English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Ce que révèle WikiLeaks… et ce qu’il ne révèle pas...

Ce que révèle WikiLeaks… et ce qu’il ne révèle pas...

mardi 30 juin 2015, par Robert Paris

Ce que révèle WikiLeaks… et ce qu’il ne révèle pas...

Trois anciens agents liés à l’Etat américain qui se sont retournés contre lui, Julian Assange, Bradley Manning et Edward Snowden, sont-ils de nouveaux héros d’une lutte médiatique contre l’impérialisme US ? Ils ont été défendus par trois Etats qui s’opposent aux USA : Chine, Russie et Equateur.

L’un est bloqué à l’ambassade d’Equateur à Londres, l’autre en prison pour 35 ans aux USA et le troisième a pu quitter la Chine avant d’être accueilli et d’être bloqué en Russie… Leur point commun : diffuser des documents classés secrets de l’Etat américain.

Et surtout ils dénoncent l’espionnage de l’Etat américain. Les révélations les plus critiques du site de révélations WikiLeaks dénoncent de nombreuses bavures et erreurs de l’armée américaine, en Irak et en Afghanistan. Mais elles ne discutent pas du fond, des buts sociaux et politiques de l’impérialisme.

Le plus critique, Snowden, a été jusqu’à affirmer qu’on avait menti aux Américains sur le 11 septembre mais sans vraiment expliquer ni en quoi ni pourquoi. De même, il a rappelé que les buts de guerre officiels des USA en Irak étaient mensongers mais quels étaient les vrais buts ?

Il a parlé simplement de « réponse exagérée » aux événements du 11 septembre 2001. Il a dit que « La guerre d’Irak pour laquelle j’avais signé a été lancée sur de faux prétextes. Les Américains ont été trompés. »

Le radicalisme de Snowden s’arrête là. Il a, par exemple, cité les « réformes » de la NSA proposées par le gouvernement Obama et le Congrès comme un signe important de progrès.

L’acte le plus radical d’Assange dans WikiLeaks a consisté à diffuser la vidéo « meurtre collatéral », prise depuis un hélicoptère d’attaque américain au cours d’une opération à Bagdad en 2007 et durant laquelle des enfants irakiens, des journalistes et d’autres civils furent abattus. C’est juste et courageux de dénoncer ces crimes mais il n’empêche que c’était un secret de Polichinelle ! Peu de média ont permis au grand public de connaître le détail de ces crimes d’Etat mais cela n’en fait pas une véritable révélation.

Certains enthousiastes de WikiLeaks ont qualifié ses révélations des « documents diplomatiques secrets américains » de « tremblement de terre » dans l’univers de l’espionnage, des relations hypocrites entre Etats et des comportements « big brother » des USA. Cependant, tout en trouvant amusant de voir quelques petits secrets dévoilés, il nous semble nécessaire de relativiser la taille de la secousse.

Tout d’abord, il faut reconnaître que les USA ne sont pas contents du tout et même violemment hostiles qu’un de leurs agents se mette à diffuser des documents qu’il a pu subtiliser et ils le font savoir. Assange, l’auteur de ces révélations, s’il tombait entre leurs mains, aurait du souci à se faire et nous ne pouvons qu’être solidaires de ceux qui dénoncent les Etats et les démasquent en démontrant que les pays victimes des espionnages américains, comme les pays européens, refusent d’héberger Assange.

De là à en faire un héros moderne, le robin des bois de la planète actuelle, il y a une distance….

Il semble d’abord que les documents soient diffusés de manière très soigneusement sélectionnée, filtrés auparavant en demandant l’accord des services secrets russes et chinois, qui pilotent par derrière l’opération.

Il convient de rappeler aussi que, si ce sont les USA qui sont offensifs actuellement au plan militaire sur toute la planète, les nouvelles puissances capitalistes, russe et chinoise, ne sont pas moins impérialistes mais seulement moins puissantes et doivent contenir leurs appétits. S’ils soutiennent Assange, ce n’est pas sans arrières-pensées et intérêts à défendre. Dans la mesure où les USA ont toujours accusé ces deux pays d’espionner le monde occidental et particulièrement les USA, c’est une réponse du berger à la bergère… Cependant il est à remarquer que les documents diffusés ne concernent jamais l’espionnage à l’égard de ces deux pays ni les visées américaines contre ces deux pays, alors que ces dernières années le ton est monté dans l’affrontement des USA contre Russie et Chine ainsi que les actes agressifs, les menaces, les reprises des militarisations de zones, les préparatifs guerriers, etc. Aucun document secret là-dessus. Etrange non ? Pas de révélation sur le soutien des USA aux milices fascistes ukrainiennes. Pas de révélation sur les efforts militaires américains en Europe contre la Russie, bouclier anti-missile, mise en place en Europe, face à la Russie, de nouvelles armes, de chars, d’antennes et autres matériels militaires. Pas un mot sur les accords et actions militaires communes des USA contre la Chine, en liaison avec le Japon, la Corée et autres pays de la mer de Chine.

Pas de document dévoilant la stratégie des classes dirigeantes américaines concernant la montée des tensions, des guerres, des terrorismes et des contre-terrorismes. Pas de document révélant la liaison entre cette montée des violences et la crise mondiale du capitalisme.

Certes, les média ont affirmé que ces révélations étaient très dérangeantes pour l’Etat américain et Obama a prétendu la même chose. Mais trouve-t-on dans ces révélations un seul élément de la stratégie internationale des USA dans le monde, que ce soit vis-à-vis de la Chine, de la Russie, du monde arabe, du terrorisme intégriste, de l’Europe, etc ? Absolument pas !

Y trouve-t-on les calculs de la grande bourgeoisie américaine par rapport à la crise catastrophique de 2007-2008 ? Nullement !

Trouve-t-on des révélations déterminantes sur des mensonges choquants de l’Etat américain vis-à-vis des autres Etats de la planète, d’Israël et des Palestiniens, de l’Arabie saoudite, de l’Iran, etc, des alliances inavouées de cet Etat avec des groupes terroristes comme Al Qaïda, des négociations secrètes avec les Talibans, des ententes avec les terroristes syriens et libyens ? Pas davantage !

Les documents dévoilés révèlent que l’appareil d’Etat américain est… un appareil d’Etat, que les services d’espionnage américains sont… des services d’espionnage, que la diplomatie est purement… diplomatique c’est-à-dire tout à fait hypocrite, que l’Etat américain est… un Etat c’est-à-dire une machine inhumaine, destructrice, considérant ses buts comme indiscutables, non soumis à un quelconque contrôle démocratique. Mais Assange ne veut même pas dénoncer tout cela puisqu’il ne révèle rien sur les mêmes pratiques de la part de pays comme la Chine ou la Russie, qui ne sont pas non plus des enfants de chœur en la matière !!!

En pleine prétendue « guerre contre le terrorisme » des USA face aux armées islamiques, pas une révélation cassant les prétentions de l’Etat américain, montrant que les USA pactisent avec des groupes terroristes, en soutiennent, en arment, alors que l’on sait pourtant que c’est le cas, par exemple en Syrie ou en Libye.

Pas un document révélant ce que saurait l’Etat américain sur les soutiens militaires, financiers, politiques, étatiques ou pas du terrorisme mondial, que ce soit d’Al Qaïda, de Daesch, de Boko Haram, des Talibans ou d’autres…

Pas un document révélant l’augmentation des préparatifs guerriers des USA dans le monde ni leur nécessité pour les classes dirigeantes capitalistes suite à la crise mondiale de 2007-2008.

On trouve encore moins d’élément d’appréciation des classes dirigeantes sur les affrontements entre les peuples travailleurs et les dictatures, rien sur les révolutions du Maghreb et du monde arabe, rien sur la mobilisation du peuple brésilien, rien sur les révolutions des peuples d’Afrique, rien sur les mobilisations des travailleurs sud-africains, etc.

Où sont les documents sur la crise de 2007-2008, les échanges d’informations concernant les crises des banques, des bourses, des trusts, les mesures prises par les Etats, les banques centrales, les bourses ? Pas encore révélées ! Elles ne le seront sans doute jamais car elles sont filtrées par ceux qui les diffusent et qui font eux aussi partie de la bourgeoisie mondiale.

Où sont les documents de WikiLeaks sur les appréciations des classes dirigeantes sur l’Etat mondial du système, leurs craintes concernant les chutes liées à l’endettement, à l’état de l’Europe, à la crise grecque, à la crise chipriote, à la crise russe ou à d’autres effondrements redoutés de l’économie ? Nulle part dans les documents révélés par WikiLeaks !

Tout cela a-t-il été mis volontairement de côté par les services qui travaillent avec Assange ou n’y avait-il pas accès par ses fonctions dans les services américains ? Motus ! Il ne le révèlera pas.

Assange et son réseau mondial sont très discrets sur ces questions. Ils ne développent pas des positions publiques sur les questions sociales et politiques concernant l’évolution de la politique planétaires des USA, de leurs alliés et leurs concurrents.

Assange a-t-il choisi le camp Russie-Chine ou y a-t-il été contraint seulement pour sa propre sécurité, sérieusement menacée s’il entrait dans un pays du camp « pro-occidental », c’est-à-dire lié à l’impérialisme américain. Aucun de ces pays n’a accepté de le recevoir en tant que réfugié politique.

Assange est-il un militant des droits de l’homme qui dénonce des actes anti-démocratiques de tous les Etats ou seulement un agent de l’Etat américain qui a changé de camp ? On ne peut pas y répondre à partir des positions défendues par Assange ni par ceux qui le soutiennent dans le monde. Il n’est pas choquant de poser la question car Assange était un agent lié aux services diplomatiques de l’Etat américain et est aujourd’hui soutenu par les agents secrets des Etats adversaires des USA….

Or il est évident que Russie, Chine et leurs alliés ne sont des Etats ni plus démocratiques, ni en soi moins impérialistes, moins guerriers, moins oppressifs, moins bourgeois, moins oppressifs en tant qu’Etats.

Certains prétendent qu’Assange serait juste un militant démocratique du type des « lanceurs d’alerte ». C’est possible. Mais on est très loin de pouvoir le transformer en un véritable militant défendant les droits de l’homme contre tous les Etats de la planète et encore plus loin de pouvoir en faire une espèce de héros du combat contre les classes dirigeantes, ce que certains groupes révolutionnaires prétendent. Il n’a nullement pris partie ni contre la bourgeoisie capitaliste mondiale, ni pour le prolétariat international.

Il ne diffuse nullement des informations politiques et sociales qui armeraient vraiment les travailleurs sur le terrain politique, social, économique dans leur combat contre les classes dirigeantes.

Aucune révélation sur les combats de classe, par exemple ceux des travailleurs sud-africains contre le gouvernement ANC lié au grand capital, ou encore que les liens des Etats occidentaux avec les dictatures qui écrasent des révolutions, de la Tunisie, de l’Egypte au Burundi !

6 Messages de forum

  • Panama Papers : les journalistes n’ont pas diffusé publiquement la totalité de la liste : ils la distillent au compte-goutte en l’expurgeant des noms des gens qui les gènent et notamment de ceux qui sont proches du pouvoir et de la classe dirigeante américains ! Ils parlent d’information mais une réelle information consisterait à mettre sur internet tous les documents…

    Répondre à ce message

  • Ils appellent cela de la transparence ?!!!

    Panama Papers, c’est 11,5 millions de documents qui ont été trouvés montrant l’ampleur des tromperies du fisc dans le monde, tromperies organisées uniquement par des riches et des puissants, patrons de trusts, de banques, individus fortunés et responsables d’Etat. Mais au lieu de scanner les documents et de les mettre en ligne direct sur internet, ce sont quelques journalistes qui se sont organisés entre eux pour décider ce qui méritait d’être publié et ils ont dit que c’est cela qui avait été le plus difficile : se mettre d’accord sur quoi divulguer ! Et pourquoi pas tout d’un seul coup ? Pour protéger qui ? Comment se fait-il qu’aucun responsable politique français, aucun capitaliste ni gouvernant américain ne se retrouve dans les personnes dévoilées ? Il semble bien que le filtre ait fonctionné pour ne dénoncer ceux qu’on voulait désigner du doigt : dirigeants russe, chinois, algérien, marocain, et un responsable islandais imposé suite à la révolte lors de la crise de ce pays. Résultat : de ces millions de documents il en a été tiré à peine une page dans la presse et des tonnes de commentaires. Appeler cela de l’information transparente, c’est bizarre, non ?

    Répondre à ce message

  • Il y a aussi une grande part d’opportunisme dans le soutien de WikiLeaks à la candidature de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Depuis l’investiture de ce dernier, WikiLeaks fait – sans grande subtilité – ouvertement campagne pour le candidat républicain.

    Et pas uniquement en publiant des documents sur sa rivale démocrate, Hillary Clinton, mais aussi en relayant des messages favorables à M. Trump, en appuyant son discours sur les « médias corrompus », et en cherchant sans relâche les erreurs et les mensonges dans les propos des soutiens de Mme Clinton.

    Pourtant, ce soutien quotidien au candidat du Grand Old Party (GOP) est très récent. En septembre 2015, Julian Assange décrivait Donald Trump comme un homme « encore plus belliqueux » que Hillary Clinton, surfant sur un « nationalisme grotesque ».

    Répondre à ce message

  • L’Equateur a momentanément (durant l’élection américaine) muselé sur internet Assange qu’il héberge afin qu’il n’interfère pas par ses envois d’infos contre Clinton et pour Trump sur l’élection américaine. Une manière de reconnaître qu’Assange a réellement choisi de soutenir un des deux candidats, de la même manière que l’a fait la Russie de Poutine. Cela souligne une limite politique importante d’un personnage comme Assange qui peut apparaître comme un Zorro qui ne cède devant aucune dictature mais est comme dans l’un des deux camps dictatoriaux.

    Répondre à ce message

  • On a vu que Wikileaks avait soutenu Trump. Maintenant, c’est Julian Assange qui soutenait Le Pen au second tour de la présidentielle française !

    Répondre à ce message

  • Assange, le créateur de Wikileaks, a été arrêté à Londres et les USA demandent son extradition. Quel crime a-t-il commis ? Celui d’informer sur des trafics du capitalisme et des gouvernants ! Fantastique ! La société capitaliste dite démocratique interdit qu’on diffuse librement des informations sur ses magouilles ! Et elle tient que ce « crime » démocratique se paie cher !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0