English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 12- Livre Douze : OU EN SONT LES GROUPES REVOLUTIONNAIRES ? > Une lettre à un camarade russe

Une lettre à un camarade russe

mardi 26 avril 2022, par Robert Paris

« L’invasion de Poutine est une réponse désespérée à la pression incessante exercée par les États-Unis et l’OTAN sur la Russie »

Cher Camarade,

Alors que la guerre se poursuit, il devient de plus en plus évident que le sort de l’Ukraine n’a d’importance pour les États-Unis que dans le contexte de leur lutte croissante pour l’hégémonie mondiale. L’administration Biden a provoqué la guerre, poussant Poutine – qui jusqu’à la dernière minute espérait pouvoir persuader ses « partenaires occidentaux » de faire des concessions raisonnables à l’égard de la « sécurité nationale » de l’État russe – dans une guerre mal préparée (tant d’un point de vue militaire que politique). Ce qui est surprenant, c’est que Poutine et son commandement militaire ne semblent pas avoir pleinement compris à quel point l’OTAN avait armé et entraîné l’armée ukrainienne. Mais cet échec de leurs services de renseignement remonte à la dissolution stalinienne de l’Union soviétique, qui était basée sur des conceptions follement irréalistes, presque puérilement naïves, du système impérialiste. Tout en répudiant toute association avec le marxisme, le Kremlin a conservé sa foi dans la possibilité d’une « coexistence pacifique » avec ses partenaires occidentaux. Poutine, peu de temps avant d’ordonner l’invasion, s’est plaint pathétiquement que la Russie avait été « menée en bateau » par l’Occident.

De plus, il est évident que la Russie - après avoir échoué à faire pression sur l’Occident - n’avait pas de plan stratégique clair. Qu’est-ce que Poutine essaie exactement de réaliser ? L’opération militaire - du moins dans ses premières étapes - a été un désastre. Elle semble consister en une série de réactions improvisées en réponse à des difficultés inattendues. La perte de sept généraux dans les premières semaines de la guerre témoigne d’un niveau d’incompétence stupéfiant. Poutine, qui puise son inspiration dans la Russie impériale, ne semble pas plus compétent comme chef de guerre que Nicolas II.

Les gouvernements et les médias américains et européens dénoncent la brutalité russe. Nous ne sommes pas du tout enclins à minimiser, et encore moins à nier, l’impact dévastateur de la guerre sur les masses ukrainiennes. Mais les dénonciations US-OTAN de la Russie sont teintées d’hypocrisie. L’invasion russe n’a pas commencé par « le choc et l’effroi », c’est-à-dire le type de bombardements massifs que les États-Unis ont déclenchés contre Bagdad en 1991 et, pire encore, en 2003. Si le Pentagone avait lancé la guerre contre l’Ukraine, Kiev et d’autres grandes villes ukrainiennes auraient été plus ou moins détruites le premier jour de la guerre.

Bien sûr, cela ne justifie pas l’invasion de Poutine, qui est une réponse désespérée et essentiellement réactionnaire à la pression incessante et croissante exercée par les États-Unis et l’OTAN sur la Russie. La bourgeoisie russe politiquement faible, qui manque toujours d’une base substantielle pour son pouvoir, tente de contrer cette pression par des actions militaires limitées. Mais cette stratégie, basée sur la logique conventionnelle de la géopolitique bourgeoise de l’État-nation, est stratégiquement inefficace, tactiquement désastreuse et politiquement en faillite. Ce dernier aspect a été exposé le plus clairement dans le discours avec lequel Poutine a lancé l’invasion.

Normalement, un « appel aux armes » évoque les plus grandes expériences historiques par lesquelles le peuple est passé. Mais cela ne peut pas être évoqué par la bourgeoisie russe restauratrice. Elle ne peut pas évoquer l’histoire « russe » du XXe siècle, car cette histoire est ancrée dans l’expérience de la Révolution d’Octobre et de l’Union soviétique. Poutine rejette cette histoire, et ainsi son « discours de guerre » a fait un bond par-dessus 1917. Il a rejeté Lénine et les bolcheviks et a invoqué le tsar et Dzerzhimorda, le grand tyran chauvin russe. Cet appel réactionnaire ne peut pas inspirer les masses en Russie, encore moins être un appel au monde.

À ce stade, il n’est pas facile de prévoir comment la guerre se développera militairement. Cependant, on peut prévoir que cette guerre marque un tournant critique dans la crise du système capitaliste mondial. Les dimensions mondiales de la lutte deviendront de plus en plus apparentes. Pour les puissances impérialistes, et surtout les États-Unis, le but de cette guerre est un nouveau partage du monde. Les principales cibles de ce redécoupage sont la Russie et la Chine. Les États-Unis sont déterminés à 1) mettre fin à l’existence de la Russie en tant qu’obstacle à ses intérêts mondiaux et 2) obtenir un contrôle direct sur les immenses ressources stratégiques de la Russie. La réalisation de ces objectifs nécessite l’éclatement de la Russie sous sa forme actuelle. Alors que cette lutte se déroule, les États-Unis poursuivent des objectifs similaires vis-à-vis de la Chine.

Ce ne peut être une coïncidence si les deux principales cibles de l’impérialisme américain sont des pays qui ont traversé une révolution sociale. Bien que les deux pays aient restauré le capitalisme, l’héritage historique résiduel des révolutions russe et chinoise représente un degré limité « d’indépendance » vis-à-vis de l’ingérence et du contrôle total des États-Unis dans leur vie économique et politique. Tragiquement, dans le cas de la Russie, cette indépendance se manifeste de manière largement négative, c’est-à-dire par sa possession de l’arsenal nucléaire créé par l’URSS. Mais cet arsenal ne fournit pas, à plus long terme, une stratégie viable pour la lutte existentielle à laquelle la Russie est confrontée.

Le Comité international de la Quatrième Internationale s’oppose à l’invasion russe de l’Ukraine. Cette position de principe n’est pas contredite par sa reconnaissance du fait indéniable que les États-Unis sont à l’origine du conflit. Cependant, le mouvement trotskyste ne fonde pas sa stratégie sur le type de conceptions pragmatiques à base nationale qui déterminent la politique du régime capitaliste en Russie.

La défense des masses russes contre l’impérialisme ne peut être entreprise sur la base de la géopolitique bourgeoise de l’État-nation. Au contraire, la lutte contre l’impérialisme exige la renaissance de la stratégie prolétarienne de la révolution socialiste mondiale. La classe ouvrière russe doit répudier toute l’entreprise criminelle de restauration capitaliste, qui a conduit au désastre, et rétablir son lien politique, social et intellectuel avec son grand héritage révolutionnaire léniniste-trotskyste.

L’essence de cet héritage est son engagement envers l’internationalisme révolutionnaire. La guerre en Ukraine a déclenché un maelström aux dimensions mondiales. Les bouleversements économiques produits par la guerre — intensifiant la crise déjà bien avancée du système capitaliste — se font sentir partout dans le monde. La hausse des prix et la rupture des approvisionnements énergétiques et alimentaires ont déjà conduit à des manifestations de protestation massives et à des grèves dans le monde entier. Au Sri Lanka, des travailleurs en furie ont tenté la semaine dernière de prendre d’assaut le palais présidentiel. Des événements similaires se produiront dans les capitales du monde entier.

La tâche à laquelle est confronté le mouvement trotskyste mondial, dirigé par le Comité international de la Quatrième Internationale, est de fournir à la classe ouvrière la perspective et la direction dont elle a besoin dans cette nouvelle étape de la lutte révolutionnaire.

Avec mes meilleures salutations fraternelles

David North

WSWS

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0