English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Vingt ans dans la Russie clandestine : mémoires d’une bolchevik de (...)

Vingt ans dans la Russie clandestine : mémoires d’une bolchevik de base

dimanche 13 février 2022, par Robert Paris

Vingt ans dans la Russie clandestine : mémoires d’une bolchevik de base

Cecilia Bobrovskaya

I. Ma maison parentale. je vais à Varsovie

MON père était un petit juif maladif, aux cheveux gris, aux yeux vifs et bienveillants. Je l’imagine penché à longueur de journée sur d’immenses registres où il comptait les bénéfices de ses maîtres, marchands de bois, qui étaient aussi ses lointains parents et « bienfaiteurs », pour lesquels il travaillait comme comptable à quarante roubles par mois. Le soir et tard dans la nuit, il se penchait aussi sur des livres non moins volumineux, le Talmud, dans lesquels il cherchait en vain le sens de la vie, le commencement de tous les commencements, les bénédictions de Dieu et d’autres choses non moins floues. Enterré dans ses recherches talmudiques et philosophiques, sans même lever les yeux de son livre monumental,mon père répondait maladroitement aux plaintes extrêmement concrètes et extrêmement pertinentes de ma mère quant à la façon dont elle allait nourrir et habiller notre famille de six personnes avec quarante roubles par mois ainsi qu’être accablée par les soins d’une belle-fille psychopathe, la progéniture du premier mariage de mon père.

Ma mère avait vingt ans de moins que mon père. C’était une femme plantureuse en bonne santé, mais illettrée - une vraie fille du sol - qui ne s’intéressait qu’aux questions familiales étroites, matérielles, et l’envolée de son mari dans les nuages ​​l’excitait souvent au bord de la frénésie. L’inévitable querelle se terminait généralement par le père prenant son livre "saint" sous son bras et s’échappant dans la pièce voisine, claquant la porte derrière lui. La serrure claqua, et à travers le trou de la serrure, on pouvait voir sa silhouette minable se pencher à nouveau sur le Talmud et entendre le grattement de sa plume alors qu’il écrivait des hiéroglyphes hébraïques – des commentaires sur le texte. Ainsi il s’assit, tard dans la nuit, souvent jusqu’à l’aube.

Mère pleurait souvent amèrement ; J’avais pitié d’elle, mais mes sympathies allaient à mon père, même si j’avais depuis longtemps perdu foi dans la sainteté du Talmud et que ma croyance en Dieu avait disparu.

Les livres, heureusement apportés dans notre petite ville reculée, Velizh, dans la province de Vitebsk, à quelque quatre-vingts verstes de la gare, par les propriétaires libéraux voisins et les enseignants locaux, qui jouaient le rôle de Kulturtrager, [1] avaient contribué à effacer les dernières traces de ma croyance en Dieu. Il s’agissait d’enseignants dans les écoles élémentaires, il n’y a pas d’écoles secondaires dans notre ville.

J’avais plus qu’assez de temps pour lire, car je n’avais nulle part où aller pour acquérir d’autres connaissances scolaires. Il n’y avait aucun besoin urgent pour moi d’apprendre un métier puisqu’il y avait plus de tailleurs et de cordonniers à Velizh qu’il ne pourrait jamais y avoir d’acheteurs. Je n’étais pas non plus surchargé de tâches ménagères. Toutes les tâches ménagères que ma mère assumait volontairement. J’avais ainsi vingt-quatre heures par jour à ma disposition, dont la majeure partie était consacrée à la lecture de Pisarev, Shchedrin, Chernyshevsky, Gleb Uspensky, Nekrasov, Dostoïevski et bien d’autres.

Sous l’influence des livres, principalement le roman de Chernyshevsky, Que faire, qui m’a beaucoup marqué, j’ai dans ma prime jeunesse, sans éducation, sans métier ni formation et sans le sou, décidé de quitter le domicile parental et d’aller à Varsovie où Je rêvais d’étudier, de travailler et, surtout, de rencontrer le genre de personnes sur lesquelles Tchernychevski écrivait.

Cela s’est passé à l’hiver 1894.

Je me souviens qu’au cours des premiers jours à Varsovie, j’ai rencontré deux de mes compatriotes, des jeunes filles comme moi, mi-ouvrières et mi-intellectuelles. Elles travaillaient dans une fabrique de dentelle et étaient à l’époque liées aux cercles de travailleurs illégaux. Après quelques tentatives infructueuses pour apprendre à coudre et à couper, j’ai décidé de suivre l’exemple de mes amis et d’aller travailler dans une usine.

La tâche s’est avérée loin d’être simple. Le chômage à Varsovie était alors très élevé. Près des portes de l’usine, il y avait des foules d’autres filles prêtes à travailler pour le salaire le plus maigre. Finalement, après avoir bousculé la foule des chômeurs près des grilles des usines de dentelles, tabac, cigarettes, chocolat et autres, j’ai dû me contenter de travailler dans une petite boutique. Mon travail était très monotone : je préparais les pièces dont les ouvriers les plus habiles faisaient des cravates élégantes.

La journée de travail, qui n’était réglementée par aucune loi à l’époque, [2] était très longue et le salaire ne dépassait pas huit roubles par mois. Il n’y avait que vingt ouvriers dans l’atelier. La plupart des commerçantes étaient obligées de marcher dans les rues pour gagner de quoi se vêtir et se nourrir.

Mes premières tentatives pour éveiller et éclairer mes compagnons de magasin se terminèrent lamentablement. J’ai été licenciée parce que, comme l’a dit la maîtresse de la boutique, j’exerçais une influence néfaste sur les autres filles de la boutique. Une fois de plus, j’ai dû chercher du travail. J’ai trouvé un emploi dans un autre magasin où les conditions étaient encore pires que dans le premier. En général, j’ai eu beaucoup de mal à gagner ma vie. Nous avions assez souvent faim, même si le coût de la vie à Varsovie était si bas que les étudiants que nous connaissions qui recevaient vingt-cinq roubles par mois de chez nous étaient considérés par nous comme des bourgeois.

D’un autre côté, mes tentatives d’études ont été très fructueuses. Il y avait un excès d’enseignants à Varsovie à cette époque. De nombreux étudiants juifs sont venus à Varsovie, un grand centre universitaire au sein du Pale, [3] dans l’espoir d’entrer à l’université ou de passer un examen au gymnase pour quatre, six ou huit classes. Outre les étudiants juifs, il y en avait beaucoup d’autres qui avaient été expulsés des écoles secondaires pour des motifs politiques dans divers domaines. villes russes et qui voulaient entrer au collège à Varsovie. Ces éléments hétérogènes affluèrent à Varsovie parce qu’il était plus facile d’y entrer au collège qu’à Moscou ou à Saint-Pétersbourg.

Tous ces jeunes hommes et femmes révolutionnaires, séparés de leur terre natale et incapables de participer pleinement à la vie polonaise environnante, en raison de leur connaissance imparfaite de la langue, formèrent une colonie russe à Varsovie. Il y avait dans la colonie un grand nombre d’enseignants avides d’œuvres révolutionnaires et cherchant en vain un exutoire à leur énergie.

Il n’est donc pas étonnant que j’aie eu trois professeurs à la fois. L’un d’eux m’a initié aux théories de Darwin, un second m’a préparé à l’économie politique et un troisième m’a enseigné l’histoire de la littérature russe. Le fait qu’il y ait eu autant d’enseignants pour un seul ouvrier démontre graphiquement le peu de base que cette colonie avait à Varsovie.

Une grande quantité de travail révolutionnaire clandestin était en cours parmi le prolétariat polonais et juif polonais. Nous savions que ce travail était en cours, mais nous n’avons pas pu y participer car la politique de russification des fonctionnaires tsaristes à Varsovie était à son apogée et donc tout russe, même les jeunes Russes qui se sont retrouvés à Varsovie en raison des vicissitudes de la vie révolutionnaire, étaient considérés avec méfiance par les Polonais. Ainsi, pour nous, le travail souterrain était un rêve vain pour l’instant. Néanmoins, malgré les conditions défavorables, il n’y avait pas de découragement dans notre colonie ; au contraire, nous cherchions fiévreusement l’activité des cercles clandestins parmi les ouvriers et, en même temps, nous essayions de déterminer notre propre « vision du monde », comme nous l’appelions alors.

Je me souviens avec quelle avidité nous nous sommes jetés sur tous les livres et articles de revues qui traitaient de la controverse entre les marxistes et les narodniks. Dans la colonie, la majorité, et moi parmi eux, était du côté des marxistes. Seule une minorité insignifiante a été emportée par les articles du magazine Narodnik Russkoye Bogatstvo . [4] Je me souviens avec quel intérêt absorbant nous nous sommes penchés sur le livre de Struve, Critical Remarks, que d’ailleurs, nous ne lisons pas du tout de manière critique. Nous avons lu et relu le livre de Beltov (Plekhanov), The Monistic View of History,collectivement et individuellement. Nous nous asseyions tard le soir dans la chambre de l’autre pour en discuter. Un exemplaire d’un volume d’essais marxistes, contenant un article de Tuline (Lénine), qui avait échappé à l’incendie sur ordre de la censure et était tombé par hasard entre nos mains, fit une véritable sensation. Comme un seul exemplaire était disponible pour toute la colonie, on tira au sort pour savoir qui devait le lire en premier.

En raison de notre éloignement du mouvement clandestin polonais, mais principalement en raison de notre manque d’organisation, nous avions un accès très limité à la littérature illégale imprimée à l’étranger. De temps en temps, nous recevions de la littérature illégale qui avait été imprimée à Saint-Pétersbourg, mais seulement en un seul exemplaire. La plupart du temps, cette littérature se composait de tracts ; très rarement nous avons des brochures. Il était hors de question de s’approvisionner en littérature illégale de manière organisée tant que notre colonie restait une foule hétéroclite, amorphe et, à vrai dire, bavarde.

L’idée de nous organiser nous est venue bien plus tard. Déjà à l’époque, nous l’envisagions en termes d’organisation légale, car nous pensions que la forme clandestine et illégale d’organisation n’était réservée qu’aux cercles ouvriers. Un petit groupe s’est formé qui s’est donné pour tâche d’organiser notre colonie. Ce groupe a organisé une salle à manger qui pourrait aussi servir de club où nous pourrions « formuler notre vision du monde » ; il pourrait aussi être utilisé comme siège de cercles de travailleurs illégaux. Nous n’avons pas divulgué ces plans aux autres, mais avons simplement déclaré que nous souhaitions organiser une salle à manger coopérative parce que les restaurants polonais bon marché nous servaient de la mauvaise nourriture assaisonnée de sauces piquantes. Notre plan a été accueilli avec bienveillance. En quelques jours, cinquante membres se sont inscrits, chacun payant un droit d’entrée de trois roubles.

Nous avons trouvé un cuisinier polonais d’âge moyen qui était prêt à prendre en charge la gestion de notre salle à manger. Nous avons loué un appartement de deux pièces et une cuisine à l’arrière d’un pâté de maisons de la rue Panskaya, acheté toutes les provisions nécessaires et commencé à nourrir nos membres avec de la soupe aux choux fraîche et un excellent "kasha" de sarrasin beurré sans aucune sauce trompeuse. Nos membres étaient ravis. Nous attendions nous-mêmes nos clients, chacun à son tour chaque jour. La personne de service devait se présenter à la cuisinière à sept heures du matin pour l’aider à faire les courses, et devait aussi faire la vaisselle, aider à préparer le repas et enfin, le servir. Malgré l’innocence de notre entreprise, la police la regarda de travers ; ils nous firent même l’honneur d’envoyer un de leurs représentants nous rendre visite. Mais notre cuisinier’Son mari était tout à fait habile à se débarrasser de ces visiteurs indésirables. Il glisserait tranquillement un "trois points" ou même un "cinq"[5] dans la paume pleine d’attente du policier, et ce dernier quitta l’endroit parfaitement satisfait. A cette époque, la police ne manifestait pas d’intérêt particulier pour nos activités. Ils avaient les mains pleines avec les Polonais. Ils n’ont commencé à nous prêter une attention particulière qu’après que nous ayons organisé un grand nombre de cercles d’étude parmi les artisans juifs.

Bientôt, des gens qui désiraient sincèrement passer d’une simple phraséologie révolutionnaire à une véritable activité révolutionnaire ont commencé à se grouper autour de notre salle à manger. Même si des visites occasionnelles de la police nous rappelaient qu’un œil vigilant était gardé sur nous, notre salle à manger servait néanmoins de lieu de rencontre pour des discussions politiques et économiques. Il servait également de rendez-vous aux travailleurs juifs qui parlaient russe.

Vers la fin des années 80, Alexandre III ordonna l’expulsion des Juifs de Moscou et nombre d’entre eux s’installèrent à Varsovie. Il y avait beaucoup de commerçants parmi ces Juifs, mais la plupart étaient des artisans qui se pressaient autour des ateliers, à la recherche d’un emploi. Ces émigrés moscovites étaient traités avec inimitié à la fois par les Polonais et par les Juifs polonais. Les Polonais les haïssaient parce qu’ils étaient juifs et parlaient russe, les juifs polonais étaient hostiles parce que les nouveaux venus ne parlaient pas le dialecte polonais-yiddish mais leur dialecte lituanien et parce que, malgré leur bannissement, les juifs russes étaient attirés par tout ce qui était russe, alors que les Les Juifs polonais, bien que méprisés par les Polonais, se sont tournés vers les choses polonaises. Mais en réalité, tant les Polonais que les Juifs polonais détestaient les nouveaux venus parce qu’ils considéraient ces derniers comme des concurrents dans leurs métiers respectifs.

Ces artisans juifs de Moscou, appelés « Litvaks » parce qu’ils venaient à l’origine des provinces lituaniennes, ont fourni le matériel pour notre travail dans le cercle souterrain. Je me souviens très bien du premier cercle de charpentiers organisé par Feodor Lubimsky, pour lequel Feodor s’installa dans la maison d’un vieux menuisier juif où il loua un coin de chambre pour trois roubles par mois.

La personnalité de Feodor Lubimsky est si profondément gravée dans ma mémoire que j’ai du mal à ne pas écrire sur lui. Il venait d’un milieu complètement étranger au nôtre. Fils d’un colonel de Saint-Pétersbourg de naissance noble, il a commencé sa carrière révolutionnaire alors qu’il était encore à l’école. Il a été expulsé de diverses écoles pour des motifs politiques, jusqu’à ce qu’il se retrouve enfin à l’Institut vétérinaire de Varsovie. Il avait à peu près autant d’inclination pour la science vétérinaire que pour la grammaire chinoise. Tous ses efforts étaient dirigés vers un seul but : le travail révolutionnaire. Social-démocrate bien défini, un marxiste solide et un fervent partisan de la victoire de la classe ouvrière même dans la Russie arriérée, Feodor a constamment cherché des moyens de pénétrer au milieu des masses laborieuses non seulement comme un simple propagandiste, mais afin de prendre part à leur vie quotidienne comme l’un d’entre eux.Sa joie était sans limite lorsqu’il a reçu une invitation à assister à un mariage ou à une autre fête de famille chez un artisan juif. Feodor était particulièrement attiré par les Juifs pauvres. Ses camarades déclaraient parfois en plaisantant : « Le type est devenu un Israélite complet. Son approche sensible de l’ouvrier de base lui a permis de pénétrer dans le mouvement clandestin polonais. Mais il a été très blessé lorsqu’ils ont délicatement laissé entendre que, bien qu’ils n’aient aucune objection à l’égard de Feodor, ils n’avaient aucun désir d’établir des liens avec ses camarades juifs.Son approche sensible de l’ouvrier de base lui a permis de pénétrer dans le mouvement clandestin polonais. Mais il a été très blessé lorsqu’ils ont délicatement laissé entendre que, bien qu’ils n’aient aucune objection à l’égard de Feodor, ils n’avaient aucun désir d’établir des liens avec ses camarades juifs.Son approche sensible de l’ouvrier de base lui a permis de pénétrer dans le mouvement clandestin polonais. Mais il a été très blessé lorsqu’ils ont délicatement laissé entendre que, bien qu’ils n’aient aucune objection à l’égard de Feodor, ils n’avaient aucun désir d’établir des liens avec ses camarades juifs.

Feodor était moralement tellement au-dessus de nous, que nous avons unanimement reconnu son autorité et cru que tout ce qu’il faisait était juste. Même lorsqu’il s’enivrait, nous souffrions pour lui, mais nous ne pouvions pas nous résoudre à le blâmer.

Parmi notre foule minable et à moitié affamée, Feodor était le plus affamé et le plus minable. Il essaie de gagner sa vie en donnant des cours particuliers, mais il oublie de respecter ses rendez-vous avec ses élèves et perd ainsi sa clientèle. Dans les rares occasions où il recevait un peu d’argent de sa mère, il le donnait aussitôt à quelque famille affamée ou au premier vieux mendiant qu’il rencontrait dans la rue. Même ses visites à notre salle à manger étaient irrégulières. Il était souvent difficile de le joindre pour le nourrir. Le soir, après le travail, je fréquentais occasionnellement son cercle dans l’atelier du menuisier. Ce cercle m’a servi d’école préparatoire avant que j’ose assumer les responsabilités d’une œuvre de propagande indépendante. Une dizaine ou douze charpentiers vinrent au cercle. Il n’y avait que deux ou trois jeunes parmi eux,le reste étant des Juifs barbus d’âge moyen. Feodor a lu la brochure de Dickstein,Comment nous obtenons notre vie à son cercle. Ce n’était pas une lecture au sens strict du terme, mais plutôt une discussion dans laquelle tous les présents étaient inconsciemment entraînés. Parfois, ces discussions sont devenues des conflits théologiques passionnés entre Feodor et les Juifs talmudistes. Outre les noms de Marx et d’Engels figuraient également les noms du Christ, de Jéhovah et de la Palestine.

Et pourtant de ces différents éléments est née une discussion systématisée sur le salaire, la journée de travail, la plus-value, etc. il n’avait pas assez d’argent pour payer les billets, et deuxièmement, il était plus sûr d’aller à pied—il pouvait voir s’il était suivi.

Feodor travailla jusqu’à ce qu’il soit prêt à tomber d’épuisement ; parfois il devenait mélancolique et buvait. Pendant ces sorts, il se cachait de ses camarades et tous les efforts pour le retrouver seraient vains. Ses attaques se produisaient tous les trois ou quatre mois. Après eux, il aurait particulièrement honte d’affronter ses amis les plus intimes. Le travail épuisant, la faim, ses habitudes de consommation héritées, ont rapidement ébranlé la santé de Feodor. Lorsqu’il fut arrêté et jeté dans une cellule humide de la Citadelle, comme s’appelait la prison de Varsovie, il développa une consommation galopante. Au bout de dix mois, les gendarmes, bien convaincus qu’il n’était plus dangereux, le livrèrent à sa mère qui le conduisit en Crimée ; mais il est mort en chemin. Telle est la courte et triste histoire de cette personnalité marquante de notre groupe : Feodor Lubimsky.

Pour acquérir de l’expérience, j’ai fréquenté un autre cercle de la rue Delnaya. Il s’agissait d’un cercle de fabricants de galons dirigé par Sasha, une étudiante de huitième trimestre au gymnase. Je pense que Sasha lisait le pamphlet illégal de Svidersky, Labour and Capital, à son entourage. J’ai participé aux discussions qui ont suivi la lecture. Sasha avait l’habitude d’apporter des tracts à ses membres, qu’il avait lui-même traduits du polonais en russe. Il avait réussi à obtenir ces tracts du mouvement clandestin polonais. Bien que Sasha était un « Litvak » qui avait émigré de Moscou à Varsovie, il avait été élevé à Varsovie, parlait couramment le polonais et avait de nombreux amis polonais au gymnase. Outre le cercle des galons, il a eu de nombreux contacts parmi les tailleurs, les fabricants de soies, les drapiers, etc. Il a toujours œuvré pour le travail de masse, stimulé les grèves, avait des projets pour organiser des manifestations de masse et a tout fait pour m’entraîner dans la voie de la révolte. .Il a négligé son gymnase tout comme Feodor avait négligé son institut vétérinaire pour lequel il s’est mis dans l’eau chaude à la fois avec les autorités du gymnase et ses parents avec lesquels il a continué à vivre.

Assez ironiquement, le Juif Sasha était attiré par les ouvriers purement russes, tout comme le Russe de race pure Feodor avait été attiré par les ouvriers juifs. Sasha avait toujours envie de s’éloigner de Varsovie et d’aller dans les « vraies » régions russes où il n’y avait pas de « maudite » question nationale, et j’ai en partie sympathisé avec lui. Il me permit d’assister pour la première fois de ma vie à une impression secrète de tracts, et les quelques heures que j’y passai n’étaient pour moi qu’un bonheur céleste.

Cela s’est passé ainsi : j’habitais rue Mironov, dans une minuscule cage d’une chambre que j’avais louée à un ancien aide-chirurgien, qui n’était généralement pas chez lui. Un jour, Sasha m’a dit : "Reste à la maison demain toute la journée. Nous voulons venir dans ta chambre pour faire quelques impressions." Ma joie ne connaissait pas de limites. Je n’avais jamais vu comment les tracts secrets étaient imprimés. Le lendemain, le cœur battant, j’ai fait entrer Sasha et un autre camarade, jusqu’alors inconnu pour moi, dans la pièce. Ce dernier portait un paquet sous son bras. Lorsque le paquet a été déballé, il a révélé un hectographe, de l’encre et une quantité de papier à lettres.

Sasha a travaillé habilement. Dépliant après dépliant, on enlevait l’hectographe, tandis que l’autre camarade et moi aidions Sasha. Vers le soir, avant le retour de mon propriétaire, notre travail était terminé. La première à quitter la maison fut Sasha. Il semblait avoir grossi considérablement, car la moitié des tracts imprimés étaient cachés sous son manteau. Peu de temps après, le deuxième camarade partit. On m’a dit de cacher l’hectographe jusqu’à ce qu’un troisième camarade l’appelle. Il est venu bientôt, a pris l’hectographe, et m’a averti de brûler tous les bouts de papier restants. J’ai fait ce qu’on m’a dit avec un profond regret, car je tenais beaucoup à garder ces restes en souvenir du grand événement.

J’avoue que j’étais plus intéressé par l’impression de la brochure que par son contenu. Je ne me souviens même pas dans quel but ce tract a été publié, ni qui l’a signé. Seuls des fragments de phrases sont restés dans ma mémoire, comme « Camarades, organisez-vous, resserrez vos rangs ! et « Travailleurs du monde, unissez-vous ! » qui était écrit en haut du dépliant.

Peu de temps après, Sasha a quitté Varsovie. J’appris plus tard qu’il était entré à l’Université de Kiev et qu’il avait exercé un travail responsable dans l’organisation du Parti. Il a été arrêté à Kiev et est resté longtemps en prison dans l’attente de sa condamnation. Puis il fut exilé en Sibérie où il mourut peu de temps après. Une version de sa mort était qu’il a été tué par une balle perdue alors qu’il chassait, mais une autre, et plus probable à mon avis, était qu’il s’est tiré une balle dans un accès de mélancolie en raison de son isolement de l’activité révolutionnaire.

Après avoir observé l’œuvre propagandiste de Fédor et de Sacha, je me suis aventuré moi-même à entreprendre de diriger deux cercles. L’un était un cercle de femmes composé de sept jeunes couturières qui, malgré leur jeunesse, prenaient le travail du cercle au sérieux. Mais les réunions étaient beaucoup trop bruyantes pour être secrètes, et pour cette raison il fallait freiner l’ardeur des jeunes membres. Les silhouettes de la jolie Rachel agitée et de la sombre et calme Esther, qui étaient les organisatrices de ce groupe, restent dans ma mémoire avec une vivacité particulière. Mon deuxième cercle était celui d’un groupe de tailleurs qui travaillaient pour un grand magasin de prêt-à-porter. L’organisateur de ce cercle n’était pas un tailleur mais un porte-papier, Grisha Zharov, qui avait des liens étroits avec notre colonie et fréquentait souvent notre salle à manger.Grisha était très actif dans l’organisation des cercles ainsi que dans l’union des artisans lituaniens dans les sociétés mutuelles, les embryons des syndicats. Ces sociétés étaient organisées dans chaque métier. Les fonds étaient constitués de cotisations d’un certain pourcentage des maigres salaires des membres et servaient à l’assistance des ouvriers en grève, mais aussi aux camarades arrêtés ou exilés, et même à l’achat de littérature.

Les choses ne se passent pas aussi bien dans le cercle des tailleurs que dans celui des femmes. Dans les deux cercles, nous lisions la brochure de Sviderski, Labour and Capital , mais les tailleurs insistaient pour faire tourner la discussion vers des choses abstraites ; bien que j’aie essayé, je n’ai pas pu les ramener à la réalité, en particulier l’un d’entre eux, Zalman, qui revenait à chaque occasion à la « racine de toutes choses », à dieu, à la création du monde, etc. Il a même écrit un traité philosophique sur les « quatre éléments » sur lesquels le monde était censé être fondé, Zalman me torturait avec ces « éléments » même en dehors du cercle, venant chez moi tous les dimanches pour expliquer ses vues philosophiques.

Je vivais avec ma sœur, Rose Zelikson (Stavskaya), qui est arrivée à Varsovie à peu près à cette époque. Nous nous sommes arrangés pour écouter à tour de rôle les harangues de Zalman, moi prêtant l’oreille à une partie et elle au reste. Personne ne pouvait avoir assez de courage pour écouter toutes ses blagues, mais nous ne voulions pas l’offenser. Comme je n’avais aucune inclination pour les études philosophiques et que je connaissais très peu ce sujet, le travail dans ce cercle devenait assez difficile. Je l’ai abandonné à la première occasion.

L’essor fulgurant du mouvement ouvrier de masse dans les années 90, si vivement exprimé par les fameuses grèves de Saint-Pétersbourg de l’été 1896, montra clairement aux social-démocrates russes l’urgente nécessité de passer du travail en cercle étroit au travail de grande masse. En raison des circonstances dans lesquelles nous avons poursuivi notre travail à Varsovie, une autre question très importante se posait : dans quelle langue devions-nous continuer notre agitation, russe ou juive ? Lorsque nous travaillions parmi un nombre limité d’ouvriers juifs, nous utilisions la langue russe. Mais lorsque le travail a commencé à embrasser les larges masses d’ouvriers juifs, dont la majorité ne connaissait pas le russe, il est devenu clair que nous devions poursuivre notre travail en juif. Nous étions dans un dilemme, car beaucoup de nos camarades n’étaient pas juifs et ne savaient pas juif.Même si je pouvais lire et écrire un peu le juif, mes connaissances étaient insuffisantes pour servir l’objectif. Je connaissais quelques mots « ménagers », mais quand il s’agissait de diriger un cercle ou de faire un discours, j’étais complètement perdu.

Lorsque nous avons commencé à publier des tracts, à participer à des grèves et à diffuser de la littérature illégale que nous recevions de l’étranger, la police nous a davantage remarqués et nous a espionnés, mais de façon très primitive. Un individu à l’air suspect se postait à la porte et restait là pendant des heures jusqu’à ce qu’un autre personnage non moins intéressant vienne le soulager. Si quelqu’un allait quelque part, il suivait ; on a traversé la rue et il était déjà là. Parfois, l’espion devenait agaçant et l’un de nous se chargeait de l’éloigner. L’homme d’attaque irait se promener dans les jardins de Saxe, l’espion le suivant avec vigilance. Ainsi, pendant que l’espion filait à l’ombre de notre leurre, tout le travail nécessaire se faisait sans être inquiété à la maison, les camarades entraient et sortaient de la maison, tandis que l’espion se promenait dans les jardins de Saxe.

Puis nous avons commencé à recevoir de la littérature étrangère plus régulièrement et avec moins de peine, notamment après l’arrivée de Vera, une étudiante zurichoise liée au groupe « Emancipation du travail », qui était une sœur d’Eugenia Alexandrovna Tushinskaya, une de nos amies les plus proches. Vera transportait de la littérature non seulement à Varsovie, mais aussi à Saint-Pétersbourg.

Eugenia Alexandrovna était plus qu’une sympathisante. Bien qu’elle ne participait pas à l’organisation des cercles ouvriers, elle risquait tellement pour notre groupe que nous la considérions comme l’une des nôtres, même si son mari, qui lui rendait visite en de rares occasions, était un grand propriétaire qui avait dilapidé sa fortune. Il avait été un libéral, mais à ce moment-là, il avait dégénéré en fonctionnaire de la police des frontières polonaise. Eugénie avait honte de son mari et affligée de ces visites, mais elle ne pouvait se résoudre à rompre tout lien avec lui. Cependant, ses visites étaient très rares et brèves. Dès qu’il partait, on nous disait immédiatement que la maison était de nouveau à notre disposition. La maison d’Eugénie Alexandrovna était au-dessus de tout soupçon, d’où notre raison de l’utiliser autant que possible. Là, nous avons caché notre littérature, imprimé nos tracts,rencontré des grévistes et caché des camarades traqués par la police. Parfois, ces camarades devaient rester dans la maison plusieurs jours d’affilée et Eugenia Alexandrovna les nourrissait.

Pleine d’esprit, joyeuse et douce, Eugenia Alexandrovna avait le don spécial d’apaiser une personne fatiguée et nerveuse. Beaucoup d’entre nous étaient à moitié affamés et épuisés à l’époque. Elle vivait d’un revenu modeste gagné en donnant des cours de français. Malgré ses fonds limités, elle a réussi à aider les plus nécessiteux de notre groupe. Elle m’a nourri pendant longtemps quand je n’avais pas de ressources.

Le fait que ma sœur, moi et beaucoup d’autres camarades ne soient pas morts de faim à Varsovie était le résultat de l’entraide fraternelle, des relations vraiment fraternelles dans notre colonie, et surtout des efforts d’Eugénie Alexandrovna. C’est grâce à son aide que j’ai pu partir à l’étranger quelque temps après. Elle est morte dans un hôpital quelque part dans le sud, loin de nous tous, parce que notre vie souterraine dangereuse rendait impossible le luxe de prendre soin de ceux qui nous étaient proches et chers.

Quant aux conditions dans lesquelles s’effectuait notre travail, je ne puis me rappeler que nous fûmes réunis dans une sorte de groupe centralisé qui prenait des mesures précises ou prenait des décisions définitives. Peut-être qu’un tel groupe existait avec Feodor comme chef, mais moi, en tant qu’ouvrier de base, je n’en savais rien. Je ne peux que me souvenir que nous vivions en commune, discutions de toutes sortes de questions, étudiions en rond, nous consultions constamment. Quelqu’un écrivait un manifeste et les camarades qui se trouvaient à proximité le lisaient et en discutaient. Quiconque avait des compétences techniques s’engagerait à l’imprimer et à le diffuser. Il n’y avait pas de répartition appropriée des fonctions entre nous. Généralement, notre travail était d’un caractère quelque peu restreint, c’est-à-dire que nos conditions étaient dans une certaine mesure artificielles.Ne connaissant que le russe, nous étions nécessairement limités dans notre travail aux artisans lithuaniens, qui avaient une valeur infinitésimale tant en quantité qu’en qualité par rapport aux masses d’ouvriers polonais et polonais-juifs. Les Lituaniens n’étaient que des artisans et ne pouvaient naturellement pas jouer un rôle important dans un centre industriel aussi grand que Varsovie avec ses énormes masses prolétariennes. Pas étonnant que les membres les plus actifs de notre groupe se soient efforcés de s’éloigner de Varsovie pour participer aux activités des groupes russes.Pas étonnant que les membres les plus actifs de notre groupe se soient efforcés de s’éloigner de Varsovie pour participer aux activités des groupes russes.Pas étonnant que les membres les plus actifs de notre groupe se soient efforcés de s’éloigner de Varsovie pour participer aux activités des groupes russes.

Pour moi, personnellement, la possibilité de travailler dans les centres industriels russes ne pouvait se réaliser que si je recevais un permis pour vivre en dehors des ghettos juifs. Cela signifiait que je devais exercer une profession. Pour celui qui avait choisi le métier d’ouvrier révolutionnaire clandestin, ce n’était pas facile. Néanmoins, j’ai décidé d’aller à Vienne où j’allais suivre une formation de sage-femme de six mois. Après avoir obtenu mon diplôme de Vienne, je devrais passer un examen dans une université russe ; Le diplôme de sage-femme que j’obtiendrais si je réussissais aux examens me donnerait le droit de vivre dans n’importe quelle partie de la Russie et la possibilité d’exercer un travail souterrain révolutionnaire. Notes de bas de page

1 "Porteurs de Culture" - ceux qui se sont concentrés sur le travail éducatif pacifique par opposition au travail révolutionnaire - Ed.

2 « La première loi réglementant la journée de travail (la réduisant à onze heures et demie) n’est apparue que trois ans plus tard, en 1897, à la suite du grand mouvement de grève qui a balayé tous les grands centres industriels de Russie. Mais cette loi uniquement aux grands moulins et usines et non aux petits magasins.—CB

3 Le Pale of Settlement, ou Ghetto - les districts à l’extérieur desquels les Juifs n’étaient pas autorisés à résider sous le tsar. —Ed.

5 "La richesse russe." - Ed.

6 Trois roubles ou cinq roubles.—Ed.

II. Mon premier voyage à l’étranger

À l’automne de 1896, je suis rentré chez moi, où mes activités révolutionnaires étaient inconnues, pour obtenir un passeport de gouverneur pour aller à l’étranger, à Vienne. Et ici, à mon arrivée dans ma ville natale, j’entendis pour la première fois parler du « vieil homme », qui était le surnom politique de Lénine à Saint-Pétersbourg. Je ne l’ai pas rapproché à cette époque de Tuline (VI Lénine) dont j’avais lu avec avidité les articles à Varsovie. Je me souviens clairement des circonstances dans lesquelles j’appris pour la première fois l’existence du « vieil homme ». J’avais une amie, Elena Solomonovna. Ses parents presque paupérisés vivaient dans une petite hutte à la périphérie de la ville. Elena, comme moi, a quitté sa ville natale, mais au lieu d’aller à Varsovie, elle est allée à Saint-Pétersbourg. Là, elle a eu la chance de suivre des cours d’infirmières.Quand j’ai appris par ma mère qu’Elena était également venue rendre visite à ses parents, je me suis précipité chez elle pour prendre les dernières nouvelles révolutionnaires de Saint-Pétersbourg.

C’était un vendredi soir et, comme dans tout foyer juif respectable, au moins cinq chandelles de suif jetaient leur lumière vacillante dans la petite hutte. Elena sortit de son bas quelques tracts de Saint-Pétersbourg et nous nous assîmes à la lumière terne des bougies, absorbés par notre lecture. A propos de ces tracts, Elena m’a dit qu’il y avait à Saint-Pétersbourg un certain « vieil homme », qui n’était pas vraiment un vieil homme mais qui portait ce surnom. Ce « vieil homme » était en prison à ce moment-là, mais il s’est arrangé pour rédiger des tracts et les distribuer à ses camarades. Mais la chose la plus intéressante qu’il ait écrite à l’époque était sa brochure Ce que sont les « amis du peuple » et comment ils combattent les sociaux-démocrates.dans lequel il réfute les théories utopiques des Narodniks, ou populistes qui prédominaient dans le mouvement socialiste en Russie à cette époque. À notre grande déception, Elena n’a pas pu se procurer un exemplaire de cette brochure.

Au bout de trois ou quatre mois, le passeport désiré arriva du gouverneur de Vitebsk et je partis pour Varsovie, de là peu après pour Vienne. Comme je l’ai dit, les fonds pour mon voyage ont été fournis par Eugenia Alexandrovna qui, avec l’aide de quelques amis, a également réussi à organiser une petite allocation pour moi.

Les liens avec les milieux révolutionnaires étrangers étaient bien établis, et la première personne que j’ai rencontrée à Vienne était la fille d’Axelrod, l’un des fondateurs du groupe « Emancipation du travail » et qui est devenu plus tard un menchevik et un ennemi déclaré du Union soviétique. Sa fille, Vera Axelrod, était étudiante en médecine. Cette connaissance m’a aidé à surmonter la difficulté de ma connaissance imparfaite de l’allemand et m’a permis de m’installer rapidement. Ayant fait ses études à Zurich, Vera parlait couramment l’allemand ; elle connaissait aussi personnellement les dirigeants éminents du parti social-démocrate autrichien.

Les événements à Vienne pendant que j’étais là-bas - les réunions de masse, les grèves, les conflits féroces du Parti au Reichsrat, les manifestations de rue contre le ministère détesté de Badeni - tout cela a fait une énorme impression sur moi qui avait été élevé dans les traditions du travail clandestin. . J’ai assisté à une grande réunion de masse des navvies des paysans galiciens. Ces ouvriers ont écouté les différents orateurs avec un vif intérêt, et certains d’entre eux sont même montés sur l’estrade en tablier et en sabots et ont prononcé eux-mêmes des discours animés. Ils ressemblaient aux paysans de notre province de Vitebsk mais, en comparant les deux mentalement, j’aurais dit à quiconque me suggérerait qu’un jour j’assisterais à des réunions similaires dans mon pays natal qu’ils étaient des rêveurs. Alors que je croyais avec ferveur au triomphe de la révolution russe, ce triomphe me semblait alors inaccessible.

J’ai non seulement assisté aux grandes réunions au cours desquelles les agitateurs les plus en vue prononçaient des discours entraînants, mais aussi aux petits rassemblements dans tous les clubs socialistes où se tenaient des conférences théoriques et des discussions. Vers cette époque, la tendance révisionniste était clairement définie dans le parti social-démocrate allemand. Je ne me souviens pas si nous avons lu le livre d’Eduard Bernstein ou des articles dans la revue Die Neue Zeit ; mais la critique de Marx et la révision de ses théories étaient alors à la mode, et dans les réunions de club, la discussion portait principalement sur le révisionnisme. Bien que mes sympathies personnelles fussent du côté des marxistes orthodoxes et non des critiques de Marx, il m’était néanmoins très difficile de comprendre ces polémiques.

Les exilés russes à Vienne ne m’ont pas particulièrement marqué, mais ce qui s’est profondément gravé dans ma mémoire, c’est l’autre Vienne, la Vienne qui était le centre du mouvement ouvrier autrichien. La vie à Vienne était très variée et intéressante, mais je ne pouvais pas me permettre d’y rester longtemps. Mes finances diminuaient rapidement malgré le fait que Vera et moi vivions très modestement. Nous avons loué une petite chambre et avons vécu principalement de lentilles et de salade de pommes de terre. En de rares occasions, nous nous permettions le luxe d’un "beefsteak" de viande d’âne pour lequel nous étions taquinés par nos amis qui déclaraient qu’une telle nourriture stimulerait la croissance de nos oreilles. En raison de notre manque de fonds, nous avons essayé de voir et d’entendre autant que possible dans les plus brefs délais.

Le matin, nous avons acheté l’ Arbeiter Zeitung et nous sommes d’ abord tournés vers la dernière page où « des réunions, des conférences et des rapports » étaient annoncés et selon laquelle nous planifiions notre journée. Nous étions obligés de parcourir la plupart des distances à pied, mais cela ne nous dérangeait pas, si la rencontre s’avérait intéressante. De temps en temps, on nous rappelait notre travail « fondamental », l’université de Vera et mes cours de sage-femme ; mais nous avons essayé d’y consacrer un minimum de temps et d’attention. Il n’était donc pas surprenant que je n’aie pas réussi mes examens et que j’aie été obligé de rester pour un autre trimestre.

J’ai reçu une invitation à passer mes vacances d’été chez les parents de Vera à Zurich. Je pensais depuis longtemps à un voyage en Suisse. J’ai toujours rêvé d’entrer effectivement en contact avec le groupe "Emancipation du Travail". Je voulais aussi lire plus de littérature illégale et apprendre de sources de première main ce qui se passait dans le mouvement clandestin russe.

À la maison Axelrod cet été-là, j’ai rencontré Plekhanov et Vera Zasulich ainsi que Bebel, Kautsky et Bernstein.

Je me souviens bien de la première fois que j’ai vu Plekhanov. Je me tenais dans le petit jardin de la maison Axelrod, en train de parler à Sasha, le fils d’Axelrod qui venait de monter à vélo. Tout d’un coup, un Européen d’âge moyen bien habillé, vêtu d’un costume gris clair, de chaussures marron et de gants de chevreau, s’inclina devant nous et, se tournant vers Sasha, dit : « Eh bien, comment aimez-vous le vélo ? Je fais un tour dessus ? Ou est-il inapproprié pour un écuyer de Tambov de monter sur un cheval d’acier ?"

« Qui est ce monsieur aux yeux intelligents » ? J’ai pensé en moi-même, et quand le « gentleman » est entré dans la maison, j’ai commencé à interroger Sasha. Sasha m’a regardé avec surprise et s’est exclamée : "Pourquoi, ne saviez-vous pas qu’il était Georgi Valentinovich ?" Naturellement, un jeune qui avait grandi en Suisse ne pouvait pas comprendre que, selon mes conceptions, Plékhanov aurait plus probablement été en lambeaux qu’en gants de chevreau jaune.

Mais si l’apparence extérieure et les habitudes de Plekhanov ont pu causer une certaine déception à un ouvrier clandestin russe, l’apparence de Vera Zasulich et tout son mode de vie ont compensé au centuple la première désillusion.

J’ai rencontré très souvent Vera Zasulich cet été-là parce qu’elle vivait aussi pratiquement à la maison Axelrod. Elle avait une chambre dans la rue voisine, et les Axelrod ont tout fait pour la persuader de quitter cette tanière. Vera Zasulich toussait et était en effet très malade, et sa chambre ne lui convenait absolument pas. Mais ne voulant pas déranger les Axelrods, elle refusa leurs invitations à dîner avec eux, disant qu’il lui était assez facile « de faire cuire une marmite de soupe qui durerait toute une semaine ». Une fois, elle a dit à Vera Axelrod et à moi au sujet des vêtements : « Il est inutile qu’une couturière te fasse un chemisier. N’importe qui peut en découper un. Il suffit de laisser deux trous pour les manches et un troisième trou. pour le collier." En effet,elle portait habituellement une robe en coton gris qui ressemblait vraiment à un sac avec des trous pour les manches et le col. Elle s’y sentait parfaitement à l’aise et l’a même porté une fois au théâtre. Elle nous considérait Vera Axelrod et moi comme des enfants et ne nous parlait jamais sérieusement.

Les discussions qui s’élevèrent entre Plekhanov, Axelrod et Zasulich portèrent principalement sur leurs différends avec les économistes russes et les révisionnistes allemands, mais ils n’ont pas rompu leurs relations personnelles avec l’un ou l’autre.

Lorsqu’Eduard Bernstein a rendu visite aux Axelrod à Zurich, les hôtes et l’invité ont eu une conversation paisible autour du thé. Bernstein, le père du révisionnisme allemand, m’a impressionné comme un homme simple à lunettes bleues. Ce que cet homme aux verres bleus a dit au thé, je l’ai complètement oublié.

Une autre fois, « les Webbs russes », comme on appelait alors Kuskova et Prokopovitch, visitèrent les Axelrods, et Plekhanov vint de Genève pour les rencontrer. Ils ont eu une longue discussion dans le bureau d’Axelrod dans laquelle nous, les jeunes invités, n’avons pas été autorisés à entrer. Quand ils sortirent pour prendre le thé, Plekhanov était de bonne humeur, Kuskova paraissait rougie et confuse, tandis qu’Axelrod et Zasulich regardaient Plekhanov avec des yeux admiratifs.

Il ne m’est alors jamais venu à l’esprit que Paul Borisovitch Axelrod mettrait un jour des rayons dans la roue de cette révolution dont il m’a tant parlé. Je ne pourrais jamais non plus rêver que Plékhanov, qui était alors si près de nous, deviendrait si infiniment distant, étranger et hostile.

À l’automne, je suis retourné à Vienne où j’ai été obligé de travailler sérieusement à la clinique, car à la fin de mon mandat dépendait mon droit de vivre dans n’importe quelle partie de la Russie - ce droit particulier d’être sans droits qui était le lot de les gens du commun dans l’empire russe à cette époque.

Après avoir passé l’examen et obtenu mon diplôme autrichien, je suis rentré un peu chez moi, certain de pouvoir obtenir un certificat de fiabilité politique que je devais présenter à l’université avant de pouvoir me présenter à un examen. Jusque-là, absolument personne à la maison n’était au courant de mon association avec le mouvement.

Après de nombreuses difficultés, j’ai finalement obtenu le document requis du gouverneur de Vitebsk et j’ai décidé d’aller à Kharkov. Là-bas, j’ai dû passer un examen d’anatomie, de physiologie et d’infirmière afin d’échanger mon diplôme autrichien contre un diplôme russe. Le diplôme russe m’a permis à son tour de changer mon ancien passeport qui disait « valable uniquement là où les Juifs sont autorisés à vivre » contre un nouveau qui disait : « La sage-femme juive, telle et telle, a le droit de vivre dans n’importe quelle partie de la Russie."

III. Travailler à Kharkov

J’ARRIVE À Kharkov à l’été 1899, environ trois mois avant le début des examens. Je devais apprendre le syllabus du cours, me préparer aux examens à venir et m’inscrire à l’université ; mais accomplir ce dernier n’était pas facile. Selon le règlement, tous ceux qui souhaitaient se présenter aux examens devaient être domiciliés en permanence à Kharkov. Mais pour obtenir une chambre sur un passeport juif, il fallait avoir un document certifiant que l’on était admissible à l’examen. Aussi impossible que cela paraisse à première vue, nous apprîmes bientôt que cela pouvait être arrangé très simplement par un « prélèvement volontaire » de dix roubles. Lorsque ce pot-de-vin a été passé par certains canaux dans les profondeurs du bureau universitaire, le nœud gordien a été rapidement coupé. Ayant légitimé mon meurtre à Kharkov d’une manière si illégitime,Je me suis immédiatement occupé non pas tant de la préparation des examens à venir que de la recherche de contacts avec le mouvement clandestin.

Quand j’étais à l’étranger, j’appris qu’après le premier congrès du Parti tenu au printemps de 1898, les organisations social-démocrates n’étaient plus des syndicats, des groupes ou des cercles déconnectés, bien que de nombreuses arrestations aient eu lieu dans toutes les villes. Je savais que le Parti s’était uni au Congrès et qu’il avait des comités dans toutes les régions du pays. J’étais bien certain qu’il y avait un comité à Kharkov et qu’il ne me restait plus qu’à le trouver. Bien que le comité soit une affaire très secrète, j’ai néanmoins réussi très rapidement à prendre contact avec certains de ses membres et à rejoindre l’organisation locale.

L’organisation locale était un noyau bien soudé d’ouvriers révolutionnaires, même si elle n’avait pas encore pris une forme organisationnelle définie et n’avait même pas de nom défini. Nous avons fait de la propagande dans les cercles ouvriers, exécuté toutes les tâches techniques d’impression de tracts, de dissimulation et de distribution de littérature, d’obtention de quartiers généraux pour des réunions secrètes. Nous avons organisé des rassemblements illégaux au cours desquels des reportages et des conférences sur des thèmes politiques et économiques ont été faits. Nous avons organisé des concerts, des pièces de théâtre et d’autres entreprises lucratives dont nous avons obtenu les fonds pour faire fonctionner notre organisation ainsi que pour soutenir les grévistes ou les camarades qui avaient été arrêtés.

Il ne nous est jamais venu à l’esprit que nous devions aider non seulement les camarades arrêtés, mais aussi les camarades qui étaient occupés toute la journée aux affaires de l’organisation et qui mouraient littéralement de faim. Beaucoup d’entre nous, n’ayant pas d’occupation définie et ne recevant aucune aide régulière de la maison, souffraient très gravement. Je peux dire par moi-même qu’à Varsovie et en partie à Vienne, j’étais devenu un adepte du short. Mais entraîné comme j’étais, ce que j’ai enduré à Kharkov s’est avéré plus que ce que je pouvais supporter. Il y a eu de nombreux jours où je n’avais rien d’autre qu’un verre d’eau. Je n’avais pas d’argent pour acheter un morceau de pain, encore moins pour acheter un dîner. Toute la journée, je m’occupais des affaires nécessaires ; mes jambes se dérobaient sous moi, ma tête tournait. Ces jours-là, il était particulièrement pénible de chercher un appartement pour des réunions secrètes ou pour cacher de la littérature illégale.Je serais obligé de visiter des médecins, des avocats, des ingénieurs et des dentistes "sympathiques". Ces gens avaient de si petites maisons douillettes. Ils vous ont accueilli avec beaucoup d’hospitalité et vous ont offert une tasse de thé miniature avec des biscuits feuilletés. Ils ne pouvaient pas se rendre compte qu’il y avait une personne affamée devant eux qui devrait recevoir un repas carré et ne pas être taquiné avec des biscuits. Une fois, la faim était si forte que, profitant de l’absence de ma logeuse, je suis allé à la cuisine, je me suis coupé une grosse tranche de pain, je l’ai trempée dans une marmite de soupe aux choux appétissante, grasse, je me suis enfermé dans ma chambre et je l’ai mangée ; et je n’en ai pas parlé à la logeuse à son retour. Pendant ces périodes de faim intense, je serais dans un désespoir total. Je préférerais mourir plutôt que d’abandonner le travail du Parti et les relations quotidiennes avec les camarades ;pourtant, si je cherchais un emploi, cela signifierait que je devrais abandonner mon travail au Parti et m’occuper de quelque chose que je ne connaissais ni n’aimais. Je détestais la sage-femme. De toute ma vie future, je n’ai jamais aidé un seul enfant à venir au monde.

La maladie m’a sauvé de cette famine systématique. Le médecin a déclaré que ma maladie était due à la famine. Ce diagnostic fit sursauter mes camarades. Quand j’ai récupéré, du travail m’a été immédiatement trouvé dans une bibliothèque Zemstvo. Le travail était très simple et j’étais payé à la journée, deux roubles par jour. D’ailleurs, j’ai vite découvert que la bibliothèque Zemstvo pouvait être utilisée à des fins révolutionnaires, de sorte que mes esprits se sont complètement rétablis. Je sentais que j’étais devenu si riche que j’ai même envoyé chercher mon frère. Je voulais qu’il passe ses examens au lycée de Kharkov. Mes plans n’ont pas tout à fait réussi, mais le plus important a été fait : mon frère s’est associé à notre foule révolutionnaire et s’est avéré plus tard être un ouvrier du Parti très actif et un bolchevik.

Au fur et à mesure que notre travail parmi le prolétariat s’étendait, le comité commença à sentir que nous, les travailleurs du Parti, avions besoin d’une instruction plus théorique. Quinze des membres les plus actifs ont été nommés pour suivre des cours théoriques. Nous avons pris nos études très au sérieux et avons beaucoup appris. En même temps, chacun de nous prenait en charge un cercle ouvrier.

On m’a donné deux cercles d’ouvriers. L’un était composé de quelques cheminots de Kharkov. Il y avait six jeunes travailleurs et leur organisateur, Vassily Sheykov. Ce groupe se réunissait deux soirs par semaine. Nous avons lu Bogdanovs Political Economy mais, à vrai dire, nous avons souvent dévié du sujet. J’avais l’habitude de dire aux travailleurs (de manière assez peu systématique parfois) tout ce que j’avais entendu et vu à l’étranger. Mes récits de la vie des ouvriers autrichiens et suisses ont suscité un grand intérêt dans le cercle. Ils ont appris avec non moins d’intérêt mes rencontres avec nos révolutionnaires russes qui vivaient à l’étranger. Ces écarts par rapport au sujet nous inquiétaient beaucoup, Cheykov et moi. Nos progrès dans la couverture du nombre requis de pages d’ économie politiqueétait très lent. Je me suis même plaint au comité de mon manque de succès. Le comité a essayé de me calmer en disant que puisque les ouvriers écoutaient volontiers mes récits, le travail n’était pas vain et que je devais continuer à faire mon cercle comme je l’avais fait.

L’autre cercle, également composé de cheminots, se réunissait à la gare de Lubotin. Nous n’avons pas réussi à organiser un travail régulier avec ce cercle. Personnellement, je n’étais pas capable d’entreprendre de tout mon cœur le travail systématique en cercle ; J’étais beaucoup plus intéressé par le travail d’organisation et c’était une erreur de me faire travailler comme propagandiste. J’étais plus intéressé à maintenir le contact organisationnel avec les travailleurs de Lubotin en distribuant des tracts, de la littérature illégale et en transmettant les instructions du comité aux travailleurs qu’en dirigeant un cercle. Je fis de fréquentes visites à Lubotin et mes apparitions dans cette gare déserte n’étaient pas sans danger : elle attira bientôt l’attention de ceux qui s’y intéressaient. Outre le dépôt de Kharkov et les cercles de la gare Lubotin, j’avais des contacts étroits avec une usine belge par l’intermédiaire d’un ancien exilé de St.Ouvrier de Saint-Pétersbourg, Onuphry Zhelabin. Zhelabin a organisé un noyau fort d’ouvriers conscients de classe dans son usine belge. Ce groupe avec Jelabin a ensuite mené une grève là-bas, au cours de laquelle Jelabin a constamment communiqué avec le comité par mon intermédiaire. Je lui donnais des tracts à distribuer aux grévistes et de l’argent pour aider leurs familles. Cet argent et le petit pont sur lequel nous nous sommes rencontrés pour remettre l’argent par la suite figuraient dans l’enquête policière comme une preuve majeure contre moi.Cet argent et le petit pont sur lequel nous nous sommes rencontrés pour remettre l’argent par la suite figuraient dans l’enquête policière comme une preuve majeure contre moi.Cet argent et le petit pont sur lequel nous nous sommes rencontrés pour remettre l’argent par la suite figuraient dans l’enquête policière comme une preuve majeure contre moi.

En plus de mon travail régulier, je devais souvent effectuer des commissions spéciales pour le comité. Un jour, le comité m’ordonna d’aller sans tarder à Vilna chercher une valise remplie de littérature illégale qui avait été spécialement préparée pour l’organisation de Kharkov. J’ai menti sans vergogne à ma logeuse sur la raison de mon départ ; bien qu’elle fût une sympathisante, ma logeuse était une vraie bavarde et je n’ai donc pas osé lui dire la vraie raison, de peur qu’elle ne le laisse échapper à d’autres, alors je lui ai dit que j’avais été soudainement appelé par mes parents pour une famille importante question. Un des membres du comité m’apporta cent roubles et l’adresse nécessaire, et le soir même je me mis en route.

Le malheur attendait mk à Vilna. Je n’ai pas trouvé le camarade à la maison. Toute la journée j’ai erré dans l’étrange ville. Le soir où j’ai rencontré le camarade, j’ai découvert à mon grand chagrin que la littérature pour Kharkov était à Vitebsk. Je partis aussitôt pour Vitebsk où je trouvai bientôt l’adresse qu’on m’avait donnée. La maison appartenait à un riche marchand dont je connaissais le fils à Kharkov, car c’est par lui que j’entretenais des liens avec le journal illégal, le Yuzhny Rabochi (travailleur du Sud) .

Je l’ai trouvé dans un état très inquiet. Il était assis enfermé dans sa chambre dans le luxueux manoir de son père, presque enseveli sous des piles de littérature illégale. Il s’est plaint à moi que la servante avait essayé de nettoyer la chambre pendant plusieurs jours. Il avait trouvé diverses excuses pour ne pas la laisser entrer. Mais cela ne pouvait pas continuer très longtemps. Son peuple en aurait vent tôt ou tard. Quelqu’un avait confondu les villes dans une lettre envoyée à divers endroits et écrit que la littérature était à Vilna au lieu de Vitebsk, donc les camarades n’étaient pas venus la chercher.

Prenant la précieuse valise qui avait causé tant de soucis, je retournai à Kharkov. Le comité fut fou de joie à mon retour, ma longue absence m’ayant fait croire que j’étais perdu. La littérature que j’ai apportée était principalement celle publiée par le groupe « Emancipation du travail ». Seuls quelques-uns des livres ont été publiés par la Raocheye Dyelo (la cause des travailleurs) .

A cette époque, la controverse faisait rage entre les économistes-révisionnistes et les marxistes orthodoxes qui favorisaient une lutte politique généralisée. Lénine, dans sa fameuse réponse envoyée d’exil, a déclaré la guerre à toutes les idées exprimées par E. Kuskova dans le Credo. Dans cette controverse, la majorité des membres de l’organisation de Kharkov approuva la position de Lénine. Seuls les travailleurs individuels, tant au centre qu’à la périphérie, vacillaient, et c’est pourquoi des polémiques houleuses surgissaient parfois lors des réunions des dirigeants de Kharkov.

Yuli Osipovich Cederbaum (Martov), ​​qui vivait alors à Poltava sous la surveillance de la police et qui nous rendait visite secrètement à Kharkov, nous a aidés à prendre une position décisive dans cette affaire. On ne pouvait pas savoir alors que le flamboyant Cederbaum s’efforcerait plus tard d’affaiblir l’esprit de la révolution russe, et qu’il deviendrait le chef des mencheviks.

Je ne peux pas me rappeler exactement quels liens organisationnels existaient entre le comité de Kharkov et le comité de rédaction du Southern Worker. Je me souviens, cependant, que les liens étaient très étroits. De nombreux membres du comité de Kharkov ont écrit pour le Southern Worker. Même s’il révélait des tendances séparatistes sur les questions d’organisation, chaque numéro de ce journal politique militant était une fête pour l’ensemble de l’organisation de Kharkov. À un moment donné, j’ai servi de contact avec le Southern Worker dont l’imprimerie était à Krementchouk.

Bien que ses travaux ne cessent de croître, le Comité de Kharkov a continué à fonctionner dans un profond secret. Même nous, les travailleurs de la périphérie engagés dans un travail très responsable, étions tenus « à distance » pour ainsi dire du comité. Moi-même, qui remplissais diverses fonctions exigeant une grande habileté dans l’art du secret, et donc digne de confiance, je n’ai jamais assisté à une seule réunion du comité, bien que j’étais en bons termes avec plusieurs des membres du comité. Ils venaient dans ma chambre et je leur rendais visite, non seulement pour affaires, mais aussi pour prendre une tasse de thé et discuter amicalement lors de rares soirées libres. Ce secret délibéré du comité a non seulement blessé l’estime de soi de nombreux travailleurs, mais il a eu un effet néfaste sur le travail de la périphérie.Nous étions obligés d’exécuter aveuglément les décisions du comité, puisque nous n’avions pas la moindre part à leur prise. Cet état de fait ultra-conspirateur a créé un grave mécontentement dans nos rangs. La question a été soulevée lors de plusieurs réunions de la périphérie. À l’un d’eux, je m’y suis opposé avec véhémence. Et quand le comité a appris ce mécontentement, l’un de ses membres, le Dr Ivanov, a déclaré : « Tout cela est un non-sens. Nous ne devons accorder aucun privilège à la périphérie ; ce ne serait pas un complot. " (Cela m’était destiné.)Et quand le comité a appris ce mécontentement, l’un de ses membres, le Dr Ivanov, a déclaré : « Tout cela est un non-sens. Nous ne devons accorder aucun privilège à la périphérie ; ce ne serait pas un complot. " (Cela m’était destiné.)Et quand le comité a appris ce mécontentement, l’un de ses membres, le Dr Ivanov, a déclaré : « Tout cela est un non-sens. Nous ne devons accorder aucun privilège à la périphérie ; ce ne serait pas un complot. " (Cela m’était destiné.)

Dans le conflit entre le Comité de Kharkov et sa périphérie, ce dernier n’a pas accusé le premier de bureaucratie et de privilèges excessifs. L’entre et la périphérie n’avaient qu’un privilège, celui d’être pris par la police tsariste, sinon aujourd’hui, demain. Le conflit n’était dû ni aux mauvaises intentions des membres du comité, aux exigences déraisonnables de la périphérie ou à l’obstination de l’un quelconque de ses membres, mais simplement au fait que le mouvement ouvrier se développait rapidement à Kharkov alors que nous tâtonné pour les canaux organisationnels par lesquels notre travail devait être effectué.

Je vais essayer de donner une description plus détaillée de toute la structure de l’organisation de Kharkov de haut en bas. Il n’y avait d’ailleurs aucune forme d’organisation définie à Kharkov ou ailleurs en Russie. Parfois, des comités locaux étaient élus et parfois nommés par le centre, puis complétés par des membres cooptés. Le plus souvent, ces comités étaient formés par un révolutionnaire actif (ou un groupe de révolutionnaires) dans la ville, qui établirait des contacts solides avec les masses. Il (ou le groupe) sélectionnerait quelques camarades capables et ceux-ci se déclareraient un comité. Le Comité de Kharkov, à ma connaissance, n’a été ni élu ni nommé, mais organisé de la manière susmentionnée.

Après le comité (l’organe directeur) vint la périphérie (l’organe exécutif) qui se composait de plusieurs dizaines de camarades. Il n’y avait pas de division appropriée des fonctions ni au sein du comité ni à la périphérie. Ainsi, par exemple, le comité n’avait pas de secrétaire. Il n’y avait pas de départements distincts pour le travail d’organisation, de propagande ou d’agitation. Personne n’a même été nommé pour s’occuper des fonctions littéraires. La seule division entre le comité et la périphérie était que le premier exerçait des fonctions de direction et le second, d’exécutif. Mais chacun de nous devait être à la fois propagandiste, organisateur, imprimeur et distributeur.

Le principal soutien du Comité de Kharkov parmi les masses purement prolétariennes était les ouvriers des ateliers des chemins de fer. Ces magasins avaient leurs propres organisations qui étaient composées d’un certain nombre de cercles à la tête desquels se trouvait le cercle central. Ce dernier était à son tour dirigé par deux ouvriers remarquables, membres du Comité de Kharkov. Voyeikov et Matrossov, mais principalement Voyeikov, qui a joué un rôle important dans la manifestation du premier mai de Kharkov en 1900 et si honteuse par la suite au moment de notre arrestation. Un autre soutien était les cercles de l’usine de locomotives dont le chef était l’ouvrier Simonov, également membre du comité de Kharkov.Des contacts ont également existé avec des travailleurs individuels dans chaque grande usine de Kharkov. Le contact est également maintenu avec les artisans de la ville, mais ici les choses ne vont pas si bien. Il y avait une opposition de la part du groupe dirigé par Makhov, un ouvrier d’Ivanovo-Voznessensk. Ce groupe représentait une sorte d’« opposition ouvrière ». Makhov semblait haïr les intellectuels plus que quiconque, et il était également fortement opposé à la politique, arguant que les travailleurs ne devaient mener que la lutte économique. L’organisation de Kharkov avait un grand nombre de membres à l’époque (grand pour une organisation clandestine). Mais il était tout à fait impossible d’en tenir un registre convenable. Aucun de nous n’avait de carte de membre du Parti ; le mandat qui nous donnait droit à la haute vocation de membre du Parti était au plus profond de nos cœurs.On peut dire sans risque de se tromper qu’au moment de la manifestation du 1er mai en 1900, l’organisation a sous-estimé sa propre force ; il ne se rendait pas compte que son influence était si forte. Ainsi, la manifestation du 1er mai a été une grande surprise à la fois pour le comité et la périphérie. Les tracts du 1er mai qui avaient été imprimés dans l’imprimerie de l’Ouvrier du Sud, et que nous avions distribués dans les usines, appelaient à la grève générale et à la manifestation. Mais ce qui arriva le 1er mai dépassa nos attentes les plus folles.Les tracts du 1er mai qui avaient été imprimés dans l’imprimerie de l’Ouvrier du Sud, et que nous avions distribués dans les usines, appelaient à la grève générale et à la manifestation. Mais ce qui arriva le 1er mai dépassa nos attentes les plus folles.Les tracts du 1er mai qui avaient été imprimés dans l’imprimerie de l’Ouvrier du Sud, et que nous avions distribués dans les usines, appelaient à la grève générale et à la manifestation. Mais ce qui arriva le 1er mai dépassa nos attentes les plus folles.

Le matin, les cheminots descendirent dans les rues et tinrent une réunion à la Levada. Ils ont déployé une banderole rouge et un membre du comité, Voyeikov, a prononcé un discours. Le gouverneur, en apprenant la manifestation, se précipita vers la Levada. Il a été accueilli par Voyeikov, entouré d’une foule dense de camarades. Après un entretien avec Voyeikov, le gouverneur a été obligé de se retirer. Les ouvriers de l’usine de locomotives ont tenté de marcher à travers la ville et de se joindre à la manifestation des cheminots. Mais les cosaques les empêchèrent de s’allier en barrant la chaussée. Au cours de l’affrontement entre les ouvriers de l’usine de locomotives et les cosaques, certains des ouvriers les plus hardis désarmèrent quelques cosaques et brandirent leurs lances en guise de trophées de victoire.

La grève générale du 1er mai à Kharkov a fait grand bruit. Après cela, notre travail est allé à un rythme plus fébrile. Mais si cette grève nous a beaucoup appris, elle a aussi donné une leçon à la police de Kharkov. Toute la force était mobilisée pour nous traquer.

Tout d’abord, un groupe de dix-huit cheminots, dont Matrossov et Voyeikov, ont été arrêtés et exilés dans la province de Viatka sous l’accusation d’être à l’origine des manifestations du premier mai. Beaucoup d’entre nous ont été soigneusement suivis par des espions. Cela a conduit à l’arrestation de toute l’organisation et de la plupart des cercles. L’espionnage policier à Kharkov n’était pas aussi grossier qu’à Varsovie. À un moment donné, par exemple, j’ignorais totalement que j’étais suivi. Plus tard, j’ai découvert que la police m’avait suivi tout l’été. Mais un mois avant les arrestations générales, les espions cessèrent de déguiser leurs activités ; ils surveillaient ma maison et obstinaient mes pas tout à fait ouvertement. Quand je devais m’occuper d’une affaire urgente, je devais commencer tôt le matin et faire semblant d’aller faire du shopping. Parfois, j’allais dans divers magasins,entrer dans la boutique d’un couturier et essayer un certain nombre de robes. Ceci, bien sûr, prendrait beaucoup de temps ; l’espion se lasse d’attendre et s’en va.

Une fois, il m’était impératif de livrer un paquet de tracts et de discuter avec deux employés de Lubotin. Je suis parti pour la gare ce matin-là en regardant prudemment autour de moi. Quand je suis monté dans le train, j’ai remarqué qu’un homme à l’air suspect avec un nez plat est monté dans la voiture suivante. Lorsque je suis descendu à la gare Lubotin, il est également descendu. J’ai regardé autour de la plate-forme, mes ouvriers m’attendaient. Je les ai dépassés, les ignorant de manière démonstrative. Ils ont immédiatement compris que quelque chose n’allait pas et n’ont fait aucun signe de reconnaissance. Je suis allé au buffet et j’ai commandé une tasse de thé. Je me suis assis à l’une des tables en buvant du thé et en pensant quoi faire par SMS. À une autre table non loin de là, mes amis buvaient de la bière. Et à une troisième table était assis l’homme au nez plat, buvant aussi du thé. J’ai presque éclaté de rire, tant la situation semblait ridicule.Je me suis assis ainsi jusqu’à ce que le prochain train de Kharkov arrive.

Je suis monté dans le train avec les paquets de tracts toujours en sécurité dans mes bas et ma poitrine.

Quand je suis revenu à la ville, l’homme au nez plat n’était pas en vue. J’ai marché dans la ville jusqu’à ce que je sois prêt à tomber de fatigue. Ensuite, j’ai décidé d’aller voir une de mes amies, une infirmière, qui vivait à l’hôpital de la Société médicale dans la rue Pouchkine. Là, j’ai pris une bouchée et une tasse de thé. J’ai caché les tracts dans sa chambre et, quand j’ai été suffisamment reposé, je suis rentré chez moi.

Mais les aventures de ma journée n’étaient pas destinées à se terminer si heureusement. Cette nuit-là, j’ai été réveillé par la police. Parmi eux se trouvait l’homme au nez plat. Ce fait m’a tellement bouleversé que j’ai pensé que tout cela faisait partie d’un cauchemar, mais je suis vite revenu à moi-même et j’ai compris que c’était une sombre réalité. Mon tour était venu d’aller en prison. J’avais eu une chance inhabituellement longue. J’avais travaillé à Varsovie, voyagé à l’étranger, j’avais effectué un travail très important et dangereux à Kharkov pendant une année entière, et maintenant le moment était venu d’en payer le prix. Néanmoins, ces contemplations philosophiques ne pouvaient apaiser ce sentiment affreux qui m’accablait à la perspective de perdre ma liberté. Tous ceux qui vivent cette expérience pour la première fois ressentent la même chose. Et pour aggraver la situation, le policier se montra d’une gaieté des plus irritantes.Pendant qu’on fouillait ma chambre, il essaya d’avoir de l’esprit et demanda : « Êtes-vous très découragée ? cela me brise le cœur de le faire, je vous arrête au nom de la loi.’" Puis il se mit à fouiller parmi les livres sur mon bureau. Il a joué avec les volumes de MarxCapital and Political Economy et a dit : "Vous avez beaucoup de ’capital’, mais seulement soixante kopecks dans votre sac à main."

J’ai dû passer le reste de la nuit au poste de police où une prostituée ivre a crié à tue-tête jusqu’à ce que les premières lueurs de l’aube aient fait leur effet dégrisant. Sous mes yeux, elle a volé une serviette au policier de service. Un homme aux favoris rouges soigneusement entretenus, vêtu d’une redingote bien coupée, allait et venait toute la nuit. Dans des chuchotements respectueux, les policiers se sont racontés que cet homme avait été arrêté pour détournement de fonds publics.

Tôt le matin, j’ai été emmené dans une prison bien connue de Kharkov. Le gouverneur de la prison à l’époque était le lieutenant-colonel Dikhov, dont les favoris, les yeux croisés et l’expression meurtrière me rappelaient les clés en main si bien décrites par Melchine. Dikhov avait deux soldats préférés, Stadnik et Melnik. Ils se relayaient dans le couloir secret. Ce couloir étroit et sombre, avec des cellules de chaque côté, pouvait vraiment être appelé secret - aucun son ne pouvait pénétrer de l’extérieur.

Melnik et Stanik étaient étonnamment bien entraînés - ils auraient plutôt brûlé sur le bûcher que de répondre aux questions. Après des mois de confinement, on a soudain ressenti un désir ardent d’entendre sa propre voix. Et donc j’ai essayé d’entamer une conversation avec Melnik ou Stadnik - mais ils sont restés muets.

Mon lit de planches et mon matelas étaient levés et fixés au mur à six heures du matin. Le banc et la table étaient également fixés au mur. Étant de petite taille, il m’était difficile de m’élever jusqu’au haut rebord de la fenêtre pour apercevoir le coin de ciel bleu. Je ne pouvais pas m’allonger pendant la journée car le lit n’était abaissé qu’à six heures du soir. Notre promenade quotidienne dans un coin isolé de la cour durait de quinze à vingt minutes. Au bout de la cour se dressait la guérite du gardien. Derrière moi marchait un autre gardien qui refusait obstinément de prononcer un son.

Malgré toutes les apparences contraires, nous menions une vie sociale dans le couloir secret. Les écoutes fébriles de notre code secret ont continué toute la journée. Nous nous laissions des notes les uns pour les autres dans les toilettes publiques. Au moyen de robinets, nous nous donnions des surnoms. Par exemple, les notes pour moi étaient adressées à la "pie". Et chaque fois que le gardien me conduisait aux toilettes, je cherchais parmi les conduites d’eau des lettres adressées à la "pie".

La police avait les mains pleines avec notre affaire dans le cadre de laquelle ils avaient arrêté près de deux cents personnes. La plupart ont été libérés au bout de trois ou quatre mois ; seuls les plus « dangereux » ont été détenus. Nous fûmes aussi soumis à un nombre infini d’examens, auxquels le capitaine Nornberg, le joyeux officier qui m’arrêta, prit une part prépondérante. Il a eu recours à toutes les ruses possibles pour me faire trébucher.

Une fois, pendant l’examen, il me dit tout à coup : « Tu ne peux pas nier que le contact avec l’ ouvrier du Sud se soit maintenu par ton intermédiaire. Je peux même te rappeler un soir où, en rentrant tard chez toi, tu trouvais dans ta chambre une fille qui était venue d’Ekaterinoslav avec un panier plein de l’Ouvrier du Sud. A votre question : "Comment allez-vous tous là-bas ? Elle a répondu : "Nous faisons du bruit, frères, faisons du bruit".

Ces détails m’ont tout simplement pétrifié. Tout cela avait effectivement eu lieu, et le seul qui aurait pu en parler était Zhelabin qui avait assisté à la conversation.

Profitant de l’effet qu’il avait créé par ces détails, Nornberg a continué en m’informant que Zhelabin avait déjà été relâché dans la mesure où il avait fait la part belle à tout. Si Zhelabin nous a réellement trahis ou si c’était la supposition astucieuse de Nornberg, je ne pouvais pas déterminer à ce moment-là. Onuphry Zhelabin a disparu de la prison et nous ne l’avons jamais revu. En mars 1924, lors d’un court séjour à Leningrad, j’ai pu trouver parmi les documents de l’ancien service de police les dossiers de l’affaire Kharkov et voir de mes propres yeux "l’aveu honnête d’Onuphry Zhelabin".

Bien que nous ayons été espionnés pendant tout l’été 1900, et bien que toute l’organisation ait été déracinée, les examens ont montré que la police était dans un dilemme quant à la manière de nous séparer en groupes et de porter des accusations concrètes contre nous. Ils avaient la preuve des espions que nous étions tous des rebelles. Mais quels crimes chacun de nous avait commis, ils étaient incapables de le savoir, et ils ne l’auraient jamais découvert si une personne au cœur de poulet du groupe n’avait tout dit. Ainsi, pendant trois ou quatre mois après notre arrestation, la police ne savait pas lequel d’entre nous était membre du comité. Mais l’affaire s’éclaircit soudain pour eux.

L’un des jeunes travailleurs arrêtés avait laissé échapper lors de l’examen que les cheminots Voyeikov et Matrossov, qui avaient été exilés après la manifestation du 1er mai dans la province de Viatka, étaient les dirigeants. La police les fit immédiatement ramener et placer dans la prison de Kharkov. Et puis Voyeikov a avoué. Le fait que quelqu’un l’ait trahi et les souffrances qu’il a endurées sur le chemin de Vyatka ont eu une telle influence sur lui qu’il a lui-même commencé ignominieusement à aider la police à résoudre leur problème dans notre cas. La trahison de Voyeikov a eu un effet déprimant sur nous tous. La police, en revanche, était ravie. Le plus heureux d’entre eux était le capitaine Nornberg. Après ses aveux, Voyeikov a été libéré. Quand il est sorti, il a commencé à boire beaucoup et s’est bientôt bu jusqu’à la mort.

Ayant obtenu tous les faits qu’ils voulaient, la police a relâché certains de nos camarades, après les avoir gardés trois ou quatre mois. Néanmoins, bon nombre d’entre nous étaient encore en prison. Pendant longtemps, je n’ai pas compris pourquoi la police m’a gardé en prison plus longtemps que les membres du comité. Je savais qu’ils avaient obtenu tous les détails sur notre organisation. Je n’étais pas membre du comité. Mais à l’un des examens, je fus bientôt éclairé sur la question. J’ai été amené dans le bureau de la prison, et après un accueil agréable, Nornberg a déclaré : « L’enquête sur l’affaire du Comité de Kharkov est terminée. Tous les participants, y compris les membres du comité, ont été libérés mais sont maintenus sous surveillance jusqu’au procès. Nous avons cependant décidé de vous détenir pendant un certain temps. Kharchenko, le rédacteur en chef duSouthern Worker a été arrêté. D’après les preuves, vous aviez des liens étroits avec lui. » À ma question : « Alors à quoi bon me détenir ? Tu sais que tu n’apprendras rien de moi de toute façon, " répondit Nornberg, déroulant chaque mot, " Kharchenko est un homme fort, arrêté récemment. Vous êtes une femme, votre santé a été ébranlée en prison, vos nerfs sont détendus. C’est pourquoi vous êtes plus susceptible de parler avant les pourparlers de Kharchenko".

Il est difficile de décrire mon indignation devant cette candeur insolente. J’éprouvais un désir ardent de lui prouver que je n’étais pas brisé d’esprit, que j’avais encore la force de protester. Mon seul moyen de protester était de déclarer une grève de la faim. J’ai décidé de faire grève seul, sans impliquer de nouveaux camarades que je ne connaissais pas personnellement et qui avaient été arrêtés récemment. Les cellules de la prison n’étaient jamais vides, et l’on disait souvent en plaisantant : « La prison, comme la nature, ne supporte pas le vide.

A cette époque, l’administration pénitentiaire, le procureur de la République et la police avaient encore très peur des grèves de la faim. Et donc tous les responsables de la prison sont devenus extrêmement agités lorsqu’ils ont appris que j’avais refusé de manger. Pendant ma grève, on pouvait assister à des scènes touchantes dans ma cellule comme lorsque le capitaine Nornberg ou le lieutenant-colonel Dikhov me suppliaient de « manger une cuillerée de ce bouillon », ou de « boire une demi-tasse de lait ».

Cette inquiétude touchante pour mon bien-être était due au fait qu’ils craignaient que les autres camarades n’en aient vent et se joignent à moi dans la grève et que toute l’affaire devienne extrêmement grave. J’ai maintenu la grève pendant trois jours. Le quatrième jour, j’ai failli m’effondrer et les clés en main, voyant mon état, n’ont pas monté mon lit comme d’habitude. Bientôt, j’ai été convoqué au bureau où j’ai été informé que j’allais être libéré et que je devais partir immédiatement pour ma ville natale sous la stricte surveillance de la police et y rester jusqu’au procès.

Exerçant toute ma volonté pour m’empêcher de m’effondrer de faiblesse et de joie, je retournai dans ma cellule. Après avoir bu une tasse de thé fort - le premier rafraîchissement depuis mon jeûne - j’ai trouvé assez de force pour emballer mes quelques affaires et aller à la gare.

Ainsi, j’ai payé une année complète de travail à Kharkov avec moins d’une année complète d’emprisonnement, ce qui était considéré comme un prix très bas à l’époque.

IV. Je passe dans la "clandestinité"

PENDANT les longs mois d’isolement, j’ai décidé une fois pour toutes de devenir un ouvrier du Parti professionnel. Alors quand je suis rentré chez moi, j’ai décidé de ne pas attendre la sentence comme l’ont ordonné les autorités, mais de m’enfuir à l’étranger et de vivre illégalement.

Il était absolument essentiel que je parte à l’étranger. Les raids constants de la police sur notre organisation ont non seulement interféré avec notre travail, mais nous ont souvent séparés pendant de longues périodes. Quand je suis sorti de la prison de Kharkov, j’étais absolument isolé des camarades. Mais partir à l’étranger n’était pas si simple. L’organisation la plus proche qui pouvait m’aider à m’échapper à l’étranger était l’organisation de Vitebsk. Mais comme j’étais sous surveillance policière, je ne pouvais même pas me déplacer dans ma propre province sans l’autorisation spéciale du gouverneur.

Les deux gendarmes de ma ville natale, qui s’étaient battus paresseusement pendant mon absence, furent extrêmement heureux de mon arrivée. Ils se sont assidûment assis à tour de rôle sur le banc à l’extérieur de ma maison, gardant le « dangereux criminel ». Si la simplicité de ces deux officiers était touchante, il était néanmoins assez difficile de passer inaperçu. De plus, mon évasion causerait beaucoup de chagrin et d’inquiétude à mes parents dont la vie n’était pas aussi facile qu’elle l’était. J’ai donc décidé de m’échapper de Vitebsk et non de mon Velizh natal. J’avais prévu d’aller à Vitebsk de manière légale.

J’ai envoyé une pétition au gouverneur lui demandant la permission d’aller à Vitebsk pour un traitement médical car il n’y avait pas de médecins compétents dans ma ville. J’ai dû attendre près de trois mois avant de recevoir une réponse. Enfin, j’ai reçu l’autorisation du gouverneur de partir temporairement pour Vitebsk. Dès mon arrivée, j’ai tout de suite commencé à chercher des moyens de m’évader à l’étranger. Il fallait au moins un peu d’argent. Outre les problèmes d’argent, j’avais une bonne part d’autres soucis. N’importe quel jour je pourrais recevoir la sentence m’exilant dans quelque partie éloignée de la Russie, d’où il serait plus difficile de s’échapper que de Vitebsk. Après beaucoup de soucis et d’épreuves, j’ai enfin pu organiser mon voyage à l’étranger.Cela a été accompli avec l’aide de quelques bundistes de Vitebsk qui devaient m’aider à me rendre à Byelostok où j’ai été mis en contact avec des passeurs à la frontière.

Je me suis rendu à Byelostok via Dvinsk où le Bund avait un représentant permanent, un certain Kaplinsky. Il organisait le transport de la littérature, aidait les camarades à s’échapper à travers la frontière et se procurait tout le nécessaire pour l’imprimerie. Ce Kaplinsky s’est ensuite avéré être un provocateur.

Quand j’arrivai à Dvinsk, j’appris qu’il me serait impossible d’aller à Byelostok pendant quelque temps en raison de l’arrestation des délégués à une conférence là-bas. En quelques jours, Kaplinsky me remit une lettre de recommandation à la fille du directeur d’une usine de Sosnovitsy. Elle devait organiser mon voyage de Sosnovitsky à Kattovits. Mon apparence dérangeait beaucoup la pauvre fille. Bien qu’elle fût incontestablement une sympathisante, elle était encore trop jeune et inexpérimentée pour se voir confier une telle commission. Pour ne rien arranger, toute la ville (elle n’était pas très grande) la connaissait très bien, et le seul moyen pour moi d’arriver à Kattovits était d’utiliser son passeport.

J’ai passé plusieurs jours ennuyeux dans le manoir du réalisateur dans la position inconfortable d’un ami ennuyeux et totalement indésirable de la fille du réalisateur. Désespérant d’obtenir un autre passeport, j’ai décidé d’utiliser le sien, quoi qu’il arrive. Deux jeunes camarades m’ont accompagné à Kattovits. Mes escortes retournèrent à Sosnovitsy avec l’information que tout s’était bien passé. La fille du directeur a alors déclaré à la police qu’elle avait perdu son passeport. Je suis arrivé à Zurich de bonne humeur et je me suis de nouveau installé chez les Axelrod qui étaient bien disposés à mon égard.

En 1902, notre organisation du Parti russe à l’étranger avait un aspect tout à fait différent de ce qu’elle avait eu la première année où je suis resté là-bas. En 1898 et au début de 1899, le trait le plus marquant était la disparité entre la grande influence idéologique exercée par le groupe « Émancipation du Travail » sur toute notre œuvre russe, et son isolement organisationnel par rapport à cette œuvre. Certes, une partie des étudiants russes était déjà regroupée autour d’Axelrod à Zurich et de Plekhanov à Genève. Néanmoins, il n’y avait pas de liens organisationnels actifs avec la Russie. Une impression particulièrement désagréable a été créée par les jeunes émigrants russes qui sont venus vivre à l’étranger. Ayant été dans les prisons russes à un moment de leur vie, ils pensaient que leur mission liée au travail du Parti dans leur pays natal était terminée.

Des liens organisationnels permanents et actifs entre le centre à l’étranger et le travail dans les locaux en Russie n’ont été établis qu’en 1900, lorsque le groupe Iskra a été formé. Lénine et Martov étaient les chefs de ce groupe. C’est dans le quatrième numéro d’ Iskra que le célèbre article de Lénine « Par où commencer ? a été publié. Cet article traitait des questions de la structure organisationnelle du Parti et était en fait une introduction au livre de Lénine Que faire ? qui fut publié en 1902 et qui marqua une époque dans la construction du Parti.

A l’époque où j’écris (1902) le groupe Iskra disposait non seulement du journal Iskra qui paraissait régulièrement à l’étranger et largement diffusé en Russie, mais aussi d’un puissant appareil d’organisation. Conformément au plan de Lénine, il y avait, tout d’abord, des cadres de camarades bien entraînés et responsables, les soi-disant agents de l’ Iskra , qui ont été envoyés par le comité de rédaction de l’ Iskra.travailler dans les locaux, en Russie, ou ont été envoyés d’un endroit à l’autre selon les besoins. Au moyen d’une correspondance systématique en code secret et de visites personnelles, ils ont tenu le centre à l’étranger constamment informé de leur propre travail et de l’état général du travail en Russie. A côté de ces agents hautement qualifiés qui exécutaient avec succès les principes et la tactique de l’ Iskra, il y avait des révolutionnaires professionnels, qui n’étaient occupés qu’à des tâches techniques telles que le transport de la littérature et le transport des camarades à travers la frontière, l’obtention de passeports et d’autres tâches de même caractère.

La nouvelle de l’ Iskra (ce centre vital du Parti) atteignit même les régions les plus reculées de la Sibérie. Vers la fin de l’été 1902, un grand nombre de camarades réussirent à s’échapper de la Sibérie. Ces exilés s’enfuirent de prison et se rendirent en Suisse ou à Londres qui était alors le siège de l’ Iskra et de Lénine. En outre, de nombreux camarades fraîchement sortis du travail du Parti en Russie sont également arrivés à l’étranger. Nous sommes tous devenus très amicaux, nous avons lu ensemble, discuté de sujets, partagé des impressions et des expériences de notre travail passé. On a parlé de ce qu’on avait enduré en prison, des contre-interrogatoires de la police. Mais surtout, nous avons parlé des perspectives de la révolution russe.

Une fois, tout le groupe est allé se promener dans les bois. Sur le chemin du retour, nous sommes allés dans un restaurant situé sur une colline pour boire du café. La soirée était exceptionnellement belle et les environs charmants. Un de nos camarades est devenu sentimental et a comparé la vie heureuse des Suisses qui vivaient si paisiblement dans leur beau pays libre avec le dur sort des ouvriers et des paysans de Russie. A cela, un autre camarade répondit : « Attendez, attendez, camarades. Quand nous renverserons l’autocratie en Russie, le nouveau gouvernement révolutionnaire nous enverra nous reposer à Zurich, sur cette même colline, et à cette même pension ; et nous, édentés à ce moment-là, les dotards seront nourris de puddings au lait." Nous en avons tous ri, mais aucun d’entre nous ne s’est rendu compte qu’un tel discours était le produit de notre incompréhension totale de l’avenir.Nous ne comprenions pas qu’après le renversement de l’autocratie notre travail ne ferait que commencer, qu’il n’y aurait pas de temps pour se reposer. Nous ne pouvions pas non plus prévoir que la liberté que nous gagnerions serait telle que la Suisse « libre » n’en avait jamais rêvé et qu’elle ne voudrait donc pas accueillir de vieux révolutionnaires. Le gouvernement révolutionnaire russe n’aurait pas à chercher des maisons de repos en Suisse, car il y avait beaucoup d’endroits merveilleux en Russie qui seraient entièrement à la disposition des ouvriers et des paysans. La seule chose correcte dans notre prophétie était que la plupart d’entre nous ont perdu leurs dents pendant les quinze années de 1902 à 1917.La Suisse n’en avait jamais rêvé et elle ne voudrait donc pas accueillir de vieux révolutionnaires. Le gouvernement révolutionnaire russe n’aurait pas à chercher des maisons de repos en Suisse, car il y avait beaucoup d’endroits merveilleux en Russie qui seraient entièrement à la disposition des ouvriers et des paysans. La seule chose correcte dans notre prophétie était que la plupart d’entre nous ont perdu leurs dents pendant les quinze années de 1902 à 1917.La Suisse n’en avait jamais rêvé et elle ne voudrait donc pas accueillir de vieux révolutionnaires. Le gouvernement révolutionnaire russe n’aurait pas à chercher des maisons de repos en Suisse, car il y avait beaucoup d’endroits merveilleux en Russie qui seraient entièrement à la disposition des ouvriers et des paysans. La seule chose correcte dans notre prophétie était que la plupart d’entre nous ont perdu leurs dents pendant les quinze années de 1902 à 1917.

En août 1902, notre cercle rapproché s’est étonnamment élargi par l’arrivée d’un groupe de camarades qui s’étaient enfuis de la prison de Kiev. Ce vol avait été organisé par l’Iskra. Des camarades avaient été envoyés à Kiev spécialement à cet effet. À cette époque, le célèbre général de gendarmerie de Kiev, Novitsky, avait prévu d’organiser un grand procès d’État pour ce groupe et de faire prononcer une lourde peine contre eux en guise d’avertissement aux autres. Mais à son grand chagrin et au préjudice de sa carrière ultérieure, ses plans ont été déjoués. Cela a dû causer une grande confusion et embarras dans les milieux officiels, comme le montre l’extrait suivant du rapport du général Novitsky, "Dossier" n° 169 de la gendarmerie de Kiev :

"...Au bout de la cour, non loin du poste de gardien, une échelle faite à la main était accrochée au mur de la prison. L’échelle était faite de bandes de draps de la prison. Elle avait treize barreaux et était fixée au mur de la prison. à environ douze pieds au-dessus du sol par un grappin en fer. Les barreaux étaient faits non seulement de draps, mais aussi du dossier d’une chaise en bois courbé et de morceaux de bois. Près de l’échelle pendait une corde nouée qui servait de support...

"Ensuite, je suis retourné au bureau de la prison pour savoir qui s’était évadé, mais en chemin, j’ai rencontré le gouverneur et nous sommes allés tous les deux faire une inspection des lieux.

"Je me suis tourné vers l’inspecteur de prison Luchinsky... Personne ne savait exactement combien s’étaient évadés. J’ai ordonné un appel nominal de tous les prisonniers politiques et des soixante-quatre personnes (cinquante et un hommes et treize femmes) seulement cinquante- deux ont été contrôlés le 18 août, tous les autres, à savoir Joseph Basovsky, Nikolai Bauman, Joseph Blumenfeld, Vladimir Bobrovsky, Max Vallakh (Litvinov), Marian Gursky, Victor Krokhmal, Boris Maltsman, Levik Halperin, Bomelev, Plesky. Joseph Tarshis (Piatnitsky), échappé."

L’arrivée des fugitifs de Kiev à Zurich a non seulement fait la joie dans notre entourage, mais a fait sensation chez les Suisses. Les journaux l’ont décrit comme "la fuite extrêmement audacieuse des révolutionnaires russes de la prison tsariste". Les journalistes ont non seulement harcelé les Kiévistes, mais nous ont même harcelés, implorant inopinément des détails plus intimes sur le vol.

Toute notre entreprise avec les Kieviens s’est regroupée autour des Axelrods. Vera Zasulich a déjà vécu à Londres et a travaillé au comité de rédaction de l’Iskra. Plekhanov, dont la résidence permanente était à Genève, se rendait souvent à Zurich dans le seul but de voir et de converser avec les « ouvriers pratiques » russes, comme on nous appelait par distinction des camarades qui vivaient à l’étranger. Il nous a interrogés sur chaque détail du travail en Russie. Par exemple, lors d’un entretien avec moi, il m’a demandé comment nous distribuions des tracts. Ne nous est-il jamais venu à l’idée d’utiliser les bains publics à cet effet ? Ne pourrait-on pas aller aux bains le samedi et déposer tranquillement un dépliant dans les vêtements de chacun des baigneurs ? Cette méthode de diffusion des tracts ne m’a pas plu comme étant particulièrement sage. Car, si quelqu’un nous remarquait en train de nous embêter à propos de leurs vêtements,nous serions pris pour des voleurs et arrêtés. Mais ce qui m’a frappé, c’est qu’un homme aussi grand que Plékhanov, qui était constamment occupé par les problèmes du Parti dans son ensemble, devait avoir le temps de réfléchir aux petits détails techniques de notre travail quotidien du Parti.

Vers la fin de l’été, notre foule zurichoise a progressivement commencé à se disperser. Le premier à partir fut Boris (Noskov). Lui, en tant que membre du comité d’organisation pour le ralliement du IIe Congrès du Parti, a été appelé à la rédaction de l’ Iskra. Nous enviions tous notre camarade qui se rendait à Londres et rencontrerait Lénine personnellement. Beaucoup dans notre groupe, y compris moi-même, ne pouvaient que rêver de rencontrer un jour Lénine. Mais nous étions heureux pour l’amour de Boris qu’il allait faire « l’histoire du Parti » comme nous l’exprimions alors. Il allait participer aux préparatifs du Congrès qui devait liquider toutes les hésitations opportunistes comme celle de la cause ouvrière dans nos rangs et créer un parti marxiste orthodoxe selon le plan de l’ Iskra .

Nous n’avons pas douté un instant que le mouvement de l’ Iskra serait victorieux au Congrès parce qu’il avait déjà gagné pratiquement toutes les organisations des grands centres industriels de Russie. Seules quelques organisations gravitaient vers les économistes et la cause des travailleurs. L’un de ces partisans de la cause des travailleurs et des économistes était le comité de Voronej. On murmura que ce comité était composé d’un seul membre, une jeune fille, sœur d’Akimov-Makhnov, le leader du mouvement de la cause ouvrière . A cette époque on ne rêvait pas que l’ Iskrale parti lui-même se diviserait en mencheviks et bolcheviks (les M et les B comme nous les appelions alors). Bien que des rumeurs nous soient parvenues selon lesquelles les choses ne se passaient pas si bien dans le bureau de l’Iskra, et que Lénine et Plekhanov s’affrontaient parfois, nous n’y avons jamais prêté beaucoup d’attention, d’autant plus que nous avons souvent entendu les Axelrod dire : « Georgi (Plekhanov) devient capricieux en raison de à sa mauvaise santé, et Petrov (VI Lénine) est un homme difficile à vivre."

Après le départ de Boris, moi et une camarade nommée Vera Kozhevnikova avons décidé de partir. Elle était déterminée à se rendre à Moscou, et moi à matérialiser les espoirs de Boris et de « l’oncle », de rétablir les liens avec Yaroslavl, Kostroma et Ivanovo-Voznesensk. Nous commençâmes tous les deux à nous préparer pour ces voyages. Vera et moi avions nos carnets pleins d’adresses et de mots de passe, qu’il fallait mémoriser. Nous ne pouvions pas emporter avec nous un seul document qui pourrait compromettre l’un de nos camarades si nous étions pris.

Je n’oublierai jamais comment nous arpentions la pièce comme deux écolières, mémorisant avec ferveur : « Kostroma, Nizhnaya Debrya, la maison de Filitov, Maria Stelpanova » ; mot de passe—"Nous sommes les hirondelles du printemps à venir." Ou, "Moscou, Zhivoderka, Vladimiro-Dolgorukovskaya, pharmacie, pharmacien, Laytman :" Mot de passe—"Je vous ai été envoyé par les oiseaux chanteurs." Réponse—"Vous êtes les bienvenus." Tout cela devait être appris par cœur, afin que nous ne cherchions pas Nizhnaya Debrya à Yaroslavl au lieu de Kostroma.

Outre ce travail « théorique », nous nous sommes mis en tête de nous teindre les cheveux. Cette dernière entreprise n’a pas du tout été couronnée de succès. Vera a teint ses cheveux de lin en noir de jais, mais comme le reste de son visage est resté celui d’une blonde marquée, elle a été obligée de laver la teinture. Après cela, j’ai décidé de ne pas me teindre les cheveux.

Pour passer la frontière, on me donna le passeport d’une certaine actrice autrichienne, Hedwig Navotni. Il fallait acheter un manteau d’automne à la mode, un chapeau et un parapluie en soie pour ressembler à une vraie "dame". Dans l’ourlet de mon manteau, j’ai cousu un morceau de lin sur lequel j’avais réécrit un tract qui m’avait été envoyé par le bureau de l’ Iskra . Ce tract, qui aurait été écrit par Lénine lui-même, devait être imprimé à Saint-Pétersbourg et envoyé dans toutes les parties de la Russie. Je regrette de ne pas pouvoir me souvenir du contenu de ce dépliant bien que je l’aie réécrit moi-même sur le linge avant de quitter Zurich.

Je n’ai pas franchi la frontière sans aventure. Pour une raison ou une autre, la police des frontières a décidé de fouiller l’actrice autrichienne Hedwig Navotni. On m’a demandé d’entrer dans le commissariat où une femme, qui devait me fouiller, m’attendait. J’étais très perturbé parce que mon manteau à la mode n’était pas aussi innocent qu’il en avait l’air. La policière m’a demandé de me déshabiller complètement, même de me défaire les cheveux, pour voir si j’y avais quelque chose de caché ; mais elle ne fit pas attention à mon manteau qui pendait au dossier d’une chaise. Bien entendu, elle n’a rien trouvé et en a informé les douaniers.

J’étais tellement ravie que j’en ai oublié mon magnifique parapluie fabriqué à l’étranger, qui, selon moi, donnait la touche finale à ma tenue à la mode. Sa perte m’a affligé et j’ai même pensé à retourner au commissariat. Mais je n’ai pas eu le courage d’y retourner, connaissant l’étendue de ma « culpabilité ». C’est avec tristesse que je leur ai abandonné ce couronnement de mon élégant costume.

V. Ma première période de travail « clandestin »

Je suis redevenu moi-même à Saint-Pétersbourg après avoir mis un terme à ma « carrière artistique », comme j’ai appelé cette période éphémère où je me suis fait passer pour l’actrice autrichienne Hedwig Navotni. Ce n’est que lorsque j’eus obtenu un passeport russe de mes camarades de Saint-Pétersbourg que je commençai à sentir que j’étais de nouveau sur la terre ferme. Je me suis tellement habitué à mon nouveau nom, Pelageya, (je ne me souviens pas du nom de famille), que j’aurais trouvé étrange que quelqu’un m’ait appelé par un autre.

Pour une raison particulière, je me souviens du nom d’un seul des membres du comité de Saint-Pétersbourg, le camarade Rerikh. C’était la première et la dernière fois que je le voyais. La situation à Saint-Pétersbourg était assez alarmante. Les arrestations étaient constantes dans notre organisation. Il fallait être extrêmement prudent lorsqu’on rencontrait des camarades. Chaque nuit, je dormais dans un endroit différent.

De Saint-Pétersbourg, je suis allé à Tver. Là, j’ai rencontré Nahum—Nunki—qui venait d’arriver de l’étranger avec un paquet de littérature illégale, principalement des numéros d’ Iskra. Il a dû emporter avec lui une partie de cette littérature pour la distribution aux organisations du sud, le reste je devais distribuer dans la région du nord. Je suis arrivé à Tver tard dans la soirée. Mon hôte, dessinateur ou arpenteur-géomètre, j’oublie lequel, me rencontra un peu maladroitement. Nunki, au bord des larmes, expliqua que l’homme avait peur, qu’il protestait contre le comité de Tver qui n’annulait pas son adresse et continuait à lui envoyer toutes sortes de problèmes. Ma visite nocturne a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Mon hôte a exigé sans équivoque que je me sorte avec mon panier de sa chambre et que j’aille où bon me semble. Pour preuve de son indifférence à notre sort, il fit son lit et commença à se déshabiller, pas du tout gêné par ma présence.

Nunki entra en colère, serra les poings et s’apprêtait à se jeter sur notre hôte. Pour éviter un scandale, je l’ai fait sortir de la pièce en lui disant que j’avais une autre adresse en réserve.

La seule autre adresse que j’avais était celle de l’hôpital local. Bien sûr, il ne convenait pas du tout d’y aller au milieu de la nuit. Que pourrions-nous faire par cette froide nuit dans une ville étrange ? Aller à l’hôtel ? Impossible. Nunki et moi voyagions avec de faux passeports qui n’avaient pas été testés. Nous ne nous sommes jamais inscrits personnellement sur de tels passeports ; habituellement nous les donnions à un sympathisant qui les envoyait au département de police. Ce n’est que lorsque le document a été rendu, et si nous sentions que nous n’étions pas surveillés dans nos quartiers, que nous nous sentions en sécurité d’utiliser de tels passeports.

Nunki et moi avons décidé de marcher jusqu’à la gare à cinq ou six verstes de la ville, d’y rester le plus longtemps possible et de rentrer à pied le matin. À peine dit que c’était fait. Mais nous étions terriblement fatigués et glacés cette nuit mémorable.

Tôt le matin, nous sommes allés à l’hôpital. Le médecin, membre du comité de Tver, s’excusa abondamment de la conduite du dessinateur (ou arpenteur) inhospitalier, disant que si ce dernier était sans doute un peu lâche, il était néanmoins un sympathisant.

Pendant mon séjour de trois jours à Tver, j’ai essayé d’étudier l’état de notre organisation. Mais il était difficile d’obtenir des informations de notre ami le docteur. C’était ce qu’on appelait un membre du comité « de réserve », c’est-à-dire qui avait une bonne formation théorique mais n’était pas un marxiste ferme et un vrai révolutionnaire d’esprit. Au mieux, les activités révolutionnaires de ces membres de la « réserve » se limitaient à la rédaction occasionnelle d’une ébauche de résolution, d’un tract ou d’un programme de cercle d’études. Ces membres de réserve étaient extrêmement prudents ; ils craignaient d’avoir des problèmes avec la police. Mais il y avait même une limite à leur prudence, c’est-à-dire qu’eux aussi étaient parfois arrêtés et qu’à ces occasions ils se comportaient loyalement lors de l’examen, ne trahissaient jamais leurs camarades et, en général, étaient des gens fiables, voire indispensables.Ils étaient indispensables car ils étaient rarement arrêtés et pouvaient, après des arrestations massives, tisser les fils déchirés de l’organisation et les remettre à de nouveaux ouvriers.

Lorsque je suis revenu à Tver en 1903 pour ressusciter l’organisation et que j’ai proposé à ce médecin d’abandonner le rôle de membre "réserve" et de reprendre le travail actif en comité, il m’a regardé avec surprise et m’a demandé : "Comment puis-je faire un travail actif ? Qui sera en réserve ?" Il a pris son rôle pour quelque chose de permanent.

Laissant de la littérature au comité de Tver, je partis pour Iaroslavl via Moscou. De là, je devais aller à Kostroma. Ce dernier avait été choisi alors que j’étais encore à Zurich, en consultation avec Boris et « Oncle », comme centre à partir duquel je devais établir des liens avec d’autres villes du domaine textile. J’ai rencontré à Moscou une amie intime, Vera Kojevnikova, qui avait quitté Zurich peu de temps avant moi et avait déjà réussi à s’installer à Moscou avec un passeport emprunté. D’après ce qu’elle m’a dit, j’ai compris que l’organisation moscovite avait du mal. Dès les premiers jours de leur séjour, elle et Glafira Feodorovitch, qui vivait illégalement, ont dû organiser le Comité de Moscou qui était inexistant avant leur arrivée. Mais ils n’allèrent pas jusqu’aux quartiers.L’endroit regorgeait d’espions et le mouvement Zubatov était à son apogée. Chaque fois qu’ils ont mis en place un comité, cela a duré quelques semaines et a ensuite été arrêté. Néanmoins, ils ne perdirent pas courage et continuèrent à travailler avec encore plus de ferveur. Maxim Gorki a considérablement aidé les organisations moscovites. Ils ont proposé d’organiser une soirée sociale secrète, m’a-t-elle dit, au profit de l’organisation. Maxim Gorky avait été invité et j’allais pouvoir le rencontrer en personne et discuter.Maxim Gorky avait été invité et j’allais pouvoir le rencontrer en personne et discuter.Maxim Gorky avait été invité et j’allais pouvoir le rencontrer en personne et discuter.

Je n’aurais pas aimé mieux, mais notre discipline était très stricte, et j’aurais été le premier à condamner un camarade qui, en voyageant pour les affaires du Parti, avait été retenu pendant quelques jours par des affaires purement personnelles. Je n’ai donc pas attendu le rassemblement. En guise de compensation, Vera m’a obtenu un billet pour le théâtre où la pièce de Gorky Les Basses Profondeurs faisait ses débuts. La pièce fut un grand succès et lorsque le rideau tomba sur le dernier acte, le public appela bruyamment l’auteur. En réponse à ces appels, Gorki, alors encore jeune, sortit maladroitement de la scène, s’inclina comme un ours et tira sur un mouchoir avec lequel il s’essuyait constamment le visage.

J’ai passé cette nuit dans la chambre douillette d’une jeune et jolie étudiante en mathématiques qui ressemblait à une petite fille. Cette petite fille s’appelait Varvara Yakovleva.

La nuit, alors que je me rendais de Moscou à Yaroslavl, un accident s’est produit et nous nous sommes arrêtés net dans l’une des petites gares. Il y avait quelque chose qui n’allait pas avec l’une des voitures, ma voiture. Il a dû être détaché, Toutes nos affaires ont été jetées sur la plate-forme. Imaginez mon horreur quand j’ai vu mon panier de littérature illégale reposer juste au-dessus du tas de bagages empilés sur le quai. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de rire du policier qui gardait si consciencieusement la contrebande. Nous nous sommes arrêtés si longtemps à la gare que j’étais glacé. Cela, combiné aux effets de ma promenade nocturne à Tver dont je ne m’étais pas complètement remis, m’a rendu très malade au moment où je suis arrivé à Yaroslavl. J’ai à peine réussi à me traîner jusqu’à un izvoshchik qui m’a conduit chez une certaine Putilova. Ce dernier a pris la moitié de la littérature,dont elle promit de mettre de côté une partie pour Kostroma et Ivanovo-Voznessensk, puis me conduisit chez les Didrikil, Maria, Olga et Nina, où il me serait possible de récupérer. Maria et Olga venaient de rentrer de Moscou où elles avaient purgé une peine à la prison de Taganka. Ils avaient été impliqués dans l’affaire de l’Union du Nord qui avait été découverte et démantelée par la police en avril 1902, grâce à la trahison du provocateur notoire Menshchikov. Lorsque le vieil émigré Blumenfeld fut arrêté à la frontière, un carnet d’adresses fut trouvé sur lui. La police a déchiffré les adresses et a envoyé Menshchikov pour les suivre. Ce dernier était venu voir une vieille camarade à nous, Olga Vorontsova, et s’était présenté comme l’ouvrier du Parti, "Ivan",envoyés du centre pour établir des liaisons avec les districts textiles. Comme cet Ivan connaissait toutes les adresses et mots de passe, il n’éveilla pas le moindre soupçon. Il a été accueilli avec tout le respect que les ouvriers provinciaux témoignent à ceux qui sont envoyés du centre. De Yaroslavl, il est allé à Kostroma où il a tout découvert sur l’organisation. Il découvrit même que cachés dans la cave de la maison des frères Zavarin se trouvaient les restes d’une ancienne imprimerie secrète. Il s’est rendu chez Sophia Zagina où des tracts s’écoulaient sur l’hectographe. Il a fait remarquer que les choses n’étaient pas faites avec suffisamment de prudence dans l’organisation et à une occasion, a déclaré : "J’ai l’impression qu’il va y avoir un gros effondrement avant le 1er mai." La pauvre Sonia était très affligée.Jusque-là, elle s’était vantée d’être une conspiratrice assez prudente, puis d’entendre une telle remarque de la part d’un représentant du centre ! Bien sûr, rien de plus facile pour ce provocateur que de prédire la débâcle qu’il préparait lui-même. Quelque temps après, ce Menchchikov déplut à la police et quitta la Russie. Il a sillonné l’Europe pendant un certain temps. Il a même écrit une lettre de repentir à un journal à Paris qui a été suivie d’un volume de ses mémoires. Il se repentit particulièrement de sa conduite envers Olga Vorontsova. En raison de son activité, les organisations de Yaroslavl, Kostroma, Ivanovo-Voznesenk, Vladimir et Voronej ont été découvertes et complètement démantelées par la police.rien de plus facile pour ce provocateur que de prévoir la débâcle qu’il préparait lui-même. Quelque temps après, ce Menchchikov déplut à la police et quitta la Russie. Il a sillonné l’Europe pendant un certain temps. Il a même écrit une lettre de repentir à un journal à Paris qui a été suivie d’un volume de ses mémoires. Il se repentit particulièrement de sa conduite envers Olga Vorontsova. En raison de son activité, les organisations de Yaroslavl, Kostroma, Ivanovo-Voznesenk, Vladimir et Voronej ont été découvertes et complètement démantelées par la police.rien de plus facile pour ce provocateur que de prévoir la débâcle qu’il préparait lui-même. Quelque temps après, ce Menchchikov déplut à la police et quitta la Russie. Il a sillonné l’Europe pendant un certain temps. Il a même écrit une lettre de repentir à un journal à Paris qui a été suivie d’un volume de ses mémoires. Il se repentit particulièrement de sa conduite envers Olga Vorontsova. En raison de son activité, les organisations de Yaroslavl, Kostroma, Ivanovo-Voznesenk, Vladimir et Voronej ont été découvertes et complètement démantelées par la police.Il se repentit particulièrement de sa conduite envers Olga Vorontsova. En raison de son activité, les organisations de Yaroslavl, Kostroma, Ivanovo-Voznesenk, Vladimir et Voronej ont été découvertes et complètement démantelées par la police.Il se repentit particulièrement de sa conduite envers Olga Vorontsova. En raison de son activité, les organisations de Yaroslavl, Kostroma, Ivanovo-Voznesenk, Vladimir et Voronej ont été découvertes et complètement démantelées par la police.

J’ai été parqué chez les Didrikil pendant un mois entier pendant lequel j’ai été traité avec le plus grand soin. Il semblait naturel qu’Olga me prépare des bouillons et des céréales, et que Nina coure chez le pharmacien, le médecin ou le magasin à toute heure du jour ou de la nuit. Cela ne m’embarrassait même pas si l’un d’entre eux restait éveillé toute la nuit à cause de moi. La maison des Didrikil était toujours pleine de monde et chacun se sentait chez soi. La sœur cadette, Nina Didrikil, n’a pas été arrêtée au moment de l’accident, probablement à cause de ses jeunes années. Comme elles venaient de sortir de prison et qu’elles étaient toujours surveillées de près par la police, Maria et Olga sont restées à la maison la plupart du temps quand j’y étais. Mais Nina a beaucoup couru, a établi des liens avec des travailleurs individuels,distribué la littérature illégale que j’avais apportée et organisé des réunions en cercle avec les jeunes.

Chez les Didrikil je rencontrais Katherina Novitakaya et d’autres correspondants de la Région Nord (Severni Krai),un article aux tendances marxistes qui a été publié légalement à Yaroslavl. Parmi eux se trouvaient les sociaux-démocrates Mikhaïl Kedrov, le chef des étudiants révolutionnaires de Iaroslavl, Gregory Alexinsky (qui en 1917 devint un traître et accusa publiquement Lénine d’être un espion allemand), Klirikov, et un très bon camarade. Dolivo-Dobrovolsky (surnommé "Dno"), que j’avais rencontré une ou deux fois en Europe et qui a connu par la suite une fin très tragique. Le camarade Dobrovolsky avait un esprit hypersensible et était très tendu. Il réagissait avec une extrême morbidité à tout ce qui nous arrivait. Il ne supportait pas l’école sévère de la prison et la tension à laquelle étaient soumis tous les travailleurs du Parti ; ce fut l’une des principales causes de son effondrement mental en 1903. La folie du camarade Dobrovolsky était que l’autocratie en Russie avait été détruite,qu’il nous fallait établir immédiatement un gouvernement révolutionnaire, sinon l’anarchie s’emparerait du pays. Des camarades racontèrent qu’il viendrait aux réunions du Comité de Saint-Pétersbourg et demanderait qu’un ordre soit donné à tous les théâtres pour jouer l’hymne révolutionnaire. Il se fâchait contre les camarades parce qu’ils ne répondaient pas à ses demandes. Le pauvre garçon a dû être envoyé dans un service psychiatrique. Au bout d’un moment, il sembla s’améliorer et se rendit à Odessa où il tenta de reprendre son travail, mais, apparemment, il désespéra tellement de la perte de ses forces antérieures qu’il se suicida.Comité de Saint-Pétersbourg et demandons qu’un ordre soit émis pour que tous les théâtres jouent l’hymne révolutionnaire. Il se fâchait contre les camarades parce qu’ils ne répondaient pas à ses demandes. Le pauvre garçon a dû être envoyé dans un service psychiatrique. Au bout d’un moment, il sembla s’améliorer et se rendit à Odessa où il tenta de reprendre son travail, mais, apparemment, il désespéra tellement de la perte de ses forces antérieures qu’il se suicida.Comité de Saint-Pétersbourg et demandons qu’un ordre soit émis pour que tous les théâtres jouent l’hymne révolutionnaire. Il se fâchait contre les camarades parce qu’ils ne répondaient pas à ses demandes. Le pauvre garçon a dû être envoyé dans un service psychiatrique. Au bout d’un moment, il sembla s’améliorer et se rendit à Odessa où il tenta de reprendre son travail, mais, apparemment, il désespéra tellement de la perte de ses forces antérieures qu’il se suicida.

Quand je suis arrivé à Kostroma, j’ai immédiatement recherché une étudiante nommée Claudia Ovchinnikova, fille du marchand Ovchinnikov. Elle vivait alors chez ses parents. Claudia m’a accueilli chaleureusement et a immédiatement pris des dispositions pour m’héberger confortablement. Elle m’a présenté comme une vieille connaissance de Saint-Pétersbourg qui était venue à Kostroma à cause de problèmes familiaux et qui avait l’intention d’y enseigner. Heureusement, mon passeport était un passeport de Saint-Pétersbourg, et cette Pelageya Davidovna, le nom inscrit sur le passeport, était une femme mariée. De sorte que ce n’était pas une question difficile, même pour moi, de me faire passer pour une épouse blessée. Mon plan a été plus que réussi ; mes hôtes bienveillants s’intéressèrent vivement à moi. Ils m’ont donné une excellente chambre, m’ont nourri jusqu’à ce que je puisse à peine bouger, et n’ont pris que douze roubles par mois, ce qui, même à cette époque, était considéré comme très raisonnable.Dans la maison Ovchinnikov, tout le monde, du maître à la femme de chambre, était gros et bien nourri. Mon apparence émaciée était en totale disharmonie avec mon environnement. Mes hôtes ont soupiré au-dessus de moi, m’ont sournoisement donné les morceaux les plus délicats et ont sympathisé de tout cœur avec mes "problèmes de famille".

Toute la maison Ovchinnikov était d’une si bonne réputation et si indéniablement respectable, qu’une partie de leur respectabilité se reflétait sur moi. Cela me semblait la chose la plus naturelle au monde de venir vivre avec eux. Personne ne faisait particulièrement attention à moi. J’ai essayé d’avoir autant de relations que possible avec des camarades. Cet hiver-là, j’ai trouvé d’autres fragments de l’ancienne organisation du Nord qui avait été détruite le printemps précédent. A partir de ces fragments, selon mes instructions de l’étranger, je devais constituer une organisation, et l’organisation ressuscitée devait être reliée à l’ Iskra. Le premier camarade à m’aider à entreprendre ce travail fut Ivan Savin, un jeune médecin qui, pour l’instant, résidait légalement à Kostroma. Avant même que je vienne, il avait tenté d’unir les fragments de l’organisation, mais avait dû y renoncer. A Kostroma, comme à Yaroslavl, il n’y avait pas de nouvelles personnes sur lesquelles il pouvait s’appuyer pour s’appuyer. Il ne pouvait compter que sur les frères Zavarin, Sophia Zaganina, Maria Alexandrova et quelques autres qui venaient de rentrer des prisons de Moscou. Mais tout cela était surveillé de près par la police.

Quand je suis arrivé, le moral d’Ivan s’est immédiatement élevé ; il sentit que le centre n’avait pas abandonné Kostroma. Afin de créer un noyau qui tenterait de restaurer l’organisation de Kostroma, nous devions attirer dans nos rangs au moins un ouvrier influent. Vers cette époque vivait à Kostroma un certain ouvrier de Putilov, Ivan Alexandrov, surnommé Makar, qui avait été libéré de la prison de Taganka où il avait purgé une peine pour avoir été mêlé à l’affaire de l’Union du Nord. Makar vivait dans un taudis à la périphérie de la ville. Quand j’y suis allé pour la première fois, j’ai trouvé un Ivan confus et effrayé debout au milieu de la pièce en désordre. Dans le coin de la pièce sur un lit gisait un homme géant entre trente et trente-cinq ans. Ses yeux noirs perçants, moqueurs, étaient profondément enfoncés dans son visage expressif et énergique. Quand je suis entré,le géant s’agita sur le lit, tendit une énorme main calleuse et dit en plaisantant :

"Kitik" (c’est ainsi qu’il appelait Savin) "a essayé de me faire peur en disant qu’une certaine Pelageya est attendue d’un instant à l’autre. Mais je vois que seule une petite Polly est venue, et elle n’est pas du tout terrifiante." Ivan tenta de faire taire le malade qui venait d’avoir une hémorragie. Le malade était dans un état très dangereux. Savin a décidé d’aller en ville chercher un médecin et d’obtenir des médicaments. Le vieux médecin expérimenté qui revint avec Savin déclara que, bien que l’état du patient soit grave, il n’était pas désespéré. Une bonne nourriture et des soins appropriés lui rendraient bientôt la santé. Après le départ du médecin, nous nous sommes un peu égayés. Kitik a commencé à parler de problèmes d’organisation pendant que je nettoyais la chambre, préparais le dîner avec les provisions que Kitik apportait pour le malade Makar et nous-mêmes et, en général, mettait tout en ordre.Makar était allongé tranquillement, nous regardant avec bonhomie et souriant dans sa barbe noire. Après une semaine de soins attentifs, Makar a commencé à s’améliorer. Quand le docteur lui a permis de parler. Ivan et moi avons été assaillis par une pluie de railleries. Makar voulait se récompenser pour son long silence forcé. Il m’a souvent reproché, moi et Nikonovich, « deux intellectuels pâteux », d’avoir fait taire si longtemps le prolétaire pur-sang Makar. Un homme d’une intelligence exceptionnelle, très cultivé, qui avait travaillé dans les usines de Saint-Pétersbourg et avait acquis beaucoup d’expérience. Makar était capable d’évaluer correctement les problèmes auxquels le Parti était confronté et était un juge de caractère avisé. Son regard pénétrant semblait repérer tous ses mérites et ses faiblesses. Trouver un point faible chez l’un de ses amis intimes, comme Kitik ou moi,il laissait aller sa langue malicieuse jusqu’à ce que nous trouvions à notre tour son point faible et commencions à le taquiner aussi impitoyablement. Ensuite, il admettait sa défaite et se tournait vers des choses plus sérieuses.

Lorsque Makar fut de nouveau sur pied, il se rendit à l’usine pour renouer des liens avec de nombreux ouvriers qu’il connaissait personnellement. Notre « sainte trinité » (Kitik, Makar et moi) est devenue le noyau central de l’organisation Kostroma. Notre principal problème était d’organiser au moins un petit cercle ouvrier dans chaque grande usine. C’est pourquoi, prenant toutes les précautions possibles, nous avons dû communiquer avec tous les autres membres du cercle qui avaient heureusement échappé aux arrestations qui avaient suivi la rafle de l’organisation. Dès le soir venu, chacun de nous est allé à un « rendez-vous au clair de lune ». C’est ainsi que Makar appelait nos réunions avec les ouvriers sur le boulevard par une froide soirée d’hiver. Nous avons également publié un tract appelant les travailleurs à s’organiser. Il a été écrit par Kitik, critiqué par Makar,réécrit par mes soins et imprimé sur l’hectographe par Sonia Zagina. Ces tracts ont été distribués par les amis de Makar à l’usine. Ces derniers rapportaient que les tracts faisaient effet - les travailleurs commençaient à sentir que l’organisation se relevait et étaient dûment réveillés par le fait.

"Ce serait grandiose si notre ’sainte trinité’ pouvait rester ici et soigner notre organisation Kostroma et la voir grandir", ferait remarquer Makar. Mais nous avons estimé que c’était un trop grand luxe. Le travail de renouement des liens avec les milieux ouvriers pourrait être mené par des étudiants ouvriers du Parti exilés du centre. Mais aucune des autres villes du district nord n’avait la moindre organisation. C’était l’époque où l’objet de tout notre travail de Parti était de créer une organisation centralisée et bien unie et pas simplement une organisation locale isolée, limitée, bouillie dans son propre jus, pour ainsi dire. Il était très clair pour nous déjà que le plan de Lénine - une organisation de révolutionnaires - n’était pas simplement la fantaisie oisive d’un théoricien qui s’était isolé de notre réalité russe en tant que groupe de la cause ouvrière et, plus tard, des mencheviks,essayé de nous convaincre. La nécessité d’un parti révolutionnaire centralisé se faisait très vivement sentir dans notre travail quotidien. C’est pourquoi nous avons décidé de rompre notre "triple alliance" et avons décidé que Makar devrait aller à l’étranger à la première occasion pour moins de temps, lire plus de littérature et rencontrer nos dirigeants. Après cela, il devait revenir en tant qu’ouvrier professionnel du Parti. Plus tard, quand j’étais à Tver, j’ai organisé le voyage de Makar. Kitik était le seul de notre trinité à rester à Kostroma pour aider l’organisation, tandis que je devais me rendre à Yaroslavl dans le but d’organiser un noyau dans l’usine Korzinkin. Ensuite, je devais pénétrer au cœur même de la région textile, et établir des liens avec Ivanovo-Voznesenk. Après cela, nous avons prévu de convoquer une réunion des représentants de ces trois villes (Kostroma, Ivanovo-Voznesensk,Yaroslavl) au cours de laquelle un comité régional devait être élu. Ce comité communiquerait immédiatement avecIskra. Ainsi, vers la fin de l’hiver (début 1903), je me suis retrouvé à Iaroslavl. Ici, la malchance semble m’avoir rattrapé - j’ai rencontré un échec après l’autre.

Cela a commencé par ma prise de chambre dans une maison où la logeuse a tout de suite commencé à me soupçonner. Elle me prit d’abord pour une « chercheuse de plaisir » et me proposa obligeamment de me présenter aux fonctionnaires qui lui rendaient visite. Lorsqu’elle s’est rendu compte qu’elle s’était trompée, elle a commencé à m’observer de plus près. Ensuite, il y a eu plusieurs réunions malheureuses avec des travailleurs individuels de l’usine Korzinkin. La police avait remarqué ces réunions. Puis une autre chose embarrassante s’est produite. Un représentant des travailleurs, Leonid Kudelin, est venu d’Ivanovo-Voznesensk directement dans mon appartement dangereux. J’avais eu quelques difficultés à le faire venir pour discuter des projets d’une rencontre régionale. Leonid m’a dit que malgré l’accident, le travail en cercle n’avait pas cessé à Ivanovo. Les travailleurs de cette ville avaient été ravis d’apprendre les plans d’une réunion régionale.J’ai accepté de continuer à communiquer avec eux. Lui-même devait venir de temps en temps à Iaroslavl, non pas chez moi, mais chez une autre connaissance. Après le départ de Leonid, des espions, qui avaient apparemment remarqué sa visite, ont commencé à me suivre. La situation a atteint un tel point que je ne pouvais même pas aller à la boulangerie chercher du pain sans être suivi. Bien sûr, toutes les pensées de rencontrer des travailleurs devaient être abandonnées. Après avoir souffert ainsi pendant plusieurs jours, un matin de très bonne heure (alors que les espions dormaient encore), je descendis prudemment les escaliers et courus vers les Didrikil. Là, nous décidâmes que je devais partir immédiatement pour Saint-Pétersbourg. Au centre, je discutais avec les camarades et leur demandais d’envoyer un autre ouvrier à ma place pour terminer le travail dans la région du nord. J’allais dans une ville où j’étais inconnu. Notre plan était le suivant :De Saint-Pétersbourg, j’enverrais une lettre aux Didrikil dans laquelle je joindrais une note à ma logeuse expliquant mon départ soudain et lui demandant de remettre mes affaires au porteur de la note. Pour ne pas éveiller les soupçons de ma logeuse à mon départ soudain, ni l’amener à avertir la police, quelqu’un devait aller la voir et lui dire que j’étais tombé malade lors d’une visite chez un ami, et que j’y resterais quelques jours . Je n’ai rien emporté avec moi, à part mon passeport et quelques passeports qui n’avaient pas été utilisés à Yaroslavl et qui seraient d’une valeur inestimable pour le centre. J’avais tous les passeports dans mon manchon pour pouvoir les jeter si quelque chose de grave se produisait. En passant par les rues secondaires de la maison de Didrikil à la gare, tout semblait assez sûr.Je suis monté dans la voiture et je me suis assis près de la sortie pour pouvoir sauter en cas d’incident. J’ai commencé à regarder autour de moi. Tous mes compagnons de voyage avaient l’air si gentils que j’ai tout de suite commencé à me sentir plus en sécurité. Je me suis même joint à la conversation pendant le voyage. L’un des passagers avec qui j’avais conversé était un homme d’âge moyen, qui ressemblait à un marchand. Il plongeait constamment dans sa lourde valise et recherchait brioches, côtelettes et autres mets faits maison qu’il dévorait avec une rapidité remarquable. Dans les intervalles entre le repas et la conversation, il lisait un journal, lequi ressemblait à un marchand. Il plongeait constamment dans sa lourde valise et recherchait brioches, côtelettes et autres mets faits maison qu’il dévorait avec une rapidité remarquable. Dans les intervalles entre le repas et la conversation, il lisait un journal, lequi ressemblait à un marchand. Il plongeait constamment dans sa lourde valise et recherchait brioches, côtelettes et autres mets faits maison qu’il dévorait avec une rapidité remarquable. Dans les intervalles entre le repas et la conversation, il lisait un journal, leNouvelles russes (Russkiye Fredomosti).Imaginez mon étonnement quand, en montant dans un tramway à chevaux à Saint-Pétersbourg, je le remarquai assis dans la voiture arrière. Cet incident m’a considérablement bouleversé. Quand je suis descendu rue Sadovaya pour voir si mes soupçons étaient fondés, j’ai entendu quelqu’un courir fort derrière moi, puis une voix a murmuré presque à mon oreille : « Mademoiselle, suivez-moi jusqu’au commissariat. En regardant autour de moi avec désespoir, je reconnus mon compagnon de route et avec lui deux autres hommes qui étaient incontestablement des espions. J’avais envie de crier pour attirer la foule, mais j’ai changé d’avis car je savais que j’allais atterrir en prison de toute façon. Puis il y avait les quatre passeports dans mon manchon. Outre les trois passeports que j’avais pris à Yaroslavl, il y avait le mien, établi au nom de Pelageya Davidovna, qui a dû être détruit. Le mari de cette Pelageya Davidovna vivait à St.Petersburg et avec lui vivait sa femme légitime. Si je devais être confronté à lui, il découvrirait qu’il était marié à deux Pelageyas. Mon passeport était un duplicata.

Si, comme on le disait du temps du tsar, un Russe se composait d’un corps, d’une âme et d’un passeport, ce proverbe s’appliquait surtout à nous, ouvriers du fond. Les passeports ont été divisés en plusieurs catégories. Les meilleurs types de passeports étaient les passeports dits réels, c’est-à-dire les passeports empruntés de personnes réelles qui vivaient dans des endroits où il n’était pas nécessaire de s’enregistrer. Le deuxième type était les doubles de passeports d’autres personnes. Souvent, à l’insu des personnes, son nom, son prénom et tous les autres détails étaient copiés dans un autre livre. Un cachet et une signature seraient falsifiés et le passeport était prêt. Ensuite, il y avait les passeports des personnes décédées. Ils pouvaient être utilisés partout sauf dans la ville où le défunt avait vécu avant sa mort. Les passeports les pires et les moins fiables étaient les faux documents.Un passeport vierge serait rempli de n’importe quelle manière qui plairait à l’imagination du « faussaire ».

Après avoir pris ma décision, je suis monté docilement dans un taxi avec le monsieur à l’allure respectable, mon compagnon de voyage. Derrière nous, dans un autre taxi, étaient assis les deux espions. Notre cortège se dirigea vers la Fontanka où se trouvait la préfecture de police.

Heureusement pour moi, la femme qui devait me fouiller n’est pas venue tout de suite. Pendant qu’on l’appelait, j’ai réussi à aller aux toilettes, à déchirer les quatre passeports et à les jeter dans la chasse d’eau. J’ai été examiné par le notoire Kvitinsky, le chef adjoint du département de police de Saint-Pétersbourg, un voyou astucieux. Lorsqu’on m’a demandé si je m’appelais Pelageya Davidovna, si je n’avais pas vécu à Yaroslavl dans la rue Romanovskaya et si je n’étais pas venu ce matin à Saint-Pétersbourg à des fins illégales, j’ai répondu ;

"Je m’appelle Zelikson. Au printemps de l’année dernière, j’ai quitté Vitebsk, où j’étais sous la surveillance de la police, parce que j’étais sans travail. Et c’est tout ce que j’ai à dire."

Ma réponse surprit Kvitinsky ; apparemment, cela ne l’a pas satisfait, alors il a demandé : « Où étiez-vous pendant les dix mois avant votre arrestation.

"Je marchais paisiblement le long de la rue Sadovaya quand le monsieur est venu m’arrêter", ai-je répondu. Cela a agacé Kvitinsky. Il faillit crier dans son indignation :

« Alors vous marchez le long de la rue Sadovaya depuis dix mois ?

Après le contre-interrogatoire, Kvitinsky a ordonné que je sois emmené dans une pièce qui ne ressemblait en rien à une cellule de prison, mais ressemblait plus à un bureau. Il contenait un bureau, des chaises recouvertes de cuir et un canapé en toile cirée.

J’y ai passé trois semaines pendant que la police de Saint-Pétersbourg communiquait avec Kharkov, Vitebsk et Yaroslavl. Trois semaines, j’ai dormi sur ce canapé froid et glissant sans changer de vêtements. Cela m’a terriblement énervé, en particulier la saleté. Je n’avais rien emporté avec moi quand j’ai quitté Yaroslavl, et je ne voulais écrire de la prison à personne, pas même à des connaissances neutres, car une lettre d’un prisonnier politique jette généralement des soupçons sur le destinataire. C’est pourquoi je n’ai pris aucune mesure pour me mettre à l’aise jusqu’à ce que les autorités aient jugé bon de faire quelque chose.

Un beau jour, j’ai été emmenée dans une résidence plus permanente – la prison de détention préliminaire. J’ai été placé dans une petite pièce bleue bien rangée, équipée de lumière électrique et d’eau courante. Voici un vrai lit. Je pourrais prendre un bain à la demande et si besoin, souligner. Mais je n’ai pas demandé de linge de prison. Au lieu de cela, j’ai frappé au mur et j’ai dit à mon voisin que je n’avais pas de linge, que j’étais depuis trois semaines au commissariat et que j’avais dormi tout habillé. En moins d’une demi-heure, une gardienne est entrée dans ma cellule et a discrètement pris un paquet sous son châle. Il avait été envoyé par ma voisine, une étudiante, Maria Nikolayeva. Il y avait du linge de lit et des sous-vêtements dans le paquet. Ce soir-là, je pris un bain, je m’allongeai sur le lit qui était propre et confortable, bien que ce soit un lit de prison. Cette nuit-là, j’ai bien dormi et me suis bien reposé.

Comparée à celle de la prison de Kharkov, la vie dans le couloir des femmes de cette prison de Saint-Pétersbourg ressemblait plus à un séjour forcé dans une pension fastidieuse qu’à un emprisonnement. Pourrait-on vraiment appeler ces petites pièces soignées avec des sols polis et des lits propres des cellules de prison ? Des pièces qui menaient à un hall bien rangé avec des sols cirés ? Ces gardiennes qui se plaignaient de nous à l’occasion pouvaient-elles être comparées aux brutes de Kharkov, Melnik et Stanik ? Cette connexion constante, presque légale avec le monde extérieur, pourrait-elle être comparée à l’isolement complet dans la prison de Kharkov ? Néanmoins, il y a eu des incidents qui m’ont rappelé que c’était une prison après tout.

Au printemps 1903, avant le 1er mai, il y eut les habituelles arrestations massives parmi les étudiants de Saint-Pétersbourg. La police a attrapé ces enfants politiques sans discrimination. Toutes les prisons de Saint-Pétersbourg étaient pleines à craquer. Plusieurs prisonniers étaient jetés dans des cellules qui étaient normalement trop petites pour une seule personne. Bon nombre de ces novices ont été envoyés dans notre prison. Ces nouveaux venus bouillonnaient d’indignation dès le premier instant de leur arrivée. Ils ont adopté une attitude très agressive envers l’administration et ont réclamé toute la journée le procureur de la République. Lorsque ces derniers sont apparus, ils ont exigé leur libération immédiate. En général, ils créaient l’impression d’être extrêmement ennuyés par des choses telles que des barreaux aux fenêtres et des serrures aux portes. Au début, cette conduite nous a semblé un peu étrange, nous les anciens,mais peu à peu l’atmosphère électrifiée a commencé à réagir sur nous aussi, et l’idée d’une grève de la faim planait de façon menaçante dans l’air. Une série de réunions carcérales assez originales ont eu lieu : des avis ont été criés des fenêtres ouvertes, la question a été mise aux voix et les résultats ont été transmis de cellule en cellule. Finalement, une grève de la faim a été acceptée à une écrasante majorité. Beaucoup d’entre nous, cependant, et moi parmi eux, étions farouchement opposés à une grève de la faim. En 1903, les grèves de la faim dans les prisons sont devenues si fréquentes qu’elles ont non seulement cessé d’inquiéter la police, le procureur de la République et l’administration pénitentiaire, mais elles ont même cessé d’avoir un effet sur le public. Par conséquent, il était sans espoir d’attendre de bons résultats de la grève de la faim imminente. Outre,il y avait beaucoup de camarades malades parmi nous qui étaient en prison depuis longtemps, et pour eux, s’engager dans la grève de la faim - et si la grève était déclarée, ils seraient tenus par l’honneur de s’y joindre - signifiait qu’ils risqueraient non seulement ce qui restait de leur santé, mais dans bien des cas, leur vie même. Environ trois cents prisonniers se sont mis en grève. La grève s’est transformée en une émeute parfaite. Les prisonniers cassaient des fenêtres, claquaient des portes et chantaient à tue-tête. Mais les gardiens de prison ne sont pas restés inactifs. Les plus bruyants ont été bousculés dans les cellules de punition. Une escouade de soldats a été envoyée dans notre couloir, un soldat étant placé dans chaque cellule. Les femmes, confrontées à des soldats armés, sont devenues hystériques.et pour eux, s’engager dans la grève de la faim - et si la grève était déclarée, ils seraient tenus par l’honneur de s’y joindre - signifiait qu’ils risqueraient non seulement ce qui restait de leur santé, mais dans de nombreux cas, leur vie même. Environ trois cents prisonniers se sont mis en grève. La grève s’est transformée en une émeute parfaite. Les prisonniers cassaient des fenêtres, claquaient des portes et chantaient à tue-tête. Mais les gardiens de prison ne sont pas restés inactifs. Les plus bruyants ont été bousculés dans les cellules de punition. Une escouade de soldats a été envoyée dans notre couloir, un soldat étant placé dans chaque cellule. Les femmes, confrontées à des soldats armés, sont devenues hystériques.et pour eux, s’engager dans la grève de la faim - et si la grève était déclarée, ils seraient tenus par l’honneur de s’y joindre - signifiait qu’ils risqueraient non seulement ce qui restait de leur santé, mais dans de nombreux cas, leur vie même. Environ trois cents prisonniers se sont mis en grève. La grève s’est transformée en une émeute parfaite. Les prisonniers cassaient des fenêtres, claquaient des portes et chantaient à tue-tête. Mais les gardiens de prison ne sont pas restés inactifs. Les plus bruyants ont été bousculés dans les cellules de punition. Une escouade de soldats a été envoyée dans notre couloir, un soldat étant placé dans chaque cellule. Les femmes, confrontées à des soldats armés, sont devenues hystériques.et chantaient à tue-tête. Mais les gardiens de prison ne sont pas restés inactifs. Les plus bruyants ont été bousculés dans les cellules de punition. Une escouade de soldats a été envoyée dans notre couloir, un soldat étant placé dans chaque cellule. Les femmes, confrontées à des soldats armés, sont devenues hystériques.et chantaient à tue-tête. Mais les gardiens de prison ne sont pas restés inactifs. Les plus bruyants ont été bousculés dans les cellules de punition. Une escouade de soldats a été envoyée dans notre couloir, un soldat étant placé dans chaque cellule. Les femmes, confrontées à des soldats armés, sont devenues hystériques.

Je me suis retrouvé dans une situation très inconfortable à cause de cette agitation. Il n’est pas dans ma nature de me comporter de manière tapageuse, de casser des vitres, etc. un soldat dans ma cellule. Quand, à mon grand désarroi, j’ai vu que ma cellule avait été dépassée, j’ai commencé à exiger qu’un soldat soit immédiatement envoyé dans ma cellule. J’ai dit à l’officier que j’étais en totale sympathie avec mes camarades et que la raison pour laquelle je n’avais pas cassé la fenêtre ou frappé la porte était que j’étais malade et que je n’avais pas la force de le faire. Mon insistance a rendu le chef perplexe. Il a appelé le procureur de la République. Ce dernier me supplia de me calmer en disant : « Ne vous inquiétez pas, je viens de donner l’ordre d’éloigner les soldats.Ils ont été placés ici pendant une courte période, simplement pour effrayer les filles. » Et, en effet, j’ai bientôt entendu les soldats quitter les cellules.

La grève de la faim a duré cinq jours. Le 6, il commença à se calmer. Puis le procureur de la République a fait un certain nombre de promesses sans engagement et tout le monde s’en est emparé comme prétexte pour mettre fin à la grève. Au lieu de l’exaltation, il y avait un air de dépression parmi nous après la grève comme si nous avions fait une farce stupide. De plus, la santé de nombreux camarades a été gravement affectée.

Au total, je suis resté en prison pendant environ cinq mois. Finalement, j’ai été libéré temporairement jusqu’à ce que le verdict soit prononcé, et j’ai été prévenu qu’il couvrirait tous les chefs d’accusation, c’est-à-dire l’affaire Kharkov et ma « marche sur la rue Sadovaya pendant dix mois ».

Mais j’étais parfaitement indifférent à ce que serait la phrase. En tout cas je n’avais pas l’intention de l’attendre. L’important était de sortir de prison, de soigner ma santé particulièrement précaire après cette dernière expérience, et de m’arranger pour partir à l’étranger. Là, je me reposerais bien et, avec des forces récupérées, je retournerais en Russie. Lorsque la police m’a demandé de choisir le lieu de mon domicile temporaire, qui ne devait inclure ni Saint-Pétersbourg ni Moscou, ni aucune des villes universitaires, j’ai choisi Tver, car elle était commodément située entre Saint-Pétersbourg et Moscou.

Le jour de ma libération, j’ai rencontré deux autres camarades qui ont également été libérés, un ancien membre du Parti, Praskovya Kudeli, et un propagandiste de Saint-Pétersbourg. Maria Nikolayeva, dont j’avais fait la connaissance en prison au moyen de robinets. Ils ont également décidé d’aller à Tver. Les choses se sont très bien passées à Tver. J’ai rapidement obtenu une chambre à un loyer raisonnable et, surtout, j’ai trouvé un emploi. Bien qu’à ce moment-là nous fussions arrivés à la conclusion qu’il était nécessaire de subvenir aux besoins de ceux qui étaient engagés uniquement dans le travail du Parti, cela s’appliquait surtout aux camarades en situation irrégulière. Dès qu’un membre a été légalisé, même temporairement, il n’a pas jugé bon de prélever de l’argent sur les fonds du Parti pour ses besoins personnels, d’autant plus que, étant sous surveillance policière, il n’était pas en mesure de continuer le travail du Parti pendant un certain temps. .J’ai donc été ravi d’obtenir un poste d’intérimaire au service des statistiques des assurances de laZemstvo . Comme le travail n était que temporaire, il ne nécessitait pas l approbation du gouverneur.

Les problèmes des locaux d’impression et du siège de l’organisation de Tver ont été résolus avec l’aide du médecin-chef de l’hôpital de Zemstvo, le Dr Abramovich et sa famille, le pharmacien Petrov et l’infirmière Fanny Klionskaya.

Les camarades de Tver, les ouvriers actifs, étaient si étroitement associés les uns aux autres, à l’opposé de ce qui avait été le cas à Kharkov, qu’il était vraiment difficile de distinguer le comité de la périphérie. Il y avait plus de démocratie que de centralisme dans l’organisation de Tver, malgré le fait qu’elle appartenait au groupe Iskra . Nous avons concentré notre travail sur les usines textiles de Morozov qui étaient situées à l’extérieur de la ville. Ces usines employaient 25 000 travailleurs lorsqu’elles travaillaient à pleine capacité. L’organisation de Tver ne semblait pas avoir de forme d’organisation définie. Le comité était à la tête de l’organisation ; tous les travailleurs actifs ont travaillé en collaboration avec le comité. Viennent ensuite les cercles ouvriers, qui ne sont pas moins d’une vingtaine. Nous avons distribué Iskrade la littérature et des dépliants locaux traitant des problèmes quotidiens de l’usine. Je me souviens avoir pris une fois un paquet de ces tracts locaux à Fanny, qui les faisait passer sur un polycopié à l’hôpital, et je suis allé prendre rendez-vous avec Nil au cimetière où nous avons convenu de nous retrouver à onze heures. Avec l’immobilité mortelle de ce cimetière éclairé par la lune et les lumières étranges des cierges brûlant sur certaines des tombes, une peur inexplicable m’a saisi : je voulais jeter mon paquet et courir aussi vite que mes jambes pouvaient me porter sans regarder une seule fois arrière. Et Nil n’était nulle part en vue, j’ai attendu dans l’agonie pendant une heure entière avant qu’il vienne. Quand il est enfin arrivé, nous sommes revenus ensemble, même si c’était une chose imprudente à faire. Tout le chemin du retour, je l’ai grondé d’être en retard, et il m’a taquiné pour ma lâcheté.

A cette époque, nous essayâmes pour la première fois de travailler dans les régions rurales, Tikhon Popov, un vieux camarade du Parti, qui venait d’arriver chez nous, fut envoyé dans quelques villages voisins. Il a dû renforcer les liens avec les paysans à travers les ouvriers qui vivaient dans les faubourgs proches de la ville. Nous avons également essayé d’organiser des comités social-démocrates parmi les paysans. Pendant mon court séjour, il n’y a eu ni grèves ni manifestations à Tver. L’expérimentée Praskovia Kudeli dirigeait les cercles les plus avancés qui se tenaient autrefois dans des bateaux sur la Volga. Un grand travail d’agitation a été effectué parmi les autres cercles où le point le plus souligné était le renversement de l’autocratie. Outre le travail en cercle, nous tenions des réunions de masse dans les bois, auxquelles les ouvriers venaient par dizaines.

Lors de ces réunions de masse, des discours enflammés ont été prononcés par nos jeunes agitateurs, Semyon Sergovsky, qui a ensuite quitté le Parti, et Sergey Modestov.

Nos camarades de Tver n’accordaient pas beaucoup d’attention aux problèmes généraux du Parti, et comme peu de temps s’était écoulé depuis la scission, ils ne pouvaient se décider s’ils étaient du côté des bolcheviks ou des mencheviks. Nous avons eu du mal à comprendre pourquoi la scission s’est produite. Aucune littérature sur le sujet n’avait encore été reçue et la nouvelle de la scission a provoqué la peur et la consternation dans nos rangs. Néanmoins nous sentions qu’il fallait au plus vite prendre parti pour l’un ou pour l’autre.

Pendant ce temps, la croissance du mouvement ouvrier devenait de plus en plus apparente, et si endormie et médiévale qu’ait pu être la police de Tver, elle ne pouvait que prendre conscience de l’animation parmi les ouvriers. De nombreux exemplaires d’ Iskra ont trouvé leur place dans l’usine. Des tracts publiés par le comité de Tver ont commencé à paraître de plus en plus fréquemment. Tout cela a eu ses conséquences inévitables : une nuit pas très belle, la police nous a fait une descente. Presque tous les membres actifs, ceux qui ne sont pas surveillés, ont été arrêtés. Ceux qui avaient été surveillés par la police pendant leur séjour à Tver, moi y compris, ont été soigneusement fouillés. Après le raid, nous avons été appelés au siège de la police et informés de manière assez impressionnante que ce qui s’était passé devait nous servir d’avertissement, et que "si quelqu’un osait... alors...".

J’ai eu une échappée belle cette nuit-là.

J’avais en ma possession le brouillon d’un tract que j’avais rédigé et aussi une copie d’un tract anti-religieux qui m’avait été donné pour le réécrire sous une forme plus populaire. J’avais fini de le réécrire tard dans la nuit et il était resté sur la table lorsque la police a appelé. Sans la présence d’esprit de ma sœur Rose qui était venue me rendre visite à Tver, les choses auraient été sérieuses. Dès que nous avons entendu que la police était à la porte d’entrée, elle a renversé du kérosène sur le tract et l’a brûlé, de sorte que lorsque la police est entrée dans la pièce, il n’en restait que de la fumée.

La police s’est précipitée vers la cheminée puis a commencé à nous interroger sur la fumée dans la pièce. Nous avons répondu que "nous voulions allumer un feu, mais nous avons changé d’avis et sommes allés nous coucher". Là, l’affaire s’est terminée. Bien que je n’aie pas été arrêté, j’ai néanmoins été attentivement surveillé. Quelques jours après le raid, j’ai fait plusieurs tentatives pour rétablir l’organisation (d’ailleurs, c’est le moment où j’ai discuté avec le médecin de sa prise de responsabilités plus actives). Puis j’ai remarqué que j’étais suivi. Les camarades qui réussissaient à rester en liberté me conseillèrent de quitter la ville. Mais avant de quitter Tver, j’ai réussi à accomplir une affaire très importante - je suis allé à Moscou et j’ai obtenu de l’argent d’un avocat sympathique et j’ai établi des liens avec la frontière, grâce auxquels Makar a pu se rendre en Suisse,réalisant ainsi les plans que nous avions faits à Kostroma.

Au total, j’ai travaillé à Tver pendant pas plus de deux mois. Bien sûr, j’avais hâte de retourner à l’étranger où je pourrais me reposer et rencontrer des amis et aussi étudier les détails de la scission du parti et me décider de quel côté me joindre.

VI. À l’étranger une fois de plus

A cette occasion, j’ai trouvé beaucoup plus facile de traverser la frontière. Notre travail à la frontière était parfaitement organisé et il y avait toujours quelques-uns de nos gens sur place. Les contacts avec les passeurs ont été organisés dans les moindres détails. Il y avait même un prix fixe pour le trafic de personnes : dix roubles par personne. C’était à la frontière prussienne où les travaux étaient supervisés par Victor Kopp. Là, j’ai fait la connaissance de Zemlyachka qui était à la ville frontière attendant son tour d’être expédiée. J’ai eu affaire à trois passeurs de trois nationalités différentes, un juif, un polonais et un allemand. La distance de la ville où je restais à la frontière était de vingt-cinq verstes que nous parcourions à cheval et en charrette. Nous roulions très lentement ; de temps en temps, nous nous arrêtions pour voler du foin. Mais quand j’ai protesté que nous serions pris à cause de ce foin sans valeur,Itsik, le chauffeur juif, a répondu : « Ne vous inquiétez pas, mademoiselle, je conduis cette route depuis de nombreuses années ; je prends toujours un peu de foin pour le cheval, et je n’ai jamais été pris à ça ».

Nous arrivâmes à l’auberge où nous devions nous arrêter tard dans la nuit. L’auberge appartenait à Itsik. Après avoir frappé fort, la porte a été ouverte par la femme endormie d’Itsik et j’ai été admis dans une pièce sale et étouffante dont un bon tiers était occupé par un grand lit empilé avec des oreillers et des matelas de plumes. Toute la famille dormait sur ce lit. Outre le lit, il y avait une grande table au centre de la pièce et des bancs étroits le long du mur. La femme d’Itsik fouilla dans le four chaud, en sortit un énorme pichet en terre et nous versa à Itsik et moi un verre de thé faible. Mais avant de m’offrir le thé, elle a consulté Itsik en yiddish pour savoir si cela valait la peine de me nourrir. La question a été tranchée en ma faveur. Bien sûr, j’ai fait semblant de ne pas comprendre un mot de yiddish.J’avais avec moi un faux passeport russe me représentant comme la fille d’un fonctionnaire du gouvernement, j’ai donc dû prétendre que j’étais un Russe de race pure. Le soir même, nous nous rendîmes à pied au village où je devais rencontrer le deuxième contrebandier, un paysan polonais nommé Tomash.

Tomash vivait dans des conditions encore plus misérables qu’Itsik. Sa hutte était incroyablement basse et sale. Sur un tas de haillons dans un coin de la pièce dormait toute la famille Tomash, et dans un autre coin dormait un veau. Tomash lui-même, hagard, en haillons et sale, n’arrêtait pas d’entrer et de sortir, chuchotant à quelqu’un dans une autre pièce. En général, il semblait nerveux et confus. Cette inquiétude s’est communiquée à moi. Par la suite, j’ai appris de camarades qui avaient fréquemment affaire à des passeurs que cet air de nervosité était délibérément pris par eux afin d’impressionner le voyageur inexpérimenté avec les difficultés de la tâche de faire passer la frontière et de leur soutirer quelques roubles supplémentaires. pour leur travail. Le jour commençait à se lever. Tomash a pris ma petite valise. Il m’a dit d’enlever mon chapeau, de m’envelopper dans un châle,et faire semblant d’être une vieille femme qui traversait la frontière pour une raison ou une autre, tandis qu’il faisait semblant de m’aider, la « vieille femme », à traverser par pitié. Tout cela, disait-il, devait être fait au profit du soldat qui gardait la frontière, sinon ce dernier demanderait trop pour me laisser passer. J’ai docilement fait ce qu’on m’a dit et j’ai traversé en toute sécurité.

Nous atteignîmes un village allemand où tout contrastait de façon frappante avec le misérable côté polono-russe. La maison du paysan allemand respirait le contentement. Le cottage était spacieux, propre et tout le monde dans la maison, depuis le maître, son fils et sa fille, jusqu’au magnifique cheval qui nous a conduits à la gare, semblait être dodu et bien nourri. On m’a offert un petit-déjeuner composé d’œufs, de beurre, de café avec de la crème et de délicieux petits pains chauds - le tout pour un prix remarquablement raisonnable. En apprenant que je pouvais parler allemand, mes hôtes entrèrent avec empressement en conversation avec moi. Ils m’ont prodigué plein de conseils sur la façon de me tenir à la gare pour ne pas attirer l’attention des gendarmes allemands. J’ai été emmené à la gare où mon ami allemand a échangé mon argent russe contre de l’allemand et je suis rentré chez moi. Quelque temps après le départ du train,J’ai continué à regarder vers la porte du compartiment avec méfiance pour voir si quelqu’un venait me chercher. Peu à peu, je me suis rendu compte qu’il n’y avait plus rien à craindre.

C’était comme si une charge avait été soulevée de mes épaules. Mon moral était exceptionnellement élevé jusqu’à Berlin. Ma destination, comme toujours, était Zurich et la maison d’Axelrod. Dès le premier jour de mon arrivée, la femme d’Axelrod m’a informé que Paul Borisovitch était parti pour Genève et qu’il y avait une terrible querelle dans notre Parti entre deux factions, les bolcheviks et les mencheviks. Les bolcheviks avec Lénine à leur tête, a-t-elle dit, poursuivaient une politique de division « scandaleuse » non seulement à l’étranger, mais même en Russie.

La principale cause du différend était l’interprétation de la clause I des règles du Parti, qui définissait qui était éligible pour devenir membre du Parti. Un côté a souhaité le définir comme celui qui a accepté le programme du Parti et fait un travail actif dans l’une des organisations du Parti. L’autre voulait le définir comme celui qui acceptait le programme et rendait occasionnellement quelques services au Parti. Il m’a semblé que le camp qui voulait que seuls ceux qui travailleraient activement dans le Parti soient membres du Parti avait raison. Ayant travaillé en Russie, je savais bien combien nous étaient étrangers ceux qui de temps en temps, chaque fois que cela leur plaisait, nous offraient leur aide. C’est pourquoi je ne pouvais pas comprendre pourquoi les léninistes étaient autant blâmés.

De mes anciennes connaissances, j’ai retrouvé tous les fugitifs de Kiev à Genève. Ils n’étaient plus une unité intime et étroitement unie. Au sein du groupe, comme au sein du Parti lui-même, une scission s’était produite. Une section des Kievites, représentée par Victor Krokhmal, Marian Gursky, Joseph Basovsky, Blumenfeld et Maltsman, était avec Martov du côté menchevik ; Litvinov, Pyatnitsky, Nicholai Bauman et mon mari, Vladimir Bobrovsky, étaient déjà des boischeviks déterminés et se rangeaient du côté de Lénine. Levik Halperin, si je me souviens bien, occupait une sorte de position intermédiaire. Ici, j’ai rencontré mon ami de Kostroma, Makar, qui semblait très confus et malheureux. Par inclination naturelle, il gravitait vers les bolcheviks, mais Martov et principalement Dan (qui ne laissa jamais Martov partir de son côté de peur que ce dernier ne montre pas assez d’énergie pour harceler les bolcheviks),s’empara du pauvre Makar qui représentait pour eux l’essence du prolétariat russe et continua à lui mettre en tête leurs doctrines mencheviks. Je n’étais pas dans une meilleure position. Toutes mes sympathies allaient aux bolcheviks. Mais Martov, que j’ai connu à Kharkov, inévitablement accompagné de Dan, me rendit visite plusieurs fois à monpension "Fourne" sur la Plenpallee. J’ai été placé là pour récupérer, car j’étais très délabré à mon arrivée. Martov a pris d’assaut et a fait rage quand j’ai exprimé mon point de vue en tant qu’ouvrier local du Parti en opposition à la position menchevik sur les règles du Parti. Les choses allèrent si bien qu’un beau jour je fus convoqué au bureau de la pension et discrètement informé que si mes amis russes ne cessaient de venir semer la pagaille, je serais obligé de quitter les lieux. Je ne me souviens plus d’aucun des discours verbeux prononcés par Martov et Dan, mais leurs arguments se terminaient invariablement par une critique acerbe de Lénine, qui, selon eux, créait le bonapartisme dans le Parti et menait par le nez les ouvriers du Parti russes confiants. .

Néanmoins, nos ouvriers de base russes sentaient que la place d’un véritable révolutionnaire était du côté de Lénine et non du côté de Martov.

Un jour, Axelrod est venu me rendre visite. Ayant appris que j’étais malade, et comme Rosa (femme de Plekhanov et médecin bien connu à Genève) qui me soignait a déclaré qu’en plus d’une bonne nourriture j’avais besoin d’un repos absolu, il m’a dit d’une manière paternelle qu’il ne me parlerait pas de la scission. De Martov, il avait entendu dire que je penchais pour les bolcheviks, et pour cette raison il « ne pouvait que déplorer le fait que je m’étais engagé dans les "béliers" léninistes. La dernière remarque n’était guère juste étant donné qu’il venait de promettre de ne pas discuter la rupture. Ce n’est pas une chose facile de sentir que vous vous éloignez de votre meilleur ami et professeur qui vous avait souvent appelé sa propre fille. Ce qu’il a dit m’a ému. position est plus convaincante vu que je,qui n’ont jamais vu Lénine, s’enrôlent avec ses « béliers », malgré le fait que les doctrines mencheviks sont ardemment défendues par les chefs, Martov et Dan". C’est la dernière fois que j’ai rencontré Axelrod.

Après la visite d’Axelrod, j’ai commencé à être moins envieux de ces camarades chanceux qui avaient rejoint une faction ou une autre comme, par exemple, mon mari, Bobrovsky, son ami Bauman, Vallakh et d’autres fugitifs bolcheviques de Kiev. Moi aussi, je sentais que je commençais à me décider. Les visites de Martov et de Dan cessèrent naturellement. J’avais prévu que dès que je récupérerais et que je me sentirais assez fort pour quitter ma chambre, j’irais chez Lénine et... m’enrôlerais avec ses "béliers". Makar, qui me rendait visite tous les jours, commença également à graviter de plus en plus vers les bolcheviks. Peu à peu, il se libère des charmes de Dan et, après avoir choisi les bolcheviks, devient plus gai.Et par habitude, il a continué à me taquiner en disant que c’était la deuxième fois que j’assistais à sa destruction imminente - la première fois à Kostroma quand il a failli mourir d’une hémorragie, et maintenant à Genève où il avait failli périr politiquement, où il était sur le point de devenir menchevik.

Bien que je n’aie jamais rencontré Lénine personnellement, j’avais l’impression de bien le connaître. Sa profonde influence idéologique sur toute la structure de notre travail quotidien en Russie s’est toujours fait sentir, en particulier après la fondation de l’ Iskra.Son image était si claire dans mon esprit que je l’ai immédiatement reconnu quand je l’ai vu pour la première fois lors d’une assez grande réunion bolchevique. Je ne me souviens plus s’il a parlé de la question agraire ou d’un autre problème du Parti. Se tenant bien au-dessus des autres, il semblait toujours rester un égal, un camarade agréable et simple. Lorsque Vladimir Ilitch est descendu de l’estrade après son brillant discours, il est immédiatement devenu l’un des nôtres. Sachant que je venais d’arriver de Russie et que j’avais travaillé au comité de Tver, il m’a posé des questions sur mon travail et sur l’état dans lequel j’avais quitté l’organisation de Tver. Tout ce que je pouvais dire, c’est qu’avant mon départ nous étions très mal informés des problèmes généraux du Parti à Tver. Aucune littérature traitant de la scission ne nous était parvenue,néanmoins j’étais convaincu que l’organisation de Tver deviendrait bolchevique. J’ai admis que c’était ma première réunion bolchevique et que j’étais venu m’enrôler dans les « béliers » léninistes. Vladimir Ilitch se mit à rire de bon cœur et insista pour que je décrive en détail la visite d’Axelrod. Il appela Nadejda Constantinovna et répéta en riant l’histoire des « béliers léninistes » qui lui avait apparemment énormément plu. Mais Krupskaya ne fit que sourire en réponse, car je crois qu’elle ne riait jamais à haute voix de quoi que ce soit. Là et puis j’ai été invité à leur rendre visite.Il appela Nadejda Constantinovna et répéta en riant l’histoire des « béliers léninistes » qui lui avait apparemment énormément plu. Mais Krupskaya ne fit que sourire en réponse, car je crois qu’elle ne riait jamais à haute voix de quoi que ce soit. Là et puis j’ai été invité à leur rendre visite.Il appela Nadejda Constantinovna et répéta en riant l’histoire des « béliers léninistes » qui lui avait apparemment énormément plu. Mais Krupskaya ne fit que sourire en réponse, car je crois qu’elle ne riait jamais à haute voix de quoi que ce soit. Là et puis j’ai été invité à leur rendre visite.

Plusieurs camarades et moi sommes allés à la première occasion à Secherone, un petit faubourg de Genève où Lénine, sa femme et sa mère, Elizaveta Krupskaya, louaient une petite maison d’été. C’était une maison à deux étages ; un escalier grinçant menait au deuxième étage. La plus grande pièce de toute la place était la cuisine avec sa grande cuisinière à gaz. Ilitch recevait ses invités dans cette cuisine quand nous étions trop nombreux pour nous presser dans le « salon ». chargé de manuscrits, de papiers et de livres, et des étagères blanches faites maison, étroitement remplies de livres. La chambre de Nadejda Constantinovna était à peu près aussi confortable que celle de Lénine. En général, toute la maison était très frappante car quand on louait une chambre à Genève,même des moins chères, elle était confortablement meublée d’un bon lit, d’un beau bureau, d’un divan, d’un bureau, etc.

Les tâches ménagères étaient assurées par Elizaveta Krupskaya, de sorte que Nadejda Constantinovna était libérée des soucis domestiques et pouvait consacrer tout son temps à son travail. Elle a non seulement aidé Lénine dans son travail scientifique, mais a également établi des liens solides avec la Russie en correspondant avec les différentes organisations locales. A l’heure où j’écris, cette correspondance codée prenait de telles proportions qu’il lui faudrait aujourd’hui tout un service avec un directeur et des commis. Nadejda Constantinovna resterait des jours entiers penchée sur ce travail fastidieux si indispensable au Parti.

Nous étions tous tellement attirés par Vladimir Ilitch, qu’à une époque sa maison était bondée de monde tous les jours de la semaine. Puis il nous est apparu qu’il n’était pas dans l’intérêt du Parti de le déranger continuellement. Nous avons alors convenu d’un jour de visite spécial, une fois par semaine, soit un mardi, soit un jeudi, je ne me souviens plus lequel. Le spirituel Makar a baptisé ces mardis ou jeudis « les maisons d’Ilyich sur le poêle », puisque nous nous sommes tous réunis dans la cuisine.

Bien sûr, il n’y a jamais eu un nombre défini de visiteurs lors de ces soirées. Chaque jour amenait de nouveaux camarades à Genève et envoyait d’anciens camarades travailler en Russie. En général, notre contact avec la Russie était très étroit.

Plus agréables et intéressantes que les "à la maison" étaient les réunions et les entretiens avec Lénine pendant un moment libre où l’on pouvait passer pour une conversation ou même un rire chaleureux. Lénine aimait rire de bon cœur.

Si, parfois, vous appeliez pendant la journée, la première personne que vous rencontriez en bas était Mère Krupskaya qui s’occupait de ses tâches ménagères. Lorsque vous lui demandiez si vous pouviez monter à l’étage, elle répondait invariablement : « Allez-y, allez-y. Faites-les sortir de leurs tanières. Vladimir Ilitch ne peut pas s’arracher à ses livres, et Nadia s’est rapidement assise sur sa chaise. ces lettres. Appelez-les à dîner, et restez vous-même pour un repas. J’ai préparé une marmite de soupe - Vladimir Ilitch en aime beaucoup".

Que c’était bon de monter ces escaliers agréablement grinçants et de voir de loin la tête chauve de Lénine penchée sur un tas de papiers ! Ilitch - vêtu d’un chemisier russe en coton bleu sans ceinture. Quel accueil le sourire de Nadejda Constantinovna alors qu’elle vous serrait chaleureusement la main. Comme Lénine riait de façon contagieuse, pas du tout fâché contre toi de l’avoir dérangé dans son travail. Quelles brillantes étincelles d’esprit il lança chez les mencheviks ! Comme on respirait facilement et librement avec lui !

Un soir que je n’oublierai jamais. J’avais écouté Lénine avec un intérêt absorbé et je n’avais pas remarqué à quel point il se faisait tard. J’ai raté le dernier tram et j’avais peur de rentrer seul chez moi si tard dans la nuit. Vladimir Ilitch s’est porté volontaire pour m’accompagner en me disant qu’il avait de toute façon besoin d’un peu d’air frais.

Profitant d’être seul avec Lénine, je commençai timidement à lui poser des questions sur certains doutes qui me tourmentaient depuis quelque temps concernant ma vie de révolutionnaire professionnel. J’étais conscient de l’immense importance que Lénine attachait à l’organisation des révolutionnaires professionnels et je savais quels espoirs et attentes il plaçait en eux ; et il me semblait que seuls les camarades avaient le droit de s’appeler des professionnels particulièrement doués, qui avaient une large perspective politique, de grands talents oratoires et d’agitation ainsi que de profondes connaissances théoriques. Si les professionnels étaient des ouvriers d’usine, me disais-je, ils devraient être dotés d’un instinct prolétarien particulier qui compenserait leur manque de connaissances théoriques. N’ayant aucune de ces qualités,J’étais torturé à l’idée que je n’étais pas apte à la haute vocation de révolutionnaire professionnel. Tous ces doutes, je les mets devant Lénine. Vladimir Ilitch m’a écouté attentivement. Puis il commença à m’expliquer à quoi devait ressembler la structure de notre Parti et il devint tout excité en parlant du rôle que le révolutionnaire professionnel jouait dans cette structure. Le révolutionnaire professionnel, disait-il, devait d’abord être entièrement dévoué au Parti et à la cause des travailleurs - sa vie personnelle et sa vie de Parti devaient ne faire qu’un. L’organisation des révolutionnaires ne pouvait être restreinte à un cercle étroit de chefs ; des ouvriers de base infatigables et dévoués, en contact permanent avec les masses, étaient indispensables. Ce sont eux qui jetaient les bases du Parti, brique par brique,et sans leur aide aucun chef ne pourrait accomplir quoi que ce soit.

J’étais tellement absorbé par ce que disait Lénine que je ne remarquai pas que nous étions arrivés à l’entrée principale de la maison où nous habitions Bobrovsky et moi. Je ne pouvais pas réaliser que notre conversation devait se terminer. Je m’arrêtai irrésolument et m’apprêtais à demander à Ilitch de monter dans notre appartement, mais je savais que tout le monde dormait et que l’agitation causée par notre entrée interromprait la conversation de toute façon. Ilitch s’arrêta un instant puis se retourna, et nous retournâmes résolument en direction des faubourgs de Sécherone, continuant notre conversation. Lorsque nous arrivâmes chez lui, Lénine se mit à rire et déclara qu’il fallait mettre fin à l’escorte, mais comme il était entièrement responsable d’être devenu si absorbé par la conversation, il crut de son devoir de me ramener à la maison une fois de plus, mais cette fois pour de bon.

Quand nous nous séparâmes, Lénine sournoisement, très sournoisement, fit remarquer : « Il faut avoir un peu plus confiance en ses capacités, ce n’est pas mal du tout pour le travail, pas mal du tout. J’ai souvent rappelé ces mots par la suite dans les moments de faiblesse.

Néanmoins, toutes ces incursions à l’époque de Lénine inquiétaient ma conscience. Mais il était difficile de résister à la tentation. Lénine lui-même encouragerait ces incursions en venant chez moi avec Nadejda Constantinovna et en m’invitant chez eux. D’ailleurs, Makar, dont l’amour pour Lénine confinait au culte des héros, venait souvent me persuader d’aller « à Ilitch pour bavarder ». Quand j’ai refusé et essayé de le persuader de ne pas y aller car c’était dommage de prendre autant de temps de Lénine, Makar essayait de me convaincre que nous étions extrêmement utiles à Lénine parce que nous « respirions la Russie », quelque chose qui manquait à l’étranger. Je ne peux pas dire à quel point il y avait de vérité dans la déclaration de Makar selon laquelle nous avons "respiré de la Russie",pourtant je savais que Lénine aimait à rencontrer les camarades qui n’avaient pas l’intention de rester longtemps à l’étranger et désireux de retourner en Russie pour des travaux pratiques.

Je suis resté quelques mois à Genève. Pendant ce temps, de nombreux camarades sont partis, parmi lesquels de nombreux Kiéviens. Physiquement, je ne m’étais pas amélioré du tout, ma santé était encore très mauvaise. Je ne pouvais pas penser à aller travailler en Russie alors que j’étais dans un tel état. Cela signifierait que je deviendrais un fardeau pour l’organisation à laquelle j’ai été envoyé. Mais je trouvais tout aussi difficile de participer à la vie de la colonie russe à Genève. Tout ce qui continuait à gronder dans nos cercles bolchéviques genevois ne m’absorbait en quelque sorte pas. La lecture et les études théoriques m’ont laissé de marbre. Je voulais faire des travaux pratiques, mais en dehors de la Russie, je n’avais rien à faire. Je fus saisi d’une terrible mélancolie qui me poussa à déménager à Berlin, où il y avait encore quelque chose à apprendre du parti social-démocrate allemand. Même si les travailleursmouvement à Genève avait été intéressant, cela ne pouvait pas l’être pour moi, car je ne parlais pas un mot de français.

Berlin m’a captivé dès le premier jour. J’assistais aux réunions auxquelles Bebel parlait avec un intérêt particulier. Ce qui m’a étonné chez Bebel, c’est son extraordinaire pouvoir d’attirer les forces jeunes et fraîches du Parti. Cela s’est fait sentir à chaque fois qu’il s’adressait à une réunion et dans sa réponse aux points soulevés par certains des jeunes camarades qui avaient participé à la discussion qui avait suivi le discours. Bebel avait le don de détruire toutes les objections soulevées par un jeune camarade sans humilier le camarade lui-même. De la manière la plus douce, la plus simple et la plus amicale, il expliquait à son adversaire la vision correcte d’une question, quelle que soit sa jeunesse ou la naïveté de ses protestations et l’encourageait à participer aux discussions futures.

L’autorité morale et l’influence de Bebel tant sur le prolétariat allemand que sur les membres du Parti étaient si grandes qu’il y avait toujours un air de solennité dans les réunions auxquelles il s’adressait.

J’ai entendu Bebel parler lors de la réunion du 1er mai 1904, qui s’est tenue dans la plus grande salle publique accessible aux travailleurs de Berlin, mais même alors, la salle ne pouvait pas accueillir tous ceux qui souhaitaient y assister. Il y avait une foule plus nombreuse dans la rue que dans la salle, et le costaud allemand Schutzleute repoussa la foule qui tentait d’entrer dans la salle pour apercevoir Bebel. Après son discours, le vieil homme Bebel passa tranquillement par la porte latérale, enfila sa cape minable qui était si familière à tous les ouvriers berlinois, enfourcha son vélo et partit.

J’ai entendu Clara Zetkin, alors une jeune femme sans un seul cheveu gris sur la tête, surtout dans les réunions de femmes. Ses apparitions publiques n’étaient pas moins frappantes que celles de Bebel. D’ailleurs, elle fait très souvent référence à la Russie dans ses discours, et lorsque Plehve, le tyrannique ministre tsariste de l’Intérieur est assassiné, elle prononce une série de conférences sur la Russie dans tous les quartiers de Berlin, intitulée « La politique cosaque ».

La colonie russe de Berlin était assez grande. Il était divisé en bolcheviks, mencheviks et plusieurs groupes intermédiaires. Le chef bolchevik autour duquel tous les bolcheviks étaient regroupés était un délégué du centre, Martin Mendelstamm (Lyadov). Pyatnitsky était responsable de tous les arrangements de transport illégaux à Berlin. Il vivait à Berlin avec un passeport allemand et se faisait appeler Freitag, ce qui signifie vendredi en allemand, d’où son pseudonyme russe Pyatnitsky. Un étudiant de l’université de Berlin, Jacob Zhitomirsky, a également aidé dans ces affaires. Plus tard, il s’est avéré être un provocateur.

La police prussienne gardait un œil vigilant sur notre compagnie. Une fois, j’ai été appelée à la préfecture de police où ils voulaient savoir si j’étais vraiment la fille du fabricant de l’Oural, Kharitonov (j’étais enregistrée à Berlin en tant que telle), et pourquoi je vivais dans une chambre si bon marché, si sous-alimentée , et habillé si misérablement. Je m’étonne de ces questions, les remercie de leur souci de mon bien-être et explique que mon père et moi ne nous entendons pas bien, que nous nous disputons souvent, et à cause de ces différences il m’envoie peu d’argent qui ne me permet pas de vivre dans une plus grande aisance. Ma réponse parut les satisfaire. En tout cas, je n’ai jamais été appelé à donner d’autres explications sur moi-même. Même si j’avais envie de retourner en Russie pour travailler activement au Parti,il m’était plus facile de vivre à Berlin qu’à Genève en raison de mon intérêt profond pour le mouvement ouvrier allemand.

Mais Makar, qui s’était aussi enfui à Berlin pour échapper à l’ennui de Genève, s’assombrit encore. Il ne savait pas un mot d’allemand. « Ce n’était pas un tel drame si je ne comprenais pas le français à Genève, disait-il, il n’y avait de toute façon rien à entendre. Mais ici tout est si intéressant, et je ne comprends pas un mot ! Makar n’a pas perdu de temps à Berlin très longtemps. Il est allé à Moscou pour effectuer des travaux souterrains. Ses poumons étaient loin d’être bien. La seule chose qui pouvait le guérir était un sanatorium dans le sud de l’Italie ou de la France, mais notre Parti n’avait pas les fonds suffisants pour cela.

Quand j’ai enfin commencé à me sentir un peu mieux (mon oisiveté prolongée m’a aidé à récupérer même si je n’avais pas une alimentation adéquate), j’ai demandé à être envoyé en Russie. C’était à l’été 1904. On me proposa d’aller dans le Caucase et d’être à la disposition du Conseil de l’Union, comme s’appelait notre organisation régionale du Parti Caucasien qui réunissait Tiflis, Bakou, Batum, etc. Le Conseil de l’Union avait son siège à Tiflis. Il a été convenu à l’avance que je travaille à Bakou où les travailleurs du Parti étaient très nécessaires à cette époque.

Mon retour de l’autre côté de la frontière s’est fait sans aucune difficulté, car un étudiant que je connaissais à Berlin m’a fourni un véritable passeport étranger. L’arrangement était que dès qu’elle apprendrait que j’avais franchi la frontière en toute sécurité, elle devait informer la police prussienne qu’elle avait perdu son passeport.

VII. Travailler dans le Caucase

AVANT d’aller dans le Caucase, je voulais voir ma sœur Rose qui travaillait dans l’organisation Kostroma à cette époque. Mais mon arrivée à Kostroma n’était pas sans danger car ma sœur était alors considérée avec méfiance par la police, et je pouvais facilement être reconnue comme cette fameuse Pelageya Davidovna. Par conséquent, je ne suis pas allé directement à Kostroma ; J’ai rencontré ma sœur à Zhiroslavka (à une trentaine de verstes de la ville) chez des propriétaires terriens sympathiques, les Kolodesnikov. Sous leur toit hospitalier, je dus plus tard me cacher. Une fois, nous avons même temporairement retiré notre imprimerie à Zhiroslavka.

Je suis allé à Tiflis à une période très troublée. Presque tous les membres du Conseil de l’Union étaient surveillés de près par la police. Vladimir Bobrovsky (qui s’appelait Nikolai Golovanov) a vécu dans des circonstances particulièrement difficiles. Quand je l’ai atteint (il vivait dans une sorte d’auberge sale) et avant même que nous ayons pu échanger des salutations, un camarade inconnu a fait irruption dans la pièce et s’est exclamé avec enthousiasme :

« Je suis venu vous avertir que la police arrive à l’auberge. Ils sont après Golovanov. Suivez-moi immédiatement par l’entrée arrière, dans la cour et dans la rue latérale, si VOUS voulez être sauvé !

Nous avons immédiatement suivi notre sauveteur inattendu. Nous trouvant dans une rue secondaire déserte, nous avons pris des directions différentes. Golovanov et le camarade inconnu montèrent sur le premier droshky qu’ils rencontrèrent, tandis que j’allais tranquillement chercher d’autres camarades. J’avais l’adresse d’un professeur de musique dont le nom de famille était Adjarova, je crois, mais que nous appelions simplement Nadejda. Ce jour-là, Nadejda m’a trouvé une chambre dans la maison d’une connaissance arménienne. Le soir, elle m’informa que Golovanov était sain et sauf. Ses camarades l’ont caché avec leur propre peuple dans une hutte sur le mont Saint-David. Le lendemain, il devait y avoir une réunion du Conseil de l’Union. Un Géorgien, propriétaire de la cabane qui tenait un salon de coiffure en ville, nous a emmenés dans la montagne. Une jeune femme, la femme du barbier, vêtue d’habits orientaux, est sortie à notre rencontre.A mes questions étonnées de savoir si cette femme était une sympathisante, mon escorte, en serrant le poing de manière menaçante, a dit :

« Qu’elle n’ose pas sympathiser !

Nous arrivâmes à la cabane de notre ami dont l’entrée se faisait par une sorte de grotte. L’aspect de cette demeure orientale était tout à fait extraordinaire. Je m’arrêtai confus, sur le seuil. À travers des nuages ​​de fumée de tabac, j’ai discerné les silhouettes de personnes assises à une table en train de manger de la viande de mouton grasse. Parmi eux se trouvait Golovanov. Ces gens à l’air sauvage se sont avérés être des camarades, membres du Conseil de l’Union.

De tous les membres de l’Union à Tiflis, j’avais affaire principalement avec le vieil homme Tskhakaya (Mikha), qui s’appelait Gurgen ; Staline, alors encore très jeune, et feu Sasha Tsulkukidse, qui était déjà très malade. Nous avons discuté des difficultés rencontrées par l’organisation et de la descente imminente de la police que nous pensions tous inévitable. Nous avons décidé que nous devions demander des renforts au centre et que Golovanov soit envoyé à Bakou à cet effet. Je devais rester à Tiflis en tant qu’organisateur de quartier. Gurgen (Mikha Tskhakaya) devait me mettre en relation avec le quartier, mais pendant longtemps il n’a pas pu le faire. La police le surveillait de trop près. Lorsque j’ai finalement pris contact avec un ou deux ouvriers, les espions ont immédiatement commencé à me suivre. Donc, rien n’est sorti de mon travail à Tiflis, c’est-à-dire si l’on ne compte pas les deux ou trois petits ouvriersréunions que j’ai organisées, et ma participation à une assez grande réunion de propagande.

Ma position précaire à Tiflis aurait pu se terminer à tout moment par une arrestation. C’est pourquoi les camarades ont pensé qu’il était sage de m’envoyer à Bakou. Mon mari « Golovanov de Tiflis » (Vladimir Bobrovsky) travaillait avec succès au comité de Bakou sous le nom d’Ephrem. N’ayant pas de passeport, il n’était pas enregistré. Son propriétaire, le comptable Otto Winter, étant un sympathisant, ne s’est pas opposé à ce qu’Ephrem sans passeport obtienne une épouse également sans passeport, une certaine « Olga Petrovna » (moi-même). Je me suis donc installé à Bakou. Le nom d’Olga Petrovna m’est resté et j’ai travaillé dans l’organisation qui en dépendait pendant plusieurs années. Même maintenant, beaucoup de vieux camarades, en particulier les Moscovites, continuent de m’appeler par ce nom. Nous avions beaucoup de travail à faire à Bakou à l’automne 1904. Lors de la première réunion du comité auquel j’ai été coopté,des plans de grève générale ont été discutés. Ce dernier éclata bientôt. Avant d’avoir eu le temps de regarder autour de moi, j’ai été emporté par le grand événement. Ajoutez à cela la confusion hétéroclite des partis, groupes et cliques nationalistes du Caucase dont j’ai d’abord dû prendre connaissance des buts et des points de vue multiples, et il deviendra clair qu’il m’était très difficile de prendre une part active au travail immédiatement.

Alors que la multiplicité des nationalités et des langues parmi les travailleurs de l’industrie pétrolière rendait le travail du Parti très difficile à Bakou, elle facilitait la dissimulation à la police. Pour une raison mystérieuse, la police de Bakou a concentré toute son attention sur la traque des criminels et a complètement ignoré les oiseaux de notre plume, ce qui nous a permis de continuer notre travail presque ouvertement. Nous avons tous vécu sans être enregistrés ; nous avons organisé de grandes réunions ouvrières dans les salles des machines dans diverses parties des champs pétrolifères et aussi dans les maisons des ouvriers ou des intellectuels arméniens et russes sympathiques. Habituellement, même les concierges de ces maisons étaient des sympathisants, un fait rarement rencontré parmi les concierges russes qui étaient généralement à la solde de la police.

Avant le début de la grève, notre organisation de Bakou a dû mener une lutte acharnée contre un groupe semi-pulenchevique, semi-aventurier qui exerçait une influence considérable sur les travailleurs employés dans les champs pétrolifères de Balakhana. Ce groupe était composé de plusieurs intellectuels professionnels, venus dans le quartier dirigé par Ilya Shendrikov, un très bon agitateur mais un démagogue. Les discours enflammés d’Ilya avant et pendant la grève respiraient la haine des bolcheviks en général et du Comité de Bakou en particulier. Lui et ses amis ont essayé de maintenir la grève dans les limites d’une lutte purement économique et ont essayé d’écarter tout ce qui était politique. Notre lutte politique était le principal objet du ridicule d’Ilya lors des réunions de masse. En de telles occasions, ses harangues étaient ponctuées de phrases menchéviques moqueuses telles que "Généraux bolcheviks », « bonapartisme », etc. Mais, malgré le fait qu’ils utilisaient la phraséologie menchevik, le groupe Shendrikov était plus aventurier que menchevik.

Le démagogue Ilya n’était jamais fatigué dans les réunions de masse de discuter de questions mineures comme la fourniture de tabliers, de mitaines, etc., par les employeurs, sans toucher à la véritable signification de la grève. En conséquence, les ouvriers les plus arriérés quittèrent ces rassemblements de masse sans être éclairés sur la vraie nature de la lutte et s’en allèrent déterminés à se battre uniquement pour des mitaines et des tabliers. Ils quitteraient la réunion avec une haine envers les bolcheviks pour qui les mitaines et les tabliers étaient un problème mineur et non la question vitale.

Le problème avec le Comité de Bakou était qu’il adoptait une approche quelque peu académique des masses laborieuses. Un autre inconvénient était que nous n’avions aucun orateur dans nos rangs pour égaler l’éloquent Ilya Shendrikov. Je me souviens très clairement d’une réunion de masse à Balakhana. Aliocha et Yuri se sont relayés pour parler contre Shendrikov. Ils étaient souvent interrompus par des cris peu flatteurs contre les bolcheviks qui, au lieu d’exiger des mitaines et des tabliers, réclamaient le renversement de l’autocratie. Nous avons quitté la réunion le cœur lourd, mais nous étions convaincus qu’un tournant en notre faveur aurait lieu d’un jour à l’autre. Il y avait de nombreuses raisons objectives pour que nous le pensions. Tandis que Shendrikov poursuivait sa politique démagogique à Balakhana sans se soucier de renforcer son influence sur le plan organisationnel, notre comité renforçait sa position dans d’autres districts et, surtout,il contrôlait le comité de grève.

Je me souviens très bien d’une réunion nocturne du comité de grève qui s’est tenue dans la maison d’un ouvrier, qui était située dans l’arrière-cour d’une étrange maison tartare. Plusieurs de nos hommes armés montaient la garde dans la cour. Si l’un des policiers nous avait rendu visite cette nuit-là, il s’en serait mal tiré. Lors de cette réunion mémorable à laquelle assistaient, outre le comité de Bakou, un certain nombre d’ouvriers actifs du district, les revendications finales des grévistes, tant politiques qu’économiques, ont été formulées (les mitaines et les tabliers étaient inclus). Nous étions tous de bonne humeur. C’était bon d’être dans cette pièce, même si l’endroit était si étouffant qu’un des camarades, un représentant des conducteurs de tramway, a commencé à s’évanouir. La réunion a duré toute la nuit. Tôt le matin, nous avons quitté les lieux en petits groupes pour ne pas être trop visibles.Nous avons dû nous rendre directement dans les quartiers pour être sur place lorsque la grève a éclaté. J’ai marché jusqu’à mon district, Cherny Gorod, avec Red Georgi et un ouvrier nommé Luka, qui représentait le dépôt ferroviaire au comité de grève.

Cherny Gorod était situé de l’autre côté de la voie ferrée où se trouvaient un certain nombre d’ateliers d’ingénierie. Les choses ont commencé à bouger ici tôt le matin. Partout des foules d’ouvriers discutaient avec enthousiasme de la grève. Quand ils nous ont vus, en particulier Georgi et Luka, ils se sont rassemblés, impatients de savoir quelles demandes avaient été formulées lors de la réunion de la nuit dernière. Tout le monde était de bonne humeur. Seules les femmes se plaignaient. Ils me désignaient même comme une créature sans vergogne qui se mêlait d’affaires qui n’étaient pas l’affaire d’une femme. Je ne me souviens pas avoir rencontré de travailleuses organisées à Bakou à l’exception des femmes artisanes de la ville et des ouvrières artisanales. Les femmes qui se plaignaient de la grève étaient principalement les épouses des ouvriers. Tout ce qui les préoccupait était d’allaiter les enfants et de cuisiner les plats de leurs maris.repas. Ils étaient les créatures les plus abjectes et les plus ignorantes du monde. C’est pourquoi je n’ai ressenti aucune colère envers eux malgré le tranchant de leurs langues. Il ne nous est jamais venu à l’idée de travailler parmi eux ; le travail semblait si ingrat. D’ailleurs, il y avait tant d’autres travaux auxquels nous pouvions à peine faire face que l’agitation parmi les femmes était laissée à des temps plus favorables.

Pendant la grève, le comité de Bakou s’efforça de montrer aux masses ouvrières la nécessité de revendications politiques étendues à la fois par l’agitation orale et par la distribution de tracts qui avaient été imprimés dans notre imprimerie secrète parfaitement équipée. Cette agitation fut couronnée de succès. Les travailleurs de Bakou sont devenus plus conscients de la classe pendant la grève, bien qu’une manifestation qui avait été prévue un dimanche ait été interrompue par Ilya Shendrikov. Il a délibérément convoqué une réunion à Balakhana ce jour-là et a parlé si longtemps qu’il était trop tard pour les travailleurs de Balakhana pour parcourir les dix verstes jusqu’à la ville où notre manifestation devait avoir lieu, et sans les travailleurs de Balakhana, la manifestation n’aurait pas pu avoir le effet souhaité, nous avons donc dû l’abandonner. La grève générale des ouvriers de Bakou dura un mois et se termina en décembre 1904 chez les rois du pétrole,qui étaient organisés en Fédération des producteurs de pétrole, accordant d’importantes concessions.

Même les femmes ont cessé de harceler leurs maris. Ils se sont rendu compte que la lutte en valait la peine. La lutte avait été dure, mais les ouvriers obtenaient une journée de travail raccourcie et une augmentation des salaires. Mais surtout, les ouvriers commencent à être reconnus comme une puissance avec laquelle il faut compter.

Cette conscience de leur propre force ne pouvait que se communiquer même aux ouvriers les plus arriérés, et même aux femmes d’ouvriers.

Après la tension des derniers mois, il y a eu un souffle pour tous les membres du Comité et les travailleurs actifs, et nous avons rattrapé les nuits blanches passées pendant la grève.

Peu de temps après, des nouvelles nous parvinrent des événements de janvier à Saint-Pétersbourg. Le souffle de la Révolution de 1905 était dans l’air.

Nous, bolcheviks, avons bientôt recommencé à nous émouvoir. Mais les gardiens de l’autocratie, en particulier le gouverneur de Bakou, Nakashidze, étaient également bien éveillés. Pour disperser les nuages ​​de la révolution qui planaient de manière menaçante dans l’air, il a eu recours à la méthode favorite utilisée si largement par les autorités de la Russie tsariste : l’attrition de la haine raciale. Comme instrument de cette tâche meurtrière, Nakashidze a choisi des représentants de la nationalité la plus arriérée du Caucase : les Tartares. Des bandes de ces hommes ont été fournies par la police avec des fusils et des couteaux, et un jour spécial a été fixé pour un massacre des Arméniens. Je n’oublierai jamais ces jours horribles. Toute la journée, j’ai essayé par tous les moyens de me rendre dans les quartiers. Mais toutes les routes étaient complètement coupées.Nous ne pouvions pas atteindre les districts où se concentraient les forces avec lesquelles nous pouvions combattre l’affreux pogrom provoqué par le gouverneur. Nos ouvriers désarmés bouillonnaient d’indignation, mais ils étaient impuissants.

Personne n’avait le moindre doute, pas même les habitants de la ville, que le pogrom avait été organisé par le gouverneur (Nakashidze fut ensuite assassiné par une bombe lancée sur lui par un révolutionnaire arménien). J’ai personnellement vu Nakashidze chevaucher en train de donner des ordres à la police. J’essayais de joindre Stopani, le secrétaire de notre comité, lorsque j’ai rencontré le propagandiste Arsen, un Arménien. Il m’a pris par le bras dans l’espoir que les voyous ne l’attaqueraient pas. Les femmes n’étaient pas attaquées dans les rues, et j’étais toujours en sécurité parce que je n’étais pas Arménienne. Les femmes arméniennes étaient tuées chez elles si elles tentaient de défendre leurs pères, maris ou fils. Près de la maison de Stopani, nous avons rencontré un groupe de jeunes Tartares armés. L’un d’eux saisit son revolver, mais un autre l’arrêta en disant en langue tartare (traduite pour moi par la suite) :"Ne le touchez pas" (Arsen), "il marche avec une femme russe. Il peut y avoir des problèmes après."

Pendant trois jours, les gangs tartares de Nakashidze ont pillé et pillé la ville. Le quatrième jour, rassasié de sang et craignant l’indignation croissante des ouvriers des quartiers, Nakashidze donna le signal de la cessation du pogrom. Pour couronner le tout, il organisa une farce pour la paix, une procession du clergé tartare et arménien réuni. Après cela, les gangs tartares ont été dissous et l’ordre a été à nouveau rétabli.

Lorsque le pogrom cessa, l’indignation de toute la population s’exprima sous forme de grands rassemblements dans la ville et dans tous les champs et usines de pétrole. De nouveau, la vague de la révolution a commencé à monter régulièrement et a balayé non seulement les travailleurs, mais presque toute la population. A cette époque, notre organisation obtint l’aide d’un brillant agitateur, Mikhaïl Vassiliev, qui, sous le nom de Yuzhin, joua ensuite un rôle de premier plan dans le soulèvement armé de Moscou en décembre 1905. les mains du gouverneur. Nakashidze a d’abord perdu la tête, mais il a rapidement récupéré et a déclaré la ville sous la loi martiale, des sentinelles étaient postées à toutes les portes de la ville et personne n’était autorisé à quitter sa maison après sept heures du soir.Nous avons commencé à nous préparer pour une manifestation armée. Des mesures ont été prises immédiatement pour armer les travailleurs avec des armes importées en contrebande de Perse et de sources similaires. Malgré nos efforts, nous n’avons cependant réussi à nous procurer qu’une dizaine de revolvers. J’ai obtenu quelques pistolets Browning pour le quartier de Cherny Gored, que je devais livrer à mes ouvriers. Mais à chaque porte de la ville, il y avait des soldats armés. Pour faire passer les fusils devant les soldats, j’ai acheté un panier plein de carottes, de choux et de betteraves, j’ai placé les revolvers au fond du panier et je les ai recouverts de légumes. J’ai mis un tablier blanc, j’ai jeté un mouchoir de coton sur ma tête et j’ai passé sans encombre les soldats qui m’ont pris pour un cuisinier venant du marché.nous n’avons réussi à nous procurer qu’une dizaine de revolvers. J’ai obtenu quelques pistolets Browning pour le quartier de Cherny Gored, que je devais livrer à mes ouvriers. Mais à chaque porte de la ville, il y avait des soldats armés. Pour faire passer les fusils devant les soldats, j’ai acheté un panier plein de carottes, de choux et de betteraves, j’ai placé les revolvers au fond du panier et je les ai recouverts de légumes. J’ai mis un tablier blanc, j’ai jeté un mouchoir de coton sur ma tête et j’ai passé sans encombre les soldats qui m’ont pris pour un cuisinier venant du marché.nous n’avons réussi à nous procurer qu’une dizaine de revolvers. J’ai obtenu quelques pistolets Browning pour le quartier de Cherny Gored, que je devais livrer à mes ouvriers. Mais à chaque porte de la ville, il y avait des soldats armés. Pour faire passer les fusils devant les soldats, j’ai acheté un panier plein de carottes, de choux et de betteraves, j’ai placé les revolvers au fond du panier et je les ai recouverts de légumes. J’ai mis un tablier blanc, j’ai jeté un mouchoir de coton sur ma tête et j’ai passé sans encombre les soldats qui m’ont pris pour un cuisinier venant du marché.plaça les revolvers au fond du panier et les couvrit de légumes. J’ai mis un tablier blanc, j’ai jeté un mouchoir de coton sur ma tête et j’ai passé sans encombre les soldats qui m’ont pris pour un cuisinier venant du marché.plaça les revolvers au fond du panier et les couvrit de légumes. J’ai mis un tablier blanc, j’ai jeté un mouchoir de coton sur ma tête et j’ai passé sans encombre les soldats qui m’ont pris pour un cuisinier venant du marché.

J’ai travaillé à Tcherny Gorod jusqu’au début du mois de mars 1905. Puis j’ai été nommé secrétaire du comité de Bakou. Ici, j’ai dû réorganiser notre imprimerie secrète. Il était excellemment équipé de types, de caisses et de pièces de machines. Il était assez facile d’organiser deux imprimeries avec le matériel de celle-ci, et d’en avoir une en réserve au cas où l’autre serait découverte. Ce n’était pas une bonne politique d’avoir des choses à une si grande échelle. Nous avons donc transféré certaines des pièces inutiles dans un endroit sûr afin de pouvoir démarrer une petite imprimerie dans une autre partie de la ville. Mais je n’étais pas destiné à accomplir tout cela, car peu après, je fus obligé de partir pour Moscou.

VIII. Moscou

DE Bakou, je suis allé récupérer un peu au domaine de Zhiroslavka près de Kostroma que j’ai déjà mentionné, dont la maîtresse, Elizaveta Kolodeznikova, considérait comme sa mission dans la vie d’offrir un refuge à tous les travailleurs du Parti fatigués et sans abri. Vers le milieu de l’été 1905, après m’être reposé un peu, je partis pour Moscou. Selon la décision du Comité de Moscou, je devais commencer à travailler comme organisateur de district. Je devais prendre mes nouvelles fonctions après la conférence de la ville, au cours de laquelle j’espérais acquérir une meilleure connaissance du travail du Parti de Moscou. La conférence devait avoir lieu un dimanche dans les bois près d’Obiralovka sur la ligne Nizhnenovgorod.

Lorsque notre groupe de camarades est descendu au terminus de banlieue d’Obiralovka, la gare était bondée de gendarmes, de détectives, d’espions et d’autres fonctionnaires de la police. La "splendeur" de la scène nous a pétrifié un instant. Puis nous avons commencé à prétendre que nous étions tous étrangers les uns aux autres. Mais la police s’est seulement moquée de nous. L’un des délégués à notre conférence nous avait trahis, de sorte que la police savait tout dans les moindres détails. Malgré toutes les informations dont ils disposaient, ils n’arrêtèrent cependant qu’une quinzaine de camarades. Les autres, venus par un train antérieur, ont réussi à échapper au piège tendu pour nous à la gare. J’ai été arrêté avec plusieurs ouvriers employés à l’usine Guzhon à Moscou. Je me souviens particulièrement d’un jeune ouvrier aux cheveux noirs et aux yeux plissés,qui nous a tenus joyeux depuis Obiralovka jusqu’à Moscou où la police nous emmenait. À chaque arrêt, la foule des fêtes a essayé de monter dans notre voiture. La police a tenté avec zèle de chasser la foule, tandis que l’ouvrier aux cheveux noirs de Guzhon criait aux nouveaux arrivants :

« Mesdames et messieurs, il est strictement interdit de monter dans cette voiture. Les ambassadeurs de Portsmouth sont ici ! » (Cela s’est produit au moment des négociations de paix avec le Japon.)

Au siège de la police, nous avons été étroitement contre-interrogés. Mais je ne pouvais rien dire pour moi. Je venais d’arriver à Moscou et n’avais pas eu le temps d’obtenir un passeport. Je vivais sans être enregistrée, chez la mère de mon mari, Sophia Bobrovskaya, et j’évitais le concierge. Cet appartement était très pratique pour les travaux secrets car la maison avait deux sorties, dont l’une était particulièrement utile car elle donnait sur une cour où se trouvait un bureau de poste. S’il arrivait quelque chose, on pouvait toujours faire semblant d’aller à la poste. Ces caractéristiques ont été prises en considération lorsque Sophia et sa fille cadette, Nina, ont loué l’appartement. Il arrivait souvent que la mère et la fille, n’ayant pas eu le temps de se consulter, proposaient toutes deux l’appartement à des fins de rendez-vous le même jour. Une fois, par exemple,une réunion secrète de soldats—représentants de l’armée—a eu lieu dans une pièce, que Sophia avait prêté à cet effet, tandis que dans une autre pièce les filles caissières des laiteries Chichkin se sont réunies pour discuter de la prochaine grève des employés de cette entreprise . Nina avait consenti à leur laisser la chambre sans consulter sa mère. La maison a toujours été utilisée comme cachette temporaire pour la littérature illégale et les armes. De plus, les ouvriers prenaient fréquemment rendez-vous à la maison sans prévenir les Bobrovsky au préalable car ils savaient que ces derniers acquiesceraient.Nina avait consenti à leur laisser la chambre sans consulter sa mère. La maison a toujours été utilisée comme cachette temporaire pour la littérature illégale et les armes. De plus, les ouvriers prenaient fréquemment rendez-vous à la maison sans prévenir les Bobrovsky au préalable car ils savaient que ces derniers acquiesceraient.Nina avait consenti à leur laisser la chambre sans consulter sa mère. La maison a toujours été utilisée comme cachette temporaire pour la littérature illégale et les armes. De plus, les ouvriers prenaient fréquemment rendez-vous à la maison sans prévenir les Bobrovsky au préalable car ils savaient que ces derniers acquiesceraient.

Par conséquent, lorsque j’ai été arrêté, je ne pouvais pas donner l’adresse de Bobrovsky. La seule chose que je pouvais faire était de refuser catégoriquement de donner des informations sur moi-même. J’ai été immédiatement inculpé en vertu de l’article 102 du Code pénal et envoyé à la Watch Tower de la prison Butirsky. Avant moi était la perspective d’une vie tranquille (comme repos de mon vagabondage) pendant une longue période, et j’ai prévu d’en profiter pour améliorer mes connaissances théoriques. Mes déficiences à cet égard m’ont entravé dans mon travail au Parti. Mais ce rêve ne s’est pas réalisé, en raison des événements haletants qui se sont produits de l’autre côté des barreaux de la prison. Ces événements m’ont libéré de la Watch Tower - une liberté acquise dans des circonstances étonnamment heureuses.Chaque jour, les rumeurs qui nous parvenaient à la Watch Tower sur l’esprit révolutionnaire grandissant parmi les larges masses prolétariennes se confirmaient de plus en plus, notamment après que nous ayons entendu des chants révolutionnaires dans la cour principale (la Watch Tower donnait sur l’hôpital Cour). Ils ont été chantés par les boulangers Philipov arrêtés. Les foules d’ouvriers dans la cour voisine que l’on apercevait de notre tour, et les bribes de discours qui nous étaient portées contribuaient aussi à confirmer le fait. Outre ces signes joyeusement inquiétants, pendant les premiers jours d’octobre, un groupe de Polonais a été emprisonné dans la Watch Tower (car il n’y avait pas de place dans la prison de déportation) dans le prochain vol au-dessus de ma cellule. J’appris de ces camarades qu’ils avaient été exilés de Varsovie dans la province de Viatka et qu’ils s’y rendaient, mais,à cause des grèves des chemins de fer, ils avaient dû s’arrêter pour une durée indéterminée à Moscou. D’un jour à l’autre, prédisaient-ils, la Russie serait sur les trois quarts d’une grève générale ; alors nous ne serions plus longtemps en prison.

Les Polonais étaient de très bonne humeur et dès leur arrivée, notre cour isolée dans la Watch Tower a changé comme par magie. Par exemple, quelques jours avant le 17 octobre, une chose très curieuse s’est produite. Il avait neigé la nuit précédente, et l’un des Polonais qui était sculpteur fit une excellente figure de neige de Nicolas II. Lorsque la silhouette a commencé à fondre, un autre Polonais s’est approché de ma fenêtre et a dit de manière audible :

« Regardez, camarade, l’autocratie est en train de fondre, applaudissons ! »

Le gardien de la cour en a informé le gouverneur. Le gouverneur adjoint est venu, a parlé brièvement aux Polonais et à moi, puis, sentant apparemment l’insécurité de l’autocratie, s’est limité à un doux sermon sur notre "conduite honteuse" et est retourné au bureau en se grattant la tête. Mais tous les gardiens n’étaient pas aussi pessimistes. Le gouverneur de la prison de Butirsky brandissait toujours le drapeau de l’autocratie. Mon mari avait été exilé en Sibérie et je m’attendais à ce qu’il s’arrête à la prison de Butirsky en venant du Caucase. J’ai demandé au gouverneur de me permettre de voir mon mari s’il venait. Le gouverneur répondit avec hauteur : « Il est interdit aux prisonniers de se parler. Une semaine plus tard, après ce refus hautain, j’ai rencontré mon mari à Moscou, nous étions tous les deux libres.Il avait été relâché sur la route par les ouvriers rebelles de Rostov.

Les derniers jours avant le 17 octobre, la crème du prolétariat moscovite s’est rassemblée autour de notre prison de Butirsky. Il n’y avait pas d’atelier ni de métier qui n’y soit représenté. La vie en prison est devenue inhabituellement intense. Les hauts responsables de la prison allaient avec l’air contrarié et sombre. Les rangs moyens semblaient effrayés et désolés tandis que les fonctionnaires inférieurs, les gardiens et les autres se déplaçaient avec jubilation. Ils oubliaient de fermer nos cellules (les couloirs, bien sûr, étaient fermés), et nous sommes devenus si audacieux, que non seulement nous avons conversé avec les Polonais, mais deux d’entre eux sont même venus dans ma cellule pendant quelques minutes. Les fonctionnaires de la prison nous rendaient visite plusieurs fois par jour. Des représentants du ministère public venaient souvent nous demander si nous avions « des plaintes à formuler ». La nuit, nos gardiens n’avaient pas de repos.Les lumières ont vacillé dans la cour et dans les couloirs toute la nuit. Il était évident qu’ils étaient profondément troublés. Cela nous a remplis d’une joie féroce et nous étions curieux de savoir comment tout cela se terminerait. Je n’étais pas très clair sur ce qui se passait à l’extérieur et les choses étaient encore très vagues pour moi même lorsqu’une vaste foule révolutionnaire moscovite s’est dirigée vers la prison de Butirsky et a demandé notre libération. La veille, des rumeurs nous étaient parvenues qu’un manifeste royal serait publié nous accordant la liberté. Mais nous étions indignés à l’idée même d’une telle marque de faveur du tsar et n’en entendions rien.Je n’étais pas très clair sur ce qui se passait à l’extérieur et les choses étaient encore très vagues pour moi même lorsqu’une vaste foule révolutionnaire moscovite s’est dirigée vers la prison de Butirsky et a demandé notre libération. La veille, des rumeurs nous étaient parvenues qu’un manifeste royal serait publié nous accordant la liberté. Mais nous étions indignés à l’idée même d’une telle marque de faveur du tsar et n’en entendions rien.Je n’étais pas très clair sur ce qui se passait à l’extérieur et les choses étaient encore très vagues pour moi même lorsqu’une vaste foule révolutionnaire moscovite s’est dirigée vers la prison de Butirsky et a demandé notre libération. La veille, des rumeurs nous étaient parvenues qu’un manifeste royal serait publié nous accordant la liberté. Mais nous étions indignés à l’idée même d’une telle marque de faveur du tsar et n’en entendions rien.

Le matin du 18 octobre, tout dans la prison semblait comme d’habitude. Les clés claquaient dans le couloir. L’"eau chaude" était apportée à l’heure habituelle, mais je ne pouvais pas penser à la boire, il n’y avait pas de temps pour de telles bagatelles. J’ai fait mon enquête matinale depuis le rebord de la fenêtre, mettant mes côtes en danger, parce que le rebord était très haut au-dessus du sol et qu’il n’y avait rien à saisir à part les barreaux – et j’ai regardé dans la cour ; mais je l’ai à peine reconnu. Il s’était transformé en camp militaire. Des mitrailleuses, des canons et d’autres instruments de mort remplissaient la cour. Des officiers vaillants, prêts au combat, criaient des ordres. Ils avaient tous l’air d’attendre l’ennemi à tout instant. Il n’était pas difficile de deviner quel ennemi. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas été long à deviner,car très vite j’ai vu une foule immense descendre les rues Dolgorukovskaya et Lesnaya vers notre prison. Mais ce qui m’agitait le plus, c’était la mer de bannières rouges. Une bannière rouge signifiait beaucoup pour un professionnel de l’underground. A ce moment, la vue de tant de bannières rouges me parut étrange.

La foule révolutionnaire en liesse s’est approchée de si près que je pouvais réellement voir des expressions sur des visages individuels. Devant la foule, se faufilant vers ma fenêtre, se tenait mon ami Makar. Il me disait quelque chose que je ne comprenais pas très bien. Il disait qu’il craignait que je ne fusse maintenu en prison jusqu’au soir parce qu’aucun télégramme n’avait encore été reçu du ministre Witte, ou quelque chose dans ce sens. Son ton impliquait que c’était la chose la plus difficile au monde pour moi de devoir rester en prison jusqu’au soir - moi qui avais prévu il y a une semaine à peine de rester en prison pendant plus d’un an !

La chose la plus inexplicable et la plus surprenante à propos de Makar et de tous les autres était leur mépris total pour les conséquences que leur conduite pourrait entraîner - un mépris qui n’a pas été le moins ébranlé par ma mention des canons et des mitrailleuses qui les attendaient de l’autre côté de la la prison. Ils ont simplement ri en réponse, s’exclamant : « Ils n’oseront pas !

Lorsque la foule a demandé la libération de tous les prisonniers politiques, les premiers à être libérés ont été les grévistes de Philipov. Ceux-ci avaient été jetés dans la prison par groupes entiers. Un tonneau était placé aux portes de la prison pour servir de plate-forme aux orateurs. L’un des boulangers libérés monta sur ce tonneau et prononça le « discours » suivant : « Camarades, je suis un boulanger Philipov ! C’est tout ce que j’ai à dire ! Cet aveu fut accueilli avec un immense enthousiasme. Après le boulanger, quelques cheminots ont pris la parole. Personne n’essayait de comprendre ce qu’ils disaient. Les discours n’étaient pas importants en eux-mêmes, ce sont les circonstances dans lesquelles ils ont été prononcés qui étaient importantes.

Je dois avouer qu’à ce moment triomphal j’avais peur d’être libéré. J’avais peur d’avoir à faire un discours de ce tonneau de ma voix fine et aiguë. Mais le dieu de la révolution m’a préservé - un travailleur souterrain sans voix - de cette épreuve. J’ai été libéré dans la soirée, lorsque la foule s’était dispersée, sans être obligé de prononcer un discours d’agitation, ce que je n’ai jamais pu ni faire. J’ai été autorisé à quitter la prison tranquillement. Bien que nous ayons été libérés par les masses révolutionnaires, nous devions encore passer par toutes les formalités pénitentiaires au bureau de la prison. Ce bureau avait une apparence inhabituelle. Il était rempli de tables auxquelles étaient assis des fonctionnaires qui, apparemment, avaient été nommés à la hâte. Ils nous ont rapidement rayés de la liste des prisonniers. Les camarades libérés se sont présentés les uns aux autres,se félicitaient, riaient et attachaient des rubans rouges à leurs bras. Au bureau, j’ai eu une conversation courte mais très caractéristique avec les responsables de la prison. Cela me paraissait un peu étrange de sortir de prison avec une valise. La première chose que je voulais faire en quittant la prison était de me précipiter à une réunion, d’être dans la rue ; une valise ne serait qu’un obstacle. J’ai donc demandé la permission de le laisser au bureau. Le gardien m’a regardé avec surprise à ma demande et m’a dit : « Avez-vous toujours confiance en nous ? Ce à quoi j’ai répondu : « Bien sûr, car très probablement je devrai revenir vers vous très bientôt ».La première chose que je voulais faire en quittant la prison était de me précipiter à une réunion, d’être dans la rue ; une valise ne serait qu’un obstacle. J’ai donc demandé la permission de le laisser au bureau. Le gardien m’a regardé avec surprise à ma demande et m’a dit : « Avez-vous toujours confiance en nous ? Ce à quoi j’ai répondu : « Bien sûr, car très probablement je devrai revenir vers vous très bientôt ».La première chose que je voulais faire en quittant la prison était de me précipiter à une réunion, d’être dans la rue ; une valise ne serait qu’un obstacle. J’ai donc demandé la permission de le laisser au bureau. Le gardien m’a regardé avec surprise à ma demande et m’a dit : « Avez-vous toujours confiance en nous ? Ce à quoi j’ai répondu : « Bien sûr, car très probablement je devrai revenir vers vous très bientôt ».

A vrai dire, je n’étais pas du tout certain que cette liberté durerait très longtemps. Quand je me suis retrouvé à l’Université ce soir-là, je suis devenu encore plus confus par l’atmosphère. Traverser les couloirs de l’Université. J’ai rencontré beaucoup de camarades, mais aucun d’eux n’a pu m’expliquer ce qui se passait réellement. Enfin, je vis Martin Lyadov (Mandelstamm), membre du Comité de Moscou. Je lui ai posé des questions sur le Comité de Moscou et sur ce que je devais faire de moi-même, mais il a simplement répondu :

"Demain, nous enterrons Bauman. Vous devez venir aux funérailles ; allez à une réunion maintenant et faites un discours. Tous les camarades qui ont été libérés aujourd’hui le font."

La nouvelle de la mort de notre camarade Bauman, communiquée sur un ton si calme, me fut un grand coup. Je me souvins de sa bonne humeur à Genève et fus profondément affligé à l’idée que ce brave et énergique révolutionnaire n’était plus parmi les vivants. J’ai rencontré Zemlyachka, un autre membre du Comité de Moscou, et j’ai commencé à l’interroger. Elle a également répondu : "Demain, ce sont les funérailles de Bauman", puis m’a poussée à une réunion en disant : "Allez parler après ce camarade. Vous venez de sortir de prison, vous savez", après quoi elle s’est dépêchée de partir.

« C’est un bon moyen pour le Comité de Moscou de me faire comprendre la situation », pensai-je en moi-même. "Parler à une grande réunion sans le moindre don d’éloquence et avec ma tête toujours dans le flou." J’ai réfléchi un moment et j’ai décidé de ne pas devenir un « objet des célébrations », mais plutôt de me mêler à la foule.

Le lendemain, cependant, lors des funérailles de Bauman, qui furent bien plus émouvantes et démonstratives que je ne l’avais imaginé, je compris que Lyadov et Zemlyachka avaient eu raison. L’organisation de ces funérailles était une grande tâche du Parti à laquelle le Comité de Moscou de notre Parti s’était admirablement acquitté. J’ai également compris que son propre chagrin individuel face à la perte d’un camarade aussi cher que Nikolai Bauman devait donner la priorité à la signification historique des funérailles.

Je n’ai pas pu commencer mon travail dans le quartier de Moscou pendant un certain temps après les funérailles. J’étais terriblement détendu par tout ce qui s’était passé et je suis tombé malade et j’ai souffert d’insomnie. Dans les moments d’oubli, il me semblait encore marcher de l’École technique au cimetière Vagankovsky avec cette masse solide d’ouvriers unis par un seul but révolutionnaire. Je voyais encore le cercueil sous son voile de velours se balancer sur les épaules des hommes qui le portaient et les paroles de la marche funèbre résonnaient encore à mes oreilles :

"Mourir comme des soldats, lutter pour le travail, alors êtes-vous tombé..."

Ma maladie m’a empêché de travailler pendant trois semaines, une période très longue pour cette période.

Le 8 novembre 1905, Lénine écrivait dans le journal Novaya Zhizn :

« L’état dans lequel se trouve actuellement la Russie est souvent exprimé par le mot ’anarchie’. Ce terme erroné et faux exprime en réalité le fait qu’il n’y a pas d’ordre établi dans le pays. La guerre de la nouvelle Russie libre contre l’ancienne la Russie serf-autocratique se fait sur toute la ligne : l’autocratie n’est plus capable de vaincre la révolution, mais la révolution n’est pas encore capable de vaincre le tsarisme. , l’ordre libre existe méconnu, à moitié caché, souvent persécuté de toutes parts par les sbires du système autocratique."

Vers la fin de novembre, la balance pencha définitivement en faveur de la révolution ; au fond de son cœur, on sentait que la grande lutte entre la classe ouvrière et l’autocratie tsariste éclaterait à tout moment en un conflit armé ouvert dans les rues de Moscou.

Dans tous, sauf dans les quartiers les plus arriérés, l’atmosphère atteignit la chaleur blanche. La Moscou prolétarienne était imprégnée de l’esprit de révolte.

Nos organisations bolchéviques firent un travail préparatoire fébrile, rassemblant les masses ouvrières, agitant les troupes et mettant en forme militaire les unités armées ouvrières qui s’organisaient depuis octobre.

La figure principale du Comité de Moscou à cette époque était le camarade Shantser, ou "Marat", comme nous l’appelions, mais toutes les informations que j’ai sont les maigres données trouvées dans les documents de la police secrète de Moscou obtenus par le camarade Minitsky pour une biographie. dictionnaire des membres du Comité de Moscou tombés dans la révolution. De ces données nous apprenons que le camarade Shantser est né en 1867, que son père était allemand et sa mère française, devenue citoyenne russe et installée à Odessa. Il a commencé à faire un travail culturel parmi les ouvriers alors qu’il était encore étudiant au gymnase et, après avoir terminé ses études, a été arrêté en 1887 pour avoir participé à l’organisation d’une bibliothèque ouvrière à Nikolaïev. En 1895, il fut de nouveau arrêté, cette fois pour avoir fait de la propagande dans lescercles à Odessa et pour faire des collectes pour les prisonniers politiques. Plus tard, lorsqu’il était jeune avocat, à Moscou, il a maintenu un contact constant avec les ouvriers qui venaient chez lui et parmi lesquels il distribuait de la littérature illégale. En septembre 1901, il fut arrêté au domicile du camarade Nikiforov, un autre vieux camarade aujourd’hui décédé, pour avoir participé aux préparatifs d’une manifestation à Moscou ; et il a été exilé en Sibérie rapide pendant trois ans où il a été maintenu sous la stricte surveillance de la police. De là, il retourna à Moscou en novembre 1902 et travailla avec encore plus d’énergie dans le Parti, jouant un rôle de premier plan dans l’organisation moscovite dont il était le chef dans les journées de novembre-décembre 1905.il entretenait des contacts constants avec des ouvriers qui venaient chez lui et parmi lesquels il distribuait de la littérature illégale. En septembre 1901, il fut arrêté au domicile du camarade Nikiforov, un autre vieux camarade aujourd’hui décédé, pour avoir participé aux préparatifs d’une manifestation à Moscou ; et il a été exilé en Sibérie rapide pendant trois ans où il a été maintenu sous la stricte surveillance de la police. De là, il retourna à Moscou en novembre 1902 et travailla avec encore plus d’énergie dans le Parti, jouant un rôle de premier plan dans l’organisation moscovite dont il était le chef dans les journées de novembre-décembre 1905.il entretenait des contacts constants avec des ouvriers qui venaient chez lui et parmi lesquels il distribuait de la littérature illégale. En septembre 1901, il fut arrêté au domicile du camarade Nikiforov, un autre vieux camarade aujourd’hui décédé, pour avoir participé aux préparatifs d’une manifestation à Moscou ; et il a été exilé en Sibérie rapide pendant trois ans où il a été maintenu sous la stricte surveillance de la police. De là, il retourna à Moscou en novembre 1902 et travailla avec encore plus d’énergie dans le Parti, jouant un rôle de premier plan dans l’organisation moscovite dont il était le chef dans les journées de novembre-décembre 1905.et il a été exilé en Sibérie rapide pendant trois ans où il a été maintenu sous la stricte surveillance de la police. De là, il retourna à Moscou en novembre 1902 et travailla avec encore plus d’énergie dans le Parti, jouant un rôle de premier plan dans l’organisation moscovite dont il était le chef dans les journées de novembre-décembre 1905.et il a été exilé en Sibérie rapide pendant trois ans où il a été maintenu sous la stricte surveillance de la police. De là, il retourna à Moscou en novembre 1902 et travailla avec encore plus d’énergie dans le Parti, jouant un rôle de premier plan dans l’organisation moscovite dont il était le chef dans les journées de novembre-décembre 1905.

Pendant le soulèvement, il a été arrêté pour la quatrième et dernière fois à son domicile où une réunion du Comité fédératif - un organe organisé pour coordonner les activités de toutes les organisations révolutionnaires et au sein de laquelle le camarade Shantser représentait les bolcheviks - devait ont été retenus. Comme toutes les preuves de cette affaire ont été perdues pendant les jours de la rébellion, il s’en est sorti avec un exil administratif dans la région de Turukhansk.

Ici, il a fait une dépression nerveuse mais, malade comme il l’était, il a néanmoins réussi à s’échapper à l’étranger où la maladie nerveuse s’est transformée en un trouble mental incurable. En raison de son état désespéré, Natalia, la femme de Shantser, réussit à obtenir la permission de retourner en Russie avec son mari malade en 1910. Mais les fonctionnaires tsaristes aimaient contrarier leurs ennemis désarmés. À son retour dans son pays natal, ce camarade désespérément malade et émacié n’a pas été autorisé à être placé dans un hôpital privé, mais a été envoyé à l’asile d’aliénés de la police centrale. Le camarade Shantser, dont la mémoire doit être préservée par les ouvriers de Moscou, est décédé le 29 janvier 1911.

J’ai personnellement travaillé comme organisateur du district de Lefortovo où j’ai rencontré de nombreux camarades, dont certains, comme moi, avaient été envoyés par le Comité de Moscou, tandis que d’autres étaient des ouvriers locaux, des représentants des moulins et des usines.

Le Comité de Moscou considérait le quartier de Lefortovo comme l’un des plus arriérés. Et en vérité, à mesure que les jours de décembre approchaient, on pouvait assister à Lefortovo plus que dans tout autre quartier à la vue déchirante d’ouvriers isolés, et même de groupes entiers, avec des paquets sur le dos, tournant le visage vers le village. -et le dos à la révolution.

Pour mettre les ouvriers de Lefortovo au diapason des quartiers plus militants (Presnya, Zamoskvorechye), nous avons dû mener un intense travail d’agitation. Nous organisions des réunions du matin au soir au Palais du Peuple Vedensky où les ouvriers venaient en foule. Avant que nous puissions nettoyer la salle d’un groupe, un autre groupe affluait, tandis que des foules d’ouvriers attendraient leur tour sur la place Vedensky.

Nous, organisateurs, avons eu beaucoup de mal à fournir des agitateurs pour toutes ces réunions. En 1905, le Parti en général, et l’organisation de Moscou en particulier, disposaient d’un nombre extrêmement limité d’agitateurs. Tous les travailleurs clandestins du Parti qui avaient l’habitude de prendre la parole lors de petites réunions ouvrières tenues dans les bois ou sur un bateau, ou dans une grange à l’écart, ne pouvaient pas se lever avant une réunion de masse de plusieurs milliers de personnes et parler d’une plate-forme élevée dans un salle brillamment éclairée.

Nous avons dû recourir à toutes sortes de ruses pour obtenir un agitateur supplémentaire du centre. Ainsi, par exemple, de bon matin, j’allais chez Fidler, siège du Conseil central des agitateurs du Comité de Moscou dirigé par le camarade Stanislav. Là, j’attraperais l’un des agitateurs et plaiderais sincèrement qu’aujourd’hui était le jour décisif, que le quartier de Lefortovo n’était pas stable, que si nous parvenions à organiser une ou deux réunions avec succès, les Lefortovites seraient réveillés, etc.

Ayant ainsi joué sur les sentiments de mon agitateur, j’obtiendrais sa promesse de venir à Lefortovo, tout en sachant qu’il ne pouvait aller que là où le centre l’envoyait, et non là où chaque organisateur de quartier voulait qu’il aille. Mais telle est la mentalité d’un ouvrier de quartier qu’il lui semble toujours que son quartier est plus important que tout autre. Ces difficultés se sont quelque peu apaisées dans les jours qui ont suivi, lorsque, outre les agitateurs officiels, des orateurs sont apparus parmi les masses elles-mêmes. Lors de nos réunions au Palais du peuple Vedensky, les ouvriers se levaient du public pour s’adresser à la réunion. Je me souviens d’un ouvrier de l’usine Rontaller qui est venu un jour me voir et m’a dit timidement qu’il aimerait parler. Il termina son discours long et assez habile par les mots suivants : "Nous, les fabricants de boutons, sommes une grande puissance. Si nous le choisissons, nous pourrons quitter tout Moscou sans bouton."

Une agitatrice d’âge moyen dans le public a parlé des bas salaires payés aux femmes et, pour illustrer ce point, elle a dit : « Quand moi, une femme, j’ai faim et que je vais acheter un concombre, est-ce que je paie un demi-kopek ? ou me facturent-ils un kopek de la même manière qu’ils facturent un homme ? » Son discours a fait forte impression sur le public. C’était une chose rare pour une travailleuse, et même une vieille, de monter sur une estrade et de parler devant un large public.

Le siège de notre Parti était situé au Palais du Peuple Vedensky et nous, membres du Comité de district, étions au bureau jour et nuit : du petit matin jusqu’à tard dans la nuit, nous recevions des délégations d’usines et d’usines qui venaient à nous avec toutes sortes de problèmes.

Je me souviens très bien d’un groupe d’ouvriers de l’usine Dufurmantel, cinq d’entre eux, dirigés par un ouvrier d’âge moyen à la barbe rousse. Ils ont été envoyés par les ouvriers analphabètes qui s’étaient organisés et ont exigé que nous leur apprenions immédiatement à lire et à écrire. "C’est un crime de ne pas savoir lire à ces moments-là", nous ont-ils déclaré. Cette délégation « illettrée » nous a profondément marqués. Nous leur avons expliqué que nous ne pouvions pas leur apprendre à lire et à écrire en si peu de temps qu’ils le souhaitaient, mais que nous organiserions sans tarder une école à cet effet. Et en effet, nous avons organisé une telle école pour les travailleurs de notre district, en utilisant l’école publique la plus proche à cette fin et en mobilisant les enseignants - notre propre peuple - pour aider. Malgré le temps perturbé,malgré le fait que vers la fin novembre nous étions au bord d’un soulèvement armé, notre organisation du Parti a continué, comme elle l’avait fait en temps de paix, à organiser des écoles, des conférences, des clubs, bref, toutes sortes d’œuvres culturelles . Ce travail se faisait « sous le feu », pour ainsi dire, et était souvent mêlé à un travail purement militaire.

Par exemple, lors des combats de barricade dans le district de Zamoskvorechye, des meubles qui étaient livrés au club ont été saisis et utilisés pour construire des barricades. Les organisateurs du club ont commencé à protester contre l’utilisation abusive des biens du club, mais plus tard, réalisant l’urgente nécessité, ils ont non seulement aidé à entasser les meubles sur la barricade, mais ont même enlevé le portail de la maison où se trouvait le club et l’ont empilé sur aussi.

Notre unité d’ouvriers armés de Lefortovo, dirigée par le camarade Roublevkine, était un petit groupe mal équipé, mais extrêmement militant, qui, avec les membres du comité de district, tenait beaucoup à ce que le district arriéré de Lefortovo rattrape les autres districts. Plus tard, pendant le soulèvement, alors que des combats se déroulaient dans le centre du district de Presnya, et dans le district de Zamoskvoretsky, et alors que nous, les Léfortovistes, tenions encore des réunions, nos ouvriers armés sont allés aider les autres districts.

Vers la fin de novembre, le premier soviet des députés ouvriers de Moscou, réunissant 134 industries et environ 100 000 ouvriers, fut organisé. Le 14 décembre, ce soviet vota une résolution aux termes de laquelle : « Les travailleurs de Moscou doivent se tenir prêts à tout moment à une grève politique générale et à un soulèvement armé.

Conformément à la décision du soviet du 5 au matin, des réunions se tinrent dans toutes les usines et moulins où la question de la grève et du soulèvement fut discutée et mise aux voix ; et le soir du même jour, les Léfortovites se rendirent à la Conférence bolchevique de Moscou où la question devait être tranchée.

A cette époque, même le quartier de Lefortovo s’était réveillé et le référendum que nous avons pris dans toutes les usines sur la question de la grève et du soulèvement a donné des résultats positifs. Mais nous nous rendions tous compte qu’au décompte des forces à la Conférence, le district de Lefortovo se révélerait le plus faible. Cette connaissance remplit nos cœurs d’amertume.

Ceux qui assistaient à la conférence dans la nuit du 5 décembre 1905 se souviendront de quel esprit militant y régnait, avec quel empressement les délégués d’usine étaient écoutés, et comment ils déclarèrent tous d’une seule voix que les ouvriers étaient prêts à se révolter. . La conviction profonde de l’inévitabilité du soulèvement n’a pas été ébranlée même lorsque l’organisateur militaire, le camarade Andrey, dans son rapport sur les conditions de la garnison de Moscou a annoncé que si les soldats n’iraient pas contre nous, il n’était pas certain qu’ils iraient avec nous. Quelques camarades appelaient à la retenue au motif que les ouvriers n’étaient presque pas armés, mais tous leurs arguments étaient vains, car tout le monde était convaincu que le soulèvement était inévitable.

Le 7 décembre paraissait le premier numéro des Izvestia du Soviet des députés ouvriers de Moscou contenant un manifeste signé par toutes les organisations révolutionnaires de Moscou appelant à « une grève politique générale le jeudi 7 décembre à Il " et que tous les efforts soient faits pour " le transformer en soulèvement armé ".

Le Comité de Moscou de notre Parti a élu un Comité Exécutif qui avait toute autorité ; les autres membres du comité ont dû retourner travailler dans leurs quartiers. Dès les premiers jours de l’insurrection, des moyens de communication sûrs s’établirent entre le centre et les districts par l’intermédiaire de camarades appelés courriers. Au début, les courriers ont pu pénétrer dans les quartiers malgré les difficultés, mais plus tard ils n’ont pas pu le faire. Ainsi toute communication entre le centre et les quartiers fut coupée et ces derniers furent livrés à eux-mêmes. A Presnya, les combats se poursuivaient sous la direction du camarade Sedoy (Litvin), le district de Zamoskvoretsky vivait sa propre vie révolutionnaire...

Notre premier coursier de Lefortovo était un vieux camarade, Alexander Blagonravov, qui travailla plus tard dans l’organisation Vladimir et mourut du typhus en 1919. Je me souviens clairement de Blagonravov avec son sourire triste qui rapportait les affaires dans d’autres districts et livrait les instructions du centre de le jour à venir. Le prolétariat ne doit pas oublier ses courriers qui ont consacré leur vie avec altruisme à maintenir la communication entre les différentes sections de la ville pendant les journées mémorables de la lutte.

Mais bientôt, même le camarade Blagonravov n’a pas pu nous atteindre et notre quartier a été complètement isolé. Nous avons cependant continué à tenir des réunions et à organiser des manifestations. Une fois, nous avons marché devant la caserne Spassky d’où des soldats désarmés et emprisonnés nous ont acclamés. Nos unités ouvrières armées ont eu plusieurs affrontements avec les Cent-Noirs qui étaient nombreux à Lefortovo, mais ces derniers n’étaient pas remarquables par leur bravoure même s’ils étaient aussi bien, sinon mieux, armés que la police.

Un matin, alors que l’insurrection était encore en cours, nous attendions que les ouvriers viennent en réunion au Palais du Peuple. Nous n’étions que cinq ou six membres du comité de district dans la salle. Soudain, nous avons vu une foule des Cent-Noirs approcher et il semblait que nous allions être lynchés. Heureusement, un de nos camarades avait un revolver. Il a tiré un coup au-dessus de la tête de la foule et cela a suffi à faire fuir toute la bande.

Nous n’avons commencé à sentir que nous participions réellement à l’insurrection que lorsque des barricades ont été dressées dans notre quartier, mais cela a été très tardif, alors que le début de la fin s’était installé dans le reste de la ville.

Ce jour-là, nous avons commencé la ronde habituelle des réunions, mais nous avons tous senti qu’il n’y avait plus rien à dire. Je me souviens que j’étais particulièrement irrité par les appels « rationnels » du menchevik Semyon qui continuait à crier : « camarades, construisez les syndicats ! La réponse à cet appel insignifiant est venue de quelqu’un dans le public. C’était un appel à nous tous pour sortir dans les rues et construire des barricades. Toute l’assistance a répondu à un homme et toute la masse s’est précipitée dans la rue. Sur la place, il a été rejoint par ceux qui attendaient leur tour pour entrer dans le hall, et nous nous sommes tous déplacés en rangs serrés vers la Pokrovskaya Zastava où nous avons renversé les wagons du tramway qui étaient restés debout car ils avaient été laissés dans la rue quand la grève générale est déclarée. Nous avons érigé une énorme barricade - notre propre barricade de Lefortovo.Nos unités d’ouvriers armés sont restées pour le garder, même si personne n’a menacé de l’attaquer cette nuit-là, tandis que le reste des ouvriers se sont dispersés dans leurs maisons.

Ce soir-là, un camarade du comité, qui s’appelait Alexey, et moi avions prévu de nous rendre à coup sûr en ville ; cela faisait longtemps que notre coursier ne nous avait pas rendu visite et nous étions complètement coupés du centre. Nous ne savions pas ce qui s’y passait et n’avions aucun moyen de tenir le centre au courant des événements dans notre quartier - nous voulions nous vanter de notre barricade tardive. Un tel déplacement de nuit était risqué, il était particulièrement dangereux de passer devant les postes des soi-disant Comités de Résidents mis en place par les Cent-Noirs ostensiblement dans le but de protéger les biens, mais en réalité pour attraper, insulter et tabasser tout passant. qui ressemblait le moins à un révolutionnaire.

Nous traversâmes plusieurs rues avec une relative sécurité, bien que nous soyons fréquemment empêtrés dans les fils télégraphiques qui avaient été arrachés et éparpillés partout. Non loin de Basmannaya, nous avons rencontré un groupe de civils qui nous ont arrêtés. Ils se sont déclarés membres du comité des résidents et ont exigé de savoir qui nous étions et où nous allions. Sur l’impulsion du moment, j’ai inventé une histoire sur mon mari et moi-même essayant d’aller de Cherkozovo dans la ville à Zhivoderka pour rendre visite à notre belle-fille qui était gravement malade et avait besoin d’une aide immédiate. À cause des fils et de l’obscurité, nous ne pouvions pas trouver notre chemin vers Krasnye Vorota. Alexey, "mon mari", à côté de moi, a également marmonné quelque chose à propos d’une belle-fille et de Zhivoderka. Ils nous ont cru. C’est notre apparence extérieure qui nous a sauvés.J’étais habillée comme une vieille femme avec une large blouse et un châle sur la tête, tandis qu’Alexey était aussi très mal vêtu.

Les Cent-Noirs se méfiaient si peu de qui nous étions qu’ils nous avertissaient même de ne pas tomber entre les mains des unités ouvrières qui ne manqueraient pas de nous tirer dessus au premier coup d’œil. Nous avons continué notre voyage jusqu’à ce que nous ayons presque atteint Krasnye Vorota, où nous avons vu un groupe de soldats assis autour d’un feu de joie et avons été obligés de faire demi-tour et d’entrer dans l’école Olkhov où nous étions sûrs de trouver notre propre peuple.

L’école ressemblait à une maison à dos ce soir-là - sur tous les bureaux, tables, chaises et planchers s’étalaient des camarades qui n’avaient pas pu rentrer chez eux et étaient obligés de rester à l’école. Nous avons aussi décidé qu’il serait plus sage de s’arrêter à l’école. Je ne peux m’empêcher de mentionner un petit incident dans l’aventure de cette nuit-là. L’un des professeurs, que je n’avais jamais vu auparavant, m’appela dans la cuisine, prit une marmite de bouillon sur le feu, me plaça sur un tabouret et, sans même me demander mon nom, déclara : « Vous n’avez rien mangé de toute la journée ; mange ce bouillon !" Et en effet, je n’avais absolument pas eu le temps de manger ou de boire et je me sentais très faible jusqu’à ce que le bouillon me ranime.

Tôt le lendemain matin, le feu de joie à Krasnye Vorota s’est éteint, les soldats ont été retirés, probablement à des fins stratégiques, et nous avons commencé prudemment à sortir un par un de notre dortoir de l’école. Je voulais me changer et me laver avant d’aller en ville. Je suis allé chez ma sœur Rose qui habitait tout près rue Kalanchovsky, mais dont je n’avais pas pu atteindre la maison la veille. Elle avait loué une chambre chez nous, chez l’ouvrier Polumordvinov. Quand je suis arrivé dans sa chambre, j’ai trouvé sa table, son lit et ses étagères chargées d’armes. Ceux-ci avaient été pris à Torbek, l’armurier, dont la boutique avait été pillée par notre unité. Un groupe de nos hommes manipulait avec amour ces revolvers, pièces de fusils, sabres et cartouches et ils étaient si joyeux que malgré ma lassitude, j’étais égayé à leur simple vue.

D’un autre côté, quand j’arrivai enfin au comité de Moscou, l’ambiance qui régnait était tout sauf joyeuse. J’appris que nos affaires étaient dans un état très précaire, que Saint-Pétersbourg, épuisé par la grève de novembre, n’était pas en mesure de nous soutenir. J’appris aussi que les promesses des dirigeants syndicaux des cheminots s’étaient avérées être des phrases creuses, que le chemin de fer Nikolayev était entre les mains du gouvernement, que les troupes hostiles de Tver et le régiment Semionovsky de Saint-Pétersbourg étaient déjà arrivés ou étaient en route. leur chemin, je ne me souviens plus lequel.

Je détestais revenir dans mon quartier avec de telles nouvelles, un quartier qui venait à peine de monter au niveau de l’insurrection et dont les ouvriers actifs avaient exulté la veille au soir de leur « propre » barricade. J’ai décidé de passer la nuit chez ma sœur car j’avais besoin d’une bonne nuit de repos ; mais je n’étais pas destiné à dormir. Lorsque je suis rentré dans son appartement, les armes n’étaient plus là, les ouvriers les ayant débarrassées dans la journée. Mais la police avait maintenant eu vent du fait que les armes saisies chez Torbek avaient été emportées dans cet appartement. Nous avons donc été soumis à une rafle qui s’est déroulée en grande pompe : une escouade de policiers armés avec un policier en tête a fait irruption dans la pièce. La police avait visiblement peur, pensant que nous étions armés jusqu’aux dents.Ils étaient extrêmement nerveux et menaçaient de nous tirer dessus sur place si nous ne rendions pas nos armes. Ils nous intimidaient ma sœur et moi parce que nous étions des femmes, mais ils avaient sans aucun doute peur de l’ouvrier, Glotov, qui louait le coin de la pièce près du poêle, surtout quand ils trébuchaient sur un tas de charbon dans son coin sombre. Avec une extrême prudence, l’officier a braqué son projecteur sur "la demeure" de Glotov. Au tremblant de l’officier "Qu’est-ce qu’il y a ?" Le camarade Glotov a lancé d’une voix sonore : « C’est l’étude de son altesse prolétarienne !surtout quand ils trébuchaient sur un tas de charbon dans son coin sombre. Avec une extrême prudence, l’officier a braqué son projecteur sur "la demeure" de Glotov. Au tremblant de l’officier "Qu’est-ce qu’il y a ?" Le camarade Glotov a lancé d’une voix sonore : « C’est l’étude de son altesse prolétarienne !surtout quand ils trébuchaient sur un tas de charbon dans son coin sombre. Avec une extrême prudence, l’officier a braqué son projecteur sur "la demeure" de Glotov. Au tremblant de l’officier "Qu’est-ce qu’il y a ?" Le camarade Glotov a lancé d’une voix sonore : « C’est l’étude de son altesse prolétarienne !

Ne trouvant aucune arme, la police a quitté les lieux sans arrêter aucun d’entre nous, même si nous étions tous liés d’une manière ou d’une autre à l’insurrection.

Quand, le lendemain, j’atteignis le quartier général de notre district, le Palais du Peuple, je découvris qu’Alexey était là depuis la nuit précédente. Il avait déjà communiqué la mauvaise nouvelle aux autres camarades ; mais ils en étaient étonnamment peu déprimés. En effet, il était difficile, après l’enthousiasme d’hier, de faire ce saut psychologique brutal et de prendre immédiatement conscience du fait que notre lutte s’affaiblissait, qu’une défaite temporaire était inévitable. Mais nous, les Léfortovites arriérés, ne nous sommes pas longtemps rassurés par nos illusions. La défaite de l’insurrection approchait, et lorsque notre dernier bastion tomba, lorsque notre héroïque Presnya - la fierté du soulèvement de Moscou de 1905 - fut détruite et brûlée par le régiment Semionovsky, le soviet des députés ouvriers dut déclarer la fin à la grève et au soulèvement,et abattre temporairement la bannière écarlate qui, après douze années supplémentaires de lutte acharnée, fut à nouveau déployée pour flamber victorieusement sur Moscou Rouge en 1917.

Lorsque la révolte fut écrasée, une orgie de la réaction des Cent-Noirs se déchaîna, les prisons et la préfecture de police de Moscou étaient surpeuplées de révolutionnaires arrêtés. Des rumeurs hideuses circulaient selon lesquelles le siège de la police avait été transformé en chambres de torture par les vainqueurs brutalisés et que nos camarades subissaient des tourments inouïs ; et le long des chemins de fer de la banlieue de Moscou, les bandes brutales du bourreau tsariste, Riman, se déchaînèrent. Le moral des ouvriers du quartier était extrêmement bas, et c’est dans ces circonstances défavorables que les camarades moscovites qui avaient survécu à la défaite furent obligés de renouveler leur travail du Parti. Une fois de plus commença le douloureux processus de retour sous terre. Lors de la première réunion du Comité de Moscou tenue dans les premiers jours de janvier 1906, il fut décidé d’envoyer le plus "camarades notoires" dans d’autres villes, tandis que les moins éminents devaient être transférés d’un district à un autre. les professionnels et les ouvriers d’usine.

Pendant mes premiers jours dans le district de Zamoskvoretsky, je me suis fixé une tâche d’organisation très concrète mais modeste, à savoir, rétablir au moins dans les grandes usines nos anciens comités d’usine illégaux. Mais cela s’est avéré être une tâche incroyablement difficile. Je me souviens encore des visites interminables des maisons individuelles des travailleurs, de l’organisation de quelques petites réunions avec les représentants des différentes usines, réunions qui n’avaient presque jamais lieu, soit parce que notre lieu de réunion était surveillé, soit parce que la logeuse qui avait promis nous, l’utilisation de sa chambre l’avait dérangé et refusé de nous laisser entrer à notre arrivée, ou parce que seulement un ou deux d’une demi-douzaine qui étaient attendus sont arrivés. Il est difficile d’imaginer quelque chose de plus éprouvant que de savoir que le travail nous échappe constamment,que les yeux de nos camarades qui avaient brûlé avec un tel courage révolutionnaire, avec une telle foi dans la victoire imminente de leur cause il n’y a pas si longtemps, étaient maintenant complètement las et désespérés.

Cependant, tous nos efforts n’ont pas été vains. L’organisation bolchevique de Moscou continua à travailler intensément, s’adaptant aux nouvelles méthodes de lutte, même si elle dut souvent faire face à des humeurs extrêmement abattues et morbides parmi les camarades du district. Je me souviens de quelques-uns des moments les plus poignants que j’ai personnellement dû subir, comme caractéristiques de ces états d’âme.

Je suis allé rendre visite à la famille d’un ouvrier de l’usine Danilov, que j’avais connu autrefois, espérant renouer par leur intermédiaire des liens avec l’usine Danilov. Le mari et la femme m’ont accueilli avec joie et m’ont promis de m’aider, mais à mesure que les tentatives pour ressusciter l’organisation devenaient de plus en plus vaines, le travailleur (je ne me souviens pas de son nom) est devenu plus sombre et moins franc avec moi. Une fois, je suis arrivé à l’heure du dîner alors que leur petite fille de dix ans s’affairait gentiment et mettait la table pour ses parents qui devaient arriver d’une minute à l’autre. Elle a placé quatre cuillères en bois sur la table - une pour "tante". Lorsque mes hôtes sont revenus de l’usine, la mère et la fille ont insisté pour que je reste pour le dîner.

Nous nous sommes assis autour de la table en mangeant de la soupe aux choux dans un bol commun, en pêchant des morceaux de viande dans le fond du plat avec nos cuillères et en discutant paisiblement d’abord de la nécessité de commencer le travail du Parti dans le quartier. Mais vers la fin du repas, l’ouvrier s’agita, frappa brusquement la table de son poing fermé et, élevant la voix, s’écria :

« Pourquoi diable venez-vous ici pour nous déranger ? Je suis fatigué, comprenez-vous, fatigué, et je n’en peux plus !

La petite fille a eu peur et s’est mise à pleurer. Sa mère me supplia de ne pas m’en offusquer, tandis que moi, de la manière la plus inattendue et la plus ignominieuse, je fondais en larmes et quittais les lieux.

Quelque temps plus tard, un incident similaire se produisit dans la petite pièce, ou plutôt la cabine, d’un jeune ouvrier qui travaillait à l’usine Jako. Il avait fait preuve d’un splendide esprit de combat avant le soulèvement, avait participé à de nombreuses batailles pendant les jours de barricade et ne semblait pas particulièrement déprimé après la défaite. Je l’ai appelé vers la fin du mois de février, ou au début du mois de mars, je ne sais plus trop lequel. Il était environ dix heures du soir, je crois. L’appartement était utilisé comme une sorte de maison d’hébergement, les locataires vivant dans de minuscules cabines. Les escaliers étaient d’une saleté indescriptible et des pièces émergeait une véritable Sodome aux voix ivres, à la fumée et à la puanteur. Mais la cabine où j’allais était très proprement tenue, presque avec prétention - le lit était recouvert d’une couverture en coton rose,les murs étaient décorés de tableaux et de serviettes brodées, et il y avait un canari dans une cage suspendue au plafond. Près du lit pendait une guitare attachée avec un nœud rose. J’ai surpris ma connaissance alors qu’il était assis sur un banc, tenant un miroir de poche sur son visage ; sur la table devant lui se tenait un pot de crème contre les coups de soleil et les taches de rousseur dont il s’enduit diligemment le visage. Il ne cessa pas son occupation lorsque je pénétrai, mais me faisant signe de m’asseoir, continua à se frotter les joues avec plus de vigueur que jamais, me faisant remarquer avec désinvolture : « Mes respects, Olga Petrovna, quelles nouvelles avez-vous ? Je parie que vous êtes ici pour ce que j’ai déjà oublié depuis longtemps parce que j’ai perdu toute confiance en lui". Quand je lui ai suggéré d’arrêter de faire l’imbécile, de s’essuyer le visage et de parler raisonnablement, le type a répondu : « Vous ne devriez pasNe parlez pas de cette façon de la crème parce qu’elle est merveilleuse pour se débarrasser des taches de rousseur. Elle s’appelle « métamorphose » et coûte un rouble et demi. Je te le recommande vivement, Olga Petrovna, car toi aussi, tu as beaucoup de taches de rousseur. C’est le moment de penser un peu à vous. Vous êtes encore en train de rabâcher les vieux jours qui ne reviendront jamais ; et s’ils le font, nous ne serons pas là pour les voir.re rabrouant encore les vieux jours qui ne reviendront jamais ; et s’ils le font, nous ne serons pas là pour les voir.re rabrouant encore les vieux jours qui ne reviendront jamais ; et s’ils le font, nous ne serons pas là pour les voir.

La métamorphose de cet ouvrier de Jako, qui si récemment avait été un brave camarade dans nos rangs, me déprima le plus. Je quittai sa chambre vers onze heures avec un sentiment si écrasé que peu m’importait où j’allais. Il y a eu des moments où j’ai senti qu’il n’y avait aucun endroit où aller et j’ai erré sans but dans les rues du district de Zamoskvoretsky.

Ces difficultés n’étaient pas seulement caractéristiques de Moscou. La désillusion s’est non seulement répandue parmi les masses ouvrières, mais a été communiquée à beaucoup de nos camarades actifs individuels, ouvriers et intellectuels.

Quant aux menchéviks, qui durant les héroïques journées d’octobre-décembre 1905 furent contraints d’aller à l’encontre de leur menchévisme et de se joindre temporairement à nous, la défaite les rendit aussitôt à leur forme naturelle et leur offrit de nombreuses occasions d’expier leur iniquité éphémère par des critique de notre tactique révolutionnaire bolchevique.

Au début de 1906, les conditions dans l’organisation du Parti étaient compliquées. La scission du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, qui se concrétisa lors du IIIe Congrès bolchevique de mai 1905 et de la Conférence des mencheviks, qui se tint parallèlement à ce dernier, n’empêcha pas mais contribua à la formation d’un front uni prolétarien. durant les derniers mois héroïques de 1905. Pour coordonner leurs activités, les mencheviks durent se joindre aux Comités fédérés.

Ce qui se passait dans les quartiers commençait à se passer dans le centre. Les préparatifs d’un Congrès d’unité du Parti étaient en cours, mais ces préparatifs coïncidaient avec la défaite du soulèvement et avec la lassitude du prolétariat qui avait réclamé un front unique avant le soulèvement. Ainsi, un double processus s’observe au début de 1906 : les préparatifs d’un Congrès de l’Unité se poursuivent par inertie, tandis qu’en même temps de nouveaux désaccords avec les mencheviks sur les questions cardinales de la tactique des partis surgissent et s’aggravent sans cesse. défini (estimation du soulèvement, attitude envers la Douma d’État, etc.).

En mars, nous, Moscovites, attendions avec impatience l’arrivée de Lénine qui devait nous faire connaître les résolutions qu’il avait rédigées pour le prochain Congrès de l’Unité du Parti, qui devait se tenir en avril.

Outre l’intérêt naturel du rapport de Lénine, la perspective de rencontrer Lénine à Moscou, sur le sol russe, était particulièrement séduisante. Imaginez ma détresse lorsque, quelques jours avant son arrivée, en me promenant dans la neige fondue et la boue, j’ai attrapé un gros rhume et je n’ai pas été en état d’aller à la réunion des ouvriers actifs de Moscou où Lénine devait parler. J’étais allongé dans mon lit, affligé de ma déception, lorsqu’un camarade fit irruption dans la pièce et me dit pour des raisons de secret que la réunion devait être transférée dans d’autres locaux et que Lénine avait exprimé le désir de me voir pendant l’entracte forcé.

Ma joie n’a pas de limites quand, au bout d’une demi-heure, Ilyich lui-même est apparu, remplissant la salle de ses plaisanteries et de ses rires et de cette simplicité camarade si caractéristique de lui lorsqu’il s’entretenait avec les plus insignifiants ouvriers du Parti s’il sentait que ces derniers étaient liés à la réalité. vie du Parti.

La joie que je ressentais à ce que Lénine soit assis dans ma chambre m’empêchait d’étudier son humeur, d’autant plus que, comme j’étais malade, il ne me parlait que de bagatelles agréables. Mais je me souviens bien qu’il était très joyeux « comme si de rien n’était », alors que ce qui s’était passé n’était ni plus ni moins que la défaite de l’insurrection de 1905 !

IX. Mon repos raté

Au début du mois d’avril, j’ai décidé d’arrêter de travailler un moment et de me reposer chez ma mère (mon père était décédé) où j’espérais être légalisé. Après l’amnistie d’octobre qui m’a pardonné tous mes anciens péchés, je n’avais pas eu le temps de faire toutes les formalités et de rétablir mes droits.

À la maison, je m’attendais à obtenir un passeport à mon nom, mais rien n’en est sorti.

Au printemps 1906, nos autorités provinciales avaient oublié le manifeste tsariste publié le 17 octobre 1905. J’ai passé les deux premiers jours après mon arrivée en parfaite sécurité. Mais le troisième jour, alors que je venais de m’inscrire à la maison, une escouade de policiers dirigée par un nommé Sider est venue chez moi. Je connaissais Sidor depuis la petite enfance - les mères faisaient peur aux enfants méchants avec son nom. A la tête de l’escouade de police se trouvait un officier de police à moustaches, dandifié et extrêmement galant. Ils sont venus me chercher à onze heures. Ne faisant aucune recherche, ils m’invitèrent poliment à « s’il vous plaît » les accompagner à la préfecture de police qui était située, comme on pouvait s’y attendre, sur la place du marché.

Ma pauvre mère désespérée s’écria que je lui avais fait honte, que tout le monde la désignerait comme la mère d’un forçat, etc. Mais cela ne l’empêcha pas de courir au marché acheter un poulet qu’elle avait spécialement préparé. pour moi, supposant évidemment que j’étais tellement ébranlé par mon arrestation que j’avais besoin de me nourrir immédiatement.

En tout cas, environ deux heures après mon arrestation, en arpentant la salle fermée à clé de la préfecture de police et en attendant le policier qui devait m’expliquer de quoi il s’agissait, j’ai entendu des paroles enflammées derrière la porte entre le policier barbu, qui venait tout juste d’être si galante avec moi, et une voix de femme que, à ma grande horreur, je reconnus comme celle de ma mère. Ils lui criaient dessus et la repoussaient. J’ai commencé à frapper mes poings sur la porte, et quand elle s’est finalement ouverte, j’ai vu ma mère tachée de larmes tenant un pot avec le précieux poulet, et le visage furieux du policier, qui souriait agréablement à mon apparence, murmura : " Oh, excusez-moi, alors cette femme est venue vous voir ! Je n’aurais jamais cru qu’une si jeune femme puisse avoir une mère si tourmentée".

J’ai répondu que ma mère était tout simplement merveilleuse, qu’avant qu’ils aient eu le temps de m’enfermer correctement, elle était déjà sur place avec un dîner cuisiné. Voyant que j’allais parfaitement bien, ma mère s’est calmée, surtout après que j’ai mangé et loué le poulet qu’elle avait préparé et lui a assuré que rien de grave ne me menaçait.

Une heure plus tard, le fonctionnaire de police est venu et il m’a expliqué tranquillement que mon arrestation n’était qu’un malentendu, qu’il avait "oublié" l’amnistie, que les instructions de me détenir si je retournais dans ma ville natale étaient d’autrefois. Ces instructions furent complètement annulées par l’amnistie de 1905 et j’étais libre de rentrer chez moi.

Après cet incident, j’avais des raisons de craindre que l’officier provincial n’oublie soudain non seulement l’amnistie, mais se souvienne d’autre chose, ou reçoive des nouvelles d’une autre ville sur mes activités. J’ai donc décidé de quitter la maison, d’autant plus que mon arrestation avait tellement affecté ma mère qu’il était impossible de se reposer dans la maison ; J’ai également abandonné toute idée de devenir légalisé, réalisant qu’il serait très inapproprié pour moi de continuer à travailler sous mon vrai nom qui avait été tellement compromis par les arrestations passées. J’ai décidé de vivre et de travailler à nouveau avec un passeport emprunté et de ne pas sortir de ma peau illégale habituelle.

Je suis resté quelques jours avec ma mère, assez longtemps pour la préparer à la nouvelle de mon départ, puis je suis parti pour la province de Kostroma chez ma vieille connaissance, Elizaveta Kolodeznikova, dans ma « domaine », comme nous tous qui avons se cacher chez les Kolodeznikov appelé le domaine de Zhiroslavka. Ce domaine a servi pendant un certain nombre d’années de sanatorium pour les travailleurs clandestins du Parti. Je ne crois pas qu’il ait jamais existé un coin du monde plus hospitalier que celui qui était toujours prêt pour nous à Zhiroslavka. Néanmoins je n’y suis pas resté longtemps. Les camarades de Kostroma avaient un très grand besoin d’ouvriers et, apprenant que j’étais à proximité, ils ont exigé que je vienne immédiatement travailler à Kostroma.

X. À nouveau à Kostroma

Je suis allé à Kostroma un peu avant le 1er mai et j’ai appris que l’organisation avait de grandes difficultés à publier de la littérature pour le 1er mai. Ils essayaient d’établir une imprimerie secrète et m’ont suggéré de m’occuper de l’affaire.

Après avoir consulté Sonia Zagina, une vieille amie à moi qui savait tout dans les moindres détails concernant les imprimeries illégales, j’ai réalisé que nous ne pouvions rien faire de grand. d’une imprimerie permanente dans le court laps de temps dont nous disposons, mais que nous serions obligés de prendre des dispositions « de fortune » pour l’impression de nos dépliants du Premier Mai. Plus tard, quand nous n’étions pas si pressés, nous pouvions organiser quelque chose de plus permanent.

C’était l’essentiel de ma suggestion, et elle a été approuvée par le Comité de Kostroma sur lequel j’ai d’abord été coopté et plus tard, lors de la première Conférence de District, élu. J’ai également été nommé secrétaire du comité et organisateur du quartier de la ville.

L’organisation Kostroma possédait des parties d’une machine à imprimer qui étaient tenues secrètes par un certain Goritsky, qui avait de l’influence auprès de nombreux petits fonctionnaires et petits bourgeois.

Une fois, faute de quartiers secrets à Moscou, une conférence régionale devait se tenir à Kostroma, j’ai demandé de l’aide à « Conspirator », comme on appelait Goritsky, et il a répondu très simplement : « Je dois entrer en contact avec le Prêtre catholique, peut-être nous prêtera-t-il l’église."

La conférence régionale a été reportée pour une raison quelconque, de sorte que l’occasion d’anticiper le cinquième congrès du Parti, qui a eu lieu un an plus tard dans une église de Londres, et de tenir une conférence aussi impie dans un lieu aussi saint qu’une église catholique, a malheureusement été perdu.

Le "Conspirateur" a sorti les pièces de caractères et de machines d’impression de leur cachette et les a installés dans le grenier de l’appartement de Parisky dans la rue Pyatnitskaya. Du papier, de l’encre et d’autres produits de première nécessité ont également été déterrés. Le tract était rédigé soit par Stopani, soit par Kvitkin, je ne sais plus, Sonia Zagina s’occupait de l’impression et était assistée d’un camarade nommé Victor, qui nous quitta peu après. Le travail a duré toute la journée et toute la nuit. Sonia était debout du mardi au vendredi, période pendant laquelle plusieurs milliers de tracts ont été imprimés. Vendredi, les pieds de Sonia ont commencé à enfler, elle ne pouvait plus se tenir debout et travailler, mais aucun de nous n’a pu la remplacer complètement car nous ne connaissions pas le métier de l’imprimerie.

A part la lassitude de notre chef ouvrier, nous avons dû arrêter toute l’affaire car nous commencions à attirer l’attention du frère de notre logeuse qui était membre des Cent-Noirs. De plus, dans l’appartement adjacent de la même maison vivait un groupe de socialistes-révolutionnaires qui avaient des armes cachées dans leurs chambres. Cela augmentait le risque d’une descente de police.

Cela nous a obligé à emballer notre machine d’impression à la hâte. Sonia a pris sur elle de le sortir de la pièce. Elle était assistée d’un membre du comité, Konstantin (Mikhayev). Ils se sont chargés des pièces et du type de la machine et ont embauché un izvoshchik. Quand ils montèrent dans la voiture, les ressorts cédèrent sous le poids, surtout du côté de Konstantin. Néanmoins, ils portèrent le fardeau à Aparina qui emmena le matériel de l’imprimerie à la colonie de l’usine, Rodniki, pour le garder en sécurité.

Malgré toutes les difficultés, cependant, notre dépliant du 1er mai a été préparé et distribué à temps.

L’organisation Kostroma, comme notre Parti en général, a effectué une combinaison extrêmement complexe de travail légal et illégal. À cette époque, nous devions planifier et planifier pour utiliser pleinement toutes les possibilités légales restantes et aussi pour développer notre travail de plus en plus sous terre.

Par exemple, au début de l’été, nous avions encore notre journal juridique, le Kostromsky Listok. Néanmoins, nous ne pouvions pas nous passer de la publication de tracts et de manifestes. Bien que nous ayons notre propre librairie rue Rusina où nous vendions ouvertement des brochures publiées en 1905, nous devions en même temps créer un système de distribution clandestin pour nos manifestes et tracts.

Il en était ainsi de nos réunions. Nous organisions des réunions ouvertes dans les quartiers industriels sur les terrains vagues derrière l’usine Zatov. Parfois, une escouade de cosaques était stationnée non loin de ces réunions. A cette époque, ils gardaient une distance respectueuse. Pourtant, aucun de nous n’était tout à fait certain qu’ils ne viendraient à aucun moment et ne se serviraient de leurs fouets que nous connaissions déjà. Outre nos propres réunions dans le quartier des usines, nous devions participer activement à celles que d’autres Salle de la Noblesse. Nous devions prêter une attention particulière aux démocrates constitutionnels qui, après la dissolution de la première Douma d’État, se faisaient passer pour de grands révolutionnaires. Ils se vantaient beaucoup du Manifeste de Vyborg et semblaient assurés de la victoire aux élections à la Deuxième Douma d’État.

Tout en profitant de chaque occasion pour parler en public, nous avons néanmoins organisé des réunions secrètes dans la forêt Posadsky où nous pouvions, naturellement, parler plus ouvertement qu’en présence des cosaques cabrés près de l’usine Zatov ou du fonctionnaire de police dans la salle de la noblesse.

Le comité de Kostroma et les comités de district et d’usine étaient des organisations absolument secrètes. Nos cercles propagandistes, qui ressemblaient à nos cercles marxistes-léninistes d’aujourd’hui, auxquels le Parti accordait déjà une grande attention, étaient également tenus dans le plus grand secret.

Le groupe de camarades qui travaillaient dans les divers syndicats continuait également son travail en secret, bien qu’il n’y ait encore rien de défini sous la forme d’une fraction bolchevique dans les syndicats. Le syndicat le plus important et le plus influent, le syndicat des ouvriers du textile, était entièrement entre nos mains ; le président, Alexandre Gussev, et le vice-président, le vieil homme Simonovsky, étaient membres du comité Kostroma. Un autre membre du comité, Konstantin, a pris la parole à toutes les assemblées générales du syndicat et a poursuivi notre ligne bolchevique. Le syndicat du textile était le bastion qui nous a permis d’entrer en contact avec de grandes masses d’ouvriers du textile - qui constituaient la grande masse du prolétariat de Kostroma - et d’exercer notre influence sur eux. Parfois, nous parvenions à tenir nos réunions de comité en catimini,au siège du syndicat mais le plus souvent nous nous rencontrions dans l’arrière-boutique d’une librairie. C’était un arrangement commode car on pouvait entrer dans le magasin comme pour acheter de la littérature, puis se glisser tranquillement dans les pièces du fond. J’ai attaché une valeur particulière à cette caractéristique de notre magasin car, d’une part, en tant que secrétaire, j’avais le devoir de fournir un lieu de rencontre, et d’autre part, j’étais souvent obligé d’y habiter moi-même.

Peu de temps après mon arrivée, j’ai dû vivre avec la famille du camarade Stopani, qui vivait légalement pour le moment à Kostroma, car je ne pouvais pas obtenir de passeport et il n’y avait pas de meilleur logement. Les gendarmes connaissaient très bien sa maison et elle était surveillée de près ; il était donc tout à fait inapproprié pour moi d’être là. De plus, je n’ai pas voulu ajouter aux soucis de la femme du camarade Stopani, qui étaient déjà assez pesants, par mon arrestation possible. Véritable révolutionnaire d’esprit, elle devait s’occuper de quatre jeunes enfants, bien qu’elle aspirait au travail actif du Parti. Son fils aîné, Mitya, mourut ensuite héroïquement sur l’un des fronts de la révolution prolétarienne. Pendant les nombreuses années de travail illégal, j’ai souvent rencontré des femmes - épouses de révolutionnaires - qui, à cause de leurs enfants,étaient obligées de jouer le rôle peu enviable de mère et de femme au foyer alors qu’elles possédaient tous les attributs nécessaires pour en faire de véritables travailleuses du Parti.

Après le 1er mai, la maison du camarade Stopani a été surveillée avec une vigilance encore plus grande et j’ai décidé de la quitter. Mais comme il n’y avait pas d’autre endroit où aller, j’ai emménagé dans l’une de nos salles de librairie à côté de Sonia Zagina, qui y vivait en tant que responsable de la réserve. Sonia était légalement enregistrée, mais je vivais comme un être "invisible". Mon problème était de rendre ces pièces suffisamment secrètes pour pouvoir les convertir en bureau pour le Comité de Kostroma, mais ces plans étaient constamment perturbés par les Boyeviki qui, bien qu’ayant leurs propres quartiers et dortoirs secrets, venaient néanmoins constamment à notre livre. les magasins laissaient parfois leurs "petites bombes" comme ils appelaient avec caresses leurs inutiles missiles artisanaux qui n’explosaient jamais et qui, pour l’instant, étaient parfaitement inutiles.

Au cours de l’été 1906, nos unités ouvrières armées, qui avaient joué un rôle si militant dans les journées d’octobre-décembre 1905, bien que formellement liées à notre organisation du Parti, commencèrent progressivement à s’en éloigner et finirent par se disloquer en groupes désorganisés de boyeviki, devenant indépendamment des « expropriateurs » et apportant le poison de la décomposition dans nos rangs.

Les Kostroma boyeviki n’ont pas fait exception et toutes les tentatives de notre comité pour les influencer ont été vaines. Les boyeviki allaient dans un sens, le Parti dans un autre.

Il y avait d’innombrables difficultés à surmonter avant de pouvoir organiser une imprimerie permanente. Après toutes sortes de plans, de négociations et de voyages spéciaux à Moscou pour obtenir le personnel nécessaire, nous avons finalement réussi à établir une imprimerie dans un faubourg à quatre verstes de la ville. Là, Alexey Zagin, Lydia Molchanova, venue spécialement de Moscou, et une fille de Saratov se sont installés sur de faux passeports.

Je ne me souviens pas exactement de ce que nous avons réussi à imprimer, mais je peux seulement dire que l’imprimerie n’a pas duré très longtemps. Peu de temps après sa création, les camarades qui y travaillaient s’aperçurent qu’on les suivait, et nous dus démanteler notre imprimerie que nous avions installée avec tant de peine.

Les camarades ont trouvé plus sûr de cacher les machines dans un coffre en fer, de les abaisser dans l’étang la nuit, puis de se cacher. Je ne peux pas dire combien de temps il a fallu avant que nous puissions le retirer à nouveau. Il a finalement été installé dans une maison de la rue Pavlov où un enseignant et sa sœur (j’ai oublié leur nom de famille) et Maria Khanzinskaya, venue d’Orel sur la recommandation de Konstantin pour travailler dans l’imprimerie, ont loué un appartement spécialement à cet effet.

La durée de vie de cette imprimerie peut être jugée par le fait que vers la fin de l’été, elle voyageait à cheval et en chariot jusqu’à notre « domaine », Zhiroslavka, où nous l’avons simplement cachée au début, ne considérant pas l’endroit suffisamment sûr pour installer le machine à travailler. Néanmoins, après un certain temps, lorsque la nécessité d’imprimer un tract s’est avérée très urgente - un tract, si je me souviens bien, concernant notre attitude envers les prochaines élections à la deuxième Douma d’État, nous avons pris courage et avons décidé de faire fonctionner notre machine à Zhiroslavka . Vers cette époque, j’ai envoyé chercher un camarade moscovite expérimenté, un excellent typographe (il était aussi imprimeur) du nom de Vasya Mayorov. Vasya est venu avec sa femme à Kostroma et nous l’avons immédiatement envoyé à Zhiroslavka.

Le soir, lorsque les enfants et les domestiques étaient au lit, notre travail commencerait dans le bureau d’Alexandre Gennadyevitch Kolodeznikov, aujourd’hui décédé. Au début tout s’est bien passé, mais une fois la bonne de quinze ans un peu sourde et très stupide, Paranya, que nous avons le moins appréhendée, croyant qu’elle ne comprenait rien, a couru dans la cuisine et a dit :

"Dunya, hé Dunya, regarde ce qui se passe ici ! Dès que la nuit vient, j’entends un tuk, tuk, tuk, quelque chose qui claque dans le bureau d’Alexandre Gennadyevich et Elizaveta Alexandrovna elle-même se faufile tous les soirs avec un seau de slops noirs comme le noir peut l’être et les renverse près de la clôture."

La conversation entre Dunya et Paranya a été entendue par des camarades et nous avons de nouveau décidé d’arrêter le travail et de faire nos valises avant que d’autres complications ne surviennent. Ainsi nous avons lutté tout l’été, emballer et déballer, imprimer par bribes quand la fortune souriait.

Outre le travail intensif dans le quartier des usines, nous avons eu des contacts avec les artisans de la ville du quartier de la ville, dont j’étais l’organisateur. Mais cela était considéré comme un travail auxiliaire parce que toute mon énergie et mon attention étaient consacrées à mon secrétariat. Le groupe de base d’ouvriers du district de la ville auquel nous avons prêté plus d’attention était, bien sûr, les imprimeurs qui, outre d’autres attributs, étaient inestimables pour une vertu dominante - ils ont volé des caractères dans leurs imprimeries pour notre secret.

Le Comité de Kostroma a essayé de toutes les manières de diriger le travail du Parti dans toute la province, mais il était extrêmement difficile d’obtenir de bons résultats. Nous n’étions en communication constante qu’avec les quartiers les plus proches, principalement Kineshma où travaillait Simon Sergovsky, et d’où il venait souvent nous demander des instructions, exerçant ses activités en lien étroit avec notre organisation.

Nous avons déjà tenu une conférence provinciale à Kineshma, mais j’ai complètement oublié pourquoi cette conférence a été convoquée. Je n’en garde que certaines impressions, comme par exemple que le voyage le long de la Volga par cette belle journée ensoleillée avait été très agréable, que la conférence se tenait dans une maison de campagne extrêmement bourgeoise avec d’immenses fauteuils, qu’en raison du caractère secret de toute l’affaire, nous ne pouvions pas sortir sur le balcon pour prendre l’air même si la pièce était pleine de fumée de tabac et si étouffante qu’on se sentait faible. Curieusement, seules des choses comme ça et rien de plus ne sont restées dans ma mémoire.

Outre Kineshma, nous avions de bonnes relations avec Rodniki par l’intermédiaire du camarade Lubimov, avec la ville de Novoloky et avec une usine près de Novoloky. Nous avions également des liens avec l’usine Yakovlevsky. Un camarade nous venait de Nerekhta. Il était barbier de métier et avait une apparence très curieuse : il avait des cheveux longs, portait des lunettes noires et une veste d’une coupe très curieuse. Lorsqu’il parlait, il employait un grand nombre de mots étrangers et se plaignait constamment d’être surchargé par le travail du Parti. « J’exerce seize fonctions », disait-il et commençait à compter ces « fonctions » sur ses doigts. Avec les plus éloignés, les districts dits forestiers, nous avions très peu de contacts car ils étaient loin non centre mais aussi du chemin de fer.Je me souviens qu’aux réunions des commissions surgissaient constamment des questions sur le travail dans les régions paysannes et parmi les paysans en général en raison de l’importance que nous, bolcheviks, avec Lénine à notre tête, attachions aux paysans. Cette question était très importante à l’époque. Nous devions continuer ce travail par l’intermédiaire des instituteurs du village, mais ces instituteurs devaient d’abord être formés car la plupart d’entre eux penchaient vers les socialistes-révolutionnaires alors qu’il n’y avait aucune organisation SR d’importance ni à Kostroma ni dans les districts voisins.Nous devions continuer ce travail par l’intermédiaire des instituteurs du village, mais ces instituteurs devaient d’abord être formés car la plupart d’entre eux penchaient vers les socialistes-révolutionnaires alors qu’il n’y avait aucune organisation SR d’importance ni à Kostroma ni dans les districts voisins.Nous devions continuer ce travail par l’intermédiaire des instituteurs du village, mais ces instituteurs devaient d’abord être formés car la plupart d’entre eux penchaient vers les socialistes-révolutionnaires alors qu’il n’y avait aucune organisation SR d’importance ni à Kostroma ni dans les districts voisins.

Je me souviens très bien d’une des réunions à la Salle de la Noblesse convoquées par les SR en l’honneur de l’arrivée d’une célébrité moscovite, je pense que c’était l’"Invincible", ou le "Soleil", je ne sais plus lequel. Des enseignants de toutes les régions de la province sont venus à la réunion. Le leader SR a prononcé un discours brillant, mais non moins brillamment s’est opposé à notre agitateur, Gastev, qui s’est manifesté en public sous le pseudonyme de Vershinin, mais qui était connu sous le nom de Lavrentev dans l’organisation. Gastev était recherché avec diligence par la police et, pour cette raison, il parlait très rarement en public.

L’arrivée du luminaire SR a beaucoup réveillé l’esprit révolutionnaire des enseignants, mais les SR de Kostroma n’ont pas pu consolider ces résultats sur le plan organisationnel et le terrain nous a été laissé.

Après la réunion, les professeurs sont venus à notre librairie pour acheter de la littérature et sont également passés me voir, le secrétaire du comité, "simplement pour bavarder". Lors de ces visites, nos plus grands passionnés, le camarade Kvitkin (Afanassy) et être présent. En conséquence, nous avons finalement réussi à organiser un groupe d’enseignants dont la tâche était de commencer à travailler dans les districts ruraux.

Pendant tout l’été (1906), nous restâmes en contact étroit avec les Centres du Parti où se débattait la question de la IIe Douma d’Etat (l’opinion inclinait à ne pas la boycotter) ainsi que la question de la convocation d’un Congrès spécial du Parti.

Nous, travailleurs du parti Kostroma, étions intransigeants pour la convocation d’un congrès spécial du parti, où nous étions convaincus que le rapport de force serait en faveur des bolcheviks. Cette certitude était basée sur la bonne humeur et la bonne humeur des ouvriers de Kostroma parmi lesquels il n’y avait même pas une trace du découragement ou de la confusion dont j’avais été témoin l’hiver précédent dans le district de Zamoskveretsky à Moscou.

Cela était principalement dû au fait que Kostroma avait vécu les événements de 1905 avec une relative légèreté, et pour cette raison, il ne pouvait pas y avoir de dépression aussi brutale qu’à Moscou. En outre, les mesures répressives qui avaient été prises sur le prolétariat des quartiers les plus révolutionnaires ne se faisaient pas sentir dans un Kostroma relativement paisible. En tout cas, le travail au printemps et à l’été de 1906 était un devoir plutôt joyeux à Kostroma ; même le travail le plus intensif n’était pas particulièrement fatiguant, ce qui s’explique par la brièveté des distances à parcourir. Kostromo est une très petite ville et la distance à la forêt Posadsky, notre quartier général principal et le plus sûr, était une bagatelle.

Le visiteur le plus fréquent du bureau régional de Moscou était Danilo - Sergueï Modestov - qui est venu discuter avec nous de toutes sortes de problèmes généraux du Parti.

Quand je pense à Danilo, je vois devant moi le visage rieur de l’étudiant Serezha que j’ai rencontré pour la première fois dans notre quartier général secret de Tver en 1903. Après deux ans, je l’ai retrouvé à Moscou où il a raconté entre plaisanteries et rires que pendant ces deux courtes années, il avait réussi à purger des peines dans deux prisons - à Yaroslavl et Ivanovo-Voznesensk. Un an plus tard, à Kostroma, j’ai rencontré l’éminent ouvrier du Parti, le camarade Danilo, qui n’avait qu’une chose en commun avec l’ancien Serezha : son sens de l’humour.

Lors d’une de ses visites à Kostroma, je suis allé avec Danilo à une réunion dans la forêt Posadsky où il devait nous parler de certaines affaires du Parti. En chemin, il demanda : « Olga, avez-vous eu beaucoup de mal à reprendre les méthodes clandestines après 1905 ? Quand j’ai répondu que ça avait été difficile, mais pas très, Danilo a dit : « Cela n’aurait pas été difficile du tout pour moi, sauf pour mes rhumatismes. puis une tête, n’est-ce pas ?"

En 1907, Danilo agité, après avoir marché à des réunions sur ses pauvres jambes malades à travers tous les bois des provinces de Kostroma, Yaroslavl et Vladimir, est allé se présenter au Comité régional de Moscou et y a été arrêté.

En 1908, en raison de sa maladie et des sollicitations de sa mère, les autorités lui donnèrent l’alternative de partir à l’étranger au lieu de s’exiler en Sibérie ; mais malgré sa grave maladie, il refusa de partir à l’étranger. Il était trop conscient du manque d’ouvriers qualifiés du Parti en Russie, en particulier après la désertion massive de l’intelligentsia, et au lieu d’aller à l’étranger, Serezha est entré dans la clandestinité pour travailler d’abord dans l’Oural, puis à Ekaterinoslav, et de là à Nikolaïev où il a été arrêté. et reconnu coupable, en vertu de l’article 102 du Code pénal et condamné à six ans de travaux forcés.

Sa maladie - tuberculose des os et rhumatisme - s’est considérablement aggravée : la servitude pénale dans la prison de Nikolaïev, le soi-disant sanatorium tsariste où étaient envoyés tous les prisonniers politiques tuberculeux, l’a achevé. Après quatre ans dans cette horrible prison, la constitution du camarade Modestov était complètement détruite. Grâce à l’intercession de ses parents, il fut envoyé dans la prison de sa ville natale, Tver, et les deux années qu’il y passa furent une mort vivante. Sa peine d’emprisonnement a pris fin au moment où la révolution de 1917 a commencé. Un vieux invalide est venu à Moscou ; il s’appelait Modestov, mais personne ne reconnaissait ce camarade Modestov comme la Sereja d’autrefois. Néanmoins, ce malade trouva assez de force pour recommencer à travailler : il devint le rédacteur en chef du journal paysan Goles Trudovovo Krestyanina,mais sa force n’a duré que quelques mois même s’il ne devait plus travailler qu’avec sa tête et non avec ses pieds comme à Kostroma. A la veille de la grande révolution prolétarienne à laquelle il avait donné la dernière goutte de sa force extraordinaire, le camarade Modestov mourut à l’âge de trente-quatre ans.

Pour retourner à Kostroma. Cet été-là (1906), tous les aspects juridiques de l’organisation Kostroma s’en tirent mal. Pour commencer, notre journal a été fermé ; puis la police est arrivée dans notre librairie, que j’avais gardée comme la prunelle de mes yeux parce que c’était un excellent écran pour tout notre travail illégal. Tout a commencé lorsque la police est venue plus fréquemment chercher des livres non censurés qu’ils soupçonnaient que nous vendions. Et un beau matin, ils se mirent en tête de fouiller tout le local. J’ai réussi à quitter les lieux sous le nez même de la police. J’étais assis dans ma chambre au fond du magasin. Une bougie brûlait sur ma table afin que, en cas de rafle, je puisse immédiatement brûler les papiers qui s’étendaient devant moi contenant les notes du procès-verbal de la réunion tenue la veille.

Mon occupation a été interrompue par un coup à la porte, et le jeune Peter Kaganovich est entré. Il était entré par la porte de derrière. Il m’a informé avec enthousiasme qu’une forte force de police venait fouiller nos locaux. Cela dit, il est revenu par où il était venu, alors que j’ai immédiatement brûlé tous les papiers, soufflé la bougie, mis mon manteau, épinglé sur un chapeau, réussi à courir dans le magasin et murmurer au gérant "ils arrivent, " prit plusieurs livres sur l’étagère et, se faisant passer pour un acheteur, descendit l’escalier principal. En descendant j’ai rencontré la police qui, après avoir inspecté les livres « achetés », m’a laissé passer. Notre entrepôt a été soigneusement fouillé, scellé, et le nouveau directeur, nommé Polya, a été arrêté.

La fermeture de la librairie a été un coup dur pour nous tous, et pour moi en particulier. Mon travail de secrétaire devenait doublement pénible - je devais chercher des locaux pour chaque réunion, consultation, etc. En d’autres termes, je devais faire appel aux soi-disant sympathisants - une tâche qui m’a toujours déplu. Notre deuxième appartement, le syndicat du textile, a également fait l’objet de fréquentes descentes de police. D’ailleurs, les Cosaques sont devenus plus truculents et ont interrompu nos réunions. Pour couronner le tout, des espions ont commencé à nous suivre, les travailleurs du Parti. J’étais si constamment suivi qu’il m’est devenu impossible de continuer à travailler à Kostroma, et je ne pouvais même pas quitter la ville sans être observé. Afin de dissuader la police, j’ai passé plusieurs jours à l’hôtel de ville des Kolodeznikov sans sortir dans la rue.Ce n’est qu’après toutes ces précautions que j’ai pu quitter la ville sans être observé.

En traversant la Volga sur le chemin de la gare, un vent d’automne violent a commencé à souffler, la journée était nuageuse et des pensées mélancoliques se sont entassées dans mon esprit. Cela semblait de mauvais augure pour l’organisation Kostroma que je quittais avec tant de regrets. Mon travail là-bas avait été lié à tant de jours de printemps et d’été clairs et ensoleillés, et maintenant la réaction triompherait ici aussi.

XI. Mon bref secrétariat

DE Kostroma, je suis allé à Moscou où se trouvait notre centre régional du Parti, le Bureau régional. A cette époque—fin 1906 et début 1907—le Bureau se composait de trois membres qui avaient jusqu’ici échappé à l’arrestation. Il s’agissait de Boris Posern, connu sous le nom de Stepan Zlobin, d’Olympus Kvitkin, dit Afanassy, ​​qui avait quitté l’organisation Kostroma cet été pour un travail régional, et Sergey Modestov-Danilo.

Lorsque je me suis rendu dans l’appartement d’Afanassy sur Bojedonka, j’ai appris que sa chambre servait de lieu de contact pour le Bureau régional, ce qui était une violation des principes élémentaires du secret. Au cours de la conversation, j’appris en outre que le Bureau régional souffrait d’un manque d’ouvriers, de locaux, de fonds et d’imprimeries et qu’il m’incombait de prendre en charge le secrétariat de ce Bureau régional.

Malgré mon désir constant d’être à Moscou, la perspective de m’installer au Bureau régional n’était pas du tout heureuse. Je suppliais d’être envoyé travailler dans le district ou, si cela n’était pas possible, d’être affecté à un travail local à Moscou, ou d’être envoyé en province. Mais ma demande a été catégoriquement refusée et j’ai dû rester au Comité Régional.

Je me souviens remarquablement peu de cette période de mon travail. Cela s’explique peut-être par le fait qu’au lieu de faire un travail révolutionnaire, je poursuivais constamment des sympathisants, les suppliant de nous prêter leurs chambres, de nous donner de l’argent, ce qu’ils faisaient à contrecœur - poursuivant des sympathisants qui avaient en partie cessé de sympathiser. .

Je me souviens que pendant un mois à la fois, nous n’avons pas pu obtenir de locaux ou de fonds pour une conférence régionale. Nos tentatives pour créer une imprimerie se sont également avérées vaines. Notre travail principal était d’agiter pour la convocation d’un Congrès spécial du Parti, dont la nécessité se faisait déjà sentir dans notre travail local. Cela était dû au fait que la tactique du Comité central élu au Congrès dit « d’unité » où les mencheviks étaient majoritaires, était naturellement tiède et ne pouvait satisfaire la section la plus révolutionnaire du Parti. —les bolcheviks.

Les préparatifs du Congrès qui ont été faits dans les centres industriels de Moscou ont été très fructueux. Dans les quatorze provinces qui composaient cette région, les bolcheviks prédominaient.

Néanmoins, il était très difficile de poursuivre le travail. Le Bureau régional n’avait pas assez de camarades à sa disposition à envoyer dans les différents districts. Je ne me souviens que de deux camarades que nous avons envoyés dans les districts, Ivan Stavsky et Nikolai Rastopchin. Au lieu de personnes, nous devions envoyer des papiers, des lettres codées. Nous avons dû nous contenter de méthodes de travail bureaucratiques au lieu de relations vivantes avec les différentes localités.

Nous avons travaillé de manière bureaucratique parce que nous étions incapables à l’époque de mettre en place un appareil approprié. Il m’était même difficile de trouver une chambre et dans mon désespoir j’ai décidé d’en faire la publicité et de prendre le risque de m’inscrire sur mon passeport très douteux. Mais juste à ce moment-là, une connaissance de Kostroma, Marussya Simonovskaya, qui était également récemment arrivée à Moscou, est venue à mon secours. Nous avons loué une chambre dans la rue Obukhovsky et elle a envoyé à la fois son vrai passeport et le mien emprunté pour être enregistré. Marussya vivait dans notre chambre en attendant le retour des passeports du commissariat. Je n’y restais que la journée, passant la nuit partout où je pouvais.

Dormir un peu était aussi un problème. Naturellement, je devais passer la nuit chez des intellectuels sympathiques, qui vivaient dans des appartements confortablement meublés, et à toutes les apparences étaient des gens assez cultivés. Mais ce n’était pas souvent que ces gens apparemment cultivés semblaient se rendre compte que le travailleur illégal du Parti qui recherchait leur hospitalité était fatigué, et que ce dont il avait besoin plus que tout, c’était de repos. Dans la plupart des cas, les hôtes se fatiguaient à mourir avec des questions et des arguments fastidieux sur les « principes » qui sont caractéristiques de l’intelligentsia – et ces arguments traînaient jusqu’à deux ou trois heures du matin.

Ce manque de considération de la part de mes amis intellectuels m’irritait au-delà de mon endurance. Mais bientôt nos passeports sont revenus sains et saufs du poste de police et j’ai commencé à dormir à la maison.

J’avais l’habitude de passer toute la journée à courir dans Moscou, et quand j’avais une soirée libre pour travailler dans le quartier ou à l’usine, je ne pouvais pas le faire à cause de ma position - la possibilité de continuer mon travail comme secrétaire pendant un certain temps en toute sécurité dépendait de mon éloignement du travail direct parmi les travailleurs.

En général, je repense avec tristesse à mon secrétariat temporaire du Bureau régional de Moscou. J’ai rempli cette fonction simplement par sens du devoir envers le Parti, mais mon cœur n’était pas dans le travail. J’aspirais à être parmi les masses. Et donc, à la toute première opportunité qui s’offrait, je suis parti en province.

XII. À Ivanovo-Voznessensk

En février 1907, je fus enfin autorisé à travailler dans le district. J’ai été envoyé à Ivanovo-Voznessensk, véritable centre prolétarien où je voulais aller depuis longtemps. Ma toute première entrée dans la ville m’a profondément marqué. Dans toutes mes pérégrinations à travers le monde, je n’avais jamais vu un contraste plus frappant entre le luxe et la pauvreté qu’à Ivanovo.

Dans chaque ville "bien ordonnée", les habitations sordides des ouvriers sont décemment cachées à la périphérie de la ville, mais à Ivanovo-Voznesensk, toute la ville ressemblait à une banlieue, densément peuplée d’ouvriers du textile, de tisserandes émaciées et de leurs enfants en haillons et branlants. —la future génération de tisserands.

Au milieu des taudis sordides avec leur minuscule fenêtre - des pelles qui, d’une manière étonnante, abritaient plusieurs familles où il n’y avait guère de place pour une - on tombait soudain sur un manoir luxueux, le palais d’un propriétaire de moulin, et les liens de connexion entre le taudis et le palais étaient les immenses bâtiments et les hautes cheminées des usines.

Le long des rues, déracinées par les porcs et jonchées de toutes les formes imaginables d’ordures, on pouvait souvent rencontrer une belle voiture tirée par des chevaux blancs comme neige conduits par un cocher gras et élégant. Dans la voiture était assise la famille de quelques propriétaires de moulins, sa femme et ses enfants bien nourris et bien habillés, accompagnés de leurs gouvernantes, infirmières et autres domestiques. Je me suis souvent demandé comment ces gens avaient l’insolence de passer les fenêtres des ouvriers qui travaillaient pour eux, et comment les ouvriers avaient la patience de regarder avec calme ces équipages étincelants.

Ici, à Ivanovo-Voznessensk, sans l’effet adoucissant d’aucune classe intermédiaire, les deux camps antagonistes, le travail et le capital, s’affrontaient. La question était aussi claire que possible, et c’est pourquoi il était si facile d’y poursuivre notre propagande bolchevique. Ici, nous n’avons eu aucun conflit sérieux avec des groupes organisés de mencheviks ou de socialistes-révolutionnaires. C’est pourquoi le prolétariat d’Ivanovo-Voznessensk, dirigé par certains des camarades les plus éminents de nos rangs, a toujours été à l’avant-garde de la révolution prolétarienne.

Quand je suis arrivé à Ivanovo, j’ai dû m’installer dans une de ces huttes, non pas avec une famille d’ouvriers, mais avec une infirmière, nommée Nadezhda Stopani, qui était employée à l’hôpital d’Ivanovo et qui a fourni des locaux à notre organisation.

Cet appartement se composait d’une seule pièce séparée par un paravent. Il faisait incroyablement froid et humide ; l’eau coulait en ruisselets des fenêtres gelées dans une casserole posée sur le sol à cet effet. A part un lit de camp étroit, une table et quelques tabourets, il n’y avait pas d’autres meubles dans la pièce. Derrière l’écran sur le lit de camp dormait Nadejda, tandis que son amie, Marussya - maintenant l’épouse du camarade Bubnov - dormait sur le sol. A mon arrivée un lit m’a été fait avec deux cartons cassés, Ce lit a été placé derrière le paravent, car ce "territoire" était plus "inviolable" - on pouvait se laver, se déshabiller ou se changer sans être surpris par un camarade venant pour une affaire urgente. Pendant la journée, la pièce était généralement remplie de camarades en visite, tandis que la nuit, le sol était souvent recouvert de camarades endormis.

Notre principal locataire à mi-temps était le "chimiste" - Andry Bubnov", un habitant d’Ivanovo-Voznessensk qui était constamment recherché par la police. Il, pour des raisons de secret, vivait et travaillait à huit verstes de là, à Kokhma, et fréquemment est venu en ville pour les affaires du Parti. Il parcourait toujours la distance à pied, vêtu de ses bottes de feutre gris pour lesquelles il avait payé un rouble et vingt kopecks. Le « chimiste » a tellement apprécié ces bottes qu’une fois, lorsqu’il a dû fuir Kokhma et dans sa précipitation avait laissé derrière lui ces précieuses bottes, nous avons eu du mal à le dissuader de revenir les chercher à Kokhma où la police lui avait certainement tendu un piège.

Des camarades qui venaient de Shuya pour les affaires du Parti sont également restés avec nous pendant la nuit. Parmi eux se trouvaient Frunze, surnommé Arseni, et son ami intime, un ouvrier de Shuya nommé Gussev. Chaque fois que cette paire arrivait, nous devions scruter les coins de rue avec un soin particulier car la police était constamment aux trousses d’Arseni ; il était parvenu jusqu’à présent à éviter la prison uniquement grâce aux soins que lui prodiguaient les ouvriers de Shuya qui, malgré le danger pour eux-mêmes, cachaient leur ami bien-aimé Arseni. Le « Chimiste » et Arseni étaient tous deux très populaires parmi les travailleurs d’Ivanovo-Voznessensk.

Lors des conférences de district, lorsque des camarades venaient de Teikovo, Kokhma et d’autres villes, notre petite place était pleine à craquer de camarades qui passaient la nuit. Il fut aussi un temps où nous avions en fait un locataire permanent, un jeune ouvrier nommé Serezha qui a dû trouver refuge dans la chambre de Nadejda - soit parce que la police était après lui, soit parce que ses parents l’avaient chassé de la maison pour "être un socialiste" et il n’avait pas d’autre endroit où aller. Nous n’avions jamais de repas régulier, mais nous préparions le samovar environ dix fois par jour. Pendant ses jours de congé de l’hôpital, Nadejda passait toute la journée à cuisiner pour donner à la foule un repas carré. Son amie Marussya n’était pas très soignée dans ses habitudes et préférait toujours épingler une déchirure dans sa robe que la raccommoder ; cela a conduit à de nombreuses querelles avec Nadezhda, une femme au foyer soignée.Tous les nouveaux venus ont apporté le désordre dans la maison, et la pauvre Nadejda a souffert comme une martyre, sans parler du fait qu’elle risquait d’être arrêtée à tout moment.

Le problème des locaux était l’un des points les plus délicats de l’organisation d’Ivanovo. Il était extrêmement nécessaire que nous, les ouvriers professionnels du Parti, trouvions un logement ailleurs que chez des ouvriers d’usine, afin de ne pas être aux yeux du public ; mais parmi les classes intermédiaires, il n’y avait pas d’autres appartements disponibles que ceux des professeurs Taranov et Tarakanov. Cela a fait d’Ivanovo un endroit très difficile pour nous de travailler ; mais c’était le seul inconvénient. À tous autres égards, Ivanovo était splendide. Il y avait là un travail plus vivant qu’à Kostroma.

Au printemps 1907, il n’y avait pas l’ombre d’un découragement parmi les ouvriers, même si les événements de 1905 frappèrent Ivanovo plus durement que Kostroma. Au moment où j’écris, il restait encore quelques miettes des gains de 1905 sous la forme de trois syndicats légaux : le Syndicat des métallurgistes, le Syndicat des imprimeurs de calicot et le Syndicat des tisserands. Pour une raison quelconque, les deux derniers étaient considérés comme deux syndicats distincts au lieu d’un seul syndicat textile, bien qu’ils occupent les mêmes locaux. Mais ces syndicats n’ont pas échappé à la vigilance du chef de la police d’Ivanovo, un petit homme court et agile qui avait à sa disposition non seulement la police mais aussi les cosaques.

Ces Cosaques d’Ivanovo vivaient comme des seigneurs ; des fonds spéciaux ont été levés pour eux par les propriétaires de moulins ; on leur donna des maisons, des jardins, des vaches, des poulets, des canards, etc. En échange de toute cette générosité, le devoir des Cosaques était de bien utiliser leurs fouets sur les ouvriers chaque fois que les propriétaires de moulin et le chef de la police le désiraient.

Le chef de la police effectuait souvent des descentes dans les locaux du syndicat, et le président et d’autres fonctionnaires étaient constamment appelés au siège de la police. Néanmoins, nous avons effectué un travail énorme et bien planifié pour répandre les idées bolcheviques parmi les grandes masses ouvrières. Nos travailleurs du Parti, Nikhayev et Candurin, prononçaient souvent de grands discours politiques lors de réunions publiques. Les syndicats accomplissaient un travail important en tant que syndicats et servaient en même temps de paravent à notre organisation illégale du Parti. Les membres les plus actifs des syndicats étaient également des travailleurs actifs dans notre organisation – le président et la plupart des dirigeants syndicaux étaient au cœur de tout le travail du Parti dans le district d’Ivanovo-Voznesensk. Ils étaient membres du Comité du Parti Ivanovo-Voznessensk.

Dès mon arrivée, j’ai été nommé secrétaire du comité parce que j’étais considéré comme un spécialiste dans ce domaine, ayant été secrétaire à Bakou, à Kostroma et au bureau régional de Moscou. Je suis allé à l’organisation d’Ivanovo alors que la campagne électorale de la deuxième Douma d’État touchait à sa fin - presque au moment même des élections où, après de longues négociations avec les camarades d’Orekhovo-Zuevo qui présentaient leur propre candidat, les travailleurs d’Ivanovo réussi à faire adopter leur candidat, le camarade Zhidelev, comme député représentant les travailleurs de la province de Vladimir.

Comme je l’ai indiqué plus haut, l’esprit d’Ivanovo Voznessensk était élevé non seulement dans les cercles du Parti, mais aussi parmi les larges masses non partisanes, comme en témoigne le grand départ que les ouvriers ont adressé à leur adjoint, Zhidelev, lorsqu’il parti pour Saint-Pétersbourg. Il y avait près de quarante mille ouvriers à la réunion sur la place de la gare. Après la réunion une foule dense de travailleurs nous a entourés membres du comité afin de nous cacher et pour plus de sécurité les orateurs de la réunion se sont déguisés en changeant leurs bonnets et manteaux avec certains des travailleurs. Ainsi nous rentrâmes tous sains et saufs malgré le fait qu’il y avait de nombreux policiers et détectives sur la place, et à peu de distance, se trouvaient les cosaques à cheval qui n’osaient pas attaquer l’énorme masse d’ouvriers qui s’étaient rassemblés pour envoyer un message à leur adjoint. -désactivé.Après l’élection et le départ prévu de notre député, deux tâches très urgentes et sérieuses devaient être accomplies : préparer la grève régionale du textile à Moscou et élire des délégués au Ve Congrès du Parti, appelé plus tard Congrès de Londres.

Notre préparation à la grève régionale devait se faire par notre travail dans les syndicats qui, comme je l’ai déjà mentionné, étaient entièrement sous l’influence et dirigés par les membres de notre Comité du Parti.

Une conférence des syndicats de la région de Moscou s’est tenue en février, au cours de laquelle la question de l’arrêt de l’offensive capitaliste croissante, conséquence de la réaction politique générale, a été débattue. On s’est d’abord penché sur la question de l’élévation du niveau de vie des travailleurs et, en avril, l’idée d’une grève générale a enfin mûri. Après cette conférence, un certain nombre de conférences syndicales de district ont eu lieu au cours desquelles la question de la possibilité et de l’opportunité d’appeler à la grève dans le district d’Ivanovo a été débattue sous tous les angles.

Bien entendu, avant chaque conférence, ces questions étaient d’abord discutées lors des réunions de notre comité du Parti. Notre comité était divisé sur la question de la grève, certains camarades y étaient favorables et soulignaient le rôle politique qu’elle jouerait dans la période de réaction qui prévalait. D’autres pensaient que la dépression était trop grande, que la grève était vouée à l’échec et qu’une grève perdue aggraverait encore la dépression des ouvriers et que notre organisation qui se remettait à peine serait forcée de sortir de la clandestinité et serait détruite. immédiatement après l’échec de la grève.

Les partisans comme les opposants à la grève s’accordaient à dire qu’il fallait rassembler nos forces pour la lutte « décisive », pour un soulèvement armé, qui nous paraissait plus proche qu’il ne s’avérait en réalité ; le désaccord portait sur les tactiques à appliquer pour atteindre cet objectif. Les partisans de la grève ont cru bon d’accélérer un peu le processus historique, tandis que les opposants craignaient que cela n’ait l’effet inverse.

Les questions relatives à la grève régionale ont été discutées en profondeur à toutes les réunions d’usine, et il faut le dire, l’idée d’accélérer l’histoire a plu aux ouvriers du textile d’Ivanovo, intrinsèquement militants. Mais pour l’instant, on s’est limité à parler de grève.

Simultanément à la campagne de grève, nous avons fait des préparatifs pour l’élection des délégués au Congrès de Londres de notre Parti.

Je me souviens qu’Afanassi nous est venu du Bureau régional et a prononcé un long discours, d’abord à la réunion du comité du Parti et plus tard à une réunion des représentants d’usine, sur notre controverse avec les mencheviks et sur la nécessité de convoquer un congrès spécial du Parti.

Mais bien que tous les membres de l’organisation d’Ivanovo aient pris connaissance de la nature de la controverse, nous ne pouvions pas avoir une véritable discussion avant le congrès, sur laquelle Lénine insistait toujours. pour la simple raison que nous n’avions pas de mencheviks avec qui discuter. Nous, les bolcheviks, avons dû convaincre les ouvriers d’esprit bolchevik dans les usines de la différence entre nous et les mencheviks, dont aucun n’existait à Ivanovo-Voznessensk. Nul besoin d’une perspicacité particulière pour deviner le degré d’impartialité de nos discussions dont le dieu menchevik aurait eu toutes les justifications pour jeter l’ensemble de l’organisation inique d’Ivanovo-Voznessensk dans les profondeurs de l’enfer, s’il n’y avait eu le seul juste. l’une d’entre nous, la scrupuleuse Olga Vorontsova, qui a expliqué avec soin et impartialité à,les ouvriers de son district les principes et les politiques des bolcheviks et des mencheviks.

Vers la fin du mois de mars, après cette « discussion », les élections ont eu lieu. Ici encore, il n’était pas nécessaire d’être prophète pour deviner les penchants fractionnaires de tous les neuf délégués - tous étaient bolcheviks, bien sûr. Parmi les délégués élus se trouvaient les camarades Bubnov et Frunze. Ce dernier a été arrêté par la police de Shuya avant la tenue du Congrès et n’a naturellement pas pu y assister. A sa place, il envoya un membre du comité régional, le camarade Kvitkin. L’idée d’aller à l’étranger mettait les prolétaires élus d’Ivanovo dans un état d’esprit extraordinairement exalté. Ils ont tous commencé à préparer leur voyage et m’ont constamment harcelé comme quelqu’un qui avait parcouru « toute l’Europe » avec des questions concernant leur tenue vestimentaire, comment demander du thé en allemand, quel est l’allemand pour « gare »,si on pouvait embaucher sur izvoshchik à l’étranger et quel serait le prix approximatif une fois converti dans notre devise, et ainsi de suite.

La question d’une tenue européenne respectable fut résolue avec brio par l’un des délégués ouvriers. Il s’est cousu un chemisier jaune vif qu’il portait avec une ceinture en cuir verni noir achetée spécialement à cet effet. Dans ce costume, il se présenta devant moi, profondément convaincu qu’en se pavanant de cette manière splendide, il pourrait se fondre dans la foule européenne.

Dans l’ensemble, nous nous sommes beaucoup amusés lors des préparatifs du départ de nos délégués au Congrès.

Après leur départ, je suis allé à Nijni-Novgorod, pour affaires privées, mais le voyage était si curieux que je pense qu’il vaut la peine d’être raconté. Lors des réunions électorales tenues lors des élections de la deuxième Douma d’État à Nijni, un certain individu qui se faisait appeler Nikolai Shirayev, et dont le passeport confirmait ce nom, a été arrêté après avoir prononcé un discours bolchevique. Ce Chirayev séditieux, qui n’était pas vraiment Chirayev mais mon frère, Lazar Zelikson, a été placé dans une cellule avec des faillis frauduleux parce que la prison était surpeuplée et qu’il n’y avait pas d’autre cellule vacante pour le mettre. Lors de son premier examen, mon frère a insisté pour qu’il était vraiment Shirayev, et il a nommé un certain vétérinaire, Bobrovsky, qui vivait à Saratov comme étant en mesure de confirmer ce fait. Afin d’obtenir une réponse rapide de Saratov,mon frère a été autorisé à faire la demande par télégraphe à ses frais. La réponse de Bobrovsky est venue immédiatement confirmer qu’il connaissait très bien Shirayev. Mais pour le malheur de mon frère, un certain procureur de district, Chernyavsky, qui s’était rendu à Vladimir en 19005 où mon frère avait pris la parole sous son propre nom dans des réunions publiques, visita la cellule des faillis frauduleux. L’arrivée malheureuse de l’avocat a gâché tout le jeu, car en présence du gardien de prison il a demandé au supposé Shirayev : "M. Zelikson, comment êtes-vous entré dans la cellule des faillis frauduleux ?"qui avait été à Vladimir en 19005 où mon frère avait pris la parole dans des réunions publiques sous son propre nom, a visité la cellule des faillis frauduleux. L’arrivée malheureuse de l’avocat a gâché tout le jeu, car en présence du gardien de prison il a demandé au supposé Shirayev : "M. Zelikson, comment êtes-vous entré dans la cellule des faillis frauduleux ?"qui avait été à Vladimir en 19005 où mon frère avait pris la parole dans des réunions publiques sous son propre nom, a visité la cellule des faillis frauduleux. L’arrivée malheureuse de l’avocat a gâché tout le jeu, car en présence du gardien de prison il a demandé au supposé Shirayev : "M. Zelikson, comment êtes-vous entré dans la cellule des faillis frauduleux ?"

Après cela, mon frère ne put rien faire d’autre que d’avouer qu’il n’était pas Shirayev, mais Zelikson. Mais maintenant, la police ne voulait pas croire qu’il l’était non plus et supposait qu’il était un "inconnu" très dangereux qui devrait être exilé en Sibérie. Dans cette situation difficile, mon frère m’a écrit à Ivanovo-Voznessensk pour me parler de la situation dans laquelle il se trouvait. D’où ma décision d’aller à Nijni. Ayant obtenu un passeport approprié, je suis allé à Mijni et j’ai prétendu être un parent éloigné de Zelikson. La police était extrêmement courtoise avec moi, apparemment ravie d’avoir l’opportunité de démêler le mystère Shirayev-Zelikson. Ils m’ont remis un blanc que j’ai rempli consciencieusement, énumérant tous les frères et sœurs de Zelikson. En comparant mes informations avec celles données par Shirayev-Zelikson,les gendarmes se sont convaincus que nous disions la vérité et ont présenté leurs excuses pour leur intention de placer Zelikson dans la catégorie des "inconnus". "Vous conviendrez que c’était assez suspect", dirent-ils en s’excusant, "Il se fait appeler Chirayev, reçoit un télégramme d’un certain Bobrovsky fictif disant que ce dernier le connaît bien, mais fait des discours publics à Vladimir en 1905 sous le nom de Zelikson !" Cela m’a coûté un effort pour ne pas rire franchement à l’idée que moi, un travailleur illégal recherché par la police, j’étais assis devant eux, jouant le rôle d’un parent éloigné bien intentionné de mon frère, et écoutant leurs conjectures selon lesquelles Bobrovsky, mon propre mari, n’a probablement jamais existé.Vous conviendrez que c’était assez suspect, dirent-ils en s’excusant, il se fait appeler Chirayev, reçoit un télégramme d’un certain Bobrovsky fictif disant que ce dernier le connaît bien, mais fait des discours publics à Vladimir en 1905 sous le nom de Zelikson ! « Cela m’a coûté un effort pour ne pas rire franchement à l’idée que moi, un travailleur illégal recherché par la police, j’étais assis devant eux en jouant le rôle d’un parent éloigné bien intentionné de mon frère, et en écoutant leurs conjectures que Bobrovsky , mon propre mari, n’a probablement jamais existé.Vous conviendrez que c’était assez suspect, dirent-ils en s’excusant, il se fait appeler Chirayev, reçoit un télégramme d’un certain Bobrovsky fictif disant que ce dernier le connaît bien, mais fait des discours publics à Vladimir en 1905 sous le nom de Zelikson ! « Cela m’a coûté un effort pour ne pas rire franchement à l’idée que moi, un travailleur illégal recherché par la police, j’étais assis devant eux en jouant le rôle d’un parent éloigné bien intentionné de mon frère, et en écoutant leurs conjectures que Bobrovsky , mon propre mari, n’a probablement jamais existé.Cela m’a coûté un effort pour ne pas rire franchement à l’idée que moi, un travailleur illégal recherché par la police, j’étais assis devant eux, jouant le rôle d’un parent éloigné bien intentionné de mon frère, et écoutant leurs conjectures selon lesquelles Bobrovsky, mon propre mari, n’a probablement jamais existé.Cela m’a coûté un effort pour ne pas rire franchement à l’idée que moi, un travailleur illégal recherché par la police, j’étais assis devant eux, jouant le rôle d’un parent éloigné bien intentionné de mon frère, et écoutant leurs conjectures selon lesquelles Bobrovsky, mon propre mari, n’a probablement jamais existé.

Mon frère a été immédiatement libéré sur mes engagements et je l’ai accompagné à Moscou. De retour à Ivanovo, j’ai raconté l’aventure à mes amis et ils pouvaient à peine contrôler leur hilarité.

Dès les premiers jours de mon travail à Ivanovo, j’entrai en conflit avec les restes des unités ouvrières armées, les boyeviki , qui, ici comme à Kostroma et très probablement dans d’autres villes, étaient complètement démoralisés. À l’automne 1906, le comité d’Ivanovo a publié un tract dans lequel il a nié tout lien avec les boyeviki ou leurs activités d’« expropriation » qui avaient dégénéré en simple vol et même en meurtre. Afin de donner une couleur politique à leurs méfaits, les boyeviki ont offert une partie de leur butin à notre organisation, mais nous avons refusé de toucher à leur argent en aucune circonstance. En tant que secrétaire de l’organisation, le boyevikiest venu à moi avec leurs cadeaux offerts et j’ai dû les refuser ; pour cette raison, ils me haïssaient de tout cœur, en particulier l’un d’entre eux, un certain Orlik, qui mourut plus tard des suites d’une explosion provoquée par une expérience avec une bombe que les boyeviki avaient fabriquée en dehors de la ville. Cet Orlik a souvent fait remarquer que ce ne serait pas une mauvaise chose de se débarrasser d’Olga car cela éliminerait un obstacle dans les négociations avec le comité.

Un autre souci était l’établissement d’une imprimerie secrète - une chose dont Ivanovo avait grand besoin puisqu’il n’y avait aucun moyen légal d’imprimer quoi que ce soit. Nous n’avions pas seulement besoin de tracts qui, en dernier recours, pouvaient être installés et imprimés chez quelqu’un ; mais nous avions un besoin urgent d’un journal, et pour le faire sortir, nous devions avoir une imprimerie bien équipée.

Au début, j’ai fait venir Sonia Zagina qui venait de Kostroma. Elle a loué une chambre à Ivanovo avec une entrée privée et a prévu de donner des cours particuliers. C’était le premier appartement, absolument exempt de tout soupçon, à être utilisé dans le cadre de notre future imprimerie. Ensuite, nous avons commencé à rassembler les pièces du matériel d’imprimerie qui avaient été conservées par les ouvriers dans différentes cachettes, mais ces pièces se sont avérées insuffisantes ; nous manquions particulièrement de type. Après quelque temps, une valise pleine de caractères nous a été apportée de Moscou par Vladimir Bobrovsky. Je suis allé dans la ville de Vladimir où Marussya Simonovskaya-Rastopchina travaillait à l’époque pour obtenir plus de caractères et d’autres pièces essentielles. Avec Marrusya, je suis allé à la maison de Stepan Nazarov qui avait dans sa chambre une énorme malle en fer chargée d’icônes. Sous les icônes, au bas du tronc, gisait le type.

Au bout d’un moment, Alexey Zagin est venu vers nous ; et à ma demande, le bureau régional m’envoya de Moscou un certain Egor Ivanovitch et une fille dont j’ai oublié le nom. Avec l’aide de toutes ces personnes, nous avons réussi à installer une imprimerie dans un village non loin d’Ivanovo. Mais après avoir imprimé plusieurs tracts, nous avons remarqué que nous étions surveillés. Nos camarades ont dû se cacher. Je ne me souviens pas comment tout cela s’est passé mais le type, la machine et les autres accessoires, ont été emportés à la hâte en pièces et cachés. Cet échec rapide de notre imprimerie m’a conduit au bord du désespoir, car cela avait coûté tant d’efforts pour l’établir. Mais nous n’avions pas le temps de céder au chagrin – nous devions réfléchir à la façon de le remettre en place.

Connaissant tous les détails de la vie des ouvriers d’Ivanovo, il m’est devenu clair que si nous voulions une imprimerie plus ou moins permanente, il fallait trouver un habitant local qui pourrait s’en occuper, puisque tous les nouveaux arrivants qui louaient un appartement entier a immédiatement attiré l’attention. Il nous a fallu un certain temps pour découvrir une telle personne. Enfin, j’ai découvert un ouvrier local qui avait cessé de travailler à l’usine et vendait des journaux. Sa femme, une femme d’âge moyen nommée Darya, était une femme de ménage. Ils n’avaient pas d’enfants et formaient un couple très approprié pour nos besoins.

Nous avons convenu avec Darya et son mari qu’à la première occasion, elle louerait une petite maison qu’ils avaient en tête, composée de trois pièces et d’une cuisine avec un jardin à l’avant et à l’arrière. C’était très pratique car le bruit de la machine à imprimer ne se ferait pas entendre dans la rue. Daria et son mari devaient occuper la pièce de devant donnant sur la rue tandis que les deux pièces du fond devaient être louées aux pensionnaires - Egor avec sa femme dans une pièce et Alexey dans l’autre. Ces deux pièces seraient utilisées pour notre travail. La porte du jardin devait rester fermée, tandis que Darya devait s’asseoir près de la fenêtre à l’affût des étrangers. Si quelqu’un venait, le travail devait s’arrêter, les locataires devaient se rendre dans leurs chambres respectives que Darya devait fermer à clé de l’extérieur pour prouver qu’ils n’étaient pas chez eux.Le vendeur de journaux devait continuer son activité afin de fournir une couverture pour transporter le papier dans la maison et les imprimés en sortir.

Ce plan a été exécuté avec succès et pendant un certain temps, tout s’est bien déroulé.

Nous avons obtenu toutes les pièces de machine nécessaires, préparé le matériel pour un papier illégal. que, je pense, nous avons appelé The Struggle . Je ne me souviens pas du matériel que nous allions imprimer, mais je me souviens que nous avions beaucoup plus que ce que nous pouvions obtenir dans le premier numéro. Nos typographes, Alexey et Egor, ont travaillé à plein régime. Mais lorsqu’ils eurent épuisé tous les caractères qu’ils trouvèrent, ils n’avaient mis en place que la première moitié d’une page de notre papier. Comme il n’y avait pas d’autre type à obtenir, ils ont dû imprimer la demi-page puis réinitialiser le type pour l’autre moitié. Tout cela causa un retard considérable ; l’affaire traînait en longueur et nous, les membres du comité ainsi que les camarades de l’imprimerie, vivions sous une grande tension jusqu’à la sortie du premier numéro.

Puis tout a commencé à mal tourner dans l’imprimerie. Egor qui était une personne éprouvante en général, fut pris de nervosité. Même Darya est devenue nerveuse, en particulier après qu’un incident ridicule se soit produit.

Non loin de notre imprimerie, il y avait un poste de police que nous avions considéré comme un avantage lors de la location de la maison - il est toujours plus sûr d’agir sous le nez de la police. Chaque jour, alors que je descendais la rue pour voir si tout était en sécurité, je voyais invariablement le policier somnoler paisiblement dans sa boîte et Darya tricotant tranquillement à la fenêtre de notre petite maison. Un jour, le policier a frappé à la porte et a demandé à Darya de mettre un poisson, que quelqu’un lui avait donné, dans la cave et de l’y garder jusqu’au soir parce qu’il avait peur qu’il se gâte. Darya a pris le poisson à garder jusqu’au soir, puis est venue en courant vers moi pour la conseiller. Que devait-elle faire si le policier venait chercher le poisson le soir et demandait à entrer dans la maison ? L’incident m’a semblé assez banal, ce n’était pas un piège mais juste un fait ordinaire de tous les jours,et j’ai réussi à calmer les peurs de Darya.

Nous avons décidé que les locataires partiraient pour la journée et cela. Darya devrait fermer les chambres de l’extérieur. Lorsque le policier est venu, elle devait l’inviter à prendre une tasse de thé et au cours de la conversation, elle a mentionné que ses pensionnaires, un commis et un installateur cherchaient tous deux du travail et que son propre mari se débrouillait bien dans son entreprise de presse. et qu’ils avaient tout ce qu’ils voulaient pour le moment. Le policier est venu le soir, mais a refusé de venir prendre une tasse de thé, prouvant ainsi qu’il n’avait aucun soupçon sur ce qui se passait dans la maison. Néanmoins, Egor qui avait été très nerveux auparavant, a maintenant demandé avec insistance que nous déménageions à un autre endroit. Cette humeur s’est vite communiquée à Daria et à son mari, et les choses sont vite arrivées à un tel point qu’il était impossible de continuer le travail.

Amèrement que nous ressentions à propos de toute l’affaire, nous avons dû détruire de nos propres mains tout ce que nous avions créé avec tant de peine. Rien d’autre ne pouvait être fait, car la première condition pour l’accomplissement réussi d’une tâche comme la nôtre est une confiance et une croyance mutuelles complètes en tous ceux qui y participent. La perturbation de ce calme allait à l’encontre de toutes les règles du secret et conduirait inévitablement à la découverte de toute l’affaire. C’est pourquoi nous nous sommes empressés de démonter toute l’usine.

Ainsi nos espoirs de voir le premier numéro de notre propre journal ouvrier d’Ivanovo furent anéantis. Cette déception me frappa le plus durement car j’étais l’organisateur de l’entreprise malchanceuse. Cela a été rendu doublement difficile par le fait que mes recherches de nouvelles personnes et de nouveaux quartiers se sont avérées vaines. Ainsi notre journal n’a jamais vu le jour.

En ce qui concerne les fonds, l’organisation d’Ivanovo-Voznessensk était assez aisée. Dès les premiers jours de mon secrétariat, j’ai été agréablement surpris d’apprendre qu’il n’était pas nécessaire pour moi de courir partout pour chercher des fonds comme j’avais dû le faire dans d’autres villes. L’organisation d’Ivanovo existait grâce aux cotisations des membres qui étaient régulièrement collectées et soigneusement enregistrées par notre trésorière, Olga Varontsova. La camarade Varontsova réussit d’une manière ou d’une autre à combiner cette tâche fastidieuse et désagréable avec son travail d’organisatrice responsable de l’un des plus grands quartiers de la ville et avec le travail de propagande qu’elle menait dans les cercles supérieurs. Il est vrai que notre organisation n’était pas riche ; les dépenses d’entretien de l’imprimerie et des travailleurs du parti devaient être très strictement réduites,néanmoins je ne me souviens pas d’une crise financière aiguë dans l’organisation d’Ivanovo. Il a toujours réussi à joindre les deux bouts. Nous, les professionnels, recevions dix-huit roubles par mois, ce qui, bien entendu, ne suffisait jamais, car notre mode de vie était très instable et cela impliquait des dépenses plus importantes que ce ne serait le cas dans des circonstances ordinaires.

A ce propos, je me souviens qu’à l’une de nos conférences, alors que tous les points à l’ordre du jour avaient été traités et que nous avons commencé à discuter « d’autres affaires », l’un des délégués (pas un professionnel) a proposé que la rémunération des professionnels soit soulevé. À cela, un amendement a été proposé à l’effet que le salaire des professionnels les plus qualifiés soit augmenté, tandis que les camarades les plus faibles continuent de recevoir ce qu’ils recevaient auparavant. Cette discussion m’a semblé parfaitement absurde et nous nous sommes empressés de passer aux « affaires suivantes ».

La bonne humeur qui régnait parmi les ouvriers d’Ivanovo depuis l’adieu donné aux députés de la Douma laissait présager une très belle fête du 1er mai. Notre conférence du Parti, qui s’est tenue dans une aile isolée d’une maison d’une banlieue qui, pour une raison quelconque, s’appelait « l’Extrême-Orient », a décidé d’organiser une réunion du premier mai dans les bois le long de la route Bolinsky. Le 30 avril, nous avons distribué un dépliant Premier Mai dans toutes les usines. Selon un plan établi à l’avance, les ouvriers devaient venir seuls dans les bois ; des patrouilles, coiffées de petits badges rouges, étaient placées le long de la route pour indiquer le chemin. C’était aussi le devoir des patrouilles de nous avertir d’une manière spéciale de tout danger imminent. Nous avions fait des préparatifs pour toutes les éventualités.Mais comme c’est le cas avec les plans les plus soigneusement élaborés, quelque chose à laquelle nous nous attendions le moins se produisit. Les Cosaques se sont avérés plus rusés que nos patrouilles cette fois-ci, les sabots de leurs chevaux sonnaient du côté le moins attendu. La réunion venait d’être ouverte par le président V. Bobrovsky et l’orateur, le camarade Maxim, avait à peine prononcé quelques mots d’introduction, que des arbres sortirent au galop des Cosaques, se répandant dans le bois. La soudaineté de l’attaque a transformé notre réunion ordonnée en une foule qui s’est dispersée pêle-mêle dans toutes les directions, poursuivie par les cosaques hurlants à fouet levé. Trois d’entre nous—Bobrovsky, Maxim et moi avons fait une pause pendant un moment, mais avant que nous ayons eu le temps de réfléchir, un fouet a claqué brusquement autour de nos têtes. Maxim et moi fûmes les premiers à tomber tandis que Bobrovsky, qui restait encore debout, s’emparait du Cosaque’s cheval par la bride et a essayé de persuader le gars d’arrêter de nous battre, mais il a reçu un autre coup sur la tempe, de sorte qu’un œil a immédiatement enflé. Après nous avoir battus, les Cosaques ont pris nos montres et nos bourses et sont partis au galop à la poursuite d’autres camarades, pensant évidemment que nous avions eu notre part. Ils ne nous ont pas arrêtés probablement parce que nous avons été trop violemment battus.

Complètement secoués et couverts de zébrures, nous avons réussi à nous traîner jusqu’à l’hôpital qui était situé le long de la route qui sortait du bois où travaillait l’une des nôtres, l’infirmière Cheikasova. Elle nous a bandés et nous a renvoyés chez nous le soir.

C’était la triste fin de notre célébration du premier mai qui semblait avoir si bien commencé. Le lendemain, la police a évidemment décidé de procéder à quelques arrestations. Ils ont donc fait une annonce dans la Gazette de la police à l’effet qu’un grand nombre de chapeaux et de cannes avaient été trouvés dans les bois le long de la route Bolinsky et que si les propriétaires de cette propriété souhaitaient la récupérer ils devaient s’adresser à la préfecture de police. . Visiblement personne n’a répondu à cette annonce, préférant laisser sa propriété au commissaire de police en souvenir.

Ce malheureux Premier Mai a marqué un tournant dans la vie de l’organisation d’Ivanovo-Voznesensk et dans l’esprit des travailleurs d’Ivanovo. Après le 1er mai, une dépression marquée s’est installée et c’est dans ces circonstances défavorables que nous avons dû terminer les préparatifs d’une grève régionale que nous avions déclenchée au début du printemps.

Pendant tout le mois de mai et juin, notre organisation s’occupa exclusivement de la question de la grève. Nous avons effectué un énorme travail d’organisation et d’agitation. Le désaccord au sein du comité sur l’opportunité d’appeler à la grève a progressivement disparu. Tant les avocats que les anciens opposants à la grève ont participé activement aux préparatifs ; néanmoins, nous avons tous travaillé dans un sentiment d’incertitude qui était le reflet des circonstances dans lesquelles nous nous trouvions.

La situation économique favorisait une grève - les moulins étaient chargés de commandes et tout arrêt de travail considérable aurait durement touché les poches des propriétaires de moulins. Mais la réaction politique devenait de plus en plus intense, il était évident que les autorités auraient recours à tous les moyens en leur pouvoir pour écraser la grève plutôt que de se soumettre aux revendications ouvrières. Les intérêts des propriétaires d’usines capitalistes étaient temporairement en conflit avec ceux du gouvernement autocratique semi-féodal et le sort de la grève dépendait entièrement de la question de savoir si les intérêts de groupe des barons du textile prévaudraient ou non sur les intérêts des classes dirigeantes dans leur ensemble.

Nous nous en sommes tous rendus compte très clairement, d’où notre irrésolution.

Néanmoins Ivanovo se préparait pour les événements à venir ; un comité de grève fut constitué pour formuler les revendications des travailleurs. Le comité du parti d’Ivanovo a délégué trois camarades, Mikhaïev, Olga Varontsova et moi-même, pour aider le comité de grève. Le comité de grève et nous avons tenu notre première réunion au siège social du Syndicat des tisserands et avons formulé les revendications suivantes : 1) une journée de huit heures ; 2) augmentation des salaires ; 3) l’abolition des amendes.

La porte de la salle du comité était fermée à clé, mais les syndiqués des autres salles savaient ce que nous faisions.

Soudain, quelqu’un a frappé à la porte et nous a informés que le chef de la police était entré dans les locaux du syndicat avec une escouade de policiers qui était postée à toutes les sorties. J’ai réussi à brûler le document contenant les revendications que nous avions rédigées, et nous nous sommes tous dispersés dans différentes pièces. La police a commencé la fastidieuse procédure d’enregistrement de tous les travailleurs qui se trouvaient dans le bâtiment ; nous tous, même le comité de grève, avons réussi à nous faire passer pour des syndicalistes de la base venus au siège "simplement pour se voir". Mais l’un des policiers a pointé du doigt Mikhaïev et a dit : « Votre honneur, c’est celui qui parle toujours lors de leurs réunions. Notre Konstantin a été pris en charge sur-le-champ.

Dans l’agréable anticipation de mon tour, je me mis à errer « sans souci » de pièce en pièce et me promenai nonchalamment dans la cuisine. Là, sur le banc, gisait un châle aux couleurs vives qui appartenait à la gouvernante, qui n’était pas chez elle. Je m’enveloppai dans le châle, m’assis sur le banc et commençai à chercher un moyen de m’échapper, quand entra le préfet de police et me demanda :

« Depuis combien de temps travaillez-vous ici ? Combien gagnez-vous ? J’ai répondu que je recevais sept roubles par mois et que je travaillais sur place depuis deux mois. Le préfet de police trouva ma réponse satisfaisante et, avec une grande démonstration d’importance, il se mit à inspecter les lieux, tandis que je continuais à m’asseoir sur mon banc de cuisine, m’enveloppant plus étroitement le châle. Bientôt, la police a quitté le bâtiment en emportant Konstantin comme seul trophée. La camarade Varontsova a également réussi à passer inaperçue auprès de la police. Se faisant passer pour une locataire de la maison, elle est descendue dans l’appartement du bas chez des connaissances, avec lesquelles elle est restée jusqu’à la fin du raid.

La perte de notre meilleur agitateur à un tel moment fut un coup terrible pour l’organisation d’Ivanovo ; cela aurait été bien mieux si moi, la « gouvernante », j’avais été prise à ma place. Mais Konstantin a été envoyé en prison pendant que j’y retournais pour continuer les préparatifs de la grève. Finalement, nous avons décidé d’appeler à la grève le 6 juillet, mais la veille même du jour fixé, Stanislav (Sokolov) qui avait été envoyé par le bureau régional pour diriger la grève dans le district de Kostroma, est arrivé et nous a informés que les choses à Kostroma étaient à faible reflux. D’ailleurs, les camarades de Kostroma nous ont sévèrement condamnés pour ne pas les avoir soutenus à temps.

Le lendemain, Innokenty (Joseph Dubrovinsky) arriva de Moscou portant de mauvaises nouvelles sur Orekhovo-Zuevo où la grève s’apaisait également. Innokenty est venu du centre avec des instructions que nous ne devons pas commencer notre grève, car dans les endroits où les grèves avaient été déclenchées (Kostroma, Orekhovo) elles touchaient déjà à leur fin.

Après qu’Innokenty eut fait rapport au comité, nous avons décidé de convoquer une conférence spéciale pour discuter de la grève une deuxième fois. La conférence a eu lieu dans les bois ; l’orateur principal était Innokenty, qui nous a surpris par son extraordinaire capacité à saisir la situation compliquée d’Ivanovo créée par le fait que le Comité du Parti lui-même, qui a mis tant de temps à décider d’appeler à la grève, devait maintenant proposer d’annuler la grève avant qu’elle ne commence. Dans son discours à notre conférence, il a fait une analyse approfondie de toute la situation économique et politique, d’où il est devenu clair que le moment était défavorable à une grève, et qu’il serait plus sage de ne pas commencer du tout dans les endroits où elle avait pas encore été appelé.

Innokenty a frappé la bonne note tout de suite, et personne n’aurait cru qu’il était un étranger à notre district. En rentrant avec lui à travers les bois de la conférence tard dans la nuit, j’ai exprimé ma surprise devant l’extraordinaire facilité avec laquelle il a analysé notre situation purement locale, mais il a seulement souri tristement et n’a rien dit.

La décision d’interrompre la grève a eu un effet très déprimant sur les travailleurs. Mais dans les endroits où la grève avait été déclenchée (Orekhovo-Zuevo, Kostroma) la situation était encore pire. Ces grèves n’ont duré qu’une semaine ou deux et se sont arrêtées. Un article du n° 6 de La Lutte, l’organe illégal du Comité régional du Parti de Moscou, résumait très bien la situation en disant :

« Les ouvriers ne pouvaient rien faire d’autre que retourner au travail. Les anciennes conditions – travail inhumain, maigres salaires, enfants affamés, logements étouffants comme des cellules – tout cela est resté comme avant, parce que la grève a échoué.

L’article se terminait par un appel aux travailleurs à se remonter le moral et à continuer de lutter. Ça disait :

"Ce n’est le moment ni de rire ni de pleurer. C’est le moment de tirer les leçons de la lutte comme nous l’a appris notre grand maître, Karl Marx. Nous avons été vaincus, mais nous ne devons pas pleurer nos défaite, devons-nous plutôt pleurer de n’avoir pas été assez fermes dans notre lutte, pas unis comme nous aurions dû l’être. Nous ne devons pas nous laisser aller au désespoir. Nous devons nous préparer à une nouvelle lutte contre les capitalistes pour les revendications de nos travailleurs Toute l’histoire indique que ni les prières ni l’humilité, ni le recul ni la servilité n’attendrissent le cœur de sa majesté, la capitale internationale ; seule une lutte acharnée et persistante contribuera à lui arracher de meilleures conditions de vie. Joignez donc les rangs du Parti et les syndicats et par notre lutte acharnée, nous finirons par remporter la victoire."

Après l’annulation de la grève, la police d’Ivanovo s’est nettement rassuré. Les Cosaques se mirent à arpenter les rues de plus en plus fréquemment et notre travail devint infiniment plus dur. Les choses sont devenues particulièrement difficiles pour nous les professionnels. Nous n’avons rien pu faire à cause de la vigilance de la police. C’est pourquoi, fin juin, j’ai quitté Ivanovo et me suis de nouveau tourné vers Moscou.

XIII. L’"Okroujka"

En août 1907, une conférence régionale du Parti se tint à Moscou, au cours de laquelle des rapports furent entendus par des représentants de divers districts. La somme et la substance de tous les rapports étaient qu’il y avait une stagnation marquée dans toutes les organisations de la région industrielle centrale. C’était le résultat des mesures répressives du gouvernement qui contraignirent une fois de plus notre Parti à connaître les rigueurs du travail clandestin. C’était aussi le résultat de l’apathie et du sentiment de déception parmi les ouvriers du Parti et les masses ouvrières en raison du ralentissement temporaire du processus révolutionnaire.

L’un des points à l’ordre du jour de cette conférence était la question des syndicats, et il est caractéristique que l’idée que les syndicats deviennent des organisations illégales du Parti ait trouvé un soutien. Après un long débat, il a été convenu à une majorité étroite que les syndicats soient construits sur une base illégale et sous le contrôle du Parti. Le fait qu’une telle décision ait été prise s’explique par la défaite des grèves du textile et les espoirs exagérés que le Parti avait placés dans les syndicats. Et parce que la grève s’est avérée trop pour ces syndicats, la conclusion a été tirée que les syndicats doivent être soumis au Parti à un point tel qu’ils deviennent des organisations du Parti. Cette idée a été défendue par le camarade Lyadov. Il s’est longuement exprimé sur ce sujet lors de la conférence.

Après la conférence, j’ai été envoyé travailler avec le Comité régional de Moscou - à l’« okruzhka » comme on l’appelait en abrégé. Le Comité régional de Moscou a été élu lors de la conférence et se composait d’un groupe de représentants du centre et d’un représentant de chaque localité. Chaque fois que je pense aux membres du Comité régional, la vision d’un groupe de camarades, aujourd’hui décédé, apparaît devant mes yeux. L’un des membres du Comité régional était Concordia Samoilova. "Natasha" comme nous l’appelions. Elle est morte il n’y a pas longtemps. Révolutionnaire passionnée, Natasha prononce un jour des discours militants lors d’une réunion de masse dans les bois de Mitishchi, ensuite elle convoque une réunion d’organisation à Golutvino, le lendemain elle s’assoit en conférence avec les représentants des travaux de Kolomna, de là elle se rend à Shchelkovo, Kuntsevo, Pouchkino ;partout on l’attend avec impatience, partout elle réveille des pensées endormies, attise une volonté lasse, lie les masses prolétariennes éparses de la banlieue moscovite qui se remettent peu à peu de la défaite de 1905, avec des liens organisationnels forts. Après avoir fait sa tournée, Natasha affamée et fatiguée revient à Moscou, et ses rapports aux réunions respirent la vie, le cœur même, des masses laborieuses.

Je me souviens d’un autre camarade qui travaillait avec nous au Comité régional, l’organisateur responsable d’Orekhovo-Zuevo, notre plus grand district de l’« okruzhka », le camarade Valentin. Il était le fils d’un paysan pauvre et avait été instituteur de village à Podolsk dans la province de Moscou. Il a commencé ses activités révolutionnaires dans le Parti en 1903, alors qu’il était encore étudiant au séminaire des professeurs Polivanov. En 1906, il a été arrêté pour la première fois dans une gare de banlieue de Moscou pour transport de littérature illégale et a été condamné à une peine de prison. Après avoir purgé sa peine, il a commencé à travailler illégalement. En 1907, il fut de nouveau arrêté : en 1908, il s’évada de prison et travailla d’abord dans notre "okruzhka", plus tard à Ivanovo-Voznessensk et ensuite à Bakou. En 1909,Le camarade Valentin a été arrêté une troisième fois lors d’une réunion du Comité de Moscou et a été l’un des accusés dans la célèbre affaire des « trente-cinq » déclenchée par la gendarmerie de Moscou. Après deux ans et demi de détention provisoire, il a été condamné à quatre ans de travaux forcés à la prison Butirsky de Moscou.

Il employa avec profit ces six ans et demi d’emprisonnement à de dures études, et lorsqu’il fut libéré de prison et déporté à Irkoutsk en 1915, il était non seulement très au fait de la théorie marxiste, mais il maîtrisait également quatre langues : l’allemand, Français, anglais et italien. Il était à Irkoutsk en 1917 lorsque la Révolution de Février éclata et il put à nouveau se consacrer corps et âme au travail du Parti. En août 1918, alors que le gouvernement soviétique de Tchita était encerclé par les Tchèques et les gardes blancs du côté d’Irkoutsk, par les Japonais et Koltchak à Vladivostok, et par Semyenov en Mandchourie, le camarade Valentin organisa un groupe de cinq pour liquider le soviet sans pertes sérieuses. et pour couvrir la retraite de la clandestinité du Parti. Ayant accompli son objectif, il se déplaça le long du fleuve Amour jusqu’à Khabarovsk.Là, il a vécu illégalement et s’est installé comme enseignant dans l’un des villages. Il a établi des contacts avec le Bureau central des syndicats à Khabarovsk qui publiait un document légal. Pour ce journal, il a écrit une série d’articles satiriques sous le titre « Une lettre à ma tante », dans lesquels il a ridiculisé l’amiral Koltchak et Ataman Semyenov.

Le journal, bien sûr, a été fermé, mais un défi ouvert avait été lancé contre la réaction et était très important. Plus tard, le camarade Valentin a rassemblé les forces du Parti brisées et dispersées de Vladivostok, Blagoveshchensk, Verkhneudinsk et Irkoutsk.

Puis, la guérilla contre les Blancs et les interventionnistes a commencé. Ne voulant pas laisser les partisans sans direction idéologique, le camarade Valentin participa à la création d’une imprimerie secrète et publia des tracts. Ce travail a été interrompu par son arrestation par la police secrète de Koltchak le 8 mai 1919. Des camarades ont tenté d’organiser son évasion, mais ils ont été trahis et le plan a échoué. Semyenov envoya ses hommes emmener Valentin dans la chambre de torture près de Tchita. Ce qui s’est passé là-bas est inconnu. Ceux qui sont entrés dans cette chambre de torture n’en sont jamais revenus. On ne sait pas si Valentin a été abattu ou lentement torturé à mort. Seulement ce qui est certain, c’est que lorsque les partisans prirent Makéevo, ils trouvèrent d’horribles instruments de torture, et les habitants du quartier racontent que c’était rarement que quelqu’un était fusillé,que la plupart des prisonniers étaient lentement torturés à mort.

Un troisième membre de l’« okruzhka » était Arcady Samoilov, mari de Natasha, propagandiste responsable, conférencier et rédacteur en chef de notre journal, The Struggle. Je le connaissais depuis 1899, quand je l’ai rencontré. dans l’organisation de Kharkov. Il mourut à Astrakhan en 1919. Il avait été envoyé de Saint-Pétersbourg pour poursuivre un travail politique dans les industries de la pêche arriérées d’Astrakhan où sévissaient des épidémies de typhus et de dysenterie.

Ensuite, il y avait le très jeune membre de notre comité, l’organisateur du district de Kolomna, Alexander. Je n’ai jamais découvert son nom de famille, tout comme je n’ai jamais su d’où il venait ni quel était son métier. Je me souviens seulement que c’était un ardent révolutionnaire, dévoué à la cause avec altruisme, qu’il travaillait sans répit, que par le temps le plus maussade, vêtu d’un vieux manteau patiné, il voyageait sur les chemins de fer de Moscou, même pas en troisième classe, mais par wagon de marchandises parce que c’était moins cher et moins visible. Alexandre était plutôt frêle, il toussait souvent aux réunions du comité, et lorsque le printemps approchait, son visage s’emplissait d’une rougeur malsaine. Le médecin qui l’examina déclara qu’il était atteint de tuberculose et que la Crimée était le seul endroit où il pouvait se rétablir.

Je me souviens des difficultés que nous avons eues pour réunir l’argent nécessaire au voyage. Mais en chemin, ou peu après son arrivée, il mourut d’une hémorragie.

Alexandre était l’un de ces héros inconnus qui ont donné sa vie pour la révolution même lorsque la marée révolutionnaire était au plus bas.

Et il y avait beaucoup d’autres camarades dont les visages se dressaient clairement devant moi.

Comme il était impossible, pour des raisons de secret, d’avoir quoi que ce soit d’appareil du Parti dans les campagnes, tous les secrétaires de district se trouvaient à Moscou. Chaque secrétaire devait fournir de la documentation pour son district, collecter et comptabiliser les cotisations des membres, fournir des logements à tous ses employés de district qui venaient à Moscou pour assister aux réunions, informer régulièrement ses représentants de district de la date des réunions, etc.

Dès que j’ai rejoint l’« okruzhka », je suis devenu secrétaire du comité. Un appareil au sens actuel du mot ne saurait naturellement exister ni au centre ni dans les campagnes. Vers la fin de 1907, notre Parti était de nouveau dans la clandestinité : tout le secrétariat régional se composait de moi-même et de trois assistants prêts, jour et nuit, à risquer tous les dangers pour être au service du Comité régional. Il y avait les deux Elena : Big Elena et la petite Elena et un jeune nommé Faddey Meshkofsky qui a ensuite été arrêté en lien avec une imprimerie secrète et exilé en Sibérie.

Le vrai nom de Big Elena était Maria Dracheva, infirmière de profession. Bien que Maria ait été répertoriée parmi les personnes décédées dans le district de Presnya à Moscou en 1905, elle était vivante et florissante en 1907 et était en plus une excellente assistante. Avant décembre 1905, la camarade Dracheva travaillait dans une imprimerie secrète à Presnya qui fut détruite par le régiment Semyenov pendant les jours du soulèvement. Certains des camarades ont été tués, mais Dracheva avait été envoyée en ville pour affaires du Parti et n’était pas sur les lieux lors de ces événements tragiques.

La petite Elena était l’étudiante, Elena Nomas.

Les deux Elena avaient l’air extrêmement respectables, et personne n’aurait imaginé qu’elles étaient révolutionnaires. C’était exactement le genre de personnes dont notre organisation avait besoin. Le travail devenait de plus en plus difficile, la réaction s’intensifiait et les possibilités de poursuivre notre travail diminuaient régulièrement. Notre "secrétariat" improvisé était, si l’on peut utiliser le terme, extra-territorial - il n’avait pas de locaux permanents pour son travail. À un moment donné, notre siège se trouvait dans la librairie d’Ivanov près de la place Kudrinsky. Le vieux Ivanov venait souvent au secours du Comité régional, raison pour laquelle son magasin fut fermé par la police et ; lui et sa famille ont été arrêtés.

L’appartement où les membres du Parti pouvaient se rendre et obtenir, en donnant le mot de passe correct, l’adresse du siège, où le secrétaire pouvait être vu ce jour-là, était plus ou moins permanent ; mais l’endroit où se trouvait le secrétaire changeait tous les jours. Ainsi, nous avions besoin de sept appartements différents par semaine pour notre quartier général où les camarades pouvaient se rencontrer et discuter des problèmes qui se posaient en rapport avec leur travail. De plus, deux fois par mois, nous avions besoin d’un endroit sûr pour tenir nos réunions de comité. En 1907-08, la question des locaux était plus aiguë qu’à aucun autre moment. Les sympathisants cessèrent tout à fait de sympathiser, car nous étions définitivement passés de mode. Les problèmes philosophiques et autres, en particulier le problème sexuel étaient devenus à la mode et ils n’avaient pas de temps pour nous. En effet,La question des locaux est devenue si aiguë que non seulement nous n’avions aucun endroit où nous réunir, mais nous, les révolutionnaires professionnels, n’avions pas d’endroit où vivre.

J’ai trouvé refuge dans une pièce derrière le poêle avec la famille d’un portier qui travaillait au club allemand. L’homme était un ivrogne terrible, mais sa femme et ses deux filles étaient les nôtres. Ils savaient que je travaillais illégalement et que je ne m’appelais pas Olga Petrovna, mais ils le cachaient aux voisins et au père ivre qui faisait une dispute tous les soirs et ne laissait personne de repos. Natasha était littéralement sans abri pendant un temps considérable et devait partir à la recherche d’un endroit où dormir chaque nuit. Et parfois, elle n’avait absolument nulle part où aller. Par mesure de sécurité, Natasha et moi nous sommes arrangés pour rester éloignés l’un de l’autre, même si ce n’était pas facile car nous étions les amis les plus intimes jusqu’à sa mort.

A midi un soir, cependant, elle vint chez moi et me dit qu’elle avait été forcée de rompre notre accord, car, ayant visité les maisons de trois sympathisants pour demander à rester, elle s’était heurtée à un refus poli à tous et s’est retrouvée à la rue. Cette nuit-là, nous avons tous les deux très peu dormi, mais nous avons beaucoup plaisanté aux dépens des sympathisants et à nos dépens. Il n’y avait rien d’autre à faire, car il nous était impossible à tous les deux de dormir sur cet étroit berceau cassé.

J’avais trois appartements que je pouvais utiliser pour notre travail quotidien et pour les réunions chaque fois que cela était opportun du point de vue du secret, et les locataires de ces appartements ne se sont jamais opposés à ce que nous les utilisions. La première d’entre elles était celle de Sophia Bobrovskaya, la seconde celle de l’avocat Vladimir Trudchinsky et la troisième, celle de feu Sergey Veidrikh qui vivait avec sa mère Alissa Veidrikh, qui était également une sympathisante. Mais tous ces appartements étaient connus de la police depuis 1905, et c’est pourquoi nous devions être très prudents lors de leur utilisation.

Les quartiers très dispersés de l’« okruzhka » réclamaient de nombreux ouvriers du Parti, mais tout ce que nous avions pouvait se compter sur les doigts d’une main, pour ainsi dire. La baisse du nombre de membres du Parti commençait à prendre des proportions menaçantes. A presque toutes les réunions du Parti se poserait le problème insoluble de la manière dont nous devions desservir les districts. Comment pouvions-nous, une simple poignée d’ouvriers, couvrir toutes les grandes et petites entreprises de notre région ? La propagande orale et l’agitation à grande échelle étaient hors de question. La seule forme possible d’agitation et de propagande qui nous restait était l’imprimé. C’est pourquoi le Comité régional, qui était considérablement plus faible que le Comité de Moscou, avait son propre document, alors que ce dernier n’en avait pas.

Lorsque j’ai commencé à travailler comme secrétaire de l’« okruzhka », mon premier problème a été de rétablir l’imprimerie secrète qui avait connu le malheur peu de temps avant mon arrivée, après avoir imprimé cinq numéros de La Lutte . Par quel miracle les camarades qui travaillaient à l’imprimerie ont échappé à l’arrestation et à l’emprisonnement reste un mystère pour moi, mais la machine et le type ont été perdus. Les camarades Tsirul étaient le "technicien" en chef comme nous appelions le camarade qui organisait la partie technique de l’affaire. Il y avait aussi un vieux camarade éprouvé, Nikolai Kudriashev, qui travaillait dans l’imprimerie. Tsirul habitait à Zatsepka, mais je ne peux pas dire si l’imprimerie s’y trouvait également.

En septembre parut le sixième numéro de The Struggle contenant l’éditorial suivant :

« Camarades, les serviteurs du tsar ont fait une descente dans notre imprimerie pendant la production du sixième numéro. Ils se sont réjouis du fait que ce journal détesté ait cessé d’exister. Le général Reinbot était ravi et a bien récompensé ses fidèles espions, détectives et provocateurs. Les camarades qui travaillaient dans l’imprimerie ont réussi à s’échapper, mais la machine et le type que nous avions acquis avec l’argent durement gagné par les ouvriers sont tombés entre les mains de nos ennemis.Néanmoins, nous avons réussi à établir une autre imprimerie, La Lutte , une fois de plus la voix libre du Parti ouvrier trouve son expression dans ses pages." En septembre, nous avons réussi à publier deux numéros, le sixième et le septième.

Nous avons géré cette imprimerie à grande échelle. Nous étions obligés d’employer six ou huit professionnels dont le technicien responsable. Nous avons payé un loyer élevé pour un appartement spécial, en plus de dépenser de grosses sommes en papier pour notre impression.

Bien sûr, nous avons reçu une somme d’argent considérable qui a été collectée auprès des travailleurs, mais cela n’a pas suffi. Puis le comité des finances est venu à notre secours, et il y avait un certain nombre d’intellectuels grincheux qui, bien qu’ils aient cessé de croire à la révolution après les événements de 1905, ont néanmoins continué à donner des fonds pour l’entretien de notre journal. Le comité des finances était composé en grande partie d’épouses d’ingénieurs, d’avocats, de médecins, et il y avait même l’épouse d’un fabricant de caoutchouc dans ce comité. Il n’y avait que trois de nos membres au comité, Anna, Armond et Claudia. Étant la fille d’un fabricant et la veuve d’un ingénieur, Anna avait de l’argent et a contribué aux fonds du Parti à de nombreuses reprises, en plus d’aider d’autres manières. Claudia a rejoint le Parti avant 1905.Au début, elle travailla au comité des finances de l’« okruzhka » de Moscou, mais devint plus tard une travailleuse plus active dans l’organisation du Parti. Enseignante, Claudia profitait pleinement de sa situation juridique et mettait souvent son petit appartement de l’école de théologie Filaretovsky à Moscou à la disposition de camarades illégaux qui recevaient non seulement un abri, mais la plus attentionnée. Lorsque l’imprimerie secrète était menacée, le seul endroit sûr pour cacher l’énorme panier contenant la machine, les caractères, le papier, etc., était le petit appartement de l’école Filaretovsky. Dans de tels moments, Claudia, extrêmement modeste, presque timide, faisait preuve d’une grande maîtrise de soi, d’une audace et d’une débrouillardise. Avec son air de Filaretov (comme diraient les camarades en plaisantant), Claudia était indispensable pour transporter des paquets de tracts dans un endroit dangereux,pour avoir averti des travailleurs actifs que l’arrestation était menacée, pour être entré en contact avec des détenus qui disposaient des adresses nécessaires pour rétablir l’organisation lorsqu’elle a été démantelée par la police, etc.

Elle était la fille d’un boulanger de pain consacré et a en fait été élevée dans cette même école Filaretovsky. Aussi connaissait-elle intimement la vie du clergé et haïssait-elle de tout son cœur tout ce qui était clérical ; mais elle continua à travailler à l’école dans le seul but d’utiliser le lieu aux fins du Parti car personne ne soupçonnerait jamais un lieu aussi saint d’être un foyer de sédition.

Le comité des finances organisait souvent des fonctions telles que des soirées sociales, des concerts, des loteries, etc. pour collecter des fonds. Mais ces affaires ont toujours abouti à un déficit. Ces circonstances n’embarrassèrent pas du tout nos patronnes. Non seulement ils couvraient le déficit de leur poche, mais ils en ajoutaient souvent un peu plus, car ils pensaient que ce serait gênant qu’après avoir fait tant de bruit sur leurs affaires, ils ne contribuent rien à l’organisation. Je me souviens d’une riche femme d’industriel qui payait soixante roubles par mois pour l’entretien de l’imprimerie et, dans les occasions spéciales, elle en donnait davantage. L’une des conditions pour obtenir cet argent, était que je devais y aller personnellement. Ce devoir était très éprouvant pour moi parce que la dame vivait dans un appartement extrêmement cher. A la porte se tenait un valet pompeux,à l’étage, il y avait une femme de chambre amidonnée qui enleva avec dégoût mon manteau minable et usé par les intempéries. Puis je dus traverser la moquette douce pour entrer dans un salon luxueux. Dans quelques minutes le bruissement des jupes de soie annoncerait la maîtresse qui commencerait à m’interroger sur les affaires du Parti en général et notre « okruzhka » en particulier. Chaque fois qu’elle me posait ces questions, j’avais envie de lui demander : « Quelles sont vos affaires ? » Mais je me suis retenu, car je ne pouvais pas priver l’organisation d’une si bonne source de soutien financier. Pourtant, un beau jour, en 1908, je crois, ma fabrique de caoutchouc m’annonça qu’elle était déçue de notre organisation, qu’elle s’occupait d’études de philosophie, qu’elle ne croyait plus au matérialisme historique mais s’était tournée vers l’empiriocritique ou quelque chose du genre,et compte tenu de toutes choses, elle ne pouvait plus soutenir notre imprimerie bolchevique. Cela m’a finalement convaincu que nous étions complètement passés de mode, que nous devions maintenant compter sur nos propres ressources en ce qui concerne les fonds.

A ce moment-là, j’ai vivement ressenti le manque des soixante roubles qu’elle utilisait pour faire face aux dépenses de notre imprimerie. Je devais obtenir de l’argent à tout prix. Heureusement Vladimir Bobrovsky, qui par un truc avait obtenu un travail de vétérinaire dans l’abattoir de la ville, a reçu cent roubles pour son travail que j’ai immédiatement "emprunté" et suis sorti de ma dose.

Vers la fin de 1907, le Comité central de notre Parti convoqua une conférence panrusse à Helsingfors, en Finlande, pour discuter de nos tactiques lors des prochaines élections à la Troisième Douma d’État. L’opinion de beaucoup de camarades à Moscou et dans l’« okruzhka » était que nous devions boycotter la Troisième Douma d’État, et les organes centraux du Parti ont dû déployer beaucoup d’efforts pour les convaincre de la nécessité de participer à les élections. Mais tandis que cette ambiance de boycott prévalait, nos camarades locaux montraient peu d’intérêt pour la Conférence. Lorsque l’« okruzhka » a dû élire des délégués à cette conférence, aucun de nous n’a voulu y aller. Lors de l’assemblée générale du Comité régional, camarade après camarade, a été nommé délégué mais chacun a refusé à son tour.Enfin, seuls deux d’entre nous sont restés sur la liste - soit Natasha, soit je dois y aller. Comme Natasha refusa catégoriquement, il m’incomba d’y aller.

Tout un groupe de délégués de la région de Moscou est parti pour Helsingfors. Un délégué de l’Oural, le camarade Nazar, nous accompagnait. Ce petit camarade roux et dodu, avec son esprit vif, nous a fait rire depuis Moscou. A Saint-Pétersbourg, nous avons obtenu les adresses requises et sommes passés par Belo-ostrov à Teriyokki. A Koukala, près de Teriyokki, vivaient Lénine et tous les membres d’outre-mer de notre Comité central. Quand j’ai rencontré Lénine et Nadejda Constantinovna, il m’a semblé qu’ils n’avaient pas changé le moins du monde, surtout Nadejda Constantinovna. Elle portait, me semble-t-il, le même chemisier gris qu’elle avait porté à Genève en 1903. Mais nous avions tous l’impression que Lénine était accablé par une inquiétude qu’il était apparemment réticent à révéler aux ouvriers du quartier.

Si je me souviens bien, le secrétaire du Comité central à cette époque était Teodorovitch, qui vivait à Saint-Pétersbourg. L’appareil technique du Comité central était à Teriyokki. Notre organe central Prolétaire y était également imprimé ; il a été emmené en Russie par deux camarades, "L’Abeille" et "Misha avec le parapluie" - le camarade Weinstein.

A Teriyokki, une réunion préliminaire de la délégation bolchevique a eu lieu à laquelle Lénine était présent. Outre Teodorovitch, il y avait Poletayev et Michael Tomsky de Saint-Pétersbourg, Tyszko, Warski et Dzerzhinsky de Pologne et Danishevsky de Lettonie. Sont également présents MN Pokrovsky, AA Bogdanov et le professeur Rozhkov qui était alors bolchevik, le camarade Goldenburg et le camarade Knunyanis, qui venait de s’évader de l’exil. Il fut condamné à l’exil pour ses liens avec le premier soviet des députés ouvriers de Saint-Pétersbourg en 1905. Le principal sujet de discussion lors de la réunion était les relations entre la fraction Douma et le Comité central du Parti a. Les mencheviks soutenaient que les députés social-démocrates à la Douma devaient agir indépendamment du Comité central du Parti.Nous étions fermement convaincus que la fraction Douma devait se soumettre aux instructions du Comité central. Nous avons donc dû mobiliser toutes nos forces pour faire adopter notre point de vue à la Conférence.

Le lendemain, nous partîmes pour Helsingfors en petits groupes. La belle ville de granit avec ses rues m’a fait une impression très agréable, mais cette belle ville ne nous a pas du tout accueillis avec hospitalité. Nous étions obligés de vivre presque dans l’illégalité et notre conférence se tenait dans des locaux si humides et sombres qu’ils s’harmonisaient parfaitement avec la monotonie de la conférence elle-même. Il m’a semblé que seuls les dirigeants mencheviks et Bund (Martov, Dan, Lieber et consorts) pouvaient s’inspirer de cette conférence. Chkheidze a prononcé des discours particulièrement enflammés. Tous leurs arguments semblaient se résumer à ceci : "Peu importe le nombre de résolutions que vous passez sur les instructions du Comité central, sur sa direction de la fraction, nous, la fraction Douma, sommes nos propres maîtres... C’est notre temps, le temps pour une action parlementaire progressive,et non pour votre révolution."

Pendant toute la conférence, Lénine s’ennuyait visiblement. Et nous, les travailleurs du district, n’avons pas été désolés lorsque la conférence s’est terminée. Nous étions très impatients de reprendre notre travail local qui, sans être remarquablement coloré à ce moment-là, était néanmoins moins fastidieux que la conférence.

Pendant l’entracte entre les séances, notre foule s’est rassemblée dans un coin obscur et a mené une joyeuse conversation. J’étais malade à ce moment-là et j’avais une mauvaise toux. Vladimir Ilitch Lénine s’est approché de moi et m’a dit : « Vous avez une mauvaise toux, vous devriez aller à l’étranger pour vous en débarrasser. Et quand j’ai répondu qu’il y avait à Moscou une pénurie d’ouvriers si effroyable qu’il me serait impossible de partir, Lénine a répondu en plaisantant : « Vous mourrez comme un oiseau sur une brindille en hiver.

Outre la question de la tactique de la fraction Douma, la conférence a également discuté si les sociaux-démocrates devaient écrire pour la presse bourgeoise. Une résolution libérale a été adoptée selon laquelle s’il n’était pas permis d’écrire pour des journaux bourgeois, il était permis d’écrire pour des magazines bourgeois, ou quelque chose comme ça.

La conférence a duré plusieurs jours pendant lesquels nous avons trouvé refuge chez un social-démocrate finlandais dont l’appartement et l’occupation étaient loin d’être prolétaires. Ce Finlandais tenait un magasin de vin, une circonstance qui nous a choqués au-delà de toute idée.

Nous sommes rentrés de la conférence avec une grande prudence individuellement, mais nous sommes tous passés sains et saufs au-delà de la frontière.

Je n’ai pu faire mon rapport sur cette conférence qu’à l’assemblée générale du Comité régional. Notre premier plan selon lequel j’allais de district en district pour faire le rapport ne s’est pas concrétisé.

Les derniers mois de 1907 et jusqu’au printemps 1908, le travail dans l’« okruzhka » était plus dur que partout ailleurs. Il y avait une stagnation dans les quartiers ; le travail à Orekhovo-Zuevo, Kolomna et Pushkino a à peine rampé, et Serpoukhov était un espoir perdu. Là, la police était extrêmement active ; dès qu’un de nos camarades s’y rendait, il était immédiatement arrêté. Pendant ce temps, il était très difficile d’empêcher les quartiers de s’effondrer. Les choses se sont un peu améliorées avec l’arrivée du beau temps où nous avons pu tenir des réunions dans les bois.

En juin 1908, nous organisâmes une conférence régionale au cours de laquelle nous devions réélire le comité régional. Nous devions tenir la conférence dans les bois non loin d’Obiralovka, sur le chemin de fer de Nijnenovgorod. Cette station avait des associations désagréables pour moi - j’y avais été arrêté au cours de l’été 1905 et j’étais destiné à rencontrer une autre expérience désagréable à cet endroit de mauvais augure. Nous nous sommes réunis tôt le matin et vers quatre heures nous avions presque terminé notre agenda. Assis sur un monticule, je prenais des notes minutieuses des discours et des décisions, quand soudain l’alarme a été donnée par notre patrouille - quelqu’un a crié "Cosaques". Tout le monde s’est dispersé dans toutes les directions. Pendant la confusion, je suis tombé dans une flaque d’eau et je me suis présenté à l’une des gares de la banlieue de Moscou en ce beau jour de juin dans ma robe légère jusqu’aux genoux dans la boue.Bien que je savais que mon apparence attirerait l’attention à la gare, je ne pouvais me résoudre à rester dans les bois jusqu’au soir. J’avais peur que ce qui s’était passé à Ivanovo ne se reproduise. J’ai préféré être arrêté à la gare plutôt qu’être battu dans les bois. Mais je n’ai pas été arrêté dans cette gare de banlieue. La police me surveillait, semble-t-il, et m’a permis d’aller à Moscou, et là j’ai été arrêté. Quand j’ai été emmené à la préfecture de police, j’ai trouvé sept de nos camarades déjà là. On faisait semblant de ne pas se connaître. Sur les quarante qui ont assisté à notre conférence, huit seulement ont été arrêtés. Nous étions les moins agiles, les camarades les plus longs et les plus fugaces réussissaient à s’enfuir.J’avais peur que ce qui s’était passé à Ivanovo ne se reproduise. J’ai préféré être arrêté à la gare plutôt qu’être battu dans les bois. Mais je n’ai pas été arrêté dans cette gare de banlieue. La police me surveillait, semble-t-il, et m’a permis d’aller à Moscou, et là j’ai été arrêté. Quand j’ai été emmené à la préfecture de police, j’ai trouvé sept de nos camarades déjà là. On faisait semblant de ne pas se connaître. Sur les quarante qui ont assisté à notre conférence, huit seulement ont été arrêtés. Nous étions les moins agiles, les camarades les plus longs et les plus fugaces réussissaient à s’enfuir.J’avais peur que ce qui s’était passé à Ivanovo ne se reproduise. J’ai préféré être arrêté à la gare plutôt qu’être battu dans les bois. Mais je n’ai pas été arrêté dans cette gare de banlieue. La police me surveillait, semble-t-il, et m’a permis d’aller à Moscou, et là j’ai été arrêté. Quand j’ai été emmené à la préfecture de police, j’ai trouvé sept de nos camarades déjà là. On faisait semblant de ne pas se connaître. Sur les quarante qui ont assisté à notre conférence, huit seulement ont été arrêtés. Nous étions les moins agiles, les camarades les plus longs et les plus fugaces réussissaient à s’enfuir.Quand j’ai été emmené à la préfecture de police, j’ai trouvé sept de nos camarades déjà là. On faisait semblant de ne pas se connaître. Sur les quarante qui ont assisté à notre conférence, huit seulement ont été arrêtés. Nous étions les moins agiles, les camarades les plus longs et les plus fugaces réussissaient à s’enfuir.Quand j’ai été emmené à la préfecture de police, j’ai trouvé sept de nos camarades déjà là. On faisait semblant de ne pas se connaître. Sur les quarante qui ont assisté à notre conférence, huit seulement ont été arrêtés. Nous étions les moins agiles, les camarades les plus longs et les plus fugaces réussissaient à s’enfuir.

C’est ainsi que mon travail dans l’« okruzhka » de l’été 1908 se termina comme d’habitude - par une arrestation.

XIV. La suite

QUAND j’ai été arrêté, j’ai donné le nom sur le passeport par lequel j’étais enregistré : Lydia Nikitina, la fille d’un fonctionnaire de Kaluga. J’ai dit que je donnais des cours particuliers, que j’étais parti pour une journée de sortie à la campagne et que je ne connaissais rien à une "okruzhka". Sur quoi le capitaine répondit que j’étais l’« illégal » Olga Petrovna, secrétaire du comité régional, qu’une conférence s’était tenue dans les bois dont j’avais pris le procès-verbal. Heureusement, j’avais réussi à détruire mes notes du procès-verbal, sinon j’aurais été instantanément inculpé en vertu de l’article 102 du Code pénal.

La connaissance exacte par le capitaine de ce qui s’est passé m’a perturbé et m’a fait soupçonner une provocation. Car la police connaissait même le mot de passe de notre conférence. Un seul de nos membres aurait pu le trahir à la police, mais qui c’était reste un mystère pour moi.

Je ne suis restée qu’une semaine en tant que Lydia Nikitina ; puis on m’a de nouveau examiné et on m’a montré ma photographie signée Zelikson et un volumineux dossier contenant l’enregistrement de mes anciens péchés.

Assez curieusement, alors que je parcourais récemment mon dossier "personnel" dans les archives de l’ancienne police secrète de Moscou, j’ai découvert un document épinglé aux autres papiers - une déclaration d’un certain habitant de Kalouga selon laquelle aucune Lydia Nikitina n’avait jamais vécu dans son loger ; il y avait aussi une correspondance entre Kalouga et Moscou au sujet d’un raid au domicile de ce malheureux habitant de Kalouga. La vérité est qu’à mon premier examen, lorsqu’on m’a demandé où j’habitais à Kaluga (je n’y étais jamais allé de ma vie), j’avais donné le prénom qui me venait à l’esprit et, malheureusement, il se trouvait un homme de ce nom à Kaluga, et il a été soumis à beaucoup de désagréments à cause de moi.

Comme ni moi ni les autres camarades arrêtés n’avions de documents compromettants sur notre personne, aucune accusation définitive ne pouvait être retenue contre nous et nous étions passibles d’une peine sommaire. Cette fois, j’ai été détenu pendant trois mois. Au début, avant qu’ils sachent qui j’étais, j’ai été envoyé au quartier général de la police secrète. Dans le couloir étroit près de ma cellule se trouvaient deux énormes boîtes remplies de notre journal, Prolétaire. J’avais vu des boîtes similaires à Teriyokki. Très probablement, un envoi entier de notre papier avait été saisi. Au cours de mon exercice quotidien, j’ai ressenti un pincement au cœur en passant devant ces boîtes de notre splendide journal qui se trouvaient dans le couloir crasseux de la préfecture de police.

Une fois, de manière assez inattendue et à ma grande joie, Sophia Bobrovskaya est venue me voir. Son âge, et son passeport qui indiquait qu’elle était veuve d’un conseiller d’État, ont dûment impressionné les agents pénitentiaires qui lui ont permis de me voir dès qu’elle a déclaré que moi, Lydia Nikitina, j’étais sa nièce.

Il y avait une scène amusante. La porte de ma cellule s’ouvrit et entra ma belle-mère m’appelant sa chère Lydochka, suivie d’un policier portant solennellement ses caoutchoucs qu’elle avait enlevés dans le couloir. Cette courtoisie n’était due qu’à son rang élevé.

La visite de Sophia Bobrovskaya chez moi en tant que nièce Lydia ne l’a cependant pas empêchée de venir une semaine plus tard, alors que tout sur moi était déjà connu, et de demander à voir Zelikson, sa belle-fille.

Au bout d’un moment, j’ai été transféré au département de Sushchevka et je me suis retrouvé de manière inattendue dans la même cellule que mon ancienne assistante, la grande Elena, qui avait été arrêtée avec la petite Elena quelque temps avant moi. Une note signée "Olga" a été trouvée en sa possession, et la police s’est creusée la tête pour découvrir qui était cette "Olga". Et pourtant, même quand ils m’avaient entre les mains, ils ne pouvaient pas lier deux et deux ensemble. La grande Elena, la camarade Dracheva, venait de rentrer d’un examen et s’exclama : « Oh, ces affreuses nuisances, comme elles me harcèlent à propos de cette Olga ! Comme je voudrais leur dire que cette même Olga est juste sous leur nez ! »

Les prisons de 1908 étaient quelque peu différentes de ce qu’elles étaient avant 1905. Un changement marqué s’était produit. Les prisons sont devenues plus démocratiques, si l’on peut ainsi l’exprimer. Toutes sortes de gens y étaient rassemblés.

A Sushchevka, d’ailleurs, bon nombre d’anarchistes appartenant à différents groupes ont été emprisonnés. Mais quel que soit le groupe auquel ils appartenaient, ils m’ont tous fait la même impression défavorable. Les conditions dans cette prison étaient tout à fait tolérables. La seule chose que nous ne pouvions pas faire était de prendre nos affaires et de rentrer chez nous. Tout le reste était autorisé. Le surintendant était une sorte de créature veule, son assistant, que nous surnommions "Nikolai le Second" était un ivrogne désespéré, et le troisième fonctionnaire nous appelions simplement Vadimka. Lorsque "Nikolai le Second" redevenait dégrisé après une période d’ivresse, il venait dans notre cellule pour une soupe chaude aux choux. Vadimka était un dandy avec une dent sucrée.Chaque fois qu’un prisonnier recevait une bouteille d’eau de Cologne de l’extérieur, Vadimka en renversait la moitié sur son uniforme et rendait en souriant l’autre moitié à la personne à qui elle était destinée, et s’il s’agissait d’une boîte de bonbons, Vadimka prendre la moitié pour lui-même et remettre l’autre à son propriétaire légitime. Naturellement, un tel comportement de la part des hauts fonctionnaires de la prison ne pouvait que les dégrader aux yeux des détenus et du personnel pénitentiaire subalterne.

Nous étions si libres en prison que nous détestions y rester. La vie était si ennuyeuse qu’un jour les prisonniers ont fait du bruit, brisé des vitres et insulté les fonctionnaires. Le résultat a été que nous avons été emmenés dans différentes prisons. Dracheva et moi avons été envoyés à la prison de Prechistenka qui ressemblait à un institut pour jeunes filles. Ici, c’était encore plus ennuyeux qu’à Sushchevka : à tel point qu’on n’avait même pas envie de casser des vitres. Mais je suis resté très peu de temps à Prechistenka. Bientôt, j’ai été informé que j’allais être exilé pendant quatre ans en Sibérie orientale. Cependant, en raison de ma maladie et des sollicitations de ma sœur, j’ai été examinée par une commission médicale et la peine a été modifiée en deux ans d’exil dans la province de Vologda.

J’ai voyagé à Vologda dans des circonstances assez inhabituelles. En raison de ma maladie, j’ai été autorisé à y aller à mes frais au lieu de voyager avec d’autres prisonniers par étape, à condition que j’emmène également deux détectives avec moi à mes propres frais. Ceux-ci devaient me garder tout le chemin et me livrer sain et sauf au gouverneur de Vologda. Tout le voyage m’a coûté trente roubles. Mes gardes, tout en se servant généreusement de la nourriture que Sophia Bobrovskaya avait envoyée, ont pris grand soin de moi. Le plus jeune et le plus simple courait dans toutes les stations pour me chercher de l’eau chaude et des petits pains frais, tandis que le plus âgé, qui portait un chapeau melon, me divertissait avec sa conversation et s’excusait constamment d’avoir consommé mes aliments. Après l’emprisonnement, quand tu te retrouves dans un train sachant que le lendemain tu marcheras sans encombre dans les rues d’une ville étrange,vous avez un désir incontrôlable de rire et de parler. Mon envie de parler était si grande que j’ai volontiers fait la conversation avec mes détectives.

Tôt le matin, nous arrivâmes à Vologda ; quand je suis arrivé à la gare, j’ai vu deux de mes anciens camarades se tenir là, Capitolina Rusanova et Constantin Popov, qui sont tous deux venus à ma rencontre. J’étais tellement ravi de les voir que pour le moment j’en oubliai mes escortes. La camarade Rusanova a pris mes affaires et a suggéré que je rentre chez moi avec elle, mais ici mes deux gardes sont intervenus, déclarant que je ne pouvais pas aller chez le gouverneur avant dix heures, et que jusqu’à ce que je le voie, j’étais considéré en état d’arrestation et je devais rester à la station. La camarade Rusanova a alors invité les détectives à m’accompagner chez elle où il faisait chaud et confortable alors qu’il faisait froid à la gare. Les détectives acceptèrent volontiers : nous embauchâmes deux izvozhchiks : Rusanova, Popov et moi-même entrâmes dans l’un, tandis que mes escortes montaient dans l’autre. Quand nous sommes arrivés à l’appartement du camarade Rusanova,les détectives, après avoir bu leur café, se réinstallèrent modestement dans le coin de la salle, tandis que nous entamions à table une vive conversation qui dura jusqu’à onze heures. Puis je suis parti avec mes deux gardes pour le bureau du gouverneur où ils m’ont remis et signé les papiers nécessaires. A partir de ce moment, j’étais libre.

Outre Popov et Rusanova, j’ai rencontré d’autres anciens camarades - BP Posern, le regretté com. Sammer, et 0. A. Varontsova. Notre groupe d’exilés a continué à faire un travail actif du Parti dans la ville ; en tout cas, Constantin Popov se consacra ardemment au travail dans les cercles des ouvriers employés dans les ateliers des chemins de fer.

Une fois, nous avons imprimé un manifeste sur un hectographe dans ma chambre que j’ai louée dans l’appartement du camarade Rusanovas. Mais je ne me souviens pas à quelle occasion il a été imprimé. En général, on pouvait très bien vivre et travailler à Vologda. Cependant, le gouverneur Khvostov n’avait pas l’intention de m’avoir dans la ville et m’a envoyé dans un district.

Quand je suis allé le voir pour demander à être autorisé à rester à Vologda, il m’a répondu : « J’ai quelque 3 000 exilés dans ma province : si je les laissais tous à Vologda, ils gâcheraient toute la ville. Je voulais lui dire que nous gâterions toute la province pour lui, mais je me suis abstenu.

Au moment de mon voyage dans le quartier, appelé Veliki Ustug, ma santé était si mauvaise que j’ai dû faire venir mon mari pour m’y emmener. Veliki Ustug est une splendide petite ville une fois qu’on s’y habitue. Mais quand vous êtes malade et secoué par un voyage de soixante verstes à cheval et en charrette à travers le gel hivernal et que vous arrivez avant l’aube, vous vous sentez un peu différent. Tout semble sombre et désolé. La première personne que j’ai rencontrée à Ustug était un médecin, la seconde un architecte, Vladimir Kuritsin. Parmi les exilés oustug se trouvaient deux groupes plutôt isolés : les sociaux-démocrates, dont la majorité étaient des bolcheviks, et un groupe de socialistes-révolutionnaires. Il y avait un troisième et plus nombreux groupe de paysans qui avaient été impliqués dans des troubles agraires, les soi-disant masses, qui étaient délibérément mélangés avec des éléments louches exilés par les communautés villageoises pour ivresse,vol de chevaux et actes similaires. Au total, il y avait environ trois cents paysans à Ustug.

Notre groupe bolchevique était de très bonne humeur. Nous avons passé beaucoup de temps à étudier la théorie marxienne, car les problèmes qui étaient à la mode à l’époque nous intéressaient peu : en tout cas, je me souviens que la conférence de Dmitri Pollan sur le problème du sexe ne nous intéressait pas du tout .

Parmi les exilés, je me souviens particulièrement d’un paysan ukrainien du nom de Nenadoshchuk, un grand moujik âgé coiffé d’un énorme bonnet de fourrure caucasien, exilé pour des troubles agraires, et qui avait le mal du pays affreux pour son village. Il venait souvent me voir avec des questions d’ordre religieux. Grâce à ce Nenadoshchuk, j’ai réussi à entrer en contact avec la masse des paysans exilés, ce qui s’est avéré très utile lorsqu’un nouvel officier de district, connu pour avoir organisé de nombreuses attaques contre les exilés dans d’autres districts, a commencé ses activités de provocation à Ustug.

Cet officier commença d’abord à envoyer ses inspecteurs dans la ville. Vous seriez assis dans votre chambre quand soudain, sans frapper ni avertir, une "figure en gris" surgirait à votre coude, resterait silencieuse une minute ou deux puis s’en irait. C’est un inspecteur qui est venu voir si vous étiez toujours là et si vous ne vous étiez pas échappé. Ces apparitions de la « figure en gris » déchirent même les plus calmes d’entre nous. Au bout de quelque temps, un bruit provocateur se répandit parmi les paysans que toutes les logeuses de la ville allaient refuser de louer leurs chambres aux exilés. Il a été question d’organiser une manifestation de protestation, et le jour était en fait fixé pour cela. On découvrit cependant que les rumeurs avaient été délibérément propagées par le quartier :officier afin de provoquer une manifestation de ce genre et il avait déjà posté sa police pour « pacifier la révolte », c’est-à-dire tabasser les exilés et obtenir une récompense de ses supérieurs. Grâce aux mesures opportunes prises par la section la plus expérimentée des camarades en exil, Ustug n’a assisté à aucune "manifestation" et à aucun passage à tabac.

Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de travailleurs à Ustug, il y avait une petite organisation locale du parti dans la ville. Il fut maintenu en vie par l’infatigable Kostya Kursin, dont j’appris qu’une partie considérable d’une imprimerie secrète qui fonctionnait peu de temps auparavant, était cachée dans la ville.

Comme il était extravagant d’installer une imprimerie secrète loin du Centre dans une petite ville reculée à soixante verstes de la gare, et parce que l’organisation locale était trop petite et n’avait pas les fonds suffisants pour la faire fonctionner, et en plus du fait que Kostya et moi étions de grands patriotes de la région industrielle de Moscou (Kostya avait travaillé à Kostroma et Yaroslavl), nous avons convenu d’emballer tous les accessoires typographiques et de les envoyer avec Vanya Shumilov, membre de l’organisation locale, à Moscou, à une adresse que je lui ai donné. Le pauvre Vanya Shumilov, qui faisait le voyage à Moscou pour la première fois de sa jeune vie, n’était pas peu inquiet avant son départ, mais il a rempli la mission de manière exemplaire, bien qu’il ait rencontré de nombreuses difficultés avec son fardeau particulier à Moscou .Quelque temps plus tard, plusieurs numéros du journalLa bannière ouvrière (Rabocheye Znamya) a été mise en place avec notre type Ustug (le journal a été publié par les comités régionaux de Moscou) et la vignette de ce journal - une usine avec des cheminées fumantes - a été réalisée par Kostya Kursin.

A Ustug, nous avions des possibilités illimitées de suivre notre presse du Parti. J’ai réussi à organiser la réception régulière d’exemplaires de notre dernière littérature publiée à l’étranger, et du ton joyeux de nos dirigeants nous avons essayé de nous persuader que les choses n’allaient pas si mal qu’elles ne l’étaient réellement.

À l’automne 1910, je terminai mon exil et me rendis à Moscou. Mais je n’étais pas sûr que la police me permette d’y vivre.

XV. À nouveau à Moscou

A mon retour d’exil, je ne trouvais ni Moscou ni les organisations régionales du Parti où aller. De la conversation que j’ai eue avec plusieurs camarades, j’ai compris que nous, les exilés, n’avions pas la moindre idée de ce qui était arrivé à notre appareil du Parti qui s’était effondré à la suite d’années d’oppression policière. Malgré les quelques étincelles d’enthousiasme éveillé parmi les ouvriers en 1910, il n’y avait pas de travail planifié ou centralisé du Parti à Moscou. Des groupes individuels se formèrent dans les districts et dans le centre qui tentèrent de rétablir les comités de district et de Moscou, mais ces groupes échouèrent invariablement, en particulier lorsqu’ils tentèrent de rétablir le comité de Moscou. Un travail plus ou moins systématique se faisait dans les syndicats de Moscou parce que nos gens faisaient partie du Bureau central. Camarade MIFrumkin qui vivait illégalement à Moscou, sous le nom de Rubin, travaillait très énergiquement dans les syndicats ; mais lui aussi fut bientôt arrêté. Peut-être que si j’étais allé dans les quartiers et que j’avais enfilé mon ancien harnais d’ouvrier de quartier professionnel, tout aurait semblé beaucoup plus brillant, mais je ne pouvais pas le faire à cause d’un handicap purement personnel, j’avais un nouveau-né sur les mains , un petit garçon malade, qui a injustement dû payer pour ma vie agitée.qui a injustement dû payer pour ma vie agitée.qui a injustement dû payer pour ma vie agitée.

Au cours de l’hiver 1911, Constantin Strievsky revint d’exil à Ustug. Nous avons réussi à lui trouver une place en tant qu’ouvrier à la station électrique "1886", dont le directeur était Gleb Krzhizhanovsky. Constantin fut d’abord abasourdi par l’état de notre organisation du Parti. Mais il n’a pas perdu courage et s’est occupé avec énergie de son travail à la fois à la station électrique et à l’extérieur. Il rassemblait les camarades dispersés dans les diverses entreprises et j’aidais à cette œuvre autant que mes circonstances difficiles me le permettaient. Olga Afanasyevna Varontsova et un vieux métallurgiste, Ivan Golubev, un de mes bons amis à l’époque de Bakou en 1904 et à Moscou en 1910-06, étaient également à Moscou. Ces deux camarades avec les camarades Arosev, Tikhomirov, l’imprimeur Borshchevski et Dugachev, formèrent un groupe pour ressusciter le Comité de Moscou.Mais vers la fin de 19122, alors que les choses allaient si bien qu’une conférence municipale fut convoquée pour élire le Comité de Moscou, tout le groupe fut arrêté.

À l’automne 1911, je suis allé à l’Université Shanyavsky où il n’était pas nécessaire de produire un diplôme ou un certificat de bonne conduite politique pour entrer. J’ai été amené à le faire par l’illusion que je pouvais systématiser les fragments de connaissances que j’avais acquis en étudiant pendant les interruptions involontaires de mon travail par les arrestations et l’emprisonnement. Je voulais tirer le meilleur parti de ma situation juridique afin d’obtenir une bonne éducation. D’autre part, l’Université Shanyavsky était un excellent endroit pour rencontrer des camarades. Mais cette illusion fut bientôt dissipée.

Les conférences de Kizevetter sur l’histoire de la Russie avaient un caractère purement bourgeois, l’économie politique enseignée par Manilov qui louait le génie des économistes bourgeois et jetait des pierres à Marx à chaque occasion, et les conférences de Visheslavtsev qui méprisait le matérialisme historique et nous offrait des ordures idéalistes... ce n’était pas pour nous, tout cela m’était étranger et ne faisait que m’irriter. Mais l’université avait ses mérites. C’était un excellent endroit pour accomplir toutes sortes de tâches pour ressusciter l’organisation de Moscou. Ici, nombre de camarades, intellectuels comme ouvriers, ont trouvé refuge. Mais même ici, nous ne pouvions échapper à l’ingérence du provocateur.

Il va sans dire que la police secrète omniprésente et omnisciente n’a pas tardé à pénétrer dans l’université Shanyavsky. Je prenais souvent rendez-vous avec deux provocateurs célèbres, Poskrebukhin et Romanov, bien sûr je ne savais pas qu’ils étaient alors des provocateurs, qui insistaient sur le fait qu’il n’y avait pas de meilleur endroit au monde pour discuter des affaires du Parti que les salles de l’Université Shanyavsky. J’ai eu le malheur d’arranger une rencontre entre un très bon camarade qui avait fui l’exil, le camarade Gvozdikov, et le provocateur Poskreboukhine. Poskreboukhine travaillait au bureau de la caisse de maladie de l’usine Simonov. J’espérais mettre le camarade Gvozdikov en contact avec un ou deux ouvriers Simonov. Peu de temps après la rencontre avec Poskreboukhine, le camarade Gvozdikov s’est rendu quelques jours à Saint-Pétersbourg pour une affaire personnelle et a été arrêté dans la rue.Après une courte maladie (inflammation des reins), le camarade Gvozdikov est décédé à la prison de Saint-Pétersbourg. À ce jour, je ne sais pas si la mort du camarade Gvozdikov était due à une rencontre fortuite avec un espion qui le connaissait à Saint-Pétersbourg, ou au fait que je l’ai involontairement présenté au provocateur Poskreboukhine. Quelque temps plus tard, j’ai présenté Ivan Smirnov, qui avait également fui l’exil, à Poskreboukhine. Après un certain temps, Ivan a également été arrêté et renvoyé en Sibérie. Vers la fin de 1914, j’ai présenté le camarade Soltz qui avait également fui l’exil à Poskreboukhine. Naturellement, le camarade Soltz n’a pas duré longtemps à Moscou et a été arrêté peu après son arrivée. Personne ne soupçonnait Poskreboukhine. Il feignait d’être terriblement affligé par ces événements et remarquait souvent que Moscou était devenu un endroit insupportable, que rien ne pouvait être arrangé ici,que tout est devenu connu de la police secrète. De plus, ces arrestations ont eu lieu à des moments différents et dans des circonstances si différentes qu’il était difficile d’en soupçonner les véritables instigateurs.

J’avais mon propre coin dans un couloir particulièrement isolé de l’université Shanyavsky où de temps en temps je prenais rendez-vous avec George Romanov qui s’est avéré par la suite être un provocateur. J’avais rencontré George pendant mon travail au Comité régional de Moscou, il viendrait me voir pour les affaires du Parti en tant que représentant des ouvriers dans les travaux de Kolomna. Il m’a tenu au courant de toutes les dernières nouvelles qu’il recevait du Centre à l’étranger, m’a donné de la littérature fraîche reçue de l’étranger, m’a informé des conditions de l’organisation d’Ivanovo-Voznesenk et d’autres villes de la région de Moscou chaque fois qu’il s’y trouvait. . Il me tenait également au courant des affaires de la fraction Douma à Saint-Pétersbourg.J’avoue qu’il m’a semblé étrange qu’un homme insignifiant et peu instruit comme George puisse occuper une position aussi responsable dans le Parti. Mais je me suis rappelé qu’il avait fréquenté l’école du Parti à Capri, où très probablement, il avait un peu étudié et fait la connaissance de nos dirigeants, qu’il avait dû progresser intellectuellement un peu au cours de ces dernières années. De plus, j’ai été impressionné par son travail infatigable pendant ces périodes de dépression. Ni Romanov ni Poskrebukhin n’étaient des étudiants réguliers à l’Université ; mais ils ont suivi des cours périodiques sur la coopération, je crois, simplement pour avoir libre entrée dans l’endroit.qu’il a dû progresser intellectuellement un peu au cours de ces dernières années. De plus, j’ai été impressionné par son travail infatigable pendant ces périodes de dépression. Ni Romanov ni Poskrebukhin n’étaient des étudiants réguliers à l’Université ; mais ils ont suivi des cours périodiques sur la coopération, je crois, simplement pour avoir libre entrée dans l’endroit.qu’il a dû progresser intellectuellement un peu au cours de ces dernières années. De plus, j’ai été impressionné par son travail infatigable pendant ces périodes de dépression. Ni Romanov ni Poskrebukhin n’étaient des étudiants réguliers à l’Université ; mais ils ont suivi des cours périodiques sur la coopération, je crois, simplement pour avoir libre entrée dans l’endroit.

Cet hiver-là, j’étais destiné à tomber sur un autre provocateur, le provocateur des provocateurs, Roman Malinovski.

Mon frère est venu illégalement de l’étranger avec l’ordre de Lénine d’envoyer des représentants de Moscou et de la région de Moscou à la Conférence panrusse qui devait se tenir à Prague. Malinovski, était désigné comme futur candidat à la Quatrième Douma, et mon frère avait reçu des instructions strictes pour l’amener à se rendre à la conférence.

Mon frère a été présenté à Malinovski à l’Institut de bactériologie Blumenthal par le laborantin Idatvei Segal. Tout le temps que mon frère était à Moscou, il est resté dans notre appartement de la rue Bolshaya Ekaterinskaya pendant la journée, et chaque nuit, nous l’envoyions dormir dans un endroit différent, car nous craignions à tout moment une descente dans notre appartement. Quelques jours après sa présentation à Malinovski, mon frère a été arrêté par des détectives qui l’attendaient pour qu’il quitte la maison.

Bien que mon frère n’ait pas dit qui il était au début (il avait une lettre en code dans sa poche qu’il envoyait à l’étranger), et bien qu’il n’ait pas donné notre adresse, néanmoins une perquisition a été immédiatement effectuée dans nos chambres : un certain nombre de des livres, qui semblaient suspects à la police, ont été emportés, et mon mari et moi avons appris que nous étions parfaitement libres d’aller où bon nous semble, mais que la police occuperait notre appartement pour une durée indéterminée. Le matin venu, nous sommes allés très prudemment avertir tout le monde que nous pouvions éviter notre appartement. En conséquence, pendant les douze jours que la surveillance a duré, un seul camarade est venu dans notre chambre, un que nous ne connaissions pas à Moscou et n’avons donc pas pu avertir, un camarade Sistrin qui est mort plus tard dans la guerre impérialiste. Le piège tendu par la police était une torture positive pour nous.

Nous tremblions à chaque coup de sonnette de peur qu’un camarade, quelque nouveau venu que nous n’avions pu prévenir ne vienne à nous. Une fois le facteur a apporté une lettre que j’ai réussi à arracher des mains du détective posté à notre porte. Les deux autres policiers étaient assis dans la pièce et jouaient aux cartes. Je me suis enfermé dans ma chambre pour lire la lettre. Elle venait de l’étranger et ne contenait en surface qu’une simple salutation et une question sur ma santé, mais je soupçonnais qu’il s’agissait d’une lettre secrète écrite à l’encre invisible, traitant des affaires urgentes du Parti, sinon elle n’aurait pas été adressée à mon loger. Je n’avais rien sous la main pour révéler le véritable contenu de la lettre, et le détective n’arrêtait pas de frapper à la porte pour me demander de la lui remettre.Je n’ai rien pu faire d’autre que de tremper la lettre dans un pichet d’eau et de la déchirer en petits morceaux, puis j’ai ouvert la porte. Quand j’ai dit au détective effrayé que j’avais détruit la lettre et que j’avais pointé du doigt les fragments déchirés, il est devenu encore plus effrayé et m’a supplié de ne rien dire à son officier de peur d’être puni pour ne pas l’avoir obtenu.

Deux fois par jour, quatre agents de la police secrète venaient dans notre appartement exigu, deux en uniforme de police et deux en tenue civile. Ils s’asseyaient et commençaient à « deviner » si quelqu’un viendrait, mais comme personne n’apparaissait, ils ont vite commencé à s’ennuyer.

A part nous, l’appartement était occupé par deux étudiantes. Une fois une dame très richement vêtue, une parente, est venue rendre visite à l’un d’eux. Les détectives l’ont détenue et ne l’ont pas laissée rentrer chez elle tant qu’elle n’aurait pas été identifiée. La dame se tordait les mains de désespoir en jurant qu’elle n’était pas une socialiste ordinaire, mais qu’elle possédait une maison dans le quartier de Khamovniki. L’un des policiers a couru vers un téléphone et lorsqu’il a appris que la dame était vraiment propriétaire d’une maison à Khamovniki, il n’a cessé de s’excuser pour le désagrément qu’ils lui avaient causé. Les détectives de garde dans nos chambres s’ennuyaient évidemment à mourir en attendant des gens qui ne venaient jamais et un jour l’un d’eux dit à mon mari : « Vous et moi, M. Bobrovsky, sommes des camarades d’infortune, vous êtes malade et fatigué. de nous et nous sommes tout aussi fatigués de vous.Je ne le regrette pas le moins du monde quand on nous ordonne de vous quitter."

Le dixième jour, je me suis rendu au siège de la police secrète pour demander à savoir quand cela allait se terminer. J’ai parlé au capitaine Ivanov qui m’a dit : « Vous ridiculisez l’apparente absence de but en tendant un piège dans votre appartement. Peut-être pensez-vous que nous ne savons pas que vous avez prévenu tout le monde et que nous sommes assis à nous interroger sur votre vie isolée ? personne (sauf Sistrin) La renommée de ta maison. Toi et moi devons nous comprendre : tu es un vieux révolutionnaire et je suis un policier expérimenté. Nous n’attendons pas ceux que tu as prévenus, mais ceux que tu n’as pas été capable d’avertir ; nous attendons quelqu’un de l’étranger, ou quelqu’un d’exilé qui ne manquera pas de passer chez vous."

A mon annonce que nous allions quitter nos quartiers actuels et nous rendre dans un hôtel, le policier répondit :

"Vous n’avez pas besoin de vous donner la peine, car nous vous suivrons à l’hôtel." J’ai exprimé mon indignation aussi fortement que j’ai pu et je suis parti. Mais en quelques jours le piège fut levé. Peu de temps après, j’ai été autorisé à voir mon frère dans la cellule de la prison, et il m’a chuchoté que son premier contre-interrogatoire a prouvé que la lettre n’avait pas été déchiffrée correctement et que la police ne pouvait pas en juger. Mais l’examen a également montré que les autorités en savaient trop. "Quelque chose ne va pas à Moscou, quelqu’un joue le traître", a déclaré mon frère.

Même après que le piège ait été retiré, notre appartement et nous-mêmes étions surveillés assez ouvertement. En été, l’arrivée de Nicolas II était attendue à Moscou et les autorités voulaient débarrasser la ville de tous les éléments non fiables. Moscou a été « blanchi » de moi. La police est venue me voir et m’a ordonné de quitter la ville pendant la visite du tsar.

Je suis allé à la ville d’Alexin dans la province de Toula et je suis revenu à l’automne. J’ai été autorisé à rester à Moscou sans interférence et j’ai continué mes études à l’Université Shanyavsky. Là, tous les gens du Parti se rassemblaient. Nous avons utilisé la Société d’entraide étudiante au conseil d’administration dont j’avais été élu, comme paravent pour nos activités.

A cette époque, j’ai fait la connaissance d’Ilya Tsivtsivadze dans des circonstances curieuses. J’observais cet étudiant depuis longtemps et je sentais qu’il était l’un des nôtres, un bolchevik. J’ai donc décidé de lui demander de collecter de l’argent pour un journal bolchevique légal. Lorsque je lui ai proposé cela, Tsivtsivadze a répondu en riant qu’il m’observait depuis un certain temps et qu’il avait également voulu me demander mon aide pour le même objet car il était également occupé à collecter de l’argent pour le journal.

Le besoin d’un journal bolchevique légal était grand à Moscou, en particulier après la fusillade de Lena lorsqu’un certain nombre de grèves de protestation ont éclaté dans les plus grandes usines. Le journal de Saint-Pétersbourg, Star (Zvezda) et plus tard la Vérité (Pravda) ont été lus avec avidité, mais la publication d’un quotidien de Moscou a pris beaucoup de temps. Ce n’est qu’en août 1913, principalement grâce aux efforts de feu Nikolai Yakovlev, que nous avons réussi à publier un quotidien bolchevique Notre voie (Nash Put) à Moscou.

À la fin de 1912 ou au début de 1913, j’ai pris contact avec le district de Lefortovo où travaillaient le camarade Lomov et son assistante Vera Karavaikova, que je connaissais d’Ivanovo-Voznesensk. Les choses commençaient à se développer dans ce quartier et je me souviens que nous avions prévu de créer notre propre usine d’impression de tracts, mais rien n’en est sorti. L’ouvrier du Parti le plus actif à Lefortovo était le célèbre camarade moscovite Marakouchev, qui s’est avéré être un provocateur. C’était le provocateur numéro quatre. En général, Moscou a battu le record des provocateurs. Pendant toutes ces années, une malédiction semblait planer sur Moscou. Tous les camarades qui ont commencé à travailler pour rétablir le Comité de Moscou se sont inévitablement mêlés à l’un de ces provocateurs.

Après la fermeture de notre quotidien Our Way, une rédaction s’est constituée pour notre futur hebdomadaire. Il était composé d’Ivan Skvortsov, Valerian Yakhontov et Vassily Lossev. Ces camarades m’ont proposé d’éditer la rubrique de la correspondance ouvrière et d’établir des contacts avec les usines par l’intermédiaire de mes connaissances personnelles dans les quartiers.

Au début du printemps 1914, Malinovski vint à Moscou me voir pour une affaire urgente. Je me suis arrangé pour le rencontrer au restaurant végétarien de la rue Gazetny. Quand nous nous sommes assis à une table dans un coin isolé et avons commandé le déjeuner. Malinovsky, à mon grand étonnement, se mit à parler à haute voix du réveil des esprits parmi les ouvriers de Saint-Pétersbourg et dit en ricanant que nous, à Moscou, avions peur de nos propres ombres. J’ai pensé que c’était un peu maladroit de la part de Malinovski et que pendant qu’il profitait de son immunité de député—il avait été élu à la Douma à ce moment-là—il attirait l’attention des gens dans la salle à manger sur moi , une personne très « non immunisée », et me plaçant ainsi dans une position très inconfortable.

L’affaire urgente s’est avérée être la déclaration selon laquelle lui, Malinovski, avait l’intention de publier un hebdomadaire dans lequel je devais éditer la colonne des nouvelles du travail. De plus, il devait être l’éditeur officiel, profitant du fait qu’il était député à la Douma, et que je devais être le directeur commercial à Moscou. J’ai accepté et nous sommes allés voir un avocat pour établir la procuration nécessaire pour moi. Le titre de l’article devait être Rabochy Trud .

Le lendemain, nous nous sommes revus au restaurant végétarien et plus tard, Malinovski m’a emmené dans un entrepôt qui appartenait autrefois à Nash Put où il restait encore une grande quantité de papier. La vue de ces énormes rouleaux de papier m’a coupé le souffle. Étant un travailleur clandestin typique du Parti, je ne pouvais m’empêcher de penser que ce serait magnifique si nous avions eu au moins un de ces rouleaux pour notre imprimerie secrète. Ensuite, Malinovsky m’a lu toute une conférence sur la façon de prendre soin du journal, de déplacer les meubles de la rédaction de Nash Put vers nos nouveaux bureaux afin que personne ne puisse découvrir le lien entre ce journal et notre nouveau Rabochy Trud , etc. .

Il nous a fallu trois mois avant de pouvoir trouver une personne pour faire office de rédacteur « responsable », c’est-à-dire une personne qui paierait les amendes ou qui irait en prison en cas de poursuites judiciaires par les autorités. A cette époque, Malinovski avait démissionné de la Douma, ce qui, bien sûr, fit grand bruit dans le Parti. Enfin, nous avons réuni la rédaction. La rédaction était composée des camarades Skvortsov, Yakhontov et Lossev. Par précaution, un seul des camarades travaillait au bureau. Enfin, nous avons sorti le premier numéro du journal. Mais avant même la parution du premier numéro, dès que la nouvelle de la publication proposée est arrivée, de nombreux ouvriers d’usine sont venus nous apporter des informations intéressantes sur ce qui se passait dans leurs usines.Ces camarades nous ont dit qu’il y avait un renouveau marqué parmi les masses ouvrières et ont exprimé leur impatience devant la lenteur avec laquelle notre Comité de Moscou développait ses travaux.

Le premier numéro parut le 14 juin 1914, c’est-à-dire plusieurs semaines avant le déclenchement de la guerre impérialiste. Par conséquent, je pense qu’il est intéressant de citer un passage de l’éditorial du premier numéro écrit par le camarade Skvortsov expliquant les buts et les objets du journal. Dans cet article, le camarade Skvortsov a écrit :

"En ce qui concerne les relations internationales, notre article exposera toujours impitoyablement la politique de fomentation de la haine nationale qui rapporte d’énormes profits à de petits groupes de la société, impose un lourd fardeau fiscal au peuple, augmente le militarisme, dissipe les forces productives du pays , retarde le développement économique et crée le danger de verser le sang du peuple. Face à la haine nationale suscitée et attisée par des groupes égoïstes, Rabochy Trud prônera la solidarité internationale du travail.

« Dans la mesure où les relations internationales sont envahies par les salutations des ouvriers de nombreuses usines de toute la ville. Il n’y avait aucun doute sur la grande sympathie avec laquelle la parution de notre journal a été accueillie parmi les masses ouvrières. un journal ouvrier à Moscou que même le sale boulot de Malinovski ne pouvait pas gâcher la joie que son apparition suscitait parmi les ouvriers.

Bien entendu, le journal n’a pas échappé aux attentions de la censure tsariste. Et lorsque la police a tenté de confisquer les problèmes suivants, des choses intéressantes se sont produites. Selon la loi, nous devions envoyer deux exemplaires de chaque numéro au censeur avant que la plupart des exemplaires ne soient distribués. Mais avant d’envoyer les deux exemplaires aux censeurs, les imprimeurs eux-mêmes sortaient du bureau des liasses de papier et les remettaient à des camarades en attente qui les faisaient immédiatement distribuer, de sorte que même si la police décidait de supprimer un numéro, un grand nombre de des copies circuleraient néanmoins. Le jour de la publication, le bureau était bondé d’ouvriers venant s’approvisionner pour leurs usines.

J’oublie exactement combien de numéros nous avons réussi à sortir avant que le journal ne soit supprimé, je pense qu’il y en avait six. Mais je me souviens très bien du dernier jour de l’existence de notre journal. Les épreuves de pages du dernier numéro étaient déjà constituées et quelques légères corrections ont dû être apportées. Je suis allé à l’imprimerie pour le faire. Là, j’ai trouvé Poskreboukhine assis avec le directeur du bureau en train de discuter d’une affaire ou d’une autre. Soudain, un officier de police entra et jeta un coup d’œil à Poskreboukhine, se tourna vers le directeur et annonça d’un ton formel que le gouverneur de Moscou avait donné l’ordre de supprimer le journal et que l’impression devait cesser immédiatement. Lorsque l’officier est parti, je me suis levé pour me rendre dans le bureau de la rédaction pour récupérer une partie du matériel et des adresses.J’étais particulièrement désireux de mettre la main sur le manuscrit des articles écrits par le camarade Skvortsov parce que je lui avais promis qu’aucun de ses manuscrits ne tomberait entre les mains de la police car il avait une écriture très particulière qui pouvait facilement lui être attribuée. Mais Poskreboukhine m’a retenu et m’a proposé d’y aller lui-même car il était beaucoup plus rapide que moi. Évidemment, il a calculé que la police était déjà entrée dans la rédaction et que si j’y allais, je serais arrêté : pour ses propres besoins, il voulait que je restent en liberté encore quelque temps. Je me suis laissé persuader et je suis plutôt rentré chez moi.Évidemment, il calcula que la police était déjà entrée dans la rédaction et que si j’y allais, je serais arrêté : pour ses propres besoins, il voulait que je reste encore quelque temps en liberté. Je me suis laissé persuader et je suis plutôt rentré chez moi.Évidemment, il calcula que la police était déjà entrée dans la rédaction et que si j’y allais, je serais arrêté : pour ses propres besoins, il voulait que je reste encore quelque temps en liberté. Je me suis laissé persuader et je suis plutôt rentré chez moi.

Quand j’ai quitté l’imprimerie, j’ai été immédiatement suivi par des détectives. Pour m’en débarrasser, j’ai décidé de rentrer chez moi par un chemin détourné, mais j’ai beau essayer, je n’ai pas pu m’en débarrasser et j’ai finalement décidé que cela ne faisait vraiment aucune différence, car de toute façon par l’arrangement avec Malinovsky, j’étais l’inscrit directeur du journal et la police connaissait mon adresse. Je me sentais tellement déprimé et las que j’ai simplement téléphoné aux camarades Skvortsov et Yakhontov pour les rencontrer le lendemain pour discuter de nos projets futurs.

Mais ce jour suivant s’est avéré un jour capital dans l’histoire - c’était la date de la déclaration de la guerre mondiale.

1 Message

  • "Bientôt, des gens qui désiraient sincèrement passer d’une simple phraséologie révolutionnaire à une véritable activité révolutionnaire ont commencé à se grouper autour de notre salle à manger. Même si des visites occasionnelles de la police nous rappelaient qu’un œil vigilant était gardé sur nous, notre salle à manger servait néanmoins de lieu de rencontre pour des discussions politiques et économiques. Il servait également de rendez-vous aux travailleurs juifs qui parlaient russe."
    La cuisine des révolutionnaires est toujours un plaisir pour les yeux et les oreilles !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0