English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Qui était le révolutionnaire Karl Radek, avant d’accepter de devenir le (...)

Qui était le révolutionnaire Karl Radek, avant d’accepter de devenir le porte-plume politique de la bureaucratie stalinienne ?

dimanche 5 septembre 2021, par Robert Paris

Qui était le révolutionnaire Karl Radek, avant d’accepter de devenir le porte-plume politique de la bureaucratie stalinienne ?

Radek, Karl, pseudonyme de Karl Berngardovitch Sobelshon (1885-1939), d’origine juive, militant journaliste révolutionnaire professionnel.

Né en Galicie austro-hongroise, il adhère en 1902 à la social-démocratie polonaise. Milite ensuite pendant plusieurs années dans la social-démocratie allemande, où il se brouille avec Rosa Luxemburg.Réfugié en Suisse, il rejoint les bolcheviques pendant la Première guerre mondiale.

Après la Révolution d’Octobre, fait partie des « communistes de gauche » qui s’opposent au traité de Brest-Litovsk. Représentant officieux des bolcheviques en Allemagne et conseiller du Parti communiste allemand. Membre du Comité central du parti communiste russe (1919-1924), il est aussi secrétaire du Comité exécutif de la IIIe Internationale (1920) et de son présidium (1921-1925), puis dirige l’Université Sun Yat-Sen à Moscou (1926-1927).

Membre de l’Opposition de gauche puis de l’Opposition unifiée, il est exclu du Parti en 1927 et capitule en 1929. En 1929 Karl Radek militant des mouvements ouvriers polonais, allemand et russe capitule. Il est suivi d’Ivan Nikitich Smirnov, surnommé le Lénine de Sibérie, le vainqueur de Koltchak, de Serge Mratchkovsky, dirigeant de l’Opposition, d’Ivan Smilga chef de la Baltique, de Preobrajensky co-auteur avec Boukharine de "l’A.B.C. du Communisme". Radek devient le rédacteur en politique étrangère à la « Pravda » et conseiller de Staline.

Radek se rallie vite à Staline. Le 29 mars 1929, de Tomsk, Karl Radek et Ivar Smil-ga, dans une déclaration au comité cen-tral, dénoncent comme "une faute politique de Trotsky (. .. ) la publication d’articles portant sur des questions internes au parti", à l’étranger. Un groupe de trois, hésitants, Radek, Preobrajenski et Smilga, cesse bientôt d’hésiter. Ils s’en prennent vivement "à la collaboration de Trots ky à la presse bourgeoise". En juillet 1929, Radek et Smilga obtiennent l’autorisation de se rendre à Moscou pour discuter avec la direction. Radek déclare : "La situation nous oblige à revenir à tout prix dans le parti." Il qualifie Trotsky d’ "ennemi politique", et attaque violemment l’opposition où il voit "un second parti, le parti de la contre-révolution". Il affirme : "La jeunesse qui rejoint maintenant l’opposition n’a rien de commun avec le parti et le bolchevisme. Ce n’est qu’une jeunesse antisoviétique." La plate-forme de l’opposition de 1927 ? Selon Radek, "elle est devenue la plate-forme du parti". Les opposants se prononçaient pour la collectivisation, Staline la lance ; ils voulaient combattre la droite, Staline rompt avec elle. Ils voient dans ces mesures la reprise de leur politique, la démocratie en moins et la répression en plus.

La rumeur veut que, lorsqu’en avril 1929 Radek décida de se rallier à Staline, ce dernier exigea de lui qu’il arrête ses plaisanteries. Il lui déclara : "Après tout, tu dois comprendre que je ne suis pas seulement le secrétaire général du Parti communiste russe, mais aussi le chef de la révolution socialiste mondiale." Ce à quoi Radek aurait répondu : "Koba, là ce n’est pas moi qui plaisante, c’est toi." Vraie ou fausse, l’histoire, en tout cas vraisemblable, est révélatrice du personnage d’humoriste féroce et insolent que joua vite Radek.

Trotsky pourra écrite en 1937 : "Tous les journalistes étrangers à Moscou qui ont chanté les louanges de Staline et traîné mon nom dans la boue (. . .) avaient pour inspirateur Radek" (16). Il est loin le temps du dithyrambe pompeux publié par Radek dans la Pravda du 14 mars 1923 so us le titre "L’organisateur de la victoire" où Radek déclarait de Trotsky : "Seul un tel homme pouvait être le porte-parole des travailleurs armés. Il rassemblait tout dans sa personne".

Arrêté en 1936 et condamné à 10 ans de prison au second procès de Moscou en 1937, il meurt en mai 1939 dans des circonstances troubles, assassiné par un codétenu, probablement un agent du NKVD agissant sur ordre de Béria et Staline.

Le 29 juin 1956, le chef du KGB, Ivan Serov, dans un rapport au comité central du PCUS sur les circonstances de l’assassinat de Sokolnikov et de Radek qui "se sont mis à raconter à leurs com-pagnons de cellule qu’ils étaient innocents et que tout leur procès était une mi-se en scène. C’est incontestablement ce qui a conduit à la décision, prise en mai 1939, de les "liquider". (. .. ) L’assassinat de Sokolnikov, préalablement transféré dans une cellule isolée le 21 mai 1939, fut maquillé en résultat d’une dispute. Radek fut tué dans des circonstances analogues, le 19 mai 1939, dans la prison du NKVD de Verkhneouralsk et son assassinat fut maquillé aussi en dispute, mais dans son cas, le NKVD ajouta une perfidie supplémentaire. Le certificat de décès de Radek, établi par l’administration de la prison, indique : "La mort de Radek est due aux coups reçus et à une strangulation de la part du détenu trotskyste Varejnikov". Ainsi, un trotskyste aurait étranglé un chef du prétendu "centre trotskyste parallèle". Montage policier bien digne de Staline... Serov précise que les deux assassins, Koubatkine et Charok, jusqu’alors simples employés de 1’ appareil du NKVD, furent nommés le premier chef du service du NKVD de la région de Moscou, le second vice-commissaire aux Affaires intérieures de la République du Kazakhstan ! Une ascension fulgurante !

Source :

https://www.marxists.org/francais/c...

L’action de Radek jusqu’en 1923 : https://www.marxists.org/francais/b...

Radek dans l’Opposition trotskiste puis contre elle :

https://www.marxists.org/francais/b...

Biographie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Radek

Projet de Manifeste de la gauche de Zimmerwald par Radek en 1915 :

https://www.marxists.org/francais/r...

Le Parti Communiste Allemand pendant l’aventure de Kapp, par Radek en 1920 :

https://www.marxists.org/francais/r...

Une malheureuse tentative insurrectionnelle en Autriche allemande, en Octobre 1919, par Karl Radek : https://www.marxists.org/francais/r...

La question polonaise et l’Internationale, par Karl Radek en 1920 : https://www.matierevolution.fr/spip...

La question d’Orient par Karl Radek en 1920 :

https://www.marxists.org/francais/r...

La situation internationale en 1921, par Karl Radek :

https://www.matierevolution.fr/spip...

Le congrès et ses décisions par Karl Radek en 1921 : https://www.marxists.org/francais/r...

Cronstadt par Karl Radek en 1921 : https://www.marxists.org/francais/r...

Léon Trotsky, organisateur de la victoire, par Karl Radek en 1923 :

https://www.marxists.org/francais/r...

Radek justifie en 1925 sa politique en Allemagne que l’appareil stalinien renie : https://www.marxists.org/francais/t...

Désaccord de Trotsky sur les thèses de Radek en Allemagne :

https://www.marxists.org/francais/t...

Réponse de Trotsky à Radek dans « La révolution permanente » en 1928 :

https://www.marxists.org/francais/t...

La suite :

https://www.marxists.org/francais/t...

Pour continuer…

https://www.marxists.org/francais/t...

Puis…

https://www.marxists.org/francais/t...

Lire encore :

https://www.marxists.org/francais/t...

Lire ensuite :

https://www.marxists.org/francais/t...

Lire toujours :

https://www.marxists.org/francais/t...

Lire enfin :

https://www.marxists.org/francais/t...

Radek capitule devant Staline en 1929 :

https://www.marxists.org/francais/4...

Radek et la presse bourgeoise en 1929 :

https://www.marxists.org/francais/t...

Un témoignage sur Radek en 1934 :

https://www.matierevolution.fr/spip...

Boukharine accuse Radek en 1937 pour se blanchir :

https://www.marxists.org/francais/b...

Radek aux procès de Moscou :

https://www.matierevolution.fr/spip...

Lire encore :

https://www.marxists.org/francais/b...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0