English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > C’est reparti en Guadeloupe ?

C’est reparti en Guadeloupe ?

jeudi 19 novembre 2009

Les organisations syndicales membres du LKP, le collectif à l’origine de la grève générale de 44 jours qui avait paralysé la Guadeloupe en début d’année, ont déposé un préavis de grève générale "d’avertissement" de 48 heures pour mardi et mercredi. Parmi les 12 points de revendications figurent notamment "la reprise des négociations sur les 146 points de la plate-forme de revendications du LKP", "l’annulation de l’augmentation de 6 centimes" du prix des carburants intervenue en septembre et "le respect et l’application de l’accord Bino".

Cet accord, signé par le LKP et des organisations patronales minoritaires, institue une augmentation salariale de 200 euros définitivement acquise dans trois ans. Elle est versée transitoirement par les employeurs (50 euros en 2009, 100 en 2010), les conseils régional et général (50 euros en 2009 seulement), et l’Etat avec le revenu supplémentaire temporaire d’activité (100 euros).

Le dépôt de ce préavis de grève, transmis hier soir à la préfecture, ne constitue pas une surprise, puisque le LKP avait multiplié ces dernières semaines les menaces d’un recours à la "mobilisation générale".

1 Message

  • C’est reparti en Guadeloupe ? 20 novembre 2009 12:48, par Robert Paris

    Quelques commentaires sur cette annonce d’un redémarrage du mouvement.

    Il est à souhaiter qu’il ne s’agisse pas d’une manière de lâcher la vapeur prenant un tour un peu plus radical qu’en métropole mais en donnant les mêmes effets : démobiliser successivement les travailleurs.

    Le meilleur moyen d’éviter une telle catastrophe, c’est que les travailleurs soient organisés et mobilisés à la base, dans les localités et les entreprises.

    Des comités partout, c’est le meilleur moyen de faire en sorte que l’action soit dirigé véritablement dans le sens des intérêts et des choix des travailleurs eux-mêmes.

    Si les organisateurs voient plutôt dans le LKP un carel d’organisations, ce n’est pas un hasard : ils ne veulent pas se lier aux décisions prises démocratiquement à la base...

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0