English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > A lire sur Facebook la Page Gilets jaunes de Poitiers

A lire sur Facebook la Page Gilets jaunes de Poitiers

samedi 4 avril 2020, par Karob

A lire sur Facebook la Page Gilets jaunes de Poitiers

Roux de Bezieux, pdt du Medef : “un système autocratique semble mieux(...) armé pour bloquer une pandémie”. L’Etat l’a devancé !

Dans une interview accordée à Ouest France (Lire ici) Roux de Bezieux, président du Medef a lâché cette petite phrases : “face à une pandémie, un système autocratique semble pour le moment mieux armé pour bloquer une pandémie que ne le sont nos démocraties.” Pas très étonnant de la part d’un grand patron et d’une grande fortune qui n’ont rien a envié à l’ancienne noblesse et à son régime politique. Après tout, il est bien stipulé qu’il est interdit de faire de la politique dans les entreprises en France. C’est bien le grand patronat qui décide de tout dans l’entreprise alors en république ? A croire que le gouvernement l’a entendu ! Alors que le gouvernement des grandes fortunes a déployé plus de 100.000 policiers et gendarmes sur le territoire, interdit la libre circulation des personnes (il faut une une attestation administrative dérogatoire), encaserne le peuple travailleur dans une grande prison à ciel ouvert sous prétexte de le confiner pour sa sécurité sanitaire alors que le confinement aurait pu être évité et en même temps envoie au travail des travailleurs sans aucune protection contre le Covid-19, lâche des milliards aux capitalistes sous prétexte de soutien à l’économie, attaque les derniers acquis sociaux (durée du temps de travail, repos hebdomadaire, congés annuel...), remet en cause le droit de retrait, met en place par l’intermédiaire des maires un couvre-feu, une nouvelle étape vient d’être franchis. L’armée est mobilisée aux côtés des forces de police pour les missions suivantes (sources France Nouvelle Aquitaine) : Lire ici

“Ces soldats seront appelés à réaliser plusieurs missions :

- Protection des populations, patrouilles en appui des forces de police et de gendarmerie autour des centres commerciaux, lieux de rassemblement et de passage, pharmacies, plages, etc...

- Sécurisation des lieux sensibles : les synagogues, églises et mosquées, mais aussi les hôpitaux qui concentrent d’importants enjeux.

- Soutien logistique, accompagnement de transports.

La mise en place de l’opération va débuter sur le terrain dès mercredi à Bordeaux, pour les autres villes le déploiement des troupes sera fait d’ici vendredi.”

C’est sur tout le territoire que l’armée commence à être déployée pour exécuter des missions de police

Lire ici

Lire ici

Alors que peu de temps avant le gouvernement démentait cette volonté : Lire ici

Gilets Jaunes Poitiers avait déjà dénoncé dans plusieurs publications, le tournant totalitaire de l’Etat d’urgence sanitaire.

Voir ici

La suite

Controles : ce qu’a le droit de faire la police. Selon que vous serez puissants ou misérables...

....les jugements de cours vous rendront blancs ou noirs.

Tels sont les mots écrits par Jean de La Fontaine en 1618, ils sont toujours d’actualités.

Pendant que le Président du Medef se balade entre sa résidence du bord de mer et Paris où il travaille, ne respectant pas les mesures du confinement, enchainant les réunions avec ses collaborateurs, passant sans aucun problème, les controles policiers aux entrées d’autoroute et dans les gares, les citoyens lambdas, eux, sont contrôlés, et réprimés. 2 millions de controles en une semaine ont donné lieu à 100 000 amendes. 359 000 procès verbaux ont été distribués.

Lire ici

Les témoignages affluent sur les réseaux sociaux, plus ou moins ubuesques, dénoncant l’abus d’autorité des policiers, de gens qui ont été sanctionnés par une amende de 135 euros, parce qu’ils ont oublié d’apposer leur date de naissance sur leur attestation, ou parce que leur sortie pour l’achat d’une baguette de pain n’entrerait pas dans le cadre des achats dit de première nécessité, ni même abreuver des chevaux, comme le montre cet article de journal, dans lequel une jeune fille a écopé d’une amende parce que selon les policiers“ la priorité n’allait pas aux animaux mais aux humains”

Lire ici

Bon nombre des habitants des quartiers populaires sont quant à eux, matraqués, tazés, frappés, gazés, passés à tabac, pour avoir présenté une attestation écrite à la main, ou pour l’avoir oubliée. Est ce que oublier une attestation mérite une violence pareille ? Les policiers en roue libre, qui se sont déjà illustrés en tabassant les gilets jaunes, et les personnels soignants qui manifestaient pour plus de moyens pour l’hopital, s’en donnent à coeur joie ! Puisque la crise sanitaire est gérée de manière autoritaire et répressive, le gouvernement préférant envoyer sa police pour réprimer la population, qu’envoyer des masques à l’hopital et des moyens, pour la soigner.

Pour autant, il est possible de contester ses amendes en ne les payant surtout pas.

Ce que dit la police nationale :

"La vérification des denrées alimentaires et la désignation des biens de première nécessité sont des critères subjectifs et incontrôlables. Il suffit de présenter son attestation correspondant au motif de la sortie temporaire du confinement et de l’achat de denrées” Traduction, les policiers n’ont pas à juger s’il s’agit d’achats de première nécessisté ou non.

Ce que dit L’observatoire parisien des libertés publiques :

"Une contravention qui se fonderait sur l’absence de nécessité du bien acheté pourrait être contestée, pour absence de prévisibilité de l’infraction". Autrement dit, le décret pris par le gouvernement décide des magasins qui peuvent rester ouverts et de ceux qui doivent fermer. Dès lors, la police n’a pas son mot à dire sur ce que vous y achetez.

Pour rappel, l’amende pour non respect du confinement démarre à 135 euros. Si vous souhaitez la contester, vous avez 45 jours pour le faire, 30 jours s’il s’agit d’une amende majorée. Une fois la contravention reçue dans votre boite aux lettres, il vous est possible de renvoyer le formulaire par voie postale ou bien de vous connecter directement sur le site internet de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions. En cas de contestation, l’Observatoire parisien des libertés publiques insiste sur l’importance, si possible, de trouver un témoin, et surtout de ne pas payer l’amende, ce qui reviendrait à accepter la contravention. Il dit noter une "multiplication" des cas litigieux, notamment sur les réseaux sociaux, mais juge qu’il est encore trop tôt pour dire que les abus sont systématiques.

Lire ici

La police nous fait encore la démonstration qu’elle ne protège pas le peuple, mais les intérêts des grandes fortunes, la police protège la classe politique en place, la police protège les classes dirigeantes pour maintenir leur société de misère.

Non à l’Etat militaire sanitaire !

Le pouvoir au peuple, pour le peuple, par le peuple

Louise M.

Pourquoi nous ne demanderons de pas compte à Macron ou à son gouvernement

De l’extrême droite à l’extrême gauche, on entend que le gouvernement devra rendre des comptes sur sa gestion de la crise sanitaire, certains appelant même à porter plainte comme si les tribunaux capitalistes qui ont condamné des milliers de Gilets Jaunes et emprisonné des centaines allaient jugés ces criminels d’Etat qui sont leurs amis proches ! Pas plus que nous ne porterons plainte, nous ne demanderons des comptes au nervis du capitalisme français.

Demander des comptes c’est laisser croire que ces gens là sont responsables devant le Peuple Travailleur de France. Ce qui est un mensonge. Les commis de l’Etat capitaliste ne sont responsables que devant leurs réels maîtres que sont les grandes fortunes capitalistes françaises, véritables seigneurs des temps modernes, qui à l’image de l’ancienne noblesse, détient le foncier comme les grandes entreprises...

Ce ne sont ni des comptes que nous devons demander, ni Macron et sa bande que nous devons chasser. A quoi bon changer la tête si c’est tout le corps capitaliste qui est vérolé, putréfié, et s’effondre sur lui même ?

Il n’y a rien à sauver de ce système d’exploitation, d’oppression laissant vivre plusieurs milliards d’être humain avec moins d’un dollars par jour et plongeant le reste de l’humanité dans la pauvreté et prêt à se maintenir à tout prix quelque soit les souffrances infligées à l’Humanité en déployant ses polices, ses armées, ses nervis en armes pour maintenir sa domination de classe sur les Peuples Travailleurs du monde entier. Peuples qui ont un intérêt commun, devenir les fossoyeurs du capitalisme !

Alors ne demandons aucun compte ! Sonnons le tocsin de la Révolution Sociale du Peuple Travailleurs contre les classes dirigeantes capitalistes, leurs Etats et leurs Gouvernements !

A bas l’encasernement des peuples !

A bas l’Etat d’urgence sanitaire policier et militaire !

A bas le capitalisme !

Vive la Révolution Sociale seule porteuse d’avenir pour toute l’Humanité !

Vive le pouvoir au Peuple Travailleur par le peuple et pour le peuple !

La Page Facebook Gilets jaunes Poitiers

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0