English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - Livre Un : PHILOSOPHIE > LIVRE UN - Chapitre 12 : Annexes philosophiques > La conception matérialiste de l’histoire

La conception matérialiste de l’histoire

samedi 15 janvier 2022, par Robert Paris

Plekhanov

La conception matérialiste de l’histoire

(1891)

I

Il faut avouer que c’est avec beaucoup de préjugés que nous avons repris le livre de ce professeur romain. Nous avions été assez effrayés par certains ouvrages de certains de ses compatriotes – A. Loria, par exemple (voir notamment La teoria economica della constituzione politica ). Mais une lecture des toutes premières pages suffisait à nous convaincre que nous nous étions trompés, et qu’Achille Loria est une chose et Antonio Labriola une autre. Et quand nous sommes arrivés à la fin du livre, nous avons senti que nous aimerions en discuter avec le lecteur russe. Nous espérons qu’il ne sera pas fâché contre nous. Car après tout, « si rares sont les livres qui ne sont pas banals ! »

Le livre de Labriola est paru pour la première fois en italien. La traduction française est maladroite, et par endroits positivement malheureuse. Nous le disons sans hésiter, bien que nous n’ayons pas devant nous l’original italien. Mais l’auteur italien ne peut être tenu responsable du traducteur français. En tout cas, les idées de Labriola sont claires même dans la traduction française maladroite. Examinons-les.

M. Kareyev, qui, comme nous le savons, lit avec beaucoup de zèle et parvient avec le plus de succès à déformer toute « œuvre » ayant un quelconque rapport avec la conception matérialiste de l’histoire, inscrirait probablement notre auteur dans la liste des « matérialistes économiques ». Mais ce serait faux. Labriola adhère fermement et assez systématiquement à la conception matérialiste de l’histoire, mais il ne se considère pas comme un « matérialiste économique ». Il est d’avis que ce titre s’applique plus à des écrivains comme Thorold Rogers qu’à lui-même et à ceux qui pensent comme lui. Et c’est parfaitement vrai, même si à première vue cela peut ne pas sembler très clair.

Demandez à n’importe quel Narodnik ou subjectiviste ce qu’est un matérialiste économique, et il vous répondra qu’un matérialiste économique est celui qui attribue une importance prédominante au facteur économique dans la vie sociale. C’est ainsi que nos Narodniks et nos subjectivistes comprennent le matérialisme économique . Et il faut avouer qu’il y a sans doute des gens qui attribuent au « facteur » économique un rôle prépondérant dans la vie de la société humaine. M. Mikhaïlovski a plus d’une fois cité Louis Blanc comme celui qui avait parlé de la prédominance de ce facteur bien avant un certain maître de certains disciples russes. Mais une chose que nous ne comprenons pas : pourquoi notre vénérable sociologue subjectif s’en est-il pris à Louis Blanc ? Il aurait dû savoir qu’à cet égard Louis Blanc avait eu de nombreux prédécesseurs.Guizot , Minier, Augustin Thierry et Toqueville ont tous reconnu le rôle prépondérant du « facteur » économique, au moins dans l’histoire du Moyen Âge et des temps modernes. Par conséquent, tous ces historiens étaient des matérialistes économiques. De nos jours, ledit Thorold Rogers, dans son interprétation économique de l’histoire , s’est également révélé être un matérialiste économique convaincu ; lui aussi reconnaissait l’importance prédominante du « facteur » économique.

CeIl ne faut pas en conclure, bien sûr, que les opinions sociales et politiques de Thorold Rogers étaient identiques à celles, disons, de Louis Blanc : Rogers soutenait le point de vue des économistes bourgeois, alors que Louis Blanc était à une époque un Socialisme. Si on avait demandé à Rogers ce qu’il pensait du système économique bourgeois, il aurait dit qu’à la base de ce système se trouvent les attributs fondamentaux de la nature humaine, et que, par conséquent, l’histoire de son essor est l’histoire de l’élimination progressive d’obstacles qui, à un moment donné, ont entravé, voire totalement exclu, la manifestation de ces attributs. Louis Blanc, au contraire, aurait déclaré que le capitalisme lui-même était l’un des obstacles soulevés par l’ignorance et la violence à la création d’un système économique qui correspondrait enfin réellement à la nature humaine.Ceci, comme vous le voyez, est une différence très importante.

Qui serait le plus proche de la vérité ? Pour être franc, nous pensons que ces deux écrivains en étaient à peu près également éloignés, mais nous n’avons ni le désir ni l’occasion de nous y attarder ici. Ce qui est important pour nous en ce moment, c’est autre chose. Nous demandons au lecteur d’observer que, de l’avis de Louis Blanc et de Thorold Rogers, le facteur économique, qui prédomine dans la vie sociale, était lui-même, comme le disent les mathématiciens, une fonction de la nature humaine, et principalement de l’esprit humain et connaissance humaine. Il en va de même des historiens français de la Restauration cités plus haut. Eh bien, et quel nom donnerons-nous aux vues sur l’histoire de gens qui, bien qu’ils affirment que l’économiefacteur prédomine dans la vie sociale, mais êtes-vous convaincu que ce facteur – l’ économie de la société – est à son tour le fruit de la connaissance et des idées humaines ? De telles vues ne peuvent être qualifiées que d’idéalistes .

Nous constatons ainsi que le matérialisme économique n’exclut pas nécessairement l’idéalisme historique . Et même cela n’est pas tout à fait exact ; nous disons que cela n’exclut pas nécessairement l’idéalisme mais ce que nous devrions dire, c’est que peut-être – comme cela a été le plus souvent jusqu’à présent – ​​ce n’est rien d’autre qu’une variété d’idéalisme . Après cela, on comprendra pourquoi des hommes comme Antonio Labriola ne se considèrent pas comme des matérialistes économiques : c’est parce qu’ils sont des matérialistes conséquents et parce que, en ce qui concerne l’histoire, leurs vues sont à l’opposé de l’idéalisme historique . II

"Cependant," nous dira probablement M. Koudrine, "vous, avec l’habitude commune à beaucoup de ’disciples’, recourez aux paradoxes, jonglez avec les mots, trompez l’œil et avalez l’épée. Comme vous le dites, ce sont les idéalistes qui sont des matérialistes économiques. Mais dans ce cas, que voudriez-vous que nous entendions par matérialistes authentiques et cohérents ? Refusent-ils l’idée de la prédominance du facteur économique ? Croient-ils qu’à côté de ce facteur il y a d’autres facteurs à l’œuvre dans l’histoire, et qu’il serait vain pour nous de rechercher lequel d’entre eux prédomine sur tous les autres ? Nous ne pouvons que nous réjouir des matérialistes authentiques et cohérents s’ils sont vraiment opposés à faire glisser le facteur économique partout. »

Notre réponse à M. Koudrine est qu’en effet, les matérialistes authentiques et cohérents sont vraiment opposés à l’introduction du facteur économique partout. Qui plus est, même se demander quel facteur prédomine dans la vie sociale leur paraît vain. Mais M. Koudrine n’a pas besoin de se presser pour se réjouir. Ce n’est nullement sous l’influence de MM. les Narodniks et les subjectivistes que les matérialistes authentiques et conséquents sont arrivés à cette conviction. Les objections que ces messieurs soulèvent contre la domination du facteur économique ne sont conçues que pour susciter l’hilarité parmi les matérialistes authentiques et cohérents. Qui plus est, ces objections de nos amis, les Narodniks et les subjectivistes, sont assez tardives. L’inconvenance de se demander quel facteur prédomine dans la vie sociale est devenue très sensible même à l’époque de Hegel.L’ idéalisme hégélien excluait la possibilité même de telles questions. D’autant plus est exclu par le matérialisme dialectique moderne. Depuis l’apparition de la Critique de la critique critique , et surtout depuis la publication de la célèbre Critique de l’économie politique de Marx , seuls des retardataires théoriques sont capables de se disputer sur l’importance relative des divers facteurs historico-sociaux. Nous savons bien que M. Koudrine n’est pas le seul à s’en étonner et nous nous empressons donc de nous expliquer.

Quels sont les facteurs historico-sociaux ? D’où vient l’idée d’eux ?

Prenons un exemple. Les Gracques tentèrent de freiner le processus d’appropriation du domaine public par les riches Romains qui fut si fatal à Rome. Les riches Romains résistèrent aux Gracques. Une lutte s’ensuivit. Chacune des parties en lice poursuivait avec passion ses propres objectifs. Si je voulais décrire cette lutte, je pourrais la décrire comme un conflit de passions humaines. Les passions apparaîtraient ainsi comme des « facteurs » dans l’histoire interne de Rome. Mais dans cette lutte, les Gracques et leurs adversaires profitèrent des armes que leur fournissait le droit public romain. Je ne manquerai pas, bien entendu, d’en parler dans mon récit, et ainsi le droit public romain apparaîtrait aussi comme un facteur du développement interne de la république romaine.

De plus, les personnes qui s’opposaient aux Gracques avaient un intérêt matériel à préserver un abus profondément enraciné. Les gens qui soutenaient les Gracques avaient un intérêt matériel à l’abolir. Je mentionnerais aussi cette circonstance, et par conséquent la lutte que je décris apparaîtrait comme un conflit d’intérêts matériels, comme un conflit de classes, un conflit des pauvres et des riches. Et j’ai donc déjà un troisième facteur, et cette fois le plus intéressant de tous : le fameux facteur économique. Si vous avez le temps et l’envie, cher lecteur, vous pouvez discuter longuement lequel des facteurs du développement interne de Rome a prédominé sur les autres ; vous trouverez dans mon récit historique suffisamment de données pour étayer toute opinion à ce sujet.

Commepour ma part, tant que je m’en tiendrai au rôle de simple narrateur, je ne me soucierai pas beaucoup des facteurs. Leur importance relative ne m’intéresse pas. En tant que narrateur, ma seule tâche est de décrire les événements donnés d’une manière aussi précise et vivante que possible. Pour cela, je dois établir entre eux un certain lien, ne serait-ce qu’extérieur, et les disposer dans une certaine perspective. Si je mentionne les passions qui animaient les partis en lutte, ou le système qui régnait à Rome à l’époque ou enfin, l’inégalité de propriété qui y existait, je le fais dans le seul but de présenter un récit connexe et vivant des événements. Si j’arrive à ce but, j’en serai tout à fait satisfait, et je laisserai insouciamment aux philosophes le soin de décider si les passions prédominent sur l’économie, ou l’économie sur les passions, ou, enfin,peut-être que rien ne prédomine sur quoi que ce soit, chaque « facteur » suivant la règle d’or : Vivre et laisser vivre !

Il en sera ainsi tant que je m’en tiendrai au rôle de simple narrateur à qui toute inclination à la « spéculation subtile » est étrangère. Mais que se passe-t-il si je ne m’en tiens pas à ce rôle et que je commence à philosopher sur les événements que je décris ? Je ne me contenterai donc pas d’une simple connexion extérieure d’événements ; Je voudrai dévoiler leurs causes inhérentes ; et ces mêmes facteurs – les passions humaines, le droit public et l’économie – que j’ai jadis souligné et mis en avant, guidés presque exclusivement par l’instinct artistique, vont maintenant acquérir une nouvelle et vaste importance à mes yeux. Elles me paraîtront être ces causes inhérentes recherchées, ces « forces latentes », à l’influence desquelles il faut attribuer les événements. Je vais créer une théorie des facteurs.

Et, en effet, l’une ou l’autre variété d’une telle théorie est vouée à surgir chaque fois que les personnes qui s’intéressent aux phénomènes sociaux passent de la simple contemplation et description à l’investigation des liens qui existent entre eux.

La théorie des facteurs grandit d’ailleurs avec la division croissante du travail en sciences sociales. Toutes les branches de cette science – éthique, politique, jurisprudence, économie politique, etc. étudient une seule et même chose : l’activité de l’homme social. Mais chacun l’étudie sous son propre angle. M. Mikhailovsky dirait que chacun d’eux « contrôle » un « accord » spécial. Chacune des « cordes » peut être considérée comme un facteur de développement social. Et, en fait, nous pouvons maintenant compter presque autant de facteurs qu’il y a de « disciplines » distinctes en sciences sociales.

Nous espérons que ce que l’on entend par les facteurs historico-sociaux et comment l’idée de ceux-ci est née seront maintenant clairs.

Un facteur historico-social est une abstraction , et l’idée de celui-ci provient du résultat d’un processus d’ abstraction . Grâce au processus d’abstraction, divers aspects du complexe social prennent la forme de catégories séparées , et les diverses manifestations et expressions de l’activité de l’homme social – morale, loi, formes économiques, etc. forces qui semblent susciter et déterminer cette activité et en être les causes ultimes.

Une fois la théorie des facteurs née, des différends devaient surgir quant au facteur à considérer comme prédominant. III

LesLes « facteurs » sont soumis à une action réciproque : chacun influence les autres et est à son tour influencé par les autres. Le résultat est un réseau si complexe d’influences réciproques, d’actions directes et de réactions réfléchies, que quiconque entreprend d’élucider le cours du développement social commence à sentir sa tête tourner et éprouve une nécessité invincible de trouver au moins une sorte d’indice de le labyrinthe. L’amère expérience lui ayant appris que la vision de l’action réciproque ne conduit qu’au vertige, il se met à chercher une autre vision : il essaie de simplifier sa tâche. Il se demande si l’un des facteurs historico-sociaux n’est pas la cause première et fondamentale de tous les autres. S’il parvenait à trouver une réponse affirmative à cette question fondamentale, sa tâche serait en effet infiniment simplifiée.Supposons qu’il parvienne à la conviction que l’essor et le développement de toutes les relations sociales d’un pays donné sont déterminés par le cours de son développement intellectuel, lequel, à son tour, est déterminé par les attributs de la nature humaine (la vision idéaliste ). Il sortira alors facilement du cercle vicieux de l’action réciproque et créera une théorie plus ou moins harmonieuse et cohérente du développement social. Par la suite, à la suite d’un nouvel examen du sujet, il s’apercevra peut-être qu’il s’est trompé et que le développement intellectuel de l’homme ne peut être considéré comme la cause première de tout mouvement social. En admettant son erreur, il constatera probablement en même temps que sa conviction passagère que le facteur intellectuel domine sur tout le reste lui a finalement été d’une certaine utilité,car sans elle il n’aurait jamais pu sortir de l’impasse de l’action réciproque et n’y serait pas allé d’un pas. permet de comprendre les phénomènes sociaux.

CeIl serait injuste de condamner de telles tentatives d’établir une certaine hiérarchie entre les facteurs du développement historico-social. Ils étaient d’autant plus indispensables à leur époque que l’apparition de la théorie des facteurs elle-même était inévitable. Antonio Labriola, qui a donné une analyse plus complète et meilleure de cette théorie que tout autre écrivain matérialiste, remarque à juste titre que « les facteurs historiques indiquent quelque chose qui est bien moins que la vérité, mais bien plus qu’une simple erreur ». La théorie des facteurs a apporté son acarien au profit de la science. « L’étude séparée des facteurs historico-sociaux a servi, comme toute autre étude empirique qui ne transcende pas le mouvement apparent des choses, à perfectionner l’instrument d’observation et à permettre de retrouver dans les faits eux-mêmes, artificiellement distrait,les clés de voûte qui les lient au socialcomplexe . Aujourd’hui, une connaissance des sciences sociales spéciales est indispensable à quiconque voudrait reconstruire une partie quelconque de la vie passée de l’homme. La science historique ne serait pas allée bien loin sans la philologie. Et les romanistes à sens unique – qui croyaient que le droit romain était dicté par la Raison elle-même – étaient-ils un service mesquin qu’ils rendaient à la science ?

Mais si légitime et utile qu’ait été la théorie des facteurs en son temps, elle ne résistera pas aujourd’hui à la critique. Elle démembre l’activité de l’homme social et convertit ses divers aspects et manifestations en forces séparées, censées déterminer le mouvement historique de la société. Dans le développement des sciences sociales, cette théorie a joué un rôle similaire à celui joué par la théorie des forces physiques séparées dans les sciences naturelles. Les progrès des sciences naturelles ont conduit à la théorie de l’ unité de ces forces, à la théorie moderne de l’énergie. De même, les progrès des sciences sociales devaient conduire au remplacement de la théorie des facteurs, fruit de l’analyse sociale, par une vision synthétique de la vie sociale .

Cette vision synthétique de la vie sociale n’est pas propre au matérialisme dialectique moderne. Nous le trouvons déjà chez Hegel, qui concevait la tâche comme étant de trouver une explication scientifique de tout le processus historico-social dans sa totalité, c’est-à-dire, entre autres, tous ces aspects et manifestations de l’activité de l’homme social que les gens avec une pensée abstraite représentée comme des facteurs séparés. Mais en « idéaliste absolu », Hegel expliquait les activités de l’homme social par les attributs de l’Esprit universel. Compte tenu de ces attributs, toute l’histoire de l’humanité reçoit un sich , ainsi que ses résultats ultimes. La vision synthétique de Hegel était en même temps une vision téléologiquevue. Le matérialisme dialectique moderne a complètement éliminé la téléologie des sciences sociales.

Elle a montré que l’homme fait son histoire non pour suivre une ligne de progrès prédéterminée, et non parce qu’il doit obéir aux lois d’une évolution abstraite (métaphysique, Labriola l’appelle). Il le fait dans le but de satisfaire ses propres besoins, et c’est à la science d’expliquer comment les diverses méthodes pour satisfaire ces besoins influencent les relations sociales et l’activité spirituelle de l’homme.

Les méthodes par lesquelles l’homme social satisfait ses besoins, et dans une large mesure ces besoins eux-mêmes, sont déterminés par la nature des instruments avec lesquels il subjugue la nature à un degré ou à un autre ; en d’autres termes, ils sont déterminés par l’état de ses forces productives. Tout changement considérable dans l’état de ces forces se reflète dans les relations sociales de l’homme et, par conséquent, dans ses relations économiques, comme faisant partie de ces relations sociales. Les idéalistes de toutes espèces et variétés considéraient que les relations économiques étaient des fonctions de la nature humaine ; les matérialistes dialectiques soutiennent que ces relations sont des fonctions des forces productives sociales .

Il s’ensuit que si les matérialistes dialectiques jugeaient permis de parler de facteurs de développement social dans un autre but que de critiquer ces fictions archaïques, ils devraient d’abord reprocher aux matérialistes dits économiques l’ inconstancede leur facteur « prédominant » ; les matérialistes modernes ne connaissent aucun système économique qui serait seul conforme à la nature humaine, tous les autres systèmes économiques sociaux étant le résultat de l’un ou l’autre degré de violence à la nature humaine. Les matérialistes modernes enseignent que tout système économique conforme à l’état des forces productives à un moment donné est conforme à la nature humaine. Et, inversement, tout système économique commence à contredire les exigences de la nature humaine dès qu’il entre en contradiction avec l’état des forces productives. Le facteur « prédominant » se trouve ainsi lui-même subordonné à un autre « facteur ». Et cela étant, comment peut-elle être qualifiée de « prédominante » ?

S’il en est ainsi, alors il est évident qu’un véritable gouffre sépare les matérialistes dialectiques de ceux qui, non sans justification, peuvent être appelés matérialistes économiques . Et à quelle tendance appartiennent ces disciples tout à fait désagréables d’un enseignant pas tout à fait agréable que MM. Kareyev, N. Mikhailovsky, S. Krivenko et d’autres personnes intelligentes et instruites ont attaqué tout récemment avec tant de véhémence, sinon avec tant de joie ? Si nous ne nous trompons pas, les "disciples" ont pleinement adhéré à la vision du matérialisme dialectique. Pourquoi alors MM. Kareyev, N. Mikhailovsky, S. Krivenko et les autres gens intelligents et savants ont-ils engendré en eux les vues de l’ économiematérialistes et fulminer contre eux pour avoir prétendument attaché une importance exagérée au facteur économique ? On peut présumer que ces gens intelligents et instruits l’ont fait parce que les arguments des regrettés matérialistes économiques sont plus faciles à réfuter que les arguments des matérialistes dialectiques. Encore une fois, on peut présumer que nos savants adversaires des « disciples » n’ont que mal saisi les vues de ces derniers. Cette présomption est même la plus probable.

On peut objecter que les « disciples » eux-mêmes se sont parfois appelés matérialistes économiques, et que le terme de « matérialisme économique » a été utilisé pour la première fois par l’un des « disciples » français. Il en est ainsi. Mais ni les « disciples » français ni russes n’ont jamais associé au terme de « matérialisme économique » l’idée que nos Narodniks et les subjectivistes lui associent. Il suffit de rappeler qu’aux yeux de MN Mikhailovsky, Louis Blanc et MY Zhukovsky étaient des « matérialistes économiques » au même titre que nos partisans actuels de la vision matérialiste de l’histoire. La confusion des concepts ne pouvait aller plus loin. IV

En éliminant entièrement la téléologie de la science sociale et en expliquant l’activité de l’homme social par ses besoins et par les moyens et méthodes de leur satisfaction, prévalant à l’époque donnée, le matérialisme dialectique donne pour la première fois à cette science la « rigueur » dont elle sœur – la science de la nature – se vantait souvent d’elle. On peut dire que la science de la société devient elle-même une science naturelle : « notre doctrine naturaliste d’histoire », comme dit justement Labriola. Mais cela ne veut pas dire qu’il fusionne la sphère de la biologie avec la sphère des sciences sociales. Labriola est un ardent opposant au « darwinisme, politique et social », qui « a, comme une épidémie, envahi pendant de nombreuses années l’esprit de plus d’un penseur, et de bien d’autres défenseurs et déclamateurs de la sociologie », et comme une habitude à la mode a même influencé le langage des hommes pratiques de la politique.

Hommeest sans aucun doute un animal lié par des liens d’affinité avec d’autres animaux. Il n’a pas de privilèges d’origine ; son organisme n’est qu’un cas particulier de physiologie générale. A l’origine, comme tous les autres animaux, il était complètement sous l’emprise de son milieu naturel, qui n’était pas encore soumis à son action modificatrice ; il a dû s’y adapter dans sa lutte pour l’existence. De l’avis de Labriola, les races sont le résultat d’une adaptation - directe - à l’environnement naturel, dans la mesure où elles diffèrent par leurs caractéristiques physiques - comme, par exemple, les races blanches, noires et jaunes - et ne représentent pas des formations historico-sociales secondaires, c’est-à-dire des nations et des peuples.Les instincts primitifs de sociabilité et les premiers rudiments de la sélection sexuelle sont également apparus à la suite de l’adaptation à l’environnement naturel dans la lutte pour l’existence.

Mais nos idées sur « l’homme primitif » ne sont que des conjectures. Tous les hommes qui habitent la terre aujourd’hui, comme tous ceux qui dans le passé ont été observés par des enquêteurs dignes de confiance, se trouvent, et se sont trouvés, déjà bien loin du moment où l’homme a cessé de vivre une vie purement animale. Les Indiens Iroquois, par exemple, avec leur gens maternels étudiés et décrits par Morgan, avaient déjà fait un progrès relativement important sur la voie de la socialisation.développement. Même les Australiens d’aujourd’hui ont non seulement une langue que l’on peut appeler une condition et un instrument, une cause et un effet de la vie sociale - ne sont pas seulement familiarisés avec l’utilisation du feu, mais vivent dans des sociétés possédant une structure définie, avec des coutumes définies. et institutionnels. Les tribus australiennes ont leur territoire et leur art de la chasse ; ils ont certaines armes de défense et d’attaque, certains ustensiles pour la conservation des vivres, certaines manières d’orner le corps ; en un mot, l’Australien vit déjà dans un cadre défini, certes, très élémentaire, artificiel.environnement auquel il s’adapte ainsi dès la plus tendre enfance. Cet environnement social artificiel est une condition essentielle de tout progrès ultérieur. Le degré de son développement sert de mesure du degré de sauvagerie ou de barbarie de toutes les autres tribus.

Cette formation sociale primaire correspond à ce qu’on appelle la préhistoirede l’homme. Le début de la vie historique suppose un développement encore plus grand de l’environnement artificiel et un pouvoir beaucoup plus grand de l’homme sur la nature. Les relations internes complexes des sociétés entrant sur la voie du développement historique ne sont nullement dues à l’influence immédiate du milieu naturel. Ils supposent l’invention de certains instruments de travail, la domestication de certains animaux, la capacité d’extraire certains métaux, etc. Ces instruments et moyens de production ont changé de manières très différentes dans des circonstances différentes ; ils montraient des signes de progrès, de stagnation, voire de régression, mais jamais ces changements n’ont ramené l’homme à une vie purement animale, c’est-à-dire à une vie directement influencée par le milieu naturel.

« La science historique a donc pour objet premier et principal la détermination et l’investigation de ce fondement artificiel, de son origine, de sa composition, de ses changements et de ses transformations. Dire que tout cela n’est qu’une partie et un prolongement de la nature, c’est dire une chose qui par son caractère trop abstrait et trop générique n’a plus de sens.

Aussi critique qu’il soit du « darwinisme politique et social », Labriola n’en est pas moins critique envers les efforts de certains « aimables dilettantes » pour combiner la conception matérialiste de l’histoire avec la théorie de l’évolution universelle, que, se sont convertis en une simple métaphore métaphysique. Il se moque aussi de la naïveté des « aimables dilettantes » en voulant placer la conception matérialiste de l’histoire sous le patronage de la philosophie d’Auguste Comte ou de Spencer : « c’est-à-dire qu’ils veulent nous donner pour alliés nos adversaires les plus ouverts. ," il dit.

La remarque sur les dilettantes renvoie évidemment, entre autres, au professeur Enrico Ferri, auteur d’un livre très superficiel intitulé Spencer, Darwin et Marx , qui a été publié dans une traduction française sous le titre Socialisme et science positive . V

Ainsi, l’ homme fait l’histoire en s’efforçant de satisfaire ses besoins. Ces besoins, bien entendu, sont à l’origine imposés par la nature ; mais ils sont ensuite considérablement modifiés quantitativement et qualitativement par le caractère du milieu artificiel. Les forces productives à la disposition de l’homme déterminent tous ses rapports sociaux. Tout d’abord, l’état des forces productives détermine les rapports dans lesquels les hommes se tiennent les uns envers les autres dans le processus social de production, c’est-à-dire leurs rapports économiques . Ces relations donnent naturellement lieu à des intérêts définis, qui s’expriment dans la Loi. « Chaque système de droit protège un intérêt défini », dit Labriola. Le développement des forces productives divise la société en classes, dont les intérêts sont non seulement différents, mais à bien des égards – et d’ailleurs essentiels – sont diamétralement antagonistes. Cet antagonisme d’intérêts donne lieu à des conflits, à une lutte entre les classes sociales. La lutte aboutit au remplacement de l’ organisation tribale par l’ organisation étatique dont le but est de protéger les intérêts dominants. Enfin, les rapports sociaux, déterminés par l’état donné des forces productives, donnent naissance à la morale commune , la morale, c’est-à-dire qui guide les gens dans leur vie commune et quotidienne.

Ainsi, la loi, le système étatique et la moralité d’un peuple donné sont déterminés directement et immédiatement par ses relations économiques caractéristiques. Ces relations économiques déterminent aussi – mais indirectement et médiatement – ​​toutes les créations de l’esprit et de l’imagination : art, science, etc.

Pour comprendre l’histoire de la pensée scientifique ou l’histoire de l’art dans tel ou tel pays, il ne suffit pas d’en connaître l’économie. Il faut savoir passer de l’économie à la psychologie sociale , sans une étude et une compréhension minutieuses dont une explication matérialiste de l’histoire des idéologies est impossible.

Cettene signifie pas, bien sûr, qu’il y ait une âme sociale ou un « esprit » national collectif, se développant selon ses propres lois spéciales et se manifestant dans la vie sociale. "C’est du mysticisme pur", dit Labriola. Tout ce dont le matérialiste peut parler dans ce cas, c’est de l’état de sentiment et de pensée qui prévaut dans la classe sociale particulière d’un pays particulier à un moment particulier. Cet état de sentiment et de pensée est le résultat des relations sociales. Labriola est fermement persuadé que ce ne sont pas les formes de la conscience de l’homme qui déterminent les formes de son être social, mais, au contraire, les formes de son être social qui déterminent les formes de sa conscience. Mais une fois que les formes de sa conscience sont sorties du sol de l’être social, elles font partie de l’histoire.La science historique ne peut se limiter à la simple anatomie de la société ; il embrasse leensemble de phénomènes qui sont directement ou indirectement déterminés par l’économie sociale, y compris le travail de l’imagination. Il n’est pas de fait historique qui ne doive son origine à l’économie sociale ; mais il n’est pas moins vrai de dire qu’il n’est pas de fait historique qui n’ait été précédé, accompagné et suivi d’un état de conscience défini. D’où l’importance capitale de la psychologie sociale. Car s’il faut en tenir compte jusque dans l’histoire du droit et des institutions politiques, dans l’histoire de la littérature, de l’art, de la philosophie, etc., pas un seul pas ne peut être fait sans lui.

Lorsqueon dit qu’une œuvre donnée est pleinement dans l’esprit, disons, de la Renaissance, cela veut dire qu’elle correspond parfaitement aux sentiments alors dominants des classes qui donnent le ton à la vie sociale. Tant que les relations sociales ne changent pas, la psychologie de la société ne change pas non plus. Les gens s’habituent aux croyances, aux concepts, aux modes de pensée et aux moyens de satisfaire des exigences esthétiques données. Mais si le développement des forces productives entraîne un changement substantiel dans la structure économique de la société et, par conséquent, dans les relations réciproques des classes sociales, la psychologie de ces classes changera également, et avec elle « l’esprit de l’époque » et le « caractère national ». Ce changement se manifeste par l’apparition de nouvelles croyances religieuses ou de nouveaux concepts philosophiques,de nouvelles tendances de l’art ou de nouvelles exigences esthétiques.

Une autre chose à garder à l’esprit, selon Labriola, est que dans les idéologies, un rôle très important est souvent joué par les survivances de concepts et de tendances hérités des générations précédentes et conservés uniquement par la tradition. De plus, les idéologies sont également influencées par la nature.

Comme on le sait déjà, le milieu artificiel modifie très puissamment l’influence de la nature sur l’homme social. D’une influence directe , elle devient une influence indirecte . Mais il ne cesse pas d’exister pour cela. Le tempérament de chaque nation conserve certaines particularités, induites par l’influence du milieu naturel, qui sont dans une certaine mesure modifiées, mais jamais complètement détruites, par l’adaptation au milieu social. Ces particularités du tempérament national constituent ce qu’on appelle la race . La race exerce une influence certaine sur l’histoire de certaines idéologies – l’art, par exemple ; et cela complique encore la tâche déjà loin d’être facile de l’expliquer scientifiquement. Chapitre six

Nous avons exposé assez en détail et, nous l’espérons, avec exactitude, l’opinion de Labriola selon laquelle les phénomènes sociaux dépendent de la structure économique de la société, laquelle, à son tour, est déterminée par l’état de ses forces productives. Pour la plupart, nous sommes entièrement d’accord avec lui. Mais par endroits ses vues suscitent certains doutes, sur lesquels nous voudrions faire quelques remarques.

Pour commencer, prenons le point suivant. Selon Labriola, l’État est une organisation pour la domination d’une classe sociale sur une autre ou d’autres. Il en est ainsi. Mais il exprime à peine toute la vérité. Dans des États comme la Chine ou l’Égypte ancienne, où la vie civilisée était impossible sans des travaux très complexes et étendus pour la régulation du débit et le débordement des grands fleuves et à des fins d’irrigation, l’essor de l’État peut s’expliquer en grande partie par l’influence directe de la besoins du processus productif social. Il ne fait aucun doute que l’inégalité, à un degré ou à un autre, existait dans ces pays même à l’époque préhistorique, à la fois au sein des tribus qui allaient constituer l’État – qui différaient souvent complètement par l’origine ethnographique – et entre les tribus.Mais les classes dominantes que nous rencontrons dans l’histoire de ces pays tenaient leur position sociale plus ou moins élevée en raison de l’organisation étatique suscitée par les nécessités du processus social de production. Il ne fait guère de doute que la caste sacerdotale égyptienne devait sa suprématie au rôle très important que ses connaissances scientifiques rudimentaires jouaient dans le système de l’agriculture égyptienne. (L’un des rois chaldéens dit : « J’ai maîtrisé les secrets des fleuves pour le bien de l’homme… j’ai conduit les eaux des fleuves dans le désert ; j’en ai rempli les fossés desséchés… j’ai arrosé les plaines désertiques ; Je leur ai apporté fertilité et abondance, j’en ai fait des habitations de joie.c’est une description assez précise du rôle de l’État oriental dans l’organisation du processus social de production.) En Occident - où la Grèce, bien sûr, doit être incluse - nous n’observons pas que les besoins directs du processus social de production , qui n’y impliquait aucune organisation sociale étendue, n’eut aucune influence sur l’essor de l’État. Mais même là, l’apparition de l’État doit être attribuée dans une large mesure à la nécessité d’une division sociale du travail suscitée par le développement des forces productives sociales. Cela, bien entendu, n’empêchait pas l’État d’être en même temps une organisation du pouvoir d’une minorité privilégiée sur une majorité plus ou moins asservie. (De même que dans certains cas cela ne l’empêchait pas d’être le résultat de la conquête d’un peuple par un autre.La force joue un grand rôle dans le remplacement des anciennes institutions par de nouvelles. Mais la force ne peut en aucun cas expliquer ni la possibilité d’un tel remplacement ni ses conséquences sociales.) évité.

Et maintenant, examinons les vues de Labriola sur le développement historique des idéologies. Nous avons vu qu’à son avis cette évolution est compliquée par l’action des particularités raciales et par l’influence exercée sur l’homme par son milieu naturel en général. C’est bien dommage que notre auteur n’ait pas cru nécessaire d’appuyer et d’expliquer cette opinion par des illustrations ; cela nous aurait permis de le comprendre plus facilement. En tout cas, il est clair qu’elle ne peut être acceptée sous la forme sous laquelle il l’expose.

Les tribus américaines de peaux-rouges n’appartiennent bien entendu pas à la même race que les tribus qui, à l’époque préhistorique, habitaient l’archipel grec ou la côte baltique. Il est incontestable que dans ces différentes localités, l’homme primitif a subi les influences du milieu naturel de manières très différentes. On aurait pu s’attendre à ce que ces différentes influences se reflètent dans l’art rudimentaire des habitants primitifs des localités mentionnées. Pourtant, nous n’observons pas que ce soit le cas. Dans toutes les parties de la terre, si différentes qu’elles soient les unes des autres, nous trouvons des étapes similaires dans le développement de l’art correspondant à des étapes similaires dans le développement de l’homme primitif. Nous connaissons l’art de l’âge de pierre et l’art de l’âge du fer ; mais nous ne connaissons aucun art distinctif des différentes races : blanc, jaune,etc. L’état des forces productives se reflète jusque dans les détails. Par exemple, dans les ornements de poterie, on ne rencontre d’abord que des lignes droites et brisées : carrés, croix, zigzags, etc. Cette forme d’ornementation a été empruntée par l’art primitif aux artisanats encore plus primitifs : le tissage et le tressage. A l’âge du bronze, avec l’apparition de l’art du travail des métaux, capables de prendre toutes sortes de formes géométriques, on observe l’apparition d’ornements courbes. Et, enfin, avec la domestication des animaux, leurs figures, et surtout la figure du cheval, font leur apparition.Cette forme d’ornementation a été empruntée par l’art primitif aux métiers encore plus primitifs : le tissage et le tressage. A l’âge du bronze, avec l’apparition de l’art du travail des métaux, capables de prendre toutes sortes de formes géométriques, on observe l’apparition d’ornements courbes. Et, enfin, avec la domestication des animaux, leurs figures, et surtout la figure du cheval, font leur apparition.Cette forme d’ornementation a été empruntée par l’art primitif aux métiers encore plus primitifs : le tissage et le tressage. A l’âge du bronze, avec l’apparition de l’art du travail des métaux, capables de prendre toutes sortes de formes géométriques, on observe l’apparition d’ornements courbes. Et, enfin, avec la domestication des animaux, leurs figures, et surtout la figure du cheval, font leur apparition.

Certes, dans les représentations des êtres humains, l’influence des traits raciaux devait nécessairement affecter les « idéaux de beauté » propres aux artistes primitifs. Nous savons que chaque race, surtout dans ses premiers stades de développement social, se considère comme la plus belle et accorde une très grande importance aux traits qui la distinguent des autres races. Mais, premièrement, l’influence de ces particularités de l’esthétique raciale – dans la mesure où elles ont une quelconque permanence – ne peut modifier le cours du développement de l’art ; et, deuxièmement, ces particularités elles-mêmes n’ont qu’une durabilité temporaire, durable, c’est-à-dire tant que certaines conditions définies prévalent. Lorsqu’une tribu est forcée d’admettre la supériorité d’une autre tribu plus développée,sa complaisance raciale tend à disparaître et fait place à une imitation de goûts étrangers qui étaient autrefois considérés comme ridicules ou même honteux et dégoûtants. Ici, nous voyons arriver au sauvage ce qui arrive au paysan dans la société civilisée, qui se moque d’abord des manières et de l’habillement du citadin, puis, avec la suprématie croissante de la ville sur la campagne, essaie de les copier pour le meilleur de ses capacités.

Passant aux nations historiques, il faut d’abord souligner que par rapport à elles le mot race ne peut et ne doit pas du tout être utilisé. Nous ne connaissons aucune nation historique qui puisse être considérée comme racialement pure ; chacun d’eux est le produit d’un processus extrêmement long et intense de métissage et de mélange de différents éléments ethniques.

Essayez maintenant, après cela, de déterminer l’influence de la « race » sur l’histoire des idéologies de n’importe quelle nation ! A première vue, il semble que rien de plus simple et de plus juste que l’idée que l’environnement naturel influence le tempérament national et, à travers le tempérament, l’histoire du développement intellectuel et esthétique de la nation. Mais si Labriola n’avait rappelé que l’histoire de son pays, il aurait été convaincu de l’erreur de cette idée. Les Italiens modernes sont entourés du même environnement naturel que celui dans lequel vivaient les anciens Romains, mais combien le « tempérament » de nos affluents modernes de Ménélik est-il différent du tempérament des conquérants sévères de Carthage ! Si nous devions entreprendre d’expliquer l’histoire de l’art italien, par exemple, par le tempérament italien,nous devrions très bientôt être confrontés à la question déconcertante de savoir pourquoi ce tempérament, pour sa part, a varié si profondément à différentes époques et dans différentes parties de la péninsule des Apennins. VII

L’auteur des « Essais sur la période Gogol dans la littérature russe » dit dans l’un de ses commentaires au premier volume de l’ouvrage de JS Mill sur l’économie politique : « Nous ne dirions pas que la race n’a aucune signification ; le développement des sciences naturelles et historiques n’a pas encore atteint une perfection d’analyse telle qu’elle nous permette dans la plupart des cas de dire sans réserve : ici cet élément fait absolument défaut. Pour autant que nous sachions, ce stylo en acier peut contenir une particule de platine ; on ne peut le nier absolument. Tout ce qu’on peut dire, c’est que l’analyse chimique montre que ce stylo contient une telle quantité de particules sans doute d’acier que la partie de sa composition qui pourrait être constituée de platine est parfaitement négligeable ; et même si une telle portion existait, elle pourrait être ignorée à toutes fins pratiques... En ce qui concerne l’action pratique,vous pouvez traiter ce stylo comme vous le feriez pour les stylos en acier en général. De la même manière, ne prêtez aucune attention dans les affaires pratiques à la race des gens ; traitez-les simplement comme des personnes... Il se peut que la race d’une nation ait eu une certaine influence en déterminant que son état aujourd’hui est ce qu’il est, et aucun autre ; on ne peut le nier absolument, l’analyse historique n’a pas encore atteint l’exactitude mathématique et absolue ; comme l’analyse chimique actuelle, elle laisse encore un petit, un très petit résidu, qui demande des méthodes d’investigation plus subtiles, méthodes encore indisponibles dans l’état actuel de la science. Mais ce résidu est très petit. Dans la détermination de l’état actuel de toute nation, une si grande partie était due à l’action de circonstances qui ne dépendent en aucun cas des caractéristiques tribales inhérentes,que même si de telles qualités particulières différant de la nature humaine générale existent, la place laissée à leur action est très petite, incommensurable, microscopiquement petite.

Nous nous sommes souvenus de ces mots en lisant les vues de Labriola sur l’influence de la race sur l’histoire du développement spirituel de l’homme. L’auteur des « Essais sur la période Gogol » s’est intéressé à la signification de la race principalement du point de vue pratique, mais ce qu’il dit doit également être constamment gardé à l’esprit par ceux qui sont engagés dans des recherches purement théoriques. La science sociale gagnera beaucoup si nous abandonnons enfin la mauvaise habitude d’attribuer à la race tout ce qui paraît incompréhensible dans l’histoire spirituelle d’une nation donnée. Il se peut que les caractéristiques raciales aient eu une certaine influence sur son histoire.Mais cette influence hypothétique était probablement si infime qu’il était préférable dans l’intérêt de l’enquête de la considérer comme inexistante et de considérer les particularités observées dans le développement d’une nation donnée comme le produit des conditions historiques particulières dans lesquelles ce développement a eu lieu. , et non en raison de l’influence de la race. Inutile de dire que, dans bien des cas, nous serons incapables d’indiquer quelles étaient exactement les conditions qui ont donné naissance aux particularités qui nous intéressent. Mais ce qui ne cède pas aujourd’hui aux méthodes de l’investigation scientifique peut bien y céder demain. Quant aux références aux caractéristiques raciales, elles sont gênantes car elles terminent l’enquête juste au point où elle devrait commencer.Pourquoi l’histoire de la poésie française est-elle différente de l’histoire de la poésie allemande ? Pour une raison bien simple : le tempérament de la nation française était tel qu’il ne permettait pas la naissance d’un Lessing, ou d’un Schiller, ou d’un Goethe. Eh bien, merci pour l’explication ; maintenant tout est parfaitement clair.

Labriola, bien sûr, aurait dit que rien n’était plus éloigné de son esprit que des explications de ce genre, qui n’expliquent rien. Et ce serait vrai. D’une manière générale, il est pleinement conscient de leur totale futilité, et il sait aussi très bien de quel côté il faut aborder un problème comme celui que nous venons d’évoquer. Mais en admettant que le développement spirituel des nations est compliqué par leurs caractéristiques raciales, il risquait d’égarer gravement ses lecteurs et trahissait une disposition à faire, ne serait-ce que dans des détails mineurs, certaines concessions à l’ancienne façon de penser qui sont préjudiciable aux sciences sociales. C’est contre de telles concessions que s’adressent nos propos.

Quand nous disons que l’opinion que nous contestons sur l’influence de la race sur l’histoire des idéologies est ancienne, ce n’est pas sans raison. Ce n’est rien d’autre qu’une variante d’une théorie qui était très répandue au siècle dernier et qui s’efforçait d’expliquer tout le cours de l’histoire par les caractères de la nature humaine. Cette théorie est absolument incompatible avec la conception matérialiste de l’histoire. Selon la nouvelle conception, la nature de l’homme social change à mesure que les relations sociales changent. Par conséquent, les caractéristiques générales de la nature humaine ne peuvent offrir aucune explication de l’histoire. Mais bien que croyant ardent et convaincu de la conception matérialiste de l’histoire, Labriola accordait aussi – ne serait-ce que dans une très faible mesure – une part de vérité à l’ancienne conception. Mais ce n’est pas pour rien que les Allemands disent : « Wer A sagt, muss auch B sagen.” Ayant accordé la vérité à l’ancien point de vue dans un cas, Labriola a dû l’accorder dans d’autres aussi. Faut-il dire que cette combinaison de deux visions diamétralement opposées ne pouvait qu’altérer l’harmonie de sa vision du monde ? VIII

L’organisation d’une société donnée est déterminée par l’état de ses forces productives. Au fur et à mesure que cet état change, l’organisation sociale doit tôt ou tard changer aussi. Par conséquent, il est dans un état d’équilibre instable partout où se développent les forces productives sociales. Labriola remarque à juste titre que c’est cette instabilité, avec les mouvements sociaux et la lutte des classes sociales qu’elle suscite, qui préserve l’homme de la stagnation mentale. L’antagonisme est la principale cause du progrès, dit-il, reprenant la pensée d’un économiste allemand très connu. Mais tout de suite, il fait une réservation. Ce serait une grande erreur, à son avis, de supposer que les hommes ont toujours et dans tous les cas une bonne compréhension de leur situation et perçoivent clairement les tâches sociales auxquelles elle les confronte.« Supposer cela, dit-il, c’est supposer l’improbable et même l’irréel.

Nous demandons au lecteur de prêter une attention particulière à cette réserve. Labriola développe sa pensée ainsi :

« Les formes de droit, les actes politiques et les tentatives d’organisation sociale étaient, et sont encore, tantôt heureuses, tantôt erronées, c’est-à-dire disproportionnées et inadaptées. L’histoire est pleine d’erreurs ; et cela signifie que si tout était nécessaire, étant donné l’intelligence relative de ceux qui ont à résoudre une difficulté ou à trouver une solution à un problème donné, si tout y avait une raison suffisante, pourtant tout n’y est pas raisonnable, dans le sens que les optimistes donnent à ce mot. Pour le dire plus amplement, les causes déterminantes de tous les changements, c’est-à-dire les conditions économiques modifiées, ont fini, et finissent, en faisant trouver, parfois par des voies tortueuses, les formes de droit convenables, les ordres politiques et le moyen plus ou moins parfait d’adaptation sociale.Mais il ne faut pas croire que la sagesse instinctive de l’animal raisonnant s’est manifestée, ou se manifeste, définitivement et simplement, dans la compréhension complète et claire de toutes les situations, et qu’il ne nous reste que la tâche très simple de suivre la logique déductive. route de la situation économique à tout le reste. L’ignorance – qui, à son tour, peut s’expliquer – est une raison importante de la manière dont l’histoire s’est déroulée ; et, à l’ignorance, il faut ajouter la brutalité qui n’est jamais complètement domptée, et toutes les passions, et toutes les injustices, et les diverses formes de corruption, qui étaient et sont le produit nécessaire d’une société organisée de telle manière que, en elle, la domination de l’homme sur l’homme est inévitable.dans la compréhension complète et claire de toutes les situations, et que nous n’avons laissé que la tâche très simple de suivre la voie déductive de la situation économique à tout le reste. L’ignorance – qui, à son tour, peut s’expliquer – est une raison importante de la manière dont l’histoire s’est déroulée ; et, à l’ignorance, il faut ajouter la brutalité qui n’est jamais complètement domptée, et toutes les passions, et toutes les injustices, et les diverses formes de corruption, qui étaient et sont le produit nécessaire d’une société organisée de telle manière que, en elle, la domination de l’homme sur l’homme est inévitable.dans la compréhension complète et claire de toutes les situations, et que nous n’avons laissé que la tâche très simple de suivre la voie déductive de la situation économique à tout le reste. L’ignorance – qui, à son tour, peut s’expliquer – est une raison importante de la manière dont l’histoire s’est déroulée ; et, à l’ignorance, il faut ajouter la brutalité qui n’est jamais complètement domptée, et toutes les passions, et toutes les injustices, et les diverses formes de corruption, qui étaient et sont le produit nécessaire d’une société organisée de telle manière que, en elle, la domination de l’homme sur l’homme est inévitable.peut s’expliquer - est une raison importante de la manière dont l’histoire s’est déroulée ; et, à l’ignorance, il faut ajouter la brutalité qui n’est jamais complètement domptée, et toutes les passions, et toutes les injustices, et les diverses formes de corruption, qui étaient et sont le produit nécessaire d’une société organisée de telle manière que, en elle, la domination de l’homme sur l’homme est inévitable.peut s’expliquer - est une raison importante de la manière dont l’histoire s’est déroulée ; et, à l’ignorance, il faut ajouter la brutalité qui n’est jamais complètement domptée, et toutes les passions, et toutes les injustices, et les diverses formes de corruption, qui étaient et sont le produit nécessaire d’une société organisée de telle manière que, en elle, la domination de l’homme sur l’homme est inévitable.

De cette domination le mensonge, l’hypocrisie, la présomption et la bassesse étaient et sont inséparables. Nous pouvons, sans être utopistes, prévoir comme nous prévoyons en fait, l’avènement d’une société qui, se développant à partir de la société actuelle et de ses contrastes mêmes par les lois inhérentes à son développement historique, aboutira à une association sans antagonismes de classes. ..Mais c’est l’avenir et ce n’est ni le présent ni le passé... La production régulée éliminera de la vie l’élément de hasard qui, jusqu’à présent, s’est révélé dans l’histoire comme une cause multiforme d’accidents et d’incidents. Il y a une bonne part de vérité dans tout cela. Mais, fantastiquement mêlée à l’erreur, la vérité elle-même prend ici la forme d’un paradoxe pas tout à fait heureux.

Labriola a sans doute raison lorsqu’il dit que les hommes n’ont pas toujours de loin une compréhension claire de leur situation sociale et ne sont pas toujours bien conscients des tâches sociales qu’elle suscite. Mais quand, sur cette base, il parle de l’ignorance ou de la superstition comme étant la cause historique de bien des formes de vie sociale et de bien des coutumes, Be lui-même revient inconsciemment au point de vue des éclaireurs du XVIIIe siècle.

Avant de parler de l’ignorance comme d’une raison importante « de la manière dont l’histoire s’est déroulée », il aurait dû définir le sens précis dans lequel ce mot peut être utilisé ici. Ce serait une grave erreur de penser que cela va de soi. Non, c’est loin d’être aussi évident ou aussi simple qu’il y paraît. Prenons l’exemple de la France du XVIIIe siècle. Tous les représentants intelligents du tiers état avaient un ardent désir de liberté et d’égalité. Dans la poursuite de cet objectif, ils ont exigé l’abolition de nombreuses institutions sociales archaïques. Mais l’abolition de ces institutions impliquait le triomphe du capitalisme, qui, comme nous le savons maintenant très bien, peut à peine être appelé le royaume de la liberté et de l’égalité. On peut donc dire que le but élevé des philosophes du siècle dernier n’a pas été atteint.On peut également dire que les philosophes n’ont pu indiquer les moyens de l’atteindre ; et ils peuvent donc être accusés d’ignorance, comme ils l’étaient en réalité par de nombreux socialistes utopistes.

Labriola lui-même s’étonne de la contradiction entre les tendances économiques réelles de la France d’alors et les idéaux de ses penseurs. « Un spectacle singulier et un contraste singulier ! s’exclame-t-il. Mais qu’y a-t-il de singulier là-dedans ? Et où résidait « l’ignorance » des éclaireurs français ? Était-ce dans le fait que leur idée des moyens d’atteindre le bonheur universel n’était pas la même que la nôtre aujourd’hui ? Mais, après tout, il ne pouvait être question de tels moyens à cette époque – ils n’avaient pas encore été créés par le mouvement historique de l’homme, ou, plus exactement, par le développement de ses forces productives. Lisez les « Doutes, propose aux philosophies économistes » de Malby, lisez le « Code de la nature » de Morelli, et vous verrez que dans la mesure où ces écrivains différaient de la grande majorité des éclaireurs sur les conditions du bonheur humain,et dans la mesure où ils rêvaient de l’abolition de la propriété privée, ils entrèrent d’abord en contradiction flagrante et criante avec les besoins les plus vitaux et les plus généraux des peuples de leur temps, et, d’autre part, vaguement conscients de cela, ils considéraient eux-mêmes leurs rêves comme totalement irréalisables. Et, par conséquent, nous demandons une fois de plus - où résidait l’ignorance des éclaireurs ? Était-ce dans le fait que, tout en se rendant compte des besoins sociaux de leur temps et en indiquant les moyens propres à les satisfaire (abolition des anciens privilèges, etc.), ils attachaient à ces moyens une signification tout à fait exagérée, c’est-à-dire comme moyen vers le bonheur universel ? Ce n’est pas une ignorance si absurde ; et, d’un point de vue pratique, il faut même admettre qu’il avait son utilité,car plus les éclaireurs croyaient à la valeur universelle des réformes qu’ils réclamaient, plus ils devaient lutter énergiquement pour elles.

Sans doute, les éclaireurs ont trahi l’ignorance en n’ayant pu trouver le fil qui reliait leurs vues et leurs aspirations à la situation économique de la France à cette époque, et en ne se doutant même pas qu’un tel fil existait. Ils se considéraient comme les exposants de la vérité absolue. Nous savons aujourd’hui qu’il n’y a pas de vérité absolue, que tout est relatif, que tout dépend des conditions de temps et de lieu ; mais précisément pour cette raison, nous devons être très prudents dans l’appréciation de « l’ignorance » de diverses périodes historiques. Leur ignorance, dans la mesure où elle se manifeste dans leurs mouvements sociaux, leurs aspirations et leurs idéaux caractéristiques, est également relative. IX

Comment naît le droit ? On peut dire que toute loi représente le remplacement ou la modification d’une loi ou d’une coutume plus ancienne. Pourquoi les anciennes coutumes sont-elles remplacées ? Parce qu’elles cessent de se conformer aux nouvelles « conditions », c’est-à-dire aux nouvelles relations effectives dans lesquelles les hommes se tiennent les uns envers les autres dans le processus social de production. Le communisme primitif a disparu du fait du développement des forces productives. Cependant, les forces productives se développent mais progressivement. C’est pourquoi les nouvelles relations réelles d’homme à homme dans le processus social de production se développent également, mais progressivement. Et de là aussi, le caractère restrictif des anciennes lois ou coutumes, et, par conséquent, la nécessité de fournir une expression juridique correspondante des nouvelles relations (économiques) réelles des hommes, se développent également mais progressivement.La sagesse instinctive de l’animal qui raisonne suit généralement le sillage de ces changements réels. Si de vieilles lois empêchent une partie de la société d’atteindre ses buts matériels, de satisfaire ses besoins urgents, elle prendra infailliblement et avec la plus grande facilité conscience de leur caractère restrictif : cela demande à peine plus d’intelligence qu’il n’en faut pour la conscience qui les chaussures ou les armes lourdes sont inconfortables. Mais, bien sûr, de la conscience du caractère restrictif d’une loi existante à l’effort conscient de l’abolir, c’est bien loin. Au début, les hommes essaient simplement de le contourner dans chaque cas particulier. Rappelons-nous ce qui se passait dans notre pays dans les grandes familles paysannes, lorsque, sous l’influence du capitalisme naissant, surgissaient de nouvelles sources de revenus qui n’étaient pas égales pour tous les membres de la famille.Le code familial coutumier devient alors contraignant pour les chanceux qui gagnent plus que les autres. Mais il n’était pas si facile pour ces chanceux de se résoudre à se révolter contre l’ancienne coutume, et ils ne le firent pas d’un seul coup. Pendant longtemps, ils ont simplement recouru à des subterfuges, cachant une partie de leurs gains aux anciens. Mais le nouveau système économique s’est progressivement renforcé, et l’ancienne vie de famille de plus en plus ébranlée : les membres de la famille qui s’intéressaient à son abolition s’enhardissaient de plus en plus ; des fils de plus en plus souvent séparés de la maison commune, et à la fin l’ancienne coutume disparut et fut remplacée par une nouvelle coutume, née des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.Mais il n’était pas si facile pour ces chanceux de se résoudre à se révolter contre l’ancienne coutume, et ils ne le firent pas d’un seul coup. Pendant longtemps, ils ont simplement recouru à des subterfuges, cachant une partie de leurs gains aux anciens. Mais le nouveau système économique s’est progressivement renforcé, et l’ancienne vie de famille de plus en plus ébranlée : les membres de la famille qui s’intéressaient à son abolition s’enhardissaient de plus en plus ; des fils de plus en plus souvent séparés de la maison commune, et à la fin l’ancienne coutume disparut et fut remplacée par une nouvelle coutume, née des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.Mais il n’était pas si facile pour ces chanceux de se résoudre à se révolter contre l’ancienne coutume, et ils ne le firent pas d’un seul coup. Pendant longtemps, ils ont simplement recouru à des subterfuges, cachant une partie de leurs gains aux anciens. Mais le nouveau système économique s’est progressivement renforcé, et l’ancienne vie de famille de plus en plus ébranlée : les membres de la famille qui s’intéressaient à son abolition s’enhardissaient de plus en plus ; des fils de plus en plus souvent séparés de la maison commune, et à la fin l’ancienne coutume disparut et fut remplacée par une nouvelle coutume, née des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.dissimulant une partie de leurs gains aux aînés. Mais le nouveau système économique s’est progressivement renforcé, et l’ancienne vie de famille de plus en plus ébranlée : les membres de la famille qui s’intéressaient à son abolition s’enhardissaient de plus en plus ; des fils de plus en plus souvent séparés de la maison commune, et à la fin l’ancienne coutume disparut et fut remplacée par une nouvelle coutume, née des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.dissimulant une partie de leurs gains aux aînés. Mais le nouveau système économique s’est progressivement renforcé, et l’ancienne vie de famille de plus en plus ébranlée : les membres de la famille qui s’intéressaient à son abolition s’enhardissaient de plus en plus ; des fils de plus en plus souvent séparés de la maison commune, et à la fin l’ancienne coutume disparut et fut remplacée par une nouvelle coutume, née des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.résultant des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.résultant des nouvelles conditions, des nouvelles relations actuelles, de la nouvelle économie de la société.

La connaissance par l’homme de sa situation est plus ou moins en retard par rapport au développement des nouvelles relations réelles qui font changer cette situation. Mais cela reste dans le sillage des relations réelles. Là où l’effort conscient de l’homme pour l’abolition des anciennes institutions et l’établissement d’un nouveau système juridique est faible, la voie pour le nouveau système n’a pas encore été correctement tracée par l’économie de la société. En d’autres termes, dans l’histoire, le manque de connaissance claire – « les bévues de la pensée immature », « l’ignorance » – signifie souvent une seule chose, à savoir que l’objet à connaître, c’est-à-dire les choses nouvelles et naissantes, est encore mais peu développé. Et évidemment, une telle ignorance – manque de connaissance ou de compréhension de ce qui n’existe pas encore, de ce qui est encore en train de devenir – n’est qu’une ignorance relative.

Il existe un autre type d’ignorance - l’ignorance de la nature. C’est ce qu’on peut appeler l’ignorance absolue. Son critère est le pouvoir de la nature sur l’homme. Et comme le développement des forces productives signifie le pouvoir croissant de l’homme sur la nature, il est clair que tout accroissement des forces productives implique une diminution de l’ignorance absolue. Les phénomènes naturels que l’homme ne comprend pas et ne peuvent donc pas contrôler donnent lieu à diverses sortes de superstitions. A un certain stade du développement social, les superstitions se mêlent étroitement aux idées morales et juridiques de l’homme, auxquelles elles donnent alors une teinte particulière. (M. M. Kovalevsky, dans son « Law and Custom in the Caucasus », dit : « Un examen des croyances religieuses et des superstitions des Ishavs nous amène à conclure que, sous le couvert officiel de la religion orthodoxe,ce peuple est encore au stade de développement que Tylor a si heureusement appelé animisme. Cette étape, comme nous le savons, est généralement marquée par la subordination décidée à la fois de la morale sociale et du droit à la religion. » (Vol. II, p. 82.) Mais le fait est que, selon Tylor, l’animisme primitif n’a d’influence ni sur la morale ni sur la loi. A ce stade de développement « il n’y a pas de rapport réciproque entre la morale et la loi, ou bien ce rapport n’est qu’embryonnaire... L’animisme du sauvage est presque totalement exempt de cet élément moral qui est aux yeux de l’homme civilisé l’essence de toute religion pratique... Les lois morales ont leur propre fondement spécial, etc. Par conséquent, il serait plus correct de dire que les superstitions religieuses ne se mêlent aux idées morales et juridiques qu’à un certain degré et relativement élevé,stade de développement social. Nous regrettons beaucoup de ne pouvoir, à partir de considérations d’espace, montrer ici comment cela s’explique par le matérialisme moderne.) les opinions religieuses jouent souvent un rôle très important. Les innovateurs comme les conservateurs invoquent l’aide des dieux, plaçant diverses institutions sous leur protection ou affirmant même qu’elles sont l’expression de la volonté divine. Il va sans dire que les Euménides, que les Grecs de l’Antiquité considéraient comme les tenants du droit maternel, ont fait aussi peu pour sa défense que Minerve l’a fait pour le triomphe du pouvoir du père, qui lui était prétendument si cher. Les hommes perdaient simplement leur temps et leurs efforts à faire appel à l’aide des dieux et des fétiches ;mais l’ignorance qui a rendu possible la croyance aux Euménides n’a pas empêché les conservateurs grecs de l’époque de se rendre compte que l’ancien système juridique (ou, plus précisément, l’ancien droit coutumier) était une meilleure garantie de leurs intérêts. De même, la superstition qui permettait aux innovateurs de fonder leurs espoirs sur Minerve ne les empêchait pas de se rendre compte des inconvénients de l’ancien ordre de vie.

L’utilisation du coin dans la coupe du bois était inconnue des Dayaks de Bornéo. Lorsque les Européens l’ont introduit, les autorités indigènes ont solennellement interdit son utilisation. C’était évidemment une preuve de leur ignorance, car quoi de plus insensé que de refuser d’utiliser un outil qui contribue à alléger le travail ? Mais réfléchissez un peu, et vous gagnerez peut-être admettre qu’il peut y avoir eu des circonstances atténuantes. L’interdiction d’employer des outils européens était probablement une manifestation de la lutte contre les influences européennes, qui commençaient à saper l’ancien ordre aborigène. Les autorités indigènes craignaient vaguement que si des coutumes européennes étaient introduites, il ne resterait pas une pierre de cet ordre debout.Pour une raison quelconque, le coin était plus évocateur dans leur esprit du pouvoir destructeur des influences européennes que tout autre instrument européen. Et c’est ainsi que nous les trouvons en interdisant solennellement son utilisation. Pourquoi précisément était-ce le coin qui est devenu le symbole d’innovations dangereuses à leurs yeux ? A cette question, nous pouvons fournir une réponse suffisante ; on ne sait pourquoi le coin s’associait dans l’esprit des indigènes à l’idée du danger qui menaçait leur ancienne forme de vie ; mais on peut dire avec certitude que les indigènes avaient parfaitement raison de craindre pour la stabilité de leur ancien ordre. Les influences européennes altèrent très rapidement et très gravement, sinon détruisent entièrement, les mœurs des sauvages et des barbares qui tombent sous leur emprise.Pourquoi précisément était-ce le coin qui est devenu le symbole d’innovations dangereuses à leurs yeux ? A cette question, nous pouvons fournir une réponse suffisante ; on ne sait pourquoi le coin s’associait dans l’esprit des indigènes à l’idée du danger qui menaçait leur ancienne forme de vie ; mais on peut dire avec certitude que les indigènes avaient parfaitement raison de craindre pour la stabilité de leur ancien ordre. Les influences européennes altèrent très rapidement et très gravement, sinon détruisent entièrement, les mœurs des sauvages et des barbares qui tombent sous leur emprise.Pourquoi précisément était-ce le coin qui est devenu le symbole d’innovations dangereuses à leurs yeux ? A cette question, nous pouvons fournir une réponse suffisante ; on ne sait pourquoi le coin s’associait dans l’esprit des indigènes à l’idée du danger qui menaçait leur ancienne forme de vie ; mais on peut dire avec certitude que les indigènes avaient parfaitement raison de craindre pour la stabilité de leur ancien ordre. Les influences européennes altèrent très rapidement et très gravement, sinon détruisent entièrement, les mœurs des sauvages et des barbares qui tombent sous leur emprise.mais on peut dire avec certitude que les indigènes avaient parfaitement raison de craindre pour la stabilité de leur ancien ordre. Les influences européennes altèrent très rapidement et très gravement, sinon détruisent entièrement, les mœurs des sauvages et des barbares qui tombent sous leur emprise.mais on peut dire avec certitude que les indigènes avaient parfaitement raison de craindre pour la stabilité de leur ancien ordre. Les influences européennes altèrent très rapidement et très gravement, sinon détruisent entièrement, les mœurs des sauvages et des barbares qui tombent sous leur emprise.

Tylor nous dit que si les Dayaks ont publiquement condamné l’utilisation du coin, ils l’ont néanmoins utilisé lorsqu’ils pouvaient le faire en secret. Ici, vous avez ajouté "l’hypocrisie" à l’ignorance. Mais pourquoi ? C’était évidemment dû à une reconnaissance des avantages de la nouvelle méthode de coupe du bois, accompagnée, cependant, d’une crainte de l’opinion publique, ou des poursuites par les autorités. On retrouve ainsi la sagesse instinctive de l’animal raisonneur critiquant la mesure même dont il était lui-même responsable. Et elle avait raison dans sa critique, car interdire l’usage des outils européens ne signifiait nullement éliminer les influences européennes.

On pourrait reprendre l’expression de Labriola et dire qu’en l’occurrence les Dayak ont ​​adopté une mesure inadaptée et disproportionnée à leur situation. Nous aurions parfaitement raison. Et l’on pourrait ajouter à la remarque de Labriola que les gens conçoivent très souvent des mesures disproportionnées et inadaptées à leur situation. Mais qu’est-ce qui suit ? Seulement que nous devons essayer de découvrir s’il n’existe pas une sorte de dépendance entre ce genre d’erreur et le caractère ou le degré de développement des relations sociales de l’homme. Une telle dépendance existe sans aucun doute. Labriola dit que l’ignorance s’explique à son tour. Nous disons : non seulement cela peut s’expliquer, mais cela devrait être expliqué, si la science sociale est capable de devenir une science stricte. Si « l’ignorance » peut être attribuée à des causes sociales, alors il ne sert à rien de la citer,il ne sert à rien de dire qu’elle explique l’énigme pourquoi l’histoire s’est déroulée ainsi et non autrement. La réponse n’est pas là, mais dans les causes sociales qui l’ont suscitée et lui ont prêté une forme plutôt qu’une autre, un caractère plutôt qu’un autre. Pourquoi restreindre votre enquête en parlant simplement d’ignorance, qui n’explique rien ?

S’agissant d’une conception scientifique de l’histoire, que le chercheur parle d’ignorance ne fait que témoigner de sa propre ignorance. X

Tout droit positif est une défense d’un intérêt défini. Comment ces intérêts naissent-ils ? Sont-ils le produit de la volonté humaine et de la conscience humaine ? Non, ils sont créés par les relations économiques de l’homme. Une fois qu’ils ont surgi, les intérêts se reflètent d’une manière ou d’une autre dans la conscience de l’homme. Pour défendre un intérêt, il faut en avoir conscience. C’est pourquoi tout système de droit positif peut et doit être considéré comme un produit de la conscience. Ce n’est pas la conscience de l’homme qui fait naître les intérêts que la loi protège, et, par conséquent, ce n’est pas la conscience de l’homme qui détermine le contenu de la loi ; mais l’état de conscience sociale (psychologie sociale) à une époque donnée détermine la forme que prend le reflet de l’intérêt donné dans l’esprit de l’homme.Si nous ne tenons pas compte de l’état de la conscience sociale, nous serons absolument incapables d’expliquer l’histoire du droit.

Dans cette histoire, il est toujours essentiel de bien distinguer la forme et le fond. sous son aspect formel, le droit, comme toute idéologie, est soumis à l’influence de toutes, ou du moins de certaines, des autres idéologies : croyances religieuses, conceptions philosophiques, etc. Cela en soi entrave dans une certaine mesure – et parfois dans une très large mesure – la révélation de la dépendance entre les concepts juridiques des hommes et leurs relations mutuelles dans le processus social de production. Mais ce n’est que la moitié du problème.

Le vrai problème est qu’à différents stades du développement social, une idéologie donnée est soumise aux influences d’autres idéologies à des degrés très inégaux. Par exemple, la loi égyptienne ancienne, et en partie romaine, était sous l’emprise de la religion ; dans l’histoire plus récente le droit s’est développé (nous le répétons et demandons qu’il soit noté qu’il s’agit ici de l’aspect formel) sous la forte influence de la philosophie. La philosophie a dû livrer un grand combat avant de réussir à éliminer l’influence de la religion sur le droit et à lui substituer sa propre influence. Cette lutte n’était rien d’autre qu’un reflet dans le domaine des idées de la lutte sociale entre le tiers état et le clergé, mais, néanmoins, elle a grandement entravé la formation d’une vision correcte de l’origine des institutions juridiques, car, grâce à elle,ces institutions semblaient être le produit évident et indubitable d’une lutte entre des idées abstraites. Il va sans dire que, d’une manière générale, Labriola se rend parfaitement compte des relations réelles qui se cachent derrière un tel conflit de concepts. Mais lorsqu’il en vient aux détails, il pose ses armes matérialistes face aux difficultés du problème et considère qu’il est possible, on l’a vu, de se borner à invoquer l’ignorance ou la puissance de la tradition comme explication. De plus, il parle du « symbolisme » comme cause finale de bien des coutumes.il pose ses armes matérialistes devant les difficultés du problème et considère qu’il est possible, on l’a vu, de se borner à invoquer l’ignorance ou la puissance de la tradition comme explication. De plus, il parle du « symbolisme » comme cause finale de bien des coutumes.il pose ses armes matérialistes devant les difficultés du problème et considère qu’il est possible, on l’a vu, de se borner à invoquer l’ignorance ou la puissance de la tradition comme explication. De plus, il parle du « symbolisme » comme cause finale de bien des coutumes.

Il est vrai que le symbolisme a été un facteur non négligeable dans l’histoire de certaines idéologies. Mais comme cause finale des coutumes, cela ne fera pas du tout. Prenons un exemple comme le suivant. Chez les Ishavs du Caucase, la coutume veut qu’une femme coupe sa tresse de cheveux à la mort d’un frère, mais pas à la mort de son mari. C’est un acte symbolique ; c’est une substitution à l’ancienne coutume de l’auto-immolation sur la tombe du mort. Mais pourquoi la femme accomplit-elle cet acte symbolique sur la tombe d’un frère et non sur la tombe de son mari ? M. Kovalevsky dit que cette caractéristique « ne peut être considérée que comme une survivance de ces temps reculés où le chef du clan – qui était uni par sa descendance réelle ou imaginaire d’une femme, l’ancêtre du clan – était le descendant le plus âgé sur du côté de la mère,le parent le plus proche. Il s’ensuit donc que les actes symboliques ne sont compréhensibles que lorsque l’on comprend le sens et l’origine des relations qu’ils symbolisent. Comment naissent ces relations ? La réponse à cette question ne doit pas, bien entendu, être recherchée dans les actes symboliques, bien qu’ils puissent parfois fournir des indices utiles. L’origine de la coutume symbolique par laquelle une femme coupe sa tresse sur la tombe d’un frère s’explique par l’histoire de la famille ; et l’explication de l’histoire de la famille est à chercher dans l’histoire du développement économique.bien qu’ils puissent parfois fournir des indices utiles. L’origine de la coutume symbolique par laquelle une femme coupe sa tresse sur la tombe d’un frère s’explique par l’histoire de la famille ; et l’explication de l’histoire de la famille est à chercher dans l’histoire du développement économique.bien qu’ils puissent parfois fournir des indices utiles. L’origine de la coutume symbolique par laquelle une femme coupe sa tresse sur la tombe d’un frère s’explique par l’histoire de la famille ; et l’explication de l’histoire de la famille est à chercher dans l’histoire du développement économique.

Dans le cas qui nous intéresse – lorsque la femme coupe sa tresse sur la tombe d’un frère – ce rite a survécu à la forme de parenté à laquelle il devait son origine. Voilà un exemple de cette influence de la tradition dont parle Labriola. Mais la tradition ne peut préserver que ce qui existe déjà. Non seulement elle échoue à expliquer l’origine du rite donné ou de la forme donnée en général, mais elle échoue même à expliquer sa conservation. La force de la tradition est une force d’inertie. En examinant l’histoire des idéologies, nous sommes souvent contraints de nous demander pourquoi un rite ou une coutume particulier aurait dû survivre alors que non seulement les relations auxquelles il devait son origine, mais d’autres coutumes ou rites apparentés qui ont pris naissance dans les mêmes relations, ont disparu.Cela revient à se demander pourquoi l’effet destructeur des nouvelles relations n’a épargné que ce rite ou cette coutume en en éliminant d’autres. Répondre à cette question en parlant de la force de la tradition n’est rien de plus que de réitérer la question sous une forme affirmative. Comment sortir de la difficulté ? En se tournant vers la psychologie sociale.

Les vieilles coutumes commencent à disparaître et les anciens rites à s’effondrer lorsque les hommes entrent dans de nouvelles relations réciproques. Le conflit d’intérêts sociaux trouve son expression dans un conflit entre les nouveaux usages et rites et les anciens. Aucun rite ou coutume symbolique, pris isolément, ne peut influencer le développement des nouvelles relations ni positivement ni négativement. Si les conservateurs soutiennent passionnément les vieilles coutumes, c’est que dans leur esprit l’idée d’un système social avantageux, précieux et coutumier est fermement associée à l’idée de ces coutumes. Si les innovateurs détestent et se moquent de ces coutumes, c’est parce que dans leur esprit l’idée de ces coutumes est associée à l’idée de relations sociales restrictives, désavantageuses et répréhensibles. Par conséquent, tout l’intérêt réside dans une association d’idées.Quand nous constatons qu’un rite particulier a survécu non seulement aux relations qui l’ont engendré, mais aussi aux rites apparentés qui sont nés de ces mêmes relations, nous devons conclure que dans l’esprit des innovateurs, il n’était pas si fortement associé à l’idée de l’ancien ordre détesté comme l’étaient les autres coutumes. Pourquoi donc ? Répondre à cette question est parfois facile, mais parfois c’est tout à fait impossible faute des données psychologiques nécessaires. Mais même lorsque nous sommes contraints d’admettre que la question est sans réponse - du moins, dans l’état actuel de nos connaissances - nous devons néanmoins nous rappeler que l’essentiel n’est pas dans la force de la tradition, mais dans des associations définies d’idées produites par des rapports réels des hommes dans la société.mais aussi des rites apparentés qui ont surgi de ces mêmes relations, nous devons conclure que dans l’esprit des innovateurs, il n’était pas aussi fortement associé à l’idée de l’ancien ordre détesté que les autres coutumes. Pourquoi donc ? Répondre à cette question est parfois facile, mais parfois c’est tout à fait impossible faute des données psychologiques nécessaires. Mais même lorsque nous sommes contraints d’admettre que la question est sans réponse - du moins, dans l’état actuel de nos connaissances - nous devons néanmoins nous rappeler que l’essentiel n’est pas dans la force de la tradition, mais dans des associations définies d’idées produites par des rapports réels des hommes dans la société.mais aussi des rites apparentés qui ont surgi de ces mêmes relations, nous devons conclure que dans l’esprit des innovateurs, il n’était pas aussi fortement associé à l’idée de l’ancien ordre détesté que les autres coutumes. Pourquoi donc ? Répondre à cette question est parfois facile, mais parfois c’est tout à fait impossible faute des données psychologiques nécessaires. Mais même lorsque nous sommes contraints d’admettre que la question est sans réponse - du moins, dans l’état actuel de nos connaissances - nous devons néanmoins nous rappeler que l’essentiel n’est pas dans la force de la tradition, mais dans des associations définies d’idées produites par des rapports réels des hommes dans la société.Pourquoi donc ? Répondre à cette question est parfois facile, mais parfois c’est tout à fait impossible faute des données psychologiques nécessaires. Mais même lorsque nous sommes contraints d’admettre que la question est sans réponse - du moins, dans l’état actuel de nos connaissances - nous devons néanmoins nous rappeler que l’essentiel n’est pas dans la force de la tradition, mais dans des associations définies d’idées produites par des rapports réels des hommes dans la société.Pourquoi donc ? Répondre à cette question est parfois facile, mais parfois c’est tout à fait impossible faute des données psychologiques nécessaires. Mais même lorsque nous sommes contraints d’admettre que la question est sans réponse - du moins, dans l’état actuel de nos connaissances - nous devons néanmoins nous rappeler que l’essentiel n’est pas dans la force de la tradition, mais dans des associations définies d’idées produites par des rapports réels des hommes dans la société.

L’histoire des idéologies s’explique dans une large mesure par l’essor, la modification et l’effondrement d’associations d’idées sous l’influence de l’essor, de la modification et de l’effondrement de combinaisons définies de forces sociales. Labriola n’a pas accordé à ce côté de la question toute l’attention qu’il mérite. Ceci est clairement montré dans sa conception de la philosophie. XI

Selon Labriola, dans son développement historique, la philosophie se confond en partie avec la théologie et représente en partie le développement de la pensée humaine par rapport aux objets qui entrent dans le champ de notre expérience. En tant qu’elle est distincte de la théologie, elle s’occupe des mêmes problèmes que l’investigation scientifique, au sens propre du terme. Ce faisant, il s’efforce soit d’anticiper la science, en proposant ses propres solutions conjecturales, soit simplement de résumer et de soumettre à une élaboration logique plus poussée les solutions déjà trouvées par la science. Cela, bien sûr, est vrai. Mais ce n’est pas toute la vérité. Prenez la philosophie moderne. Pour Descartes et Bacon, c’était l’une des fonctions les plus importantes de la philosophie de multiplier nos connaissances scientifiques afin d’accroître le pouvoir de l’homme sur la nature.On voit donc qu’à leur époque la philosophie s’occupait des mêmes problèmes que ceux qui formaient le thème des silences naturels. On pourrait donc penser que les solutions qu’elle fournissait étaient déterminées par l’état des sciences naturelles. Mais ce n’est pas tout à fait le cas. L’attitude de Descartes à l’égard de certaines questions philosophiques, comme, par exemple, la question de l’âme, ne peut s’expliquer par l’état des sciences naturelles à cette époque ; mais cette attitude s’explique bien par l’état social de la France à l’époque.la question de l’âme ne peut s’expliquer par l’état des sciences naturelles à cette époque ; mais cette attitude s’explique bien par l’état social de la France à l’époque.la question de l’âme ne peut s’expliquer par l’état des sciences naturelles à cette époque ; mais cette attitude s’explique bien par l’état social de la France à l’époque.

Descartes a fait une distinction stricte entre la sphère de la foi et la sphère de la raison. Sa philosophie ne contredisait pas le catholicisme ; au contraire, il s’efforça de confirmer certains de ses dogmes par de nouveaux arguments. A cet égard, elle reflétait bien les sentiments des Français de cette époque. Après les conflits prolongés et sanglants du XVIe siècle, un désir universel de paix et d’ordre s’éleva en France. Dans le domaine politique, ce désir s’exprimait dans une sympathie pour la monarchie absolue ; dans le domaine de la pensée, elle s’exprimait dans une certaine tolérance religieuse et un souci d’éviter toutes les questions controversées qui pourraient rappeler la récente guerre civile. C’étaient des questions religieuses. Pour les éviter, il fallait tracer une ligne de démarcation entre le domaine de la foi et le domaine de la raison. Cette,comme nous l’avons dit, c’est ce que Descartes a fait. Mais cette démarcation ne suffisait pas. la paix sociale exigeait que la philosophie admette solennellement la vérité du dogme religieux. Et par Descartes, cela aussi a été fait. C’est pourquoi le système de ce penseur, bien qu’au moins aux trois quarts matérialiste, fut accueilli avec sympathie par de nombreux ecclésiastiques.

Une suite logique à la philosophie de Descartes était le matérialisme de La Mettrie. Mais on aurait pu tout aussi bien en tirer des conclusions idéalistes. Et si les Français ne le faisaient pas, c’était pour une raison sociale très précise, à savoir l’hostilité du tiers état au clergé de la France du XVIIIe siècle. Alors que la philosophie de Descartes est née d’un désir de paix sociale, le matérialisme du XVIIIe siècle est annonciateur de nouveaux bouleversements sociaux.

On verra par là seulement que le développement de la pensée philosophique en France s’explique non seulement par le développement des sciences naturelles, mais aussi par l’influence directe du développement des relations sociales. Cela se révèle encore plus clairement lorsque l’histoire de la philosophie française est soigneusement examinée sous un autre angle.

Descartes, comme nous le savons déjà, soutenait que le but principal de la philosophie était d’accroître le pouvoir de l’homme sur la nature. Les matérialistes français du XVIIIe siècle considéraient que leur premier devoir était de remplacer certains anciens concepts par de nouveaux, sur lesquels pourraient s’édifier des relations sociales normales. Les matérialistes français n’évoquaient pratiquement pas l’augmentation des forces sociales de production. C’est une différence très importante. A quoi était-ce dû ?

Le développement des forces productives en France au XVIIIe siècle était gravement entravé par des rapports sociaux de production archaïques, par des institutions sociales archaïques. L’abolition de ces institutions était absolument essentielle pour le développement ultérieur des forces productives. Et c’est dans leur abolition que réside tout le sens du mouvement social en France à cette époque. En philosophie, la nécessité de cette abolition a trouvé son expression dans une lutte contre les concepts abstraits archaïques qui avaient surgi des rapports de production archaïques.

Au temps de Descartes, ces relations n’étaient pas encore archaïques ; comme les institutions sociales qui en étaient issues, elles n’entravaient pas mais facilitaient le développement des forces productives. Aussi n’est-il jamais venu à l’idée de personne de les abolir. C’est pourquoi la philosophie s’est donnée pour tâche directe d’augmenter les forces productives, tâche pratique primordiale de la société bourgeoise naissante.

Nous disons cela en opposition à Labriola. Mais il se peut que notre objection soit superflue, qu’il s’est simplement exprimé de manière inexacte, tout en étant au fond d’accord avec nous. Nous serions très heureux s’il en était ainsi ; c’est agréable d’avoir des gens intelligents d’accord avec vous.

Et s’il n’était pas d’accord avec nous, nous répéterions avec regret que cet homme intelligent se trompe. Ce faisant, nous pourrions fournir à nos vieux messieurs subjectivistes une excuse pour une autre plaisanterie selon laquelle il est difficile de distinguer les adhérents « authentiques » de la conception matérialiste de l’histoire des « non authentiques ». Mais notre réponse aux vieux messieurs subjectivistes serait : « ils se moquent d’eux-mêmes ». Quiconque a bien saisi le sens d’un système philosophique peut facilement distinguer ses vrais adhérents des faux. Si nos amis les subjectivistes avaient pris la peine de méditer sur l’explication matérialiste de l’histoire, ils auraient su eux-mêmes qui sont les authentiques « disciples », et qui sont les imposteurs qui prennent en vain le grand nom. Mais comme ils n’ont pas pris cette peine et ne le feront jamais,ils doivent nécessairement rester dans la perplexité. C’est le sort commun de tous ceux qui prennent du retard et abandonnent l’armée en marche du progrès.

Au passage, un mot sur le progrès. Vous souvenez-vous, cher lecteur, de l’époque où l’on abusait des « métaphysiciens », où les manuels de philosophie étaient « Lewes » et en partie le « manuel de droit pénal » de M. Spasovich, et où, au profit des lecteurs « progressistes », Des « formules » spéciales ont été inventées, si simples que même un enfant en bas âge pourrait les comprendre ? Quels jours glorieux ce furent ! Mais ils sont partis, ils ont disparu comme de la fumée. La « métaphysique » recommence à séduire les esprits russes, « Lewes » est hors d’usage et les fameuses formules du progrès sont universellement oubliées. Aujourd’hui il est très rare même pour les sociologues subjectivistes eux-mêmes – devenus devenus si « vénérables » et « vétustes » – de rappeler ces formules. Il est à noter, par exemple,que personne ne s’en souvenait même lorsqu’il y avait apparemment un besoin le plus urgent pour eux, à savoir lorsque la discussion faisait rage pour savoir si nous pouvions passer de la voie du capitalisme à la voie de l’utopie.

Nos utopistes se cachaient derrière les jupes d’un homme qui, tout en prônant sa fantastique « industrie populaire », se prétendait en même temps un adepte du matérialisme dialectique moderne. Le matérialisme dialectique, transformé en sophisme, s’avéra ainsi la seule arme aux mains des utopistes digne d’attention. Dans cette perspective, il serait très utile de discuter de la manière dont le « progrès » est considéré par les tenants de la conception matérialiste de l’histoire. Certes, cette question a été maintes fois discutée dans notre presse. Mais, premièrement, la vision matérialiste moderne du progrès n’est pas encore claire pour beaucoup, et, deuxièmement, dans le livre de Labriola, elle est illustrée par quelques exemples très heureux et expliquée par des arguments très corrects, bien que, malheureusement, elle ne soit pas expliquée systématiquement et pleinement. Les arguments de Labriola devraient être complétés.Nous espérons le faire à une occasion plus opportune. En attendant, il est temps de tirer à sa fin.

Mais avant de poser la plume, nous demandons une fois de plus au lecteur de se rappeler que ce qu’on appelle le matérialisme économique, contre lequel s’adressent les objections - et très peu convaincantes pour cela - de nos amis les Narodniks et les subjectivistes, n’a pas grand-chose à commun avec la conception matérialiste moderne de l’histoire. Du point de vue de la théorie des facteurs, la société humaine est une lourde charge que diverses « forces » – morale, droit, économique, etc. – entraînent chacune à sa manière sur le chemin de l’histoire. Du point de vue de la conception matérialiste moderne de l’histoire, l’ensemble prend un aspect différent. Il s’avère que les « facteurs » historiques ne sont que de simples abstractions, et lorsque la brume qui les entoure est dissipée, il devient clair que les hommes ne font pas plusieurs histoires distinctes - l’histoire du droit, l’histoire de la morale,l’histoire de la philosophie, etc. – mais une seule histoire, l’histoire de leurs propres rapports sociaux, qui sont déterminés par l’état des forces productives à chaque époque particulière. Ce qu’on appelle les idéologies n’est qu’un reflet multiforme dans l’esprit des hommes de cette histoire unique et indivisible.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0