English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 11- Livre Onze : FEMMES - CONTRE L’OPPRESSION > Le racisme anti-femmes est marqué dans le vocabulaire français

Le racisme anti-femmes est marqué dans le vocabulaire français

lundi 16 septembre 2013, par Robert Paris

Le machisme, ce n’est pas juste un mot, une blague, des pressions sociales

Le racisme anti-femmes est marqué dans le vocabulaire français

Dans le vocabulaire français, féminin et masculin ne sont pas symétriques

Tout d’abord le mot homme recouvre aussi les femmes et pas le contraire….

L’école où l’on emmène l’enfant jeune appartient au genre féminin (la maternelle) et la propriété au genre masculin (le patrimoine).

Le terme paternel n’est pas prêt de faire penser à une école (contrairement à maternelle) ni matrimoine à une propriété (contrairement à patrimoine). Matrimonial n’a à voir qu’au mariage contrairement à patrimonial (qui concerne les biens d’une personne). La propriété est tellement masculine dans les termes que le propriétaire d’une société est le patron. Personne ne propose d’appeler matrie au lieu de patrie la nation ni d’appeler mater noster le dieu des chrétiens. Dans les sociétés occidentales, si on parle de déesses, c’est comme par hasard dans l’expression « un corps de déesses » !

Le vocable homme donne humain et humanité alors que celui de femme ne donne que féminin et féminité… L’enfant peut aujourd’hui avoir aussi le nom de sa mère et pourtant on continue à parler de patronyme…. L’égalité se dit « entre pères » (jamais entre mères !), d’où découle l’expression de parité. Il est étonnant que l’on ait choisi pour l’expression de lutte contre l’inégalité celle de « parité entre hommes et femmes ». L’inégalité reste même dans les termes de lutte contre l’inégalité !

Le seul terme qui soit réellement justifié restant la maternité puisqu’aucun homme n’a jamais engendré lui-même ! Mais si une mère peut materner son enfant, personne ne parle du père qui paterne son enfant. Inversement, si s’occuper des enfants est considéré comme féminin par la langue, le pouvoir, l’autorité et la propriété, eux, restent au masculin comme le paternalisme qui est une des manières de gouverner ou comme le patronage qui reste une manifestation de cette dissymétrie de langue entre hommes et femmes et qui reflète et accentue les différences réelles dues à la société…

La religion est particulièrement dissymétrique avec les prêtres, le pape et l’absence de femmes dans sa hiérarchie. Le langage n’est pas directement une cause du fonctionnement social mais elle en est plus que le révélateur. Elle propage indiciblement son fonctionnement et le justifie.

L’hominisation n’est pas symétrique de la féminisation.

Un homme non marié n’est pas un damoiseau alors qu’une femme non mariée est une demoiselle. Cela montre à quel point le mariage ne joue pas un rôle symétrique suivant les sexes.

Que nous disent les dictionnaires courants sur les femmes et les hommes ? Homme est défini comme un être mâle, ou comme un représentant de l’espèce. Mais pour femme on trouve : compagne de l’homme, épouse, celle qui est ou a été mariée.

On dit encore la femme d’une personne connue mais presque jamais le mari d’une personne connue.

Les professions les plus en vue n’ont eu que très tardivement un féminin dans le vocabulaire et très tardivement aussi été exercées par des femmes : on dit encore un et pas une, un directeur, un chirurgien, un docteur, un président, un médecin, un professeur, un ingénieur, un procureur, un juge, un commandant, un recteur, un chef de service, un chevalier, un écrivain, etc…

Par contre, on trouve des cuisinières, des infirmières, des ménagères comme par hasard…

Il y a des hommes sages et des sages-femmes !

On dit un grand homme ce qui ne signifie pas la même chose qu’une grande femme !

Il n’y a pas de féminin à inventeur, à successeur, défenseur, découvreur, précurseur, etc…

Curieusement, une « personne du sexe » ne désigne jamais un homme…

La prostitution masculine existe mais on ne dit pas garçon de joie, ni beau de nuit, ni traîné…

De nombreuses expressions n’ont une connotation péjorative (signifiant prostituée) qu’au féminin et nullement au masculin :

Dans tous ces cas, le terme masculin n’a rien de proche de la prostitution alors que le terme féminin y fait directement penser…

Un entraîneur c’est un directeur sportif, une entraîneuse c’est une prostituée.

Un péripatéticien est un disciple d’Aristote, une péripatéticienne c’est une prostituée.

Un coureur c’est un sportif, une coureuse c’est une prostituée.

Un jeune coq est un jeune homme viril, une poule c’est une prostituée.

Un courtisan flatte le roi, une courtisane c’est une prostituée.

Un salaud est un sale type, une salope c’est une prostituée.

Un gagneur c’est un vainqueur, une gagneuse c’est une prostituée.

Tous les termes suivants ont la même caractéristique :

Il est bon/ elle est bonne

Un cochon/une cochonne

Un poulet/ une poule

Un rouleur/une roulure

Un professionnel/une professionnelle

Chaud/chaude

Entraineur/entraineuse

Un garçon/une garce

Un coureur/une coureuse

C’est un garçon/C’est une fille

Un masseur/une masseuse

Un maître/une maîtresse

Un particulier/une particulière

Un couvre-lit/une descente de lit

Un procureur/ une procureuse

Un chauffeur/une chauffeuse

Un primeur/une primeur

Homme galant/ femme galante

Un salaud/une salope

Un entremetteur/une entremetteuse

Un chien/une chienne

Un gonze/une gonzesse

Bougre/bougresse

Un gars/une garce

Coq/poule

Drôle/drôlesse

Giron/gironde

Cabot/cabotte

Souriceau/souris

Donze/donzelle

Pouffe/pouffiasse

Chat/chatte

Patineur/patineuse

Un poulet / une poulette

Marmiton/marmite

Un homme facile / une femme facile

Un gueux : une gueuse

Un marquis : une marquise

Un courtisan / une courtisane

Un pépé / une pépée

Un berger / une bergère

Paillasson/paillassonne

Turbineur/turbineuse

Bécasson/bécasse

Rabatteur/rabatteuse

Minet/minette

Etre bon / être bonne

Un cerf/une biche

Micheton/michetonne

Un créateur/une créature

Un poulain/une pouliche

Un dromadaire/ une dromadaire

etc, etc, etc...

La longueur de la liste a seulement pour but de bien montrer que le fait n’est pas occasionnel ni accidentel...

Qu’on le veuille ou pas, les propos sur les femmes font systématiquement penser aux putains. Un homme sans moralité est un homme sans moralité et pas un prostitué (tiens ça sonne mal) tandis qu’une femme sans moralité est une putain !

Ce n’est pas un hasard : la société tend à faire croire que toutes les femmes sont potentiellement des putains et ne sortent de ce risque que par le mariage… De là à considérer que les hommes sont légitimes à les traiter comme telles en les violant, que ce soit dans l’imaginaire ou dans la réalité, il y a un pas que la société machiste actuelle a depuis longtemps franchi…

La prétendue libération des mœurs n’est en tout cas pas la libération des femmes de l’oppression masculine… Et les termes ne font qu’en être le reflet. Il ne suffirait pas de mettre des « e » un peut partout, comme « employé-e-s » ou comme « employés et employées », pour le supprimer.

Si on veut insulter un homme :

on le traite de femme, de femmelette, de con (sexe féminin), etc, etc… !

Les blagues sont le grand domaine du racisme anti-femmes :

Nous résisterons bien entendu au déplaisir de citer celles-ci.

Les plus grands écrivains ont écrit des affirmations grossièrement anti-femmes :

Alexandre Dumas

"Les femmes sont étonnantes : ou elles ne pensent à rien, ou elles pensent à autre chose."

Fédor Dostoïevski

"Mon Dieu, que l’homme est compliqué quand c’est une femme !"

Gustave Flaubert

"Elles prennent leur cul pour leur coeur."

Georges Feydeau

"Il n’y a que dans les courts instants où la femme ne pense plus du tout à ce qu’elle dit que l’on peut être sûr qu’elle dit vraiment ce qu’elle pense."

Victor Hugo

"Les femmes se prennent comme des lapins... par les oreilles."

Voltaire

"Les femmes ressemblent aux girouettes, elles se fixent quand elles se rouillent."

Wolfgang Goethe

"La main qui, samedi, tient un balai est celle qui, dimanche, caresse le mieux."

Et on en passe et des pires encore…

Les religieux ne sont pas les derniers des machistes :

Le cardinal archevêque de Paris, André Vingt-Trois, en 2009 :

« Le plus difficile, c’est d’avoir des femmes qui soient formées. Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête. »

Le Dalaï Lama dans son ouvrage "Comme la lumière avec la flamme" :

« L’attirance pour une femme vient surtout De la pensée que son corps est pur Mais il n’y a rien de pur Dans le corps d’une femme De même qu’un vase décoré rempli d’ordures Peut plaire aux idiots De même l’ignorant, l’insensé Et le mondain désirent les femmes La cité abjecte du corps Avec ses trous excrétant les éléments, Est appelée par les stupides Un objet de plaisir. »

Le nouveau testament :

« Le Christ est le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme, et Dieu le chef du Christ. »

L’Ancien Testament :

« Je te remercie mon dieu de ne pas m’avoir fait femme. »

(première prière de l’homme en se levant – il n’y a pas de prière de la femme puisqu’elle est impure et ne doit même jamais entrer dans une salle de prière, fût-ce pour la balayer…)

N’en déplaise à tous les DSK de la terre, les femmes ne sont pas des domestiques, les domestiques ne sont pas des prostituées, les prostituées ne sont pas des esclaves, les femmes esclavagisées ne sont pas des sous-êtres humains et les femmes ne sont pas consentantes pour être violées, battues, torturées, et méprisées. Tous les termes qui cautionnent cela doivent être bannis car ils banalisent, justifient, préparent et soutiennent ces crimes.

18 Messages de forum

  • Taslima Nasreen :

    « Toutes les religions, sans exception, sont fondamentalement anti-femmes. Elles vont à l’encontre de la liberté et des droits des femmes, qu’elles oppriment, au même titre que la tradition, la culture, les coutumes et le système patriarcal. »

    Répondre à ce message

  • Nana était le nom d’une prostituée. Aucun hasard que les femmes soient traitées couramment de nanas...

    Répondre à ce message

  • Rabaisser une femme à un seul sexe, c’est aussi le propre des termes comme nénette, jupon, gonzesse, bonne femme, bobonne, etc...

    Répondre à ce message

  • Et ne parlons pas des termes sexe faible ou encore personne du sexe ;..

    Répondre à ce message

  • Ancien testament, nouveau testament et coran reconnaissent cette fable :

    Comme Dieu considérait qu’il n’était pas bon pour l’homme d’être seul, il modela des animaux qu’il amena à Adam pour voir comment il les appellerait. Adam donna un nom à chacun d’entre eux, mais ne se trouva pas de compagnie qui lui convienne. Alors Dieu l’endormit, et lui créa une femme à partir d’une de ses côtes [d’Adam.] Adam reconnut la femme comme chair de sa chair et os de ses os, c’est-à-dire "tirée de lui". Adam reconnut la femme pour sa compagne, et Dieu leur commanda d’être féconds, de soumettre les animaux et de manger des végétaux. Le premier couple fut placé par Dieu dans le jardin d’Éden, pour qu’Adam cultive le sol et garde le jardin.

    Dieu avait tout permis à Adam sauf, sous peine de mort, la consommation du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le Serpent (Nahash en hébreu) apparut et dit à la femme qu’ils n’en mourraient pas, mais que leurs yeux s’ouvriraient et que leur nouvelle connaissance les apparenterait à des dieux. La femme mangea du fruit défendu et en donna à Adam qui en mangea à son tour. Mais après avoir goûté à ce fruit ils virent qu’ils étaient nus et lorsque Dieu interpella Adam, celui-ci se cacha à cause de sa nudité, et dut avouer la faute.

    Alors Dieu prononça le jugement, énumérant les conséquences de la transgression : le serpent devra ramper, Dieu mettant l’hostilité entre la femme et le serpent, entre la race de la femme et la race du serpent ; la femme à cause de la faute, enfantera dans de grandes souffrances, sera avide de son homme et lui, dominera sur elle comme chef. Enfin l’homme fut condamné à travailler durement le sol maudit à cause de lui pour se nourrir. Adam donna à sa femme le nom « Ève » ’la vivante’ car elle fut la mère de tous les vivants. Puis Dieu revêtit le couple de tuniques de peau. Il les chassa alors du jardin d’Eden pour les empêcher d’accéder à l’arbre de vie qui les rendrait immortels, maintenant qu’ils avaient la connaissance du bien et du mal ; Il les renvoya sur la terre commune, et posta des chérubins pour garder le chemin de cet arbre.

    Répondre à ce message

  • Quand on pense qu’il y a leader de l’extrême gauche qui répète à tout bout de champ que "la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a", il y a du boulot !!!!

    Répondre à ce message

  • Il faut également remarquer que la virginité n’est exigée que des femmes : on parle de femme vierge mais jamais d’homme vierge...

    Répondre à ce message

  • Huit femmes sur dix ont déjà entendu des propos sexistes au travail...

    Répondre à ce message

  • « Cocotte », « ma puce », « Barbie »... le sexisme a la vie dure au travail !

    Répondre à ce message

  • Oui la haine , le mépris de la femme viennent de loin et dans toutes les cultures. Un livre Dios nacio mujer éclaire l’histoire de cette prise de pouvoir du masculin sur le féminin.
    Toutes les femmes qui par leur silence, leur paresse intellectuelle,leur acceptation de la norme, le peu d’égard quelles ont pour elles mêmes, leurs soeurs,leurs filles, les femmes autour d’elles, toutes ces femmes sont aussi responsables comme les hommes !
    Pourquoi les femmes veulent et sont fières de se marier et de perdre leur identité première pour prendre le nom de leur conjoint ? pourquoi ? pourquoi les enfants ont ils le nom du père et pas de la mère ?
    Pour effacer la trace des femmes. Mais les femmes acceptent !
    La liberté ne se mendie pas elle se prend.
    Et je peux vous dire étant une femme, que lorsque je parle avec des femmes, je ne suis pas très appréciée.
    Lorsque je vois comment les parents élèvent leurs mômes je peux vous dire que le changement il n’est pas pour maintenant ou s’il est en marche il va bien lentement ! Le changement viendra je l’espère mais il devra commencer dans la tête de toutes les femmes en premier car les hommes n’ont aucun intérêt pour que ce changement arrive.
    Dans le même ordre d’idée que ce racisme anti femme dans le vocabulaire il est intéressent de voir comme un trait de caractère prend une note positive pour un homme et négatif pour une femme ; si un homme est agressif....... ho ! il a du caractère lui, il se laisse pas faire !!!!!!!! ho ! elles sont pénibles ces bonnes femmes elles sont trop agressives !
    MAis aussi quand quelqu’un me dit les hommes je le reprend en disant non, l’humanité, car je ne me sens pas un homme et ne dit pas que les femmes sont des hommes.

    Répondre à ce message

  • ...juste une petite correction : "parité" ne vient pas de "père" mais de "paire" au sens de "semblable"

    Répondre à ce message

  • Machiste, Jules Vernes !!!

    Il déclarait dans un discours dans un lycée de filles à Amiens en juillet 1893 :

    « Prenez garde de ne pas vous égarer en courant dans le domaine scientifique ; puissiez-vous, en sortant du cours de chimie générale, savor confectionner un pot-au-feu. »

    Répondre à ce message

  • Que c’est vrai et révoltant !
    mais, étant femme, je me dois de signaler qu’il me semble que le terme "parité" vient plutôt de "paire" que de père ; ce qui ne change pas grand chose dans le fond.

    Répondre à ce message

  • homme public —> femme publique !

    Répondre à ce message

  • Le racisme anti-femmes est marqué dans le vocabulaire français 21 décembre 2016 19:00, par Robert Paris

    L’homme a mangé la pomme défendue offerte par le serpent et il est innocent car c’est la femme qui l’y a poussé, conséquence de quoi elle enfantera dans la douleur !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0