English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Hongrie, décembre 2008

Hongrie, décembre 2008

samedi 13 décembre 2008, par Robert Paris

Plus de 50 vols ont été annulés mercredi dans la matinée en raison d’une grève des employés de l’aéroport international de Budapest (Ferihegy), a annoncé un porte-parole de la société Budapest Airport.

“Plus de 50 vols, dont 25 arrivées et 26 départs ont été annulés jusqu’à mercredi midi à cause de la grève“, a indiqué le porte-parole Domokos Szollar.

Au total près de 250 vols devaient être assurés mercredi au départ et à l’arrivée de Ferihegy. Le porte-parole a assuré que l’aéroport était capable d’accueillir les vols à l’arrivée mais “plusieurs compagnies ont annulé les vols à destination de Budapest à cause du trajet retour incertain“.

M. Szollar a indiqué que Ferihegy n’était pas complètement paralysé, car le terminal 2B (qui gère d’habitude les vols à l’extérieur de l’espace Schengen) fonctionnait avec deux points de contrôle.

Ce terminal accueille les vols à bas coûts.

Deux syndicats d’employés ont appelé à la grève qui a débuté mercredi matin, incluant le personnel de sécurité.

Les contrôles de sécurité des voyageurs étaient complètement arrêtés et les halls de l’aéroport remplis de passagers désemparés dans la matinée, a constaté un photographe de l’AFP.

Organisée par le Syndicat des employés de l’aéroport et des prestataires de services (RDSZSZ) et par le Syndicat associé des transports aériens (LESZ), cette grève générale et illimitée est destinée à protester contre des modifications apportées à la convention collective des employés de l’aéroport.

Budapest Airport a amendé unilatéralement la convention collective, jugeant que certaines de ses dispositions lui étaient défavorables et étaient source de gaspillage.

Les syndicats ont, en outre, demandé la suspension d’un programme de restructuration en cours, que Budapest Airport considère comme essentiel pour la compétitivité de l’entreprise.

M. Szollar a encore souligné que l’aéroport était prêt à négocier avec les syndicats, mais pas tant que les employés observeraient la grève.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0