English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 6- L’organisation du prolétariat > La commune insurrectionnelle et prolétarienne, ce n’est pas seulement la (...)

La commune insurrectionnelle et prolétarienne, ce n’est pas seulement la Commune de Paris de 1871, il y en a eu bien d’autres…

mercredi 16 juin 2021, par Robert Paris, Tiekoura Levi Hamed

La commune insurrectionnelle et prolétarienne, ce n’est pas seulement la Commune de Paris de 1871, il y en a eu bien d’autres…

1077, commune insurrectionnelle de Cambrai

1112, commune insurrectionnelle de Laon

Les communes des années 1200 et en 1356 à Paris

1356, commune insurrectionnelle de Paris

1358, la commune insurrectionnelle de Gand

1378, commune insurrectionnelle de Florence

1524, commune insurrectionnelle de Lièpvre

1792-1793, la Commune insurrectionnelle de Paris

1792 : commune révolutionnaire de Paris

1798, commune insurrectionnelle de Dublin

Octobre 1870, la Commune de Brest

1870, les Communes de Marseille et de Lyon

Septembre 1870, la commune de Nantes

1870, la commune de Marseille

1870, la commune de Lyon

Mars 1871, la Commune de Paris

Février 1871, commune insurrectionnelle d’Alger

Mars 1871, la Commune du Creusot

Mars 1871, la commune de Narbonne

Mars 1871, la commune de Saint Etienne

Mars 1871, la commune de Toulouse

Encore 1871 à Toulouse

Mai 1871, la commune de Besançon

Avril 1871, la commune de Limoges

Avril 1871, la commune de La Charité-sur-Loire

Avril 1871, la commune de Rouen

Avril 1871, la commune de Cosne-sur-Loire

1870-1871, les communes de province en France

Encore sur les communes de 1870-71 en province

1905, commune insurrectionnelle de Petrograd

1916, la commune de Dublin

1917, la commune soviétique de Pétrograd

1917, communes insurrectionelles en Lombardie, au Piémont, en Vénétie, en Toscane, en Émilie-Romagne

1917, commune insurrectionnelle de Turin

1918, le comité d’Olten (Suisse)

1918, commune révolutionnaire de Strasbourg

1919, la commune de Budapest

1919, les communes révolutionnaires d’Augsbourg et Münich

1919, commune révolutionnaire de Munich

1919, commune révolutionnaire de Berlin

1917-1919 : les communes dans la Révolution Russe

Les communes soviétiques

1927, commune insurrectionnelle de Canton

1945, la commune révolutionnaire de Saïgon

1956, la commune révolutionnaire de Budapest

1980, la commune de Kwangju

Lire aussi

Et encore

Les communes insurrectionnelles de Gilets jaunes

Lire aussi

Lire encore

1 Message

  • La Commune contre l’État - par Frédéric Engels :

    « La Commune dut reconnaître que la classe ouvrière, une fois au pouvoir, ne pouvait se servir de l’ancienne machine gouvernementale, et que, pour ne pas retomber sous le joug de nouveaux maîtres, elle devait abolir tout le système d’oppression qui, jusque-là, n’avait fonctionné que contre elle, et prendre ses précautions contre ses propres subordonnés et ses propres fonctionnaires, en les déclarant, sans exception et en tout temps, amovibles. En quoi, en effet, a jusqu’ici consisté essentiellement l’État ? À l’origine, par une simple division de travail, la société s’est donné[e], pour régler ses intérêts généraux, des organes spéciaux. Mais ces organes, se trouvant à la tête de la société, mirent, avec le temps, la puissance publique au service de leurs propres intérêts, et, de serviteurs de la société, en devinrent les maîtres. Et cela est vrai non seulement de la monarchie héréditaire, mais de la république démocratique, nulle part les « politiciens » ne forment un clan séparé et plus puissant dans la nation qu’en Amérique. Là, chacun des deux grands partis, à qui tour à tour revient l’hégémonie, est dirigé lui-même par des gens qui font de la politique une affaire, spéculent sur un siège aux assemblées fédérales comme aux assemblées d’État ou qui vivent de l’agitation pour leur parti et sont récompensés de sa victoire par des places. On sait combien les Américains cherchent depuis trente ans à secouer le joug, devenu insupportable, de ces politiciens et combien, malgré tout, ils s’embourbent toujours plus profondément dans le marécage de la corruption. C’est donc en Amérique que nous pouvons le mieux voir combien l’indépendance de l’État vis-à-vis de la société devient funeste à celle-ci, au service de laquelle pourtant il fut créé à l’origine. Là, en effet, n’existe ni dynastie ni noblesse, ni armée permanente (en dehors « d’une poignée de soldats » pour contenir les Indiens), ni bureaucratie, avec postes fixes et droits à la retraite. Et pourtant nous avons la deux grandes coteries de politiciens spéculateurs, qui s’emparent à tour de rôle de l’État et le mettent, par les moyens les plus bas et pour les fins les plus éhontées, en coupes réglées, et la nation reste impuissante devant ces deux grands « cartels » de politiciens qui soi-disant sont ses serviteurs et qui, en réalité, sont ses maîtres et ses exploiteurs.

    Pour éviter cette transformation - jusque-là inévitable dans tous les régimes - de l’État, de serviteur en maître de la société, la Commune employa deux moyens infaillibles. D’abord elle soumis toutes les places dans l’administration, la justice et l’enseignement au choix, par l’élection au suffrage universel, des intéressés. En second lieu, elle ne rétribua ces services, supérieurs comme inférieurs, que par un salaire égal à celui que reçoivent les autres travailleurs. Le plus au traitement fixé par elle, était de 6000 francs. Un frein était mis ainsi à la chasse aux places et à l’arrivisme, sans compter le mandat impératif qui, par-dessus le marché, était imposé aux délégués dans les assemblées représentatives.

    Cette abolition de l’État, tel qu’il a été jusqu’ici, et son remplacement par une nouvelle organisation vraiment démocratique, c’est ce qui est décrit avec profondeur par Marx dans la Guerre civile en France. Mais il était nécessaire d’appuyer encore ici brièvement sur quelques traits, parce qu’en Allemagne la superstition étatiste a passé de la philosophie dans la conscience de toute la bourgeoisie et même de beaucoup d’ouvriers. D’après la philosophie, l’État, c’est « la réalisation de l’Idée », c’est, en langage philosophique, le règne de Dieu sur la terre, le domaine où la vérité éternelle et la justice éternelle se réalisent ou doivent se réaliser. De là ce respect superstitieux de l’État, et de tout ce qui touche à l’État, respect qui s’installe d’autant plus facilement dans les esprits que l’on est habitué depuis le berceau à s’imaginer que les affaires et les intérêts généraux de la société toute entière ne sauraient être réglés autrement qu’on ne la fait jusqu’ici, c’est-à-dire par l’État et ses sous-ordres dûment installés en fonction. Et l’on croit avoir déjà fait un progrès tout à fait hardi si l’on s’est affranchi de la croyance en la monarchie héréditaire pour jurer en la République démocratique. Mais, en réalité, l’État n’est pas autre chose qu’une machine d’oppression d’une classe par une autre, et cela, tout autant dans une République démocratique que dans une monarchie ; et le moins qu’on en puisse dire, c’est qu’il est un fléau, dont le prolétariat hérite dans sa lutte pour arriver à sa domination de classe, mais dont il devra, comme a fait la Commune, et dans la mesure du possible, atténuer les plus fâcheux effets, jusqu’au jour où une génération, élevée dans une société nouvelle d’hommes libres et égaux, pourra se débarrasser de tout ce fatras gouvernemental.

    Le bourgeois allemand entre toujours dans une sainte terreur, au mot : dictature du prolétariat. Voulez-vous savoir, Messieurs ce que veut dire cette dictature ? Regarder la Commune de Paris. Voilà la dictature du prolétariat ! »

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0