English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > 11 novembre 1918 : c’est la révolution prolétarienne qui a arrêté la première (...)

11 novembre 1918 : c’est la révolution prolétarienne qui a arrêté la première guerre impérialiste mondiale !!!

mardi 11 novembre 2014, par Robert Paris

11 novembre 1918 : c’est la révolution prolétarienne qui a arrêté la première guerre impérialiste mondiale !!!

Octobre 1917, en prenant le pouvoir en Russie, les travailleurs organisés dans les soviets lancent la vague révolutionnaire en Europe qui s’attaque à la guerre et à l’impérialisme. C’est elle qui a contraindre les puissances impérialistes à arrêter la guerre, non seulement en renversant le kaiser allemand mais en menaçant les puissances anglaise et française d’une révolution…

CHRONOLOGIE

1918

8 janvier : Le dirigeant de l’impérialisme américain Wilson, qui a pris la tête des impérialismes français et anglais, proclame ses « 14 points » dont le "droit des peuples à disposer d’eux-mêmes", et la fondation de la société des nations pour contrer l’appel aux nationalités opprimées de la révolution russe dont la direction bolchevique de Lénine et Trotsky s’affirme publiquement comme le premier pas de la révolution communiste pour renverser mondialement l’impérialisme et la domination bourgeoise sur la société humaine.

Janvier 1918 : grèves en Autriche –Hongrie

Le 28 janvier 1918, une grève générale éclate dans un grand nombre de villes allemandes : Berlin, Hambourg, Kiel, Breslau, Danzig, Mannheim, Munich, Nuremberg, … La grève est interdite et l’état de siège est renforcé. Cela n’empêche pas une nouvelle grève de masse à Berlin du 15 au 17 avril.

Du 28 au 31 janvier : grève ouvrière à Berlin et dans plusieurs villes ouvrières.

25 janvier-15 mai : Guerre civile finlandaise qui se termine par l’écrasement militaire des comités populaires et communistes par les troupes blanches.

Mars-mai : Grèves à Paris et Saint-Étienne.

Mars : formation des armées blanches contre la révolution russe. 25 octobre : Trois partis d’opposition, le parti radical, le parti social-démocrate et le parti d’indépendance du comte Károlyi forment en Hongrie le Conseil national.

Le 30 octobre, à Kiel, alors que la flotte de guerre allemande s’apprête à appareiller, les matelots de plusieurs cuirassés se révoltent et éteignent les chaudières. L’état-major envoie des torpilleurs contre les mutins : 400 mutins sont arrêtés. Mais l’agitation se répand comme une traînée de poudre auprès des autres matelots. Le 4 novembre, il y a 20.000 révoltés à Kiel et les drapeaux rouges flottent partout. Seul le navire Kônig arbore encore les couleurs impériales. Les matelots des autres unités de la flotte demandent que ce pavillon soit amené. La révolution s’étend progressivement dans tout le pays.

Révolution à Vienne et chute de la monarchie austro-hongroise. Le Conseil national hongrois est porté au pouvoir par la « révolution des Asters ». Début du gouvernement de coalition du comte Mihály Károlyi en Hongrie.

31 octobre : Allemagne : Le Conseil des ministres se prononce pour l’abdication de Guillaume II d’Allemagne.

4 novembre : Fondation du parti communiste hongrois dirigé par le journaliste proche de Lénine, Béla Kun.

Du 5 au 9 novembre : vague révolutionnaire en Allemagne portée par des conseils ouvriers et soldats.

Le 6 novembre à Hambourg, 70.000 ouvriers sortent des usines et se rassemblent pour adopter un programme révolutionnaire. Ils décident d’arrêter l’état-major et de s’emparer d’une imprimerie. Le 7 novembre, des conseils ouvriers apparaissent à Wilhelmshaven, Hanovre, Cologne et Munich. Le 8, le mouvement s’étend à toutes les grandes villes du pays.

7 novembre : Allemagne : Kurt Eisner prend la tête d’un conseil d’ouvriers et de soldats à Munich et tente de fonder une Confédération des États du Sud. Fuite du roi de Bavière.

9 novembre : Révolution à Berlin, abdication du Kaiser Guillaume II face à des insurrections qui enflamment le pays. Le social-démocrate Friedrich Ebert forme le nouveau gouvernement qui se prétend « conseil des commissaires du peuple » pour imiter le nom du gouvernement russe et cacher qu’il s’agit d’un gouvernement bourgeois contre-révolutionnaire. Fin de l’Empire allemand, proclamation de la république.

10 novembre : Allemagne - Formation d’un conseil suprême des conseils d’ouvriers et de soldats. L’empereur Guillaume II s’enfuit aux Pays-Bas.

Le 10 novembre, alors que Guillaume II s’enfuit en Hollande, Ebert prend la présidence du conseil des commissaires du peuple et se met en rapport avec l’état-major afin de lutter contre le « bolchevisme ». La décision est prise de signer l’armistice pour désamorcer le mouvement révolutionnaire.

La signature de l’armistice, le 11 novembre, vécue comme une capitulation par la caste militaire, et l’abdication de l’empereur ont bouleversé les cartes politiques pour la bourgeoisie qui compte utiliser le SPD pour éteindre l’incendie de la révolution … on connait la suite !

12 novembre : Charles Ier d’Autriche renonce au pouvoir sans abdiquer. Proclamation de la république allemande d’Autriche. Le droit de vote est accordé aux femmes en Autriche.

12 novembre-14 novembre : Grève générale en Suisse, 250 000 ouvriers se mettent en grève, le Conseil fédéral répond par la force en envoyant l’armée.

14 novembre : En Pologne, Józef Piłsudski obtient les pleins pouvoirs du Conseil de régence et met en place la terreur blanche.

16 novembre : Proclamation de la République démocratique hongroise, indépendante de l’Autriche-Hongrie. Le gouvernement Károlyi prend des mesures radicales pour démocratiser le pays et alléger la condition ouvrière et paysanne. Il devoir rapidement céder le pouvoir aux soviets de travailleurs hongrois.

18 novembre : Les soviets prennent le pouvoir en Lettonie.

la suite

Novembre 1918 : Quand la révolution allemande mettait fin à la guerre

La révolution de novembre 1918 en Allemagne

Le 11 novembre, la fête de la barbarie guerrière

La révolution allemande de 1918-19

Les puissances impérialistes pendant la vague révolutionnaire en Europe

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0