English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Nous sommes tous des gens du voyage potentiels...

Nous sommes tous des gens du voyage potentiels...

vendredi 30 juillet 2010

Je viens de revenir de vacances dans la presqu’ile de Noirmoutier connue pour sa "plage des dames" et ses maisons riches sous les chênes verts, mais moins connue pour son port de pêche l’Herbaudière en pleine déconfiture. Les bateaux de pêche s’y appellent "les misérables", "le gagne-petit" ou "crève-misère"...

Et, sur la pointe de l’Herbaudière, en plein vent dans les embruns, il y a des caravanes ... Ce ne sont pas des forains, ce ne sont pas des Roms, ce ne sont pas des "gens du voyage".... Ce sont, en partie, des anciens pêcheurs qui ont tout perdu avec la fin de leur activité.

Sarkozy essaie de faire croire aux travailleurs que leur insécurité provient des pauvres qui les menaceraient comme il a essayé de le faire croire en provoquant la révolte des banlieues.

Mais ce qui nous menace, ce sont les plans destructeurs des riches confrontés à la crise de leur système. C’est cela qui détruit les services publics, la santé, les transports, les emplois, les retraites, la sécu...

Voilà la source de toutes les insécurités !!! Et on ne la combat pas avec plus de flics...

Il ne suffit pas non plus, comme la gauche et les syndicats, de crier haro sur Sarkozy sans montrer quels intérêts de classe se cachent derrière. Car ces intérêts de classe, ceux de la classe capitaliste, les centrales et la gauche n’ont nullement l’intention de les remettre en cause.

Ils parlent de racisme à propos des attaques de Sarkozy. Mais c’est un racisme contre tous les travailleurs auquel il faut répondre, non pas plaintivement mais par la lutte des classes. Ne comptez pas pour cela sur les dirigeants réformistes !

Dans les filets, on ramasse ... de la misère

Ce bateau s’appelle ... Le gagne-petit !

Le danger n’est pas dans quelques roulottes de pauvres ou de chômeurs....

Mais dans les exactions de gens qui ne risquent pas de devenir des gens du voyage mais qui comptent bien y faire passer une grande partie des travailleurs ...

Message de Moshe et RP

6 Messages de forum

  • Nous sommes tous des gens du voyage potentiels... 1er août 2010 13:52, par dac dac

    oui le problème c est pas les gens du voyage si la classes ouvrière ne s organise pas, c est la le problème, les attaque de la classe dirigeants contre les gens du voyage s adresse a toutes la classes ouvrières française ou maghrébines ou du voyage et le prolétariat on générale .

    Répondre à ce message

  • Nous sommes tous des gens du voyage potentiels... 1er août 2010 14:37, par dac dac

    les habitants de nombreuses communes de Boumerdès, recourent au blocage des axes routiers, en signe de révolte contre les atermoiements des autorités locales quant à la prise en charge de leurs doléances.
    Une semaine après une action de protestation de même type, près de 200 jeunes de la municipalité de Naciria ont fermé, hier, à l’aide de blocs de pierre, un tronçon de la RN 12, pour réclamer notamment la payement d’un mois d’arriérés de salaires, en tant que bénéficiaires du nouveau dispositif de formation et d’insertion professionnelle.
    Arrivés à hauteur de Laâziv, les usagers de cet axe qui relie Alger à Tizi-Ouzou, ont été contraints dans la matinée d’hier, à faire demi-tour et emprunter d’autres voies secondaires, plus longues et harassantes, pour rejoindre leur destination. Les automobilistes sont pénalisés, ainsi, à chaque fois, qu’ils traversent une commune où le torchon entre les responsables locaux et une partie de la population. Et à Naciria, où les jeunes chômeurs répètent comme un leitmotiv et qu’“ils ne disposent que d’une telle action pour l’obtention de gain de cause”. La RN 12 a été bloquée, déjà, à cinq reprises depuis le début de l’année en cours. Ces dernières semaines, d’autres actions similaires pour le même motif ont été enclenchées par deux fois, tant à Si-Mustapha qu’à Bordj Ménaiel. On ignore, cependant la nature des tâches dévolues à ces jeunes, les causes du retard dans le versement de leurs salaires.

    Salim Haddou

    Répondre à ce message

    • Nous sommes tous des gens du voyage potentiels... 6 septembre 2010 14:17, par Ephraïm

      Cher camarade et ami lecteur,

      Travailleuse, travailleur,

      En tant que révolutionnaire et communiste, je suis un éternel interné et/ou expulsé, rom, juif, tzigane, manouche, tutsi arménien.

      En effet, un prolétaire n’a pas de frontière et en tant que prolétaire je me sens faire partie de la force capable de changer le monde.

      Je souhaiterais bien que vous qui me lisez, que toi qui me lis, camarade, vous vous reconnaissiez comme prolétaire, que tu te reconnaisses comme prolétaire, c’est-à-dire, ROM, nomade, déplacé d’usine en usine, de tôle en tôle, de centre administratif en centre administratif, de champ en champ, jour après jour pour gagner ton pain.

      C’est un sentiment de révolte que se considérer ROM. Cela permet d’aller plus loin que se considérer comme prolétaire, sans frontière, et donc faisant partie de n’importe quel peuple opprimé de cette terre.

      Les prolétaires sont les ratés et les exploités de ce monde.

      Les roms, étant libres, sans état, sans résidence sédentaires représentent une liberté qu’il faut museler du point du vue du grand capital et de l’accumulation du capital. Il faut, du oint de vue des gouvernants de ce monde, rendre caduques toutes les aspirations à la liberté, afin de museler et renforcer les frontières qui existent dans nos têtes, dans les têtes des travailleurs, de prolétaires, des salariés.

      Me sentir prolétaire, te sentir prolétaire, vous sentir prolétaire ne suffira pas bien entendu.

      Je suis un ROM, à chasser de France, de Roumanie, aujourd’hui, et demain, ces mêmes ROMS, et moi-même seront des révoltés à enfermer dans un asile psychiatrique ou un camp. Mais, encore une fois comprendre cela n’est encore qu’à peine un début.

      Prenons un événement historique peu connu pour approfondir.

      En septembre 1939, au Vernet, sud-ouset de la France, sous Daladier, un camp de concentration a été créé pour enfermer les étrangers.

      Koestler, l’écrivain et militant, dans LA LIE de la TERRE, témoigne de son enfermement, en tant que hongrois, donc étranger, de son enfermement donc dans une cave parisienne pleine de charbon, son exhibition sur une charrette avec des dizaines d’étrangers pour désigner les étrangers comme des gens sales et des ennemis à abattre, à enfermer.

      Ce n’était pas sous Pétain, arrivé en juin 1940, mais sous Daladier. Les juifs de Hongrie, de Pologne étaient les ennemis du parti radical et du gouvernement, de l’état français, avant l’arrivée du fascisme.

      Comme Koestler, comme les ROMS aujourd’hui expulsés, je suis un étranger. Ce qui est sûr c’est que le jour venu, nous serons toi et moi et vous des étrangers.

      En Septembre 1939, ce même gouvernement Daladier, celui qui avait signé la paix de Münich, livrant les tchèques à Hitler (ce n’était pas pas Pétain arrivé seulement en juin 1940), le gouvernement Daladier donc a remis en cause les naturalisations effectuées de 1927 à 1939.

      Je vois en ce jour, 6 septembre, une répétition de l’histoire précisément avec les discussions ministérielles d’aujourd’hui (voir journal de france culture ce matin à 7 ou 8 heures). Le gouvernement discute en ce jour des conditions pour la nationalité française.

      Pourquoi le gouvernement discute-t-il ce matin des conditions pour RESTER français ? va-t-il vous enlever la carte de nationalité à vous en premier ou à moi ? je ne sais, mais dans quelques années ni vous ni moi n’en aurons plus.

      Quelle organisation, parti ou syndicat en parle ? Ceux qui n’en parlent pas sont nos ennemis d’aujourd’hui et surtout de demain.

      Seuls les prolétaires qui défendraient et s’opposeraient, qui s’opposeront aux expulsions, seuls ces prolétaires organisés autour de tels mots d’ordre seront une force pour s’opposer aux expulsions de Vaillant (sous Jospin) ou de Hortefeux (sous Fillon), et de leurs soutiens carriéristes à la tête des organisations FDG, PCF, verts, NPA...

      Pourquoi expulser les ROMS si ce n’est pour nous exclure nous tous, tous les prolétaires, c’est-à-dire les salariés, quelle que soit leur couleur syndicale ou politique ?

      C’est pour cela qu’il serait important, qu’il aurait été important de manifester samedi 4 septembre, CONTRE LES EXPULSIONS, ce que fort peu ont dit samedi, voire personne.

      Manifestation nombreuse, effectivement, très sympathique, beaucoup s’y reconnaissaient comme les ROMS de demain, mais trop peu réunis sous les bannières, si elles existaient, disant NON A TOUTES LES EXPULSIONS, NON A TOUTES LES EXCLUSIONS !

      Répondre à ce message

  • Nous sommes tous des gens du voyage potentiels... 8 septembre 2010 16:36, par F. Kletz

    Le PS a organisé, samedi 4 septembre 2010, une manifestation pour préparer les élections de 2012.

    Cela fait maintenant plus de 3 ans que ses dirigeants aident le gouvernement par tous les moyens pour ne pas qu’il tombe.

    Depuis combien de temps un gouvernement de droite, et surtout un premier ministre de droite (et peut-être même de gauche) reste-t-il à matignon plus de 3 ans ?

    Ni raffarin ni villepin n’ont fait mieux avant lui.

    Le PS dirige 21 régions sur 22. Plus de 50% des départements, et presque toutes les communes les plus importantes du pays. LE PS EST AU GOUVERNEMENT ! Il a pratiquement plus de pouvoir que le gouvernement central actuel. Cela lui permet de gérer des milliards d’euros, pour les aides sociales, les investissements de trains, métro, trams, autoroute, et faire vivre les trsè grosses compagnies de bâtiment.... sur le dos des prolétaires, des sans-papiers, des travailleurs !

    Qui se souvient du rôle que le PS ? MIttérand en tête avait dans le génocide des tutsis au rwanda ? qui se souvient des expulsions faites par Vaillant sous Jospin ? qui se souvient de la commission d’information sur le rwanda qui ment effrontément sur les responsabilité de la france, dédouannée par tous les partis passés au pouvoir depuis 20 ans (PCF, verts, PS, ump, etc.) ?

    Le PS est pour les EXPULSIONS et les EXCLUSIONS, ses amis aussi.

    Les syndicats et les organisations qui ont planté un poignard dans le dos des sans papiers qui se sont mobilisés depuis des années (au moins depuis 2006), trahis suite à l’opération de juin à la bastille cherchent à se refaire une santé pour mieux nous expulser et rendre tous les travailleurs sans papiers, même les français vont perdre leurs papiers dans les années qui viennent.

    La discussion a commencé hier 6 septembre de savoir à qui ils décideront de maintenir la nationalité française ou pas. Aubry et ses amis en ont-ils parlé ? Je ne crois pas, car ils sont d’accord. Ils refusaient de discuter de la question de "l’idendité nationale" pour ne pas avoir à dire qu’ils étaient d’accord avec le gouvernement fillon, puisqu’il font partie de ce gouvernement tout en faisant croire, de par les structures étatiques qu’ils n’y sont pas.

    Les mots d’ordre que j’ai peu vu samedi sont d’une brulante urgence, plus que jamais d’actualité :

    NON AUX EXPULSIONS DES ROMS.

    DES PAPIERS POUR TOUS LES SANS PAPIERS.

    NON AUX EXCLUSIONS DE TOUTE SORTES.

    LIBERTE DE CIRCULATION PAR DELA LES FRONTIERES ET SUR TOUTE LA PLANETE.

    PAS TOUCHE AUX RETRAITES.

    AUGMENTATION DE 300€ de tous les salaires, de toutes les pensions, allocations, minimas sociaux.

    PAS UN REVENU à MOINS DE 2000€

    Ces mots d’ordre sont liés : sans papiers tu bosses sans cotiser, 10, 20 ou 50€ par jour, sans fiche de salaire, sans chômage, sans retraite. Cela permet aux employeurs de faire pression sur les salaires de ceux qui ont encore des papiers ou une CNI, et également sur les retraires, pensions, allocations de toutes sortes (AAH, RSA, ASS, chômage, etc.)

    Répondre à ce message

  • Hier, radio france présentait la réécriture du texte (circulaire) de Hortefeux comme un recul.

    Il n’en est rien. Précision de Métézo sur le journal de 8h ce matin :

    Le texte prévoyait le démantèlement d’un camp par semaine, avec priorité aux camps de ROMS.

    La réécriture de la circulaire concerne la suppression de la priorité du démantèlement des camps de ROMS.

    Donc, ce sont les camps de tous les travailleurs et retraités qui n’ont pas les moyens d’obtenir ou de garder un appartement qui seront virés.

    Ils sont d’ailleurs déjà viré depuis des années.

    Dans certaines stations balnéaires de l’océan atlantique, ce sont des campings prolétaires et ouvriers qui ont été démantelés depuis dix ans pour que des boîtes cotées en bourse comme Natixis ou Bouygues fabriquent des appartements pour les riches vacanciers, pas assez riches pour la côte d’azur, saturée et hors de prix pour les classes moyennes.

    Un appartement coûte au moins 200 000 euros là-bas.

    Les pauvres logent le long des hangars SNCF de la Courneuve, le long du RER à l’approche de la station du Bourget, ou dans les cabanes des jardins ouvriers de sarcelles, sur la ligne Paris-Lille. Tous les travailleurs qui viennent de l’Oise, d’Amiens, de Calais, Douai, Valenciennes peuvent voir ces cabanes de jardins avec des antennes tv, paraboliques, des chauffages l’hiver qui provoquent la fumée des feux de bois dans ces cabanes en bois.

    Les campement et bidonvilles sont démantelés dans les endroits que les compagnies du bâtiment visent de construire des logements qu’ils revendront hors de prix pour combler les déficits des banques.

    Rappelons que le quartier d’affaires de La Défense, aux portes de Paris, ainsi que les autoroutes qui y mènent sont construites sur les lieux des bidonvilles de Nanterre, où les algériens de l’automobile et du bâtiment logeaient dans les années 1950 et 1960.

    Après les expulsions des terrains visés par les promoteurs immobilier, restent les bidonvilles pour pauvre, près des champs et des cités ouvrières, près des rails, des autoroutes, des périphériques pour planter des tentes et construire des cabanes en tôle, en bois et parfois même en tissu. Jusqu’à la prochaine expulsion.

    Voilà ton avenir et le mien quand ils auront supprimé la CNI, que nous seront tous sans emploi, sans allocations chômage, sans RSA, et sans-papiers.

    Seule l’organisation consciente des prolétaires et de tous les travailleurs entre eux et indépendamment des centrales syndicales et des partis électoralistes qui sont en campagne pour dans deux ans, seule cette organisation autonome permettra de s’en sortir et de contrecarrer toutes les attaques de droite ou de gauche.

    Rappelons que toute la gauche et l’extrême-gauche type NPA est en campagne depuis quelques semaines. Toutes les causes qui nous concernent sont utilisées pour préparer les élections. La gauche et l’extrême gauche comme les centrales syndicales s’en moquent des ROMS, de la retraite à 67 ans à taux plein.

    Ils nous emmènent en manif pour mieux aider le gouvernement à modifier sa circulaire rendant l’attaque plus générale et plus forte, malgré et contre la mobilisation précisément parce que cette mobilisation était suiviste des ennemis et des faux amis des travailleurs.

    Les manifestants étaient bien trop derrière le PS, les verts, le PCF le FDG, le PDG et le NPA, les centrales syndicales, et pas autonome, sur les mots d’ordre et les bannières des travailleurs et prolétaires organisés choisissant leurs propres mots d’ordre.

    C’est pour cela que seule l’organisation consciente des prolétaires et de tous les travailleurs entre eux et indépendamment des centrales syndicales et des partis électoralistes qui sont en campagne pour dans deux ans, seule cette organisation autonome permettra de s’en sortir et de contrecarrer toutes les attaques de droite ou de gauche.

    ***

    Sur cette question de la paupérisation des classes laborieuses, je propose de lire, ou relire le texte de Rosa Luxembourg, notre camarade, qui décrit très bien comment les prolétaires d’hier sont, de par leur âge, de par leur maladie, tombent dans des conditions de vie qui alimentent les foyers, les cabanes, les bidonvilles.

    Cela veut-il dire que ces prolétaires tombent dans le sous-prolétariat ? ou bien ces prolétaires restent-ils, dans leur conscience, des prolétaires ?

    A cela le texte répond en considérant ces prolétaires réduits à la misère comme des frères de classe. Même s’ils sont réduits à manger dans les poubelles, à manger du hareng empoisonné parce que pourri, à mourir d’une infection de hareng qui était un repas de fête, ils sont, restent et seront toujours nos frères de classe, nos camarades, les amis qui sont et restent du même côté de la frontière de classe entre le prolétariat et la bourgeoisie.

    Ce texte est magnifique. Il est brillant. C’est cependant et avant tout une arme pour nos camarades et pour la situation présente et à venir.

    Le texte se trouve à plusieurs endroits :

    http://www.matierevolution.fr/spip....

    Dans l’asile de nuit de Rosa Luxembourg

    http://www.attac93sud.fr/spip.php?a...

    Répondre à ce message

  • Nous sommes tous des gens du voyage potentiels... 26 septembre 2013 22:04, par Max

    Djelem, djelem de Esma Redžepova hymne des Roms/ tzyganes / gitans de tous ceux pour qui la liberté n’a pas un vain mot.
    a ecouter ici.

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0