English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Fonte des pôles et volcanisme, le point des recherches

Fonte des pôles et volcanisme, le point des recherches

jeudi 3 octobre 2013

Fonte des glaces des pôles et volcanisme, le point des recherches

La montée du volcanisme dans la partie nord du globe, marquée notamment par la hausse des éruptions islandaise, peut être la cause des fontes de glaces au pôle nord et non un réchauffement global qui aurait dû également entraîner une fonte au pôle sud, fonte que l’on ne constate pas…

Volcanisme sous-marin et sous glaciaire sont difficiles à observer et à mesurer et cependant des remarques et des liens ont été établis.

Pagli et Sigmundsson ont rédigé en 2008 un article dans le journal scientifique Geophysical Research Letters dans lequel ils évoquent de possibles liens entre le réchauffement climatique et les volcans islandais. Selon cet article, environ 10% de la calotte glaciaire la plus importante d’Islande, nommée Vatanajokull, a fondu depuis 1890 et le magma remonte de 25 millimètres par an. Les deux scientifiques estimaient alors que la fonte avait conduit à la formation d’une poche de 1,4 km cube de magma sous le sol le siècle dernier. Mais ces scientifiques, contraints par les thèses dominantes, retournent la remarque et disent que c’est le réchauffement global qui provoquerait… des éruptions volcaniques en Islande !!!

Il est certes difficile de se départir du modèle idéologique imposé mondialement quand on fait des recherches…

Une autre équipe de scientifiques considère qu’ont été sous-estimés les effets géophysiques de la terre, à savoir le volcanisme, pour comprendre la fonte des glaces du pôle nord.

lire ici

Ils écrivent : « Le centre de recherche pour les géosciences Allemand GFZ a établi que cet effet ne doit pas être négligé lors de modélisation de l’évolution de la banquise et son impact sur l’étude du climat. »

Et encore : « Les scientifiques du GFZ, Alexey Petrunin et Irina Rogozhina, ont établi un modèle mixte "climat / glace / thermomécanique" de la lithosphère du Groenland ; ce modèle testé sur une période de simulation de trois millions d’années est en concordance avec les mesures effectuées et permet d’expliquer des différences de température relevées entre deux puits de forage proches … l’épaisseur de la lithosphère du Groenland , et par conséquent le flux géothermique, varient grandement dans des limites territoriales étroites. »

C’est également vrai pour l’Antarctique. voir ici

On peut lire que « Hugh Corr, auteur d’une étude parue dans la revue Nature Géoscience , a découvert un volcan subglaciaire dans l’est de l’Antarctique. Ce volcan serait à l’origine de la fonte excessive des glaces de ce côté de la calotte polaire. »

L’antarctique s’est un peu réchauffé mais seulement de 1950 (ou avant ?) jusque dans les années 70-80. Mais depuis 1980, c’est à dire depuis près de trente ans, il ne se réchauffe plus, voire il se refroidit, à l’exception peut-être de la volcanique péninsule antarctique Ouest...

Ainsi, le glacier de Wilkin, connaît un réchauffement localisé spectaculaire que l’on pense lié à un phénomène de volcanisme sub-glaciaire.

Autour du glacier Wilkin, a été découvert récemment un volcan sub-glaciaire ( marqué Volcano par l’équipe anglaise de l’AS antarctic survey. Ce volcan est bien situé dans l’alignement de la grande chaîne tectonique dont quelques volcans sont indiqués sur l’image de droite (dont le fameux Erebus). Il est n’est pas éloigné du Wilkin Iceshelf et lui ou un autre, non encore découvert, peuvent fort bien réchauffer localement l’océan et ainsi fragiliser la zone de ce glacier. Mais encore une fois, cette surface fragilisée représente mois de 1% du gain total en glace de l’antarctique, pour cette année. C’est très petit par rapport à l’énormité du continent antarctique.

La partie ouest de l’antarctique est le siège d’une activité volcanique remarquable qui peut très bien expliquer que cette partie se réchauffe alors que tout le reste du continent se refroidit. C’est même la seule explication logique alors que la température des océans n’augmente plus, au moins, depuis 2003…

Volcanisme au pôle nord

Volcanisme au pôle sud

Lire aussi

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0