English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > A bas la guerre de tous les impérialismes ! A bas l’impérialisme et le (...)

A bas la guerre de tous les impérialismes ! A bas l’impérialisme et le capitalisme !

mercredi 23 mars 2022, par Alex, Waraa

A bas la guerre de tous les impérialismes : russe en Ukraine, allié au chinois, et, contre eux, américain, anglais, japonais, canadien et australien, appuyés par les impérialismes français, allemands et européens !

A bas la politique d’Union sacrée ouverte de la CGT au PCF et aux Insoumis... et d’Union sacrée hypocrite de l’extrême gauche électoraliste (LO, NPA)

Les classes dirigeantes du monde capitaliste veulent décidément nous enfermer dans les oppositions diamétrales. Après les ultimatums : ou terrorisme ou antiterrorisme guerrier, ou intégrisme islamique ou anti-intégrisme d’extrême droite, ou négation du covid ou peur panique du covid, ou absence de mesures de protection ou obligation vaccinale et pass sanitaire, on nous demande de nous ranger dans un des deux camps suivants : guerre de la Russie ou guerre de l’OTAN, ou impérialisme de l’Ouest ou impérialisme de l’Est.

La réaction ne fait que son travail, disait le révolutionnaire Blanqui, soulignant que ce sont les faux amis du peuple qui trahissent. Mais face à ces politiques, que proposent les courants politiques, associatifs et syndicaux « de gauche » qui nous appellent à l’action ou à l’inaction, à défiler ou à voter, prétendument au nom de « nos intérêts » ?

Face aux menaces d’une guerre européenne voire mondiale, c’est une vieille politique réactionnaire qui est mise en avant par eux tous : « l’ Union sacrée » du prolétariat de chaque pays avec « son pays, », c’est-à-dire « son » Etat capitaliste, « sa » bourgeoisie et « son » armée.

Cette politique d’Union sacrée se cache derrière des idéaux de paix, de refus de la guerre, ... voire du refus de l’Union sacrée. De Zemmour à Mélenchon, tous les candidats se présentent comme de loyaux serviteurs de la classe dirigeante française, ils sont donc clairement dans l’Union sacrée, les travailleurs n’ont rien à attendre d’eux.

Mais il est important de comprendre comment la principale organisation de travailleurs, la CGT, et ses satellites politiques que sont non seulement les Insoumis et le PCF mais aussi que sont devenus les partis officiels de l’extrême-gauche électorale (LO et NPA et leurs candidats présidentiels N. Arthaud et P. Poutou), sont également dans l’Union sacrée, même s’ils prétendent l’inverse. Nous n’avons nul besoin de noircir du papier à démontrer le nationalisme de Mélenchon et du PCF, car ils s’en revendiquent ouvertement, ce qui signifie qu’ils appuient la nation capitaliste et impérialiste. Roussel et Mélenchon proposent que les impérialismes se fassent la paix et ne nous proposent pas de les renverser de manière révolutionnaire. Nous allons voir que l’extrême gauche officielle, qui, elle, se dit internationaliste et révolutionnaire, ne fait pas mieux.

Dans son document « Paix en Ukraine – Liberté en Russie » du 2 mars la CGT donne une analyse de la guerre en Ukraine.

Ce titre (qui refuse la liberté en Ukraine et la paix avec la Russie) contient en lui-même le pire élément du programme, ligne reprise par LO et NPA : cette guerre serait un problème avant tout russo-ukrainien, qui ne nous concernerait pas directement, ou seulement de loin. Ainsi « S’il y a une vraie lutte contre cette guerre sanglante de Poutine, c’est la résistance du peuple ukrainien. Ce sont aussi les manifestations qui se déroulent en Russie des opposants à la guerre, malgré les interdictions, les persécutions et les milliers d’arrestations. » écrit le NPA. En France, aucune action au programme pour ces gens-là, à part les élections ! Pour N. Arthaud de Lutte Ouvrière, face à la guerre qui menace non seulement Russie et Ukraine mais toute l’Europe, le temps de l’action des travailleurs n’est-il pas venu ? Puisque, selon elle, la classe ouvrière n’est pas prête, l’urgence reste donc à… l’élection : « Si nous ne voulons pas être soumis à l’aggravation de l’exploitation aujourd’hui et devenir de la chair à canon demain, nous devrons nous organiser pour défendre nos intérêts de classe. Et tant que notre classe sociale n’est pas capable de renverser ce système pourri, il faut au moins que la colère contre celui-ci s’exprime. Le vote pour ma candidature à l’élection présidentielle en donnera l’occasion. » Voici ce que déclare Lutte Ouvrière.

Or dans sa brochure de campagne « Le camp des travailleurs », N. Arthaud n’avait dit aucun mot d’ordre sur les dangers de guerre ! La dénonciation faite par N. Arthaud du capitalisme l’est seulement du point de vue économique : inégalités entre riches et pauvres. Au lieu de proférer des injures anti-travailleurs comme « notre classe sociale n’est pas capable », reprises de la tradition stalinienne, LO devrait appliquer à elle-même les conclusions de Trotsky sur ces Staliniens à la veille de la guerre : « La situation politique mondiale dans son ensemble se caractérise avant tout par la crise historique de la direction du prolétariat. » C’est parce qu’il se rallia au socialisme que Jaurès, dès 1894 (et non pas comme un naïf surpris en 1914), pouvait affirmait : « votre société porte en elle la guerre ».

Le blocage du capitalisme depuis 2008 porte en lui la guerre, ni la CGT, ni LO, ni le NPA n’ont averti les travailleurs de ce danger, et c’est un autre aspect de leur participation à l’Union sacrée depuis des années.

Dans la conclusion de son document, la CGT, en ne proposant aucun rôle à la classe ouvrière, met en avant des revendications politiques qu’on ne lui connait plus en France depuis 1914, pour un changement de régime : « sortir enfin ce pays [la Russie] des ténèbres totalitaires, nationalistes et impérialistes dans lesquelles il se trouve plongé depuis plus de vingt ans. » Pourtant, les ténèbres totalitaires où se trouvaient déjà plongée la Russie sous Staline, la CGT ne les reconnaissait pas lorsque son secrétaire général B. Frachon écrivait en 1946 : « nous avons de l’amitié et de la reconnaissance pour l’URSS, comme tous les hommes épris de liberté et que n’aveugle pas la haine partisane ». La CGT a rompu ses liens avec la Russie à la chute de l’URSS, sa profession de fois antinationaliste et anti-impérialiste russes est la forme que prend son allégeance entière et complète au nationalisme et à l’impérialisme français, qu’elle avait déjà montrée en 1914 et 1939.

« La condamnation de la CGT doit quant à elle frapper avant tout l’agresseur, en l’espèce Vladimir Poutine » écrit la CGT Cette analyse reprend celle du gouvernement français. En concentrant sur Poutine toutes les responsabilités, en laissant un espoir par un changement de personne, la CGT met en place un cadre où la suit l’extrême gauche Dans ses éditoriaux des bulletins d’entreprise, N. Arthaud met également toute la responsabilité sur Poutine, tout en omettant le fait que Poutine n’est que le porte-parole de l’impérialisme russe, restauré à la suite du capitalisme en Russie en 1991. N. Arthaud nie l’existence même d’un impérialisme russe, héritier de celui des Tsars que dénoncèrent Lénine et Trotsky : « À bas les guerres de Poutine », « L’intervention militaire décidée par Poutine », « L’attaque de Poutine contre l’Ukraine » etc. N. Arthaud nie l’existence de cet impérialisme russe, au moment où celui-ci prend la forme d’une guerre.

La CGT ose faire oublier qu’en 1914, cette organisation était dans l’Union sacrée avec son secrétaire Léon Jouhaux devenu Commissaire de la Nation et revendique :

« Notre pacifisme, celui qui plonge ses racines dans la conférence de Zimmerwald en 1915 ». Or c’est le fond même de cette conférence de Zimmerwald (l’alliance internationale contre la guerre en pleine boucherie impérialiste de 1914, que soutenaient notamment Lénine et Trotsky) que nie la CGT (conférence à laquelle elle n’avait pas participé !) : l’existence d’un impérialisme français qui est responsable de la guerre en Ukraine au même titre que l’impérialisme russe, peu importe que ce soit Poutine « qui ait commencé ».

La première constatation de Zimmerwald fut en effet de dénoncer dans son Manifeste le caractère impérialiste de la guerre de 1914 : « Après un an de massacre, le caractère nettement impérialiste de la guerre s’est de plus en plus affirmé ; c’est la preuve qu’elle a ses causes dans la politique impérialiste et coloniale de tous les gouvernements, qui resteront responsables du déchaînement de ce carnage. (...) Quels que soient les responsables immédiats du déchaînement de cette guerre, une chose est certaine : la guerre qui a provoqué tout ce chaos est le produit de l’impérialisme. »

Or concernant la guerre présente, c’est bien un responsable (Poutiine) et non le système impérialiste dans son ensemble que la CGT invoque, elle est donc dans l’Union sacrée avec le gouvernement Macron, non pas dans la lignée de Ziimmerwald ! N. Arthaud suit la CGT en utilisant certes plus souvent le terme d’impérialisme, mais en oubliant celui que les révolutionnaires dénoncent toujours : celui de leur propre pays. Aucun des éditoriaux de LO publié depuis l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe ne mentionne, n’utilise le terme d’ « impérialisme français » !

L’envoi de troupes françaises en Roumanie, effet direct de cette guerre ? LO ne le mentionne ni ne le condamne ! C’est à partir de la Roumanie qu’il y a cent ans l’Etat major français organisa l’écrasement des révolutions de Russie-Ukraine et de Hongrie, échouant dans le premier cas, réussissant dans le second. La Roumanie reçut la Bessarabie (Moldavie actuelle) de Clémenceau en 1918 et Hitler en 1941. Il est donc fini le temps des alliances entre l’impérialisme français ou allemand et le nationalisme roumain aux dépens de l’Ukraine ? Pour la CGT, Poutou et Arthaud, c’est bien le cas.

La CGT ne propose aux travailleurs d’ici aucune tâche face à cette guerre. La France n’étant prétendument pas impliquée dans celle-ci (mais alors pourquoi envoie-t-elle des troupes en Roumanie et affirme-t-elle mobiliser les armées, les féliciter et faire appel à leur sens du devoir ?), c’est aux Russes et aux Ukrainiens de se débrouiller, en s’appuyant sur les sanctions de nos gouvernants, les seuls habilités à s’occuper de politique étrangère « Une paix durable ne peut être obtenue que par [le départ de Poutine ] et celui-ci n’interviendra que par la conjonction de trois facteurs : des sanctions internationales fortes et réellement efficaces, une résistance ukrainienne qu’il faut espérer victorieuse et un soutien aux oppositions russes démocratiques et progressistes ». Le NPA, même chez une de ses fractions qui se dit marxiste voit les choses de façon semblable : « S’il y a une vraie lutte contre cette guerre sanglante de Poutine, c’est la résistance du peuple ukrainien. Ce sont aussi les manifestations qui se déroulent en Russie des opposants à la guerre, malgré les interdictions, les persécutions et les milliers d’arrestations. (...) C’est à ces opposants-là à la guerre que va notre solidarité. » On pourrait citer LO. le gouvernement n’a pas à s’inquiéter : la CGT, LO et le NPA n’appellent à aucune action sérieuse en France.

Ni LO ni le NPA ne reprend la perspective qui fût celle de l’’aile gauche de la conférence de Zimmerwald, et qui est le seul programme possible pour les ouvriers face à une guerre.

Contre l’Union sacrée ouverte de la CGT, hypocrite de l’extrême gauche électorale (LO, NPA), ce programme de Zimmerwald reprend toute son actualité :

« La guerre impérialiste inaugure l’ère de la révolution sociale. Toutes les conditions objectives de l’époque actuelle mettent à l’ordre du jour la lutte révolutionnaire de masse du prolétariat. Les socialistes ont pour devoir, sans renoncer à aucun des moyens de lutte légale de la classe ouvrière, de les subordonner tous à cette tâche pressante et essentielle, de développer la conscience révolutionnaire des ouvriers, de les unir dans la lutte révolutionnaire internationale, de soutenir et de faire progresser toute action révolutionnaire, de chercher à transformer la guerre impérialiste entre les peuples en une guerre civile des classes opprimées contre leurs op-presseurs, en une guerre pour l’expropriation de la classe des capitalistes, pour la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, pour la réalisation du socialisme. »

Ne demandons pas aux impérialismes de faire la paix, renversons-les et remplaçons-les par le pouvoir aux travailleurs !

15 Messages de forum

  • La position révolutionnaire et la position opportuniste, se prétendant révolutionnaire, sur le défaitisme face à l’impérialisme :

    https://www.marxists.org/francais/t...

    Répondre à ce message

  • Maintenant on a à la fois la guerre et la pandémie mais la deuxième est niée même si elle grimpe et tue ou blesse gravement en masse. Certains dispositifs, prétendument sanitaires, sont « suspendus ». Attention ! aucun n’a été abrogé. L’obligation vaccinale des soignants est maintenue et les « suspendus » n’ont pas été réintégrés. L’arsenal législatif liberticide subsiste et peut-être réactivé à tous moments. La dérive totalitaire de nos institutions se poursuit. L’hystérie guerrière organisée par le pouvoir politique avec l’aide des médias ne fait qu’aggraver la situation.

    Répondre à ce message

  • Prolétaires en uniforme russe, depuis des années, vous êtes envoyés dans le monde entier pour protéger les intérêts de « la nation russe ». Cela a commencé par la « défense de l’intégrité territoriale de la Russie » contre les séparatistes du Caucase du Nord, cela s’est poursuivi par la « protection des Ossètes en Géorgie », pour aboutir à la « protection des frères et sœurs russes contre les hordes de Bandera en Ukraine » et du « gouvernement légitime de la Syrie, contre les terroristes islamistes ».

    La même histoire a été racontée à des générations de prolétaires, aux « soldats » comme aux « civils », dans tous les conflits capitalistes précédents partout dans le monde, pour qu’ils aillent se faire saigner sur le front militaire ou dans les usines à l’arrière, sur le front de la production, sur le front intérieur… Ils se battaient pour « le Tsar » ou « le Socialisme » ou « la Nation » ou « la Démocratie » ou « le Lebensraum » ou « le Christianisme » ou « l’Islam ». Et le même conte de fées est raconté aux prolétaires en uniforme des Etats-Unis, de Turquie, du Royaume-Uni, d’Israël, d’Ukraine, de la Syrie sous contrôle d’Assad, de Daech, du Rojava, de Géorgie, de Donetsk et Lougansk, d’Iran, des régions gérées par le Hezbollah, le Hamas… et de toute autre fausse communauté nationale, régionale, religieuse ou autre.

    Prolétaires en uniforme ukrainien. Votre propre bourgeoisie vous fait croire que vous avez une patrie à défendre contre « l’agresseur russe », que vous devriez faire corps avec vos propres exploiteurs et réclamer votre adhésion à l’Union européenne ou à l’OTAN. Mais comme tous les prolétaires partout dans le monde, vous n’avez que vos chaînes d’esclaves salariés à perdre.

    Prolétaires sur le front intérieur. Encore une fois, on vous dit de vous sacrifier, d’être « plus productifs »

    "La marche à la guerre mondiale ne dépend pas des affrontements en Ukraine mais de l’effondrement économique et des risques de révolution sociale Rappelons que la décision des guerres mondiales précédentes du capitalisme (1870, 1914 et 1939) ont-elles aussi dépendu avant tout de la crise mondiale du capitalisme et des risques révolutionnaires." La crise Covid mondiale qui a permis aux gouvernements capitalistes d’enterrer plusieurs foyers de luttes révolutionnaires en provoquant la mort et le chaos social, est en train de diminuer en même temps que la contagion des explosions sociales repart de plus belle comme en Afrique, au Kazakhstan ou en Palestine et n’avait également pas attendu le coup de sifflet de la vaccination forcée comme en Biélorussie et la révolution en 2020 contre la dictature Pro Russe. Les deux pays entretiennent pourtant des relations commerciales privilégiées, notamment au niveau du pétrole, acheté moins cher chez le voisin puis raffiné en Biélorussie. La prix Nobel de littérature biélorusse Svetlana Alexievitch juge quant à elle que Loukachenko a cru à tort pouvoir continuer d’« instiller la peur » dans la société. « Une nouvelle génération est devenue adulte et leurs aînés se sont réveillés. Ce n’est pas le même peuple qu’il y a 26 ans ». Alors quel impérialisme craint le plus les révolutions dans sa zone d’influence ? La Russie, La France, les USA ou la Chine ? Est ce que la Russie a anticipé une autre révolution sociale du peuple travailleur d’Ukraine ? Car depuis la chute du mur et la fin de l’URSS en 1991, le chômage a poussé déjà les travailleurs hors des frontières..alors depuis 12 ans et la chute fatale du capitalisme, la guerre en 2014 et le chaos économique organisé ces 2 dernières années est ce que l’Etat Ukrainien n’était pas au bord de la rupture ?

    Si en 2014, la situation en Ukraine n’intéressait pas les médias car il s’agissait de camoufler l’installation d’un pouvoir fasciste en Ukraine, il se trouve maintenant en 2022 que tous les médias nous somment de défendre ces nazis contre le peuple travailleurs Russe d’Ukraine. Ce ne sont ni les armées blanches européennes, ni celles Russes, ni les milices fascistes entrainées par les USA depuis 2014, qui vont défendre le prolétariat..au contraire ce sont leurs assassins quand bien même les médias voudraient nous désigner un camp militaire à choisir. Contre le fascisme , seule le prolétariat internationale, de toute l’Europe mais aussi de la Russie, et des USA, peut par sa lutte contre son propre impérialisme, transformer la guerre civile en guerre révolutionnaire de classes.

    Répondre à ce message

  • L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe et l’émotion qu’elle a suscitée parmi la population est utilisée par les gouvernements et les medias des pays occidentaux pour mener une campagne de propagande de grande ampleur ; sous prétexte de « solidarité avec le peuple ukrainien » luttant pour sa « liberté » il s’agit en réalité d’une campagne belliciste pro-impérialiste de soutien aux impérialismes occidentaux contre l’impérialisme russe.

    https://www.millebabords.org/spip.p...

    Répondre à ce message

  • Biden déclare qu’il est aux côtés du peuple ukrainien, même s’il n’intervient pas directement pour eux, mais qu’ils patientent car la guerre sera de longue durée. Belle démonstration d’absence de solidarité et de cynisme !

    Répondre à ce message

  • Biden n’a pas de mots assez durs contre la violence guerrière de Poutine et Poutine pas de mots assez durs contre la violence guerrière de Biden. Tous deux disent la vérité !

    Répondre à ce message

  • Même s’ilsont voulu faire croire le contraire au début, en réalité les Européens se font forcer la main avec la guerre contre la Russie et demain contre la Chine des USA et de leurs alliés…

    https://www.lemonde.fr/internationa...

    En agissant ainsi, Angleterre et USA remettent la main sur l’Europe de l’Est, contre France et Allemagne qui avaient la main dessus !!

    La guerre contre la Russie a d’autres buts, tout aussi inter-impérialistes !

    Répondre à ce message

  • Après la pandémie (en fait, en pleine pandémie), la guerre comme moyen de détourner de la révolution sociale, de l’étouffer et de l’écraser dans le sang

    Répondre à ce message

  • Les puissances occidentales claironnent à grands sons de trompette chaque violence militaire russe annoncée (vraie ou fausse, avec de vrais cadavres ou des faux) comme si c’était pour eux une grande victoire et comme s’ils tiraient gloire de ne pas être intervenus. Cela leur servira ensuite pour dire : cette fois on entre en guerre quand cela leur chantera (quand le système économique s’effondrera). Cela leur sert pour réorganiser l’économie mondiale, en marginalisant la Russie et en menaçant la Chine, pour remonter la place des USA. Les européens sont les dindons de la farce qui permet à USA-Angleterre de remettre la main sur l’Europe de l’Est !

    Répondre à ce message

  • La guerre économique des USA et de leurs alliés contre la Russie n’est pas un moyen pacifique de contraindre la Russie à la paix en Ukraine, mais c’est le but réel de toute l’opération occidentale : réduire la part de la Russie dans l’économie mondiale et menacer la Chine de la même chose pour redresser la part américaine…

    Répondre à ce message

  • BOYCCOTT DES ELECTIONS DE GUERRE !!!

    Choisir un candidat plutôt qu’un autre pour être chef des armées, alors que la guerre mondiale se prépare, alors que l’Ukraine a été livrée en Pâture pour détourner les populations de leurs révoltes sociales c’est cautionner et accepter la boucherie qui a commencé en Ukraine !

    Répondre à ce message

  • Des soldats anglais ont été pris en train de participer à la guerre en Ukraine. Le pacifisme des occidentaux dans cette guerre est un mensonge…

    Répondre à ce message

  • La guerre est une réponse politique et sanglante des USA à la récession majeure qui vient
    https://investir.lesechos.fr/marche...

    Répondre à ce message

  • NPA et Ukraine :

    https://www.youtube.com/watch?v=HlC...

    Soutien à l’armée ukrainienne et à la politique de sanctions occidentales, de fourniture d’armement .... qui ne vont pas assez loin.

    S’ils croyaient un peu à ce qu’ils disent il organiseraient des Brigades internationales ...

    Répondre à ce message

  • Guerre en Ukraine : l’Otan estime avoir le droit de déployer ses forces dans l’est de l’Europe

    https://www.bfmtv.com/international...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0