English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Vive la révolution prolétarienne et socialiste au Sri Lanka !

Vive la révolution prolétarienne et socialiste au Sri Lanka !

mercredi 13 juillet 2022, par Robert Paris

Quand les masses pauvres sont dans la piscine, les riches sont dans le bain...

Vive la révolution prolétarienne et socialiste au Sri Lanka, puis en Inde, au Pakistan et dans le monde…

L’explosion de la révolte sociale et politique, en faisant éruption dans les palais des dictateurs, a fait tomber la dictature familiale Gota (le clan Rajapaksa) au Sri Lanka mais elle est encore loin d’avoir fait chuter la dictature sociale et politique qui n’est pas le fait d’une seule famille mais de toute la classe capitaliste. Il est remarquable combien les média se centrent sur la famille maudite qui cumulait tous les postes et toutes les richesses, une famille qu’ils ne critiquaient même pas hier ! C’est en effet le seul espoir des capitalistes : que le peuple mette entièrement la faute sur cette famille et que, après son départ du pouvoir, les classes dirigeantes s’unissent au Sri Lanka pour y rétablir le calme sous un gouvernement d’union nationale prenant quelques mesures d’urgence. Les USA ont immédiatement exprimé ce souhait et la crainte que le peuple travailleur, une fois l’explosion commencée, se mette en révolution permanente. La Chine et la Russie, qui soutenaient la dictature, ne souhaitent pas autre chose. Aucun parti politique du Sri Lanka, quelque soit sa couleur politique, ne souhaite autre chose. La petite bourgeoisie elle aussi, bien que soulevée, ne souhaite pas autre chose.

Mais le centre même du soulèvement est ailleurs. Il n’est pas dans une fraction petite bourgeoise mais dans le prolétariat des villes et des campagnes, dans la paysannerie pauvre, dans les minorités opprimées, chez les femmes, chez les jeunes, parmi les pauvres, dans le peuple travailleur. Ce sont eux qui ont transformé la manifestation en soulèvement révolutionnaire. Ce sont eux qui dénoncent les riches en général et pas seulement « la famille maudite ». Ce sont eux qui réclament des mesures sociales radicales, en s’en prenant aux grandes fortunes, en réalisant ainsi une révolution sociale et pas seulement le départ d’une famille pourrie. C’est ce qu’aucun parti politique n’est prêt à faire, ce que craignent les classes dirigeantes du Sri Lanka comme du monde et ce que les petits-bourgeois, même radicaux, ne souhaitent pas : le renversement de la domination capitaliste.

Cette perspective est loin d’être une rêverie mais une nécessité immédiate pour le peuple travailleur du Sri Lanka, c’est le seul moyen de ne pas mourir de faim, de ne pas crever.

Et cela nécessite le renversement non seulement d’une dictature familiale mais le renversement de toute la dictature, et d’abord de son armée, de sa police, de ses tortionnaires. Pour le moment, ces derniers essaient de se faire oublier car ils ont trop de sang du peuple travailleur sur les mains et, par leur inaction, ils espèrent que le peuple va oublier leurs crimes passés mais c’est provisoire. Ils vont bientôt reprendre leurs assassinats des pauvres qui manifestent. Une des tâches prioritaires du peuple travailleur, c’est de s’armer et de désarmer les forces de répression, s’est de s’unir avec les petits soldats et les policiers de base.

Mais la tâche principale, c’est de transformer les comités du peuple travailleur qui se sont multipliés partout en véritable centre de décision du peuple travailleur. Là encore, ce n’est pas un espoir illusoire. Depuis 2018, le peuple travailleur se mobilise et s’organise au Sri Lanka. Il l’a fait non seulement localement dans les villes mais aussi et surtout sur les lieux de travail. Les attaques antisociales incessantes contre les emplois, les salaires, les protections sociales, les droits des travailleurs et les droits politiques avaient entraîné une radicalisation sociale du peuple travailleur, l’amenant à ébaucher sa propre organisation à la base. Mais il faut à cette mobilisation naissante la perspective de la prise du pouvoir par les comités de travailleurs des villes et des campagnes.

Cette révolution sociale là, elle n’a pas vocation à rester Sri-lankaise mais à devenir mondiale. Aux abords du Sri Lanka, Inde et Pakistan sont eux aussi des fruits mûrs de la révolte sociale, prêts à tomber pour peu que le prolétariat sri-lankais ouvre la voie. C’est pour cela que le grand capital mondial s’inquiète tant de la prise de la Bastille sri-lankaise, tout l’édifice mondial est menacé par la révolution sociale depuis quelques années et la pandémie covid n’a pas suffi à éteindre les flammes des révolutions dans le monde.

Oui, la seule perspective des exploités, des opprimés, des pauvres du Sri Lanka est la révolution socialiste mondiale !

Il lui faut cinq conditions indispensables :

L’élection dans toutes les entreprises de délégués des comités prolétariens révolutionnaires, la formation de comités de paysans pauvres, de femmes, de jeunes et de chômeurs, la transformation des comités du peuple travailleur en centres de décision qui centralisent non seulement la lutte mais le programme économique et social.

L’offensive face aux petits soldats et aux petits policiers pour les détacher de la dictature et que le peuple travailleur prenne les armes, la suppression de l’obéissance aux chefs de la police et de l’armée, la création de milices prolétariennes.

La reconnaissance des droits de la minorité tamoul et la dénonciation des crimes commis contre eux.

Le développement d’un programme adopté par les comités du peuple travailleur décidant d’en finir avec le système d’exploitation capitaliste et prenant les moyens de faire vivre le peuple avec l’argent des capitalistes.

L’extension socialiste de la révolution aux pays voisins, Inde, Pakistan, Chine, et au monde, en renversant mondialement la classe capitaliste, doit être proclamée comme le moyen de sortir de la misère et de la famine actuels.

7 Messages de forum

  • Les Sri-Lankais semblent ne plus rien vouloir lâcher. En dépit des gaz lacrymogènes, des canaux à eau et des charges de la police, ils sont parvenus à envahir, mercredi 13 juillet, un nouveau symbole du pouvoir à Colombo, la capitale du pays. Après avoir pris d’assaut, samedi, le palais et le bureau du président de la République, Gotabaya Rajapaksa, puis la résidence officielle du chef du gouvernement, ils se sont donc invités dans les bureaux de Ranil Wickremesinga, le premier ministre.

    Répondre à ce message

  • Le premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinga, a été désigné président par intérim, le président, Gotabaya Rajapaksa, ayant fui à l’étranger, a annoncé mercredi 13 juillet le président du Parlement, Mahinda Yapa Abeywardena, dans une brève allocution télévisée. Un peu plus tôt, le bureau du premier ministre avait déclaré l’état d’urgence dans ce pays en proie à une grave crise économique et politique.

    Mais quelques heures après la désignation de M. Wickremesinga comme président par intérim, des milliers de personnes ont pris d’assaut les bureaux du premier ministre. La foule est entrée dans le bâtiment, alors que les forces de l’ordre avaient tenté de les repousser avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau.
    Les manifestants ont également fait irruption dans les locaux de la principale chaîne de télévision publique, Rupavahini, pendant un direct. La transmission a été interrompue et remplacée par un programme enregistré.

    M. Wickremesinga a aussitôt demandé à l’armée et à la police de « faire le nécessaire pour rétablir l’ordre », a-t-il annoncé dans une allocution télévisée. Les protestataires « veulent m’empêcher de m’acquitter de mes responsabilités de président par intérim », a-t-il ajouté. « Nous ne pouvons pas permettre aux fascistes de prendre le pouvoir. »
    Nommé premier ministre en mai par le président sri-lankais pour remplacer son propre frère, Mahinda Rajapaksa, M. Wickremesinga est lui aussi contesté par les manifestants.

    https://www.lemonde.fr/internationa...

    Répondre à ce message

  • Des révolutions prolétariennes qui réussissent parce que des gouvernements étrangers (occidentaux) les soutiennent, pendant que ces mêmes gouvernements soit-disant démocratiques tuent d’autres révolutions prolétariennes (comme par exemple le convoi de la liberté au Canada) et qu’il enferme aussi leur leader (comme par exemple la prisonnière politique Tamara Lich au Canada)

    Répondre à ce message

    • Désolé mais je n’ai pas vu où est soutien "occidental" à la révolution au Sri Lanka...

      Répondre à ce message

      • On peut dire que Lutte Ouvrière met en avant un "soutien occidental" à la révolution au Sri Lanka.
        On ne sait pas de quel côté est LO dans cette révolution, la formule "vive la révolution des travailleurs du Sri Lanka !" ou autre n’apparait pas.

        Mais en bon professeur, N. Arthaud explique que les Sri Lankais n’ont rien fait, ce sont les USA qui ont tout fait :

        Sa résidence [du président] a pu être envahie sans heurts : les manifestants ont pris des photos dans les pièces luxueuses, ont mangé les denrées rares et se sont baignés dans la piscine présidentielle. Ils occupent encore les lieux, se méfiant de la promesse de démission officielle que Rajapaksa a fixée au 13 juillet. .Le changement annoncé à la tête de l’État a probablement été autant décidé par l’état-major de l’armée que par l’impérialisme américain. Le 10 juillet à Washington, la commission des Affaires étrangères du Sénat affirmait : « L’armée et la police doivent faire preuve de retenue et faire partie de la solution et non du problème. Tous les partis doivent se mettre ensemble pour former un nouveau gouvernement . »

        Sri Lanka : les manifestants font tomber le président

        https://journal.lutte-ouvriere.org/...

        C’était fastoche ! Par contre, voter N. Arthaud, ça c’était un "vote de combat !"

        J-P Mercier, pour avoir à nouveau accès à la piscine de la CGT, devrait convaincre les USA d’intervenir, ça a l’air tellement facile.

        Répondre à ce message

  • இலங்கையில் பாட்டாளி வர்க்க சோசலிசப் புரட்சி வாழ்க !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0