English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Edito- Sarkozy-Le Pen l’ont rêvé, Hollande-Valls l’ont fait !

Edito- Sarkozy-Le Pen l’ont rêvé, Hollande-Valls l’ont fait !

lundi 19 janvier 2015, par Robert Paris

Edito- Sarkozy-Le Pen l’ont rêvé, Hollande-Valls l’ont fait !

« Rien ne sera plus après comme avant » ont répété Hollande et Valls, suivis par toute la classe politique, de l’UMP à l’UDI et des Verts au Parti Socialiste et au Parti Communiste Français et au Front National. Tous ont répété avec l’exécutif que « la France est en guerre » et même que « la guerre à l’intérieur est la même que la guerre à l’extérieur », sous-entendant les guerres que mène la France de l’Irak à l’Afghanistan, de la Syrie au Mali, au Niger et au Centrafrique, sans parler de la Somalie et bientôt demain à nouveau en Libye (le projet est en cours) et au Nigeria. Au fait, remarquons que, si c’est la même guerre, celle-ci avait commencé bien avant les attentats et ces derniers ne sont donc que l’entrée sur le territoire des guerres menées par l’armée française à l’extérieur.

Remarquons aussi que toute ces guerres sont menées sous le drapeau de l’anti-terrorisme qui est aussi celui du gouvernement français à l’intérieur. Pour bien des gens de bonne foi, ce terrorisme est synonyme de l’Islam et certains croient vraiment que cela découlerait de la religion elle-même. Cela revient à rejeter la totalité de la population d’origine musulmane, d’origine maghrébine ou africaine, dans le camp du terrorisme inévitable. Cela revient aussi à déclarer qu’une fraction de la population serait « en guerre » contre une autre fraction. C’est toute l’idée qui guide le discours selon lequel les « je suis Charlie » seraient en guerre contre ceux qui n’ont pas le même sentiment à l’égard de Charlie Hebdo sans pour autant cautionner l’assassinat des journalistes. En somme, les gouvernants, les hommes politiques et les média, suivis d’une partie des milieux populaires, nous présentent une thèse selon laquelle les Musulmans doivent être désignés du doigt dans cette affaire pour laquelle ils n’ont ni pris parti ni participé en rien. Un peu comme si on disait que les catholiques français ont tous été criminels au Rwanda parce que l’Etat français a participé au génocide et que les prêtres blancs étaient parmi les organisateurs du massacre. Tous les Français n’étaient pas responsables des massacres coloniaux. Tous les Israéliens ne sont pas responsables des bombardements d’écoles, d’hôpitaux, de crèches menés par l’Etat israélien à Gaza. La responsabilité collecitve est une thèse d’extrême droite et une thèse surtout irresponsable si on ne veut pas se retrouver un beau jour dans un pays qui ressemble à la Syrie ou à Gaza, une terre brûlée et bombardée…

Remarquons aussi que dans les pays précédemment cités, le terrorisme se revendiquant de l’intégrisme religieux et de l’Islam n’existait pas avant que les pays occidentaux dont la France y mènent des guerres. Ce sont les pays occidentaux, dont les USA, qui ont construit Al Qaïda en Afghanistan, recrutant dans de nombreux pays des combattants, les finançant et les armant, pour combattre l’URSS. C’est seulement suite à la guerre menée par les pays occidentaux que sont apparus des bandes armées terroristes islamiques en Irak après la chute de Saddam Hussein. Ce sont les pays occidentaux qui ont soutenu et armé le terrorisme islamique sous le prétexte de faire tomber des dictateurs en Libye et en Syrie. Dans aucun de ces pays, ces bandes terroristes n’existaient avant la guerre qu’ont menée les pays démocratiques occidentaux. La guerre dite anti-terroriste n’a nulle part détruit le terrorisme. Elle l’a au contraire rendue mondiale et cette guerre atteint maintenant les pays d’origine de la terreur.

Eh oui, la terreur qui frappe les peuples afghan, syrien, libyen, irakien et autres a une origine chez nous, même si on s’est bien gardé de nous le dire.

Quand un drone américain bombarde au Pakistan une école, un hôpital, un village, massacre des civils innocents, les USA s’excusent parfois, mais le peuple, lui, n’a aucune raison d’accepter ces excuses pour un massacre autrement plus grand que celui des attentats de Paris.

Quand des pays entiers ont été détruits et ne seront jamais reconstruits, comme l’Irak et comme l’Afghanistan ou comme Gaza et la Syrie, ce n’est pas les bandes armées teroristes qui ont été les premiers à frapper, ce sont les pays occidentaux ! Il ne sert à rien de se cacher cette réalité car cela ne permettra pas de nous sauver dans l’avenir…

Ce n’est pas les peuples d’origine musulmane, qu’ils résident ou non en France, soient ou non Français, qui nous frappent mais des bandes armées qui n’ont jamais demandé leur avis à ces peuples. De même, que nos Etats et nos classes dirigeantes ne nous ont jamais donné les éléments de jugement sur les guerres qu’ils mènent et encore moins demandé notre avis. Parfois, comme au Tchad, au Niger et en Syrie, ils ne nous ont même pas informés après qu’ils y menaient des guerres et on ne l’a appris qu’incidemment quand on annonçait la mort de soldats français.

Mais, ne croyez pas quand on vous dit que la France, nom mensonger sous lequel se cache l’Etat de la bourgeoisie française et nullement le peuple travailleur de France, défendait dans ces pays la liberté de la presse !

Ne croyez pas quand on vous dit qu’elle y défendait la liberté de ces peuples qui ne lui avaient jamais demandé de les bombarder !

Ne croyez pas quand on vous dit que c’est pour vous défendre contre le terorisme intégriste que ces guerres ont été décidées car le terrorisme en question n’est survenu dans ces pays qu’après que ces guerres aient détruit l’Etat, l’économie et toute vie sociale normale…

Alors quand Hollande et Valls affirment fièrement que c’est la guerre d’Irak qui se poursuit à Paris, croyez surtout que vous payez les massacres que « nos » classes dirigeantes de France ont fait subir à des peuples entiers, avant que ceux-ci nous reviennent en boomerang dans la figure !

Cherchez à qui profite le crime, dit un adage populaire. Qui profite de la fameuse unanimité nationale proclamée par les classes dirigeantes et tous les partis politiques, de la gauche à l’extrême droite ? Qui en profite pour déclencher demain de nouvelles guerres, déjà en préparation avant les attentats de Paris : Libye, Nigeria et Syrie…

Qui en profite pour faire passer au second plan la question sociale de plus en plus explosive avec la situation économique catastrophique, le chômage record depuis l’effondrement mondial du capitalisme en 2007-2008, dont le système est incapable de se relever ?

Tous du même bord face aux attentats, nous a-t-on dit, pour nous dire deux jours après qu’une moitié du pays devait regarder en ennemis l’autre moitié, prétendant que les milieux populaires se diviseraient en pro et en anti-Charlie ! Mensonge des classes dirigeantes qui souhaitent éviter de se retrouver face à des travailleurs et des milieux populaires unis dans la crise économique, unis contre les banquiers et les capitalistes, et les gouvernants à leur service, quelle que soit la couleur politique du président et du gouvernement…

Pendant que l’on ne parle plus que des attentats, la classe dirigeante peut continuer tranquilement à attaquer les travailleurs et les milieux populaires. L’actualité terroriste ne les amène pas à oublier les licenciements, les fermetures d’entreprises, les attaques en tous genres et le gouvernement non plus ne les oublie pas. Macron n’oublie pas, malgré l’unité nationale, d’être amoureux des milliardaires et des banquiers. Ni Valls ni Hollande ne l’oublient non plus.

La réussite de cette opération amène même les partis de droite et d’extrême droite à devoir tirer leur chapeau au gouvernement « socialiste » et ce n’est pas pour leur « magnifique gestion de la crise ». Non, ce n’est pas des félicitations qu’il faudrait adresser au gouvernement et à ses forces de l’ordre pour avoir interrompu la surveillance des criminels alors qu’elle les connaissait parfaitement et interrompu la protection de Charlie aussi. Tout cela dans un moment où on entendait tous les jours Hollande ou Valls nous expliquer que les attentats terroristes risquaient d’arriver à Paris. Pourquoi d’ailleurs être passés en série dans les média pour relayer ainsi l’appel de quelqu’obscur émir inconnu, sans moyen de contactet la population de France. Pourquoi se faire les transmetteurs de appels des terroristes à masscrer le peuple de France pour ensuite relâcher leur attention sur des hommes dont les liens avec le terrorisme était connu ?

L’unanimité des partis politiques bourgeois ne provient pas de la grande capacité du gouvernement Hollande-Valls à nous défendre mais de sa grande capacité à détourner l’attention de la situation sociale explosive pour pousser la population à se solidariser avec son Etat et sa classe dirigeante.

Et maintenant nous avons affaire à sa grande capacité à opposer entre elles des parties des travailleurs et des milieux populaires : pro et anti-Juifs, pro et anti-Musulmans, pour faire oublier que ce n’est pas cette division qui est essentielle et devient critique dans la société française depuis la crise de 2007 mais celle entre nantis et non nantis, entre capitalistes et les autres, entre les financiers et le reste de la population.

Ce qui explique les événements historiques dans lequel vient de basculer le pays, ce n’est pas l’Islam, religion qui existe depuis bien longtemps sans avoir provoqué cela, c’est la crise du capitalisme. C’est cette crise qui rend nécessaire, pour les classes dirigeantes, de diviser les travailleurs en communautés hostiles et de les dresser les uns contre les autres. C’était déjà le projet de Sarkozy ou de Le Pen.

Ce sont Hollande et Valls qui l’ont réalisé et la droite comme l’extrême droite ne peuvent que tirer leur chapeau au gouvernement pour avoir ainsi tenté de détruire toute unité de la classe travailleuse.

Alors qu’il y a eu en France cent attentats islamophobes depuis le crime de Charlie Hebdo, et déjà un mort, lardé de 17 coups de couteaux à Beaucet dans le Vaucluse, crime qui a été très peu relayé par les média, le gouvernement se garde bien de protéger les lieux de culte musulman et les écoles du culte. Il tient à son deux poids deux mesures : la prison pour tout Musulman qui a un mot de travers sur les frères Kouachi alors qu’un maire UDI avait impunément affirmé qu’Hitler aurait dû en finir avec les Roms !

Pendant, ce temps gouvernement, média et hommes politiques se chargent de nous faire croire que tous les risques en France proviennent des Musulmans et aucun de l’extrême droite fasciste !

Loin de nous sauver du terrorisme, cette politique a pour but de nous obliger à tomber dans l’islamophobie d’extrême droite à l’intérieur et le soutien du terrorisme guerrier de l’Etat à l’extérieur. Les deux se renforçant mutuellement, comme nous l’explique gentiment Hollande…

Eh oui, Sarkozy rêvait, que ce soit en enflammant les conflits des banlieues ou en agitant l’identité nationale, d’opposer deux parties des milieux populaires. Le Pen n’a jamais rêvé autre chose. C’est Hollande-Valls qui y sont parvenus.

Ils n’ont jamais été félicités pour leurs grandes capacités face à la crise. Ils ne méritent pas non plus d’être félicités pour avoir été incapables de surveiller des tueurs qui avaient été repérés depuis longtemps. Non, c’est d’avoir durablement divisé les milieux populaires que les classes dirigeantes les félicitent !

Eh bien, le plus catastrophique n’est pas encore arrivé, nous n’avons pas encore basculé dans leur guerre de religion, leur guerre de civilisation, et nous pouvons encore dire NON à ceux qui veulent nous embarquer dans leur guerre contre les travailleurs et contre les peuples !!!

Nous pouvons encore refuser de nous laisser embarquer dans la folie meurtrière qui a mené la Syrie, l’Irak ou l’Afghnistan, ou encore l’Algérie à des massacres entre milieux populaires. Nous pouvons encore nous rappeler que nos vrais ennemis sont ces classes dirigeantes et que ce sont elles qui ont besoin de ramener le monde à des guerres et des guerres mondiales, qu’ils n’ont cessé d’encenser, que ce soit sous prétexte d’anniversaire d’août 1914 ou de fête de la deuxième guerre mondiale. Leur guerre, ils ne la mènent pas pour nous protéger mais, au contraire, pour nous désorienter puis nous écraser. Ne soyons pas dupes !

Si nous tombons dans le panneau, nous n’aurons pas la sécurité mais la guerre et le fascisme avec en plus la misère et le chômage de masse !!!

21 Messages de forum

  • Les Etats-Unis se sont bien gardés de s’en prendre aux Etats qui financent et organisent les organisations combattantes islamistes car ce sont tous des « pays amis » des USA : l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Pakistan. Ils ne leur ont jamais reproché de le faire et s’en sont souvent servi. Le régime pakistanais le plus soutenu par les USA était aussi le plus islamiste qu’ait connu le pays : la dictature du général Zia ul-Haq. Même le développement des groupes islamistes en Afghanistan n’a pu se faire que grâce à l’aide et à l’appui de ces trois pays et grâce aussi au soutien des USA. A l’époque, en 1988, Ben Laden constituait son organisation avec l’appui de la CIA dont il était considéré comme le pion principal dans la région et les taliban, étudiants en religion et en djihad, étaient formés et armés au Pakistan sous l’égide de l’Etat Pakistanais, avec l’aide des monarchies du pétrole et la bénédiction américaine.

    Répondre à ce message

  • Rassemblements contre l’islamophobie à Paris, Sevran ou Montpellier ou encore à Nice où il a été dispersé par la police...

    Répondre à ce message

  • On peut lire dans Le Monde du 15 janvier dernier :

    « Rappelons un fait simple. En 2003, quand les Etats-Unis envahissaient l’Irak, Al-Qaida n’existait pas dans ce pays et était en recul partout ; elle ne disposait d’aucune base territoriale. Vingt ans après le déclenchement de « la guerre contre le terrorisme », l’organisation de l’Etat islamique (EI) contrôle désormais un large territoire en Irak et en Syrie. »

    Répondre à ce message

  • « je veux assurer à l’ensemble de nos concitoyens, et notamment à nos compatriotes de confession ou de culture musulmane, qu’ils ont droit à la même protection, à la même protection de leurs lieux de culte », avait déclaré le même jour Manuel Valls.

    Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué dès lundi 12 janvier que les renforts militaires annoncés pour les écoles et lieux de culte juifs iraient aussi à la protection des lieux de culte musulmans. Des soldats, parmi les 10 000 effectifs supplémentaires déployés, ont été affectés à la surveillance des mosquées.

    Jusqu’à ce jour, ce n’était pas le cas.

    Le gouvernement a laissé passer tout ce temps depuis les attentats en faisant exprès d’obliger la communauté d’origine musulmane de se sentir une fois de plus exclue, comme elle l’est par l’emploi, le logement et tout le reste...

    Répondre à ce message

  • Hollande essaie de transformer l’unanimisme politique suite aux attentats en unanimisme social.

    Ce lundi François Hollande a martelé un mot : celui de «  fierté  ». Comme pour tenter de donner corps, en surfant sur l’esprit du 11 janvier, à ses appels à la confiance. «  Notre fierté, ça a été de défendre les valeurs de la République. Mais notre fierté, ce doit être aussi d’avoir une économie solide et forte  », a-t-il souligné, célébrant les entreprises qui «  réussissent, exportent innovent et sont reconnues au plan international  ». L’objectif, c’est que la France soit «  fière  » d’elle-même. Fière, aussi, de son président.

    Fier de quoi ? De la hausse du chômage ? Des cadeaux étatiques au grand capital ?

    Répondre à ce message

  • Cent seize actes antimusulmans ont été recensés en France depuis les attentats perpétrés à Paris du 7 au 9 janvier, plus du double du nombre constaté pour l’ensemble du mois de janvier 2014 dont un crime avec mort d’homme et les gouvernants ni les média, ni les hommes politiques n’ont réagi de la même manière à ces crimes qu’aux précédents, montrant publiquement ainsi qu’il y a bien deux poids deux mesures afin de pousser les musulmans à la radicalisation afin d’opposer deux communautés...

    Répondre à ce message

  • Hollande et Valls font un bond record de popularité, après les attentats...

    Cherchez à qui profite...

    Répondre à ce message

  • Loin de faire progresser l’athéisme, ce qui n’est nullement son but, Hollande construit un courant islamiste mondial afin de justifier ensuite la guerre mondiale du monde occidental contre le reste du monde, la guerre mondiale...

    Répondre à ce message

  • Il s’agit, en effet, de pousser une fraction des opprimés du côté des islamistes d’extrême droite et l’autre partie vers les extrêmes droites pro-occidentales, les prétendus intégristes de la laïcité et de la liberté d’expression, en fait de l’impérialisme occidental...

    Répondre à ce message

  • Les Kouachi et Coulibaly de France, sans aucun lien familial avec les frères Saïd et Chérif, auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, ni avec Amedy, le preneur d’otages de la porte de Vincennes, vivent désormais un enfer, selon un article du Figaro. Y compris... Amedy Coulibaly, originaire de Mauritanie, dont la femme a été interrogée par le quotidien : "Je n’arrête pas de le dire, mon mari s’appelle Amedy Coulibaly comme le terroriste, mais on ne le connaît pas, on n’est pas du tout de la même famille".

    Madame Coulibaly reçoit des dizaines d’appels, souvent en pleine nuit, parfois ponctués d’insultes voire de "menaces de mort", écrit Le Figaro, qui indique aussi que "son époux a déposé une main courante pour signaler ces cas de harcèlement".
    Les Kouachi ont "pensé à changer de nom"

    Même problème pour une famille Kouachi d’Indre-et-Loire, qui avoue avoir "même pensé à changer de nom". Le 8 janvier au matin, au lendemain de l’attaque, ses enfants ont été très mal reçus à l’école : "On a commencé à les insulter, on a traité mon fils de terroriste au collège, pareil pour ma fille au lycée".

    Dans la même région, poursuit le quotidien, un autre monsieur Kouachi, militaire retraité de 70 ans, vit des souffrances similaires : "Mon fils est militaire, on l’a appelé la nuit pour le traiter d’assassin. Il a fini par porter plainte (...). C’étaient des imbéciles qui appelaient pour nous insulter. Ils ont sûrement trouvé notre nom dans l’annuaire". Et monsieur Kouachi craint désormais que le cauchemar continue : "Nous sommes de religion musulmane, je fréquente une mosquée et je crains qu’on s’en prenne à nous (...). Vous savez, même ma petite-fille n’est pas rassurée. Hier matin, je suis allé la chercher à l’école et elle m’a dit "Papy, ne me dis pas bonjour en arabe devant l’école, s’il te plaît".

    Répondre à ce message

  • Pendant près de quatre ans, Washington et ses alliés occidentaux européens – la France en tête – ont politiquement orchestré, aidé à financer et à armer, une guerre de changement de régime en Syrie où des combattants islamistes comme ceux qui ont commis le meurtre de masse dans les locaux de Charlie Hebdo, ont servi de principales troupes au sol.

    Armes, combattants étrangers et argent ont été expédiés en Syrie en grande partie via la Turquie où la CIA a installé un poste secret pour coordonner ces opérations. Une bonne partie des armes et de l’aide parvenant aux « rebelles » soutenus par les impérialistes provenaient des alliés arabes clés de Washington que sont l’Arabie saoudite et le Qatar.

    Deux organisations sont devenues la principale opposition armée du président syrien Bachar al-Assad : le Front Al Nusra, la branche d’al-Qaïda en Syrie et l’Etat islamique en Irak et en Syrie (EI), une milice ayant fait scission et qui a été condamnée par al-Qaïda même pour sa brutalité excessive.

    Le journaliste allemand Jürgen Todenhöfer, premier journaliste occidental à voyager dans la zone contrôlée par l’EI en Syrie depuis le début de la nouvelle guerre sous direction américaine, a rapporté le mois dernier que pas moins de 70 pour cent de ceux qui se battent pour renverser le régime d’Assad en Syrie sont des combattants étrangers. Ils y sont acheminés depuis tout le Moyen-Orient, la Tchétchénie, l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord et d’ailleurs. Selon une estimation récente du gouvernement américain, près de 1000 combattants étrangers rejoignent chaque mois ces milices.

    Le bilan des morts du conflit Syrien approche les 200.000. Les attaques terroristes, exécutions de masse et autres crimes y sont depuis des années effectués par les mêmes éléments que ceux ayant commis les meurtres à Paris, sans un mot de protestation de ces mêmes milieux officiels qui font maintenant la promotion de la campagne « Je suis Charlie ». Ils faisaient alors le sale boulot de l’Occident.

    Répondre à ce message

  • Les attaques terroristes en Europe sont le retour de flamme des interventions militaires occidentales prétendument anti-dictatures...

    Répondre à ce message

  • La conduite de « la guerre contre la terreur » prend un caractère de plus en plus ouvertement raciste.

    Il est évident que cette campagne est très soigneusement coordonnée : le gouvernement français a financé le nouveau tirage, démesurément accru, et des journaux bourgeois de premier plan l’ont facilité : Le Monde a fourni des ordinateurs, Libération a ouvert ses locaux aux membres survivants de la rédaction de Charlie Hebdo. Le Premier Ministre Manuel Valls est passé à la rédaction pour montrer son soutien.

    Sans perdre de temps, le gouvernement français a utilisé les attentats du 7 janvier pour promouvoir ses opérations militaires au Moyen-Orient. Après un vote à l’Assemblée nationale de 488 contre 1 en faveur d’une extension des frappes aériennes en Irak, le président Hollande, il y a peu encore le responsable politique le plus impopulaire en France, est apparu sur le pont du porte-avions Charles de Gaulle et s’est adressé à l’équipage en partance pour le Moyen Orient. Il a cité les événements meurtriers de Paris et dit que la situation « justifiait la présence de notre porte-avion ».

    Le porte-avions doit rejoindre les forces américaines dans le Golfe Persique où elle font pleuvoir les bombes sur l’ouest de l’Iraq et l’est de la Syrie dans le cadre d’une guerre qui cible, pour l’instant, l’Etat islamique en Iraq et en Syrie (EI) ; le régime de Bashar al-Assad sera le prochain dans la ligne de mire.

    La coalition de puissances impérialistes et de monarchies du Golf emmenée par les Etats-Unis a effectué dix-huit frappes aériennes dans la seule journée du 12 janvier. Ces attaques tuent sans doute chaque jour plus de gens innocents que le nombre de personnes tuées à Paris la semaine dernière et la presse occidentale est bien loin de leur accorder la même attention.

    Sur sa route vers le Golfe Persique, le Charles de Gaulle longera les côtes du Yémen, ce qui donnera au gouvernement Hollande la possibilité de lancer des frappes aériennes contre des cibles dans ce pays. Des dirigeants américains et français ont suggéré que Said Kaouchi y avait reçu un entraînement militaire et des ordres d’Aqpa (al-Qaïda dans la péninsule arabique). Des informations non confirmées dans les médias ont suggéré qu’une attaque massive contre le Yémen, soit par des avions de guerre français, soit par des drones américains, ou encore les deux, était imminente.

    L’attentat contre Charlie Hebdo est aussi utilisé pour intensifier l’autre composante de « la guerre contre la terreur », l’assaut contre les droits démocratiques à l’intérieur.

    Répondre à ce message

  • Lundi, un jeune de 20 ans a pris six mois de prison ferme à Orléans pour avoir crié « Vive la kalach ! » (et imité le bruit et la gestuelle d’un tireur de kalachnikov) devant des policiers.

    Répondre à ce message

  • Lutz Bachmann, fondateur du mouvement anti-islam des Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (Pegida), a démissionné de ses fonctions, mercredi 21 janvier. En cause, la révélation le matin même par le quotidien Bild que ce quadragénaire avait posté sur Facebook une photo de lui grimé en Hitler et traitait les étrangers de « bétail » et de « bâtards ». Pour un mouvement qui était à la recherche d’une certaine respectabilité, et se défendait d’être raciste, ces révélations tombaient on ne peut mieux.

    Répondre à ce message

  • Ceux qui sont horrifiés par l’assassinat de la rédaction de Charlie Hebdo et les meurtres ultérieurs d’otages ne doivent pas permettre que l’énorme couverture médiatique consacrée à l’événement et les dénonciations hypocrites du « mal dénué de sens » diminue l’acuité de leurs facultés critiques.

    Depuis l’attentat terroriste du 7 janvier, le gouvernement du président français François Hollande a utilisé la confusion et la désorientation causées par la tuerie pour déployer 10.000 militaires et des milliers de policiers. Le Premier Ministre Manuel Valls a déclaré que la France est en guerre « contre le terrorisme, contre le djihadisme et l’Islam radical ». Le Monde du 9 janvier avait pour titre « Le 11-septembre français ».

    Le fait que les attentats terroristes de Paris sont utilisés pour étendre les guerres néo-coloniales à l’étranger et la répression à l’intérieur a été démontré par le vote de mardi à l’Assemblée nationale, par 488 contre 1, en faveur d’une extension des frappes aériennes françaises contre les forces de l’Etat islamique en Irak.

    Répondre à ce message

  • L’objectif de cette « guerre » dans ses manifestations internationales comme domestiques, est de fournir une justification politique pour la nouvelle répartition du monde entre les grandes puissances impérialistes. Après plus de 13 ans, il est clair que « la guerre contre la terreur » est le prétexte et le cadre politique pour le rétablissement d’une domination et d’une subordination de type colonial des peuples du monde aux diktats du capital financier.

    Les interventions militaires en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et ailleurs ont été lancées pour installer des régimes pantins afin d’assurer le contrôle de ressources comme le pétrole, le gaz et d’autres ressources géostratégiques, au prix de millions de vie et d’une souffrance humaine incalculable. Au cours de ces conflits sanglants et inégaux, les Etats-Unis, la France et d’autres puissances impérialistes ont fait pleuvoir des bombes sur des civils sans défense, pratiqué la torture et les assassinats, et commis des crimes de guerre. Des pays entiers ont été ravagés.

    Personne ne peut croire sérieusement que de telles actions n’ont pas un impact profond sur la vie à l’intérieur. Dans une économie mondialisée où les populations sont devenues de plus en plus diverses nationalement et ethniquement, l’indignation suscitée par les crimes de l’impérialisme ne connaît pas de frontières. Ceci est surtout vrai dans les communautés des minorités et des immigrés qui ont subi de plein fouet les attaques contre les conditions de vie des travailleurs, qui laissent des millions de gens sans travail et les confrontent à des conditions de pauvreté calamiteuses.

    Répondre à ce message

  • Valls repart en guerre contre l’Islam !!!

    Le Premier ministre Manuel Valls a affirmé lundi sur les ondes d’Europe 1 qu’il fallait combattre "le discours des Frères musulmans dans notre pays et les groupes salafistes dans les quartiers. Nous devons aider les musulmans qui ne supportent pas d’être confondus avec ces discours. Pas uniquement avec les jihadistes, pas seulement avec des terroristes, mais avec l’intégrisme, le conservatisme, le radicalisme".

    « Comment accepter que l’islam de France reçoive des financements d’un certain nombre de pays étrangers, quels qu’ils soient  ? C’est une première question qui doit être posée. Et si on la pose, eh bien cela veut dire qu’il faut prendre un certain nombre de mesures pour, demain, empêcher ces financements, notamment quand ils confortent un certain nombre de comportement »

    Manuel Valls

    L’UOIF. Sans la citer, il semble bien que c’est cette organisation, qui fédère des profils très divers de l’Islam de France, avec quelque 250 associations membres revendiquées, que Manuel Valls avait dans le viseur.

    Un mois après son discours devant l’Assemblée nationale, dans lequel il avait assuré que la France était en guerre « contre le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical », le premier ministre a annoncé jeudi devant le Sénat une série de consultations sur l’avenir de l’organisation du culte musulman en France. Ces rencontres seront dirigées par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, également ministre des Cultes.

    Donc il est clair qu’au sommet de l’Etat, l’équation est terrorisme = dérive de l’Islam !!!

    C’est un discours raciste et de guerre de religion !

    Répondre à ce message

  • Le ministère de la Défense a confirmé ce matin l’engagement du porte-avions français Charles-de-Gaulle dans les opérations contre l’Etat islamique en Irak.

    Le porte-avion est accompagné d’une escorte comprenant une frégate de défense anti-aérienne, le Chevalier Paul, un pétrolier ravitailleur, La Meuse, une frégate britannique de lutte anti sous-marine, le HMS Kent, et un sous-marin nucléaire d’attaque.

    Répondre à ce message

  • Mercredi 20 mai, le Conseil des ministres a approuvé un document de 109 pages revoyant la Loi de programmation militaire de 2014-2019 adoptée suite à la publication par le gouvernement du Parti socialiste d’un livre blanc sur la stratégie militaire en 2013. La loi actualisée doit être débattue et votée au parlement en juin.

    Ce document prévoit un supplément de dépenses militaires de € 3,8 milliards entre 2015 et 2019, ce qui porte le budget total de la Défense pour cette période à €162,4 milliards. C’est là la première hausse importante des dépenses militaires françaises depuis un quart de siècle. Outre ces nouvelles dépenses, est prévu le déploiement permanent de 7000 à 10.000 soldats sur le territoire français, ainsi qu’un renforcement des forces navales et aériennes et du nombre de soldats disponibles pour des opérations militaires à l’étranger. Le dispositif de l’armée passera de 66.000 à 77.000 hommes l’année prochaine.

    Le gros de ces nouvelles troupes se battra dans les guerres extérieures. Selon Le Monde, « il faut aussi pouvoir fournir des effectifs suffisants et formés pour les opérations militaires extérieures, dont le rythme est maintenu à un niveau élevé, du Sahel à l’Irak ».

    Les dépenses supplémentaires iront aussi à la cyberguerre, à l’aéronautique et aux services de renseignement. Environ un milliard d’euros seront consacrés à l’achat de nouveaux équipements dont sept hélicoptères d’attaque, six hélicoptères de transport de troupes, et deux patrouilleurs en mer.

    Répondre à ce message

  • Dans la foulée du Burundi et de l’Afrique du Sud, la Gambie a annoncé, mardi, son retrait de la Cour pénale internationale, accusant la juridiction de passer sous silence les "crimes de guerre" des pays occidentaux.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0