English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 03- L’extermination des Juifs d’Europe > Quand les juifs d’Europe se tournaient non seulement vers le sionisme mais (...)

Quand les juifs d’Europe se tournaient non seulement vers le sionisme mais vers la révolution socialiste et communiste

mardi 17 août 2021, par Ephraïm, Robert Paris

Quand les juifs d’Europe se tournaient non seulement vers le sionisme mais vers la révolution socialiste et communiste

Extrait de l’avant propos de Bernard Suchecky de « Mémoires d’un révolutionnaire juif » de Mendel :

« Ce récit contribue à réhabiliter un inconnu, le prolétaire juif d’Europe orientale et centrale, que la mythologie juive contemporaine rejette à sa périphérie et travestit soigneusement. » « Qu’on réfléchisse un instant aux représentations actuelles de la vie et de l’histoire juives et à ce qu’elles omettent d’arracher à l’oubli. Dire et montrer la tentative d’extermination des populations juives par les nazis, par exemple, ne s’est pas fait sans méprises. Combien de représentations littéraires et cinématographiques du génocide n’ont-elles pas été piégées par le trop plein de drame qu’elles s’efforçaient de capter  ? » et « Paradoxalement, l’hyper-dramatisation du cauchemar a fini par dénaturer l’événement et par nuire à son intelligibilité. Un pas supplémentaire dans ce sens a été franchi récemment avec la transformation du génocide en holocauste, en sacrifice offert à Dieu. À terme, c’est la responsabilité et la vigilance des sociétés contemporaines qui se trouvent ainsi dangereusement hypothéquées. »

« Autre mutilation du sens  : le romantisme pastoral qui sévit aujourd’hui à propos du shtet’l, la bourgade juive d’Europe de l’Est. Une génération née au lendemain du génocide et ancrée dans le judaïsme par la nostalgie et l’imaginaire croit renouer avec son appartenance en rêvant à un petit monde attendrissant mais qui n’eut jamais la moindre réalité. Aucune turbulence n’agite ces décors en trompe-l’oeil peuplés de silhouettes chagalliennes. On recompose ainsi un univers céleste avant même qu’il ait été envoyé au ciel par les nazis. »

« Israël, avec sa panoplie de pionniers et de déserts en fleurs, a également sa part de responsabilité dans ce filtrage du passé. Tournant le dos à la Dispersion, l’État juif avance une version de l’histoire juive dont il est bien entendu le but et le mot de la fin. Les concurrents historiques du mouvement sioniste, en particulier ceux qui adhéraient aux valeurs universalistes du mouvement ouvrier international, n’y occupent évidemment guère de place. »

J’en ajoute au moins une autre : garder en mémoire la politique criminelle de l’État stalinien et des Partis Communistes et les crimes (assassinats, dénonciation aux appareils répressifs, etc. ) tout aussi réels de certains dirigeants ou affiliés de ces partis. Il était minuit dans le siècle, la lumière blafarde des deux jumelles (nazisme et stalinisme) écrasait toute velléité d’émancipation. C’est aussi le récit d’engagements flottants ou entremêlés entre anarchisme, Bund, bolchevisme ou trotskisme. La recherche des collectifs les plus à même d’organiser les travailleurs et de développer une politique d’émancipation pour changer radicalement la société.

Le yiddisland a disparu, rayé de la carte. Que la mémoire de ces militant-e-s, de ces femmes et de ces hommes de la « rue juive », ne soient pas enfouies sous les cendres de l’oubli.

Hersh Mendel, « Mémoires d’un révolutionnaire juif » (en anglais)

Hersh Mendel, « Mémoires d’un révolutionnaire juif » (en italien)

Lire aussi sur Mendel

Nathan Weinstock, « Le pain de misère »

Extraits de "Le pain de misère" :

PDF - 4.1 Mo

Brossat, Klingberg, “Le Yiddishland révolutionnaire”

Peretz, Weinstock, “Les oubliés du shetetl : Yiddisland”

R. Paris, « Le génocide des Juifs d’Europe. Pour quelle raison ? »

R. Paris, « Révolutions des Juifs des camps »

Lire aussi

Et aussi un roman : Sarah Frydman, « Les moissons mortes »

Minczeles, « Une histoire des Juifs de Pologne »

Léon Trotsky sur la question juive et le sionisme

Albert Londres, "Le juif errant est arrivé"

The Holocaust of Jews by the nazis... Why ?

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0