autant que le spectacle continu. Les gens ne se rendront compte de cette absurdité que quand il sera trop tard et que l’entreprise qu’ils ont réussi à couler à force de connerie aura disparu comme la regrettée Talbot.

    Répondre à ce message

    • La grève Talbot en 1984 9 octobre 2014 19:32, par Robert Paris

      Tu nous la bailles belle ! Tu dis : « formidable ....d’avoir fait disparaître une si belle marque » !!!

      Trop drôle, tu crois peut-être que c’est la lutte de classe qui a fait que Peugeot a mangé Talbot !!! Je crois plutôt que c’est la lutte des requins entre eux qui a fait non seulement disparaître Talbot mais de multiples marques d’automobiles dont voici la liste. J’espère que tu crois qu’eux aussi ont disparu à cause de la lutte des classes, parce que cela signifierait que le camp des travailleurs est fort, très fort !!!

      A

      A. J. Stevens
      Acadian (constructeur automobile)
      Adler (automobile)
      Alan (automobile)
      Allard (entreprise)
      Allstate
      Alpine (entreprise)
      Alvis
      American Motors Corporation
      Amilcar (entreprise)
      Amor (automobile)
      Ansaldi
      Apal
      Aquila Italiana
      Ariès (entreprise)
      Arimofa (automobile)
      Arista (entreprise)
      Armstrong Siddeley
      ARO (entreprise)
      Arrol-Johnston
      ASA (automobile)
      Ateliers de construction de motocycles et d’automobiles
      Atlantic (automobile)
      Auburn (automobile)
      Audibert et Lavirotte
      Austin (automobile)
      Austin-Healey
      Auto Union
      Autobianchi
      Autobleu
      Autodelta
      Automobiles Barré
      Automobiles Talbot-Lago

      B

      Ballot (automobile)
      Barreiros SA
      De Bazelaire
      Bédélia
      Belga Rise
      Automobiles Bellanger Frères
      Benjamin (entreprise)
      Compagnie Bergmann
      Berliet
      Bignan (entreprise)
      Jacques Bignan
      Birmingham Small Arms Company
      Bollack Netter et compagnie
      Borgward
      Brasier (entreprise)
      Bravo (automobile)
      British Motor Corporation
      Bucciali
      Moteurs Buchet
      Bulgarrenault

      C

      Car Système
      Ceirano
      Chantiers de La Buire
      Chappe et Gessalin
      Chapuis-Dornier
      Charron (entreprise)
      Chenard et Walcker
      Chrysler Europe
      Compagnie industrielle et commerciale du cycle et de l’automobile
      Cord Automobile
      Corre La Licorne
      Cottereau (société)
      Cottin & Desgouttes

      D

      D’Yrsan


      D (suite)

      Daimler Motor Company
      Darl’mat
      De Dion-Bouton
      De Luca Daimler
      Delage (entreprise)
      Delahaye
      Delaunay-Belleville
      DeLorean Motor Company
      Derby (constructeur)
      DeSoto
      Deutsch-Bonnet
      Devrim
      Donnet-Zédel
      Dubos Frères
      Duesenberg (automobile)

      E

      Eagle (automobile)
      Edsel
      Ego (automobile)
      Elva (entreprise)
      Elva (automobile)
      ENASA
      Essex Motor Company

      F

      Fábrica Nacional de Motores
      Fabrique d’Automobile Belge
      Facel Vega
      Fafnir (automobile)
      Faget & Varnet
      Farman (automobile)
      Fiat Neckar
      Fiat-NSU
      FIAV C.A.
      Figoni & Falaschi
      Automobiles Filtz
      FN Herstal

      G

      Geo
      Georges Irat
      Gladiator (société)
      GM Daewoo
      Gobron-Brillié
      Graham-Paige

      H

      Hanomag-Henschel
      Hansa-Automobil
      Henry Bauchet
      Hillman
      Hommell (entreprise)
      Horch
      Hotchkiss
      Hudson Motor Car Company
      Hummer

      I

      Imperia (Automobile)
      Innocenti (entreprise)
      ISO (entreprise)
      Isotta Fraschini
      Isotta Fraschini Motori
      Itala (entreprise)

      J

      Janvier, Sabin et Cie
      JAP (moteur)
      Jidé

      K

      Kaiser Motors

      L

      Laffly
      LaSalle (automobile)
      Latil (entreprise)
      Le Zèbre (entreprise)
      Lea Francis
      Lesshaft
      Letourneur & Marchand
      Marcel Leyat


      L (suite)

      Little Motor Car
      Lorraine-Dietrich

      M

      Martinette
      Martini (constructeur automobile)
      Matford
      Mathis (entreprise)
      Matra (entreprise)
      Maybach
      Mayrette
      Mercury (automobile)
      Minerva (automobile)
      Mini Comtesse
      Monica (entreprise)
      Monteverdi (automobile)
      Carrozzeria Moretti SpA
      Morris (automobile)
      Mors (constructeur)
      Moskvitch (voiture)
      Motobloc

      N

      Nacional Pescara
      Napier & Son
      Nash Motors
      NSU Motorenwerke AG
      Nufmobil

      O

      O.S.C.A.
      Oakland (automobile)
      Officine Stampaggi Industiali
      Oldsmobile
      Oltcit
      Overland Automobile

      P

      Packard Motor Car Company
      Panther Westwinds
      Peel Engineering Company
      Pic-Pic
      Pierce-Arrow
      Pinart (entreprise)
      Plymouth (automobile)
      Pontiac (automobile)

      R

      Automobiles René Bonnet & Cie
      Reynard Motorsport
      Georges Richard (industriel)
      Riley (automobile)
      Ripert (entreprise)
      Rochet-Schneider
      Rolland-Pilain
      Rolls-Royce Limited
      Rolls-Royce Motors
      Rosengart
      Rover (automobile)
      Rovin
      Ruska Buggy

      S

      Salmson
      Santana Motor
      Saturn (automobile)
      Théodore Schneider
      Seddon Atkinson
      Selve Automobilwerke AG
      Siata
      Sima-Violet
      Simca
      Simca Industries
      Simplex (automobile)
      Sinclair Vehicles Ltd
      Singer (automobile)
      Sinpar
      Sizaire-Naudin

      Répondre à ce message

  • La grève Talbot en 1984 15 janvier 2017 07:08

    Voir la grève Talbot Poissy :

    cliquer ici

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0