English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 10 - Livre Dix : SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS > Des manifestations "journée de colère" en France .... L’odeur du jasmin à (...)

Des manifestations "journée de colère" en France .... L’odeur du jasmin à Paris, Bordeaux, Toulouse, Marseille, partout....

vendredi 4 mars 2011, par Robert Paris

Révoltez vous !!!

Oui, les milliards de nos impôts, des dettes pour les générations futures pour sauver les banquiers et les financiers en jetant à la rue le reste de la population et en détruisant notre avenir ...

Oui, révoltez vous !!!

Une société en crise complètement décrépie à l’échelle mondiale ne peut pas offrir ... en France, autre chose que de la pourriture...

Tous les peuples de la planète se battent et se révoltent. N’attendons pas....

A Paris, Bordeaux, Toulouse et Marseille, nous sommes tous Egyptiens et Tunisiens...

Grèce mais aussi Espagne, Irlande, Angleterre et France, peuple révoltez vous !!!!

Selon un sondage publié dans l’Humanité Dimanche : 58% des Français souhaiteraient une révolte ... Eh oui ! La révolte fait tâche d’huile ! L’idée de se manifester sans passer par les appareils syndicaux et politiques bien rangés, bien intégrés, bien sages, se répand.

Pourquoi l’internet ne servirait pas aussi en Franc à relier les jeunes, les travailleurs, les équipes militantes, tous ceux qui en ont assez d’être raquettés, exploités, licenciés, volés par les banques, les financiers, les trusts du cac 40 et autres grands capitalistes comme par leurs petits copains du pouvoir... Tous ceux que l’on méprise tous les jours, que l’on raye des listes de chômeurs, dont on menace de bloquer le compte en banque, d’expulser de leur logement, auxquels chefs et patrons font subir du harcèlement, tous ceux qui ont des paies insuffisantes pour un travail infaisable tant il est surchargé, tous ceux qu’on fait taire et qui en ont assez !!

Retraités rançonnés, usagers des transports roulés, détenteurs de comptes en banque volés, locataires expulsés, salariés licenciés ou stressés, chômeurs rayés des listes, fonctionnaires dénoncés et surexploités, jeunes diffamés et réprimés, tous dans la rue, tous en révolte !!!

Tous ceux-là peuvent demain sortir de leur silence. La dictature, ce n’est pas qu’au Maghreb et dans le monde arabe ! Ici, dans les entreprises privées comme d’Etat, c’est la dictature.

Le détournement des riches, ce n’est pas qu’en Orient ! Ici, l’argent de l’Etat est distribué par milliards aux trusts, banquiers, assureurs et il n’y a plus de centimes pour les hôpitaux, les écoles, les routes, la recherche, pour tous les services publics...

Alors quand est-ce qu’on leur montre ici aussi que la colère a une voix !!!

Pour savoir l’ampleur du problème, tapez sur "salariés en colère" dans google

A la question "La vague révolutionnaire qui bouleverse plusieurs pays arabes et qui tente de renaître en Iran va-t-elle toucher l’Europe de l’Ouest et singulièrement la France ?", la social-démocratie, par la voix de "Marianne", répond : "Les conditions sont fondamentalement différentes chez nous, puisque nous bénéficions de toutes les libertés démocratiques face à une oligarchie dépourvue de réel pouvoir de coercition."

Mais c’est faux, dans les entreprises, il y a une dictature : celle en face de laquelle des salariés se sont suicidés en France, à Renault ou à France Telecom de la même manière que d’autres se sont immolés en Algérie, en Tunisie ou ailleurs...

Une oligarchie patronale qui peut vous faire perdre votre emploi, vos revenus, votre logement, sans motif, sans preuve, sans aucune faute....

Une classe de corrompus liés au pouvoir qui détourne toutes les richesses et jette le reste de la population de plus en plus dans la misère....

démocratie

C’est quoi , aujourd’hui la démocratie en France ? C’est simple : c’est L’ARGENT ET LE POUVOIR : si vous n’avez pas d’argent, pas d’emploi, pas de logement, pas de bouffe, pas d’études, pas de vacances, rien... J’entends dire "en France, on fait ce qu’on veut". Bien "essayez de ne pas payer vos impôts, ou un péage, ou votre caddie de courses..., et vous la verrez la vraie "démocratie". Quant au vote, je n’y crois plus, c’est tronqué, voir truqué.On vous impose un président, ou un choix entre deux bouffons liés au fric et l’argent fait passer l’un des deux... Et si un patron veut licencier mille salariés, c’est le patron qui l’emporte .... démocratiquement, en respectant même les lois de la ... démocratie !

Le bulletin de vote est une arnaque s’il s’agit d’élire quelqu’un parmi des vendus aux classes dirigeantes. C’est important s’il s’agit d’élire des représentants révocables des travailleurs, des jeunes, des femmes, des chômeurs, des sans logis et des révoltés comme l’avaient fait les révolutionnaires de la Commune de 1871...

Alors oui, il n’y a que dans l’action directe et l’organisation directe des manifestants et des grévistes qu’existe une véritable démocratie...

Même Marianne reconnait l’influence des émeutes et manifestations de révolte du reste du monde sur les milieux populaires en France...

Alors, on y va, on lance la voix de la rue en France ! Et pas derrière les appareils syndicaux pleutres et à la botte du pouvoir...

Il suffit de voir à quel point les appareils syndicaux sont silencieux sur la révolte de nos frères du reste du monde, pour estimer dans quel camp ils se situent....

On peut lire dans la presse patronale :

Des blogs de salariés en colère essaiment sur la Toile

Des collectifs de salariés investissent la blogosphère pour se défendre face aux plans de licenciements et de chômage partiel. En ouvrant des blogs collectifs, il s’affranchissent de toute étiquette syndicale. Et donnent à voir concrètement leur ressentiment.

Alors que les annonces de plans de licenciements et de chômage partiel contraint se multiplient, la Toile, et plus particulièrement les blogs, s’imposent comme une vitrine, un moyen d’expression à part entière pour les salariés. Cela leur permet de donner à voir une réalité sociale au grand public autant qu’à leurs dirigeants.

Depuis quelques semaines, des blogs collectifs de salariés essaiment sur la Toile, qu’ils soient issus de Sony Pontoux, la Camif, La Redoute, Molex, ou encore Motorola de Rennes, comme le détaillait l’hebdomadaire Les Inrockuptibles dans "C’est la lutte blogale", dans son numéro du 13 janvier. Les salariés y coordonnent leurs actions, s’échangent des informations sur l’actualité sociale de l’entreprise, mais aussi mettent en ligne photos et textes pour montrer la détresse et l’incompréhension qui habite beaucoup d’entre eux. Ainsi, le blog des salariés de l’usine de cassettes vidéo de Sony Pontoux, dans les Landes, menacé de fermeture, détaille les comptes-rendus des diverses réunions et comités d’entreprises, et un agenda des prochaines actions. Les salariés peuvent réagir sur un forum.

De même, le sitede la Camif, actuellement en redressement judiciaire, détaille aux salariés les aides auxquelles ils ont droit, et les contacts à prendre. Sur leurs deux blogs, Molex.un-blog.fr et Molex-villemur.com, les salariés de l’usine Molex, promise à la fermeture d’ici juin 2009, donnent à voir des photos de manifestants, des caricatures, mais aussi des photos prises sur place.

Certes, les blogs tenus par des salariés menacés de licenciements n’ont rien de nouveau. Déjà au printemps 2007, face aux menaces de restructurations au sein de la Fnac, plusieurs ont ouvert des blogs, comme Blogofnac (qui n’est plus actif depuis juin 2007) ou Fnac91.

Mais ces blogs revendicatifs de salariés prennent un autre tour depuis quelques mois, dans un contexte social tendu. Pour la première fois, ils sont tenus par « des collectifs de salariés qui s’affranchissent de l’étiquette syndicale, et traduisent ainsi une nouvelle approche sociétale. Parfois, les syndicats sont derrière certains d’entre eux, mais préfèrent ne pas l’afficher », estime Rodolphe Helderlé, responsable éditorial du site participatif d’informations Miroir social. Ainsi, des élus CFDT du comité d’entreprise de Motorola Rennes seraient derrière l’ouverture du blog de salariés. De même, Onredoutelaredoute, ouvert lorsque l’entreprise a fait connaître son intention d’externaliser 5 centres d’appels, « est perçu par certains comme le faux-nez de syndicats », poursuit-il.

Pourquoi cette extrême discrétion des syndicats ? Peut-être par crainte que leur étiquette ne décrédibilise ces mouvements spontanés de salariés. Mais surtout, avec ces blogs, les salariés s’expriment hors de toute étiquette, et sous le sceau de l’anonymat. Et ne risquent ainsi pas de retours de bâtons de la direction. D ?ailleurs, Hélène Jacob, ancienne représentante CFDT et à l’origine du blog SFR en colère, en a fait les frais. Pour avoir blogué sur ce blog intersyndical, ouvert en mai 2007 lorsque SFR a annoncé la délocalisation de 3 de ses centres d’appels, elle est maintenant confrontée à une procédure judiciaire pour diffamation. Ce blog constituait d’ailleurs le seul relais pour les salariés inquiets. « Je modérais leurs commentaires sur le blog, et je postais les billets qu’ils m ?envoyaient. Ils n’osaient pas les poster eux-mêmes pour conserver leur anonymat », explique-t-elle.

Faut-il voir dans ces nouveaux blogs collectifs un aveu de la baisse du pouvoir de représentativité des syndicats ? Pas forcément : les salariés font ainsi pression d’une nouvelle manière sur leur direction. « Ces collectifs ont un impact médiatique : ils suscitent l’intérêt des médias, qui les relaient, et cela a un effet de levier sur la direction. Ce qui est bénéfique pour l’action syndicale », remarque Rodolphe Helderlé. Même s’il n’y a pas d’exemple connu de direction qui aurait fait marche arrière face à ses collectifs de salariés, ces blogs de collectifs s’imposent nettement comme nouveau moyen d’expression.

3 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0