English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 05 - Livre Cinq : ECONOMIE POLITIQUE > 5- L’économie mondiale en route vers une nouvelle crise systémique (...) > Réalité économique et sociale mondiale en quelques chiffres

Réalité économique et sociale mondiale en quelques chiffres

mercredi 24 janvier 2018, par Robert Paris

Réalité économique et sociale mondiale en quelques chiffres

Les statistiques suivantes proviennent d’agences spécialisées, financées par les capitalistes eux-mêmes et par des associations qui n’ont aucun but anticapitaliste ni révolutionnaire. Elles témoignent cependant du stade auquel est parvenu le capitalisme : celui de sa fin !

3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n’ont pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l’an dernier.

82% de la richesse créée l’an dernier dans le monde a terminé entre les mains du 1% le plus riche de la population de la planète.

Depuis 2010, c’est-à-dire peu après le début de la crise en 2008, la richesse de cette "élite économique" a augmenté en moyenne de 13% par année.

Aux Etats-Unis, la part des plus gros détenteurs de patrimoine est passée de 22% en 1980 à 39% en 2014.

La part du revenu national allant aux 10% des contribuables les plus aisés est passé de 21% à 46 % en Russie et de 27% à 41% en Chine entre 1980 et 2016. Aux États-Unis et au Canada, ce taux est passé de 34% à 47%, tandis que l’Europe a connu une hausse "plus modérée" (de 33 % à 37 %).

En 1980, la part du revenu national revenant aux 50% de contribuables les plus pauvres était en effet quasiment identique dans les deux régions : 24% en Europe de l’Ouest et 21% aux Etats-Unis. Depuis, ce taux s’est stabilisé à 22% côté européen, alors qu’il est tombé à 13% outre-Atlantique.

La classe moyenne mondiale est la première victime de ce phénomène. Entre 1980 et 2016, les 1% les plus riches ont capté 27% de la croissance mondiale. Les 50% les plus pauvres n’ont capté pour leur part que 12% des richesses créée.

La part du revenu national allant aux 10% des contribuables les plus aisés est passé de 21% à 46% en Russie et de 27% à 41% en Chine entre 1980 et 2016.

Ces inégalités vont-elles se renforcer ou s’estomper à l’avenir ? Dans un rapport, les auteurs anticipent une nouvelle hausse d’ici 2050, sur la base des tendances actuelles. La part de patrimoine des plus riches passerait ainsi de 33% à 39%, tandis que "la classe moyenne mondiale" verrait sa part de patrimoine "comprimée", de 29% à 27%.

Les 1% plus riches au monde possèdent plus que les 99% autres…

Les 0,1% les plus riches possèdent 80% de ce que possèdent le 1% le plus riche du monde… Les riches eux aussi sont inégaux !!!

Les femmes pauvres sont les plus pauvres des plus pauvres concluent toutes ces études…

L es 500 personnes les plus riches du monde ont gagné 237 milliards de dollars au total en 2016

Le nombre de milliardaires a connu l’année dernière sa plus forte hausse de l’histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours.

Ce boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie prospère, mais un symptôme de l’échec du système économique.

En effet, ce dernier n’investit pas dans la production et ne fait qu’entasser des fortunes…

Si les milliardaires américains ont profité de l’élection de Donald Trump et figurent parmi ceux qui ont gagné le plus en 2016, les fortunes des pays émergents sont surreprésentées parmi les perdants. Neuf des dix milliardaires qui ont perdu le plus d’argent cette année ne sont pas Américains. Le premier est le Chinois Wang Jianlin, à la tête de la deuxième fortune la plus importante de son pays (30,6 milliards de dollars). Au total, les milliardaires chinois ont perdu 11 milliards de dollars en 2016.

Plus un pays investit dans la production, moins ses milliardaires ont entassé des fortunes. C’est dire que le monde n’investit pas dans la production, à part le Chine…

Japon : L’investissement productif en baisse sur 2015/2016

France : L’investissement productif en baisse

Angleterre : L’investissement productif en baisse

Espagne, Italie, France, Allemagne : L’investissement productif en baisse

Canada : L’investissement est en baisse

Australie : L’investissement est en baisse

Suisse : L’investissement est en baisse

Ce qui fausse les statistiques d’investissements productifs, c’est la notion d’IED (Investissement étranger direct) qui comprend des spéculations financières aussi bien que de vrais investissements et qui comprend surtout le montant des fusions-acquisitions internationales, elles en hausse massive (par exemple, 721 milliards de dollars sur un total d’IED de 1760 milliards de dollars !) !!!

Les épargnants fuient les investissements productifs

Les banques poussent à la baisse des investissements productifs

En somme, la fin de la crise de suraccumulation généralisée du capital n’est pas pour demain !!! Lire ici la suite

La seule manière de répondre au problème a consisté à bloquer la crise par des interventions financières publiques et institutionnelles massives…

Mais le capitalisme peut-il durablement se passer des crises ?

5 Messages de forum

  • C’est cette réalité économique qui explique que, d’un côté les Etats annoncent un reprise, et de l’autre les bourses chutent...

    Répondre à ce message

  • Les actions de Wall Street ont plongé dans un mouvement de liquidation du marché mondial. À la fin de la journée, le Dow Jones a baissé de 1175 points, la plus grosse chute en jour de son histoire, après une journée de mouvements violents.

    En incluant la chute de l’automne dernier, le Dow Jones a perdu plus de 1800 points en deux jours, effaçant tous les gains réalisés cette année.

    L’une des caractéristiques les plus significatives du déclin d’hier fut sa rapidité. En l’espace d’environ 11 minutes, juste après 15 heures, le Dow Jones est allé d’une baisse de 700 points à une baisse de 1600 points, dans ce qui a été décrit comme une « avalanche » de ventes, avant de se redresser quelque peu. Cependant, la liquidation a repris et l’indice a terminé en baisse de 4,6 % pour la journée.

    Les autres indices ont également chuté brutalement dans la plus grande baisse du marché depuis 2011. L’indice S&P 500 a chuté de 4,1 %, le Nasdaq de 3,78 % et le Russell 2000 de 3,63 %. Les valeurs technologiques ont enregistré de fortes baisses, avec Apple et Alphabet (la société mère de Google) en baisse de plus de 10 %.

    Tous les secteurs de l’indice général S&P 500 étaient en baisse. Les valeurs financières ont chuté de 4,7 %, les soins de santé de 4,6 %, les valeurs industrielles de 4,5 % et l’énergie de 4,3 %.

    La turbulence sur le marché s’est reflétée dans la hausse rapide de l’indice « Vix », ou indice de volatilité, qui a augmenté de 117 pour cent, sa plus forte augmentation en un jour. Cela a marqué une rupture majeure par rapport à la situation l’an dernier, lorsque le Vix a enregistré son taux annuel moyen le plus bas.

    Dans son rapport sur la chute du marché, le Wall Street Journal a noté que les « traders décrivaient un sentiment croissant d’anxiété » lorsque la chute du Dow a atteint 1600 points, citant un gestionnaire d’investissement qui disait que c’était « la première fois depuis longtemps, je dirais que cela ressemble à une liquidation à la limite du type panique », a-t-il déclaré au moment où des cris ont éclaté sur le parquet de la Bourse de New York.

    La chute rapide a fait craindre qu’elle pourrait avoir été le résultat d’un « accident instantané » – une chute soudaine produite par un soi-disant commerce « gros doigt » ou un autre mauvais fonctionnement. Mais rien de tel ne semble avoir eu lieu. La chute a été précipitée par de grandes ventes générées par un modèle informatique.

    Le repli de Wall Street a suivi des baisses importantes sur les marchés mondiaux, les marchés ayant été ouverts après la chute des marchés américains vendredi dernier. Le marché de Hong Kong a chuté de 2,7 % à un moment donné, tandis que l’indice japonais Topix a chuté de 2,2 %.

    Au début de la journée de négociations en Europe, les marchés étaient également en baisse. L’indice FTSE de Londres a chuté de 1,5 %, tandis que l’indice Stoxx Europe 600 a perdu 1,6 %.

    Répondre à ce message

  • Selon un rapport de Longview Economics à Londres, dont les résultats ont été cités dans le Financial Times, si les taux d’intérêt aux États-Unis passent rapidement au-dessus de 3 %, l’effet sera considérable. Quelque 12 % des entreprises américaines sont des « zombies ». Autrement dit, leurs revenus ne couvrent pas les paiements de leurs intérêts, et une hausse soudaine des taux les ferait tomber en faillite, si bien qu’elles sont devenues dépendantes de l’approvisionnement continu en argent ultra bon marché.

    Selon un rapport publié par CNBC sur des recherches menées par la Bank of America Merrill Lynch, il existe une situation similaire en Europe, avec un nombre important de firmes « zombies » qui dépendent d’un crédit bon marché. Le rapport de la banque a révélé que 9 % des entreprises en Europe étaient des « zombies » avec des « indicateurs de couverture d’intérêts très faibles ». Ceci est à comparer à 6 % avant la crise de 2008 et 5 % fin 2013.

    « La pléthore de soutiens monétaires en Europe au cours des cinq dernières années a permis aux entreprises à faible rentabilité de continuer à refinancer leur dette et d’éviter les défauts », note le rapport.

    Quel que soit l’avenir immédiat des marchés, la liquidation d’hier a déjà eu un impact politique en approfondissant la crise de l’administration Trump. Il y a une dizaine de jours, dans son discours au sommet des élites mondiales à Davos, en Suisse, Trump a cité la montée de la bourse, « brisant un record après l’autre », comme preuve des vertus de sa politique économique.

    Dans un discours dans une entreprise manufacturière de la région de Cincinnati hier après-midi, il a salué un « raz de marée de bonnes nouvelles », tandis que la couverture télévisée de son discours suivait une nouvelle baisse dans le Dow vers une baisse de 1600 points dans un coin de l’écran

    Répondre à ce message

  • Marx avait, en effet, expliqué de tels phénomènes dans son analyse de ce qu’il appelait le « fétichisme des marchandises », dans lequel il montrait comment l’apparence même des formes générées par l’économie capitaliste dissimulait et mystifiait ses relations sociales sous-jacentes.

    Comme cela s’est souvent produit, au moment où la théorie de Marx a été déclarée morte et enterrée pour la millième fois, un développement de l’économie capitaliste la confirme une fois de plus.

    La soudaine liquidation de Wall Street vendredi dernier, lorsque l’indice Dow Jones a chuté de 666 points – la plus forte baisse en deux ans – fut un tel événement. Il est survenu au milieu d’une hausse de 40 % du Dow depuis l’élection de Donald Trump.

    Elle a été précipitée par une hausse des taux d’intérêt sur les marchés obligataires, le rendement de la note du Trésor américain à 10 ans s’établissant à 2,85 %, son plus haut niveau en quatre ans. La hausse du rendement du Trésor a suscité des craintes que l’afflux d’argent bon marché sur les marchés financiers, orchestré par la Réserve fédérale américaine et d’autres grandes banques centrales depuis la crise financière mondiale de 2008, qui a fait grimper le cours des actions à un niveau record, pourrait être en train de toucher à sa fin.

    La flambée des marchés obligataires a été à son tour une réponse aux nouvelles que les salaires aux États-Unis avaient vu une augmentation de 2,9 % au cours de la dernière année, la plus forte augmentation depuis 2009.

    La hausse des salaires était relativement faible. Cependant, cela a déclenché une réaction majeure sur les marchés financiers en raison des craintes de ce que cela pourrait signifier : une résurgence de la lutte des classes, alors que les travailleurs américains et internationaux commencent à repousser les décennies de suppression des salaires et de baisse des salaires et le déclin du niveau de vie de la classe ouvrière.

    La flambée des taux d’intérêt du marché obligataire de vendredi avait été précédée par des avertissements selon lesquels la hausse des obligations – la hausse des prix des obligations et la baisse des taux d’intérêt (les deux évoluant dans une relation inverse) étaient sur le point de prendre fin. L’origine de la course haussière elle-même, il y a près de quarante ans, révèle la relation sous-jacente entre les marchés financiers et la lutte des classes, et l’importance centrale de l’extraction de la plus-value pour l’ensemble du système capitaliste.

    Répondre à ce message

  • Le rapport de Wealth-X montre que la population milliardaire mondiale a augmenté de 15 pour cent, jusqu’à 2754 personnes, depuis 2016, et que la richesse de ces milliardaires « a bondi de 24 pour cent à un niveau record de 9200 milliards de dollars », soit 12 pour cent du Produit intérieur brut annuel de la planète entière.

    Les milliardaires du monde entier ont augmenté leur richesse, mais nulle part ils n’ont gagné autant d’argent qu’aux États-Unis et en Asie. Les 727 milliardaires en Amérique du Nord ont augmenté leur richesse de 22,8 pour cent à 3300 milliards de dollars, un taux dépassé seulement par l’augmentation de richesse de 49,4 pour cent parmi les 784 milliardaires asiatiques, qui ont enregistré une fortune combinée de 2400 milliards de dollars en 2018.

    Les super-riches sont pour la plupart des spéculateurs. Ils tirent leur revenu non pas en contribuant au processus de production, mais en jouant, en volant et en trichant. Parmi tous les milliardaires, la part de la richesse totale dérivée des actions est passée de 32,9 pour cent en 2016 à 41,5 pour cent en 2017.

    Au sommet de la pyramide des richesses, les 10 milliardaires les plus riches possèdent 663 milliards de dollars. Chacun a une valeur nette en moyenne 20 fois plus élevée que le « milliardaire moyen ». Une pluralité de milliardaires (413) tire leur richesse de la finance – de la banque ou de l’investissement – dépassant les conglomérats industriels (380), l’immobilier (173), la production (167) et la technologie (143).

    L’augmentation de la richesse des milliardaires est le résultat des politiques adoptées par les gouvernements du monde. Dans aucun autre pays, les super-riches ne contrôlent si parfaitement le système politique comme aux États-Unis, où le président Donald Trump incarne le caractère criminel de Wall Street.

    Le rapport note une « amélioration spectaculaire de la création de richesse extrême » aux États-Unis en raison de « marchés boursiers porteurs et de solides bénéfices des entreprises ». Les milliardaires américains ont bénéficié de « la mise en œuvre d’un important programme de réforme fiscale à la fin d’année », la réduction d’impôt radicale de l’Administration Trump pour les riches, adoptée sans aucune opposition sérieuse du Parti démocrate.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0