English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > J’ai sept… plus grands bandits !

J’ai sept… plus grands bandits !

lundi 26 août 2019, par Robert Paris

Edito

J’ai sept… plus grands bandits !

Les chefs des sept plus grands clans du banditisme mondial se sont réunis, à raison d’un représentant par bande armée au service des mafieux milliardaires. Ils ne l’ont pas fait clandestinement mais publiquement et en environnant leur rassemblement véritablement criminel par une masse considérable de forces de l’ordre chargées de souligner l’impopularité de ces gens-là et même la haine qu’ils suscitent. Les habitants de la ville de Biarritz et les touristes ne pouvaient même plus vaquer normalement à leurs occupations. Quiconque s’approchait était susceptible d’être accusé de vouloir s’attaquer à leurs seigneuries et violemment réprimé !

Bien qu’à la tête d’une fraction bien plus faible de la surface du globe et sa population, ces sept « grands » sont à la tête de plus de deux tiers des richesses du monde, qui ne sont bien entendu pas aux mains de leurs peuples mais d’une fraction infime de ceux-ci regroupés dans des réseaux mafieux qui couvrent le monde et se protègent eux-mêmes et leurs intérêts par des bandes armées officielles, des polices officielles, des gouvernements officiels qui sont tout aussi officiellement là pour défendre les peuples mais ne servent que ces bandits milliardaires et couvrent leurs crimes.

Ces sept-là sont bel et bien les plus grands bandits au point qu’il n’est pas de grand crime, pas de grand profit, pas de grande crise, pas de catastrophe économique, sociale, guerrière, criminelle ou environnementale dans laquelle ils ne soient impliqués. Cependant, leurs concurrents qui ne valent pas plus cher qu’eux, Russie, Chine et Inde ne sont pas présents. Et les plans se multiplient des uns contre les autres, au point qu’il paraît désormais difficile de les réunir ensemble…

Il est vrai que le climat n’est pas seulement violent entre les peuples et ces chefs de bande mais aussi entre eux car, en bons caïds, ils en sont à se disputer pour le pouvoir et les profits mondiaux. Jamais le climat n’a même autant ressemblé à une veillée de guerre entre les grandes bandes qui se disputent le monde. Et ces derniers affichent même ces disputes au lieu de les cacher, au point qu’il serait avisé de se demander pourquoi autant d’affichage et qu’est-ce qui serait encore plus essentiel et que l’on voudrait cacher derrière ce cinéma.

Bien sûr, quand les grands bandits capitalistes américains sont violemment opposés à leurs alter-ego chinois, on ne peut songer à rigoler, ni à affirmer que c’est du pipeau. D’ailleurs, les armes économiques, commerciales, financières, monétaires et même militaires qu’ils emploient l’un contre l’autre ne sont pas du flan. Ils en sont à se menacer mutuellement de cesser de commercer l’un avec l’autre ou de le faire avec des taxes dissuasives, ce qui signifierait une chute énorme du commerce mondial et de l’activité économique.

Cependant, il faut faire la part de l’affichage et celle de la réalité. Il y a beaucoup plus de menaces que de réalisations. Par exemple, le trust chinois Huawei, bien qu’il en ait été depuis longtemps ouvertement menacé par Trump, n’a toujours pas été privé de ses outils informatiques américains. Les mesures les plus hostiles restent des menaces ou sont retardés de mois en mois. Mais le climat s’échauffe certainement… Il peut devenir, à un moment, impossible d’avancer autrement que par les armes !

D’ailleurs, la course aux armements a été relancée. Chacun développe de nouveaux missiles nucléaires, de nouveaux sous-marins nucléaires, de nouveaux avions porteurs d’ogives nucléaires, etc. Une simple erreur peut-elle mettre le feu aux poudres ? Les recrutements dans ces armées sont portés au plus haut niveau et chacun sait qu’on ne dépense pas des milliards dans les armées quand on ne projette que la paix…

Qu’est-ce que tous ces roulements de tambours et bruits de bottes signifient : est-ce que le président américain prend lui-même au sérieux tout ce cirque qui prétend défendre l’industrie et l’emploi américains ? Il est permis d’en douter. Il est aussi certain que la proximité de l’élection américaine et la nécessité pour Trump de prouver qu’il est toujours le champion défenseur des emplois américains contre tous les méchants étrangers qui les volent n’y est pas pour rien.

D’un autre côté, quelle pourrait être la vraie source d’inquiétude pour tous ces bandits mondiaux et qui les amèneraient à faire sonner les tambours de la guerre au-delà même de leurs désirs réels d’en découdre ?

On peut reconnaître en effet deux sources de véritable inquiétude des plus grands chefs de bande mafieuse que ces derniers peuvent désirer camoufler à tout prix derrière tout ce branle-bas de combat : la menace d’effondrement économique et la menace de soulèvement des peuples. Les deux sont d’ailleurs très liées…

On a pu remarquer ces derniers mois la fébrilité des marchés financiers qui subissent des hausses insensées suivies de chutes mémorables. Ce jeu de yo-yo, qui leur coûte des sommes colossales et qui menace de jeter dans la faillite les banques centrales qui déboursent des milliards pour les sauver de la chute, n’est d’ailleurs pas du tout un jeu. Cela n’amuse personne dans les hautes sphères et elles sont même plutôt paniquées par la menace de chute généralisée que montrent les gouffres financiers ainsi creusés. En cas d’effondrement, elles anticipent une panique généralisée qu’aucune banque centrale et qu’aucun Etat ne pourrait arrêter quelque soient les sommes en milliards de milliards qu’il débourse pour cela. La chute générale serait alors d’autant plus gigantesque que l’on a laissé s’accumuler des dettes publiques et privées bien plus colossales que les avoirs et que l’on a perdu définitivement les moyens financiers de détourner le coup comme cela a été fait en 2008.

L’autre source d’inquiétude fiévreuse de ces grands bandits mondiaux ? Ce n’est pas le terrorisme ! Ce n’est pas le climat ! Ce n’est pas les migrants ! Ce n’est pas l’emploi ! Ce n’est pas la misère qui monte ! Ce n’est pas les épidémies, la santé, le bien-être des populations ! Ce n’est pas le manque d’eau ! Ce ne sont pas les pénuries de médicaments ! Non, ces bandits mondiaux se moquent de tout cela comme d’une guigne ou plutôt c’est eux qui causent toutes ces catastrophes et ils en tirent profit.

Quant à l’Amazonie qui flambe, si elle sert de faire-valoir du sommet de Biarritz, c’est vraiment un beau prétexte car ces gens-là s’en moquent comme de leur dernière guigne. D’ailleurs, même Trump s’est indigné en faveur de la forêt amazonienne, alors qu’il est le principal soutien de Bolsonaro qui en est responsable. En tout cas, ce ne sont certains pas ces sept bandits qui nous convaincront qu’ils luttent pour la planète, pas plus que pour sa population humaine !!!

Non, ce sont les peuples travailleurs du monde, et leur révolte à venir, qui leur causent ce souci, même si ces derniers n’en ont généralement pas conscience.

Oui, les bandits mondiaux trouvent bien inquiétante l’évolution des luttes des peuples travailleurs du monde. Ils ont été surpris plusieurs fois, depuis l’effondrement du capitalisme de 2007 seulement retardé en 2008, par la profondeur et la radicalité des éruptions volcaniques politiques et sociales des peuples dans le monde. Il y a eu celles du Maghreb et du monde arabe. Il y a eu celles de l’Afrique. Il y a eu celles des anciens « pays de l’Est ». Il vient encore d’y avoir des soulèvements en Algérie et au Soudan. Et même les pays dominants et riches commencent d’être frappés comme on l’a vu avec les Gilets jaunes en France, comme on le voit avec les grèves hors contrôle syndical aux USA, comme le craignent les classes dirigeantes en Angleterre malgré toutes les divisions au sein des travailleurs du fait du Brexit.

Imaginez seulement ce que seront les soulèvement du peuple travailleur dans la monde quand on annoncera que les banques centrales ont failli face à la chute financière, que les banques ont saisi les comptes et épargnes des particuliers et que les entreprises saisissent les salaires, que le capitalisme a définitivement chuté !

Eh oui, quand on a annoncé que le capitalisme mondial, ce vieux système que certains croyaient presque éternel, ne pouvait pas supporter la chute de la seule banque Lehman Brothers, on a aussi appris que ce système était mort et ne faisait plus que singer sa continuation.

La violence des chocs entre les « Grands » bandits ne fait que masquer le vrai problème du système : il n’est plus capable de capitaliser assez d’argent par le travail humain pour rétribuer le grand capital !

Si le G7 se réunit à grands sons de trompette, il le fait en pleine désunion des dominants du monde. Non seulement, il manque à ce sommet trois autres grands mondiaux, mais ceux qui se réunissent sont loin de s’entendre. Les USA se confrontent sans cesse à l’Europe et l’Angleterre en fait autant avec le Brexit, qui plus est un Brexit sans accord ! Quant à trouver des solutions aux problèmes économiques qui menacent la domination capitaliste d’un effondrement historique, ces chefs de clan en sont bien incapables.

Les idées qui circulent parmi eux ne visent qu’à retarder un tout petit peu cet effondrement. Il s’agit de permettre au peuple de bénéficier de prêts à taux zéro, de distribuer même des sommes à la population pour relancer un petit moment l’économie. Il s’agit de favoriser toutes les entreprises capitalistes comme jamais. Il s’agit de pousser les banques à prêter sans intérêt et même à taux négatifs. Les Etats et les banques centrales injectent sans cesse plus d’argent sur les marchés, faussent ainsi les données mesurant l’état de l’économie mondiale.

Mais en inondant le monde de milliards de milliards, ils ne font qu’accroître le surplus de capitaux, déjà cause numéro un de l’effondrement du système. En effet, en 2007, si les banques et les trusts ont chuté, ce n’est pas seulement à cause des subprimes et des autres spéculations à la chute économique et à la dette. C’est d’abord du fait qu’il y a un surplus massif et permanent de capitaux, qui excède grandement la quantité des capitaux qui peuvent trouver un investissement productif suffisamment rentable par rapport aux investissements spéculatifs.

En fait, l’économie capitaliste est plus que malade, elle est en soins palliatifs ! Et les gouvernants qui se réunissent à Biarritz ressemblent plus à des chefs de guerre combinant les prochaines alliances militaires d’un grand conflit mondial que des hommes pacifiques qui cherchent à résoudre les problèmes mondiaux sans trop de heurts. Il est certain que, dès qu’il sera clair que les marchés financiers sont en chute libre, ces gens-là décideront de transformer leur réunion qui s’apitoie sur l’Amazonie en conseil de guerre jetant les peuples dans une nouvelle boucherie mondiale. Et s’ils ont autant discouru pour se glorifier des deux précédentes boucheries mondiales, c’est bien pour y préparer les peuples.

Pourtant, une chose est sure : l’effondrement économique comme la conflagration mondiale seront des signaux montrant que le peuple travailleur du monde n’a plus qu’une chose à faire, leur ôter le pouvoir et supprimer celui des possesseurs de capitaux.

8 Messages de forum

  • Le G7 vient à point nommé en pleine menace de panique financière mondiale, même si les sept essaient de nous faire croire qu’ils pensent à tout autre chose !!!

    BlackRock, géant américain de la gestion d’actifs, souhaite même qu’on confie aux banques centrales la gestion d’un compte spécial de dépenses pour donner de l’argent aux ménages. Le but serait d’irrigur l’économie avec de l’argent frais pour faire sortir le capitalisme du marasme actuel !!! L’utilisation de cet "argent hélicoptère" permettrait ainsi à la planète de faire face à la prochaine crise économique a argumenté BlackRock qui estime que la politique monétaire seule ne suffira pas. Distribuer de l’argent aux pauvres le capitalisme est vraiment prêt à tout pour s’en sortir !!!

    Répondre à ce message

  • Cette annonce incroyable du géant américain est intervenue lors du symposium annuel de banquiers centraux et d’économistes à Jackson Hole (Wyoming – Etats-Unis). Un rendez-vous capital pour l’économie mondiale.

    Répondre à ce message

  • Les banques centrales répondent que les bénéficiaires risquent fort d’épargner cet argent !!! On remarquera qu’elles ne disent pas que c’est complètement fou : c’est l’état actuel du capitalisme qui l’est !!!

    Répondre à ce message

  • Le G7 de Biarritz a démontré une fois de plus que le droit de manifester comme de se rassembler, de contester, de contre-informer et toutes les libertés sont criminalisés et supprimés par les gouvernants et les classes possédantes en France !!!

    Répondre à ce message

  • Wall Street a essuyé de lourdes pertes vendredi après les déclarations de Jerome Powell, qui a exprimé sa préoccupation face à la situation internationale.

    Répondre à ce message

  • J’ai sept... grands menteurs !

    Il est remarquable, en effet, que les dirigeants du G7 aient cherché à faire croire que leur sommet n’était pas centré sur la crise historique du capitalisme et qu’eux-mêmes étaient préoccupés de milliers d’autres (petites – petites pour eux !) choses comme la forêt amazonienne !!!!

    Répondre à ce message

  • Macron est obligé de reconnaître que lui-même détruit la forêt amazonienne en achetant le soja qui y est produit par les trusts de l’agroalimentaire brésilien !

    Répondre à ce message

  • J’ai sept… plus grands bandits ! 8 septembre 06:34, par R.

    Les trois jeunes Allemands condamnés à 2 et 3 mois de prison ferme dans le cadre du sommet G7 à Biarritz, pour avoir transporté de la « littérature gauchiste », font l’objet d’une procédure honteuse.

    Ils n’avaient même pas manifesté mais été arrêtés préventivement. Ils avaient été accusés de porter des armes mais il a fallu renoncer à cette accusation fausse. Pour ne pas se déjuger, la police les a accusés de transporter des documents d’extrême gauche, quel crime !!!

    Les parents étaient restés sans nouvelles pendant des jours de leurs enfants arrêtés

    Même le juge ne pouvait pas retenir l’accusation de la police que ces trois jeunes Allemands avaient « porté des armes » lors de leur arrestation à l’occasion d’un contrôle près de Biarritz la veille du sommet G7. Les trois ont été condamnés en référé pour « création spontanée d’un groupe pour préparer des actes violents » – la « preuve » – ils avaient de la « littérature gauchiste » dans le véhicule. A défaut de pouvoir maintenir que les trois transportaient des armes, il fallait donc construire un chef d’accusation, priver ces jeunes d’une procédure digne d’un état de droit, et cette condamnation est une farce. Mais une mauvaise farce qui prive ces trois jeunes de leur liberté. Fallait-il justifier la présence d’un appareil de sécurité surdimensionné au G7 en statuant un exemple sur trois jeunes touristes qui étaient sur la route vers les vacances en Espagne ?

    Suite au jugement, les trois jeunes âgés, de 18 à 22 ans, ont immédiatement été séparés et incarcérés dans trois prisons différentes sans qu’on les autorise d’en informer les parents. L’Ambassade allemande à Paris, contactée par les parents, a d’abord déclaré que les trois « ne souhaitaient pas de contact », mais en vue de l’énormité de cette déclaration, elle a, selon ses dires, finalement essayé de les contacter – en vain. L’Ambassade allemande ne reçoit pas d’information quant au devenir de trois de ses ressortissants incarcérés en France ?! Interpellé par les parents, un député allemand a, de son côté, essayé d’établir un contact, mais les autorités françaises lui ont signifié que ceci n’était possible que par voie postale et que le traitement d’une telle requête allait prendre au minimum trois semaines.

    Seul le plus jeune des trois a été autorisé à écrire une lettre à ses parents ; aucun contact téléphonique n’a été autorisé. Par hasard, les parents viennent d’apprendre que le délai pour un appel contre ce jugement scandaleux a expiré le 2 septembre, ce qui a également privé ces jeunes de la possibilité de faire appel contre leur condamnation. Inutile de souligner que les autorités ont refusé que les parents fassent accompagner ces jeunes par un avocat choisi par les parents.

    Une condamnation de trois jeunes pour avoir « transporté de la littérature gauchiste », cela fait penser à la RDA pendant ses pires d’années.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0