English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Edito - La manif pour tous… les hypocrites

Edito - La manif pour tous… les hypocrites

lundi 6 octobre 2014, par Robert Paris

Edito - La manif pour tous… les hypocrites

Mariage homosexuel, « théorie » du genre, école, famille, enfance, adoption, PMA, GPA, les défenseurs du traditionalisme en matière de mœurs, d’éducation, de relations sexuelles sont mobilisés en France. La même offensive a lieu également dans le reste du monde. C’est également au plus haut sommet de la hiérarchie catholique que se déroule cette offensive, le pape François premier réunissant un synode pour mobiliser les catholiques sur les questions de la famille, du mariage, des enfants et contre les droits des femmes à l’avortement, à la contraception, à la PMA, à la GPA, à l’adoption des homosexuels et on en passe… Et effectivement l’un des milieux les plus mobilisés que ce soit en France ou ailleurs en Europe pour combattre tout changement, toute libéralisation en la matière, est bien le milieu traditionaliste catholique. Bien sûr, ce milieu avait fait plutôt profil bas dans certains pays suite à un certain nombre d’événements comme le soutien de la papauté aux dictatures fascistes dont le franquisme, le pétainisme, le nazisme et les dictatures d’Amérique latine (François premier a soutenu en personne une de celles-ci). La France a connu les extrémismes dans lesquels ce milieu était capable de la porter puisque c’est eux qui ont mené aux massacres de la Saint-Barthélemy ou de la guerre civile de « La Sainte Ligue » des partisans catholiques de Guise ou encore aux horreurs des assassinats de femmes accusées de sorcellerie par dizaines de milliers et brûlées en France. Ce passé est parfois ancien mais il arrive que certains effondrements économiques, sociaux et politiques ramènent à la surface les scories du passé…

En France, l’adoption du mariage pour les homosexuels, dix ans après l’Espagne pourtant très catholique, a été l’occasion pour ce milieu réactionnaire de se mobiliser, de s’organiser, de reprendre une influence politique, de se structurer, de trouver des militants et des aides financières. Il s’est mis à peser sur les politiques, sur les élus, sur les professionnels de santé, manifestant jusque dans les hôpitaux, dans les centres d’IVG ou aux abords, avec le soutien des forces de répression.

Cela a permis également à des forces de droite et d’extrême droite de trouver un drapeau pour mobiliser des populations qu’elles ne pouvaient mobiliser sur d’autres thèmes, étant entièrement d’accord avec la politique antisociale et procapitaliste de la gauche gouvernementale…

D’ailleurs, cette gauche gouvernementale est la première à développer un discours de droite et d’extrême droite du type "travail, famille, patrie" et de favoriser ainsi la poussée idéologique vers la droite de toute la société.

Depuis les manifestations en faveur de l’école privée, cette droite traditionaliste n’avait pas eu l’occasion de se faire entendre, de mobiliser, de s’organiser, d’apparaître comme un pôle politique. Il faut dire qu’ils n’en avaient pas eu l’occasion, la gauche gouvernementale ayant reculé sur toute la ligne sur la question de la laïcité de l’école et sur le financement de l’école privée, en particulier sur l’école confessionnelle catholique. La « laïcité » prétendue de l’Etat français a complètement cessé d’être respectée depuis des années et les écoles confessionnelles catholiques n’ont pas pu protester contre les fonds qui lui étaient alloués sur les caisses publiques.

On peut certes se demander si certaines familles qui descendent dans la rue n’ont pas des préoccupations légitimes : celle que les enfants ne soient pas victimes ou celle que la commercialisation n’atteigne pas la procréation par autrui ou l’aide à la procréation. Mais il faut tout de suite dire qu’il y a parfaitement moyen de voir que tout cela n’est qu’hypocrisie et positions réactionnaires se cachant derrière la morale et ne se préoccupant nullement de l’intérêt des enfants ni des familles. C’est ce que nous allons montrer ici.

En effet, quiconque serait réellement préoccupé de l’intérêt des enfants ne se contenterait pas de revendiquer que ceux-ci aient une famille composée d’un homme et d’une femme. Car ce point qui leur paraît la condition première du bien-être des enfants ne l’est nullement. Combien d’enfants de telles familles subissent des sévices au sein de telles familles ? Est-ce que de telles familles, composées ultra correctement aux yeux des traditionalistes, se déchirent, imposant finalement à l’enfant d’être éduqué par un seul parent, lequel n’a pas toujours les moyens matériels ou moraux de s’en occuper correctement. Et qui peut prétendre qu’il serait pire qu’un enfant soit éduqué par une famille homo ? Sans parler du grand nombre de femmes qui subissent des violences de la part de leur conjoint devant les enfants. Sans parler des enfants qui subissent des violences de la part de leurs parents, y compris des violences sexuelles ! En quoi l’existence d’une famille formée d’un homme et d’une femme suffit-elle à protéger les enfants ? En rien ! A-t-on vu tous ceux qui se mobilisent soi-disant pour les enfants à l’occasion de la « Manif pour tous » être présents aux manifestations contre les violences faites aux femmes ? Absolument pas ! Les a-t-on vu se manifester contre les prêtres pédophiles dont des millions d’enfants ont été victimes dans le monde ? Absolument pas. Pourtant voilà qui devrait les concerner en premier. Avant d’édicter ce que d’autres, des homosexuels notamment, auraient le droit ou pas de faire, ils pourraient se sentir responsables de ce que leur Eglise s’est permis de faire subir comme violences à tous ces enfants dont elle avait la charge !

Des gens qui se prétendent motivés par la manière dont les enfants vont être entourés, éduqués, formés, aimés auraient dû être horrifiés par les crimes des prêtres pédophiles et par le fait que la hiérarchie catholique n’a fait que les couvrir, que les cacher, que les protéger, que leur permettre de récidiver en les déplaçant et leur permettant de recommencer ailleurs, une fois que leur crime avait été connu quelque part. Ces catholiques intégristes devraient se demander s’il est bien prudent, dans l’intérêt des enfants, de les livrer à des prêtres auxquels on refuse une sexualité normale, un droit à se marier et à avoir eux-mêmes des enfants qu’ils auraient produit par eux-mêmes. Quand on pense que c’est exactement ce que ces gens-là refusent aux homosexuels : le droit d’éduquer des enfants qu’ils n’auraient pas produit « naturellement » par eux-mêmes… Ils devraient s’interroger sur la fiabilité de la hiérarchie catholique en la matière : elle qui prétend organiser les mobilisations pour la défense de l’enfance et a cautionné tous les crimes de ses prêtres contre les enfants ! Ils devraient se préoccuper du sort des femmes et des enfants non déclarés de prêtres tenus de tenir secrets leurs relations avec des gouvernantes.

Oui, c’est bien l’hypocrisie pure qui caractérise ce milieu catholique, intégriste, ultra réactionnaire.

Les crimes des prêtres pédophiles n’ont jamais préoccupé ce milieu catholique qui continue à livrer ses enfants aux prêtres, qui continue à faire confiance en une papauté qui a cautionné nombre de hauts dignitaires pédophiles ou cachant des pédophiles et jusqu’aux papes eux-mêmes…

Les mêmes ne se sont jamais inquiétés des exactions commises par les Eglises dans le monde, par exemple les « prêtres blancs » du Rwanda qui ont été un des encadrements du génocide et que l’Eglise catholique française a protégé, caché, financé et réintroduit dans l’église de France. On se souvient également des horreurs commises par l’Eglise en Irlande ou en Espagne qui ont suscité des scandales énormes dans ces pays, avec des tortures multiples des femmes et des enfants, sans que ces milieux si moralistes ne s’en préoccupent une seule seconde, sans qu’ils aient un mot à la bouche pour s’en démarquer ou s’en indigner.

L’hypocrisie est aussi ce qui caractérise ce milieu intégriste et traditionaliste sur la question de l’homosexualité.

Tous ces gens qui nous affirment qu’il faut un père et une mère à un enfant omettent de se souvenir que ce n’est pas parce qu’un enfant est né avec un père et une mère qu’il va le rester. Ils oublient que nombre de couples divorcent, se déchirent, se disputent les enfants. En quoi un enfant serait-il plus malheureux s’il est pris en charge par un couple homo aimant et capable de lui offrir un univers stable et sympathique ? Là aussi, cela pue l’hypocrisie à plein nez. Voit-on ces gens-là se mobiliser dans la rue quand il s’agit de lutter contre les violences que subissent les femmes et dont les enfants sont eux aussi victimes, témoins de ces violences et frappées aux aussi dans leur vie affective par ces situations dramatiques ?

Ces gens affirment tranquillement que l’homosexualité est contre nature, la nature selon eux étant en fait la volonté de dieu peuvent tout autant affirmer que les femmes et les enfants victimes de violence l’ont été par la volonté de dieu ! Pourquoi seraient-ils incapables de se dire que si deux hommes ou deux femmes s’aiment, c’est que dieu l’a voulu. Qu’est-ce qui les empêche de se dire que ces relations homo, si elles existent, c’est justement parce que cela fait partie de la nature humaine ? Qu’est-ce qui les autorise à décréter que ce qu’ils ne ressentent pas comme affection humaine doive être pourchassée comme interdite par la nature ? Sont-ils par ailleurs des exemples de probité, de bienveillance, d’amour, pour se permettre de juger, de condamner, de désigner à la vindicte publique, eux qui ont cautionné les crimes pédophiles, les crimes fascistes, les crimes génocidaires de l’Eglise dans le passé ?

Ces gens-là dénoncent l’accès à l’adoption des couples homosexuels comme un crime ! Comme si un enfant pris en charge par un couple homo serait plus malheureux que le sont des millions d’enfants à la rue, dans la misère, livrés à la prostitution, à l’exploitation des enfants, à l’esclavage ou à la faim !

Quelle meilleure preuve de l’hypocrisie de ces courants intégristes catholiques ou traditionalistes que leurs positions sur le droit à l’avortement et à la contraception qu’ils voudraient interdire aux femmes ! En effet, en quoi ces gens-là pourraient se prévaloir de leur souci de « l’enfant d’abord » dont ils se drapent puisqu’ils veulent imposer à des femmes qui ne le souhaitent pas d’avoir des enfants, chacun ayant conscience qu’une femme prête à avorter ou souhaitant utiliser une contraception ne se sent pas prête d’avoir un enfant et ne serait pas dans de bonnes conditions pour s’en occuper. Là aussi ces moralistes prétendent que les relations hommes/femmes doivent mener à la procréation et décident à la place des hommes et des femmes que les relations sexuelles doivent être réglées par les préceptes de l’ancien et du nouveau testament ! Pas étonnant que ces gens-là soient hostiles aux homosexuels condamnés par l’ancien testament (voir les villes de Sodome et Gomorrhe…). Quelle hypocrisie de leur part de prétendre défendre le couple homme/femme puisqu’ils ne laissent même pas le droit à ce couple d’avoir la sexualité qu’il souhaite et les enfants s’il en veut et pas autrement…

Sur la PMA, même hypocrisie ! Ils protestent contre la PMA pour les homosexuels alors qu’on sait bien qu’ils sont contre la PMA tout court, pour les homos comme pour les hétéros ! Pour ces réactionnaires qui en sont restés aux règles de la Bible, la procréation médicalement assistées est impie ou contre nature ! Mais qu’est-ce qui est naturel ? C’est ce qui est reconnu dans la Bible ? Cela signifie que l’aide médicale à la procréation dans les maternités hospitalières est tout aussi impie et sacrilège que la PMA ! Il faut laisser les femmes mourir en couches comme dans le temps ? Il faut interdire la césarienne ! D’ailleurs la médecine même c’est aller contre la nature. Si dieu a décidé qu’on doit mourir en procréant, il ne faut pas aller contre, n’est-ce pas ?!!!

Quant aux couples qui estiment ne pas avoir les moyens matériels ou moraux, ni l’assurance de vouloir vivre longtemps ensemble, ou pour d’autres raison, voilà ces moralistes prétendus qui déclarent que ces couples ne doivent pas utiliser de moyens pour éviter d’avoir des enfants qui n’auraient pas été souhaités. Eux qui prétendaient défendre l’intérêt de l’enfant ne font que défendre des règles morales abstraites qui n’ont rien à voir avec des intérêts humains.

Comme si les enfants nés sous PMA n’étaient pas nés de manière naturelle ! Comme si la médecine était aujourd’hui capable de faire naître des êtres humains de manière vraiment artificielle ! Bien sûr l’expression de « bébés éprouvette » est plutôt malencontreuse puisque, dans la PMA la plus artificielle qui soit, l’embryon se développe quand même dans le ventre de sa mère biologique et pas dans une éprouvette, le seul moment artificiel étant la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde ou, éventuellement, la congélation du futur embryon. Diaboliser la PMA, c’est un peu comme interdire aux médecins de soigner car toute intervention médicale agit sur le vivant, par exemple une intervention en maternité comme on l’exposait précédemment.

La GPA est présentée comme criminelle, aussi bien par la gauche gouvernementale que par la droite. Le prétexte est que l’on peut rémunérer les femmes qui conçoivent pour autrui. C’est un peu comme si on nous disait que l’adoption était criminelle parce qu’il existe des réseaux qui pourraient profiter pécuniairement de l’adoption en vendant des enfants ! Là aussi c’est de l’hypocrisie car, dans cette société bourgeoise, on peut rémunérer n’importe qui et n’importe quoi et ce n’est pas la droite réactionnaire qui le dénoncerait...

Quant à la GPA commerciale, que la « manif pour tous » agite comme on présente le diable, c’est un hochet ridicule car aucun pays d’Europe ne la pratique, seule la Roumanie a une législation qui la permettrait tout en n’ayant pas donné le droit formel d’une telle pratique.

Déclarer la PMA contre nature est exactement du même type que de déclarer la chirurgie contre nature. Déclarer l’homosexualité contre nature est aussi du même type que de déclarer la relation sexuelle sans volonté d’enfanter contre nature. C’est revenir à l’époque de la « Sainte Inquisition » qui décidait que tel ou tel comportement était criminel et diabolique.

Quant à interdire la PMA aux couples homosexuels, là aussi belle hypocrisie puisque certains d’entre eux l’acceptent même pour une femme seule ! C’est bel et bien leurs choix moraux que ces réactionnaires entendent ainsi imposer. Que des hétérosexuels ne comprennent pas les sentiments d’homosexuels, pourquoi pas ? Mais de là à dicter les comportements que doivent avoir les autres, c’est dépasser les limites. Ce n’est pas parce que bien des hommes ne comprennent pas les femmes et inversement qu’on doit accorder aux uns ou aux autres le droit de décider à leur place et de condamner ce que les autres aiment ou n’aiment pas, choisissent de faire ou de ne pas faire.

On retrouve là les comportements de ceux qui ont condamné à l’époque des femmes aux bucher parce qu’elles étaient différentes et indépendantes, ceux qui ont accusé et condamné des protestants, des juifs, des musulmans, et quiconque parlait contre l’Eglise. Va-t-on revenir à des époques comme celles-là ? Eh bien, avec la crise de la société bourgeoise, les réactionnaires peuvent parfaitement s’emparer des questions sociétales pour mobiliser des forces et s’en servir contre la population. On voit déjà combien ces mobilisations ont servi à préparer l’extrême droite en France, à la justifier, à l’organiser, à l’entraîner à se battre, y compris physiquement. Les classes dirigeantes, dans une crise où le capitalisme est mis en cause, peuvent avoir besoin de telles forces et ne rechignent pas à les aider à se développer car elles savent qu’un jour ou l’autre elles auront à se heurter aux travailleurs et aux milieux populaires… En attendant, ces affrontements permettent de détourner le climat politique de la question sociale, de faire croire que le gouvernement est de gauche puisqu’il se heurte à la droite et à l’extrême droite. Mais il est surtout du côté du patronat et du grand capital et le démontre tous les jours !

Les classes dirigeantes aimeraient bien se servir de ces questions de la famille, de l’enfance, de l’éducation pour s’appuyer sur les milieux les plus traditionalistes, y compris dans les milieux populaires et ainsi les diviser. Elles aimeraient bien détourner la colère sociale qui monte, alors que le système capitaliste est incapable de se sortir de sa crise, vers des haines inter-communautaires, des haines inter-raciales, des haines inter-religieuses, des haines entre hommes et femmes, homosexuels et hétérosexuels et toutes sortes d’autres moyens d’opposer les populations comme entre jeunes et vieux, contre les banlieues, etc…

Il ne s’agit pas seulement de se battre pour la liberté des homosexuels, des hommes et des femmes dans le domaine des mœurs, de l’éducation, des droits de vivre comme on le souhaite. A la finale, ce qui sera déterminant, c’est que l’on se batte contre les classes dirigeantes elles-mêmes et même pour leur enlever définitivement le pouvoir. Car sinon, ces classes dirigeantes trouveront, d’une manière ou d’une autre, le moyen de nous renvoyer dans une Saint-Barthélemy, dans une guerre civile ou dans une guerre mondiale… La lutte pour contrer les réactionnaires sur le terrain sociétal est inséparable de la lutte sociale de la classe ouvrière contre la classe capitaliste et de la lutte contre la guerre mondiale, c’est-à-dire du combat révolutionnaire.

LIRE AUSSI :

Sur le pape François 1er

Quand la papauté organisait un coup fasciste en Italie

Alors que le christianisme veut être partout en politique, il convient de mieux connaître ses méfaits

La chasse aux sorcières de l’Eglise

Ce qu’était la Saint-Barthélemy

Un crime de l’Eglise catholique

La religion judéo-chrétienne contre les femmes

Les mensonges sur l’adoption

Le mariage est-il la liberté homosexuelle ?

Laïcité en France, hypocrisie et réalité

La société où règne l’hypocrisie la plus criante

Défense de l’enfance, l’enfant d’abord, l’enfant roi, belle hypocrisie sociale !!!

L’enfance, le haut lieu de la violence sociale dans la société bourgeoise

Eglise catholique et pédophilie : une morale étroite et arriérée n’évite pas les dérives...

La nouvelle offensive du monde capitaliste contre les femmes

La libération des femmes n’est jamais venue et ne viendra jamais des institutions de la bourgeoisie

L’oppression des femmes s’aggrave partout dans le monde, en relation avec l’effondrement capitaliste débuté en 2007

3 Messages de forum

  • Toute la politique de la gauche gouvernementale offre, une fois de plus, sur un plateau d’argent une occasion en or à la droite extrême pour se mobiliser et attaquer les milieux populaires...

    Répondre à ce message

  • Frigide Barjot, de son vrai nom Virginie Merle-Tellenne, héritière "d’une grande famille", déclarait : « Hollande veut du sang, il en aura ! » « La violence vient de deux groupuscules d’extrême gauche et d’extrême droite », réagit Frigide Barjot après l’assassinat de Clément Méric !!! Ne cherchez pas si elle préfère l’extrême droite et l’extrême gauche, il suffit de la voir dans les « manif pour tous », traduisez pour toutes les droites…

    Répondre à ce message

  • L’extrême droite militante catholique intégriste a encore frappé en France !!!

    La Palme d’or 2013, La Vie d’Adèle d’Adellatif Kechiche, n’a plus droit, à ce jour, d’être diffusé sur grand écran. A l’origine de cette décision, une plainte de l’association Promouvoir, qui a obtenu gain de cause devant la Cour administrative de Paris : le visa d’exploitation du film est annulé, alors qu’il n’était jusque-là qu’interdit aux moins de 12 ans avec avertissement.

    Le fondateur de l’association Promouvoir (dont un des buts est de "promouvoir les valeurs judéo-chrétiennes") n’est autre qu’André Bonnet, candidat à la botte de Bruno Mégret (MNR) aux Municipales en 2001, la même année où il déclarait sur le plateau de l’émission Ciel mon mardi ! qu’il y a "un lien manifeste, une corrélation statistique, entre homosexualité et pédophilie". La messe était dite. Le débat portait alors sur Baise moi, de Virginie Despentes, menacé à cause de scènes de sexe explicites d’une infamante classification X -réservée aux films porno.

    Deux ans après sa sortie en salles et son triomphe à Cannes et partout dans le monde, La Vie d’Adèle ne peut plus être diffusé jusqu’à nouvel ordre, sur plainte d’une association obscurantiste....

    Dans une France où le lepénisme est banalisé, cela cadre bien...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0