English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 7- La question de l’Etat > Qu’est-ce que le mensonge d’Etat ?

Qu’est-ce que le mensonge d’Etat ?

mardi 15 mai 2018, par Robert Paris

Qu’est-ce que le mensonge d’Etat ?

Le président chinois Xi affirme que « le marxisme est l’outil pour que la Chine vainque dans le futur » dans un monde qu’il déclare « ouvert et ami des USA », un marxisme qui mène la Chine à être le plus dynamique des pays capitalistes ! Le président américain affirme que le protectionnisme, tourné contre la Chine est « l’outil pour que les USA dominent à nouveau le monde » !!! Qui dit vrai et qui ment ou comment mentent-ils tous les deux ?!!!

L’actualité est pleine de très très gros mensonges politiques, sociaux, historiques, qui sont des fondements indispensables de l’idéologie dominante, qui affirme que l’Occident est le monde libre qui a toujours lutté contre les dictatures, contre le stalinisme, contre les intégrismes, contre les bellicismes, contre le terrorisme.

Un seul exemple illustre parfaitement tous ces mensonges, la lune de miel entre le monde capitaliste occidental et la Chine moderne.

Le président américain Trump vient de déclarer qu’il veut imposer des taxes spéciales aux produits chinois pour défendre les produits américains, en précisant que « La Chine est un pays ami ». Pourtant, Trump se revendique de l’extrême droite la plus anticommuniste du pays !

La question n’est pas de savoir s’il ment en prétendant que les problèmes économiques des USA proviendraient de la concurrence chinoise ou pas. C’est de savoir s’il est vrai que le grand capital américain est ami du pays dominé par un « parti communiste » stalinien et maoïste, pays dans lequel n’existe aucune liberté politique ou syndical, dans lequel l’essentiel de l’économie est dirigée par l’Etat, Trump étant un ultra d’un parti se déclarant officiellement comme diamétralement opposé au dirigisme économique, au pouvoir économique d’Etat, sans parler du communisme dont la Chine se revendique officiellement.

Où se situe donc le mensonge ? Dans le fait que la Chine soit « communiste », elle qui est le pays le plus dynamique industriellement du monde capitaliste ? Dans le fait que le capitalisme soit adversaire du stalinisme qu’avec la chute du mur de Berlin, il a prétendu avoir vaincu ? Il faut remarquer le changement de point de vue puisqu’au moment des événements le monde occidental déclarait que c’était la mobilisation populaire qui avait vaincu le stalinisme et qu’ensuite le monde libre, sans souligner cette contradiction, a affirmé à l’inverse que c’étaient les gouvernants occidentaux et la papauté qui avaient « vaincu le stalinisme »…

Est-il exact que l’Occident soit équivalent du « monde libre », que le capitalisme soit synonyme de démocratie et de paix et qu’il soit, du coup et par principe, l’ennemi fondamental du stalinisme comme du fascisme, de l’intégrisme et du terrorisme ? Il est permis d’en douter quand on voit que l’alliance de l’impérialisme occidental et du stalinisme a suivi immédiatement l’alliance du même stalinisme avec le nazisme allemand…

Drôle d’alliance fondée sur des principes démocratiques que l’alliance entre impérialisme occidental et stalinisme ! Pendant tout le temps de cette alliance, il a été interdit en Occident de parler du goulag russe, de même que cela l’est aujourd’hui pourparler du Goulag chinois, le Laogaï, au point que le grand public en ignore quasiment jusqu’au nom et au fait qu’il couvre un territoire et concerne une immense population, et qu’y sont internés bien plus de démocrates, de travailleurs qui luttent, d’exploités que de criminels. Pour l’opinion publique, le caractère antidémocratique du pouvoir chinois concerne presque uniquement… la domination du Tibet, la répression du… bouddhisme tibétain et du Dalaï Lama !!! En second, on trouve dans le discours occidental l’oppression du Xin Kiang, alors que le pouvoir chinois, lui, diffuse que les USA sont amis et les tibétains et musulmans du Xin Kiang des ennemis mortels et des terroristes, tout en se proclamant de manière inébranlables gouvernés par un parti communiste anticapitaliste !!! Car la Chine dite « communiste » a, elle aussi, son discours répressif sous des prétextes anti-terroristes, des guerres contre les peuples sous prétexte de lutte contre l’intégrisme violent, contre les Musulmans !

En Occident, il est courant de rappeler que le pouvoir nord-coréen est un vieux stalinisme maoïste mais pas la Chine !!! Pourtant, en Chine, il n’y a absolument pas eu l’équivalent de la « chute du mur de Berlin », et même bien au contraire puisque c’est après avoir écrasé dans le sang la révolte estudiantine et ouvrière à Tienanmen que le pouvoir chinois a négocié sa réconciliation avec le pouvoir capitaliste américain !!!

Il est plus courant en Occident d’affirmer que la Russie est une menace politique et qu’une nouvelle guerre froide devrait s’attaquer à la Russie de Poutine, que de dire la même chose sur la Chine. Pourtant, c’est bel et bien le pouvoir chinois qui soutenait la dictature sanglante de Pol Pot, se revendiquant du « communisme » maoïste, alors que la Russie le combattait en soutenant le Vietnam, se revendiquant à l’époque lui aussi du « communisme » stalinien pro-russe ! Et c’est le Vietnam pro-russe qui a sorti le peuple cambodgien du régime génocidaire khmer « rouge » pro-chinois… Curieusement, les USA, vous savez le « monde libre », soutenaient alors en sous-main les khmers rouges !!!!

La « chute du mur de Berlin » a d’abord été présentée comme une révolte des peuples contre la dictature stalinienne mais ce n’est nullement la démocratie ni le bien-être du peuple qui a été défendue par les nouveaux gouvernants, ce qui explique que dans les pays de l’Est ce ne soit pas du tout la démocratie ni la prospérité qui soit issue de ces transformations, au point que l’extrême droite fasciste se développe partout dans les anciens pays gouvernés par le stalinisme. Et cela sans aucune protestation des prétendus pays démocratiques occidentaux et même avec leur soutien, comme c’est le cas en Ukraine.

De même, que l’impérialisme occidental ne voyait aucune gêne à soutenir le stalinisme en Russie et en Chine pendant la guerre contre l’Allemagne et le Japon, il ne voit rien de mal à soutenir toutes les dictatures violentes de l’Amérique du sud, de l’Asie ou de l’Afrique, sous prétexte de toutes sortes de luttes contre le terrorisme ou l’intégrisme.

Des peuples entiers sont sous les bombardements des armées impérialistes occidentales, employant un terrorisme meurtrier de masse qui touche principalement des populations civiles et pas des combattants terroristes, que ce soit en Syrie, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen, au Tchad, au Mali, sous le prétexte de lutter contre le terrorisme intégriste.

Si l’impérialisme occidental se proclame aujourd’hui « en guerre », il affirme que cette guerre tous azimuts est nécessitée par un phénomène nouveau qui serait l’intégrisme musulman. Là encore, un mensonge d’Etat ! L’intégrisme musulman violent a été armé et organisé en Afghanistan par les USA eux-mêmes pour affaiblir la Russie stalinienne qui occupait alors l’Afghanistan pour… combattre l’intégrisme musulman !!!

Ceux qui dénoncent les mensonges de « la guerre contre le terrorisme » sont accusés de développer une « théorie du complot » alors que c’est la thèse du complot musulman qui devrait être taxée de théorie du complot car les terroristes se revendiquant de l’islam tuent bien plus de musulmans qu’ils ne s’attaquent vraiment au pouvoir capitaliste occidental !

L’un des principaux soutiens d’Etat de l’intégrisme musulman, l’Etat d’Arabie saoudite a toujours été un des principaux soutien du pouvoir capitaliste occidental dans le monde musulman et est toujours soutenu massivement par les USA, notamment dans sa guerre meurtrière contre la population civile au Yémen. Ce régime féodal et royal, qui n’a rien de pacifique, de démocratique, a pourtant toujours été soutenu par les USA…

De même que le régime israélien qui n’a non plus rien de pacifique ou de démocratique, même s’il se proclame la seule démocratie occidentale du monde arabe et, même dirigé par des fascistes, est soutenu financièrement et militairement par les USA et le monde impérialiste occidental… Là aussi on trouve des contradictions impressionnantes comme l’alliance Israël-Arabie saoudite qui apparaitrait contre-nature si on croit les discours officiels…

Un monde qui se dit en « en guerre », c’est un monde où règne les mensonges de guerre car il est bien connu qu’en période de guerre, le mensonge est une arme primordiale, mensonge sur la situation réelle, mensonge sur les vraies causes de guerre, mensonge sur les buts, mensonge sur les vraies menaces. Les guerres mondiales en ont été la démonstration, comme les guerres régionales ou locales. La dernière guerre de Syrie en est une démonstration flagrante. Elle oppose des grandes puissances capitalistes mondiales qui ne se sont pourtant jamais déclaré la guerre. Elle bombarde un peuple qui n’était pas en guerre contre l’Occident. Le peuple syrien n’avait même pas donné un seul terroriste ayant attaqué un seul pays occidental !!!

Toutes les guerres impérialistes dans le monde arabe ont eu officiellement pour but la démocratie, le bien-être des peuples, et la lutte contre le terrorisme et nulle part il n’en est résulté une démocratie, une prospérité quelconque, une liberté des peuples… Seulement l’accroissement de tous les terrorismes, de toutes les guerres, de toutes les dictatures…

Les vraies raisons de la poussée violente du monde, des dictatures, du développement de bandes armées officielles ou pas, des guerres, des alliances et des hostilités, des camps en présence, sont bien entendu cachées aux peuples eux-mêmes. Celles qui sont développées officiellement sont mensongères dans tous les camps en guerre.

Aucun gouvernement au monde, aucun Etat, aucune classe possédante ne refuse d’employer la dictature et ne se cantonne à des « méthodes démocratiques ». D’ailleurs un pays en guerre est un pays dans lequel aucune démocratie n’a plus cours. Le seul fait de refuser de participer à la guerre est un motif pour être condamné par des tribunaux militaires, partout dans le monde. L’hypocrisie de la démocratie n’a plus droit de cité dans un Etat en guerre. Tous les pires crimes deviennent des actes reconnus, du moment que c’est l’Etat qui les commande.

C’est ainsi que, parce que la France s’est déclarée « en guerre contre le terrorisme », le président Hollande a pu déclarer publiquement qu’il avait commandé à ses services spéciaux et à ses armées des assassinats « ciblé », extrajudiciaire, sans aucun jugement, sans preuve, sans garantie que la personne visée soit bien celle prévue ni que d’autres ne puissent être éliminées accidentellement. De même, l’état de guerre a justifié des interventions armées, sans accord des gouvernements des pays frappés, sans aucune demande quelconque des peuples, sans pitié pour les populations civiles et sans aucun témoin impartial pour simplement raconter ce qui s’y est passé, sans images, sans reportage à part ceux organisés par cette armée qui frappe, bombarde en masse, détruit des pays entiers. Et les gouvernants ne s’en cachent pas : ils en sont fiers. Pour « combattre le terrorisme », ils emploient le terrorisme !!!

Et ce n’est pas la première fois. Ainsi, la deuxième guerre mondiale a été « le théâtre », comme on dit dans les écrits militaires, de massacres de masse et pas seulement ceux des puissances fascistes mais aussi de la part des puissances « démocratiques ». Et les prétextes d’objectifs militaires et de visées stratégiques pour faire plier l’adversaire étaient encore des mensonges d’Etat. Les bombes atomiques par exemple ont été balancées sur les villes japonaises après que l’Etat-Major japonais ait accepté d’abandonner la guerre. Les bombardements sur les villes d’Europe, Italie, Allemagne, Belgique, France, n’avaient pas d’objectif militaire et les autorités de l’époque reconnaissaient qu’il s’agissait de terroriser les civils en visant particulièrement les quartiers ouvriers.

Eh oui ! Des puissances capitalistes ne peuvent pas être d’abord en guerre entre elles : elles sont d’abord en guerre contre le prolétariat !!! Le premier et le plus grand mensonge d’Etat consiste à cacher ce fait essentiel à la compréhension de tous les événements fondamentaux de l’histoire de la planète.

La lutte des classes est bien plus importante que la lutte intestine au sein des classes. On l’avait déjà constaté lors de la Commune de Paris de 1871. Dans cette révolution prolétarienne, la première où les travailleurs aient pris le pouvoir dans une capitale, ils se trouvaient face à un Etat français en guerre contre l’Etat allemand. Pourtant, les deux s’étaient entendues pour que les soldats français emprisonnés par les Allemands soient libérés aux fins d’écraser la révolution. On a vu la même chose se produire avec la guerre des USA, à l’époque de Bush père, contre l’Irak. Soi-disant menée pour faire chuter la dictature de Saddam Hussein, cette guerre s’était interrompue dès que les peuples chiites et kurdes d’Irak s’étaient révoltés, les USA libérant la garde présidentielle de Saddam pour qu’il puisse écraser la révolte et la guerre s’arrêtant là sans renverser le dictateur !!

La révolution prolétarienne a toujours été l’élément crucial de tous les choix guerriers de la classe capitaliste. Aussi bien le choix de démarrer la guerre que celui de l’arrêter. Et, dans chaque cas, cette raison fondamentale, celle de la lutte des classes, a été camouflée par d’énormes mensonges d’Etat.

Le capitalisme n’a jamais mené de guerre contre le principe de la dictature, contre le principe du fascisme, contre le principe du fascisme pour la simple et bonne raison qu’il n’a rien contre le principe d’utiliser lui-même la dictature, le fascisme et le terrorisme ou d’employer des forces armées, qu’elles soient « spéciales » ou classiques, et de soutenir des Etats qui les emploie, systématiquement ou occasionnellement.

Le capitalisme ne poursuit absolument pas des objectifs démocratiques, même si, dans les grandes métropoles impérialistes, il a choisi de gouverner en utilisant un système électoral, tout en se donnant des garanties institutionnelles que ce système ne mène à aucun changement de société. C’est ce qui explique que ces impérialismes n’aient aucun état… d’âme quand il s’agit de soutenir des dictatures dans les pays pauvres qu’ils dominent et exploitent.

L’exploitation et l’oppression ne se marie pas avec la démocratie et, même dans les métropoles impérialistes, il n’y a aucune démocratie pour les travailleurs. Au sein des entreprises, les salariés ne disposent d’aucun droit démocratique. Ce sont les syndicats, des appareils-tampons de la lutte des classes, qui ont des droits, pas les travailleurs. Ils ne peuvent ni se réunir, ni diffuser leur opinion, ni élire leurs représentants directs, ni constituer des comités, ni faire de la politique, ni vendre des journaux, ni rien !!!

Et bien entendu, tout ce qui touche à l’Etat, toute la politique des classes possédantes ne se marie pas aisément avec la vérité. Il n’y a pas besoin qu’il y ait la guerre ni une guerre de classe plus exacerbée que la moyenne pour que le mensonge soit une arme de tous les jours et de tous les gouvernements. La « raison d’Etat » nécessite de cacher des crimes, des exactions, des horreurs, aux quatre coins du monde comme dans le pays, contre les étrangers comme contre les ressortissants nationaux. Et la politique politicienne aussi a ses raisons que la vérité ne doit pas connaître. Il y a bien sûr le secret des entreprises, le secret des affaires, le secret des magouilles et des mafias, le secret d’Etat et on en passe. Le bon peuple n’a pas accès aux informations, même grâce aux média, alternatifs ou pas. Certaines informations ne sont pas bonnes à détenir car cela menacerait leurs détenteurs.

Du coup, pas besoin de croire à un complot particulier pour savoir que l’on nous cache toutes les vérités : le complot, c’est déjà la société d’exploitation, car elle cache… la source même de ses profits : la plus-value extraite du travail humain des exploités en faisant croire qu’elle fait des profits grâce à l’habileté, à l’ingéniosité, à l’art des affaires de ses affairistes. Et ce très très gros mensonge, il est sans cesse proféré et jamais contredit par l’essentiel des média, hommes politiques et mouvements sociaux puisque ces derniers ne visent nullement à supprimer définitivement et mondialement la propriété privée des moyens de production et des capitaux pas plus qu’ils ne visent à supprimer l’Etat du grand capital, mais seulement à démocratiser l’exploitation et l’oppression.

En somme, ne cherchez pas ce qu’on vous cache, il y a trop de choses, et cherchez plutôt à comprendre par vous-mêmes le monde qu’il faut combattre et celui qu’il faut construire.

La première des choses à connaître pour cela, c’est la force réelle et les objectifs nécessaires de la classe exploitée : le prolétariat. Et ne pas compter sur nos adversaires pour la faire connaître !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0