English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La France en guerre au Mali

La France en guerre au Mali

mardi 19 mars 2019, par Robert Paris

7 Messages de forum

  • La France en guerre au Mali 19 mars 2019 06:37

    Malgré l’occupation militaire étrangère, de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), de la force française Barkhane [4 500 soldats], de la force militaire régionale du G5 Sahel et la montée en puissance des FDS maliennes, la guerre continue et continue de tuer au Mali !

    Répondre à ce message

  • La France en guerre au Mali 19 mars 2019 07:28

    Voilà ce qu’en dit la presse française, qui ne dénonce pas les guerres de la France bien entendu, ni les intérêts des trusts français au Mali !!!

    « La France et sa force militaire Barkhane (4.500 soldats dans les pays du Sahel, dont 2.700 sur le territoire malien) seront "aux côtés du Mali aussi longtemps que nécessaire et aussi longtemps que le Mali le souhaitera", a lancé M. Philippe lors d’une conférence de presse commune avec son homologue malien, Soumeylou Boubèye Maïga.

    Quelque 85 millions d’euros d’aide française au développement ont été actés lors d’une cérémonie à Bamako, dont 35 millions de subventions directes destinées notamment à faire face aux difficultés de trésorerie de l’Etat malien, qui peine à collecter des impôts dans de nombreuses régions.

    Et l’Agence française de développement (AFD), qui réoriente depuis 2018 ses crédits en priorité sous formes de dons vers le Sahel, "devrait doubler dans les prochaines années" sa contribution au Mali, a assuré M. Philippe.

    "C’est important de livrer des combats pour gagner la guerre, mais c’est aussi important de construire la paix et la prospérité", a fait valoir avant la cérémonie M. Philippe, en inaugurant une vaste station de pompage d’eau près de Bamako, financée par les bailleurs internationaux.

    Un engagement d’achat de coton, dont le Mali est le premier producteur africain, a également été annoncé par le géant français de la distribution Carrefour. »

    Bien entendu, ce n’est pas le seul coton qui intéresse les trusts français au Mali !!!

    Bouygues, Bolloré et Total, ce n’est pas du coton !!!

    Répondre à ce message

  • La France en guerre au Mali 30 novembre 2019 08:52

    Le gouvernement fait de la com pour faire croire à un accident de deux hélicoptères militaires au Mali pour que cela ne remette pas en cause l’option tout militaire de l’opération Barkhane, rien de politique, aucune négociation de paix, pas de remise en cause de la dictature malienne contre les Touaregs, etc.

    Répondre à ce message

  • La France en guerre au Mali 13 décembre 2019 05:46, par R.

    Macron avait convoqué les chefs d’Etat africains en menaçant de retirer la France du dispositif soi-disant anti-terroriste s’il n’avait pas leur aval et les réactions contre cette convocation de style colonial n’ont pas manqué. Sous prétexte d’attaque djihadiste, Macron a reporté son rendez vous, imposant la guerre française et les interventions armées de la dictature tchadiennes sous menace djihadiste. A qui profite le terrorisme ? Au colonialisme français !!!

    Répondre à ce message

  • La France en guerre au Mali 17 décembre 2019 05:33, par alain

    Le général François Lecointre, chef d’état-major des armées :

    « Les pays du Sahel s’effondreraient sur eux-mêmes, et le terrorisme s’y développerait de façon incontrôlée si l’armée française partait ».

    Concluez-en que ces pays s’effondrent et que le terrorisme y prospère aussi en présence de cette armée, mais c’est de façon contrôlée !!!

    Répondre à ce message

  • La France en guerre au Mali 22 décembre 2019 08:17, par M.

    L’armée française continue de tuer au Mali…

    Macron dit ne tuer que des terroristes mais c’est loin d’être prouvé !

    Répondre à ce message

  • La France en guerre au Mali 8 janvier 07:34, par Oumar

    En se posant en chef de guerre sur la base militaire d’Abidjan en Côte d’Ivoire, Macron a voulu faire d’une pierre trois coups, dans une opération de propagande bien huilée avec la collaboration des rédactions des médias des milliardaires :

    prendre parti dans la campagne électorale ivoirienne pour soutenir le régime Ouattara impopulaire mais mis en place à la suite d’une intervention militaire de la France (opération Licorne) ;

    secouer les chefs d’État mis en place au Mali, au Niger, au Burkina Faso ou au Tchad par la France, coupables, selon Macron, de ne pas contrôler suffisamment leurs peuples : les manifestations populaires puissantes contre l’impérialisme français et sa présence militaire sous le label de l’opération Barkhane se multipliant, du Mali au Niger. C’est bien le sens également de la convocation à Pau des chefs d’État du G5 Sahel par Macron. Démontrant toute l’hypocrisie des propos sur la colonisation tenue par un Macron à Abidjan qui s’inscrit dans les faits exactement dans la même continuité de la Françafrique ;

    se poser en chef de guerre, à grand renfort de communication sur les opérations militaires au Sahel, alors que le régime Macron est fragilisé par un puissant mouvement social contre la réforme des retraites en France. Démontrant une fois de plus que les guerres de l’impérialisme français frappent non seulement les travailleurs des pays où elles ont lieu, mais également les travailleurs de France.

    Pourtant la situation au Sahel n’a rien de positif, ni pour les pays concernés, ni pour le peuple français. Des années d’interventions militaires françaises, avec les opérations Serval puis Barkhane n’ont pas amené la sécurité et encore moins la démocratie. Elles n’ont fait que conforter les pouvoirs anti-démocratiques et les régimes de corruption aux ordres de Paris, tout en préservant la main mise impérialiste de Paris et de ses multinationales sur les richesses de la région, notamment minières (uranium et bauxite notamment). Les massacres de civils, les morts très nombreux des armées malienne ou nigérienne et les morts dans les rangs de l’armée française montrent d’ailleurs l’absence de progrès effectifs contre les groupes armés.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0