English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Les mille et un scandales des parcs Disneyland à Marne-la-vallée...

Les mille et un scandales des parcs Disneyland à Marne-la-vallée...

mardi 26 avril 2011, par Robert Paris

De la féérie au drame....

Disneyland, un monde merveilleux ?

Cinq blessés dont un grave, c’est le bilan de l’accident du "train de la mine" de Disneyland, un bloc ayant heurté le train et blessé grièvement un passager.

Les autorités du parc se sont employées pour faire croire que tout allait bien dans le meilleur des parcs possibles...

Elle a soi-disant soigné la plupart des blessés elle-même et annoncé qu’ils avaient poursuivi leur parcours du parc... Comme cela ils n’auront pas à témoigner contre elle !

Elle a affirmé que les contrôles ont lieu sans cesse et qu’elle est parfaitement dans la norme pour la sécurité, effaçant ainsi tout un historique d’incidents graves et d’accidents qui ont eu, par chance et seulement par chance, des conséquences moins graves qu’ils n’auraient pu en avoir....

« À une seconde près, j’étais mort ». Cédric Camus est encore sous le choc. Samedi après-midi, il a sauté d’un manège au Parc Disneyland Paris à Marne-la-Vallée. pour sauver sa vie. il est 14 heures lorsque le jeune marié de 26 ans habitant Braine (entre Soissons et Reims), prend le manège « Crush and coaster » dans Le monde de Nemo.

Voyage vers l’enfer

Il s’installe avec sa femme Sandra sur une immense carapace de tortue. « On nous a mis le harnais de sécurité mais je n’ai entendu qu’un clic alors que normalement il y a en deux, explique Cédric. J’ai appelé le responsable du manège une dizaine de fois mais il m’a dit que je pouvais y aller ce n’était pas grave et le manège est parti ». Un voyage vers l’enfer pour Cédric et sa femme. « Au bout de quelques instants, le harnais a lâché. J’ai crié « Le harnais ». il n’y avait qu’une chose à faire. J’ai sauté. Ça a duré une fraction de seconde. C’est mon instinct de survie qui m’a guidé. Si je n’avais pas sauté, je serais tombé sur les rails dans les descentes et les loopings et là je serais mort ».

L’attraction continue malgré l’accident

Cédric percute violemment les escaliers de secours qui longent les rails du manège. Il est sérieusement blessé au front. Son bras et sa jambe gauche sont tuméfiés. « J’étais sonné mais conscient. La première chose que je me suis demandée c’est si le harnais de ma femme avait tenu. » De son côté, Sandra imagine le pire pour son mari. « Je me suis dit qu’à la fin du manège, on viendrait me dire qu’il était mort ». La jeune femme harnachée poursuit l’attraction qui ira à son terme. Pendant deux à trois minutes, le couple vit un véritable cauchemar. « Les employés n’ont même pas vu que j’avais sauté alors que j’étais devant les caméras de surveillance. » Cédric saigne abondamment mais il est en vie et tombe dans les bras de Sandra. Mais c’est très vite l’effervescence autour d’eux. « Les responsables de disneyland Paris étaient paniqués, glisse Cédric. Ils m’ont demandé pourquoi j’avais sauté et m’ont pris pour un cinglé ». Aux urgences en… taxi !

Les deux jeunes gens sont pris en charge par les pompiers et conduits au centre hospitalier de Marne-la vallée… en taxi ! « On est revenu en taxi au parking et on a dû repartir chez nous à Braine. Eurodisney nous a donné une entrée gratuite mais ne nous a pas proposé une chambre pour passer la nuit. Aujourd’hui, j’attends un geste sinon, on fera ce qu’il faudra faire ». Le jeune couple est donc prêt à porter l’affaire en justice. Du côté de la direction du parc, on joue la carte de la prudence. « Je ne connais pas les raisons qui l’on poussé à sauter, confie une porte-parole d’Eurodisney. La nacelle dans laquelle il se trouvait a été retirée de l’attraction pour que l’on procède à des vérifications et il y a une enquête de police. » En attendant le résultat de cette enquête, Cédric se repose chez lui avec sa femme. Il est arrêté pour sept jours. « C’était notre cadeau de noël de l’année dernière. On est parti au parc avec la banane mais là, psychologiquement on est à zéro. Je n’arrête pas de remémorer cet instant où je saute… ».

Une chose est sûre, il ne montera plus sur ce genre de manège. « On en était friands, C’est au moins la vingtième fois qu’on le prenait sans problème mais maintenant, c’est fini. Plus jamais ».

Mais est-ce vraiment la vérité que la sécurité des installations est assurée ? Rien n’est moins sûr....

Tout d’abord est-il normal qu’une simple attraction doive être vérifiée par des inspecteurs de l’Etat alors que Disney a le droit de nommer ses propres inspecteurs en interne ?

Est-il normal que les moyens mis pour l’entretien et les contrôles soit sans cesse en diminution ?

Est-il normal que tous les accidents soient étouffés ?

Est-il normal que des pressions soient exercées sur les salariés pour qu’aucun problème ne filtre à l’extérieur, sous peine de licenciement ?

Est-il normal que Disney s’autorise à fixer elle-même les normes de sécurité à respecter et les change quand cela lui chante ?

Est-il normal qu’il n’y ait aucun contrôle de l’Etat alors que ce dernier offre des sommes colossales et des grands moyens (en particulier en termes de transports notamment via les autoroutes, la SNCF, de construction avec aides étatiques, de terrains, aide à la formation, aide à l’embauche, impôts, etc...) à cette entreprise qui est le plus grand trust de la région parisienne ?

Le coût pour l’État

Il s’est élevé à :

* un milliard de FRF pour la prise en charge des infrastructures périphériques jugées nécessaires par Disney ; * un milliard de FRF pour la gare du RER. Si la fréquentation ne répond pas aux prévisions, Disney s’engage uniquement à verser une indemnité destinée à financer la promotion du parc ; * un milliard de FRF de subvention indirecte sous forme de baisse sur le taux du prêt consenti par la Caisse des dépôts et consignations.

Et cela n’a été que le coût de lancement....

Cependant, ces subventions à l’implantation ont été amorties en quelques années seulement grâce aux rentrées de TVA que le parc d’attraction a générées, notamment du fait de visiteurs étrangers.

La remise en cause du droit public

Un statut juridique particulier a été accordé au parc : la convention liant la France à Disney prévoit que, en cas de litige entre les parties, les tribunaux administratifs ne seront pas compétents. Les Américains estimaient que le Conseil d’État étant une structure étatique, il ne pourrait pas être indépendant et serait à la fois juge et partie. Il a donc été convenu que, dans ce cas, une procédure d’arbitrage international serait mise en place, comme si la France et Euro Disney étaient des entités de même rang. Il a donc fallu voter un texte particulier en ce sens.

Est-il exact qu’il y ait très peu d’accidents à Disney ou est-ce que la plupart sont effacés ou oubliés ?

Le 5 septembre 2003, un jeune homme fût tué dans le fameux "train de la mine". Suite au montage incorrect d’une roue de guidage de la locomotive (qui n’est qu’un élément décoratif), une réaction en chaîne conduisit au découplage de celle-ci du reste du train. Le premier wagon passa ainsi sous l’arrière de la locomotive et Marcello Torres, 22 ans, assis au premier rang du côté droit, fut tué sur le coup. Il y eut également une dizaine de blessés.

La faute est due à un mauvais entretien de l’attraction, consécutive à la politique de réduction des coûts lancée par Paul Pressler. Ce dernier ayant quitté la société avant l’accident, il ne fût pas directement mis en cause ni mis en examen par la justice. L’attraction fût fermée pendant huit mois ainsi que celle située au Japon, pour vérification.

Le 3 avril 2004, moins d’une semaine après la réouverture, pendant une manœuvre de ré-initialisation de l’attraction suite à un arrêt d’urgence, une erreur humaine provoqua la collision de deux trains alors entièrement vides.

Le 8 juillet 2004, 3 mois après, toujours suite à une erreur humaine, le même type d’accident survient entre deux trains dont l’un était à l’arrêt, prêt à partir et un autre finissant l’attraction. Aucune victime ne fût à déplorer en dehors que quelques commotions légères. Mais le nouveau président des parcs Disney dut revenir à la politique d’entretien précédant celle instaurée par Paul Pressler et qui datait de Walt Disney.

Le 26 juin 2007... Un drame s’est produit, lundi, à Disneyland Resort Paris. Le Parisien révèle qu’une adolescente espagnole de 13 ans est décédée peu après 13 heures 40, dans le parc d’attractions dédié au cinéma à Marne-la-Vallée. Le quotidien indique que la jeune fille était "arrivée la veille avec groupe de touristes" qui "passé la nuit à l’hôtel Cheyenne", dans l’enceinte du parc. Des informations confirmées mardi par le parquet.

"En début d’après-midi, elle a pris place à bord du Rock’n’Roller Coaster, une montagne russe qui vous propulse à une vitesse vertigineuse. Mais, au moment de descendre du manège, les amis de la jeune fille l’ont retrouvée sans connaissance", indique Le Parisien. Les pompiers du parc d’attractions ainsi que les médecins du Smur de Lagny-sur-Marne ont tenté en vain de la réanimer.

Problème de santé ?

L’attraction a été immédiatement fermée pour permettre les investigations des enquêteurs et ne sera rouverte qu’une fois les résultats de l’autopsie connus, a affrimé Pierre Boterman, porte-parole de Disneyland. La brigade criminelle de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) a été chargée de l’enquête. "En l’état actuel des choses, il n’y a pas de mise en cause de l’attraction elle-même. On s’oriente vers une cause médicale, mais j’attends que l’autopsie effectuée aujourd’hui (NDLR : mardi) en apporte la confirmation", a déclaré le procureur René Pech.

Depuis le drame, l’état de fonctionnement de l’attraction a été vérifiée. Selon le porte-parole du parc, elle "fonctionnait parfaitement normalement". Lundi soir, une cellule d’aide psychologique a été mise en place dans l’enceinte du parc.

En novembre 2008...

L’homme qui s’est blessé samedi après-midi en chutant de plusieurs mètres d’une attraction des Toon Studios, dans le parc Walt Disney Studios de Chessy (Seine-et-Marne), est sorti le soir même de l’hôpital. Agé d’environ 25 ans, il se trouvait avec sa femme dans une nacelle de l’attraction Crush’s Coaster, inspirée du film Le Monde de Nemo et ouverte depuis juin 2007.

Première attraction Disney de type montagnes russes, celle-ci n’est pas parmi les plus impressionnantes du parc. “Ce monsieur a sauté de la nacelle pour des raisons qui restent encore à éclaircir, indiquait hier une porte-parole de Disneyland. L’at­traction, grâce au système de sécurité, s’est alors arrêtée et le jeune homme a été pris en charge par les services médicaux.”

Légèrement blessé Après l’incident, l’attraction a été fermée toute la journée. Elle a rouvert dimanche matin, mais la nacelle concernée a été retirée pour être exposée aux enquêteurs de police. Selon certaines sources, le jeune homme aurait chuté de 7 mètres, une information qui n’a pas été confirmée par la direction de Disneyland.

Il serait sorti de l’hôpital avec quelques points de suture sur le front. Une enquête est en cours pour déterminer si la nacelle était ou non défectueuse. Le jeune homme devait être entendu par la police pour déterminer ce qui s’est vraiment passé. Une première version laissait entendre qu’il avait eu peur, après avoir eu l’impression que la barrière de sécurité ne tenait plus en place. Il aurait alors préféré s’éjecter de la nacelle. Sa femme, qui se trouvait avec lui dans le manège, est pourtant restée à sa place. Selon la porte-parole de Disneyland, les accidents dans le parc d’attraction sont “rarrissimes” et les contrôles de sécurité fréquents.

Le 25 avril 2011, un accident est survenu a Disneyland Paris (au niveau du lift C) un morceau de fibre de verre et de bois est tombé en milieu d’après-midi sur un wagon touchant un homme de 38 ans, et blessant 4 autres personnes. L’attraction est fermée jusqu’à nouvel ordre.

Des accidents dans un parc Disney en 2003 et 2005

Les chemins de fer de la peur de Disney

Examinons cette liste non exhaustive (en anglais) :

Big Thunder Mountain Railroad

* On April 25, 2011, five riders were injured when a piece of the attraction’s scenery fell onto a passing train. One rider, a 38-year-old man, was seriously injured and transported to a Paris hospital, while the other four were treated at the scene.[1]

* On October 6, 2010, a 53-year-old cleaner, subcontracted to Disney, became trapped underneath a boat on It’s A Small World when the ride was inadvertently switched on while it was being cleaned. The man was taken to hospital where he later died.[2]

* On June 26, 2007, a 14-year-old girl lost consciousness on Rock ’n’ Roller Coaster. Though paramedics attempted to revive her, she died before the ambulance arrived. A ride inspection showed no mechanical problems.[3]

1. "Five injured on Disneyland Paris ride". MyFoxOrlando.com. 2011-04-25. 2. "Disneyland Paris worker dies in apparent accident". Associated Press. 2010-10-06. 3. "Teenager dies at Disneyland Paris". BBC. 2007-06-26.

Les suicides à Disney

Parmi les scandales de gestion de Disney, on peut citer la manière de traiter le personnel.

Dans les parcs Disney, les enfants s’émerveillent mais, en coulisses, les employés trinquent. Dans son rapport annuel d’activité présenté au comité d’entreprise d’Eurodisney SCA, le docteur Farshad Majidi, responsable du service médical de Disneyland Paris, dresse un tableau accablant de la dégradation de la santé d’une partie importante des salariés de l’entreprise. En 2008, un tiers des quelque 13 000 salariés des deux parcs, des hôtels et du Disney Village ont fait l’objet de réserves ou de restrictions concernant leur aptitude au travail. 132 d’entre eux ont été déclarés inaptes à leur poste. Une situation sanitaire d’autant plus préoccupante qu’elle se dégrade par rapport aux années précédentes, comme l’atteste la synthèse du rapport. Le médecin recense 31 maladies professionnelles dans l’entreprise en 2008 (soit 18 cas reconnus et 13 autres en cours d’étude), contre 23 en 2007. Le praticien souligne la présence d’une « majorité » d’« affections péri-articulaires », qui atteste selon lui de « l’usure et de la fatigue » des salariés de la société. Sans oublier les accidents du travail, qui « progressent en fréquence et en gravité ». Quatorze salariés déclarés « inaptes à tous postes » Et pour cause : selon le docteur Majidi, les dangers pour la santé ne manquent pas dans l’environnement de travail des salariés. Et d’évoquer l’exposition au bruit ou à des produits chimiques et cancérigènes. A commencer par les ateliers de menuiserie, où « des dizaines de salariés sont régulièrement exposés aux poussières de bois ». « Les premières mesures de la pollution atmosphérique couplées à l’analyse des systèmes d’extraction-ventilation montrent parfois des résultats préoccupants », s’inquiète le médecin. Autant de problèmes auxquels les médecins du travail, en « situation de sous-effectif », n’ont guère le temps de se consacrer. Reste la question épineuse du reclassement des nombreux salariés à la santé déclinante. Pour Farshad Majidi, la mission handicap, « qui a pour charge d’oeuvrer en faveur » de ces salariés, « dispose de moyens trop insuffisants pour assurer sa mission ». Résultat, selon le rapport interne, « les inaptitudes débouchent trop souvent sur des licenciements ». Combien ? Selon David Charpentier, du syndicat FO Disney, « les départs pour raisons de santé sont intégrés aux licenciements pour cause réelle et sérieuse », et ne sont donc pas comptabilisés en tant que tels par l’entreprise. Restent des indices : en 2008, 14 employés ont été déclarés « inaptes à tous postes » par la médecine du travail. En clair, ils n’ont plus leur place chez Disney… Contactée depuis deux semaines, la direction n’a toujours pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Le 20 mai 2009, dans le rapport annuel d’Euro Disney SCA, le responsable du service médical du complexe évoque une dégradation de la santé des employés[. Le Monde rapporte en avril 2010 que « la médecine du travail a recensé 1 500 accidents du travail sur un an pour 15 000 salariés. »

Il n’y a pas que la sécurité. Il y a les méthodes de direction et d’encadrement. celles justement qui ont mené à des accidents mais aussi à des suicide. Toujours avec étouffement des faits par la direction.

Par exemple, le 6 octobre 2010 ...

Un technicien de maintenance de Disneyland Paris a été grièvement blessé ce mercredi, vers 5h du matin, alors qu’il intervenait sur l’atttraction « It’s a small world », a rapporté Le Parisien.

Contacté par 20minutes.fr, le parc d’attractions a confirmé cette information, précisant qu’il s’agissait d’un salarié d’une société sous-traitante chargée du nettoyage. Agé d’une cinquantaine d’années, il était chargé de l’entretien de l’une des barques de l’attraction lorsqu’il a été heurté par une seconde qui serait arrivée trop tôt « pour une raison inconnue », indique le quotidien. « L’agent est tombé à l’eau et aurait été écrasé par la barque qui pèse une tonne », précise Le Parisien.

Il a ensuite été évacué sans connaissance vers un hôpital parisien. Une enquête est en cours et l’attraction est fermée pour la journée.

Le drame a eu lieu hier matin, très tôt. A 5h30, un technicien de maintenance chargé de nettoyer les barques de l’attraction ‘It’s a small world’ se retrouve sous l’une d’elles. Les barques défilent une à une à un rythme régulier, le temps que l’employé puisse les laver. Cette fois-ci, une barque serait arrivée plus tôt que prévu, faisant perdre l’équilibre à l’employé qui est tombé dans l’eau.

L’homme en question est un salarié d’une cinquantaine d’années, employé par une société sous-traitante chargée du nettoyage de Disneyland Paris. Coincé dans l’eau sous une barque d’environ une tonne, l’homme a perdu connaissance avant d’être transporté vers l’hôpital parisien Georges Pompidou. Une source policière a confié dans l’après-midi que l’homme était décédé de ses blessures.

Le Monde du 22/04/2010 :

Depuis le début de l’année, le parc a connu deux suicides d’employés. Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a rendu, mercredi 21 avril, son rapport concernant le suicide de Rabii H., le 21 février, en gare d’Esbly (Seine-et-Marne), à son retour du travail. Une autre enquête est en cours, sur le suicide d’un chef cuisinier, le 26 mars. Le premier avait porté plainte pour harcèlement moral et avait été longuement en arrêt maladie pour dépression. Le second, avant de mettre fin à ses jours, avait laissé un message indiquant qu’il ne voulait "pas retourner chez Mickey". Un CHSCT extraordinaire est prévu vendredi 24 avril pour parler des conditions de travail.

On peut lire dans la presse :

Sa vie était devenue un cauchemar. Embauché en 2004 par Eurodisney, Rabii Hourourou, cuisinier au restaurant Blue Lagoon, à Disneyland Paris, s’est suicidé à la gare d’Esbly dimanche, dix jours après son retour au travail dans un restaurant du parc d’attractions. En arrêt maladie depuis huit mois pour « état dépressif à la suite d’un problème au travail (harcèlement) »*, ce Marocain de 30 ans était toujours sous traitement lourd — un cocktail d’anxiolytiques et d’antidépresseurs — quand il a repris son poste à mi-temps thérapeutique voilà quelques jours.

Dimanche, après être rentré de son travail, Rabii Hourourou est ressorti de chez lui, à Esbly, pour se rendre à la gare SNCF voisine. Déterminé, il a attendu qu’un train arrive pour poser sa tête sur un rail.

Reste à cerner les raisons exactes de son geste. Au parquet de Meaux, on évoque des problèmes conjugaux. « Il n’y a rien de tout ça. C’est faux. C’est n’importe quoi », assurait hier soir sa veuve, jointe par téléphone. Plusieurs collègues ayant travaillé avec le défunt n’hésitent pas à pointer du doigt un supérieur du jeune homme qui l’aurait « cassé » lors d’une évaluation. Toujours est-il que Rabii Hourourou, qui attendait en vain depuis deux ans d’être promu chef de partie (NDLR : l’équivalent d’agent de maîtrise), ne supportait plus de travailler dans l’entreprise. En dépression lourde, il a même dû être hospitalisé en psychiatrie à Lagny-sur-Marne.

Après avoir demandé à la CFDT de négocier son licenciement, il s’est finalement rapproché du syndicat Force ouvrière et a déposé une plainte aux prud’hommes pour harcèlement moral. Le 15 juin dernier, l’employé a également déposé plainte pour le même motif au commissariat de police de Meaux contre deux de ses supérieurs.

Dans quelle mesure ces démêlés avec sa hiérarchie ont-ils pesé sur son acte ? Difficile à dire. Touhami Hadi, du syndicat indépendant du personnel (SIP), avait à l’époque géré son dossier pour la CFDT. Il évoque une « fragilité aux causes multiples, personnelles et professionnelles. » « C’est vrai qu’il était amer, qu’il trouvait que les choses n’étaient pas allées assez vite pour lui », confie ce dernier. En revanche, FO Disney, qui avait repris le dossier, n’y va pas par quatre chemins. Sur son blog, le syndicat accuse ouvertement le directeur de la restauration du parc de « faute inexcusable et de non-assistance à personne en danger »…

« Il s’est senti manipulé, trahi », confie pour sa part un collègue, qui a préféré garder l’anonymat. Comme d’autres personnes ayant travaillé avec le disparu, cet employé à Disneyland Paris ne comprend pas qu’« on ait laissé Rabii reprendre un poste stressant », alors qu’il était encore sous traitement. Un avis du reste partagé par Touhami Hadi, pour qui « Rabii n’aurait pas dû reprendre le travail ».

Contactée, la direction n’a pas souhaité commenter officiellement le drame. Tout en rappelant son attention particulière aux conditions de travail de ses 14500 salariés.

*Selon la mention manuscrite du médecin sur l’arrêt de travail du salarié du 6 mars 2009.

suite à venir...

116 Messages de forum

  • Le syndicat UNSA dit au journal Le Parisien " c’est étonnant cet accident au regard de la maintenance réalisé sur les parcs".

    il aurait pu ajouter : "Et du sérieux des syndicats pour refuser la désorganisation et le sous effectifs général, orchestrés par la direction, parmi tous les secteurs de Eurodisney et même au niveau international, comme aux USA"....mais ce délégué interviewvé n’a pas été jusqu’à ce point dans l’hypocrisie et le mensonge.

    Car qui des salariès de la maintenance ou même d’autres secteurs peuvent être surpris de cet accident ? Pas ceux en tout cas qui voient le recours massif justifié ou non de la sous traitance, les intérimaires, et surtout les conditions de travail de tous se dégrader et l’incompétence technique servir d’exemple au sommet de la hierharchie.

    La direction récolte ce qu’elle sème : elle a décidé de laisser le parc se dégrader car les actionnaires aussi l’ont décidé ainsi.

    La sous traitance sera une excuse pour accuser quelqu’un d’autre que Disney d’être responsable des accidents, qu’ils fassent des victimes parmi les salariés ou les touristes.

    Le parc est vieillissant et même les nouvelles attractions tombent en panne régulièrement car c’est acheté bon marché et surtout c’est Picsou le radin qui a définitivement pris le pas sur le "gentil" Mickey en ce qui concerne l’avenir du parc d’attraction.

    Les parcs ne rapportent plus assez aux actionnaires et donc qui sait ce qu’ils ont envisagé ? La liquidation définitive peut être en gardant seulement une petite partie du parc et tous les hotels, les complexes de cinéma, touristiques, en attendant le fameux village de vacances ?

    En tout cas cet accident n’en est pas un dans la mesure ou tout est fait pour se fermer les yeux et donc attendre sagement la défaillance fatale, qui permet de mettre aux bancs des accusés les personnels techniques et de trouver une raison d’Etat (la préfecture l’avait déjà recommandé en cas de grippe A) pour fermer le parc ou s’y préparer dans les 2 3 ans qui viennent.

    L’avenir n’est pas plus rose que pour le secteur automobile, d’entreprises d’Etat, fonction publique, Batiment ou autres.
    L’endettement des Etats et la chute des investissements privés plongent définitivement l’économie dans la pire des crises que le système capitalistes ait jamais connu.

    Répondre à ce message

  • "Il y a quelques années, on a eu des accidents dans les centrales nucléaires très souvent. Alors le gouvernement a décidé d’envoyer des conseillers de sécurité spécialisés dans chaque centrale nucléaire pour donner l’autorisation du démarrage après la construction ou du redémarrage après les contrôles réguliers. Je savais que ces conseillers ne connaissaient pas grande chose du nucléaire mais je n’imaginais pas à quel point.
    Quand j’ai fait une conférence à Mito, il y a un homme du Ministère de la science et la technologie qui s’est présenté en public en disant : « Je me sens tellement mal à l’aise d’avouer ce fait, mais je ne connais rien du nucléaire », et il a continué : « De la peur d’être irradiés, les inspecteurs n’ont pas voulu travailler dans les centrales en marche. Comme on vient de supprimer des places dans le ministère de l’agriculture avec le remaniement gouvernemental, ils ont envoyé des fonctionnaires qui donnaient des conseils aux éleveurs du ver à soie ou de la sériole (poisson), sans aucune formation. Voilà pourquoi les conseillers qui n’y connaissent rien du tout, donnent l’autorisation du démarrage dans toutes les centrales. Le conseiller de la centrale de Mihama, contrôlait la qualité du riz jusqu’à il y a 3 mois ».
    Cet homme a raconté une telle histoire en donnant les noms de ces conseillers. Est-ce que vous pouvez avoir confiance en l’autorisation de démarrage accordée par tous ces gens qui n’y connaissent rien ?"

    1996 extrait du journal d’un soudeur tuyauteur japonais qui est mort en 1997, à la suite du cancer.

    La comparaison avec ce qui se passe dans l’industrie en général est flagrante : privé ou public les décisions ne règlent pas des problèmes techniques, mais des conflits avec les travailleurs dans des intérêts à très courts termes. Ce qui se passe à une échelle mondiale est conduit également par le souci de la lutte des classes et absolument pas par une gestion économique ou sociale des sociétés humaines.

    Lire tout son texte ici. mise en ligne et traduit du japonais par le Resosol.

    Répondre à ce message

  • 18, 19 et 20/10/2012 : Des problèmes techniques sur presque toutes les attractions, (Big Thunder Mountain, Némo, Tram Tours, Aerosmith, Star Tours, Captain EO, Fantom Manor, Buzz l’éclair, Hollywood Tower Hotel ...) tout au long de la journée. Aucune informations donnée par le personnel sur les durées d’arrêts, que des visiteurs frustrés et déçus.
    Je ne sais pas si c’est pour forcer les gens à attendre, et ne pas dépasser un petit 20% d’exploitation des attractions, dans un seul objectif de rentabilité, ou que le parc est vraiment à l’abandon, sans aucun entretien, ni aucune maintenance ... C’est dommage, du temps de la direction US, tout fonctionnait à merveille, et c’est toujours le cas dans les autres parcs Disney du monde. Triste, même si ce parc reste incomparable aux autres parcs d’attraction implantés depuis.
    Et concernant la SNCF, rien de mieux ... ma mère a été tuée dans une collision frontale entre deux trains (24/12/1987 Issy-les-Moulineaux), le conducteur était saoul, mais son rapport médical avait disparu lors du procés ... il ne reçu qu’une petite peine de surcis (donc rien) à cause des menaces de greve, de la part des syndicats ... La direction n’a jamais été embetée par les lourds et graves problèmes révélés lors de l’enquete, et qui mettait la vie des usagers de la ligne C en danger chaque jour.

    Répondre à ce message

  • Le tribunal correctionnel de Meaux a condamné ce jeudi le parc Disneyland Paris à 150.000 euros d’amende, dont 75.000 euros avec sursis, pour avoir espionné des candidats à l’embauche de 1999 à 2004.

    Répondre à ce message

  • La célèbre attraction Space Mountain, du parc Disneyland Paris, a redémarré ce samedi en début de soirée. Elle avait été momentanément arrêtée en début d’après-midi à la suite d’un incident survenu vers 13h10.

    « J’ai vu deux plaques métalliques, en hauteur, se détacher partiellement.
    Elles ont failli s’écrouler sur les gens qui faisaient la queue. Les plaques ne sont pas tombées mais les visiteurs ont reçu de l’eau. Le personnel a ensuite fait évacuer tout le monde », témoigne Pierre, qui sortait d’une autre attraction. C’est une partie de la toiture qui se serait détachée.

    Répondre à ce message

  • Un enfant entre la vie et la mort après un accident à Disneyland Paris

    L’enfant, âgé de cinq ans, est tombé sous une machine de l’attraction Pirate des Caraïbes.

    L’accident est survenu mercredi après-midi, au parc de loisirs Disneyland Paris, en Seine-et-Marne. Alors qu’il participait à l’attraction Pirate des Caraïbes, un enfant de cinq ans est tombé sous une machine. Transporté à l’hôpital Necker, il se trouve entre la vie et la mort et son pronostic vital est engagé.

    Les faits se sont déroulés mercredi après-midi au niveau de l’attraction Pirate des Caraïbes. Cette attraction consiste à transporter des groupes sur des petits bateaux, accrochés à des nacelles, elles-mêmes reliées à des rails. Les visiteurs se baladent ainsi dans un décor ressemblant au film Pirate des Caraïbes. Une attraction calme dans laquelle les visiteurs ne sont pas attachés.

    Mais mercredi après-midi, juste à la fin de l’attraction, alors que les bateaux arrivaient près du quai de débarquement, un enfant a basculé par dessus bord. Là, il a été aspiré sous l’eau et s’est retrouvé coincé sous le bateau qui arrivait juste derrière. Le père du garçon a immédiatement sauté à l’eau, mais trop tard pour empêcher l’accident. C’est lui qui a réussi à dégager son fils. Les pompiers sont rapidement arrivés sur les lieux. Et l’enfant originaire de Montpellier a été transporté vers l’hôpital Necker pour enfants à Paris vers 17h45.

    "L’attraction est momentanément fermée et nous sommes aux côtés de la famille", a indiqué la direction d’Eurodisney. Une enquête de police est ouverte pour savoir si l’accident est dû à une imprudence, un défaut de surveillance, où si la sécurité de cette attraction est en cause.

    En avril 2011, cinq personnes avaient été blessées, dont une grièvement, dans un wagon du Train de la Mine dans le parc. En novembre 2008, un jeune s’était blessé à la tête après avoir chuté d’un manège alors qu’il se trouvait à 7 mètres au-dessus du sol. En janvier, quatre personnes avaient été légèrement blessées après un accident de train à vapeur, un wagon s’était décroché et en avait percuté un autre lors de l’arrêt en gare.

    Répondre à ce message

    • faute au père de ne pas avoir surveillé son fils il faut arreter on est assé prevenu dans cette attraction de rester assis, il faut etre responsable et arreter de jeter la faute aux autre toujours prendre le gens par la main il y en a ras le bol....

      Répondre à ce message

      • Je souhaite 1 chose à tout ceux qui pensent comme "atomedon" ; si vous avez des enfants : qu’ils ne leur arrivent jamais rien de grave alors que vous êtes à coté d’eux .
        Mais en tout cas, je pense que ceux qui interviennent pour mettre toute la responsabilité sur le "père" oublient de lire l’article dans son ensemble, y compris certains commentaires qui rappellent que ce n’est pas le 1er accident à Eurodisney. Sur le même type d’attraction, un travailleur faisant le nettoyage du bateau est mort noyé, après être tombé de ce dernier.
        Il y a un risque important de noyade dans ce type d’attraction et ceux qui ne le voient pas, sont soit des fans de Disney qui ont trouvé une raison de vivre ou plutôt de s’amuser pendant que d’autre laissent leur vie ou leur santé à entretenir ces machines, soit des gens payés par la multinationale, comme des avocats...
        Il y aussi des lâches qui font semblant d’être de simples employés, alors qu’ils sont des "fox", ces flics en civile travaillant pour la compagnie. Ceux là font circuler des bruits et prennent la défense du patron pour lui enlever toutes responsabilités quand il y a des accidents, des suicides d’employés, des enfants qui font des crises cardiaques à la sortie d’1 roller coaster.

        Répondre à ce message

        • Il existe une pétition sur le site laissez-passer.fr.
          Elle est organisée par les riverains contre le nouvel aménagement des contrôles de sécurité de Disneyland Paris qui empiète sur l’espace public.

          Répondre à ce message

        • Arretez vos tirade sur les parents qui impuissant assiste a ces accidents. Les regles de securité sont clair LES ENFANTS DOIVENT CONSTAMENT ETRE ACCOMPAGNE ET SURVEILLE PAR LEUR PARENT, lES ENFANTS NE DOIVENT EN AUCUN CAS SE TENIR DEBOUT, OU A L’EXTERIEUR DU BATEAUX. Ayant des enfants et les emmenant souvent je me conduit en bon père de famille EN SURVEILLANT mes enfants, disneyland ou tout autre endroit public ne peut et ne pourra jamais lutter contre tout les accidents du au visiteur peu attentionné. De plus votre article est ecrit d’une manière peu serieuse les sources n’étant pas donné et mélangeant les divers accidents survenus au sein des 5 grand parc mondial de Disney veillez a ne pas pratiquer la désinformation.

          Répondre à ce message

        • Il s’est avéré que le garçon, qui avais été accidenté dans Pirates des Caraïbes, s’était levé bien avant l’arrivée dé son bateau en gare. Et c’est la collision du bateau suivant contre le sien qui a provoqué sa chute dans l’eau. Et visiblement, tu n’a pas été aux parcs avant de mettre ton commentaire car effectivement il est dit partout qu’il ne faut jamais se lever des sièges avant l’arrivée en gare. Il y a même des panonceaux affichés à chaque place de chaque train ou bateau interdisant de ne rien faire dépasser de ces derniers, comme des bras ou des jambes. Donc si ses parents le laisse faire n’importe quoi sous prétexte qu’il a le droit de s’amuser, la responsabilité leurs reviennent entièrement.

          Répondre à ce message

          • Dans un avion, s’il est interdit d’enlever la ceinture, il ne suffit pas de l’enlever pour risquer de mourir. Savez-vous vraiment ce qu’est un enfant, ce qui signifie la surveillance d’un petit ? J’en doute, vu ce que vous écrivez. A tout moment, un enfant peut faire quelque chose d’interdit. Si cela suffit pour qu’il risque sa vie, c’est que le lieu n’est pas du tout fait pour un enfant. Conclusion : Disneyland n’est pas du tout fait pour les enfants !

            Répondre à ce message

            • En ce qui me concerne je conduis des bateaux à passagers en Seine et sur la Marne, en tant que capitaine je suis responsable de mes passagers dans la limite ou ils se conforment aux instructions et règles de sécurité qui leurs sont données. Si l’un ou l’une d’entre eux refuse ces règles il est défini par le législateur comme un élément perturbateur à la bonne marche du bateau et doit être débarqué dans les meilleurs délais (règlement général de police des voies d’eau intérieures). En ne respectant pas les consignes de sécurité cet enfant s’est mis en danger mais à aussi mis en danger son père ainsi que les autres participants de l’attraction. Dieu merci il n’y a pas eu plus de victimes ! Je ne suis pas un fan de Disney qui a pourri nos plaines agricoles avec son parc et les infrastructures autours mais je fais la part des choses. Vous qui a peine embarqués ne surveillez plus vos enfants, vous jouez avec l’avenir professionnel des équipages ou des techniciens dans le cas présent qui travaillent pour vous, à cause de votre négligence on peut se retrouver accusés à tord, perdre notre travail, subir le stress du passage au tribunal qui suit, être victimes de la rumeur qui entoure ce genre d’affaire voir finir en prison pour peu qu’on soit mal défendus et comme on gagne peu on a pour la plupart pas les moyens de se payer les meilleurs avocats... Quand je vois des histoires comme ça j’ai presque peur d’aller bosser. Heureusement la majorité des passagers se comporte de manière responsable et les trompé la mort sont rares mais ils font peser sur nous une menace qui ne devrait pas être, le risque d’accident on peux lutter contre en amont de l’exploitation en assurant un bon entretien du matériel, le non respect des consignes il n’y a hélas pas grand chose à faire.

              Répondre à ce message

            • Si vous réfléchissez comme ça j’ai peur pour vous et vos enfants... Quant vous enlevez la ceinture en avion alors qu’on vous dit de la mettre vous risquez plus de mourir que ceux qui l’ont gardé, c’est évident pour la plupart d’entre nous : on nous demande de mettre la ceinture pour notre sécurité pas pour nous ennuyer. Pourquoi on mettrais en place des protocoles de sécurité si ce n’est pour diminuer les risques ??? Après y’a des gens qui comprennent pas le pourquoi des protocoles mais qui les suivent et puis il y a les artistes.... Ceux qu’on retrouve dans les journaux.

              Répondre à ce message

      • Les mille et un scandales des parcs Disneyland à Marne-la-vallée... 13 juillet 2014 09:27, par Tinker Clochette

        Merci de votre réponse !! Je suis entièrement d’accord avec vous !!!!! Il faut arrêter de diaboliser Disney !!!!! Dans toutes les entreprises de grande envergure il y a des problèmes ; Renault, EDF, et j’en passe !!! Les suicides d’employés, c’est regrettable, mais c’est pas nouveau !! Disney est une des rares entreprise qui nous apporte un peu de rêve, et les fautes humaines, ça existe malheureusement ! Dans toutes les attractions, on est prévenu par rapport à notre état de santé (cf la jeune de 13 ans) ou au fait de rester assis ! Mais Disney n’est pas responsable de nos enfants, on reste les parents et c’est à nous de leur dire de ne pas se lever avant la fin de l’attraction !! Un peu de responsabilité !!!!

        Répondre à ce message

        • Vous êtes un peu rapide, non ?

          C’est regrettable dites vous ?

          Vous n’avez pas l’air d’avoir tant que ça de regrets, sauf pour l’image de Disney !

          Répondre à ce message

        • Toutes les entreprises que vous citez ont mené une politique interne de désorganisation. Toutes les sources se trouvent dans les informations données par les émissions grand publique de la radio d’état depuis 10 ans que les suicides se sont multipliés sur les sites des entreprises. Ces entreprises mènent des politiques assassines.
          Ne pas le comprendre est une chose, les pardonner ou leurs trouver des excuses est une complicité. Même en père de famille responsable, on ne peut savoir comment sont entretenus -ou plutôt pas entretenus- les machines et les attractions.

          La volonté de me comporter de manière responsable me fait dire à qui veut l’entendre depuis plusieurs années qu’il est dangereux d’aller dans un parc d’attraction, qu’il s’appelle StPaul dans l’Oise ou Disney ou encore Astérix. Si vous voulez éviter les morts et les accidents, boycottez les parcs d’attraction et expliquez pourquoi à vos enfants s’ils veulent savoir : car le monde est organisé de manière à vous envoyer dans le mur. Il ne sera jamais assez tôt pour qu’ils comprennent dans quel monde ils vivent.

          Répondre à ce message

          • Je suis d’accord avec Frederik et robert excepté que la réaction individuelle de boycott ne suffit pas. Les enfants doivent aussi comprendre qu’ils sont utilisés à des fins commerciales quand ils ne sont pas directement exploités par un patron.
            Nous devons les préparer à comprendre la société capitaliste par tous les bouts, y compris par ce qui semble une force irresistible d’attraction, comme la machine à fric Disney et autres vendeurs d’amusement, de jouets etc...
            Une simple boite de playmobil ou les "gentils" policiers font la course pour arrêter les "méchants" voleurs.. est une occasion de discussion sur ce que sont les policiers....

            Un jour ma fille m’a demandée pourquoi tous les jours je réparais les mêmes pièces sur les manèges...et je lui ai expliqué que je n’avais pas le choix et que ce sont les chefs qui décidaient du travail. Elle a ensuite passé son temps à me demander : pourquoi il y a ces chefs, qui leur donnent ce titre, pourquoi eux ont le droit d’être chef, est ce que se sont les chefs qui décident des guerres, des produits chimiques dans les aliments , de la vie des gens....etc elle a 5ans bientôt 6...

            Répondre à ce message

      • Je suis tout a fait d’accord, ok les problemes liées au wagon c’est leurs fautes mais apres ceux qui saute des wagons a passent par dessus et tout le reste c’est la faute des parents, les enfants n’ont pas conscience du danger c’es donc aux parents de surveiller,hfaut arrêter un peut ça devient agacent, pour des milliards de millards de vistite ya un accident par an et encore ! ME dite pas que le risque zero c’est possible...

        Répondre à ce message

  • Un salarié d’une société sous-traitante chargée du nettoyage à Disneyland est décédé le 6 octobre 2010 en fin de journée, après avoir été grièvement blessé dans la matinée, alors qu’il travaillait sur une attraction du parc de loisirs.

    Ce salarié âgé d’une cinquantaine d’années est "décédé mercredi après-midi" des suites de ses blessures. Vers 5h30, cet employé travaillait au nettoyage des barques de l’attraction "It’s a small world". Alors que les barques sont censées défiler à un rythme régulier pour être nettoyées, une embarcation serait arrivée plus tôt que prévu, faisant tomber à l’eau l’employé.

    Ecrasé par l’embarcation d’une tonne, ce dernier serait "resté coincé sous une barque dans l’eau". Il avait déjà perdu connaissance lorsqu’il a été secouru, toujours selon une source policière.

    Répondre à ce message

    • Source ? Car c’est impossible...
      L’agence d’entretient (Elior) ne peut actionner les pupitres. Donc quand ils procèdent au nettoyage des embarcations d’une attraction, cette dernière est à l’arrêt, et un cadenas de consignation est obligatoirement verrouiller sur le pupitre pour être sûr que personnes ne puissent la démarrer pendant le nettoyage.

      Répondre à ce message

      • La source est Europe 1 : lire ici

        Répondre à ce message

      • En octobre 2010, date de l’accident, la société sous traitante réalisant le nettoyage s’appelait sin&stes.

        Disney : deux plaintes après l’accident mortel
        La famille de Daniel Halaburda, qui a trouvé la mort lors de l’entretien d’un manège de Disney,mercredi dernier, réclame l’accès au dossier d’instruction.

        Six jours après l’accident qui a coûté la vie à Daniel Halaburda sur une attraction de Disneyland, ses proches restent seuls avec leurs questions sans réponses. Mercredi dernier, cet employé de la société Sin et Stres, un sous-traitant des parcs Disney, a trouvé la mort coincé sous l’eau alors qu’il nettoyait une barque sur l’attraction aquatique It’s a Small World.

        « Depuis l’accident, nous n’avons eu aucun appel, aucune explication, rien », déplore Nadia Lebreton, la sœur de la victime. Hier, cette habitante de Meaux a porté plainte contre X au commissariat de Chessy. Samedi dernier, son frère aîné a déposé une autre plainte contre X près de son domicile dans la Drôme. Pour les deux proches, il s’agit moins de trouver un coupable que d’avoir accès au dossier d’instruction, pour enfin comprendre comment leur frère a perdu la vie.

        Vendredi dernier, une information judiciaire pour homicide involontaire a été ouverte par le parquet de Meaux. Depuis, l’enquête a été confiée à une juge d’instruction. La magistrate devra faire le tri entre différentes versions contradictoires de l’événement. Selon plusieurs représentants syndicaux, Daniel Halaburda aurait été déséquilibré par l’arrivée inopinée d’un deuxième bateau, alors qu’il nettoyait une première barque. Il serait tombé dans l’eau, où il aurait été coincé pendant plus de quinze minutes sous l’embarcation pesant une tonne.

        Reste à savoir pourquoi cette deuxième barque a fait irruption au cours des opérations de nettoyage. « Une erreur humaine pourrait être à l’origine du drame, » comme l’explique Jean-Jacques*, un collègue de la victime travaillant pour Sin et Stres. « Pendant que Daniel nettoyait les barques avec un collègue, des salariés de la maintenance de Disneyland faisaient avancer les barques dans la cabine de pilotage de l’attraction », explique le salarié. Il met en cause « la responsabilité de Disney » : « L’employé qui pilotait les barques était un jeune inexpérimenté, qui ne connaissait pas l’attraction et n’aurait jamais dû prendre les commandes alors que des personnes travaillaient sur les barques », explique le technicien.

        N’Zalé Bolabotema, du syndicat FO Disney, confirme que « l’un des deux salariés de maintenance présents dans la cabine était un jeune de 23 ans, qui venait d’être embauché par Disney en juillet 2010 ». Côté direction, un porte-parole joint hier se refusait à tout commentaire sur « une instruction judiciaire en cours ». Reste qu’un représentant de Disneyland a donné une tout autre version des événements hier, lors d’une réunion extraordinaire du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail des opérations de maintenance.

        « Selon le chef d’établissement, les salariés de Sin et Stres auraient dû mettre un cadenas sur la cabine de pilotage de l’attraction pour empêcher toute manipulation des commandes pendant les opérations de nettoyage, ce qu’ils n’auraient pas fait… » explique N’Zalé Bolabotema. Les enquêteurs pourraient procéder dans les prochains jours à de nouvelles reconstitutions. D’ici là, le public peut de nouveau profiter de l’attraction. Les lourdes barques d’It’s a Small World ont repris depuis samedi dernier leur petit tour du monde.

        * A la demande du témoin, le prénom a été modifié

        Aurélien Perol Source leparisien.fr

        Répondre à ce message

  • Suite à l’accident du train de la mine en avril 2011 a fait cinq blessés à Disneyland Paris, le parquet de Meaux a ouvert mardi une information judiciaire contre Eurodisney. La direction du parc d’attraction est visée pour "blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) inférieure ou égale à trois mois" et "blessure involontaire ayant entraîné une ITT supérieure à trois mois à l’encontre de la personne morale d’Eurodisney associé SCA".

    L’accident a fait un blessé grave, un Français de 38 ans. L’homme souffre d’un traumatisme crânien.

    Répondre à ce message

  • Entre 2000 et 3000 anomalies techniques sont recencées sur le complexe Eurodisney, qui comprend 2 parcs d’attractions contrôlés par des services techniques internes. Pour le reste, hôtels, Disney Village, parking etc.. c’est le flou total.
    La direction dira que tout est sous contrôle...sauf que tout est fait pour étouffer les accidents et les enquêtes qui suivent.
    Des salariés sont morts, des touristes et des enfants aussi. Voilà la magie, celle du fric à 200%.

    Répondre à ce message

  • domage pour toi ou vous d’avoir a ronger un os. evidament il y a des accidents sauf k’il y en a 1 très rarement...si on calcul le pourcentage par rapport au nombre de passager par attraction il es nul. il y a des accident de voiture tou les jour et sa tou lmonde sen fou. ya des train qui deraille ou qui se percute "sité dan un des article", des avion , etc... la on parle d’un parc donc sa i es c grae. pour passer le plus claire de mon temp labas et etre un fan de mecanisme et mecanique je peu dire ke le pârc es hyper entretenu. apres si vous n’etes pas conten d’y aller , n’y aller pas et arreter de ternir quelque chose de bien juste pour vous amuser

    Répondre à ce message

    • Ce qui ne nous amuse pas du tout, c’est qu’on fasse prendre des risques à des enfants pour améliorer la rentabilité de Disney Company !!!

      Répondre à ce message

    • Ton fanatisme du "monde merveilleux" tu peux te le garder. Pour y travailler, j’affirme que les accidents à répétition depuis 3/4 ans sont la preuve d’une dégradation rapide des conditions de travail et des moyens nécessaire à l’entretien des machines & équipements.
      Les touristes peuvent avoir l’impression d’être en sécurité mais la réalité, ce sont des attractions vieillissantes pour lesquelles les investissements lourds ne sont pas réalisés, juste des retouches superficielles de peinture ou de staff, comme Space Mountain 2 .
      Ou des attractions récentes comme Crush, qui ne sont pas prévues pour tourner H12 365jours /an sur un parc fixe comme Disney, mais conçues pour des fêtes foraines—> résultats : beaucoup de casse, des accidents, un travailleur de 20 ans qui doit sa vie à son collègue, car il a eu la main coupée par 1 courroie de moteur, pendant qu’il intervenait la nuit.
      L’accident très récent sur Pirates des Carraibes est typique de la responsabilité du parc Eurodisney : les bateaux sont équipés de pare choc en mousse rigide pour essayer d’amortir les chocs entre les bateaux. Donc le parc sait que cette attraction est dangereuse pour les visiteurs car ils répètent en boucle à la fin du circuit de rester assis. Pourquoi ne pas installer de lap bar, comme sur le train de la mine ? Par économie !
      Un travailleur du nettoyage en est mort ! il est tombé du bateau alors qu’il nettoyait un bateau . Un autre bateau lui est passé dessus alors qu’il était sous l’eau, et puis 1 autre et il s’est noyé. Là c’est carrément le fait d’intervenir à plusieurs corps de métiers en même temps sur ces machines de mort, qui est la cause d’un drame !
      Quand nous avons la tête sous un train, la main sur 1 rail, personne ne doit pouvoir démarrer l’attraction !
      Des procédures existent mais les responsables s’assoient dessus !
      Ils mettent la pression aux employés et en plus ils veulent que tout le monde touche à tout, répare tout, contrôle tout !
      L’école des fans, c’est pour le buisness, les salariés, eux, ne font plus monter leurs propres enfants.

      Répondre à ce message

    • "il y a des accident de voiture tou les jour et sa tou lmonde sen fou" dis tu ...pas vraiment car c’est la justification officielle de la mise en place des radars, et du renforcement des CONTROLES de police pour faire casquer la famille qui dépassent de 10 KM/H la limitation ou le travailleur en retard au boulot qui appuient un peu sur la pédale.
      Et bien sur le lieu public qui accueille le plus de touriste par an en Europe, les attractions ne sont pas surveillées par des agents habilités de l’Etat, même si la loi de 2008 impose un ctrle technique 1 fois par an. L’Etat fait confiance les yeux fermés à Disney pour vérifier et entretenir son matériel...
      Le fait de respecter un manuel de maintenance du constructeur ne suffit absolument pas à garantir la sécurité. Nombres de pièces ou de structures critiques sont dérogées pour des non conformités ou anomalies majeures mais contrairement à des secteurs de l’industrie, les dérogations ne sont pas visées par les autorités officielles déléguées par un ministère des transports par exemple.

      Répondre à ce message

  • Accident à Disneyland Paris : le père de l’enfant blessé porte plainte

    Après l’accident de son fils, tombé d’une attraction du Parc Disneyland le 31 octobre dernier, le père a déposé plainte pour "blessures involontaires" contre la direction.

    La presse rapporte que la faute incombe au père qui n’aurait pas surveiller son fils..donc cela veut dire que tous les pères du monde n’ont pas le droit d’avoir 1 moment d’inattention dans une attraction ou il fait noir, ou la musique est très forte, ou des effets de lumières et spéciaux sont partout, ou les photos sont AUTORISEES.
    Les parents ou adultes accompagnant des groupes d’enfants n’ont pas le droit à l’erreur ou à un malaise qui ferait que les enfants soient laissés sans surveillance.
    Donc on peut dire que Disney appelle une attraction de rève, une machine dangereuse de la même façon que visiter la tour Eiffel est dangereux si on a peur du vide et si on a des enfants qui adore grimper seul sur les rembardes !
    Donc on peut dire que Disney ne prévient absolument pas de manière suffisante sur les risques encourus par les touristes dans des attractions considérées comme non dangereuses pour les cardiaques, les femmes enceintes etc.. ;
    Car pour ces dernières seul un panneau de 10cm sur 5cm les prévient...
    Et puis il y a le personnel qui est débordé, qui répète à la chaine des consignes en français, parfois en anglais quand ils ont le temps...alors qu’Eurodisney accueille des centaines de nationalités différentes de touristes.

    Répondre à ce message

    • Alors là je ne suis pas du tout d’accord avec ce que tu dis...
      Tout d’abord, le père de ce gamin est responsable de la chute ! Il est écrit partout dans les bateaux qu’il faut rester assis et pas mettre pied et bras en dehors du bateau... Et enfin la tete de mort le dit en français ET en anglais de rester assis jusqu’à la fin... Tu emmènes ton gamin de 5 ans (déjà je trouve ça vraiment trop petit enfin bon on peut pas empêcher ça hein !!) tu le surveilles tout le tps ! Imagine dans l rue ton gamin de 5 ans, tu lui prends la main pour pas qu’il court sur la route !! Sinon il s’ne fout il le fait ! Et si il saute devant une voiture ?? C la faute du conducteur ou du père ??????? Bah le conducteur n’a pas le tps de réagir le père est donc responsable !! A diney c pareil !
      A cet âge là on sait pas lire, donc si le père ne le précise pas il ne peut pas le deviner...
      Quant à la prévention femme enceinte, cardiaque ect... non seulement il y a des panneaux immenses tout le long de la file d’attente en anglais et en français, mais en plus, une voix le répète sans arrêt qu’il faut être en bonne santé, coeur, cou, dos... d’éviter l’attraction pour les femmes enceintes ect... Maintenant chacun est responsable de ses faits et gestes, c trop facile de dire que c la faute de mickey !! C’est une réaction typiquement française !! Jamais contents, et toujours la faute de qq’un....

      Répondre à ce message

      • C’est pas une question de réaction typiquement française ou pas. C’est une question de normes de sécurité, de vérifications des installations, de surveillance des consignes, de matériel et à l’inverse de profit à tout prix, de passe-droit dans les consignes parce que l’Etat fait une fleur à Disney...

        Répondre à ce message

      • Evidemment que les parents tiennent a leur enfant et c est d ailleurs le pere qui a sauve la vie du sien dans 1 attraction qui a deja tue 1 travailleur par choc et noyade, c est a dire de la meme maniere que pour le garcon.

        Répondre à ce message

      • « Imagine dans l rue ton gamin de 5 ans, tu lui prends la main pour pas qu’il court sur la route !! Sinon il s’ne fout il le fait ! Et si il saute devant une voiture ?? C la faute du conducteur ou du père ??????? Bah le conducteur n’a pas le tps de réagir le père est donc responsable !! A diney c pareil ! »

        Oui, la faute, légalement est imputable au conducteur dès lors que le MINEUR a moins de 15ans et 3 mois. C’est ce que dit la loi.

        Cela pour les automobilistes, mais pas pour les assassins qui économisent sur la sécurité et te font quand même payer l’entrée dans un parc dit d’attractions. En fait un parc de mort programmée !

        Répondre à ce message

  • Nouvel accident à Disneyland Paris : la Tour de la Terreur prend feu

    Un incendie s’est déclaré ce samedi matin à Disneyland Paris, dans le local technique de la Tour de la Terreur. Aucune victime n’est à déplorer mais l’attraction a tout de même été arrêtée en attendant que des contrôles établissent la cause du sinistre, selon les informations de BFMTV. C’est une déconvenue de plus pour le parc, mis en cause il y a à peine une semaine lors d’un autre accident.

    Iban, cinq ans, avait été gravement blessé en chutant du bateau de Pirates des Caraïbes. Le petit garçon s’était levé avant la fin de l’attraction, échappant à la vigilance de son père, et s’était retrouvé coincé entre l’embarcation et le quai. Une belle frayeur pour les parents qui ont décidé de porter plainte contre Disneyland Paris pour défaut de sécurité. Heureusement, le pronostic vital de l’enfant, victime d’une compression thoracique, n’est plus engagé à l’heure actuelle.

    Un bison fugueur

    Le parc avait également fait parler de lui en octobre dernier lorsqu’un bison s’était échappé d’un spectacle, causant la panique dans le public.

    Répondre à ce message

  • "Le montant important des dépenses consacrées au développement des parcs d’attraction a également rendu les investisseurs nerveux sur la capacité du groupe à rentabiliser ses investissements. La phase d’investissement dans les parcs américains touche certes à sa fin mais Disney continue de travailler sur le développement de son parc de Hong Kong et sur la construction d’un nouveau parc à thèmes à Shangaï. Si cette stratégie pèse sur les comptes actuellement, elle pourrait avoir des retombées positives dans un proche avenir."

    Extrait de l’article du journal économique Les Echos du 04/11/2013 : "WALT DISNEY : Chez Disney, les inquiétudes ne doivent pas masquer le potentiel" ...financier.

    "Mais Disney a récemment donné certains gages aux investisseurs en annonçant en septembre que le groupe rachéterait entre 6 et 8 milliards de ses propres actions sur l’exercice fiscal 2014, contre 4 milliards de dollars en 2013. Disney devrait être en mesure de financer ces rachats avec la croissance robuste de ses flux de trésorerie alors que ses investissements ralentissent"

    Répondre à ce message

  • Disneyland. Pour ne prendre qu’un autre exemple, l’accident d’un enfant de cinq ans qui faillit être mortel, et qui se déroula à Disneyland Paris le 30 octobre, n’entraina que relativement peu de retombées médiatiques. Il est impossible de déterminer la part de l’événement en soi (un accident non mortel) de la part de responsabilité (l’enfant se serait levé trop tôt) ou de l’actualité du jour (le retour des otages) ou de la bonne gestion de crise.

    Répondre à ce message

  • Où sont vos sources ? 27 janvier 2014 09:24, par Cali

    L’accident qui a fait 5 blessés s’est passé dans le train de la mine, le témoignage du monsieur qui a sauté du train parle en réalité du Crush and coaster !
    Votre article n’est pas cohérent, prête à confusion et manque de sources !

    Répondre à ce message

    • Où sont vos sources ? 28 janvier 2014 08:27, par Robert Paris

      Vous avez raison. Merci de la précision. En lisant les récits de tous les accidents bout à bout, on finit par confondre les uns et les autres. Mais le but de l’article n’est pas le récit d’un des accidents mais celui de la zone d’ombre que la firme Disney veut mettre sur l’ensemble de ces accidents.

      Répondre à ce message

  • Ouais un article très vague qui concerne TOUS LES PARCS Disney et non uniquement Disneyland Paris.

    Concernant Le train de la mine à disneyland paris, il n’y a eu aucun accident mortel contrairement à se que ton article peut faire croire. Tourner les informations dans ton sens pour donner raison à ton point de vue c’est pas super top :)

    Et oui Disneyland paris est un parc sûr.
    oui il y a des règles strictes en matière de contrôles etc...

    On évite de parler de se qu’on ne sait pas.

    Répondre à ce message

    • Effectivement, à Disney, il y aura toujours beaucoup de choses qu’on ne saura pas car la direction ne pratique pas la transparence...

      Répondre à ce message

    • « Et oui Disneyland paris est un parc sûr. » => il s’agit d’un propos d’actionnaire du parc, donc c’est un mensonge car un propos très partial !

      « oui il y a des règles strictes en matière de contrôles » mais les règles sont toujours interprétées strictement pour les particulier et les prolétaires, mais toujours avec une extrême souplesse pour les capitalistes
      « etc... » quand on veut manquer de précision on utilise toujours ce petit mot passe partout.

      « On évite de parler de se qu’on ne sait pas. » Il s’agit toujours du mot des ignorants qui parlent de ce qu’ils croient savoir et demandent ce qu’ils sont incapables d’appliquer.

      Et pourtant, la science, précisément, ne fait que parler de ce qu’elle ne sait pas, puisqu’elle s’interroge sur tout... et remet en question en permanence ses raisonnement pour mieux les adapter au réel !!!!

      En clair : cela signifie qu’il faut accepter de se faire entrainer à la mort sans jamais demander des comptes aux responsables et en responsabilisant les victimes. Et dans un génocide, votre principe de raisonnement permettrait de dire que les morts sont morts parce qu’ils étaient responsables de leur propre mort !!!! Quelle belle logique de raisonnement !!!!

      Répondre à ce message

    • « il n’y a eu aucun accident mortel »=> vous répondez donc à un article soi-disant vague par un propos encore plus vague !

      Qui dit qu’il n’y a eu aucun accident mortel, sinon vous ?
      Et les pièces défectueuses sur toutes les attractions qui ne sont plus changées ou réparées comme à l’ouverture du parc ? vous en faites quoi ?

      Répondre à ce message

      • Il y a eu un accident mortel à Disneyland Paris en 2010, un ouvrier de la maintenance coincé sous une embarcation. C’est le seul en 250 millions de visites.

        A titre de comparaison le parc St Paul en compte le triple (du bon parc bien français ça).

        Les pièces défectueuses des attractions ? Qui dit qu’il y a des pièces d’attraction défectueuses, sinon vous ?

        En tout cas cet article est mal informé, effectivement. Avec l’outil qu’est internet, un néophyte des parcs d’attractions en sait visiblement plus que l’auteur en à peine 5 minutes. Déplorable et honteux.

        Répondre à ce message

        • Non il y a eu d’autres accidents mortels mais à l’époque de l’ouverture du parc Eurodisney, la police française n’avait pas le droit de pénétrer dans l’enceinte du parc.
          Il y a eu 1 accident mortel d’un sous traitant dont la tête à été écrasée par le choc d’un roller coaster.
          Ces infos sont celles de salariés qui ont vécus ces conditions de travail digne d’un bagne, ou tous les anciens salariés sont aujourd hui cassés, handicapés et démoralisés.
          Pour ne meme pas respecter la mort d’un homme , en la rabaissant à des statiques, cela juge la qualité de vos arguments.
          Je n’ai jamais entendu un seul travailleur du site relativiser la noyade de ce travailleur, ni un chef.
          Par contre Disney a tout fait pour étouffer l’enquête et la mort même de ce collègue.

          Répondre à ce message

          • Et vous travailliez donc sur place lors de l’inauguration du parc (enfin j’en conclus puisque vous savez tout ce qu’il s’est passé et que les médias et la vilaine méchante direction nous cache). Désolé que votre expérience se soit si mal passée, réellement, mais je n’en crois pas un mot.
            Déjà parce que vous défendez le point de vue d’un blog adepte de la théorie du complot, et ça c’est déjà partir avec un sacré handicap. Ensuite parce que vous vous méprenez, très cher. Tous les anciens salariés qui ont travaillés à cette période ne doivent pas être si cassés que ça puisque 40% d’entre eux sont maintenant cadres au sein de la société. Renseignez-vous sur vos anciens collègues, que diable. Ensuite je ne rabaisse pas la mort d’un homme à des "statiques", déjà parce que ça ne veut rien dire, ensuite parce qu’un mort sur 250 millions ça ferait un chiffre assez compliqué à évaluer en pourcentage.

            Répondre à ce message

            • Les medias disent des choses parfois car la réalité sautent aux yeux, a part pour ceux qui ont de bonnes de les fermer...

              Disney épinglé par la médecine du travail

              Chez Eurodisney ,un salarié sur trois n’est pas totalement apte au travail. Le médecin du travail d’Eurodisney s’alarme et les syndicats redoutent des licenciements.

              leparisien.fr

              Dans les parcs Disney, les enfants s’émerveillent mais, en coulisses, les employés trinquent. Dans son rapport annuel d’activité présenté au comité d’entreprise d’Eurodisney SCA, le docteur Farshad Majidi, responsable du service médical de Disneyland Paris, dresse un tableau accablant de la dégradation de la santé d’une partie importante des salariés de l’entreprise. En 2008, un tiers des quelque 13 000 salariés des deux parcs, des hôtels et du Disney Village ont fait l’objet de réserves ou de restrictions concernant leur aptitude au travail. 132 d’entre eux ont été déclarés inaptes à leur poste

              Répondre à ce message

            • LE Diable je ne sais pas, mais des chefs avec le dos casse , il y en a des wagonnets. Cadre n est pas 1 garantie au contraire cela peut souvent être la destination finale des employés dont la boite a presse a fond le citron.

              Répondre à ce message

            • Au fait "à l’époque" comme vous dites , il y avait 13000 salariés : hors 40% de 13000 cela fait 5200. Et là ce sont pas du tout les chiffes de la direction qui annonce dans ses bilans sociaux : 1500 cadres (même si on tient des retraités, il ne faut pas oublier que la moyenne d’age est d’environ 30ans). Donc en tout cas, même si pour certains anciens employés la promo a marché (au bout de 10 ans en moyenne pour passer au coef 260, et souvent après des grèves), c’est loin d’être la règle et cela ne veut pas dire que devenir cadre ou assimilé cadre est synonyme de bon salaire et bonnes conditions de travail.

              Répondre à ce message

          • Non mais là c’est du grand n’importe quoi. Vous écrivez des choses sorties d’un chapeau et vous étalez cela comme une vérité. Et quand quelqu’un ose contrer le débat, c’est que c’est fanboy Disney. C’est vraiment pitoyable d’en arriver à écrire de telles bêtises.
            C’est facile de dire que Disney cache des choses, interdit la police de rentrer. Rien que cela est complètement faux. Mais pas de problème, vous sortez cela sans aucunes preuves de ce que vous avancez.
            Bref, ce sujet, et peut-être le reste du site, est de la bouillie intellectuelle mélangeant tout et n’importe quoi sans aucunes sources fiables.
            Pour me mettre à votre niveau, je pourrai donc écrire que cet article est torché par un anti-Disney.

            Répondre à ce message

  • Je pense que demander plus de sécurité, plus normes et de meilleurs contrôles est justifiable. En revanche je suis contre l’utilisation de faits divers pour essayer de les justifier alors qu’on peut honnêtement constater que la plupart des accidents n’auraient pas pu être évités même si la maintenance avait été meilleure. L’enfant de 5ans qui tombe à l’eau c’est pas a cause d’un problème technique, le jeune qui sort de la nacelle c’est étrange car à chaque fois que j’y suis allé ce sont toujours les gens du parc qui tirent sur la barre pour vérifier qu’elle est bloquée. Si elle s’est débloquée pendant le début de parcours ça veut dire que quelque chose a cassé à ce moment et personne ne peut prévoir une casse même une bonne maintenance.. Attention je suis pas en train de défendre Disney, je pense qu’on peut reprocher beaucoup de chose au niveau des investissements dans l’entretien ou de la traite des salariés, mais faut pas non plus faire croire que les machines parfaites existent (surtout quand il y a le facteur humain qui entre en jeu à plusieurs niveaux). Il y a des accidents dans tous les parcs d’attraction. Et plus les attractions sont utilisées à un rythme élevé, plus le taux de panne peut se manifester.. Ça parait logique.

    Répondre à ce message

    • Vous écrivez : « je pense qu’on peut reprocher beaucoup de chose au niveau des investissements dans l’entretien ou de la traite des salariés, mais faut pas non plus faire croire que les machines parfaites existent (surtout quand il y a le facteur humain qui entre en jeu à plusieurs niveaux). »

      Rien n’est parfait dans le monde du profit et lorsqu’il s’agit de la pleus grande entreprise de toute la région parisienne, ce qui est moins parfait qu’ailleurs c’est le contrôle de l’Etat. Une petite attraction de village est plus contrôlée par l’Etat que Disneyland de Marne la vallée !

      Répondre à ce message

      • Je vous donne un exemple cité dans la presse :

        Le Comité Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT) d’Euro Disney a voté mercredi pour un recours à une expertise indépendante après un accident sur une attraction qui avait fait un blessé grave en avril, a-t-on appris de source syndicale.

        Le CHSCT "a voté mercredi pour le recours à une expertise menée par un cabinet d’expertise indépendant" pour analyser les "risques graves qu’il peut y avoir sur l’ensemble des attractions", a expliqué le syndicat FO à l’AFP.

        Cette expertise se penchera sur "la réorganisation de la maintenance et ses conséquences", sur "les conditions de travail des employés (stress, manque d’effectifs ou pas)", ainsi que sur "l’état du matériel sur l’ensemble du parc", a-t-on précisé de même source.

        Selon un communiqué du syndicat, des salariés ont notamment "fait état aux élus du CHSCT de la survenance de problèmes inédits et nouveaux en termes de maintenance et de sécurité affectant l’exercice de leurs activités et leurs conditions sur le parc".

        Ils ont également évoqué "une perte de maîtrise technique, de savoir-faire liés à l’introduction de la polyvalence" ou encore "le fait pour les techniciens d’avoir à intervenir sur des équipements pour lesquels ils sont peu ou pas formés".

        Le 25 avril, un morceau de fibre de verre et de bois est tombé sur la voie avant le passage du train et a ensuite volé avant de percuter un wagon, blessant à la tête un Français de 38 ans qui souffre d’un traumatisme crânien. Quatre autres personnes, d’origine étrangère, ont été blessées légèrement.

        Le parquet à Meaux a ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires ayant entraîné une Incapacité totale de Travail (ITT) inférieure ou égale à trois mois" et "blessure involontaire ayant entraîné une ITT supérieure à trois mois à l’encontre de la personne morale d’Euro Disney associé S.C.A.".

        Répondre à ce message

  • Grève annoncée chez Mickey

    Eurodisney (Seine-et-Marne) pourrait tourner au ralenti à partir d’aujourd’hui, après l’appel à la grève d’une intersyndicale pour tous les salariés de la maintenance du parc. Les employés réclament une revalorisation des salaires de 200 euros mensuels, des primes de nuit et du travail dominical. Une réunion avait lieu hier après-midi, mais la direction et les syndicats n’ont pas réussi à trouver de terrain d’entente. Gilles Brossard, délégué CFDT, estime que la direction attend « de voir le rapport de force avant de négocier ». La grève est reconductible de 24h00. Elle durera 1semaine avec plusieurs centaines de salariés de tous les secteurs. 1000 employés manifestent dans le parcs avec le soutien des visiteurs, qui apprécient les opérations ’parcs gratuits’ et parades des grévistes. La plupart des grévistes obtiendront des augmentations comprises entre 100 et 200 euros nets mensuels, au bout de 3 mois , alors qu aucun protocole de fin de grève n était signe. La grève a été marquée par 1 solidarité et 1 volonté commune des grévistes de dénoncer des conditions de travail insupportable. La force des grévistes étaient aussi leurs volonté de souder tous les salariés des parcs alors que l’intersyndicale voulait enfermer le mouvement dans le corporatisme. La critique des bureaucraties syndicales a été très présentes mais ce sont elles qui se sont présentées comme les porte-paroles de la grève.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Mon mari a été victime d’un accident le 21 juillet 2014 dans l’attraction Ratatouille qui était ouverte depuis le 10 juillet.
    Il est tombé dans le vide après avoir franchi le portillon automatique dont l’ouverture est déclenchée par un employé et s’est fracturé l’épaule. il a été transporté aux urgences par le pompiers.Il est toujours en arrêt de travail depuis. L’employé qui devait être à côté de ce portillon était resté derrière.
    Disney rejette la responsabilité sur mon mari en disant qu’il a franchi une barrière de sécurité et qu’il n’a pas respecté les consignes de sécurité que l’employé qui était soi disant à son poste lui aurait données.
    On nous conseille de déposer une plainte et de porter l’affaire devant les tribunaux.

    Répondre à ce message

  • Une attaque en règle des salariés qui se profile ?

    Un comité d’entreprise extraordinaire d’Euro Disney doit se réunir ce matin à 7h00 pour évoquer la situation financière de l’entreprise, a appris l’AFP. La convocation est parvenue à ses membres vendredi, ce qui tend à prouver qu’il y a une certaine urgence à faire circuler l’information. Le choix de l’horaire serait lié au respect de la recommandation selon laquelle les informations financières doivent être communiquées en-dehors des plages de cotations boursières, la Bourse de Paris démarrant à 9h00. Si les discussions débordaient, la direction garde toutefois la faculté de faire suspendre la cotation.

    Le parc européen, malgré son statut de numéro un du secteur dans la région, n’a jamais trouvé son modèle économique. La filiale vit au crochet de sa maison-mère The Walt Disney Company. Les pertes s’accumulent puisqu’il faut remonter à l’exercice clos en septembre 2001 pour retrouver trace d’un exercice bénéficiaire. Pour ne rien arranger, le cash-flow libre est en territoire négatif depuis deux ans. La crise financière puis la crise de la dette en Europe ont pesé sur la fréquentation du par cet sur le ticket moyen par client.

    La société a changé de président dernièrement, avec l’arrivée aux commandes de Tom Wolber à la place de Philippe Gas, appelé à développer la filiale chinoise. En août, Euro Disney avait publié des chiffres médiocres pour le troisième trimestre de son exercice 2013/2014, couvrant la période printanière, à cause d’un contexte économique difficile.

    Répondre à ce message

  • Disneyland Paris, machine à rêve et cauchemar financier
    Le groupe américain Disney a annoncé, lundi 6 octobre, son intention de recapitaliser massivement Euro Disney, sa filiale qui exploite le parc à thème de Marne-la-Vallée, près de Paris. Une opération complexe, de plus de 1 milliard d’euros, qui passera par le lancement d’une offre publique d’achat (OPA) américaine sur Euro Disney.

    Disney veut éviter un dépôt de bilan de sa filiale française

    « Compte tenu du nom de notre actionnaire de référence, l’hypothèse d’un dépôt de bilan n’a jamais été envisagée », glisse-t-on à Marne-la-Vallée. Seule solution pour Mickey : sortir le carnet de chèques.
    Source lemonde.fr

    Répondre à ce message

  • Arrêtez vos connerie 10 octobre 2014 18:24

    Arrêtez un peu vos conneries sérieusement. Ce parc est plus que sécurisé, controlé ect... Des accidents sont inévitables , le 0 risque ça n’existe pas. Il faut que vous sortiez un peu de chez vous et que vous alliez voir un peu comment c’est en dehors de la France. Je suis un adepte de disney et autre parc à thème, je ne pourrait même pas vous dire combien de fois j’y suis allez. J’ai énormément voyagé, j’ai fait des parcs et autres attractions touristiques au 4 coins du monde et je peux vous affirmer qu’en France nous ne sommes peut être pas les meilleurs, mais certainement pas les pires. Dans des pays on monte sur le toit des trains, à 5 sur un scooter, à 30 dans une barque, on roule sans ceinture, sans vitre , sans porte... Et j’en passe !!! Quand on vous dit de rester assis, vous restez assis c’est tout, c’est pas compliqué à comprendre non ??? Un gamin qui se plante son compas dans l’oeil vous allez dire que c’est la faute du fabricant ???? Ah ba oui, il n’est pas mentionné sur la boite "ne pas se planter le compas dans l’oeil"... Des éléments qui se déteriorent , qui cassent... Ça arrive, on ne peut pas tout controler à 100% et parfois malheureusement ça cause des accidents. Il faut arrêtez de chercher des fautifs tout le temps, parfois c’est la faute à pas de chance. Un manutentionnaire dans une usine peu se tuer ou se blesser de 36 façons différentes s’il n’est pas vigilent, et bah c’est pareil chez disney.

    Répondre à ce message

    • Disneyland Paris a une nouvelle fois perdu dans un procès qui l’oppose aux élus du Val d’Europe en ce qui concerne la vente de l’esplanade située en dehors des parcs et devant les gares RER et TGV.
      La cour administrative d’appel de Paris a rappelé que cet espace est bien un espace public...
      Pourtant, un filtrage des piétons, qui s’impose à tous, y compris aux riverains allant travailler chaque matin, est réalisé par des agents privés du parc sur cet espace public et sans autorisation préfectorale.
      La vente finira par être annulée et les grilles édifiée sur l’espace public devront être détruites...

      Répondre à ce message

    • Arrêtez vos connerie 1er novembre 2014 22:48, par Max

      La réalité c’est que Disney vend du rêve en prétendant que la sécurité est assurée, alors qu’elle ne l’est pas !
      Car ce qui vous arrangerait apparemment c’est de nous faire croire que les gens qui ont des accidents à Disney doivent avaler leur salive et les autres venir avec des trèflles à 4 feuilles pour espérer éviter le pire.
      Toutes les entreprises de transport privilégient la sécurité collective des passagers : donc par exemple dans les autocars , il y a des ceintures de sécurité alors qu’avant ce n’était pas le cas. Pourquoi car le chauffeur ne peut pas dire s’il y a un coup de frein , "attention veuillez rester assis" et cela en chinois, espagnol ,ou russe.
      Bref, si vous connaissez si bien les parcs , vous devez savoir que presque toutes les attractions sont équipées de lap bar ou de harnais qui empêchent les personnes de se lever. Et bien sur celle ou il y a eu au l’accident de l’enfant, il n’y a aucun système de retenue collective !

      Maintenant, pour reprendre vos exemples, est ce que vous accepter de monter dans 1 taxi ? oui . Il est censé avoir passé un ctrle technique ? oui. d’ailleurs il est aussi censé avoir un agrément , 1 autorisation de la préfecture etc...
      Mais ce jour là, vous avez un accident et vous êtes blessés.
      Le taxi appartient à une compagnie de taxi qui a négligé de remplacer en temps voulu 1 durite de liquide de freinage.
      Mais tout ça vous ne le savez pas...si vous n’êtes pas mécano pour la compagnie et si vous n’êtes pas le patron de cette même compagnie qui réduit les couts depuis plusieurs années et le personnel.

      Ainsi "la connerie" c’est que si vous ne portez pas plainte et qu’il n’y a aucune enquête et bien des gentils soutiens de cette compagnie diront que c’est la faute à pas de chance.
      Comme vous.

      Et bien à Disney, comme à la SNCF, et partout dans les entreprises à risque, les conditions de travail se dégradent. Les économies sur la sécurité sont parfois catastrophique comme pour une centrale nucléaire, une usine chimique, les avions, les trains, les voitures, les hopitaux, l’agroalimentaire, la gestion de l’eau, le BTP , la maintenance des installations électriques, de gaz.

      Répondre à ce message

      • Vous avez dit sécurité ? 2 novembre 2014 09:49, par Cordi

        Est-il normal que l’esplanade de Chessy, espace public situé devant les transports en commun, soit contrôlée par les agents privés du parc d’attraction ?

        En attendant, les patrouilles de sécurité Vigipirate ne peuvent plus circuler sur cet espace public.

        Répondre à ce message

        • Dans son édition du 07/11/2014, le journal indique que la justice vient d’interdire les fouilles de sécurité entre les gares RER et TGV et les parcs à thème. Cet espace est en effet un lieu public.

          Le journal relate également que les clôtures érigées sur le domaine public constituent une entrave au plan Vigipirate, les patrouilles militaires ne pouvant plus circuler sur l’esplanade.

          Répondre à ce message

  • Une femme de 35 ans est morte écrasée par un bus samedi soir près de Disneyland Paris, après avoir été heurtée par un automobiliste qui a pris la fuite, a-t-on appris dimanche de sources concordantes. La victime, une salariée du parc d’attraction, venait de quitter son travail lorsque l’accident a eu lieu, peu avant 20h, sur la commune de Coupvray, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du parisien.fr.

    La jeune femme "se trouvait en compagnie d’une collègue" de 34 ans, qui avait elle aussi "fini son service", a précisé une source policière. "Elles ont été fauchées sur un passage pour piétons situé près d’un arrêt de bus", a ajouté cette source. Selon le témoignage de salariés de Disneyland Paris présents à proximité du lieu de l’accident, les jeunes femmes ont été renversées par une camionnette blanche, dont le conducteur a pris la fuite.

    L’une d’elles a été projetée sur le bas-côté de la route, tandis que la seconde s’est retrouvée allongée sur une voie réservée aux bus, sans doute inanimée. "Elle a été écrasée quelques secondes plus tard" par "un autobus qui ne l’avait pas vue", a dit la source policière. "La chaussée à cet endroit est mal éclairée", a indiqué la source policière. Prise en charge par les secours, la jeune femme n’a pu être réanimée et est décédée sur place. Sa collègue, qui souffre de "quelques contusions", a été hospitalisée, mais ses jours ne sont pas en danger.

    Répondre à ce message

  • Article bidon avec que des conneries

    Biensur ce commentaire n’apparaitra pas car vous savez tres bien que cette article est bidon.

    Vous etes que des desinformateurs.

    Je suis charlie

    Répondre à ce message

    • Informations ou désinformations ? il ne suffit pas de le crier, il faut citer des faits ou des contre vérités, les argumenter, ou les contredire.
      Sinon cela reste assez vide car oui ceux qui ont écrit l’article, attendent qu’on leur prouve qu’ils ont tord, de penser que les multinationales comme la Walt Disney Compagny et EuroDisney, sont prêtes à sacrifier la sécurité sur l’autel des profits.

      Répondre à ce message

  • Disneyland Paris : la grève des techniciens de la maintenance va-t-elle s’étendre ?

    Si les techniciens de la maintenance ont mis le feu aux poudres par leur mouvement de grève, il semblerait que le mécontentement devrait s’étendre à d’autres divisions.

    Les salariés de Disneyland Paris sont mécontents, et ils entendent bien le faire savoir.

    Ce ne sont pas les propositions d’augmentation annuelle de salaire pour les petits salariés qui vont les calmer.

    Nous en sommes aujourd’hui à 0,5% d’augmentation générale et 1,5% au mérite (autrement dit à la tête du client). C’est la proposition que la Direction a faite aux organisations syndicales le jeudi 12 mars 2015.

    Les organisations syndicales sont à ce jour hors sujet vis à vis du mouvements de grève qui se déroule. En effet, ce sont les salariés qui gèrent eux même le mouvement, autant dire que plus rien est sous contrôle, et que la Direction risque de se retrouver très vite face à un mouvement ingérable, et surtout sans réel interlocuteur.

    La Direction a joué avec le feu pendant des années, elle risque aujourd’hui de se brûler.

    Il appartient donc désormais aux salariés de Disneyland Paris d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre entreprise.

    Si les grèves à l’initiative des syndicats n’obtenaient pas le soutien massif des salariés ces dernières années, la grève des salariés sans les syndicats pourrait être bien plus mobilisatrice.

    Les revendications qui me sont parvenues et qui touchent tous les salariés se résument en 2 points très importants :

    1) 200 euros d’augmentation de salaire pour tous

    2) 50 euros de majoration par dimanches travaillés

    Je ne reprends pas les revendications sectorielles, car les salariés m’ont demandé avant tout de faire passer le message que la grève est menée pour l’ensemble des salariés de toutes les divisions de Disneyland Paris.

    J’espère m’être fait un écho fidèle de ce courageux mouvement qui ouvre peut-être une nouvelle forme de contestation au sein des entreprises en France.

    Amitiés à tous et à toutes

    Cyril LAZARO

    Répondre à ce message

  • Quelques dizaines de salariés, sur les 15 000 emplois du parc, ont débrayé vendredi, après une longue séance de négociations salariales la veille, et décidé de perturber certaines attractions, a déclaré Patrick Maldidier, responsable local du syndicat UNSA.

    Les salariés ont notamment bloqué quelques minutes l’entrée de Ratatouille, l’une des principales attractions du Parc, inaugurée en grande pompe l’an dernier. Prouesse technologique, cette attraction et ses à-côtés ont coûté quelque 200 millions d’euros.
    "Disney c’est magique, en coulisse c’est tragique"

    Depuis plusieurs jours, ce syndicat se fait l’écho d’un mécontentement des agents de maintenance de nuit. Ces salariés réclament notamment "une prime de 200 euros", a ajouté Patrick Maldidier. Des photos transmises par le syndicat permettent de voir une soixantaine de personnes rassemblées, à l’intérieur du parc, derrière des pancartes "200 euros pour tous" et "Disney c’est magique, en coulisse c’est tragique".

    Interrogée, la direction du parc confirme que "quelques employés ont fait un débrayage ponctuel et limité" vendredi. "Tout a été mis en œuvre pour limiter les perturbations pour nos visiteurs" et Disneyland Paris "reste ouvert comme d’habitude", précise-t-elle cependant.

    Source lci.tf1.fr

    Répondre à ce message

  • Disneyland Paris : grève de 90 techniciens de nuit le 25/02/2015

    Un tiers des techniciens du parc d’attractions a engagé cette nuit un mouvement de grève qui s’est arrêté ce matin. Les salariés réclament une augmentation de leur prime de nuit à la veille des négociations annuelles avec leur direction.

    Ce mouvement de protestation spontané engage les négociations autour de la prime de nuit accordée aux travailleurs nocturnes. Les employés réclament une majoration de leur prime, aujourd’hui fixée à 5 euros bruts de l’heure. Les négociations annuelles obligatoires (NAO) avec la direction auront lieu ce jeudi.

    Source http://france3-regions.francetvinfo.fr

    Répondre à ce message

  • [Flash News] Grève à Disneyland Paris le 13 Mars 2015

    Message par Darthjohnle Jeu 12 Mar - 21:49
    Après plusieurs jours de tensions progressives vis à vis des négociations salariales à Disneyland® Paris, une nouvelle étape sera franchie demain puisque nous venons d’être informés qu’un appel à la grève générale a été lancé.

    Celle-ci devrait commencer dès 7h30 demain matin dans les coulisses du site.
    La grogne aurait débuté suite à l’annonce de 0% d’augmentation générale des salaires et 0.5% d’augmentation potentielle individuelle.

    Répondre à ce message

  • Eh oui, Ratatouille s’est mis en grève et il peut bien entraîner dans le mouvement tous les Mickey, Donald et autre Peter Pan, en somme tous les salariés ! De la maintenance à la grève générale pour 200€ pour tous !

    Répondre à ce message

  • Pour diminuer l’impact médiatique, la direction de Disney dément que l’attraction Ratatouille ait été perturbée. Les grévistes se sont toutefois fait prendre en photo devant avec un panneau frappé de ce slogan : « Disney, c’est magique ! Les coulisses, c’est tragique !

    Répondre à ce message

  • La direction d’EuroDisney, la société exploitante du complexe de loisirs, indique « ne pas avoir eu confirmation d’un quelconque préavis de grève ».

    Mais elle sait parfaitement qu’elle a déjà eu de multiples préavis de colère et tant mieux si ça lui explose à la gueule sans prévenir !!!

    Répondre à ce message

  • Plusieurs attractions de Disneyland® Paris​, dont Ratatouille, l’un des principaux manèges du parc, ont été perturbées aujourd’hui par un mouvement social d’agents de maintenance.
    Les salariés réclament une prime de 200 euros.

    "Quelques dizaines de salariés, sur les 15 000 emplois du parc, ont débrayé vendredi, après une longue séance de négociations salariales la veille, et décidé de perturber certaines attractions" a déclaré Patrick Maldidier, responsable local du syndicat UNSA.

    En effet depuis plusieurs jours, ce syndicat se fait l’écho d’un mécontentement des agents de maintenance de nuit. Ces salariés réclament notamment "une prime de 200 euros", a ajouté Patrick Maldidier. Des photos transmises par le syndicat permettent de voir une soixantaine de personnes rassemblées, à l’intérieur du parc, derrière des pancartes "200 euros pour tous" et "Disney c’est magique, en coulisse c’est tragique".

    Interrogée par TF1, la direction du parc confirme que "quelques employés ont fait un débrayage ponctuel et limité" vendredi. "Tout a été mis en œuvre pour limiter les perturbations pour nos visiteurs" et Disneyland Paris "reste ouvert comme d’habitude", précise-t-elle cependant.

    Une nouvelle étape sera franchie demain car un appel à la grève générale a été lancé. Celle-ci devrait commencer dès 7h30 demain matin dans les coulisses du site.

    Répondre à ce message

  • En attendant, ils nous vendent du rêve eux..résumons, disney c’est mal, ils n’y a eu que des morts tout le monde est malheureux et les enfants doivent arrêter de jouer paske c’est mal la société nous abrutie...N’y a t’il pas eu de suicide dans de nombreuses autres entreprises ?.... mmmm si ils me semble donc déjà ont peut éliminer ce fait. Ensuite, pour tout ce qiu est crise cardiaque allez y, demander a disney de tester chaque millions de personnes avant les atractions pour savoir si ils sont apte... Mais attendez ?ILs me semble qu’a chaque debut d’attraction a sensation forte il y a un panneaux qui interdit les personnes enceinte et propices aux problèmes cardiaque ! Donc sa c’est fait, éliminons le de la site satanique de disney ! Troisièmement, les enfants... Sujet tabou en effet pour ceux qui ont des enfants ! Un enfant n’a pas conscience du danger donc en effet, disney devrait mettre en place des moyens afin d’éviter les morts du aux actes irééfléchit des enfants, mais même si c’est malheureux a dire, comment prévenir d’un accident qui n’a pas eu lieu ? C’est grace a marry curry et a ça mort que l’on a pu savoir la dangerosité du nuclaire... De même pour une attraction, c’est lorsque l’accident arrive que l’ont sait qu’il y a dangeurosité.De plus, notre envirronnement est dangereux les accidents arrivent partout alors que nous conseillez vous ? Mon frêre courez a lécole et c’est retrouvé en tombant avec un baton planté dans la poitrine, c’est un accident bête paske il courait... donc nous ne pouvons plus courir ? Le baton est responsable ? Ok disney se doit de respecter des régles de sécurité mais comment empecher l’imprevisible ? Impossible, ont ne peut l’empecher,mais ont peut éviter qu’il se reproduise voila tout, et c’est ce qu’ils ont fait. Ne prenez plusd’avions, même si c’est pratique, il y a eu des morts, de même pour le bateau et la voiture et le tram, car aprés tout ont vend tout ça surtout pour de l’agent car premieres classes, voiture équipé de toit ouvrant... tout ça c’est pour de l’argent et il y a eu des morts aussi (malrgés le faut que les normes soit respectés d’ailleur,il y a toujours des morts ! ;) ) Ah mais minces... Ont pourras plus se déplacer ! ^^ donc vous voyez ? tout ça c’est de l’acharnement ! Oui il y a des zones sombres mais si vous partez comme ça, dans qu’elle monde triste vous vivez.... la mort et les accidents sont le fruit du hasard et impossible a prévoir et je pense tout de même que tout est relativement bien entretenu sinon il y aurait plus d’accident et ce serai la fermeture et je pense pas que c’est envisagable. Oui disneyland est un monde merveilleux ! Car même si leur but est l’argent, au moins ils nous vendent du rêve eux, de la joie et de l’amour. Maintenant je me met trés bien a la place des familles qui ont subit des pertes, détester disney est normale car il faut bien trouver un coupable, tout comme détester malaisia air line. Mais ne détruisez pas la joie des autres !

    Répondre à ce message

    • Les grandes multinationales ont une réponse systèmatique aux drames des accidents dont ils sont responsables pénalement : elles proposent comme la walt disney compagny de payer aux familles une somme en contrepartie de quoi , les familles s’engagent à ne pas poursuivre la multinationale en justice.
      Elle considère la mauvaise publicité comme largement pire que le fait d’avoir à payer régulièrement pour tenter de faire le silence sur les causes et le nombre réel d’accident....car il ne faut ni compter sur la presse ni sur les autorités pour communiquer ce genre de chiffre.
      Si l’Etat communique allègrement sur le nombre d’accident de la route, c’est pour justifier l’installation des radars .
      Donc quand on dit qu’il y a très peu d’accident à Eurodisney , c’est tout à fait invérifiable, mais faux vu le nombre d’intervention de pompiers (par jour) qui ont une caserne à l’intérieur du parc.
      Les pompiers sont présents 24/24 et sont specialisés dans les interventions à haut risque : comme dans les loopings des rollers coasters.
      Tous les jours ce type d’attraction est en ’101’ , c’est à dire en arrêt d’urgence pendant son fonctionnement avec des guests, qui auront peut être la tête en bas pendant de longues minutes.
      Les pompiers ont aussi des bateaux d’intervention car les River Boats sont en bois et à Eurodisney , ils ont déjà brulés avec plus de 200 personnes (dont des enfants qui ne savent pas nager) à bord !
      Maintenant quand vous dites "mais ont peut éviter qu’il se reproduise voila tout, et c’est ce qu’ils ont fait", non la plupart du temps , rien n’est fait de sérieux , car les causes des accidents ont à voir avec des économies sur la maintenance et le personnel. Fermer les parcs est une possibilité pour la direction de la compagnie, surtout quand les parcs vieillissent ...voir iciun ancien parc au Japon ou plutôt ce qu’il en reste...
      Ce qui est rendu public en partie ce sont les accidents que la famille,les proches, des touristes choqués, des employés, les syndicats & associations ont décidé de rendre public eux même en ne se laissant pas impressionner par la machine juridique, patronale et étatique.
      Alors la joie gachée, mais pas de problème, fermez vous les yeux les oreilles et priez .

      Répondre à ce message

  • Le créateur de "Star Wars" George Lucas déclare : "Les personnages de ’Star Wars’ sont mes enfants. Je les aime, je les ai créés, je suis liés à eux très intimement".

    "Et vous les avez vendus", observe le journaliste.

    "Je les ai vendus aux esclavagistes blancs qui prennent ces choses" répond Lucas...

    Répondre à ce message

  • Arretez vos bêtises 24 février 2016 20:27

    Tout d’abord, au sujet de l’accident sur Crush’s Coaster,il n’y a pas eu de défaillance technique,l’homme a seulement eu peur. Ensuite au sujet de l’adolescente de 13 ans on est prévenu au sujet de notre état de santé,il est impossible de tester tout le monde avant de monter dans les attractions à sensations fortes. Le défaut sur les roues de Big Thunder Mountain a eu lieu dans le parc Disneyland de CALIFORNIE. Ensuite sur pirates des Caraïbes la chute de l’enfant de 5 ans, ce n’est pas Disney qui est fautif, on est informés qu’il faut rester assis jusqu’à la fin du tour. La noyade de l’employé d’ It’s a small world, les erreurs humaines ça existe. Le suicide de Rabi Hourourou aurait pu arriver dans n’importe quelle entreprise. La chute du rocher de Big Thunder Mountain était imprévisible. C’est faux de dire que la police n’a pas le droit d’entrer dans le parc.

    Robert, ton article est particulièrement pitoyable. Frederik, il n’est pas dangereux d’aller dans un parc d’attractions. Vous semblez ignorer que vous pouvez vous faire attaquer en justice pour DIFFAMATION. N’aller pas me mentir en me répondant que le risque zéro est possible ou en me traitant de fanboy Disney. Maintenant arrêtez de ternir la réputation de Disneyland Paris juste pour vous amuser.

    Répondre à ce message

    • Arretez vos bêtises 26 février 2016 00:01, par F. Kletz

      Parce que vous trouvez que la mort est un sujet amusant ?

      Répondre à ce message

      • Qu’est-ce que Disney vous a fait ? 26 février 2016 20:23

        Non, vous m’avez mal compris. Cet article mélange divers accidents survenus à Disneyland Paris mais aucun d’entre eux n’était dù à un problème technique. Disneyland ou n’importe quel parc d’attraction ne peut pas lutter contre tous les accidents dù au visiteur mal intentionné.
        Si on vous dit de rester assis vous restez assis, tout simplement. Sérieusement, pourquoi acharnez-vous à penser que Disney c’est mal malgré le fait que vos arguments ne tiennent pas la route ?
        Si vous n’aimez pas Disney vous pouvez le dire mais ne prenez pas le moindre événement négatif comme prétexte pour les accuser. Faites-vous partie des victimes des accidents ?
        Si oui désolé que ce soit arrivé mais ne gâchez pas la joie des autres.
        Il n’est pas possible d’écrire un article sérieux sous l’emprise de la colère.

        Si vous sautez d’un coaster en marche et que vous vous blessez, vous allez accuser Disney ?
        Le seul fautif est vous-même, ça ne sert à rien de l’attaquer en justice.
        Donc Cédric Camus n’a aucune chance de gagner son procès.
        Il était apparement connu des services du parc en temps que "profiteur"son geste ne lui a servi à rien.

        Moi j’aime les parc d’attraction, c’est mon avis.
        Inutile de continuer ce débat.

        Répondre à ce message

        • Qu’est-ce que Disney vous a fait ? 27 février 2016 08:49

          Moi j’aime les parc d’attraction, c’est mon avis. dis-tu...

          Nous, on aime les enfants et les gens. Pas les profiteurs ! C’est tout !

          Répondre à ce message

        • Qu’est-ce que Disney vous a fait ? 4 avril 2016 00:15, par F. Kletz

          Nous vous avons mal compris, dites-vous, mais qui écrit : « arrêtez de ternir la réputation de Disneyland Paris juste pour vous amuser. » ?

          On a bien compris que sous prétexte d’aimer les parcs d’attraction, vous défendez votre parc préféré en minimisant les morts qui ont eu lieu sur le parc, que ça soit les morts parmi les personnels ou parmi le public.

          Ce qui vous mène d’ailleurs à écrire : « Cet article mélange divers accidents survenus à Disneyland Paris mais aucun d’entre eux n’était dù à un problème technique. » c’est vous qui l’affirmez et personne d’autre ici. Encore faudrait-il le prouver, mais les données sont falsifiées puisque le diktat de la direction de Disney aidée des pouvoirs publics ne sont précisément pas publiques !

          Surtout cela montre que vous vous mélangez votre propre plaisir d’aller au parc en minimisant les morts... car il n’y en a pas eu qu’un seul !

          Or, un seul mort est un mort de trop, un seul accident est un accident de trop. Ce n’est en rien un problème de personne, de colère individuelle ou d’accident personnel. Cela s’appelle la justice, justice qui n’existe pas dans le monde actuel ; mais puisque vous préférez défendre les parcs à thème à quelque coût mortel que ce soit, effectivement, vous n’avez plus rien à discuter. C’est pourquoi vous fermez un débat qui vous dépasse, puisque vous n’envisagez rien d’autre qu’un intérêt personnel pour tel parc ou pour tel accident... alors qu’il s’agit ici d’une question qui y va de la justice et de l’ensemble de l’humanité.

          Nous souhaitons une société qui soit avant tout basée sur la mise en avant de l’individu, et non de l’argent. Les parcs à thèmes sont là pour faire de l’argent et des profits, et vous oubliez cet aspect fondamental des choses. Et vous vous fourvoyez dans une défense et une posture indéfendable. C’est ce qui vous mène à clore un débat pour lequel vos arguments n’en sont pas. Dont acte.

          Répondre à ce message

          • Je m’explique 21 avril 2016 20:20

            Je vais maintenant vous prouver une bonne fois pour toutes que vous avez tort.
            Tout d’abord, certains accidents n’ont rien à faire ici :

            - Le défaut des roues sur Big Thunder Mountain, a eu lieu dans le parc Disneyland CALIFORNIE et pas dans celui de Paris. Je l’ai appris sur un site sérieux. Je vous l’ai déjà dit.

            - L’accident de Walt Disney World (cette fois vous vous êtes fait avoir vous-même)

            - L’accident d’Alton Towers (vous pensez sincèrement que les gens tomberaient dans le panneau ?)

            Maintenant voyons les autres accidents en fonction de leur type.
            Les accidents dus à des non-respects des règles de sécurité :

            - L’adolescente de 13 ans, elle est montée dans le Rock’n Roller Coaster malgré les avertissements sur les problèmes cardiaques ou autres du même genre. La responsabilité de Disney n’est donc pas engagée.

            - Cedric Camus, j’ai lu sur le même site sérieux qu’il n’y avait pas eu lieu de défaillance technique, en ayant sauté il a purement et simplement enfreint les règles de sécurité, ici encore Disney n’est pas responsable.

            L’enfant de cinq ans, il s’est levé avant la fin du tour malgré le fait que l’interdiction de se lever est placée bien en vue, Disney n’est pas responsable des enfants, les parents restent responsables de leurs enfants.

            Dans ces accidents, le fautif essaie parfois de se défausser de sa responsabilité. Mais la plupart des visiteurs se comportent de façon responsable. Accuser Disney alors que les visiteurs sont fautifs est inutile. Maintenant voyons les accidents qui on été causés par des erreurs humaines, il arrive parfois qu’il y ait une fausse manœuvre, souvent il ne se passe rien de grave mais parfois le pire arrive :

            - Pour la noyade de l’employé dans it’s à small world, l’opérateur aurait été incompétent, on peut sans doute reprocher à la direction du parc son défaut de formation, mais l’erreur aurait pu arriver même s’il était assez formé.

            - L’électrocution dans Phantom Manor, l’employé n’aurait pas vérifié que le courant était coupé, ça peut arriver à nous tous si on ne procède pas à cette vérification importante.

            Il ne faut pas croire que les employés parfaits existent, ainsi que les machines parfaites.
            Le dernier accident est celui du rocher de Big Thunder Mountain que je n’ai pas pu classer dans les autres catégories. Si vous été à la place de Disney, aurez-vous pu vous douter que le décor présentait des risques ?

            Parlons du suicide de R.Hourourou, ce suicide aurait pu se dérouler dans d’autres entreprises.

            En éliminant systématiquement les accidents intrus, ça fait 6 accidents avec 3 décès. Ceci dit, on se rend compte que les charges contre Disney sont faibles.
            J’imagine ce que vous allez répondre mais vous avez tout fait pour qu’on croit le contraire de ce que je dit. Je ne minimise pas les morts.
            Si Disney apprend que vous les diffamez ainsi, ils vous traîneront en justice car vous les accusez de sacrifier la sécurité pour l’argent et de maltraiter le personnel sans preuves.
            Après ça vous n’oserez plus jamais recommencer.

            Au fait, le modérateur n’aurait-il pas dù empêcher la mise en ligne des propos diffamatoires ?
            Si oui, pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?

            Répondre à ce message

            • Je m’explique 18 juin 2016 09:20, par max

              Le moderateur de ce site est plus que tolérant car il laisse s’exprimer un avocat des mutinationales . Nous avons répondu sur tous les sujets . Vous mentez sur la mort du camarade electricien et sur celle du nettoyeur : vous cherchez à disculper moralement Disney, car comme vous le savez , l’entreprise est légalement responsable en dernier ressort de la sécurité et de la santé des salariès. Donc plutôt que de s’attaquer à un site web, Disney devra déjà expliquer qui décident des économies sur la maintenance amenant les techniciens à intervenir seul au lieu d’être à 2 minimum et aussi qui décident de faire intervenir plusieurs équipes de maintenance différente sur la même attraction, ce qui amène à remettre en tension l’attraction pour des essais mécaniques alors que l’electricien travaille encore pour des problèmes d’éclairage. (même chose pour le nettoyage des bateaux et la remise en route pour les essais du matin avant l’ouverture).
              Les équipes de maintenance ont fondu depuis la restructuration de 2008. Les équipes interviennent en effectif reduit sur beaucoup d’attactions en même temps, tout ça dans un délai restreint.
              La maintenance avait à l’époque refuser cette "réorganisation" par la grève. Deux collègues avaient même été menacés de licenciements pour dissuader les autres techniciens de s’opposer à ce projet. Le CHSCT avait également dénoncer cette restructuration et la médecine du travail avait noté l’augmentation des accidents de travail depuis ce temps.
              Evidemment la dégradation des conditions de travail n’est pas propre à cette entreprise, mais un camarade accidenté a gagné son procès contre Disney pour faute inexcusable en 2003.
              La responsablilité de l’entreprise est bien engagée quand un accident survient et d’ailleurs les assurances sont les premières au courant....

              Répondre à ce message

              • Je ne suis pas un avocat tout d’abord, juste quelqu’un qui est indigné par votre désinformation.Vous inventez n’importe quoi juste pour vous justifier !
                Quand vous dîtes que les données sont falsifiées, vous n’avancez aucune preuve.
                Je m’étonnait que vos messages n’aient pas été bloqués par le modérateur.
                Vous jouez constamment sur les émotions du lecteur. Vous n’indiquez pas toutes les sources.
                En regardant ailleurs sur le site, j’ai découvert des expressions qui correspondent aux idées communistes. J’ai alors compris que ce site est un site de PROPAGANDE communiste. En effet vous prétendez toujours agir dans l’intérêt du peuple.
                Lorsque je parle de diffamation, je veux vous avertir des risques que vous encourez qui sont bien réels.
                Vous avez mis des accidents qui n’ont pas eu lieu dans Disneyland Paris afin de gonfler artificiellement le nombre d’accidents.
                Vous utilisez l’argument d’autorité fallacieux, sous prétexte de travailler chez Disney, il faudrait croire tout ce que vous racontez même si ce n’est pas vrai ?
                J’ai pu faire des erreurs dans mes autres messages, mais gardez à l’esprit que personne n’est parfait, faites-en de même sur le fait que le risque zéro n’existe pas. Il faudrait être dans son petit univers mental pour ne pas le savoir.
                Vous n’acceptez pas les remises en cause car vous êtes agressifs envers ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.
                S’il y a des employés de Disney parmi vous, sachez que la malhonnêteté n’est jamais récompensée et que j’espère ne pas vous croiser quand j’irai au parc.
                Votre site pollue internet.
                Lorsque je disait que continuer ce débat est inutile. Je voulais dire que continuer vos actes est inutile.
                VOUS DEVRIEZ AVOIR HONTE !!!
                Je ne vous salue pas car j’estime que ne méritez même plus que l’on soit poli avec vous.
                Arretez tout immédiatement !

                Répondre à ce message

                • En plus, Vous aggravez votre cas ! 10 mai 2017 23:10, par Max

                  le modérateur laisse vraiment tout passer ca on peut le dire...le "salut" de quelqu’un qui considère "comme des erreurs " la mort de collègues , je m’en passe volontier. La politesse , tu peux te la garder , car avec tes propos d’esclavagistes , elle sonnerait comme un coup de fouet. Donc merci , tout tes commentaires sont un encouragement à dénoncer les crimes du capitalisme. Oui nous sommes communistes , même si pour toi ce mot n’a aucun sens , à part celui que le monde des exploiteurs lui a attribué.

                  Répondre à ce message

  • Over the years, there have been a number of reports of different deaths at Walt Disney World...

    Some are of a more serious nature such as the incident at Disney’s Contemporary Resort today, and there are other times the Disney Monorail ends up having an accident of some kind.

    Back in November, there was an incident that had been reported on social media by a number of people when a Disney Monorail had an accident. Some thought there had been multiple injuries, but as cleared up by Orlando Weekly, there were none.

    It ended up being a monorail that had broken down on the rail and was being towed back to the maintenance yard. While being towed back, it ended up having another mechanical problem and crashed into the tow vehicle and damaging the monorail further.

    Reports from a Disney forum on WDW Magic even speak of an incident in the summer of 2005 where a guest at Disney’s Contemporary Resort saw a situation similar to what happened on Tuesday. The forum member said they had been questioned by a sheriff early in the morning and were trying to figure out information regarding another guest who had been pushed or jumped from their room balcony.

    As of now, Disney has not said much regarding Tuesday’s incident, but it could very well be due to the Orange County Sheriff’s Office still conducting their investigation. Either way, it is known that someone did take their own life at Disney’s Contemporary Resort, and information is still being gathered.

    Répondre à ce message

  • En France aussi, Disney cumule les accidents...

    En 2015, quatre adolescents ont été grièvement blessés aux jambes dans une collision entre deux wagons d’un grand huit de ce parc situé dans le centre de l’Angleterre, considéré comme l’un des plus grands du pays.

    L’accident s’est produit peu après 14h locales, quand un wagon avec 16 personnes à bord en a percuté un autre, qui était vide. Deux garçons et deux filles ont été « grièvement blessés », a indiqué une porte-parole du service des ambulances des West Midlands (ouest), précisant qu’un hélicoptère-ambulance avait été dépêché sur place. Une plateforme a été mise en place pour pouvoir atteindre les personnes coincées dans le wagon à huit mètres de haut.

    « On aurait dit un bruit d’accident de voiture, métal contre métal », a déclaré un témoin, Lloyd Coller, sur la chaîne d’informations Sky News, rapportant également avoir entendu « beaucoup de gens crier ». « Il y avait du sang partout », a déclaré un autre témoin interrogé par The Independent.

    Baptisée « The Smiler », l’attraction concernée par l’accident a ouvert en 2013, pour un coût de 18 millions de livres (25 millions d’euros). Ce parcours de 1.170 mètres, où le visiteur est propulsé à 85 km/h, est présenté comme le premier grand huit offrant 14 loopings, selon le site internet d’Alton Towers.

    Toujours en 2015...

    Un Américain qui assurait le rôle de copilote d’une voiture de course dans une attraction du parc Walt Disney World, situé à Orlando (États-Unis), est décédé après que le conducteur du véhicule a perdu son contrôle et a embouti l’une des glissières de sécurité.

    Les faits sont survenus lorsque le pilote, âgé de 24 ans, a commis une erreur alors qu’il conduisait une Lamborghini de grande puissance dans le cadre de l’attraction Richard Pretty Driving Experience, située dans le Walt Disney World Speedway.

    Se trouvant dans un des virages du circuit, il a heurté une glissière de sécurité située sur sa droite, ce qui a causé la mort de son passager, âgé de 36 ans et originaire de Davenport, selon le journal Orlando Sentinel. Le conducteur s’en sort, lui, avec des blessures légères.

    Dans l’attraction en question, les amateurs de voitures de course peuvent conduire des véhicules de compétition de la catégorie NASCAR ou jouer le rôle de copilote et atteindre des vitesses allant jusqu’à 165 km/h. Depuis maintenant quatre ans, il est ainsi possible de se retrouver au volant d’une Ferrari, d’une Porsche ou encore d’une Lamborghini, pour un prix oscillant entre 99 et 2.500 dollars pour 50 tours de circuit.

    En 2013, un accident est survenu à Disneyland Paris, sur l’attraction « Pirate des caraïbes ». Un enfant de cinq ans originaire de Montpellier (Hérault) est tombé d’une des barques à la toute fin du parcours et a été transporté dans un état grave vers l’hôpital Necker pour enfants à Paris. L’enfant « était coincé, en compression thoracique, entre le quai et un bateau d’une attraction », a expliqué le commandant Fabrice Delin du Codis de Seine-et-Marne. Immédiatement, le papa, aidé par d’autres visiteurs et le personnel du parc d’attraction, a dégagé son fils.

    En avril 2011, cinq personnes avaient été blessées, dont une grièvement, dans un wagon du Train de la Mine dans le parc. En novembre 2008, un jeune s’était blessé à la tête après avoir chuté d’un manège alors qu’il se trouvait à 7 mètres au-dessus du sol. En janvier, quatre personnes avaient été légèrement blessées après un accident de train à vapeur, un wagon s’était décroché et en avait percuté un autre lors de l’arrêt en gare.

    Et on en passe...

    Répondre à ce message

  • Encore un accident grave et même mortel à Disneyland !!!

    Un employé du Parc Disneyland Paris de Chessy en Seine-et-Marne a trouvé la mort ce samedi matin. Le drame s’est déroulé dans l’attraction « La maison hantée », entre 8 h 30 et 9 heures juste avant l’ouverture du parc au public.

    L’agent de maintenance, qui intervenait sur un appareil d’éclairage défectueux, a été retrouvé par des collègues, inanimé. Son décès a été constaté à 10 heures.

    L’origine de la mort du technicien semble accidentelle. Il aurait été victime d’une électrocution selon les premiers éléments de l’enquête en cours. Agé de 45 ans, ce père de famille habitant Noisy-le-Grand (93), « très apprécié de ses collègues » selon une source syndicale, travaillait chez Disneyland depuis 2002. Si l’attraction « La maison hantée » est restée fermée aujourd’hui, le parc a ouvert normalement aux visiteurs venus nombreux en ce premier jour de vacances scolaires de la zone B.

    Répondre à ce message

  • Qui a dit : " les normes techniques européennes et internationales on s’en moque, c’est la WDC qui fait ses propres normes de sécurité" ?
    Réponse : un chef qui se reconnaitra car il l’a dit publiquement lors d’1 reunion d’équipe.

    Répondre à ce message

  • Une recherche est en cours au complexe de loisirs de Disney World à Orlando, en Floride, pour retrouver un petit garçon de deux ans, rapporte le "Guardian". L’enfant aurait été emporté mardi vers 21h15 par un alligator dans le "Seven Seas Lagoon", un lac artificiel se trouvant devant le "Royaume Enchanté".

    Répondre à ce message

  • Les prières du PDG sont celles d’un requin qui pour une fois ne pouvait acheter le silence des médias sur cette tragédie.

    Répondre à ce message

  • Les juges décident que la privatisation de l’Esplanade par Disneyland Paris doit redevenir un espace public !

    La commune de Chessy et le Val d’Europe Agglomération avait demandé au tribunal de Melun d’annuler la décision du directeur de l’établissement public d’aménagement du secteur IV de Marne-la-Vallée (EPAFRANCE) de vendre différentes parcelles situées sur le territoire de la commune de Chessy (esplanade François Truffaut), et de signer l’acte authentique de vente de ces parcelles.

    Dans son arrêt du 15 décembre 2016 Le conseil d’état, la plus haute juridiction, a rejeté le pourvoi de Disneyland et a confirmé l’arrêt de la Cour Administrative d’Appel de Paris de septembre 2014 qui donne raison aux élus du Val d’Europe agglomération et aux usagers de l’Esplanade, à savoir :

    - L’Esplanade appartient au domaine public, même la partie clôturée et contrôlée par Disneyland,
    - Les aménagements collectifs futurs renforceront encore le caractère public de l’Esplanade,
    - La vente a porté sur un bien public inaliénable et est entachée d’un vice d’une particulière gravité,
    - La décision de vente est en conséquence annulée,
    -Contrairement à ce que prétend Disneyland, les barrières et les filtres de sécurité peuvent être replacés comme auparavant à
    l’entrée des parcs sans compromettre la sécurité des visiteurs.

    Cette décision stoppe définitivement la privatisation par Disneyland de l’Esplanade François Truffaut, et de l’Avenue Paul Séramy.

    Disneyland devra donc quitter l’esplanade et laisser les piétons circuler librement, notamment pour rejoindre les transports publics.

    Répondre à ce message

  • Une jeune femme de 28 ans souffre du "symptôme du débarquement" depuis qu’elle est montée dans l’attraction Space Mountain, en 2013.

    En 2013, Marie a 23 ans. Comme des millions de personnes, elle se rend à Disneyland Paris et monte à bord d’une des attractions les plus cotées du parc : Space Mountain. Mais au moment de sortir de l’attraction, Marie est prise de vertiges, comme elle le raconte au micro de RTL. « On est dans le premier wagon. Et l’attraction démarre, on part très vite et là il y a des loopings je ne sais plus ce qui m’arrive, j’ai la tête qui claque de droite à gauche dans les arceaux. J’ai tellement de vertiges. Et arrivée en bas, je ne sais plus descendre du manège. » Depuis ce jour, la jeune femme vit un enfer et peut à peine se tenir debout. Elle ne peut plus prendre ni l’avion ni le train et peine à monter en voiture. Jeune maman, elle craint sans cesse de faire tomber son bébé, faute d’équilibre.

    Ces vertiges l’ont pris à la sortie de l’attraction, et ne l’ont plus jamais quittée. C’est un ORL parisien qui identifie le mal dont elle souffre, appelé « syndrome du débarquement ». « Il m’a expliqué que durant le traumatisme dans le manège, mon oreille interne a été touchée. Les cils qui retenaient les cristaux qui assurent l’équilibre ont été arrachés. Les cristaux ont été en mouvement permanent. Mon cerveau a inhibé mon oreille interne. Elle indiquait tellement de signaux incohérents, qu’il a décidé de l’ignorer », explique-t-elle au Courrier picard .

    Depuis, Marie se bat pour être indemnisée. « Cette jeune femme subit continuellement les conséquences malheureuses de cet événement, rappelle Maître Cyrille Bouchaillou, son avocat. Elle a été reconnue travailleuse handicapée à cause des problèmes causés par l’attraction sur son oreille interne ». Dans un article du Figaro , on peut lire que « Disneyland Paris propose alors par courrier d’indemniser la jeune femme pour 29 950 euros ». Contacté par Le Point.fr, le service communication de Disneyland affirme que c’est la jeune femme qui avait réclamé cette somme. Une information contestée par son avocat. « Je ne suis pas intervenu en amont. Les compagnies d’assurance ont tenté de négocier entre elles, et celle de Disneyland Paris a tenté, d’elle-même, de proposer une indemnisation d’environ 30 000 euros », relate-t-il.

    Une somme que l’avocat juge trop faible, face au préjudice subi par la jeune femme. « Suite au refus, Disneyland Paris a brutalement rompu la communication », raconte Cyrille Bouchaillou.

    Répondre à ce message

    • Dans le cas de cet accident, plusieurs éléments sont à prendre en compte :

      On n’a pas d’informations sur l’état de santé de la victime avant l’accident, ce qui aurait permis de vérifier si elle n’avait pas de problème avant le tour et donc de savoir si tel aurait été le cas si le tour les aurait aggravés.

      Il ne représente qu’une goutte d’eau dans une rivière, des millions de personnes ont emprunté Space Mountain sans le moindre problème. Si l’attraction était dangereuse Il y en aurait beaucoup plus de cas comme celui-ci.

      Le journal Le Parisien qui a relayé l’information est un journal local. Il aura donc tendance à parler d’événements qui ont une importance faible pour combler un manque de nouvelles importantes.
      C’est probablement dans cet esprit qu’il ont écrit leur article.

      Au vu de ces éléments, on comprend qu’aucune conclusion ne peut être tirée.
      A part le fait que vous êtes près à raconter n’importe quoi pour justifier vos idées fumeuses et que vos messages envers ceux qui ne sont pas d’accord avec vous sont à la limite de l’insulte.
      J’ai déjà dit dans un autre message que je suis un visiteur du parc et que je peut être n’importe lequel des visiteurs quotidiens de Disneyland Paris. Ceux qui y travaille et qui se livrent à de telles pratiques savent désormais qu’ils ont intérêt à faire attention à ce qu’il font.

      J’ai essayé de vous faire comprendre à vous : Kletz,Paris et Max que vous étiez en tort mais je pense qu’en fait vous le sachez et que vous vous en moquez maintenant après que vous m’aviez traité d’avocat.

      Répondre à ce message

  • ce sont des voleurs et avec apuis de nos politique il mon payer un terrain a villeneuve le comte 6 euro du metre carre

    Répondre à ce message

  • village nature projet de magouille avec etat francais

    Répondre à ce message

  • On ne vient pas au travail pour y subir un accident grave ou y perdre la vie !!!

    Orléans : un éboueur meurt écrasé sous les roues d’un camion poubelle !!!

    Un ouvrier miroitier a été grièvement blessé dans l’entreprise qui l’emploie, à Montlouis, après qu’une plaque de verre de plusieurs centaines de kilos lui est tombée dessus lors d’une manipulation.

    Un employé de l’entreprise Contant, spécialisée dans la construction de réseau électrique, est tombé d’un camion sur lequel il était en train d’arrimer du matériel. Sa chute de deux mètres de haut lui a été fatale, il est décédé sur le coup.

    Un homme qui travaillait au 3e étage d’un immeuble de la rue Saint-Nathalie, dans le quartier de Borderouge, au nord-est de Toulouse, a fait une chute mortelle ce jeudi matin. Cet ouvrier de 45 ans est tombé de 12 mètres de haut. Il est mort sur le coup.

    Un mur s’effondre sur un chantier de la zone commerciale Auchan d’Hénon-Beaumont, un ouvrier grièvement blessé.

    Son mari, salarié d’Owens Corning de 1989 à 2003, est mort l’an dernier d’une maladie liée à l’exposition à l’amiante. Pour lui et ses collègues, Elsa De Iudicibus mène un combat pour faire reconnaître la faute de l’employeur.

    Un ouvrier retrouvé mort chez Michelin de Saint-Doulchard : décès par pendaison sur le lieu de travail.

    Alsace : Un mur tombe sur un salarié d’une briqueterie de 25 ans et le tue.

    Etc, etc…

    Ce n’est pas le mur, ce n’est pas le camion, ce n’est pas l’amiante, ce n’est pas la corde, ce n’est pas la plaque de verre qui ont tué : ce sont les conditions de travail imposées par les patrons et par le profit capitaliste !!!

    Il y a 565 morts par an sur leur poste de travail et 1.200 meurent de maladie professionnelle…

    Ça suffit !!!

    Répondre à ce message

  • Disney Will Honor the Boy Killed by an Alligator at Its Resort With a New Sculpture !!!

    Disney honorera le garçon tué par un alligator dans son parc d’attractions par une nouvelle sculpture !!!

    Répondre à ce message

  • Une femme handicapée depuis un accident à Disneyland demande des indemnités mais Disney refuse...

    Répondre à ce message

  • Il y a quelques années en 2012, le parc Disneyland avait acquis un terrain litigieux situé sur un espace public devant les gares RER, TGV et routière de Chessy.

    Ce terrain, pourtant situé sur une esplanade publique, avait immédiatement été clôturé par Disneyland. La palissade avaient été édifiée par le parc contre l’avis de la Mairie de Chessy qui avait refusé le permis de construire. Pour autant, Disneyland avait poursuivi les travaux avant d’imposer des fouilles à tous les piétons, y compris aux habitants du Val d’Europe qui se rendaient aux gares chaque matin pour aller travailler !

    Ce terrain permettait à Disneyland de privatiser cet espace a son profit exclusif dans un but commercial : l’objetcif étant de relier son parc d’attraction directement à la zone commerciale "Disney Village".
    Le flux de la clientèle était ainsi canalisé devant son nouveau magasin de souvenirs "World Of Disney" inauguré en 2012 afin d’optimiser la dépense des visiteurs.

    Justifiant cette acquisition et cette clôture par des motifs de sécurité, le parc a été débouté par la justice administrative après plusieurs recours engagés par les élus du Val d’Europe. Fin 2016, le Conseil d’État a définitivement confirmé que l’esplanade en question appartient au domaine public et que les contrôles de sécurité pourraient être reculés aux emplacements d’origine sans que cela ne pénalise la sécurité des visiteurs.

    La nouveauté est que depuis cet arrêt du Conseil d’État, Disneyland a en 2017 été contraint de rendre le terrain à son ancien propriétaire, à savoir EPAFRANCE, l’aménageur public du Val d’Europe. A terme, ce terrain a vocation à revenir à la mairie de Chessy.

    Cette avancée constitue une première victoire pour les usagers des transports en commun du Val d’Europe : l’esplanade est bien publique et Disneyland n’est plus propriétaire du terrain.

    Cependant, le problème de la liberté de circulation sur l’esplanade n’est pas encore réglé : curieusement, les valeuropéens doivent encore se faire fouiller pour rejoindre les transports en commun chaque matin !

    En effet, l’entreprise privée Disneyland, qui ne possède pas l’esplanade qu’elle occupe pourtant, continue d’imposer des fouilles à tous les usagers circulant sur le domaine public !

    Cette situation reste évidemment inacceptable pour les usagers des transports en commun qui ont une nécessité économique de rejoindre librement les gares pour aller travailler.

    Leur combat continue...

    Répondre à ce message

  • Aux USA aussi la Walt Disney Compagny a l’habitude des mensonges et scandales :

    Bien avant qu’un garçon de deux ans ne soit attrapé et tué par un alligator au Disney World de Floride, le studio savait que l’animal avait infesté les lieux.

    Disney était au courant. Selon des statistiques révélées par les autorités de Floride, le studio savait que des alligators pullulaient dans son parc d’attractions d’Orlando, bien avant qu’un petit garçon de deux ans ne soit happé et tué par l’un de ces animaux, l’an dernier.
    Durant les 15 mois qui ont précédé cette attaque, le 14 juin 2016, 45 alligators avaient été capturés sur le domaine Disney Grand Floridian, qui comprend le parc Disney World, selon les chiffres publiés par la commission de la Conservation de la faune et de la flore de Floride. Depuis cette date et jusqu’au mois de septembre 2017, 95 autres alligators ont été capturés.

    Le petit Lane Graves avait été happé, devant sa famille, sur la plage d’un lac artificiel, sur le domaine de Disney World. Il n’y avait aucune pancarte informant de la présence d’alligators. Des plongeurs avaient retrouvé le lendemain le corps de l’enfant "intact" et vraisemblablement noyé par l’animal. Peu après l’attaque, Disney avait mis en place des panneaux avertissant de la présence de serpents et d’alligators. Le parc a érigé une statue en l’honneur du garçonnet.

    Les autorités de l’État ont donné l’autorisation à des trappeurs privés de chasser jusqu’à 400 alligators d’une taille supérieure à 1,2 mètre de ce domaine, jusqu’en 2023.

    Répondre à ce message

  • 59 cas de rougeole ont été recensés en Californie depuis la fin décembre dans un pays où la maladie avait disparu. Sur les cas confirmés, 42 ont été exposés au virus au mois de décembre au parc Disneyland d’Anaheim (en banlieue de Los Angeles), en Californie. Disneyland, qui se targue pourtant d’être l’ « endroit le plus joyeux sur Terre » !!!

    Répondre à ce message

  • Un de plus !

    Un cascadeur à moto s’est blessé samedi en fin de matinée à Disneyland Paris, à Chessy (Seine-et-Marne) lors d’une représentation de l’attraction « Stunt show ». Son pronostic vital n’est pas engagé mais il souffrirait d’une fracture au tibia. Il a été conduit dans un hôpital des environs.

    Ce n’est pas une cascade ratée qui serait à l’origine de l’accident, mais une banale erreur de manœuvre à faible vitesse.

    L’animation, qui était présentée dans la partie Walt Disney studios a été interrompue et le public a quitté les gradins.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juin 2016, le petit Lane Graves, originaire du Nebraska, dans le centre des Etats-Unis avait été happé par un alligator, devant sa famille. Le garçonnet pataugeait dans quinze centimètres d’eau d’une plage artificielle du Seven Seas Lagoon, un lac tout aussi artificiel du complexe Walt Disney World Resort, avant d’être attaqué par l’animal. Le lendemain, le corps sans vie de l’enfant était repéré. Causes de la mort : noyade et blessures traumatiques. Il n’y avait alors aucune pancarte informant les touristes de la présence d’alligators.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0