English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Atome : lois de la Physique ou rétroaction de la matière/lumière et du vide (...) > La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification

La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification

dimanche 14 février 2016, par Robert Paris

Qu’est-ce qu’une onde quadrupôle ? Simulation de collision de deux trous noirs

La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification

On lit partout que l’on a pu mesurer l’existence d’ondes gravitationnelles prévues dans la relativité générale d’Einstein, ce qui est une vérification de cette loi, en même temps que la vérification de l’existence des trous noirs puisque ceux-ci ont, en fusionnant, produit ces ondes. En fait, ces ondes ont été prédites d’abord par Poincaré et ne sont pas déduites de la relativité d’Einstein : lire ici Par contre, c’est Einstein qui leur a donné l’interprétation d’une déformation de l’espace-temps.

On a également appris grâce à cette expérience que ces ondes gravitationnelles se déplacent à la vitesse de la lumière…

Mais qu’est-ce qu’une onde gravitationnelle ? Que fait-elle ? Comment est-elle émise ? Comment est-elle reliée à la gravitation entre les masses inertes ?

Tout d’abord qu’a-t-on mesuré ?

Ce 14 septembre, ou plus exactement il y a 1,3 milliard d’années (temps nécessaire pour que l’information nous parvienne d’aussi loin), deux trous noirs de 36 et 29 masses solaires, tournant à quelques centaines de kilomètres l’un de l’autre à une vitesse folle, et échangeant des vagues gravitationnelles énormes, ont spiralé l’un vers l’autre en accélérant jusqu’à la vitesse de la lumière, avant de se fondre en un seul trou noir de 62 masses solaires… 62… Vous trouvez que le compte n’y est pas ? En effet, dans cette fusion cataclysmique, probablement l’événement le plus violent dans l’Univers ce jour là, l’équivalent de la masse de trois Soleil a été convertie en ondes gravitationnelles, délivrant une puissance de plus de 10 puissance 50 watts, une énergie monstrueuse, inimaginable…

Quant à la fusion de deux trous noirs, comme celle qu’a observée Ligo, elle dépasse 10 puissance 50 watts, c’est à dire environ cinquante fois l’énergie produite sous forme de lumière par… l’Univers entier.

Deux trous noirs de masses respectives de 29 et 36 fois la masse du Soleil se sont rapprochés et ont fini par fusionner il y a 1,3 milliards d’années. La source se trouve donc à plus d’un milliard d’années lumière. La fusion a donné naissance à un gigantesque trou noir d’une masse finale de 62 masses solaires. Or, 29 + 36 sont sensés faire 65. Ce qui signifie que l’équivalent de 3 masses solaires a été expulsé sous forme d’ondes gravitationnelles.

L’énergie immense produite durant moins d’une demie seconde…

Pourquoi un temps aussi court ? Parce que les ondes gravitationnelles, qui font frissonner l’espace-temps courbe de la relativité générale, sont généralement faibles. Jugez-en : le système solaire entier émet sous forme d’ondes gravitationnelles une puissance de… 5000 watts ! C’est la puissance d’un projecteur de stade de football… On comprend que Albert Einstein n’a jamais cru à leur détection.

Les ondes détectées proviennent en l’occurrence de la collision de deux trous noirs. La rencontre entre ces deux corps très denses et très compacts a en effet provoqué quelques remous dans l’Univers... comme des ronds dans l’eau d’un étang après que l’on y a jeté un caillou. "En une fraction de seconde, les trous noirs entrent alors en collision à une vitesse de l’ordre de la moitié de celle de la lumière et fusionnent en un trou noir unique. Celui-ci est plus léger que la somme des deux trous noirs initiaux car une partie de leur masse (ici, l’équivalent de 3 soleils, soit une énergie colossale) s’est convertie en ondes gravitationnelles selon la célèbre formule d’Einstein E=mc2. C’est cette bouffée d’ondes gravitationnelles que les collaborations LIGO et Virgo ont observée", détaille le CNRS.

C’est donc aussi une confirmation de la relation masse/énergie…

Mais que fait l’onde gravitationnelle en se déplaçant, et comment modifie-t-elle l’espace-temps ?

La dernière découverte confirme que l’espace-temps du vide n’est pas figé mais dynamique et capable de propager des déformations.

Chaque forme d’énergie déforme l’espace-temps. Une charge électrique dite réelle, par exemple, qui se déplace produit une onde électromagnétique, qui est un mouvement des charges électriques virtuelles du vide.

Tout objet qui se trouve sur le trajet d’une onde gravitationnelle voit sa longueur varier : tout se passe comme si l’espace entre les atomes de ses molécules se distendait puis se resserrait.

La propagation des ondes gravitationnelle se fait donc à la vitesse de la lumière comme celle des ondes électromagnétiques, mais elle se fait sur un mode différent : quadrupôle et sans quasiment interagir avec la matière. Cependant, elle modifie les trajectoires de la matière en mouvement car elle modifie les propriétés de l’espace-temps du vide où ce propage cette matière.

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la dernière découverte est une révolution très relative : on savait déjà cela théoriquement et aussi expérimentalement de manière indirecte. C’est la première mesure directe de ce phénomène.

Mais surtout, les questions principales restent entières :

- que se passe-t-il exactement quand deux trous noirs fusionnent ?

- qu’est-ce que la gravitation et comment fonctionne-t-elle ?

- quel est son caractère quantique et comment fusionne-t-elle avec la physique quantique ?

- quelle est la particule quantique (graviton ?) correspondant à ces ondes gravitationnelles ?

- comment les ondes gravitationnelles interagissent-elles avec le vide quantique ?

et bien d’autres questions…

Qu’est-ce qu’une onde gravitationnelle

Ne pas confondre avec onde de gravité

A la poursuite des ondes gravitationelles

Le trou noir

L’espace-temps du vide et son lien avec la matière

Quel lien entre espace, temps, matière, lumière et vide quantique ?

Le vide, … pas si vide

Le couplage de la relativité et de la quantique, produit de la rétroaction de l’expansion de l’espace et de la création-annihilation de matière au sein du vide quantique et relativiste

Une hypothèse sur l’origine quantique virtuelle de la gravitation

La théorie d’Einstein de la relativité

Qu’est-ce que le vide quantique

Théorie d’Einstein et quadrupôle gravitationnel

Lire encore Un quadrupôle Un dipôle

11 Messages de forum

  • Supernova, observation du 11 Septembre 2015

    j’ai observé à l’oeil nu l’explosion d’une supernova avec deux flachs plus le petit point noir au milieu. La durée, une seconde et demi minimum. La superficie, ¾ de lune pour le deuxième flachs. Lieu, en banlieue de la ville de Québec. Le 11 septembre 2015 à 20h30 environ, en direction ouest, hauteur 60 degrés selon mon cherche étoiles.

    Je suis conscient de ma chance.

    Merci de m’avoir lu,

    P. L.

    Répondre à ce message

    • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 22 février 2016 06:08, par Robert Paris

      Merci de ton message. Les astronomes des centres d’observation confirment-ils ton observation ?

      Répondre à ce message

      • Ils ne peuvent confirmer puisque je n’ai aucune demande d’enregistrement d’observation de faite et comme je ne maitrise pas bien leur site web et leur archive d’observation, je laisse tomber.

        Pour l’instant je focus sur la localisation de la source de l’onde gravitationnelle qui n’a pas encore été dévoilée à ma connaissance.

        Mon espoir est que la localisation de l’onde gravitationnelle détectée le 14 septembre, soit directement relier à mon observation du 11 septembre 2015.

        Ce qui prouverait :
        1) que je l’ai bien vu à l’œil nu explosé cette supernova.
        2) Que la vitesse de l’onde gravitationnelle ne voyage pas à la vitesse de la lumière

        Merci de me laisser espérer,

        P.L.

        Répondre à ce message

  • Et de deux ! Pour la seconde fois, des détecteurs très particuliers ont tremblé sur Terre lors du passage de secousses venues de l’espace : des ondes gravitationnelles. Ces dernières sont des vibrations de l’espace-temps équivalentes aux vaguelettes créées par la chute d’un caillou à la surface d’un lac et sont décrites par la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein.

    Leur propagation oscillante a la capacité de déformer très légèrement les distances, mais seuls des instruments très performants peuvent repérer ces modifications infimes, de l’ordre de la taille d’un atome. Depuis le 11 février, les physiciens ont cependant prouvé que c’était possible. Ce jour-là, l’équipe de l’instrument LIGO utilisant deux de ces appareils installés aux Etats-Unis, à Livingstone (Louisiane) et Hanford (Washington), a annoncé les avoir vus sursauter au passage de ces ondes.

    Répondre à ce message

  • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 18 août 08:03, par Jean-François Pouliquen

    ▬JFP¦¦20210817¦¦ Bonjour. Avant de parler de votre article sur les ondes gravitationnelles, je voudrai exposer comment j’imagine et je conçois la gravitation et les ondes gravitationnelles, car encore à l’heure actuelle, ces notions sont mal comprises et ne sont que des interprétations ou de l’imagination si on en a, car il n’y a pas de données pour savoir ce que représente le vide de l’espace-temps, mais seulement des équations d’effet qui permettent de calculer....

    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ▬

    La gravitation : ▬J’ai une autre vision de ce qu’est la gravitation par rapport aux scientifiques, et donc aussi de ces fameuses ondes gravitationnelles, car j’inverse le sens de cette notion de gravitation. Ainsi si il n’y aucune masse dans les parages de l’espace, la gravitation est à son apogée et est la plus grande possible. La gravitation est liée à cette particule qui est le graviton hypothétique et qui est dynamique, ce qui veut dire que ces gravitons sont toujours en mouvement dans l’espace et parcourent toutes les directions, et donnent une force de poussée dans tous les sens. Donc quand il n’y a pas de masse dans un grand volume d’espace, la gravitation que sont les gravitons en mouvement, ne sont pas perturber par les masses, et donne cette notion de gravitation qui est une poussée très grande dans toutes les directions, et j’ai donc pris volontairement l’inverse des conventions qui sont liées aux masses. ▬Si on introduit une masse dans cet espace rempli de gravitons en mouvement et allant dans toutes les directions, cette masse va agir sur ces gravitons, en happant une certaine quantité de gravitons. La quantité de gravitons traversés n’est pas la même que la quantité avant traversée de la masse, car il y aura moins de gravitons sortant de l’objet, car la masse a affaiblie une partie de cette poussée par capture de certains gravitons. Naturellement plus la masse est grande, et plus de gravitons sont retenus, ce qui donne une plus grande déformation de la gravitation initiale, où la poussée devient plus faible car plus de gravitons retenus. La masse est une chose, mais la densité de la masse est autre chose, ainsi il existe des objets spéciaux que sont les trous noirs, où ces objets sont tellement spéciaux et dense qu’il ne laissent pas passer ces gravitons dynamiques. La déformation de l’espace-temps est alors à son apogée car rien ne traverse ces trous noirs. Les poussées exercées par ces gravitons, ne deviennent plus homogènes, car la poussée affaiblit ou nulle venant du trou noir n’existe plus, car tous les gravitons ont été retenus de l’autre coté de l’astre. ▬Cette vision inverse la compréhension de la notion de la gravitation, car quand il n’y a aucune masse dans un certain volume d’espace, la force de la gravitation est la plus forte possible, et est la plus grande poussée possible, et quand des masses sont présentent, ces masses affaiblissent cette force de gravitation, et donc affaiblissent cette poussée. En physique on a pris l’inverse qui est le degré de déformation de cette force de la gravitation, et non le degré de cette force, et naturellement quand il n’y a aucune masse dans un volume d’espace, le degré de déformation est à zéro ou nul, et pourtant c’est là où la force de poussée est la plus grande.... Chaque masse posée dans l’espace déforme donc cette poussée de gravitation qui est l’espace-temps, qui est à une échelle encore inférieure au vide quantique et ses particules virtuelles. La physique quantique ne parle jamais de ce graviton hypothétique, seule la physique des particules a recensée cette particule hypothétique mais ne donne aucune explication sur cette particule de graviton, car on ne sait même pas si cette particule de graviton est dynamique ou statique. ▬Cette vision de voir la gravitation comme une poussée est une invention et une pensée de moi-même, et je ne savais pas que cette vision avait déjà été émise il y plus de 3 sicles, mais cette vision de la gravitation à été refusée par des physiciens plus récents, et cette idée est tombée à l’eau, à cause de critiques et de raisonnements classiques.... ▬Quand il y a deux objets assez proche l’un de l’autre dans l’espace, entre ces deux objets, la force de gravitation est affaiblie, car chaque objet à pris une partie de cette force de gravitation qui est une poussée, et c’est comme si il y avait une dépression entre ces deux objets les faisant se rapprocher, mais le mouvement des objets donne un équilibre à cette dépression de poussée entre objets. Cela donne donne des systèmes en équilibre, où malgré que des objets semble être attirés entre eux, la vitesse de révolution autour d’un objet plus massique, donne un équilibre stable. ▬Maintenant pourquoi des lignes droites tangentes à une masse, deviennent des courbes que sont les géodésiques ? Eh bien passant prés d’une masse, la poussée de gravitation n’est plus homogène, car du coté de la masse la force de gravitation est affaiblie, car une partie des gravitons ont été retenus par la masse, et dans la direction opposée, cette force n’est pas affaiblie et donc il y a un déséquilibre des poussées ce qui fait que la trajectoire en ligne droite d’un petit objet sera plus poussé vers l’astre que du coté opposé, et donnera une trajectoire courbe que l’on dit géodésique. C’est l’espace-temps de Einstein qui se déforme, mais sa déformation est liée à une poussée affaiblie par la masse, car il y a moins de poussée qui sort de l’astre que de poussée qui y rentre, car des gravitons ont été retenus par l’astre et déséquilibre l’homogénéité des poussées. Donc près d’un astre les poussées sont affaiblies, et on prend le degré de déformation de cette poussée, et non la poussée affaiblie elle-même, c’est ce que j’ai dis au début du texte, où je disais que je prenais l’inverse des conventions habituelles. En gros, ce ne sont pas les masses qui donnent cette notion de gravitation, mais ces masses justement affaiblissent la gravitation initiale. Sans masse la gravitation existe !!!

    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ▬

    Ondes gravitationnelles : ▬Une onde gravitationnelle n’est qu’une déformation de grande densité de l’espace-temps qui se propage dans l’espace, et est liée à une explosion d’une étoile importante, ou encore des trous qui se rapprochent entre eux et finissent par fusionner. Les ondes gravitationnelles sont liées à des phénomènes grandioses dans le cosmos par des objets de grandes masses qui fusionnent ou au contraire explosent. Je le redis, les ondes gravitationnelles, ne sont que des zones de densités différentes de gravitons qui se déplacent et se propagent dans l’espace, et ceci est lié à un événement brutal de changement de densité du vide de l’espace-temps que sont les gravitons. Pourquoi une onde gravitationnelle se déplace dans l’espace ? Simplement parce que les gravitons se déplacent dans l’espace, et ce indépendamment de la densité qui se déplace dans l’espace. ▬Le plus simple pour comprendre ce qu’est une onde gravitationnelle, est de se faire une image de pensée utilisant un trou noir qui disparait d’un seul coup ou le contraire qui apparaît d’un seul coup : ▬Dans le cas d’une image de pensée où un trou disparait d’un seul coup, qu’est-ce qui ce passe ? Avant que le trou noir disparaisse, l’état de la gravitation est fonction de ce trou noir qui déforme la densité des gravitons, car il ne laisse rien passé, et donc autour de lui la densité des gravitons est très affaibli, et cette poussée de gravitation est nulle venant du trou noir, mais plus on s’éloigne de cette densité nulle ou faible de gravitons, plus un état normal de densité de gravitons revient à la normal, mais la portée est très grande avant qu’un état de densité normal de gravitions revienne. Cela fait que les étoiles tournant autour de ce trou noir subissent cette déformation de l’espace-temps, et c’est par le jeu de leur révolution autour du trou noir, que les étoiles trouvent un équilibre entre leur vitesse et la dépression de poussée que créer le trou noir, et qui les attirent vers lui. Si le trou noir disparait d’un seul coup que se passe t-il ? Eh Bien la poussée de la gravitation qui était bloquée par le trou noir, var reprendre ses droits, et il y aura une onde de densité de gravitons plus grande qu’avec le trou noir, cela forme donc une sorte d’onde de densité de gravitons plus grande, et c’est le front de cette densité différente qui se propage à la vitesse lumière que l’on appelle une onde gravitationnelle. Dans ce cas de figure où un trou noir disparait en pensée, l’onde qui se propage est sphérique et s’agrandit à la vitesse lumière. Même si la gravitation à une très grande portée, elle n’est pas infinie pour autant, ainsi après une certaine distance ou un certain temps, le trou noir qui existait et ayant disparu d’un seul coup n’aura plus d’effet, et l’onde gravitationnelle n’existera plus, car les conditions de l’environnement qu’elle rencontre sont les mêmes que la densité de gravitons qui se propage. ▬Dans le cas inverse où un trou noir apparaît comme par miracle toujours en image de pensée, que ce passe t-il ? Eh bien l’onde qui se propage qui est la densité amoindrie des gravitons, va non pas être un surplus de gravitons, mais justement un manque de gravitons, car le trou noir apparut, va stopper les poussées des gravitons venant sur lui. Ce manque se propageant aura pour effet d’attirer les objets vers ce manque de gravitions, et donc les objets seront attirés par le nouveau trou noir, mais cette attirance n’est liée qu’a une dépression de poussée entre les objets et le trou noir apparu. Cette onde gravitationnelle est aussi sphérique, et c’est le front du volume où il y a un manque de densité de gravitons qui se propage. Ce qui se propage dans ce cas est une différence de densité de gravitons, où derrière l’onde le volume est affaibli en densité de gravitons. Ce qui se déplace c’est une surface de front suivit du volume de gravitons affaiblie en densité. ▬Dans les deux cas c’est une différence de densité de gravitons qui se propage. Mais une fois que le front des densités différentes est passé, il y a eu des modifications des vibrations des atomes, mais cet état reste, car il y a continuité de densité apparue, et donc l’onde s’évapore si on peut le dire comme cela, faisant changer certaines choses, mais ces changements restent dans l’état sans retour d’un état précédant, car la densité de gravitons qu’il y avait avant à été changée, mais cette nouvelle densité de gravitons reste, car ce qui suit l’onde, remplace l’ancienne gravitation. ▬Dire que l’onde gravitationnelle va à la vitesse lumière, est sans doute faux, et dire que la vitesse lumière est une constante, est aussi sûrement faux, et je n’irai pas plus loin dans mes suppositions... ▬Par cette vision simpliste de voir la gravitation et les ondes gravitationnelles, cela change l’image que l’on pouvait se faire, du moins si on se faisait une image. Si Einstein était un grand génie, il ne nous a pas dit pour autant de quoi était le vide de l’espace-temps. Pour certaines théories, le vide de l’espace de Einstein est remplit par des oscillateurs donnant les unités de Planck, mais le désavantage de cette vision, est que ces oscillateurs restent statiques dans l’espace, ce qui donne une aberration au sens où l’univers devient orienté. ▬De mettre du vide quantique dans l’espace-temps de Einstein est aussi une mauvaise idée, car si cela était, les photons réels venant de très loin auraient des interactions obligées avec ce vide quantique, et cela donnerait des images déformées des objets lumineux venant de très loin. Ce vide quantique est un vide spécifique entourant systématiquement la matière, mais si la matière est absente, ce vide quantique l’est aussi. ▬On nous parle de déformations de distances ou de dimensions après passage d’onde gravitationnelle, mais cela est complètement faux, car ce qui se passe est comme pour la relativité restreinte et générale, ce sont les fréquences des atomes qui changent, et non leur dimension, ni le temps d’ailleurs. Ce que l’on test avec ces instruments d’interféromètres, ce sont des variations de fréquences des atomes de l’instrument lui-même, à cause d’un changement d’environnement lié à la densité nouvelle des gravitons qui à changée par rapport à l’environnement. ▬Viendra après cet envoi une réflexion sur l’article lui-même, mais il est préférable d’exposer avant ma conception ou ma vision de voir ce qu’est la gravitation et les ondes gravitationnelles, avant de rentrer dans comparaisons difficiles. ▬Cette notion de variation des fréquences des atomes est expliquée dans l’article récent de début d’année 2021 : "Qu’est-ce que la vitesse de la lumière c et est-elle indépassable ? "

    Amicalement.

    JFP Jean-François Pouliquen jfp.pouliquen@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 18 août 13:31, par JFP/Jean-François POULIQUEN

    ▬JFP¦¦20210818¦¦ Bonjour. Avant de parler de votre article sur les ondes gravitationnelles, je voudrai exposer comment j’imagine et je conçois la gravitation ainsi que les ondes gravitationnelles....
    ▬Un premier envoi de mon message a été envoyé et refusé, et pourtant quand même édité, mais le format a changé, donc j’ai découpé mon message de telle sorte qu’il y est une partie gravitation et une autre onde gravitationnelle. Ne pas tenir compte du premier envoi.
    ▬La gravitation :
    ▬J’ai une autre vision totalement opposée de ce qu’est la gravitation par rapport aux scientifiques, et donc aussi de ces fameuses ondes gravitationnelles, car j’inverse le sens de cette notion de gravitation, car ce que l’on mesure de la gravitation actuellement c’est sa déformation liée aux masses, mais jamais on mesure la gravitation directement, et ceci est tellement vrai, qu’il faille des masses pour mesurer la gravitation. Ce que l’on mesure n’est pas la gravitation mais la déformation de cette gravitation liée aux masses.
    ▬Ainsi quand il n’y aucune masse dans les parages de l’espace, la gravitation est à son apogée et est la plus grande possible, ,ce qui est exactement l’inverse pour les scientifiques. La gravitation est liée à cette particule de graviton hypothétique qui est pour moi dynamique, ce qui veut dire que ces gravitons sont toujours en mouvement dans l’espace et parcourent toutes les directions, et donnent une force de poussée dans tous les sens. Donc quand il n’y a pas de masse dans un grand volume d’espace, la gravitation que sont les gravitons ne sont pas perturber par les masses, et donnent cette notion de gravitation qui est une poussée la plus grande possible dans toutes les directions. J’ai donc pris volontairement l’inverse des conventions scientifiques qui sont liées aux masses et à la gravitation, car simplement pour mesurer la gravitation on a besoin de masse, sinon on ne sait pas sur quoi s’appuyer.
    ▬Si on introduit une masse dans cet espace rempli de gravitons dynamiques, cette masse va agir sur ces gravitons, en happant une certaine quantité de gravitons. La quantité de gravitons sortant d’une masse est plus faible qu’en entrant dans la masse, et donc il y moins de gravitons sortant, car la masse a affaiblie une partie de cette poussée par capture de certains gravitons. Naturellement plus la masse est grande, et plus de gravitons sont retenus, ce qui donne une plus grande déformation de la gravitation initiale, où la poussée devient plus faible car plus de gravitons sont retenus par la masse et plus faible est la force de poussée. Donc le degré de la gravitation pour les scientifiques est le degré de déformation de la gravitation, mais pas la gravitation elle-même. La masse est une chose, mais la densité de la masse est autre chose, ainsi il existe des objets que sont les trous noirs, où ces objets sont tellement spéciaux et denses qu’ils ne laissent même pas passer ces gravitons dynamiques. La déformation de l’espace-temps est alors à son apogée car rien ne traverse ces objets de trous noirs. Les poussées exercées par ces gravitons, ne deviennent plus homogènes dans l’espace, suivant les objets traversés, et un champ de dépression se créer autour de ces objets suivant leur masse.
    ▬Cette vision inverse la compréhension de la notion de la gravitation, car quand il n’y a aucune masse dans un certain volume d’espace, la force de la gravitation est la plus forte possible, et quand des masses sont présentent, ces masses affaiblissent cette force de gravitation, et donc affaiblissent cette poussée. En physique on a pris l’inverse qui est le degré de déformation de cette force de la gravitation, et non le degré de cette force, et naturellement quand il n’y a aucune masse dans un volume d’espace, le degré de déformation est à zéro ou nul, et pourtant c’est là où la force de poussée est la plus grande.... Chaque masse posée dans l’espace déforme donc cette poussée de gravitation qui est l’espace-temps, qui est à une échelle encore inférieure au vide quantique et ses particules virtuelles. La physique quantique ne parle jamais de ce graviton hypothétique, seule la physique des particules a recensée cette particule hypothétique mais ne donne aucune explication, car on ne sait même pas si cette particule est dynamique ou statique.
    ▬Cette vision de voir la gravitation comme une poussée est une invention et une pensée de moi-même, et je ne savais pas que cette vision avait déjà été émise il y plus de 3 sicles, mais cette vision de la gravitation à été refusée par des physiciens plus récents, et cette idée est tombée à l’eau, à cause de critiques et de raisonnements classiques...
    ▬Quand il y a deux objets assez proche l’un de l’autre dans l’espace, entre ces deux objets, la force de gravitation est affaiblie, car chaque objet à pris une partie de cette force de gravitation qui est une poussée, et c’est comme si il y avait une dépression entre ces deux objets les faisant se rapprocher, mais le mouvement des objets donne un équilibre à cette dépression de poussée entre objets. Cela donne donne des systèmes en équilibre, où malgré que des objets semble être attirés entre eux, la vitesse de révolution autour d’un objet plus massique, donne un équilibre stable.
    ▬Maintenant pourquoi des lignes droites tangentes à une masse, deviennent des courbes que sont les géodésiques ? Eh bien passant prés d’une masse, la poussée de gravitation n’est plus homogène, car du coté de la masse la force de gravitation est affaiblie, car une partie des gravitons ont été retenus par la masse, et dans la direction opposée, cette force n’est pas affaiblie et donc il y a un déséquilibre des poussées ce qui fait que la trajectoire en ligne droite, donnera des trajectoires courbes que l’on dit géodésiques, et la trajectoire tendra à aller vers la masse comme si la masse attirait cette trajectoire.
    ▬C’est l’espace-temps de Einstein qui se déforme, mais sa déformation est liée à une poussée affaiblie par les masses, car il y a moins de poussée qui sort de l’astre que de poussée qui y rentre, car des gravitons ont été retenus par l’astre et déséquilibre l’homogénéité des poussées. Donc près d’une masse les poussées sont affaiblies, et on prend le degré de déformation de cette poussée, et non la poussée affaiblie elle-même, c’est ce que j’ai dis au début du texte, où je disais que je prenais l’inverse des conventions habituelles. En gros, ce ne sont pas les masses qui donnent cette notion de gravitation, mais ces masses affaiblissent la gravitation initiale. Les masses servent de relais aux calculs de la gravitation de l’espace, mais ces calculs reflètent non pas la gravitation, mais la déformation de la gravitation. Sans masse la gravitation existe, mais on ne sait pas sur quoi s’appuyer pour la calculer !!! La gravitation sans les masses devrait une constante, car les grands espaces où les masses sont absente, la force gravitation est la même. Les forces calculées sont des forces de déformation, et pour avoir la force réelle de gravitation, il faut simplement, mettre cette force de déformation en tant que diviseur de la valeur UN (1/F)

    ▬Pour résumer, le vide de l’espace est une vraie force de poussée dans toutes les directions, sans utilisation des masses, et ce sont ces masses qui justement affaiblissent cette force de l’espace.
    ▬Comme déjà dit dans un autre article, la déformation de la gravitation par les masses engendre des référentiels différents, et les conséquences de ces déformations de la gravitation, affectent les vibrations naturelles des atomes. Le temps comme les dimensions ne changent absolument pas, car ce qui change sont les fréquences de chaque type d’atome, mais ne déforme pas le temps ni les dimensions ou longueurs. Ainsi dans un référentiel où toute masse est absente et étant sans mouvement, ce référentiel définira les plus grandes fréquences des différents types d’atome. On peut dire que ces référentiels non déformés par les masses, définissent aussi un temps absolu, car c’est une seuil où la vibration des fréquences d’atomes est la plus rapide. De là on ne peut que faire moins vibrer les atomes en association avec la vitesse (relativité restreinte) ou par les masses (relativité générale). Le seuil minimum de ces vibrations, est soit d’être à la vitesse lumière soit d’être dans un trou noir, et dans ces deux cas les fréquences des atomes sont à zéro, et le temps devient absent et n’existe plus. Il y a donc deux bornes, où dans un cas le temps ou les fréquences des atomes sont à leur apogée, c’est à dire vibres le plus rapidement possible, et l’autre borne est simplement que le temps est arrêté, car les fréquences des atomes n’existent plus.
    ▬Je poursuis ensuite par un autre message utilisateur, ce que sont les ondes gravitationnelles....
    Amicalement.
    JFP Jean-François Pouliquen
    jfp.pouliquen@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 18 août 15:01, par JFP/Jean-François POULIQUEN

    ▬JFP¦¦20210818¦¦ RE Bonjour. Suite du message sur ce que peut être la gravitation. Comme la gravitation et les ondes gravitationnelles sont liées, il est évident de lire l’envoi précédent sur la notion de gravitation comme je la pense.
    ▬Ondes gravitationnelles :

    ▬En fait les ondes gravitationnelles existent partout dans l’univers sans avoir à faire à des scénarios catastrophes gigantesques liés aux fusions de trous noirs ou encore d’explosions d’étoiles importantes, car notre propre terre émet des ondes gravitationnelles, et ce, simplement parce que notre terre se déplace dans l’espace. Tous les objets de l’espace se déplacent, ainsi les satellites naturels, les planètes, les étoiles, les trous noirs, et même les galaxies se déplacent. Ces déplacements entraînent des modifications de contexte pour les autres objets par rapport à un objet. Comme je l’ai expliqué dans le message précédent, la gravitation est une force liée au vide cosmologique, et correspond à des gravitons dynamiques qui parcours dans toutes les direction l’espace-temps. Les masses freinent cette poussée liée aux gravitons, c’est ce que l’on appel la gravitation, mais en réalité c’est une déformation par les masses de la gravitation initiale que sont les gravitons dynamiques, et ces derniers donnent une force de poussée dans toutes les directions, mais moins forte quand les masses sont présentes, car une partie de gravitons sont retenus par les masses. Cela donne autour de l’objet une sorte de dépression de poussée, et comme tous les objets sont en mouvement, ces dépressions se déplacent comme les objets, et donnent ces ondes gravitationnelles. Mais ces ondes sont insignifiantes et ne peuvent pas être détectées. Pour détecter ces ondes gravitationnelles, il faut des objets monstrueux en masses comme les trous noirs en mouvement avec un autre trou noir avant qu’ils fusionnent.

    ▬Une onde gravitationnelle n’est qu’une surface séparant une déformation de grande densité de l’espace-temps qui se propage dans l’espace, et est liée à une explosion d’une étoile importante, ou encore à des trous qui se rapprochent entre eux et finissent par fusionner. Les ondes gravitationnelles sont liées à des phénomènes grandioses dans le cosmos par des objets de grandes masses qui fusionnent ou au contraire explosent. Je le redis, les ondes gravitationnelles, ne sont que des zones de densités différentes de gravitons qui se déplacent et se propagent dans l’espace, et ceci est lié à un événement brutal de changement de densité du vide de l’espace-temps que sont les gravitons. Pourquoi une onde gravitationnelle se déplace dans l’espace ? Simplement parce que les gravitons se déplacent dans l’espace, et ce indépendamment de la densité qui se déplace dans l’espace. Si par rapport à une surface, il y a un certain nombre de gravitons qui vont dans une direction, et que subitement ce nombre soit multiplié, ou même diminué, et bien c’est ce front de changement de densité qui est l’onde gravitationnelle.
    ▬Le plus simple pour comprendre ce qu’est une onde gravitationnelle, est de se faire une image de pensée utilisant un trou noir qui disparait d’un seul coup ou le contraire qui apparaît d’un seul coup :
    ▬Dans le cas d’une image de pensée où un trou disparait d’un seul coup, qu’est-ce qui ce passe ? Avant que le trou noir disparaisse, l’état de la gravitation est fonction de ce trou noir qui déforme la densité des gravitons, car il ne laisse rien passé, et donc autour de lui la densité des gravitons est très affaibli, et cette poussée de gravitation est nulle venant du trou noir, mais plus on s’éloigne de cette densité nulle ou faible de gravitons, plus un état normal de densité de gravitons revient à la normal, mais la portée est très grande avant qu’un état de densité normal de gravitions revienne. Cela fait que les étoiles tournant autour de ce trou noir subissent cette déformation de l’espace-temps, et c’est par le jeu de leur révolution autour du trou noir, que les étoiles trouvent un équilibre entre leur vitesse et la dépression de poussée que créer le trou noir, et qui les attirent vers lui. Si le trou noir disparait d’un seul coup que se passe t-il ? Eh Bien la poussée de la gravitation qui était bloquée par le trou noir, var reprendre ses droits, et il y aura une onde de densité de gravitons plus grande qu’avec le trou noir, cela forme donc une sorte d’onde de densité de gravitons plus grande, et c’est le front de cette densité différente qui se propage à la vitesse lumière que l’on appelle une onde gravitationnelle. Dans ce cas de figure où un trou noir disparait en pensée, l’onde qui se propage est sphérique et s’agrandit à la vitesse lumière. Même si la gravitation à une très grande portée, elle n’est pas infinie pour autant, ainsi après une certaine distance ou un certain temps, le trou noir qui existait et ayant disparu d’un seul coup n’aura plus d’effet, et l’onde gravitationnelle n’existera plus.
    ▬Dans le cas inverse où un trou noir apparaît comme par miracle toujours en image de pensée, que ce passe t-il ? Eh bien l’onde qui se propage qui est la densité amoindrie des gravitons, va non pas être un surplus de gravitons, mais justement un manque de gravitons, car le trou noir apparut, va stopper les poussées des gravitons venant sur lui. Ce manque se propageant aura pour effet d’attirer les objets vers ce manque de gravitions, et donc les objets seront attirés par le nouveau trou noir, mais cette attirance n’est liée qu’a une dépression de poussée entre les objets et le trou noir apparu. Cette onde gravitationnelle est aussi sphérique, et c’est le front du volume où il y a un manque de densité de gravitons qui se propage. Ce qui se propage est une différence de densité de gravitons, où derrière l’onde le volume est affaibli en densité de gravitons. Ce qui se déplace c’est une surface de front suivit du volume de gravitons affaiblie en densité.
    ▬Dans les deux cas c’est une différence de densité de gravitons qui se propage. Mais une fois que le front des densités différentes est passé, il y a eu des modifications des vibrations des atomes, mais cet état reste, car il y a continuité de densité apparue, et donc l’onde s’évapore, faisant changer certaines choses, mais ces changements restent dans l’état sans retour arrière, car la densité de gravitons qu’il y avait avant à été changée, et cette nouvelle densité de gravitons reste, car ce qui suit l’onde, remplace l’ancienne gravitation.
    ▬Par cette vision simpliste de voir la gravitation et les ondes gravitationnelles, cela change l’image que l’on pouvait se faire, du moins si on se faisait une image. Si Einstein était un grand génie, il ne nous a pas dit pour autant de quoi était le vide de l’espace-temps. Pour certaines théories, le vide de l’espace de Einstein est remplit par des oscillateurs donnant les unités de Planck, mais le désavantage de cette vision, est que ces oscillateurs restent statiques dans l’espace, ce qui donne une aberration au sens où l’univers devient orienté.
    ▬De mettre du vide quantique dans l’espace-temps de Einstein est aussi une mauvaise idée, car si cela était, les photons réels venant de très loin auraient des interactions obligées avec ce vide quantique, et cela donnerait des images déformées des objets lumineux venant de très loin. Ce vide quantique est un vide spécifique entourant systématiquement la matière, mais si la matière est absente, ce vide quantique l’est aussi.
    ▬On nous parle de déformations de dimensions après passage d’onde gravitationnelle, mais cela est complètement faux, car ce qui se passe est comme pour la relativité restreinte et générale, ce sont les fréquences des atomes qui changent, et non leur dimension, ni le temps d’ailleurs. Ce que l’on teste avec ces instruments d’interféromètres, ce sont des variations de fréquences des atomes de l’instrument lui-même, à cause d’un changement lié à la densité nouvelle des gravitons qui à changée l’ancien environnement.
    ▬Viendra après cet envoi une réflexion sur l’article lui-même, mais il est préférable d’exposer avant ma conception ou ma vision de voir ce qu’est la gravitation et les ondes gravitationnelles, avant de rentrer dans comparaisons difficiles.
    ▬Cette notion de variation des fréquences des atomes est expliquée dans l’article récent de début d’année 2021 :
    "Qu’est-ce que la vitesse de la lumière c et est-elle indépassable ? "
    Amicalement.
    JFP Jean-François Pouliquen
    jfp.pouliquen@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 18 août 16:01, par JFP/Jean-François POULIQUEN

    ▬JFP¦¦20210818¦¦ RE Bonjour. Phase 3 : Voici des phrases retenues dans votre article sur les ondes gravitationnelles, et où mes commentaires commencent par "▬JFP :" après la phrase relevée :
    ▬"Par contre, c’est Einstein qui leur a donné l’interprétation d’une déformation de l’espace-temps."
    ▬JFP : entre la définition de Einstein qui est très simple, et celle de Wikipédia que vous nous proposez par un lien et qui nous dit : "En physique, une onde gravitationnelle, appelée parfois onde de gravitation, est une oscillation de la courbure de l’espace-temps qui se propage à grande distance de son point de formation." et encore :
    ▬"En revanche elle laisse encore ouverte la question de l’existence du graviton." ou encore :
    ▬"Cependant, même après la mise en évidence des ondes gravitationnelles, l’existence du graviton reste hypothétique." et le clou final est ceci :
    ▬"Les ondes gravitationnelles étant « transverses », leur effet sur les particules est nul dans la direction de propagation. Par contre, une onde gravitationnelle qui se propage perpendiculairement au plan du cercle entraîne la déformation de ce cercle. Il est étiré de manière alternée dans une direction tandis qu’il est comprimé dans l’autre, tout en gardant une surface constante, comme indiqué dans les animations ci-contre."
    ▬JFP : Je dirai : Vive la science, car l’oscillation de l’onde gravitationnelle est totalement gratuite, car c’est une promo en cette période. Entre une déformation de l’espace de Einstein et une oscillation de Wikipédia, cela fait un grand pas, et de plus les explications sur les déformations des dimensions sont assez drôles. Pourquoi une telle critique aussi mauvaise ? Eh bien on ne sait pas ce qu’est une onde gravitationnelle, et le petit premier dessin animé montrant deux objets binaires en mouvement circulaire propageant des ondes gravitationnelles est faux, même si c’est une belle réalisation animée !!! Une onde gravitationnelle n’est pas une ligne mais une surface qui sépare deux densités différentes du vide de l’espace, et comme l’espace est en mouvement, les ondes gravitationnelles le sont aussi. c’est comme si des personnages se déplaçaient dans une direction donnée, mais à un moment donné le nombre de personnages est multiplié ou même divisé, et c’est la différence de quantités qui se déplace,c’est une surface de différence de densité du vide qui se déplace.

    ▬"On a également appris grâce à cette expérience que ces ondes gravitationnelles se déplacent à la vitesse de la lumière..."
    ▬"Mais qu’est-ce qu’une onde gravitationnelle ? Que fait-elle ? Comment est-elle émise ? Comment est-elle reliée à la gravitation entre les masses inertes ?"
    ▬JFP : Une onde gravitationnelle, n’est pas du tout une ligne mais une surface séparant deux volumes de densités différentes de l’espace-temps ; qui se propage dans l’espace. Ainsi dans un contexte de l’espace-temps, la densité de l’espace-temps à une certaine valeur, qui est liée à la gravitation du contexte, un volume de densité différente se propage et vient perturber la densité initiale. L’onde qui vient perturber un contexte est en fait un volume, mais c’est la différence de densité de ces volumes qui donne une frontière surfacique. Donc l’onde gravitationnelle est déjà une surface et non une ligne, et l’onde n’oscille pas !!! De savoir ce que fait l’onde, est simplement de parcourir l’espace, car l’espace-temps est dynamique et toujours en mouvement dans toutes les directions ; mais l’onde que l’on perçoit vient toujours d’une direction spécifique où il y a eu un événement brutal et gigantesque, changeant la densité du vide de l’espace, et cette densité peut être plus grande ou plus petite par rapport à la densité de l’espace où nous sommes.

    ▬"l’équivalent de la masse de trois Soleils a été convertie en ondes gravitationnelles, délivrant une puissance de plus de 10 puissances 50 watts, une énergie monstrueuse, inimaginable..."
    ▬"Deux trous noirs de masses respectives de 29 et 36 fois la masse du Soleil se sont rapprochés et ont fini par fusionner il y a 1,3 milliards d’années. La source se trouve donc à plus d’un milliard d’années lumière. La fusion a donné naissance à un gigantesque trou noir d’une masse finale de 62 masses solaires. Or, 29 + 36 sont sensés faire 65. Ce qui signifie que l’équivalent de 3 masses solaires a été expulsé sous forme d’ondes gravitationnelles.
    comme des ronds dans l’eau d’un étang après que l’on y a jeté un caillou.
    Celui-ci est plus léger que la somme des deux trous noirs initiaux car une partie de leur masse (ici, l’équivalent de 3 soleils, soit une énergie colossale) s’est convertie en ondes gravitationnelles selon la célèbre formule d’Einstein E=mc2. C’est cette bouffée d’ondes gravitationnelles que les collaborations LIGO et VIRGO ont observée", détaille le CNRS."
    ▬"C’est donc aussi une confirmation de la relation masse/énergie..."
    ▬JFP : Quand deux trous noirs fusionnent, il n’y a pas de perte d’énergie, car les masses sont bien additionnées.
    ▬"Mais que fait l’onde gravitationnelle en se déplaçant, et comment modifie-t-elle l’espace-temps ?"
    ▬JFP : Comme le vide de l’espace-temps est rempli de gravitons dynamiques, donc se déplaçant, l’on ne fait rien que de se déplacer au même titre que les autres gravitons, mais l’onde est une surface de changement de densité du vide de l’espace, et aura des répercutions sur la matière, dans la fréquences des atomes changeront.
    ▬"La dernière découverte confirme que l’espace-temps du vide n’est pas figé mais dynamique et capable de propager des déformations."
    ▬JFP : Eh bien nous sommes tout à fait d’accord, mais en désaccord avec Einstein qui voyait un espace-temps statique.
    ▬"Tout objet qui se trouve sur le trajet d’une onde gravitationnelle voit sa longueur varier : tout se passe comme si l’espace entre les atomes de ses molécules se distendait puis se resserrait."
    ▬JFP : Comme déjà dit rien ne se déforme, ni temps ni longueur, mais ce qui change est la fréquence des atomes, ce qui fait que ce temps calculé par rapport aux fréquences d’atome, fait changer le calcul du temps, mais en réalité le temps ne change pas, car c’est la variation des fréquences des atomes qui change.
    ▬"La propagation des ondes gravitationnelle se fait donc à la vitesse de la lumière comme celle des ondes électromagnétiques, mais elle se fait sur un mode différent : quadrupôle et sans quasiment interagir avec la matière. Cependant, elle modifie les trajectoires de la matière en mouvement, car elle modifie les propriétés de l’espace-temps du vide où ce propage cette matière."
    ▬JFP : Je ne crois pas que le vide cosmologique soit du type quadrupôle, car ce vide n’est pas polarisé et ne possède pas de charge.
    ▬"Mais surtout, les questions principales restent entières :
    que se passe-t-il exactement quand deux trous noirs fusionnent ?
    qu’est-ce que la gravitation et comment fonctionne-t-elle ?
    quel est son caractère quantique et comment fusionne-t-elle avec la physique quantique ?
    quelle est la particule quantique (graviton ?) correspondant à ces ondes gravitationnelles ?
    comment les ondes gravitationnelles interagissent-elles avec le vide quantique ?
    et bien d’autres questions..."
    ▬JFP : Je pense que toutes ces questions sont plus ou moins résolues par mes explications concernant la gravitation et les ondes gravitationnelles. Ce concept à voir la gravitation et les ondes gravitationnelles, n’est pas vraiment inédit, car il y a 3 siècles des personnes scientifiques avaient les mêmes réflexions que moi, sauf pour les ondes gravitationnelles, car cette notion n’existait pas encore. J’ai personnellement trouvé seul cette solution de gravitons dynamiques, sans savoir eu connaissance que cette trouvaille existait déjà depuis longtemps Maintenant il serait bons de voir les dé-traqueurs et leurs argumentations pour y palier et à y répondre.
    Amicalement.
    JFP Jean-François Pouliquen
    jfp.pouliquen@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 19 août 10:51, par JFP/Jean-François POULIQUEN

    ▬JFP¦¦20210819¦¦ Bonjour. Voici un complément d’information sur les ondes gravitationnelles, pour montrer que les ondes gravitationnelle n’oscillent pas, mais n’est qu’une illusion d’optique de les percevoir osciller.
    ▬Pourquoi Wikipédia nous dit que les ondes gravitationnelles oscillent ? Eh bien cela est lié à deux trous noirs qui vont fusionnés, et avant la fusion il y a des variations de densités émises des gravitons, mais l’onde n’oscille pas, car ce sont des ondes différentes et rapprochées, le temps d’un demi cycle de révolution entre deux trous noirs formant un système binaire temporaire.
    ▬Imaginons un contexte simple en géométrie où deux trous noirs sont alignés avec nous, c’est à dire que l’un des trous noirs est caché par l’autre. Dans ce cas la déformation de l’espace-temps revient à un seul trou noir pour nous, car l’autre caché n’a aucun effet, et les masses ne s’additionnent plus, car celui qui est plus près de nous cache tout et même les ondes gravitationnelles ou autres objets venant derrière lui. Donc qu’il y est un seul trou noir ou une multitude de trous noirs alignés par rapport à nous, les effets sont les mêmes, car un seul trou noir ne laisse rien passé.
    ▬Maintenant comme ces trous noirs révolutionnent en binaire, car chacun tourne autour de l’autre, ce qui se passe est que l’autre caché par le premier va se découvrir, et quand ces deux trous noirs sont alignés perpendiculairement par rapport à nous, l’onde gravitationnelle émise n’est lus la même qu’avec un seul trou noir, car on a affaire à une sur face doublée de masquage, et pourtant la densité masqués des gravitons est la même, mais la surface de masquage des gravitons est plus grande. Après un demi cycle on revient dans le même état décrit où les trous noirs sont alignés, mais ils ont permutés de place, car celui qui masquait l’autre est à son tour masqué.
    ▬Bien sûr cette géométrie est particulière, car le plan de leur révolution est dans le même plan que notre vision, et il faut voir alors les autres géométries possibles qui sont liées au hasard par rapport à nous en tant qu’observateurs. Mais l’onde gravitationnelle n’est pas une onde qui oscille, et l’oscillation apparente vient du fait que les trous noirs révolutionnent l’un par rapport à l’autre, et peut donner des effets différents.
    ▬L’onde gravitationnelle n’est qu’un front de surface d’une différence de densité du vide de l’espace perçu, et même si on a l’impression que cette onde gravitationnelle oscille, cela est un effet lié aux révolutions des trous noirs, mais l’onde n’oscille pas du tout, car c’est la répétition d’effet qui donne cette impression. Si une grosse étoile explose, les effets seront différents, car il n’y aura aucune oscillation, et pourtant le principe est le même qui est la variation de densité du vide de l’espace perçu, via des événements gigantesques. Dans ce dernier cas d’une grosse étoile massique explosant, l’effet est de percevoir d’un coup, un apport de gravitons supplémentaires, car cette étoile masquait la gravitation en la déformant, et quand elle explose, elle libère ce masquage. C’est à dire que l’étoile déformait l’espace -temps et quand elle explose elle ne déforme plus l’espace-temps, du moins différemment sur un plus grand volume, car ses élément sont éparpillés.
    ▬Pour le redire encore, l’onde gravitationnelle, n’est qu’une différence de densité du vide qui se propage, et cette différence est une surface et non une ligne, et peu importe ce qu’est le vide. Mais si cette onde se propage à la vitesse lumière, cela veut dire aussi que le vide se propage de la même façon, et donc que le vide de l’espace est dynamique et non statique. Le vide dont je parle est celui de Monsieur Einstein qui est l’espace-temps qui sans rapport avec le vide quantique, car ce dernier est rattaché à la matière, et donc que ces vides sont bien différents.
    Amicalement.
    JFP Jean-François Pouliquen
    jfp.pouliquen@hotmail.fr

    Répondre à ce message

  • La mesure d’ondes gravitationnelles et sa signification 22 août 13:37, par JFP/Jean-François POULIQUEN

    ▬JFP¦¦20210822¦¦ Bonjour. Votre question de fond reste curieuse, car en expliquant ce que peuvent être les ondes gravitationnelles, j’explique avant ce qu’est la gravitation, car j’ai bien fait deux messages, l’un pour la gravitation et l’autre pour les ondes gravitationnelles, car l’ensemble ne tenait pas dans un seul envoi, car sûrement je dépassais des limites en nombre de caractères, de mots, voir même de phrases, j’ai donc découpé mon message initial en 2 envois...
    ▬La réponse est que la gravitation est une poussée allant dans toutes les directions dans le vide cosmologique où ces par des particules de gravitions dynamiques que cette poussée existe, et qui est sans rapport avec le vide quantique et ses particules virtuelles. Les gravitons sont encore à une échelle inférieure au vide quantique et ses entités. Le nom de cette particule hypothétique existe par la physique des particules, et il n’y a pas à renommer en d’autres termes ce nom, mais dans les physiques, cette particule n’a jamais été utilisée pour démontrer quoi que ce soit. Donc je dis que le vide cosmologique n’est pas celui du vide quantique, car ce vide cosmologique ne contient que des gravitions dynamiques qui remplissent l’univers, alors que le vide quantique n’existe que dans l’environnement de la matière, et ce vide quantique ne remplit forcément pas l’univers, car il se trouve ou la matière est, et comme la matière ne rempli pas l’espace de l’univers, et bien ce vide quantique fait de même. Il y a donc pour moi deux vides distincts.
    Comme il y a quatre liens sur d’autres articles que vous proposez, je poursuis à lire ces articles et j’y répondrais pour chaque article, même à votre thèse sur la gravitation. Nous n’avons pas les mêmes idées et les mêmes concepts, mais cela n’empêche en rien d’échanger nos idées et nos concepts J’enverrai en bloc comme par quantum, les rédactions et mes réflexions que j’ai écrit sur vos articles préconisés. Comme je n’ai pas terminé de lire et de donner mes réflexions, cela sera donné en bloc et donc en même temps.
    Amicalement.
    JFP Jean-François Pouliquen
    jfp.pouliquen@hotmail.fr

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0