English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Le fascisme bouddhiste est au pouvoir en Inde et tente de sauver le pouvoir (...)

Le fascisme bouddhiste est au pouvoir en Inde et tente de sauver le pouvoir capitaliste par un bain de sang interethnique et interreligieux

jeudi 5 septembre 2019

Le fascisme bouddhiste est au pouvoir en Inde et tente de sauver le pouvoir capitaliste par un bain de sang interethnique et interreligieux

En Inde, c’est le chef des bandes armées racistes hindouistes anti-musulmanes, qui avait organisé des progromes et des massacres fascistes, Modi, qui est devenu premier ministre, c’est-à-dire qu’il préside le pays et qui a entrepris d’attaquer tous les acquis des travailleurs. Là aussi, l’extrême droite démagogue et violente qui a le vent en poupe. Pourtant, Narendra Modi, devenu le chef d’Etat de l’Inde est adulé par les classes dirigeantes occidentales. Ce politicien islamophobe et xénophobe, issu du Rashtriya Swayamsevak Sangh (milice nationaliste hindoue, fondée en 1925 sur le modèle des Faisceaux mussoliniens, est en train de remplir son programme de sang !

Trois semaines après la révocation de l’autonomie du Cachemire, la cour suprême indienne a satisfait les espoirs du pouvoir bouddhiste fasciste de Modi, en radiant de la nationalité indienne deux millions de musulmans de l’Etat de l’Assam qui seront dès lors traités en apatrides et expulsables. Le gouvernement, prétendant craindre des troubles suite à cette décision violente, a multiplié les forces de répression en Assam. Lors de la campagne électorale des législatives en avril dernier, le président du BJP, devenu ministre de l’Intérieur, Amit Shah avait promis d’ « éliminer tous les infiltrés du pays à l’exception des bouddhistes, des hindous et des Sikhs ».

Le projet de faire de l’Inde un pays exclusivement des bouddhistes, des hindous et des sikhs est un véritable projet fasciste d’élimination nazi des autres communautés, religions et ethnies.

L’Assam devrait faire des adeptes : le Nagaland envidage déjà un projet similaire contre les minorités tribales au nombre de 400. Le premier ministre a promis d’élargir la procédure à tout le pays !!! Il entend ainsi encourager tous les racismes et tous les fascismes, toutes les exactions des bouddhistes extrémistes contre les autres communautés.

N’oublions pas que le président indien actuel, Modi, n’est rien d’autre qu’un ancien chef de bande fasciste et progromiste extrémiste bouddhiste.

Il faut dire que la crise économique frappe le pays (chute libre de la croissance pour le cinquième trimestre consécutif, baisse du niveau de vie et des emplois, endettement massif de l’Etat en faveur du grand capital) et il est nécessaire à la classe possédante de détourner de manière violente la colère contre des boucs émissaires.

La suite

Lire encore

2 Messages de forum

  • Le fascisme au pouvoir frappe la classe ouvrière !!!

    Plus de 5000 personnes, dont des dirigeants du comité d’action syndicale (JAC) des syndicats qui dirigent la grève de cinq semaines avec 48.000 travailleurs de la Telangana State Road Transport Corporation (TSRTC), ont été placées en « détention préventive » vendredi par le gouvernement de l’Etat pro-patronat du Telangana Rashtra Samiti (TRS). Le gouvernement de droite est dirigé par le ministre en chef autocratique, K. Chandrasekar Rao, communément appelé KCR.

    Le gouvernement de KCR a ordonné les raids de la police et la rafle massive dans l’État de Telangana afin d’empêcher les travailleurs de prendre part à un rassemblement de masse que le JAC avait annoncé samedi à « Tank Bund », l’emplacement d’un célèbre lac artificiel du XVIe siècle dans la ville de Hyderabad, la capitale de Telangana.

    Le ministre en chef, qui dirige l’assaut contre les travailleurs, a ordonné à sa police de refuser la permission pour le rassemblement, une attaque flagrante contre le droit démocratique des travailleurs à la liberté de parole et de réunion. La police a affirmé que le rassemblement causerait des « inconvénients pour le public » et des « problèmes de sécurité publique ».

    Répondre à ce message

  • Près de 2 millions de citoyens indiens ont été déchus de leur nationalité, fin août, par le gouvernement. Musulmans pour la quasi-totalité d’entre eux, ces Indiens de l’Assam, dans le nord du pays, se retrouvent apatrides, sans nationalité et risquent d’être déportés.

    Après avoir brutalement révoqué l’autonomie constitutionnelle de la région himalayenne de Cachemire indien à majorité musulmane, New Delhi l’a coupée du reste du monde, imposant des restrictions draconiennes de communication et de déplacement à toute la population. Aucun chiffre officiel n’a été communiqué, mais les rares médias étrangers qui ont pu se rendre sur place évoquent des chiffres de l’ordre de plusieurs milliers de personnes placées en détention ou assignées à résidence. Parmi lesquelles des opposants politiques mais aussi des mineurs, selon les informations du « Washington Post ».

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0