English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > L’opposition communiste et internationaliste contre la bureaucratie en (...)

L’opposition communiste et internationaliste contre la bureaucratie en 1923-1924

mardi 15 mars 2022, par Robert Paris

Lénine et Trotsky en 1923

L’opposition communiste et internationaliste contre la bureaucratie de 1923-1924

Trotsky ouvre l’attaque

Au cours de l’été 1923, des grèves éclatèrent dans certaines industries clés de l’Union soviétique. Les travailleurs des usines d’ingénierie de Sormovo, Kharkov, du bassin du Donets et d’ailleurs ont arrêté le travail en raison du non-paiement des salaires qui, dans un certain nombre de cas, étaient en retard de trois mois. En août, la Banque d’État a tenté de faire baisser les prix des produits industriels en forte hausse en réduisant les facilités de crédit aux entreprises industrielles, mais en même temps, elle a renforcé davantage les paysans riches (les Koulaks) et les marchands capitalistes (les Nepmen).

La circulation du papier-monnaie a été augmentée pour financer la récolte tandis que les prix des produits alimentaires ont baissé, appauvrissant ainsi les paysans pauvres. Pendant ce temps, le mécontentement de la classe ouvrière a été aggravé par le détachement croissant du Parti communiste des masses et a conduit à la renaissance de groupes fractionnaires au sein du Parti qui militaient pour une plus grande démocratie ouvrière, associée à un affaiblissement de l’appareil du Parti.

En réponse à cette crise économique, financière et politique croissante, le Comité central du Parti nomma trois commissions spéciales à la fin de septembre 1923 ; l’un était d’examiner l’écart croissant entre les prix des biens industriels et des produits agricoles ; un autre pour examiner la question du niveau des salaires des travailleurs et le troisième dirigé par Dzerjinski pour faire des recommandations pour surmonter les groupes fractionnaires et la désunion au sein du Parti lui-même.

Prenant comme point de départ une recommandation de la commission de Dzerjinski, Trotsky livra le 8 octobre une lettre au Comité central dans laquelle il lançait son attaque contre le régime qui se développait à l’intérieur du Parti et les erreurs des dirigeants du Politburo, Kamenev, Zinoviev et Staline. La lettre entière n’a jamais été publiée, mais ci-dessous nous reproduisons des extraits contenant l’analyse de Trotsky de la crise à l’intérieur du Parti.

De la lettre de Trotsky

L’une des propositions de la commission du camarade Dzerjinski déclare que nous devons obliger les membres du Parti connaissant les groupements au sein du Parti à en informer la Guépéou, le Comité central et la Commission centrale de contrôle. Il semblerait que d’informer les organisations du Parti du fait que ses branches sont utilisées par des éléments hostiles au Parti, est une obligation des membres du Parti si élémentaire qu’il ne devrait pas être nécessaire d’introduire une résolution spéciale à cet effet six ans après la Révolution d’Octobre. L’exigence même d’une telle résolution est un symptôme extrêmement surprenant à côté d’autres non moins clairs. . . . L’exigence d’une telle résolution signifie : a) que des groupes d’opposition illégaux se sont formés dans le Parti, ce qui peut devenir dangereux pour la révolution ;b) qu’il existe dans le Parti des états d’esprit qui permettent aux camarades connaissant de tels groupes de ne pas en informer les organisations du Parti. Ces deux faits témoignent d’une détérioration extraordinaire de la situation au sein du Parti depuis le XIIe Congrès. . . .

Au moment le plus féroce du communisme de guerre, le système de nomination au sein du Parti n’avait pas un dixième de l’étendue qu’il a maintenant. La nomination des secrétaires des commissions provinciales est désormais la règle. Cela crée pour le secrétaire un poste essentiellement indépendant de l’organisation locale...

Le XIIe Congrès du Parti s’est déroulé sous le signe de la démocratie. Beaucoup de discours prononcés à l’époque en faveur de la démocratie ouvrière me semblaient exagérés, et dans une large mesure démagogiques, étant donné l’incompatibilité d’une démocratie ouvrière pleinement développée avec le régime de la dictature. Mais il était parfaitement clair que la pression de la période du communisme de guerre devait faire place à une responsabilité plus vive et plus large du Parti. Cependant, ce régime actuel - qui a commencé à se former avant le XIIe Congrès, et qui a ensuite reçu son renforcement et sa formulation définitifs - est beaucoup plus éloigné de la démocratie ouvrière que le régime de la période la plus féroce du communisme de guerre. La bureaucratisation de l’appareil du Parti s’est développée dans des proportions inouïes au moyen de la méthode de sélection du secrétariat.Il s’est créé une couche très large d’ouvriers du Parti, entrant dans l’appareil du gouvernement du Parti, qui renoncent complètement à leur propre opinion du Parti, au moins à l’expression ouverte de celle-ci, comme s’ils supposaient que la hiérarchie du secrétariat est l’appareil qui crée l’opinion du Parti et les décisions du Parti. Au-dessous de cette couche, s’abstenant de leurs propres opinions, se trouve la large masse du Parti, devant laquelle chaque décision se présente sous la forme d’une sommation ou d’un ordre. Dans cette masse de fondation du Parti, il y a une quantité inhabituelle de mécontentement. . . . Ce mécontentement ne se dissipe pas par l’influence de la masse sur l’organisation du Parti (élection des comités du Parti, des secrétaires, etc.), mais s’accumule en secret et conduit ainsi à des tensions intérieures….

Les membres du Comité central et de la Commission centrale de contrôle savent que tout en luttant avec détermination et détermination au sein du Comité central contre une fausse politique, j’ai refusé de manière décisive de porter la lutte au sein du Comité central au jugement même d’un cercle étroit de camarades, en particulier ceux qui, dans le cas d’une marche raisonnablement correcte du Parti, devraient occuper des places éminentes dans le Comité central. Je dois dire que mes efforts d’un an et demi n’ont donné aucun résultat. Cela nous menace du danger que le Parti soit pris de court par une crise d’une sévérité exceptionnelle…. Compte tenu de la situation créée, je considère qu’il est non seulement de mon droit, mais de mon devoir de faire connaître le véritable état des choses à chaque membre du Parti que je considère suffisamment préparé, mûri et maîtrisé,et par conséquent capable d’aider le Parti à sortir de cette impasse sans convulsions de factions.

La plate-forme du 46

Une semaine après que Léon Trotsky eut envoyé sa lettre au Comité central, 46 bolcheviks éminents, dont certains occupaient des postes de direction dans la gestion économique, présentèrent leur propre critique de la politique économique et interne du Parti de la direction du Parti de Kamenev, Zinoviev, Staline, Rykov et Tomsky. Cette déclaration d’opposition connue sous le nom de « Plateforme des 46 » a été soumise au Politburo le 15 octobre 1923, après avoir été diffusée parmi un certain nombre de membres du Parti. Sa demande immédiate était une conférence spéciale du Comité central et des chefs de l’opposition pour régler les différends que la « plate-forme » avait définis.

Les 46 signataires de la déclaration n’avaient apparemment aucun contact direct avec Trotsky à ce moment-là, mais leurs opinions coïncidaient largement avec les siennes. Outre les 46, plusieurs autres bolcheviks de premier plan, comme Rakovsky et Krestinsky, qui étaient à l’étranger dans des postes diplomatiques, étaient connus pour partager la position de Trotsky. Radek, de son côté, aurait exhorté le Comité central à se mettre d’accord avec Trotsky. Ci-dessous, nous réimprimons cette déclaration historique de l’opposition de 1923 que nous reproduisons de The Interregnum 1923-1924 par EH Carr, avec l’aimable autorisation de Macmillan, London et Basingstoke.

Au Politburo du Comité central du Parti communiste russe

L’extrême gravité de la position nous oblige (dans l’intérêt de notre Parti, dans l’intérêt de la classe ouvrière) à déclarer ouvertement que la poursuite de la politique de la majorité du Politburo menace de graves désastres pour l’ensemble du Parti. La crise économique et financière qui a débuté à la fin du mois de juillet de la présente année, avec toutes les conséquences politiques, y compris internes au Parti, qui en découlent, a inexorablement révélé l’insuffisance de la direction du Parti, tant dans le domaine économique, et surtout dans le domaine du Parti interne, les relations.

Le caractère désinvolte, inconsidéré et non systématique des décisions du comité central, qui n’a pas réussi à joindre les deux bouts dans le domaine économique, a conduit à une situation où, malgré tous les grands succès incontestables dans le domaine de l’industrie, de l’agriculture, des finances et transports - les succès remportés par l’économie du pays spontanément et non grâce à, mais malgré l’insuffisance du leadership ou plutôt l’absence de tout leadership - nous sommes non seulement confrontés à la perspective d’un arrêt de ces succès, mais aussi une grave crise économique.

Nous sommes confrontés à l’effondrement imminent du chervonets, qui s’est spontanément transformé en monnaie de base avant la liquidation du déficit budgétaire ; une crise du crédit où la Banque d’État ne peut plus, sans risque d’effondrement grave, financer ni l’industrie, ni le commerce des biens industriels, ni même l’achat de céréales pour l’exportation ; un arrêt de la vente de biens industriels en raison des prix élevés, qui s’expliquent d’une part par l’absence de direction organisationnelle planifiée dans l’industrie, et d’autre part par une politique de crédit incorrecte ; l’impossibilité de réaliser le programme d’exportation de céréales en raison de l’impossibilité d’acheter des céréales ; des prix extrêmement bas pour les produits alimentaires, qui nuisent à la paysannerie et menacent une contraction massive de la production agricole ;des inégalités dans le paiement des salaires qui provoquent un mécontentement naturel des travailleurs face au chaos budgétaire, qui produit indirectement le chaos dans l’appareil d’État. Les méthodes « révolutionnaires » de réductions dans l’élaboration du budget et les réductions nouvelles et évidentes dans son exécution, ont cessé d’être des mesures transitoires pour devenir un phénomène régulier qui perturbe constamment l’appareil d’État et, par suite de l’absence de plan en les réductions effectuées, le perturbe d’une manière désinvolte et spontanée.ont cessé d’être des mesures transitoires pour devenir un phénomène régulier qui perturbe constamment l’appareil d’État et, par suite de l’absence de plan dans les réductions opérées, le perturbe de manière fortuite et spontanée.ont cessé d’être des mesures transitoires pour devenir un phénomène régulier qui perturbe constamment l’appareil d’État et, par suite de l’absence de plan dans les réductions opérées, le perturbe de manière fortuite et spontanée.

Ce sont quelques-uns des éléments de la crise économique, du crédit et financière qui a déjà commencé. Si des mesures étendues, réfléchies, planifiées et énergiques ne sont pas prises immédiatement, si l’absence actuelle de leadership persiste, nous sommes confrontés à la possibilité d’un effondrement économique extrêmement grave, qui entraînera inévitablement des complications politiques internes et une paralysie complète de notre efficacité externe. et capacité d’action. Et ce dernier, comme chacun le comprendra, nous est plus que jamais nécessaire ; d’elle dépend le sort de la révolution mondiale et de la classe ouvrière de tous les pays.

De même, dans le domaine des relations internes au Parti, nous voyons la même direction incorrecte paralyser et briser le Parti ; cela apparaît particulièrement clairement dans la période de crise que nous traversons.

Nous ne l’expliquons pas par l’incapacité politique des dirigeants actuels du Parti ; au contraire, si nous différons d’eux dans notre appréciation de la situation et dans le choix des moyens de la modifier, nous supposons que les dirigeants actuels ne pourraient en aucun cas manquer d’être nommés par le Parti aux postes exceptionnels. dans la dictature ouvrière. Nous l’expliquons par le fait que sous la forme extérieure de l’unité officielle, nous avons en pratique un recrutement unilatéral d’individus et une direction des affaires unilatérale et adaptée aux vues et aux sympathies d’un cercle étroit. À la suite d’une direction du Parti déformée par des considérations aussi étroites,le Parti cesse en grande partie d’être cette collectivité indépendante vivante qui saisit avec sensibilité la réalité vivante parce qu’elle est liée à cette réalité de mille fils. Au lieu de cela, nous observons la division toujours croissante, et maintenant à peine dissimulée, du parti entre une hiérarchie de secrétaires et des « gens tranquilles », entre des fonctionnaires professionnels du parti recrutés d’en haut et la masse générale du parti qui ne participe pas à la vie commune. .

C’est un fait connu de tous les membres du Parti. Les membres du Parti mécontents de telle ou telle décision du comité central ou même d’un comité provincial, qui ont tel ou tel doute en tête, qui constatent en privé telle ou telle erreur, irrégularité ou désordre, ont peur de parler de dans les réunions du Parti, et ont même peur d’en parler dans la conversation, à moins que l’interlocuteur ne soit parfaitement fiable du point de vue de la « discrétion » ; la libre discussion au sein du parti a pratiquement disparu, l’opinion publique du parti est étouffée. Aujourd’hui, ce n’est pas le Parti, ni ses larges masses, qui promeuvent et choisissent les membres des comités provinciaux et du Comité central du RCP.Au contraire, la hiérarchie des secrétariats du Parti recrute de plus en plus les membres des conférences et congrès, qui deviennent de plus en plus les assemblées exécutives de cette hiérarchie.

Le régime instauré au sein du Parti est tout à fait intolérable ; il détruit l’indépendance du Parti, remplaçant le parti par un appareil bureaucratique recruté qui agit sans objection en temps normal, mais qui échoue inévitablement dans les moments de crise, et qui menace de devenir complètement inefficace face aux graves événements qui s’annoncent.

La position qui a été créée s’explique par le fait que le régime de dictature d’une faction au sein du parti, qui a été créé en fait après le Xe Congrès, s’est survécu. Beaucoup d’entre nous ont consciemment accepté de se soumettre à un tel régime. La tournure politique de l’année 1921, et ensuite la maladie du camarade Lénine, exigeaient de l’avis de certains d’entre nous une dictature au sein du Parti comme mesure temporaire. D’autres camarades ont dès le début adopté une attitude sceptique ou négative à son égard. Quoi qu’il en soit, au moment du XIIe Congrès du parti, ce régime avait survécu à lui-même. Il avait commencé à montrer son revers. Les liens au sein du parti ont commencé à s’affaiblir. Le Parti commença à s’éteindre.Des mouvements d’opposition extrêmes et manifestement morbides au sein du Parti commencèrent à acquérir un caractère anti-Parti, puisqu’il n’y avait pas de discussion fraternelle sur des questions enflammées. Une telle discussion aurait sans peine révélé le caractère morbide de ces mouvements à la fois à la masse du Parti et à la majorité de ceux qui y participent. Les résultats ont été des mouvements illégaux qui entraînent les membres du parti hors des limites du Parti, et un divorce du Parti avec les masses ouvrières.et un divorce du Parti avec les masses ouvrières.et un divorce du Parti avec les masses ouvrières.

Si la position ainsi créée n’était pas radicalement modifiée dans un avenir immédiat, la crise économique en Russie soviétique et la crise de la dictature fractionnelle dans le Parti porteraient des coups durs à la dictature des travailleurs en Russie et au Parti communiste russe. Avec une telle charge sur ses épaules, la dictature du prolétariat en Russie et son chef le RCP, ne peuvent entrer dans la phase de nouvelles perturbations mondiales imminentes qu’avec la perspective de défaites sur tout le front de la lutte prolétarienne. Bien entendu, il serait à première vue très simple de trancher la question en décidant qu’en ce moment, compte tenu de toutes les circonstances, il n’y a pas et ne peut pas y avoir lieu de soulever la question d’un changement dans le cours du Parti, de mettre à l’ordre du jour des tâches nouvelles et compliquées etc. etc.Mais il est parfaitement évident qu’un tel point de vue reviendrait à fermer officiellement les yeux sur la situation réelle, puisque tout le danger réside dans le fait qu’il n’y a pas d’unité réelle de pensée ou d’action face à une situation extrêmement situation interne et étrangère compliquée. La lutte qui se livre dans le

La fête est d’autant plus amère qu’elle se déroule en silence et en secret. Si nous posons cette question au Comité central, c’est précisément pour faire sortir le plus rapidement et le moins péniblement des contradictions qui déchirent le Parti et le remettre sans tarder sur des bases saines. Une véritable unité d’opinions et d’actions est indispensable. Les difficultés imminentes exigent une action fraternelle unie, pleinement consciente, extrêmement vigoureuse, extrêmement concentrée de tous les membres de notre parti. Le régime de faction doit être aboli, et cela doit être fait en premier lieu par ceux qui l’ont créé ; il doit être remplacé par un régime d’unité fraternelle et de démocratie interne au parti.

Afin de réaliser ce qui a été exposé ci-dessus et de prendre les mesures indispensables pour sortir de la crise économique, politique et du Parti, nous proposons au Comité central comme première étape urgente de convoquer une conférence des membres du Comité central avec les travailleurs du parti les plus éminents et les plus actifs, à condition que la liste des invités comprenne un certain nombre de camarades ayant des opinions sur la situation différentes de celles de la majorité du Comité central

Signatures à la Déclaration au Politburo du Comité central du RCP sur la situation intérieure du Parti du 15 octobre 1923 [Les signatures sont disposées de telle manière dans l’exemplaire à partir duquel cette traduction a été faite qu’il est impossible d’être l’ordre a été préservé.—EHC]

E. Preobrazhensky B. Breslav L. Serebryakov

N’étant pas d’accord avec certains des points de cette lettre expliquant les causes de la situation qui s’est créée, mais considérant que le Parti est immédiatement confronté à des questions qui ne peuvent être entièrement résolues par les méthodes pratiquées jusqu’à présent, je m’associe pleinement à la conclusion définitive de la présente lettre.

A. Beloborodov

Avec les propositions, je suis tout à fait d’accord, bien que je diffère de certains points dans la motivation.

A. Rozengolts M. Alsky

Pour l’essentiel, je partage les vues de cet appel. L’exigence d’une approche directe et sincère de tous nos maux est devenue si urgente que je soutiens entièrement la proposition de convoquer la conférence suggérée afin d’établir des voies pratiques pour sortir de l’accumulation des difficultés.

Antonov-Ovseenko A. Benediktov IN Smirnov Y. Pyatakov V. Obolensky (Osinsky) N. Muralov T.Sapronov

La position dans le Parti et la position internationale est telle qu’elle exige, plus que jamais, un effort et une concentration inhabituels des forces du Parti. Je m’associe à la déclaration et la considère exclusivement comme une tentative de rétablir l’unité dans le Parti et de le préparer aux événements imminents. Il est naturel qu’à l’heure actuelle il ne puisse être question de lutte au sein du Parti sous quelque forme que ce soit. Il est essentiel que le Comité central évalue sobrement la situation et prenne des mesures urgentes pour éliminer le mécontentement au sein du Parti et aussi dans les masses non partisanes.

A. Goltsman V. Maksimovsky D. Sosnovsky Danishevsky O. Shmidel N. Vaganyan I. Stukov A. Lobanov Rafail S. Vasilchenko Mikh. Zhakov AM Pouzakov N. Nikolaev

Depuis que j’ai récemment été quelque peu à l’écart du travail des centres du Parti, je m’abstiens de porter mon jugement sur les deux premiers paragraphes de la section introductive ; pour le reste je suis d’accord.

Avérine

Je suis d’accord avec l’exposé dans la première partie de la situation économique et politique du pays. Je considère que dans la partie décrivant la situation intérieure du Parti s’est glissée une certaine exagération. Il est tout à fait indispensable de prendre immédiatement des mesures pour préserver l’unité du Parti.

I. Boguslavsky P Mesyatsev T. Khorechko

Je ne suis pas d’accord avec un certain nombre d’opinions dans la première partie de la déclaration ; Je ne suis pas d’accord avec un certain nombre de caractérisations de la situation interne du Parti. En même temps, je suis profondément convaincu que la condition du parti exige la prise de mesures radicales puisque la condition du parti à l’heure actuelle n’est pas saine. Je partage entièrement la proposition pratique.

A. Bubnov A. Voronsky V. Smirnov E. Bosch I. Byk V. Kossior F. Lokatskov

Avec l’appréciation de la situation économique je suis tout à fait d’accord. Je considère un affaiblissement de la dictature politique à l’heure actuelle dangereux, mais une élucidation est indispensable. Je trouve une conférence tout à fait indispensable. < class="fst"p>Kaganovitch Drobnis P. Kovalenko AE Minkin V. Yakovleva

Avec la proposition pratique « Je suis tout à fait d’accord.

B. Eltsine

Je signe avec les mêmes réserves que le camarade Bubnov.

L. Lévitine

Je signe avec les mêmes réserves que Boubnov, bien que je n’approuve ni la forme ni le ton, dont le caractère me persuade d’autant plus d’être d’accord avec la partie pratique de la déclaration.

I. Paludov

Je ne suis pas entièrement d’accord avec la première partie qui parle de la situation économique du pays ; c’est vraiment très grave et demande une considération extrêmement attentive, mais le Parti n’a pas jusqu’ici produit d’hommes qui le dirigeraient mieux que ceux qui le dirigent jusqu’ici. Sur la question de la situation interne du parti, je considère qu’il y a une part substantielle de vérité dans tout ce qui est dit et je considère qu’il est essentiel de prendre des mesures urgentes.

F. Sudnik

Moscou—Réunion du Parti 11 décembre 1923

La conférence spéciale du Comité central avec les signataires de la Plate-forme des 46 a été approuvée par le Politburo avec la participation de dix organisations dirigeantes du Parti. Lors de cette réunion du 25 octobre 1923, Preobrazhensky a présenté un plan en six points pour la mise en œuvre de la démocratie ouvrière dans le Parti, mais cela n’a pas été discuté. La réunion a abouti à une résolution sans engagement, « Sur la situation au sein du parti », à laquelle les opposants présents se sont abstenus ou s’y sont opposés. Tout en décrivant simplement la lettre de Trotsky du 8 octobre et la correspondance ultérieure avec le Politburo comme « une erreur politique profonde » qui a encouragé des groupes comme les 46, les 46 eux-mêmes ont été sévèrement condamnés. Pour le moment, la direction Staline-Zinoviev cherchait à isoler les 46 de Trotsky.Conformément à l’acceptation formelle par cette résolution d’une plus grande démocratie ouvrière, Zinoviev a annoncé dans unArticle de la Pravda du 7 novembre selon lequel les pages des journaux seraient ouvertes à un débat public sur la crise du Parti auquel les membres du Parti et les non-partis pourraient contribuer. Alors que la Pravdaa publié de nombreux articles et lettres de toute l’Union soviétique, souvent très critiques à l’égard de la politique de la direction, et le tirage du journal a doublé en conséquence, le triumvirat de Staline, Zinoviev et Kamenev a fait des efforts concentrés pour se concilier Trotsky désormais malade. Le résultat fut une résolution rédigée conjointement par Kamenev, Staline et Trotsky qui exposait la « nouvelle voie » du parti vers la démocratie interne et la planification économique. Cette résolution, qui a été adoptée par le Politburo le 5 décembre, semblait incarner l’essentiel des critiques formulées par Trotsky, qui la considérait initialement comme une victoire partielle dans sa lutte. Pour le triumvirat, cependant, la résolution était une manœuvre pour isoler les 46 de Trotsky ainsi qu’une concession formelle au mécontentement généralisé dans la base du Parti.

Le 8 décembre, Trotsky a écrit une lettre aux réunions du Parti qu’il ne pouvait pas adresser pour cause de maladie, où il a profité de l’occasion pour élaborer sur la résolution du Politburo. (Voir Le nouveau courspp. 68-74.) Ici, son attaque contre la bureaucratie croissante du Parti et la « vieille garde » dans le Parti allait bien au-delà des concessions tactiques faites par le triumvirat. Il a souligné le précédent d’une telle dégénérescence qui a été fourni par le Parti social-démocrate allemand avant la Première Guerre mondiale. Pendant ce temps, l’opposition dirigée par les 46 a élargi sa lutte pour gagner le soutien de sa plate-forme dans les organisations du Parti : en cela, ils avaient un certain succès, surtout à Moscou, mais Staline, en tant que chef du Secrétariat du Parti, a recouru à la manipulation des réunions et des conférences pour priver l’opposition d’une juste représentation numérique. Trotsky, cependant, était réticent à assumer la direction ouverte de l’opposition alors que Lénine était encore en vie et que le triumvirat refusait toujours d’attaquer directement Trotsky, son critique le plus redoutable.Ainsi, le 11 décembre, lors d’une importante réunion de l’organisation du Parti à Moscou, Kamenev, au nom du triumvirat, concentra son attaque sur les 46, défendant avec acharnement l’appareil du Parti sans mentionner du tout Trotsky. Mais Sapronov, dans sa réponse pour l’opposition qui suit, a invoqué la lettre du 8 décembre de Trotsky aux réunions du Parti pour étayer son attaque contre le bureaucratisme dans le Parti. Par conséquent, la lettre de Trotsky aux réunions du Parti et à la réunion du Parti de Moscou du 11 décembre préfigurait une nouvelle étape dans la lutte de l’Opposition dans laquelle Trotsky allait émerger pour la première fois comme le chef de la lutte pour la régénération du Parti bolchevique.Mais Sapronov, dans sa réponse pour l’opposition qui suit, a invoqué la lettre du 8 décembre de Trotsky aux réunions du Parti pour étayer son attaque contre le bureaucratisme dans le Parti. Par conséquent, la lettre de Trotsky aux réunions du Parti et à la réunion du Parti de Moscou du 11 décembre préfigurait une nouvelle étape dans la lutte de l’Opposition dans laquelle Trotsky allait émerger pour la première fois comme le chef de la lutte pour la régénération du Parti bolchevique.Mais Sapronov, dans sa réponse pour l’opposition qui suit, a invoqué la lettre du 8 décembre de Trotsky aux réunions du Parti pour étayer son attaque contre le bureaucratisme dans le Parti. Par conséquent, la lettre de Trotsky aux réunions du Parti et à la réunion du Parti de Moscou du 11 décembre préfigurait une nouvelle étape dans la lutte de l’Opposition dans laquelle Trotsky allait émerger pour la première fois comme le chef de la lutte pour la régénération du Parti bolchevique.Par conséquent, la lettre de Trotsky aux réunions du Parti et à la réunion du Parti de Moscou du 11 décembre préfigurait une nouvelle étape dans la lutte de l’Opposition dans laquelle Trotsky allait émerger pour la première fois comme le chef de la lutte pour la régénération du Parti bolchevique.Par conséquent, la lettre de Trotsky aux réunions du Parti et à la réunion du Parti de Moscou du 11 décembre préfigurait une nouvelle étape dans la lutte de l’Opposition dans laquelle Trotsky allait émerger pour la première fois comme le chef de la lutte pour la régénération du Parti bolchevique.

Le discours de Sapronov

Camarades, nous avons entendu aujourd’hui le rapport du camarade Kamenev, représentant du Comité central, qui, au lieu de discuter de la question de la « démocratie interne du parti », a consacré tout son discours à la défense de l’appareil du Parti en soutenant que les attaques contre l’appareil du parti, des attaques contre la vieille garde et par conséquent contre le Comité central. Il est donc clair qu’il s’agirait soi-disant d’un renversement du Comité central, d’un coup d’État et d’une contre-révolution.

Mais en réalité, les choses sont tout à fait différentes. Il serait peut-être temps pour le camarade Kamenev, maintenant que le Politburo et le Présidium de la Commission centrale de contrôle ont adopté une résolution sur la démocratie, d’arrêter d’effrayer le Parti avec des spectres éthérés, même si certains hommes d’appareil ont de tels rêves la nuit ; le Parti n’a pas ces visions de scission et de coup d’état. Pour la première fois après une léthargie de trois ans, il a pensé se creuser la cervelle mais aussitôt nos hommes d’appareils, qui ont créé ou du moins protégé cette léthargie prolongée, s’affolent d’un seul casse-tête et ils commencent avoir des visions de toutes sortes de renversements. Dans les discours publics prononcés contre l’appareil, ils voient des discours contre le Parti et contre la dictature du prolétariat. Et puis les explications les plus longues commencent pour montrer qu’on ne peut pas diriger un Parti sans appareil, qu’on ne peut pas diriger un État sans appareil et ainsi de suite.

L’un des camarades avec qui je travaille au Soviet de province est le camarade Polidorov. Il démontra qu’il viendrait un temps où non seulement les comités et les soviets mais aussi les personnes vivantes seraient inutiles ; pour les statisticiens, nous aurions des statisticiens mécaniciens qui calculeraient les chiffres de la répartition de la main-d’œuvre, de la production, etc. Le fantasme de Polidorov. Ceci n’est pas la question. La question est qu’il y a un appareil et un « appareil ». Il ne s’agit pas de détruire l’appareil, mais de le rendre plus sain. Après une longue période de stagnation économique, nous disons que nous devons réparer les machines et les fournir avec de nouvelles pièces et ainsi de suite :alors pourquoi, après une stagnation de trois ans, le Parti ne songerait-il pas à reconstruire certaines parties de son appareil ? Le camarade Kamenev soutient que ce n’est qu’avec l’aide de cet appareil que la dictature du prolétariat peut survivre, le Parti vivre, etc. Il ne cesse de répéter que la résolution a été adoptée à l’unanimité par le Politburo. Mais les membres du Politburo divergent sur la mise en œuvre de ces thèses et dans leur appréciation de l’appareil lui-même.Mais les membres du Politburo divergent sur la mise en œuvre de ces thèses et dans leur appréciation de l’appareil lui-même.Mais les membres du Politburo divergent sur la mise en œuvre de ces thèses et dans leur appréciation de l’appareil lui-même.

Dans la lettre du camarade Trotsky publiée aujourd’hui, voici comment cette question est évaluée : Il dit : « Enclin à surestimer le rôle de l’appareil et à sous-estimer l’initiative du Parti, certains camarades d’esprit conservateur critiquent la résolution du Politburo. Cette citation s’applique entièrement au camarade Kamenev et cela est clair pour quiconque a écouté son rapport. Le camarade Kamenev a voté pour la résolution du Politburo, mais tout son discours a été construit en opposition à cette résolution sur une surestimation de l’appareil et une sous-estimation du Parti. Suite à la lettre du camarade Trotsky : « Le centre de gravité, qui a été placé par erreur dans l’appareil par l’ancien cours, a maintenant été transféré par le nouveau cours proclamé dans la résolution du Comité central, à l’activité,l’initiative et l’esprit critique de tous les membres du Parti comme avant-garde organisée du prolétariat. Le nouveau cours ne signifie nullement que l’appareil du Parti soit chargé de décréter, de créer ou d’établir un régime démocratique à telle ou telle date. Non. Ce régime sera réalisé par le Parti lui-même. Pour le dire brièvement : le Parti doit se subordonner son propre appareil sans cesser un instant d’être une organisation centralisée. C’est ainsi que le camarade Trotsky qui a voté avec Kamenev sur la résolution du Politburo, considère cette question. Les membres du Politburo envisagent évidemment cette question de différentes manières, car l’estimation du camarade Kamenev et du camarade Trotsky de l’appareil est complètement contraire et ce n’est pas Kamenev qui a raison dans son estimation.Il est faux de poser la question comme si l’appareil allait nous sauver. Seuls les « hommes d’appareil » peuvent voir le salut dans l’appareil et non dans l’initiative du Parti.

Nous connaissons les appareils de l’Europe occidentale et nous connaissons la social-démocratie allemande. Il est bien connu de nous tous et du camarade Kamenev aussi que la social-démocratie allemande n’a été sauvée jusqu’à présent que grâce au fait que l’appareil l’a empêchée de se désintégrer. ( Voix : écoutez, écoutez !) Le camarade Emelyan Yaroslavsky est, pour autant que je sache, le secrétaire de la Commission centrale de contrôle, et maintenant il dit : « écoutez, écoutez ! Il est exact que l’appareil sauve la social-démocratie, mais est-il exact que la social-démocratie allemande défend les intérêts de la classe ouvrière ? ( Applaudissements .) De qui le Parti est-il sauvé par l’appareil ?

Ni de la bourgeoisie, ni de Stinnes, ni de Krupp. Il est sauvé de la classe ouvrière révolutionnaire allemande. ( Applaudissements .) Le camarade Kamenev propose que nous soyons sauvés du Parti par l’appareil. Nous devons faire exactement le contraire. Le Parti est suffisamment fort pour reconstruire son appareil au bon moment et l’ajuster au bon moment et il doit le faire : non pas le Parti pour l’appareil mais l’appareil pour le Parti. C’est ainsi que la question se pose. Et nous n’avons pas besoin d’être effrayés par le fait que se retrouver sans appareil pourrait signifier détruire le Parti. C’est la même vieille surestimation de l’appareil dont j’ai parlé précédemment. ( L’ agitation, les voix :nous l’avons tous lu) Je sais que vous l’avez lu, mais je pense qu’il est utile de vous le rappeler dans mon discours et je vous demande donc de ne pas m’interrompre.

Le Parti peut contrer avec succès le danger des factions. Le camarade Trotsky parle correctement. « Le bureaucratisme de l’appareil est précisément l’une des principales sources du factionnalisme. Le camarade Kamenev, membre du Politburo, donne une estimation complètement différente de l’appareil. Alors, qui faut-il croire parmi les membres du Politburo qui ont voté à l’unanimité pour la résolution ? Aujourd’hui on trouve partout, que ce soit pertinent ou non, des mentions du nom du camarade Lénine comme du camarade Kamenev : telle résolution a été écrite par le camarade Lénine, telle résolution a été écrite par lui aussi. S’il était encore avec nous, il aurait certainement dit ceci ou cela. Mais sur cette question, je trouve le passage suivant dans la lettre du camarade Trotsky :

« L’histoire nous offre plus d’un cas de dégénérescence de la « vieille garde ». Prenons l’exemple le plus récent et le plus frappant : celui des dirigeants des partis de la IIe Internationale. On sait que Wilhelm Liebknecht, Bebel, Singer, Victor Adler, Kautsky, Bernstein, Lafargue, Guesde et bien d’autres furent les élèves directs de Marx et Engels. Mais après la mort de Marx et d’Engels, nombre de ces amis de Marx et d’Engels sont devenus, avec le développement du mouvement ouvrier, des traîtres à la classe ouvrière.

Faire référence au fait que nous étions amis de Lénine et que nous resterons donc léninistes toute notre vie et que nous nous cacherons continuellement dans le dos de Lénine, c’est de la démagogie flagrante. Ils veulent chercher le salut et se cacher derrière le dos de quelqu’un d’autre. Malheureusement, nous devons maintenant discuter de la question sans le camarade Lénine. Alors ne nous cachons pas dans son dos mais faisons valoir nos propres points de vue.

Faut-il reconstruire l’appareil ? Dans n’importe quelles conditions vous avez des lacunes plus ou moins importantes dans tel ou tel appareil et un Parti a toujours un peu à ajuster ou à reconstruire son appareil. Combien ont été les lacunes qui se sont accumulées au cours de la période écoulée où l’appareil fonctionnait dans une direction complètement différente de celle dont parle le dernier Politburo ?

Revenons un peu en arrière sur l’ensemble du travail de l’appareil et voyons ce qu’il a donné à notre Parti et au pouvoir soviétique.

Le camarade Kamenev a cité sérieusement la résolution sur l’unité du Parti. Cette résolution a été mise en pratique sérieusement pendant toutes les trois années. Mais il y a aussi une autre résolution sur la démocratie au sein du Parti. La résolution sur l’unité fut employée entièrement et entièrement aux dépens de cette seconde résolution. C’est ce qui a servi à paralyser non seulement la pensée collective mais aussi individuelle.

Quel système a été mis en place quelques mois seulement après le Xe Congrès ? Au nom de la soi-disant « sélection », nous avons vu la sélection régulière des secrétaires provinciaux, des membres des comités provinciaux, des secrétaires de comté, etc. Le long de quelle ligne cela a-t-il été mené ? Auparavant, à l’époque du communisme de guerre, nous pratiquions une assez large mesure de nomination des membres et des secrétaires des comités provinciaux ; à la suite des controverses d’un des congrès, nous sommes arrivés à la conclusion que le Comité central ne doit pas nommer de secrétaires, mais les envoyer avec une recommandation à une organisation à tel ou tel poste. Cette méthode a été acceptée. Camarades, en cela il n’y a extérieurement rien de préjudiciable. Pour faire une recommandation, eh bien, il n’y a aucun danger à cela. Des recommandations ont été faites. C’étaient de bonnes recommandations.Mais l’organisation du Parti doit alors discuter de la recommandation et de la personne recommandée, l’examiner et cette organisation conserve le droit absolu d’élire ou de ne pas élire la personne recommandée. Mais quelque chose d’autre se passe dans la pratique. Le secrétaire s’en va dans tel ou tel organisme avec sa recommandation, il y va avec son papier — « il est recommandé ». L’organisation discute de la recommandation et de la personne recommandée, et arrive à la conclusion que ce camarade est nouveau, ils ne le connaissent pas et ils ne l’éliront pas secrétaire. Ensuite, un deuxième document est reçu avec une recommandation urgente. Et puis un troisième papier est reçu avec un rendez-vous. Vous avez donc une nomination totale de secrétaires et d’autres personnes responsables aux postes du Parti.Les secrétaires sont nommés soit en cas de faiblesse d’une organisation, soit en cas de querelle — dans une querelle, il y a généralement un côté « chamailleur » et un autre « non chamailleur ». Le secrétaire arrive, trouve le soutien du côté « non chamailleur » et une lutte s’engage contre les « chamailleurs », pourtant l’un et l’autre n’auraient dû être compris que comme des groupements conditionnels.

En conséquence, une lutte commence. La question n’est pas discutée dans l’organisation, mais il est mécaniquement ordonné d’en haut que telle ou telle question doit être menée sans discussion. Cela signifie que la lutte est courte : afin de liquider la « chamaillerie », ils ont répandu le groupe « de chamaillerie » autour d’autres provinces. Reste le deuxième groupe. Quelle sorte de psychologie se développe en eux ? « Le secrétaire était arrivé. Ce nouvel arrivant ne répond pas à l’opinion publique et ne répond pas à l’organisation du Parti. Si ce dernier groupe se prononce contre le secrétaire, il risque lui aussi d’être envoyé ailleurs. Bien sûr, beaucoup n’ont pas peur de cela. Mais ils sont renvoyés une fois, deux fois et une troisième fois et alors le goût d’être renvoyé commence à faiblir. Et puis vous obtenez la psychologie pas de la créativité collective,mais de subordination mécanique. C’est ce qui se passe dans les provinces, c’est ce qui se passe dans les comtés avec les secrétaires de comté, et c’est ce qui se passe aussi dans les cellules. Une psychologie s’est créée jusque dans les profondeurs du Parti du « ne discutez pas et ne discutez pas à l’intérieur du Parti mais exécutez mécaniquement ce que décident les organes supérieurs ». Il n’y a pas de créativité collective.

Dans les cellules, aucune question de taux de salaire, d’économie, de principes généraux ni même d’intérêt local n’est discutée. Les travailleurs sont complètement déconnectés des questions, les organes économiques donnent des directives et les cellules n’en sont pas au courant. Les travailleurs ne reçoivent pas d’explications car les cellules elles-mêmes n’en savent rien. Un gouffre complet se creuse non seulement entre notre organisation et notre appareil du Parti, mais entre tout le Parti et la classe ouvrière. Le Parti est tout seul et la classe ouvrière toute seule.

Et ici, nous arrivons aux regroupements. Lorsqu’un tel état de choses se crée dans le Parti, lorsque le Parti ne discute pas de questions, et lorsque les cellules ne connaissent pas leurs affaires d’usine, peu importe les affaires de politique générale, alors les membres du Parti cherchent une solution quelque part en dehors du Parti. Et autant de faits que vous le souhaitez peuvent être invoqués pour confirmer cela. Je vais en donner un. Un dimanche, lors d’une réunion du district de Rogozh, une travailleuse s’est présentée des membres du Parti et a raconté qu’elle avait constaté un grand nombre d’irrégularités et avait décidé de les combattre. Cette affaire remonte à 1921. Elle fait le tour des comités d’arrondissement sans aboutir à quelque chose de bien défini, puis s’en va au comité de Moscou où elle n’aboutit pas non plus. Sur le chemin de là, elle a vu une réunion au pont Kuznetski,s’est rendu à cette réunion et a dit quelques mots et a été mis en prison pendant huit mois. Il s’est avéré qu’elle s’était retrouvée dans le groupe de Panyushkin[Groupe politique formé en dehors du Parti communiste en 1921 par Panyushkin, un ancien bolchevik, c’était l’un des divers groupes à l’intérieur et à l’extérieur du parti qui tendaient vers l’anarchisme et s’opposaient à la direction du parti dans les Soviets et les syndicats dans les premières années de la NEP. ] à la réunion et elle a été emprisonnée pendant huit mois à cause de cela. Vous savez, camarades (une grande agitation dans la salle) ce n’est pas un conte mais un fait, et combien y a-t-il de faits comme ça ?

Les travailleurs n’obtiennent rien dans leurs organisations et se regroupent uniquement parce qu’ils voulaient exposer quelques-unes de leurs pensées et pourtant cela ne pouvait se faire nulle part au sein du parti. Une telle situation crée en effet des groupements extra-partis et antipartis, des « groupes ouvriers », etc. Bien sûr, ici beaucoup dépend des conditions objectives et de la NEP par laquelle nous avons été contraints de passer, mais l’état de notre appareil renforce le terrain et la base qui crée des groupements anti-Parti.

Maintenant en ce qui concerne les thèses du Comité central. Selon les mots du camarade Kamenev, le Comité central s’est soudain souvenu juste à temps et a écrit les thèses juste à temps. Si vous le croyez, il n’y a eu aucune pression sur le Comité central. C’est faux et cela voudrait dire que de nombreux membres de notre Parti sont déjà partis dans des groupements anti-Parti. Un proverbe russe peut être tout à fait applicable ici : « Si le tonnerre ne roule pas, le paysan ne se signe pas. Il fallait que le tonnerre s’abatte pour que l’orage éclate et qu’il y ait toute une secousse souterraine non seulement au sein de la masse du Parti, mais aussi au sein du Comité central ; mais le camarade Kamenev ne dit pas comment le Comité central s’est engagé dans la question des groupements.

Ces thèses du Comité central sont-elles acceptables pour le Parti ? Camarades, je pense que vous ne pouvez pas aborder les thèses à partir d’une telle formulation de la question. Il ne s’agit pas de savoir ce qui est écrit dans ces thèses. C’est une présentation purement formelle de la question. Nous devons examiner dans quelle situation ils ont été créés et de quoi ils sont l’expression. Leur but n’est pas de mieux résoudre le problème, mais de fournir tout un ensemble de piquets les plus favorables à l’appareil du Parti et offrant la possibilité d’être réinterprétés, etc. Prenons la question des groupements, la résolution sur l’unité du Parti adoptée au Xe Congrès. En quoi a-t-il été transformé ? Tout est mis sur le compte du mot « faction ». Le camarade Kamenev raisonne ainsi : si moi, Sapronov, je fais un jour un rapport dans une cellule,le lendemain à un autre et le surlendemain à un troisième, alors Sapronov est, dit-il, en train de constituer formellement une faction. Camarades, si aujourd’hui le secrétaire d’une cellule m’appelle et me demande de parler dans sa cellule, cela signifie, selon le camarade Kamenev, que je forme un groupe. Non. De l’avis du district de Khamovniki, un membre de l’organisation Khamovniki ne peut discuter de toute question qu’à Khamovniki et pas dans d’autres organisations. Nous connaissons des faits comme ceux-ci : un ouvrier est extrait d’une cellule d’usine et envoyé dans une cellule de comté. Ce travailleur est rattaché à une organisation départementale. Mais alors, après un mois et demi de séjour là-bas, il se rend à une réunion de sa cellule d’usine et demande la permission d’y prendre la parole. Le secrétaire du comité départemental dit tout de suite : « Je vous défends de parler, vous n’êtes pas de cette cellule. La question est:quelle est sa propre organisation ? Prenons Moscou. Sidorov et Ivanov sont rattachés à une cellule du comité de district de Presyna. Ils sont attachés à une cellule et ils ne peuvent gagner que leur cellule pourtant le comité de district est aussi leur organisation, comme l’est l’organisation de Moscou, et tout notre Parti — dites-nous exactement ce que vous autorisez et qu’entendez-vous par le mot " leur’. Tous ? Réponse. (Kamenev :Tous, tous.) Alors, ne murmurez pas, camarade Kamenev. Si l’autre camarade se trouve dans le quartier, à une réunion de Moscou et à une conférence panrusse et qu’il développe partout l’opinion qu’Ivanov a, mais que le camarade Kamenev n’aime pas, est-ce une faction ? Non, ce n’est pas une faction c’est le rassemblement de membres du Parti autour de ses idées. Si vous suivez la ligne du camarade Kamenev, cela signifie que vous ne pouvez argumenter que dans votre propre cellule. Si vous arrivez dans la cellule de quelqu’un d’autre, n’osez pas vous disputer. Mais il arrive des cas où ce camarade gagne l’appui de sa cellule, où ses idées triomphent dans sa cellule, mais si notre appareil du Parti n’aime pas les idées de cette cellule, alors ? Puis ce camarade est pris par le col, jeté en bandoulière et jeté dans une autre cellule. Et que se passe-t-il alors ? Que fait-il là-bas ? Dans un an ou deux, il y gagne des soutiens.Si ce camarade obtient des soutiens alors il est transféré dans une troisième cellule. Alors quel est le résultat ? Le résultat est que vous n’aurez jamais à défendre votre propre point de vue. Camarade Kamenev, comment travailler dans de telles conditions ? Si vous adoptez cette approche, camarades, Trotsky a raison lorsqu’il dit dans sa lettre : « L’appareil du Parti est une caricature vicieuse du factionnalisme.

Un camarade m’a posé aujourd’hui une question : « Je vous demande, camarade Sapronov, d’expliquer si ce qui suit est une application de thèses sur la démocratie interne : un instructeur vient dans la cellule et sur l’information du secrétaire note qui est un démagogue et qui ne l’est pas. Est-ce la démocratie prolétarienne à l’intérieur du Parti ou le factionnalisme – de l’autre côté ? Maintenant, le camarade Belenky me dit : « Vous harcelez tout notre district, attendez et nous apporterons des preuves contre vous. Je ne sais pas quelles preuves apportera le camarade Belenky, mais ce qui se fait dans le district de Presnya est très connu, vous n’avez qu’à lire la question du camarade Shumsky. C’est bien connu que le camarade Belenky y développe les ouvriers de cette façon : vous réalisez l’idée qui me convient, Belenky. Qu’est-ce que cela sinon une caricature vicieuse du factionnalisme ? Camarades,pourquoi cette intimidation du Parti, ici et ailleurs ? Alors ils sortent en se tordant les mains et disent : vous cherchez l’effondrement du Parti. Cette intimidation doit cesser.

On nous accuse d’être une opposition. C’est faux. Ce n’est pas moi qui suis l’opposant. En opposition aux thèses du Politburo, nous trouvons le camarade Kamenev. Je l’affirme et je peux le prouver. Lorsqu’il signa les thèses, le camarade Kamenev ne pensait pas dans l’esprit dans lequel elles étaient écrites. Maintenant, le camarade Kamenev dit : « Ne touchez pas à l’appareil. C’est de l’opposition. Ce n’est pas inscrit dans les thèses. Les thèses représentent le premier pas vers la résolution du problème dont nous parlons. Nous devons combattre de la manière la plus décisive à la fois l’homme de l’appareil et ceux qui craignent tout contact avec l’appareil.

Maintenant, je vais répondre à la question : qu’est-ce que la démocratie pure et approfondie ? Personne ne prône une démocratie pure et inviolable. Nous parlons de démocratie ouvrière à l’intérieur du Parti, d’une démocratie dont le droit est garanti à chaque membre du Parti : chacun peut exprimer sa bonne ou sa mauvaise idée et la volonté du Parti peut l’accepter ou la rejeter. Dans une telle démocratie, est-ce que l’expulsion (d’une cellule) pour ivresse, détournement de fonds, etc. est envisageable ? Dans ces cas, il ne faut pas transférer des membres ou les exiler politiquement et ainsi de suite - c’est un trop grand honneur pour un escroc - mais il faut aller devant un tribunal populaire ou supérieur et expulser ceux qui sont indignes d’être dans le Parti.D’ailleurs que faire si toute une organisation est petite-bourgeoise ? Le Comité Central peut à tout moment dissoudre toute organisation qui s’écarte du programme et des statuts et qui se dégrade. Le Parti doit alors nommer une commission pour réinscrire les membres du Parti, la commission peut convoquer une conférence, organiser un organe élu et ensuite rentrer chez elle.

Mais quelle est la situation réelle ? Un secrétaire est nommé et siège pendant un an ou deux. La troisième année, dit le camarade Kamenev, ne touchez pas à l’appareil, vous allez détruire le Parti. Ce secrétaire s’est installé confortablement dans la localité, il a peut-être acheté une chèvre et ne veut pas déménager. Et puis ils disent, ne touchez pas à l’appareil. Vous ne pouvez pas aborder la question comme ça. Ils tentent en outre de prouver qu’une purge du Parti est aussi une limitation de la démocratie. Camarades, dans un pays petit-bourgeois où notre Parti est loin d’être purement ouvrier et où les ouvriers sont minoritaires dans le Parti, nous entreprenons une purge du Parti non pas par des méthodes démocratiques mais bureaucratiques, une purge d’en haut. Il s’agit certes d’une purge mais d’une tout autre nature. Il s’agit d’une purge des éléments non-Parti de notre Parti, des détourneurs, des carriéristes,éléments petits-bourgeois et pour les purger nous n’avons pas besoin de méthodes démocratiques. Il faut donc frapper des deux côtés, avec le démocrate et le bureaucratisme, le principe électif et l’appareil. Nous avons encore des éléments qui ne devraient pas être dans le Parti et que nous devons encore purger. Mais il doit aussi y avoir une purge au sein de notre appareil. Le camarade Kamenev veut purger l’appareil par des moyens bureaucratiques. Mais s’il vous plaît, dites-moi qui s’est déjà purgé ? (Mais s’il vous plaît, dites-moi qui s’est déjà purgé ? (Mais s’il vous plaît, dites-moi qui s’est déjà purgé ? (Voix:Alors qu’est-ce que vous commandez ?) Voici ce que je propose : je ne commande pas car je ne peux pas, mais je propose de purger l’appareil du Parti non pas bureaucratiquement d’en haut mais démocratiquement d’en bas. Élection sans "recommandations", sans "recommandations urgentes" et sans "accords préalables" et la cellule doit élire son bureau sans aucune pression, aucune pression, aucune cajolerie. C’est ce qu’il faut faire. Zelensky m’a plus d’une fois déclaré lors de réunions : « Ici, à Moscou, tous les secrétaires sont électifs et peu ne sont pas élus. Mais je connais des cas à Moscou où le bureau discute la question de son propre successeur, pour ainsi dire, et cette question est transmise à l’examen de la cellule ; la cellule se réunit, le secrétaire arrive et commence à lire une liste au nom du bureau mais les yeux des membres du bureau s’ouvrent grand et ils disent :« Excusez-moi, mais de quelle liste de bureau s’agit-il ? Nous n’avons pas considéré cette liste mais une tout autre liste. » Et le secrétaire répond : ’Cette liste a été convenue avec le comité de district’. (Applaudissements.) Puis la cellule ou un membre de la cellule demande : « Avec respect, mais pourquoi nous rencontrons-nous si cela a déjà été convenu avec le comité de district ? Le secrétaire répond : « Vous pouvez enregistrer la dissidence. Les élections commencent, des dissensions se font, mais le secrétaire déclare : « Je vous demande pardon mais comment pouvez-vous vous en opposer si elles ont été convenues en commission de district ? Ceci, camarades, n’est pas une méthode démocratique, c’est la pression bureaucratique de notre appareil du Parti. Ici, les secrétaires de cellule sont approuvés par le comité de district, mais pas tous. Certains d’entre eux sont approuvés par le Comité de Moscou. La cellule doit élire un secrétaire, puis l’emmener enveloppé dans du papier au comité de district où il est entériné puis l’emmener dans le même papier au comité de Moscou pour être finalement entériné et ensuite ils disent :« Nous avons un régime et une pression contre les organisations petites-bourgeoises. Mais à Moscou, plus la cellule est grande, plus le secrétaire a besoin d’approbations. C’est une pression contre une organisation ouvrière. La cellule de base élit un secrétaire, le conduit au comité de district pour approbation, et de là au comité de Moscou pour approbation finale : pour le faire confirmer une fois pour toutes. Une démocratie est un système complètement électif. Mais si nous devions appeler cela une démocratie, nous ne saurions pas en fin de compte quand nous sommes vraiment des démocrates. Les cris des hommes d’appareil du Parti, qui atteignent presque l’hystérie et nous terrifient avec une scission du parti, doivent être rejetés. Il n’y a pas de scission ni aucun signe d’une scission, mais les cerveaux des membres du Parti sont juste en train d’être mis à mal. À pas une seule réunion, et j’ai assisté à de nombreuses,avons-nous vu quoi que ce soit de menaçant : mais nous voyons des protestations unanimes contre le régime en place. Le camarade Kamenev s’est trompé lorsqu’il a essayé de discréditer ceci ou cela ; camarade, qui a parlé à tel et tel moment et dans tel et tel lieu. D’un côté le "centralisme démocratique notoire" et de l’autre non pas un "notoire" mais un véritable centralisme bureaucratique.

Toutes les accusations de factionnalisme sont infondées. Nous n’avons pas de factionnalisme, mais il y a un mouvement ascendant à l’intérieur du Parti et Kamenev aurait pu en être convaincu lors des réunions et aurait dû conclure que de tels arguments ne sont pas pertinents. Dans le district de Rogozh-Simonov, Zinoviev affirmait qu’il ne s’agissait pas d’un mouvement mais que seule une petite couture commençait à s’agiter à Moscou, tandis qu’à Petrograd et dans toute la Russie tout était calme. Vous êtes de trop bons diplomates pour ignorer simplement les directives. Car là-bas, à Petrograd, vous avez des hommes de l’appareil qui se rendent dans les comités de district et disent : « La province s’est déjà penchée sur cette question. Sous prétexte de factionnalisme, l’appareil supprime toute pensée, commence à étouffer tout éveil de la pensée et expulse ceux qu’il trouve indésirables. Mais Kamenev dit :"Si vous allez au-delà de la cellule qui est le factionnalisme et que nous avons une résolution contre le factionnalisme." Alors tout doit rester à l’ancienne. Nous déclarons que rien ne doit rester à l’ancienne. On voit un tournant dans le Parti qui a décidé de la manière la plus déterminée de sortir de son point mort et de se relancer de toute son énergie. On peut voir un mouvement de tout le Parti et un mouvement de toutes les organisations qui veulent réaliser leurs luttes internes. C’est pourquoi il serait risible d’exiger des garanties. Le Parti ne doit exiger aucune garantie, mais signaler les erreurs commises par le Comité central, qui consistent en ce qu’il a tenté jusqu’à présent de freiner le développement du Parti et de ne pas laisser place à la créativité et à la pensée collectives ou de travailler à réaliser ces garanties par les moyens les plus démocratiques,au moyen de la démocratie ouvrière à l’intérieur du Parti. Nous devons dynamiser notre appareil du Parti au moyen d’élections de haut en bas. (Applaudissements .)

Le discours de Préobrajenski

L’attaque amère de Sapronov contre le bureaucratisme dans le Parti a provoqué un vif débat. Preohrazhensky a repris l’allégation du triumvirat selon laquelle l’opposition encourageait les « groupements » illégaux au sein du Parti.

Camarades, le camarade Kamenev a insisté dans son rapport principalement sur la question des groupements et c’est pourquoi je souhaite utiliser mon bref temps pour cette seule question. Je considère que, comme le parti s’est heurté à cette question, il doit exprimer son opinion sans équivoque, car tant que nous ne nous mettrons pas d’accord sur ce problème, nous ne pouvons pas le quitter et passer à d’autres questions non constitutionnelles qui sont plus importantes et plus cruciales .

Je pense que le camarade Kamenev a permis une inexactitude majeure dans sa formulation de la question et a tout aussi inexactement présenté l’histoire de l’origine de cette question. Par conséquent bien que ce ne soit pas une réunion d’Istpart, je dois quand même apporter quelques corrections. A la question essentielle de savoir si nous permettons les groupements, permettez-moi de répondre : ayez la bonté de définir d’emblée, qu’est-ce que les groupements ? Si vous ne donnez pas de définition mais citez la résolution du Xe Congrès qui a été adoptée dans une situation dont je dirai quelques mots plus loin et qui demande à être développée, modifiée et adaptée à nos nouvelles conditions ; si vous le citez simplement ou, comme le camarade Zelensky l’a proposé dans une cellule,s’en tenir à ce qui a été adopté en 1921 qui ne résout pas les problèmes nouvellement soulevés auxquels le parti est confronté dans ce domaine et auxquels nous devons nous attendre à une réponse tout à fait différente.

Il serait absurde et dangereux pour le Parti que, sur la question des groupements, nous répondions par une simple référence à la résolution du Xe Congrès ou oubliions complètement l’histoire du Parti depuis l’époque du Xe Congrès du Parti. Les premiers groupements du parti au pouvoir qui représentaient les embryons d’un parti d’une classe étrangère au plus profond de notre parti ont dû être excisés par nous dès que nous avions établi leur nature sociale. Nous avons dû prendre les mesures les plus sévères à leur encontre. mais idéologiquedes groupements se forment dans le parti afin de persuader le parti que les mesures qu’ils proposent sur l’économie, les finances, la construction interne du Parti, etc., sont plus correctes et plus appropriées que celles proposées par sa majorité officielle représentée par son Comité central - ou tout autre groupement, alors qui peut dire que de tels groupements sont inadmissibles ? Pourquoi sont-ils inadmissibles des groupements qui préparent le Congrès et veulent convaincre la majorité du parti sur telle ou telle question — procédure que nos Statuts permettent pleinement ? Nous ne nous sommes pas écartés de cela même dans les pires jours de la guerre civile ou si nous avons commencé à nous en écarter, cela n’aurait pu être qu’une violation des statuts du parti.

Nous avons certains groupes qui ont leur origine dans les conditions particulières dans lesquelles travaillent les camarades, soit des conditions qui les mettent en contact étroit avec les masses au moment où se produit le changement de direction du parti, soit grâce à leur plus grande clairvoyance, sensibilité et ainsi de suite, ils peuvent formuler les modifications nécessaires plus tôt que la partie officielle de notre parti. C’est une manifestation du travail intérieur de la pensée collective du parti qui est nécessaire au parti. De sorte que si maintenant, au nom de l’élimination de divers groupements de factions en tant que groupements d’une autre classe au sein de notre parti, une interdiction est placée sur la critique et que vous craignez que ces groupes de critiques créent un danger de désintégration dans le parti, alors nous devra défendre la résolution du Politburo contre certains membres du Politburo.

Nous devons clairement déterminer quels groupes sont interdits. Et quand on nous dit que le camarade Lénine lui-même a écrit la résolution du Xe Congrès sur les groupements de factions, alors je me souviens des occasions où les vieux bolcheviks ont exécuté les premières décisions de manière livresque et pédante comme les anciens scribes et s’y sont tenus, il les appellerait de vieux fous. . Je pense que personne ne souhaite que cette étiquette soit épinglée sur lui, ce qui n’est en aucun cas une étiquette de faction. Il s’adressait à ceux qui ne savent pas comment changer ou appliquer correctement une résolution au moment nécessaire et ne peuvent changer de tactique dans les 24 heures lorsque les circonstances l’exigent. Quand cette résolution est évoquée ici et que les camarades veulent l’appliquer littéralement à la nouvelle situation qui s’est créée dans le parti,alors je crains fort que l’accusation de livresque Lénine nous a appris à combattre politiquement, convienne largement à de telles personnes.

Nous pouvons avoir des groupements idéologiques non seulement progressistes, mais aussi régressifs, réactionnaires et arriérés. Par exemple, certaines couches de la classe ouvrière pourraient ne pas être capables, dans les conditions des inégalités de la NEP, de saisir la complexité de la situation actuelle et pourraient faire pression pour une lutte plus ferme contre les inégalités, etc. De tels groupements représenteraient des manifestations informes du mécontentement d’une partie insuffisamment consciente de notre parti qui n’est pas pleinement consciente de l’inévitabilité de l’inégalité dans certaines conditions et dans certaines limites et ainsi de suite. Pouvons-nous vraiment appliquer la résolution du Xe Congrès à de tels ouvriers et conduire de telles déviations dans la clandestinité alors que nous pourrions les disperser en quelques mois par le biais de la discussion, et de plus élever la conscience des camarades à un niveau supérieur.Car nous aurons de telles manifestations de mécontentement et je peux les prédire sans risque.

Insister sur l’étouffement de groupements qui peuvent être facilement dépassés reviendrait à ne rien comprendre à la nature de la NEP et aux méthodes de lutte contre son influence sur notre parti et ce serait une politique hautement imprudente et destructrice. Nous devons les combattre idéologiquement et seulement lorsqu’ils acquièrent une dangereuse déviation anarchiste comme reflet de l’influence petite-bourgeoise ; alors seulement pouvons et devons adopter les moyens des expulsions, des interdictions, etc. Si vous avez des formules sur les questions de groupements acceptables pour le parti, alors ayez la bonté de les soumettre et le congrès ne s’opposera pas à la formule qui est actuellement la plus correcte.Je crains que si nous devions maintenant adopter le point de vue de Kamenev, nous obtiendrions l’image que nous avons en fait observée dans notre parti au cours des trois dernières années - bien que ce ne soit certainement pas la faute du Comité central, ou du moins une seule pour cent par sa faute. Mais ce tableau existait et c’était un malheur pour la fête. Lorsque nous avons été obligés de resserrer l’anneau de notre discipline de parti et d’adopter la résolution du Xe Congrès sur l’unité du parti, alors dans les conditions de la bureaucratisation de l’appareil, cela a atteint un point où la majorité du Comité central elle-même a révélé une tendance à se tourner bon gré mal gré et spontanément dans un groupe qui lui est propre.Lorsque nous avons été obligés de resserrer l’anneau de notre discipline de parti et d’adopter la résolution du Xe Congrès sur l’unité du parti, alors dans les conditions de la bureaucratisation de l’appareil, cela a atteint un point où la majorité du Comité central elle-même a révélé une tendance à se tourner bon gré mal gré et spontanément dans un groupe qui lui est propre.Lorsque nous avons été obligés de resserrer l’anneau de notre discipline de parti et d’adopter la résolution du Xe Congrès sur l’unité du parti, alors dans les conditions de la bureaucratisation de l’appareil, cela a atteint un point où la majorité du Comité central elle-même a révélé une tendance à se tourner bon gré mal gré et spontanément dans un groupe qui lui est propre.

Le Comité central a suivi une ligne par laquelle la critique publique à son égard était refoulée dans le cadre des groupements. Lorsque des représentants du Comité central parlent du danger de toute sorte de groupements, il faut comprendre que ces groupements dans le parti sont des groupements sans fondement créés uniquement par le fait que certains camarades du Comité central s’arrogent le monopole de la défense de Bolchevisme. D’autres camarades sont aussi de vieux bolcheviks et pas moins que le camarade Kamenev. Pourquoi est-ce seulement le camarade Kamenev et quelques autres qui ont ce monopole ? Il ne doit pas y avoir un tel monopole dans le parti. Et un tel monopole ne signifierait qu’une forme de transformation de la majorité du Comité central de notre Parti en un groupement à part entière.

Au XIIe Congrès du Parti, le camarade Staline déclara qu’à son avis, le congrès avait exprimé son approbation du triumvirat dirigeant du Politburo. Quel est ce triumvirat ? Le Parti ne connaît que le Comité central et le Politburo ; le parti ne sait rien des triumvirats. Nous avons des organes officiels du parti. Alors, quand certains camarades additionnent les noms d’autres camarades qui ont voté il y a deux ou trois ans pour une même résolution et trouvent alors possible de dire qu’ils ont trouvé un groupement, qu’est-ce que c’est ? Je maintiens catégoriquement que si le parti vivait dans les conditions d’un centralisme même minimalement démocratique et non dans les conditions d’une distorsion d’un tel centralisme, alors nous n’aurions pas les groupements qui se sont figés comme des photographies depuis 1921.Nous aurions alors une situation aujourd’hui où Sapronov et moi dirions, groupe avec le camarade Staline ou Zinoviev sur la question de la Commission de planification d’État, demain avec le camarade Trotsky sur la question de la guerre et ainsi de suite. Puis une année de travail consciencieux s’écoulerait et des regroupements se produisaient à nouveau à partir de personnes complètement nouvelles. Ce serait une vie de fête normale pour nous. Je ne perds pas espoir que ça devienne comme ça. Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.groupe avec le camarade Staline ou Zinoviev sur la question de la Commission nationale de planification, demain avec le camarade Trotsky sur la question de la guerre, etc. Puis une année de travail consciencieux s’écoulerait et des regroupements se produisaient à nouveau à partir de personnes complètement nouvelles. Ce serait une vie de fête normale pour nous. Je ne perds pas espoir que ça devienne comme ça. Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.groupe avec le camarade Staline ou Zinoviev sur la question de la Commission nationale de planification, demain avec le camarade Trotsky sur la question de la guerre, etc. Puis une année de travail consciencieux s’écoulerait et des regroupements se produisaient à nouveau à partir de personnes complètement nouvelles. Ce serait une vie de fête normale pour nous. Je ne perds pas espoir que ça devienne comme ça. Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.Puis une année de travail consciencieux s’écoulerait et des regroupements se produisaient à nouveau à partir de personnes complètement nouvelles. Ce serait une vie de fête normale pour nous. Je ne perds pas espoir que ça devienne comme ça. Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.Puis une année de travail consciencieux s’écoulerait et des regroupements se produisaient à nouveau à partir de personnes complètement nouvelles. Ce serait une vie de fête normale pour nous. Je ne perds pas espoir que ça devienne comme ça. Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.Mais lorsque nous avons une situation où les membres de groupements idéologiques formés dans le passé sont écartés du travail du parti - je ne citerai pas d’exemples - je suis le premier - lorsqu’ils n’ont pas la possibilité de résoudre des alliances temporaires, cela les pousse à se regrouper. . Ce forçage de groupements s’opère artificiellement et est dangereux.

La question suivante. Le camarade Zinoviev dans son rapport à Presnya et dans son discours ici a donné pendant 15 minutes avec une logique exceptionnellement féminine - avec des excuses à la partie féminine de mon auditoire - deux formulations tout à fait contradictoires de la manière dont on peut critiquer le Comité central. Il a dit que, bien entendu, le Comité central n’a pas peur d’être critiqué et qu’il trouvera les moyens de répondre puisqu’il est sûr de sa justesse. Mais ensuite, il a dit : "Oui, le Comité central a commencé à être critiqué, on dit que les choses vont bien avec la politique étrangère, mauvaises dans l’économie alors que le cours à l’intérieur du parti a été mal pris." Bien,c’est quoi tout ça ? Si nous constatons que des erreurs ont été commises dans l’économie — et c’est un fait — et qu’il y a eu une erreur dans la sphère du cours interne au parti que le Comité central lui-même admet, alors pourquoi ne peut-on pas en parler ? Mais lorsque nous en parlons, il s’avère que cela est censé saper les fondements du Comité central et même menacer le pouvoir soviétique.

Le troisième jour suivant la parution du document du Politburo, nous avons vu une telle nervosité de la part des membres du Comité central presque comme s’ils ne pouvaient pas supporter de telles critiques. De sorte qu’il apparaît maintenant que ce document doit être défendu contre eux-mêmes. Je suis d’accord pour que nous puissions préciser avec précision l’étendue admissible de notre critique. Nous sommes également d’accord pour de plus grandes restrictions dans le ton. Le camarade Zinoviev dit que le ton doit être approprié sans être trop haut perché. Je doute que le ton du camarade Zinoviev ait jamais été plus modéré que le nôtre. Cela, nous le savons bien depuis 1921, lorsque le camarade Zinoviev défendait la démocratie. On peut convenir que le ton doit être plus calme et qu’il ne faut pas revenir aux moeurs de la discussion syndicale de 1921.Mais il est tout à fait impossible de régler une affaire aussi grave sans des définitions précises de ce dont on parle et en faisant des insinuations contre quelqu’un sans citer de noms, en jouant à cache-cache avec le parti, Et tout cela afin d’éviter les regroupements dans la fête !

Le parti ne craint surtout pas une crise du marketing, ni une aggravation de la conjoncture ; il redoute avant tout une atteinte à son unité, alors bien sûr l’intimider avec cette perspective revient parfois à gagner en prononçant un discours en faveur du Comité central. Mais à mesure que le parti comprendra mieux quelle est la question, il ne se laissera pas effrayer par les spectres. Nous avons le droit d’exiger des indications précises : de qui accusez-vous et de quoi les accusez-vous ( Voix : ’Mais qui accusez-vous ?’). J’accuse tous les camarades du Comité central qui effraient le parti de la possibilité d’une scission et de groupements fractionnaires qui n’existent pas. Ils n’existent pas et n’existeront pas sous un régime normal dans notre parti. ( Applaudissements.) Le camarade Kamenev a dit ici qu’il était inadmissible d’opposer une section du parti à une autre. Mais ne dresse-t-il pas une section du parti contre une autre car n’a-t-il pas dit qu’il y avait des gens qui sapaient la pierre angulaire de l’édifice du parti. Mais qui fait ça ? Vous devez parler concrètement. Qui et quand ? Je n’appartiens pas au groupe du centralisme démocratique et je ne l’ai jamais fait. Mais si des camarades s’expriment publiquement devant le parti et défendent leur point de vue, quel est le résultat ? Le parti a rejeté et continuera de rejeter les résolutions qui ne lui conviennent pas. Alors pourquoi mener un système d’incitation et d’intimidation vis-à-vis de ces camarades qui ont fusionné avec la minorité au congrès. Le parti doit s’éloigner de ce régime au plus vite. Sur ce point, nous devons affronter calmement et fermement une rebuffade décisive.Il n’y a pas d’incendie et personne ne propose de destruction de l’appareil.

Des réélections sont proposées lorsque les officiers nommés ne répondent pas aux humeurs et aux désirs des masses et ne jouissent pas de la confiance des électeurs. Il n’est pas nécessaire d’effrayer les gens que nous détruisons l’appareil ou que nous suivons notre propre chemin et formons un groupe. Je parlais récemment à un membre du Politburo—je ne veux pas citer son nom—qui, en réponse à ma question, pourquoi nous faire peur avec les factions, a exprimé sa crainte qu’un jour dans le futur une faction puisse se former qui prendre forme à partir de tels ou tels éléments. Permettez-moi de demander : si vous pensez qu’une faction pourrait prendre forme en 1933 puis sûrement en 1923, maintenant que le document du Politburo a été publié, vous devez crier à ce sujet.

Nous avons aujourd’hui un droit certain à la critique du Comité central. Elle est sujette à critique et nous devons en discuter et la critiquer avec calme et esprit d’entreprise. Si l’on est intimidé par la perspective d’une scission, on ne peut pas discuter de manière commerciale mais seulement déplacer la question sur le sol stérile d’une défense du droit à la discussion. Je suis d’accord avec le camarade Radek que les questions fondamentales de l’avenir seront des questions économiques : la ligne du parti par rapport à la Nouvelle Politique Economique, les réglementations du commerce, l’économie planifiée et le niveau des salaires.

Ces problèmes font surface devant nous et nous devons les considérer avec calme et sérénité, en gardant à l’esprit la situation dans laquelle nous nous trouvons. Je considère que tant que le camarade Kamenev peut faire une conférence où il dit que le léninisme était menacé ce que le camarade Radek a à juste titre remis à sa place le camarade Kamenev, ce qui était son service à cette réunion), et tant que le camarade Kamenev oublie les défauts de l’appareil mais concentre tout sur son premier point, je dois dire que nous n’allons pas commencera à mettre en œuvre sa résolution du Politburo mais marquera en fait le pas et aura juste une nouvelle discussion sur les groupements et les limites de la critique.Mais en attendant, nous devons passer de l’examen de la question de la démocratie ouvrière aux tâches urgentes parmi lesquelles se trouvent des problèmes qui, dans certains cas, inquiètent les ouvriers communistes en contact étroit avec les masses bien plus que la discussion sur la démocratie ouvrière que nous avons entamée. (Applaudissements .)

La Conférence provinciale de Moscou 10-11 janvier 1924

La réunion du parti à Moscou du 11 décembre 1923 s’était terminée par le simple vote d’une motion formelle de soutien à la résolution du 5 décembre sur la démocratie interne et l’unité du parti. Le même jour, la lettre de Trotsky aux réunions du parti du 8 décembre fut réimprimée dans la Pravda (voir Le Nouveau Cours pp. 68-74). Maintenant, cependant, le triumvirat dirigeant de Zinoviev, Kamenev et Staline a été contraint de changer radicalement de tactique dans sa lutte pour vaincre l’opposition. Staline, qui jusque-là s’était principalement occupé de manœuvres en coulisses contre les partisans de Trotsky et de l’opposition, produisit maintenant une longue Pravdaarticle (15 décembre) où il affirmait que l’opposition était déjà virtuellement vaincue, il condamnait violemment les 46 dirigeants de l’opposition qui, selon lui, avaient constitué un bloc de "communistes de gauche" (groupe Boukharine et Piatakov de 1918 qui s’était opposé à la paix de Brest avec Allemagne) et les « Centralistes Démocratiques » (groupe Sapronov de 1921). Son geste le plus important, cependant, fut de tenter de discréditer Trotsky en exploitant pour la première fois le fait que ce dernier n’avait rejoint le Parti bolchevique qu’en août 1917. Zinoviev emboîta le pas et attribua l’attaque de Trotsky contre l’appareil du parti au menchévisme. et le « trotskisme ». Le débat public dans la Pravdaa pris fin alors que dans toute la Russie des réunions du parti ont été organisées où Trotsky a été ouvertement condamné pour avoir prétendument violé l’unanimité de la résolution du Politburo du 5 décembre en formant un bloc avec les 46, néanmoins Trotsky a approfondi son attaque contre le bureaucratisme du parti dans ses articles and Factional Formations’ et ’The Question of Party Generations’ qui parurent dans la Pravda fin décembre 1923. (Voir The New Course , pp. 18-27, 4-11). En même temps Boukharine, qui n’avait pas encore pris une position claire dans la lutte, s’alliait ouvertement au triumvirat. Il a publié un long article qui énumérait les différences passées de Trotsky avec Lénine sur un certain nombre de questions dans une tentative de prouver la « déviation » cohérente de Trotsky du léninisme.

Tout en prononçant ces accusations de plus en plus calomnieuses contre Trotsky et l’opposition, le triumvirat mobilisait l’appareil pour une conférence du parti qui infligerait une défaite formelle à Trotsky et à l’opposition et ainsi proscrirait leur activité dans le parti. Immédiatement avant cette conférence panrusse, une conférence provinciale du Parti se tint à Moscou les 10 et 11 janvier 1924. Ici, l’opposition pouvait, malgré la campagne désormais hystérique du triumvirat, compter encore sur le soutien d’un cinquième des délégués. Preobrazhensky a prononcé le discours principal de l’opposition.

Le discours de Préobrajenski

Camarades, d’un point de vue tactique, le camarade Kamenev a fait son discours assez correctement. Il passe à l’attaque et se défend ainsi par une attaque. C’est bien sûr le meilleur moyen de couvrir toutes les erreurs commises par le Comité central au cours de l’année écoulée en tentant de soumettre au parti toutes les prétendues erreurs commises par l’opposition. Cependant, je dois vous dire ici et maintenant qu’il faut regarder les erreurs du Comité central sous leur vrai jour.

Ici, je décrirai l’histoire de notre lutte pour la démocratie ouvrière un peu différemment de la manière dont le camarade Kamenev l’a décrite et, surtout, je dois, et nous devons tous, appeler les membres du parti à adopter une attitude des plus sérieuses et réfléchies envers la question centrale et fondamentale, la question de savoir quelle période traverse actuellement notre parti et quel stade de développement traverse notre économie soviétique. Si nous reculons devant l’examen de cette question, nous ne comprendrons pas pourquoi notre parti s’est soudainement retrouvé au cours des mois de septembre, novembre et décembre de l’année dernière dans un état de violente polémique interne. Nous ne comprendrons pas non plus ce qui nous attend dans un avenir très proche. Le camarade Kamenev a rechigné à examiner cette question parce qu’un tel examen, qui est bien plus important qu’un tas de bagatelles,rendrait les conclusions du camarade Kamenev fondamentalement incorrectes et ses propositions dangereuses. Ce qu’il propose ici au nom du Comité central, ce qu’il propose comme mesures fondamentales, ne peut que briser le parti au lieu de le renforcer et je peux vous le démontrer à partir des faits que nous avons accumulés au cours de la période récente.

Le camarade Kamenev a commencé son histoire de la question à partir de la déclaration des 46 et moi aussi je commencerai par cette proposition des 46. Pour nous aider à juger si nous avons agi correctement en présentant cette proposition au Politburo, le et l’analyse absolument frivole de la situation actuelle faite par le camarade Kamenev est tout à fait inadéquate. Nous avons produit une proposition définitive adressée au Comité central du parti. On nous demande : soutenez-vous ou non l’accusation présentée au Comité central ? Nous répondons à cette question : en premier lieu, dans notre document des 46, nous avons signalé l’extinction progressive de la vie de nos organisations, la séparation d’avec les masses et le fait que tout cela s’est produit en grande partie à cause du mauvais chemin suivi par le Comité central.Nous avons exigé une transition vers la démocratie ouvrière. C’était un point. Le deuxième point fondamental était le manque de planification et de système dans la politique économique du Comité central. A ce titre, la caractérisation de cette politique incluse dans notre document était tout à fait réaliste car nous avons avancé la demande de planification et attiré l’attention sur la non-application des résolutions du XIIe Congrès du Parti.

Alors que s’est-il passé alors ? Je vous ai déjà dit ici qu’en lançant des accusations aussi lourdes (et nous sommes tout à fait d’accord avec vous sur ce point) contre le Comité central du parti, nous avons néanmoins déclaré d’emblée qu’en ce qui nous concernait la question n’était nullement celui de changer les individus, mais de changer de ligne ; en effet, le document des 46 se terminait en gros par les mots suivants : nous proposons au Comité central la sortie la plus saine de la situation qui s’est présentée. Nous voyons une telle issue dans votre (le Politburo) appelant un plénum du Comité central et de la Commission centrale de contrôle pour discuter, avec les camarades signant ce document, de la situation qui s’est développée.

Ainsi, nous ne faisions en aucun cas appel aux membres du parti. Le fait que nous ayons adressé au Politburo une proposition de convoquer un plénum du Comité central et de la Commission centrale de contrôle témoigne assez clairement du fait qu’à cette époque - la période du développement et de l’élargissement de la révolution allemande, une période de la possibilité de batailles imminentes en Allemagne — nous n’avons pas cru possible de soumettre cette question à l’examen de tout le parti. Pour recueillir les signatures des 46, il fallait, bien sûr, qu’un nombre limité de camarades lisent le document, mais il n’y avait absolument rien de mal à cela car le cours du parti ne permet aucun autre débouché ou moyen d’exprimer son opinion. Nous nous sommes donc tournés vers le Politburo du Comité central ;nous avons exigé qu’il convoque un plénum du Comité central pour examiner la situation qui s’est présentée. Par conséquent, malgré la gravité des accusations portées contre le Comité central - mais néanmoins à juste titre - et tout en faisant le point sur l’ensemble de la situation, nous nous sommes adressés au même Comité central avec une proposition de régler la question au discussion de camaraderie commune pour que tout cela soit réglé par le Comité central lui-même sans l’amener à une discussion de parti.nous nous adressâmes au même Comité central avec une proposition de résoudre la question au moyen d’une discussion fraternelle commune afin que tout cela soit réglé par le Comité central lui-même sans l’amener dans une discussion de parti.nous nous adressâmes au même Comité central avec une proposition de résoudre la question au moyen d’une discussion fraternelle commune afin que tout cela soit réglé par le Comité central lui-même sans l’amener dans une discussion de parti.

Ici, le Comité central a commis sa première erreur en plus de celles qu’il avait commises précédemment et dont je parlerai sous un autre rapport. Cette erreur consistait dans le fait qu’au plénum du Comité central et de la Commission centrale de contrôle que nous avions voulu être convoqués pour une discussion commune de camaraderie, nous parlions comme à l’intérieur d’un camp hostile où nous étions considérés comme des gens semant la désorganisation. Au nom des signataires du document, j’ai fait une proposition en six points, mais elle n’a même pas été prise en compte. C’était l’erreur la plus grossière du Comité central. Je le remarque ici parce que si une politique d’une telle attitude envers des couches particulières de notre parti qui expriment une opinion non conforme à la majorité du Comité central se poursuit, elle sera dangereuse pour le parti et menacera de conséquences néfastes.Aujourd’hui, alors que nous n’avons pas la direction de Lénine, ce genre de politique aggrave le danger à plusieurs reprises.

Je vais maintenant aborder l’essentiel de ce que le camarade Kamenev a dit. Il a dit : vous représentez une opposition sans scrupules. Voyons comment les choses se passent concrètement sur la transition vers la démocratie ouvrière. Nous avons présenté cette demande sous une forme très acérée, une forme tout à fait justifiée par la situation existant à l’intérieur de notre parti. Le Comité central a répondu dans son document du 5 décembre ; aucun de vous ne pense bien sûr, et il serait risible de penser, que ce document est apparu à la suite du document du 15 octobre signé par le 46. Ce document du 46 n’était qu’un des éléments de la manifestation de parti et opinion publique qui exerçait une pression certaine sur le Comité central de notre parti.

Mais une impression beaucoup plus forte a été faite sur le Comité central par les scènes qui ont eu lieu au sein de notre parti à Moscou et après le membre du Comité central le camarade Zinoviev à l’université de Sverdlov, le camarade Staline lors d’une réunion des travailleurs du parti Presnya et le camarade Kamenev lors d’une réunion dans le quartier Bauman (qui avait déposé sa propre résolution avant celle du Politburo du 5 décembre) avaient tous vu l’état d’esprit de ces organisations. De tous ces faits et finalement de ce qui a été écrit dans la Pravda des provinces — et vous savez que 90 % de ces articles étaient dirigés contre l’ancien cours — le Comité central a estimé que la situation était alarmante et qu’un un tour immédiat était vital et cela a été fait dans la résolution du 5 décembre.

C’est ainsi que le Comité central lui-même s’était engagé formellement à réaliser ce que nous avions demandé dans notre déclaration des 46 au sujet d’une transition vers la démocratie ouvrière. Par conséquent, lorsque le camarade Kamenev dit ici : où sont au juste vos principes ? vous êtes une opposition sans scrupules, nous répondons que ce n’est pas nous qui avons renoncé à nos anciennes revendications de démocratie ouvrière, mais le Comité central qui a renoncé à l’ancienne politique du parti.C’est le fondement de ce qui s’est passé et si nous voulons vraiment regarder de près ce qui s’est passé, pouvons-nous nous présenter sur cette plate-forme au nom du Comité central et effacer ce fait qui nous regarde en face de l’histoire du parti ? Sûrement, lorsque n’importe quel membre de la base de notre Parti communiste réfléchit en privé à ce qui s’est passé, il peut comprendre la situation par lui-même ? Puis vint le document du 5 décembre. L’abandon de l’ancien cours par le Comité central se fit dans une autre atmosphère que celle que nous avions proposée au Comité central. Au plénum du Comité central et de la Commission centrale de contrôle, nous avions proposé que ce tour se fasse par le haut sans attendre une discussion de parti et malgré les événements qui se déroulaient en Allemagne car notre parti devait obtenir le maximum d’unanimité.Le Comité central avait refusé de s’entretenir avec nous. Il nous avait présenté une résolution de condamnation saccharine qui était essentiellement une condamnation de notre position fondamentale par rapport à la démocratie ouvrière dans le parti et à la planification dans notre économie. Peu de temps après, cependant, le Comité central dut revenir sur son refus, mais maintenant dans une situation pire pour le Comité central alors que notre parti était déjà devenu mal à l’aise dans ses centres les plus avancés. Sous la pression d’en bas, le Comité central fit certaines concessions. Et dans cet état de fait, de sages sociologues sortent et déclarent qu’une opposition est apparue qui agite le parti.Il nous avait présenté une résolution de condamnation saccharine qui était essentiellement une condamnation de notre position fondamentale par rapport à la démocratie ouvrière dans le parti et à la planification dans notre économie. Peu de temps après, cependant, le Comité central dut revenir sur son refus, mais maintenant dans une situation pire pour le Comité central alors que notre parti était déjà devenu mal à l’aise dans ses centres les plus avancés. Sous la pression d’en bas, le Comité central fit certaines concessions. Et dans cet état de fait, de sages sociologues sortent et déclarent qu’une opposition est apparue qui agite le parti.Il nous avait présenté une résolution de condamnation saccharine qui était essentiellement une condamnation de notre position fondamentale par rapport à la démocratie ouvrière dans le parti et à la planification dans notre économie. Peu de temps après, cependant, le Comité central dut revenir sur son refus, mais maintenant dans une situation pire pour le Comité central alors que notre parti était déjà devenu mal à l’aise dans ses centres les plus avancés. Sous la pression d’en bas, le Comité central fit certaines concessions. Et dans cet état de fait, de sages sociologues sortent et déclarent qu’une opposition est apparue qui agite le parti.mais maintenant dans une situation pire pour le Comité central alors que notre parti était déjà devenu mal à l’aise dans ses centres les plus avancés. Sous la pression d’en bas, le Comité central fit certaines concessions. Et dans cet état de fait, de sages sociologues sortent et déclarent qu’une opposition est apparue qui agite le parti.mais maintenant dans une situation pire pour le Comité central alors que notre parti était déjà devenu mal à l’aise dans ses centres les plus avancés. Sous la pression d’en bas, le Comité central fit certaines concessions. Et dans cet état de fait, de sages sociologues sortent et déclarent qu’une opposition est apparue qui agite le parti.

Ainsi, sur la première question — le renoncement du Comité central à l’ancienne politique du parti — il faut dire qu’il l’a fait tardivement et que c’était son erreur. Mais le Comité central a néanmoins fait ce virage et nous a ainsi rendu inutile une tribune spéciale aux quatre cinquièmes. Car il aurait été tout à fait absurde de notre part d’inventer des revendications que nous ne pensons pas pouvoir proposer au parti : cela aurait été en effet une opposition en faillite sans scrupules. Mais de cette façon, le parti et nous-mêmes avons gagné sur ce point fondamental.

La deuxième question concerne le passage à la planification. Dans notre document, nous avons attaqué très vivement le manque de planification, le manque de système et le manque de prévoyance dans les mesures du Comité central du parti. En ce qui concerne le passé, cette caractérisation était tout à fait correcte. Il n’y a aucune possibilité de prouver cette justesse dans un discours lors d’une réunion. Nous devons encore produire une série de documents où tout cela sera pleinement développé. Néanmoins, il ne fait aucun doute et il est clair pour tout le monde que la résolution sur la planification, qui était la question centrale de notre industrie d’État lors du XIIe Congrès, n’avait pas été mise en œuvre et je dois dire que ceux d’entre nous qui ont lu le document du Comité central en réponse à la lettre du camarade Trotsky se souviendra d’un point qui s’est enraciné dans ma mémoire comme un point absolument inadmissible.On y a fait remarquer que ce qui était essentiel dans la résolution du XIIe Congrès était plus ou moins exécuté alors que ce qui était mal conçu et incorrect n’était pas mis en œuvre.

Ben qu’est-ce que tu en penses ? C’était, après tout, une résolution d’un congrès du parti. Dans leurs polémiques avec le camarade Trotsky, les camarades ont oublié qu’à partir du moment où une résolution est adoptée par le Congrès, c’est à la fois une résolution du Congrès et une résolution du parti. Vous ne pouvez pas le traiter comme une lettre individuelle que le camarade Trotsky envoie au Comité central. Pouvez-vous vraiment traiter les décisions du parti là-dedans ? Une attitude du parti envers son organe suprême, le congrès du parti, est-elle possible ? Voilà où en sont les choses et en grande partie grâce au manque de sens des responsabilités de la majorité des membres du Comité central sur tout un tas de questions. Aussi devons-nous répondre sur ce point que nous avons signalé au Comité central tout un tas d’erreurs dans ses travaux passés.Ils peuvent et en partie ont déjà été prouvés. La crise en cours confirme largement les erreurs passées du Comité central. Ses thèses disent sur cette question qu’elle remonte à la résolution du 12e Congrès du Parti sans répondre à la question de savoir pourquoi cette résolution n’avait pas été exécutée. De même, sur le deuxième point que nous avons soulevé en formulant nos accusations, le Comité central, tout en s’orientant dans la direction qu’il devrait - la direction de la planification - l’a fait tardivement et n’a donné aucune explication formelle ou autre quant aux raisons pour lesquelles il n’avait pas mis en œuvre la résolution du 12e Congrès.Ses thèses disent sur cette question qu’elle remonte à la résolution du 12e Congrès du Parti sans répondre à la question de savoir pourquoi cette résolution n’avait pas été exécutée. De même, sur le deuxième point que nous avons soulevé en formulant nos accusations, le Comité central, tout en s’orientant dans la direction qu’il devrait - la direction de la planification - l’a fait tardivement et n’a donné aucune explication formelle ou autre quant aux raisons pour lesquelles il n’avait pas mis en œuvre la résolution du 12e Congrès.Ses thèses disent sur cette question qu’elle remonte à la résolution du 12e Congrès du Parti sans répondre à la question de savoir pourquoi cette résolution n’avait pas été exécutée. De même, sur le deuxième point que nous avons soulevé en formulant nos accusations, le Comité central, tout en s’orientant dans la direction qu’il devrait - la direction de la planification - l’a fait tardivement et n’a donné aucune explication formelle ou autre quant aux raisons pour lesquelles il n’avait pas mis en œuvre la résolution du 12e Congrès.

Tout en mentionnant fréquemment le nom du camarade Lénine et en essayant de l’imiter, les camarades du Comité central n’adhèrent pas à la tactique de Lénine en la matière. A chaque congrès et à chaque conférence, Lénine parlait toujours assez franchement et sans crainte des erreurs commises par le parti, les exagérant même parfois dans le but pédagogique de les impressionner davantage et de la nécessité de les corriger au cours de l’année suivant le congrès. Zinoviev, Kamenev et d’autres camarades n’adhèrent pas à cette règle de Vladimir Ilitch. Au lieu de dire sans ambages et hardiment que sur les questions de démocratie ouvrière et d’autres questions, le Comité central a fait un tour et a ensuite admis et corrigé les erreurs qu’il avait commises auparavant,Le camarade Kamenev choisit l’opposition comme cible et commence à ouvrir le feu pour que tout le monde puisse voir le tir, s’y absorber et ne pas remarquer la raison pour laquelle ce tir a lieu, quelle est l’essence des erreurs et ne pas remarquer que cela Le tour fut en fait fait par le Comité central lui-même, reconnaissant ainsi l’inexactitude de sa politique passée. Par conséquent, sur ce point du rapport du camarade Kamenev, je pense qu’il est en train d’injurier le parti de façon inadmissible. Nous devons rétablir la vérité telle qu’elle est et je maintiens que le camarade Lénine ne ferait pas son rapport de cette manière dans une période aussi cruciale que traverse actuellement notre parti.quelle est l’essence des erreurs et ne pas remarquer que ce virage a en fait été fait par le Comité central lui-même, reconnaissant ainsi l’inexactitude de sa politique passée. Par conséquent, sur ce point du rapport du camarade Kamenev, je pense qu’il est en train d’injurier le parti de façon inadmissible. Nous devons rétablir la vérité telle qu’elle est et je maintiens que le camarade Lénine ne ferait pas son rapport de cette manière dans une période aussi cruciale que traverse actuellement notre parti.quelle est l’essence des erreurs et ne pas remarquer que ce virage a en fait été fait par le Comité central lui-même, reconnaissant ainsi l’inexactitude de sa politique passée. Par conséquent, sur ce point du rapport du camarade Kamenev, je pense qu’il est en train d’injurier le parti de façon inadmissible. Nous devons rétablir la vérité telle qu’elle est et je maintiens que le camarade Lénine ne ferait pas son rapport de cette manière dans une période aussi cruciale que traverse actuellement notre parti.

Laissez-moi aller plus loin. Le document du 5 décembre fait son apparition. Nous reconnaissons qu’il est correct et nous écrivons dans toutes nos résolutions « Nous nous félicitons du document. . .’ Et bien que nous ayons eu des amendements partiels, nous ne les proposerions pas ici, car pour nous l’important est de mettre en œuvre ce que le Politburo a unanimement convenu et que tout le parti a approuvé ; c’est pourquoi nous n’avons rien avancé ici, mais avons salué ce document et dit seulement que nous devons le mettre en pratique de bonne foi et au mieux de nos capacités. Telle a été notre position sur cette question, même si, bien sûr, il est clair que tout en saluant ce document, nous ne pouvons pas, comme Ivan Forgetfuls, oublier ce qui a été.Nous ne pouvons pas non plus manquer d’exprimer nos craintes pour l’avenir si le renouvellement de l’appareil du parti qui garantira la mise en œuvre de ce document ne se concrétise pas. Car dans le même document est soulignée la nécessité d’un renouvellement systématique de l’appareil et l’élection de tels camarades qui peuvent sincèrement mettre en œuvre ce document. Nous avions avancé cette idée, mais nous avons subi les attaques les plus furieuses parce que nous avons critiqué le travail passé du Comité central.

Mais comment ne pas critiquer ? Si le Comité central est responsable de son travail d’un congrès à l’autre et s’il y a eu des erreurs dans son passé, alors nous devons les critiquer afin d’éviter ces erreurs à l’avenir.

Passons maintenant à la question de la politique économique. Je reviendrai sur cette question plus en détail plus tard lorsque j’en traiterai l’essentiel. Ici, pour mémoire, je dois juste esquisser comment le Comité central a également pris ce virage tardivement. La résolution du Comité central sur la question économique était largement acceptable, mais elle n’a pas rendu le virage vers la planification suffisamment ferme et tous les discours des membres du Comité central ne font que confirmer nos craintes qu’en ce qui concerne la planification, tout reste globalement dans l’ancien manière. La confirmation la plus nette en est fournie par le discours du camarade Zinoviev à Sokolniki où il a communiqué au parti sa toute nouvelle découverte. Il s’avère qu’insister sur la planification, comme nous le faisons actuellement,est une déviation vers le menchevisme et la IIe Internationale et il a développé cette idée tout en soutenant que sur toutes ces questions de politique interne au parti, il était un défenseur à 96 carats du léninisme. Une telle attitude envers la planification n’est pas du léninisme à 96 carats mais des ordures à 96 carats.

On peut être inexpérimenté en questions économiques et on peut parler en termes généraux des chervonets [Les chervonets étaient une nouvelle unité monétaire introduite en Union soviétique en 1922 dont le pair était de dix roubles-or. Il s’agissait donc d’une tentative d’établir une monnaie « dure » ​​adossée à l’or pour financer le commerce extérieur. Il a cessé de circuler dans les années 1930.]sans saisir le fond du problème, mais lorsqu’on nous présente ce genre de chose, qui révèle une ignorance totale de la nature de notre économie et de la tendance de son développement au stade actuel, cela fait naître nos craintes. De quelle sorte de transition vers la planification dont parle la résolution s’agit-il ? Car toutes les contributions des orateurs frappent contre le caractère bureaucratique et artificiel d’un plan et ainsi de suite. Mais pas un mot n’a été dit pour défendre le plan qui a été proposé. Telles sont donc les conditions dans lesquelles le Comité central s’est tourné vers la planification. C’est le principe et le point central. Lorsque les arguments sont ainsi exposés, frappant davantage un plan en général que le plan dans les présentes conditions ; lorsque nous entendons de tels discours, le doute s’insinue naturellement dans nos esprits : s’agit-il simplement d’un virage formel et les choses resteront-elles en effet à l’ancienne ? C’est donc à cette question que se réfèrent la plus grande partie des amendements que nous proposerons.

C’est notre position sur la question économique.

Des polémiste s’avancent du Comité central pour consacrer les quatre cinquièmes de leurs discours à des polémiques contre l’opposition plutôt qu’au rapport du Comité central. Quand polémistes et publicistes s’avancent ici du Comité central et disent que l’opposition a abandonné sa plate-forme, le parti et nous-mêmes disons : et tant mieux ! Nous ne voulons pas de plate-forme. Car si un groupe est obligé de présenter une tribune, alors cela signifie que tout ne va pas bien. La situation normale doit être : une seule ligne, un seul programme, une seule tactique et un seul ensemble de mesures pour l’avenir immédiat avec des désaccords commerciaux uniquement dans les limites de cette ligne commune. Mais lorsqu’il s’agit d’un tour de gouvernail général,de tels désaccords peuvent être très aigus et c’est une bonne chose si les camarades acceptent que les trois quarts des désaccords puissent être levés. C’est une bonne chose pour la fête.

Pourtant maintenant ils nous disent : Où avez-vous atterri vous-même ? Vous vous êtes trompé en approuvant la plate-forme du Comité central, et ainsi de suite. Mais pouvez-vous vraiment traiter la fête comme ça ? Cela aurait été un malheur si le document du Comité central du 5 décembre n’avait pas fourni une plate-forme économique. Cela aurait en effet signifié la nécessité d’une lutte par plates-formes. Mais au lieu d’exposer correctement la situation, le camarade Kamenev présente un rapport indigne d’un journaliste du Comité central avec une jubilation polémique malveillante sur le fait que nous n’avons pas de tribune. Le camarade Lénine n’aurait pas permis cela en de telles occasions et nous condamnons donc le Comité central pour cela.

Et maintenant la question suivante. Au début de notre discussion, quelle a été l’attitude du Comité central à son égard depuis le début jusqu’à ces derniers temps ? Ici, il est très utile de rappeler comment le camarade Lénine s’est comporté dans des situations analogues.

Pendant les controverses sur la gestion collégiale, une réunion des dirigeants du parti a été convoquée à Moscou où le camarade Tomsky a obtenu une majorité écrasante et le camarade Lénine, je pense, n’avait que six voix. Qu’a fait alors le camarade Lénine ? A-t-il paniqué ? A-t-il publiquement accusé Tomsky d’une déviation menchevik sur cette question dans les pages de la Pravda ? En aucun cas. Il savait très bien que le parti contesterait la question et finirait par se faire une opinion juste. C’était l’attitude du chef du parti vis-à-vis des différences ; ils doivent être présentés à la partie pour examen afin qu’elle puisse régler toute l’affaire sereinement.

Ce ne sont d’ailleurs pas les seules différences que nous ayons eues. Il y avait des désaccords très substantiels sur la question syndicale (bien qu’il s’est avéré que nous ne nous disputions pas du tout à propos des syndicats). Si vous relisez ce que nous avons écrit, vous verrez que nous avons beaucoup dit et qu’il y a eu beaucoup d’erreurs des deux côtés et ainsi de suite. Mais même si vous prenez les explosions les plus vives dans cette controverse, vous ne nous trouverez pas en train de nous accuser les uns les autres des choses dont les représentants du Comité central accusent l’opposition à l’heure actuelle. Pourquoi ? Car malgré le fait que les conditions étaient alors mille fois plus dures — nous passions du temps de guerre au travail de temps de paix avec des hésitations considérables parmi la paysannerie — la majorité ne se permettait pas ce qu’elle se permet aujourd’hui. Le Comité central est maintenant pris de panique,lancer contre nous un barrage d’artillerie qui n’aurait de sens que s’il s’agissait de nous expulser nous-mêmes et le camarade Trotsky du parti. Mais si ce n’est pas le cas, c’est tout le produit d’une panique et un produit du fait que le Comité Central a extrêmement peur de perdre Moscou surtout et par conséquent a commis les plus grandes erreurs.

Comment se déroule la lutte actuelle ? Si nous regardons le ton que la Pravdaadopté dès le début qui a alarmé les provinces et consolé les milieux des gardes blancs (cela n’a-t-il pas l’odeur de la scission ? il faut le dire), il faut dire : vous n’affichez pas le sang-froid que le camarade Lénine a toujours exposé lorsque le parti revérifiait les questions. Le camarade Lénine ne se laisserait jamais abattre par des camarades qui avaient préconisé les solutions dont certaines sont maintenant adoptées et mises en œuvre ; il n’adoptera jamais un ton aussi clivage envers une opposition qui comprend un tiers des camarades élus dans tous les districts de Moscou et plus d’un cinquième des délégués votants. Vous ne pouvez pas traiter ainsi une tendance si grave du parti. Vous ne nous permettez pas d’examiner sereinement les problèmes qui se sont posés.Je dois souligner ici que les problèmes les plus graves se sont posés et que le parti est confronté à un tournant significatif et important par rapport à la nouvelle politique économique ; Ici, nous devons clairement comprendre dans quelle direction nous devons aller. Mais cette discussion a sérieusement effrayé le parti qui pense que si nous discutons des problèmes, l’unité du parti pourrait en souffrir davantage, car il craint plus pour l’unité du parti qu’autre chose.

Si ce que le camarade Boukharine a dit sur le danger d’une scission est vrai, alors chaque membre du parti peut dire que si l’unité du parti est menacée, il acceptera de renoncer à ses opinions et de marcher ensemble. Mais si aucune scission ne menace, ce qui est en fait le cas, alors les méthodes de notre polémique doivent être différentes et la Pravda doit également être gérée différemment car sinon nous avons une comptabilité en partie double où les comptes ne correspondent pas.

Maintenant à la question de savoir pourquoi nous passons à la démocratie ouvrière. Le camarade Sokolnikov a dit à Sokolniki et a répété dans le district de Zamoskvorechie que la décision était « un signe de l’aggravation de notre position tout comme au 10e Congrès (1921) nous avions pris une telle décision en réponse à des hésitations et ainsi de suite. . .’ Mais le camarade Zinoviev dit que « nous pouvons nous permettre la démocratie ouvrière car nos positions internes et internationales se sont améliorées à la fois politiquement et économiquement ». Mais vous ne pouvez pas traiter la fête comme ça ! Ces rapports contradictoires caractérisent la panique et le désarroi au sein du Comité central.

Vous me reprochez d’ailleurs qu’avant le document du 5 décembre je parlais d’un ton et après d’un autre. C’est tout à fait vrai parce que lorsque vous vous battez pour quelque chose et qu’on vous le donne, ensuite vous adoptez une attitude différente. On voit d’ailleurs que les membres du Comité central ont pris peur et ont confondu le parti - ce que le camarade Lénine n’a jamais fait - et n’ont pas permis au parti de s’emparer librement de la situation ultra-complexe dans laquelle ces discours populistes du camarade Kamenev sur le vieux paysan et la smychka[lien entre la campagne et les villes] sont insuffisants et une bonne analyse de la situation est nécessaire. Je considère donc que cette discussion a, grâce à la politique du Comité central, échoué. En intimidant le parti avec un danger de menchévisme et autres, le Comité central voulait supprimer une occasion de comprendre la situation sur la base du nouveau cours. A quoi cela mène-t-il ? Elle conduit à une situation où cette politique ne peut être considérée que comme une lutte contre le nouveau cours, à un moment où le nouveau cours a déjà été proclamé et toute cette polémique n’a aucune justification objective.

Maintenant la question du camarade Trotsky. Je dois dire que le camarade Trotsky peut répondre et se défendre mieux que quiconque parle ici et à cet égard, le camarade Kamenev recevrait pleinement ce qu’il méritait. Mais, camarades, je dois juste dire que vous faites preuve d’une ambiguïté et d’une incohérence monstrueuses à l’égard du camarade Trotsky.

D’un côté, nous sommes des faillis politiques, une opposition dirigée par le camarade Trotsky, notons-le dans le livre. Deuxièmement, il a une déviation vers l’opportunisme et le menchevisme et troisièmement, il lutte contre la ligne bolchevique au sein du parti, c’est-à-dire qu’il est un désorganisateur des rangs bolcheviques. Ce sont les trois accusations portées contre le camarade Trotsky dans les pages de la presse. Mais après, on dit que le camarade Trotsky est indispensable et que nous ne pouvons pas nous passer de lui. Voici une double comptabilité. Si de telles accusations sont vraies, il doit être expulsé non seulement du Politburo mais aussi du parti, mais si vos accusations sont fausses, alors vous trompez le parti sur cette affaire.

Je soumets qu’ici, nous avons une double comptabilité et que si Zinoviev et Kamenev se manifestent et font des discours totalement contradictoires dans la même cellule sur les factions et la crise actuelle, ce ne sera tout simplement pas le cas. Vous utilisez une double comptabilité devant tout le parti et cela frappe tout le monde au visage. Une chose ou l’autre : soit une lutte pour une pureté de ligne bolchevique ou non. Car il faut être cohérent jusqu’au bout.

Nous vous avons proposé de ne pas déranger la fête, mais vous n’avez pas été d’accord et vous devez donc maintenant répondre pleinement de la mesure que vous avez prise. Nous nous étions exprimés contre la forme de polémique que vous avez adoptée. Kamenev parle de ce qu’il y avait dans la lettre du camarade Trotsky du 8 décembre. Là, la question est posée avec une extrême prudence. Alors, qui a rendu cette question la plus pointue ? Le Comité central l’a fait ! Le camarade Trotsky m’en a parlé deux fois. Il a déclaré : "Je ne comprends pas pourquoi, s’ils ont pris ma lettre si sérieusement, ils ne l’ont pas retenue après qu’elle ait été lue lors des réunions du parti afin qu’elle ne soit pas publiée". Le Politburo aurait pu présenter son point de vue formel sur cette question et cela aurait été le plus opportun d’un point de vue politique. Mais ils disaient qu’une insulte avait été infligée à la vieille garde bolchevique :admettons qu’il en fut ainsi, mais alors sûrement la majorité du Comité central n’aurait pas dû argumenter comme les insultés et les blessés, comme les destinataires d’une insulte, mais comme les dirigeants du parti. sortir de cette situation ? Le parti aurait dû voir qu’il avait surmonté cette situation au moyen d’une décision formelle sur la question par le Comité central du parti. Nous avons toujours eu des divergences dans les limites de notre programme et dans un régime normal, il y aura toujours une opposition dans le parti mais ces controverses sont mises en évidence.quel est le moyen le plus rentable de sortir de cette situation ? Le parti aurait dû voir qu’il avait surmonté cette situation au moyen d’une décision formelle sur la question par le Comité central du parti. Nous avons toujours eu des divergences dans les limites de notre programme et dans un régime normal, il y aura toujours une opposition dans le parti mais ces controverses sont mises en évidence.quel est le moyen le plus rentable de sortir de cette situation ? Le parti aurait dû voir qu’il avait surmonté cette situation au moyen d’une décision formelle sur la question par le Comité central du parti. Nous avons toujours eu des divergences dans les limites de notre programme et dans un régime normal, il y aura toujours une opposition dans le parti mais ces controverses sont mises en évidence.

Tout cela s’est fait spontanément, le prestige du Comité central a diminué et c’est le capital principal de tout notre parti et nous ne nous préoccuperions pas des fluctuations du prestige du Comité central sans raison.

Nous accusons le Comité central d’être le premier à transplanter ces questions sur le sol des personnalités. S’ils nous disent qu’il s’agit d’une mesure tactique, alors rien de pire n’aurait pu être imaginé car ce genre de polémique contribue à entraver la compréhension par le parti de la complexité de la situation qui s’est produite.

Des erreurs ont été commises. La première erreur a été commise sur notre parcours de politique interne. Le camarade Kamenev dit : « Oui, je suis d’accord que nous étions en retard d’un mois. Nous devons vous demander, camarade Kamenev : à partir de quel moment comptez-vous ce mois-ci ? Si vous comptez à partir du 5 décembre, un tel calcul contredit de manière flagrante tous les documents que vous avez cités. Si vous acceptez la version de Staline lorsqu’il a dit que la grève de juillet avait déjà montré la perte de contact avec les ouvriers, vous devez compter à partir de juillet, alors sur votre aveu vous avez quatre mois. Mais si vous ajoutez ce que le camarade Kamenev a dit, cela signifie que vous avez tous cinq mois de retard.

Nous soutenons qu’une telle crise n’aurait pas pu mûrir en l’espace d’un mois. Un tel processus nécessite une période prolongée. Votre erreur est qu’à partir du moment où nous aurions pu changer de cap sous la nouvelle politique économique ou du moins ne pas durcir l’ancien mais rester dans la position qu’il était au 11e congrès du Parti (1922), le Comité central tendait vers renforcer l’ancien cap et, par conséquent, commis un certain nombre d’erreurs qui ont provoqué la crise. Par conséquent, je rejette catégoriquement l’affirmation selon laquelle il s’agit d’une crise au sein du parti que nous avons.

Nous avons une crise économique et cela nous a poussés à réfléchir à beaucoup de choses, y compris la politique du Comité central. Ce que nous voyons au sein du parti n’est pas une crise au sein du parti, mais une crise de l’ancien cours. Le Comité central lui-même déclare qu’il y a eu un retard. Aujourd’hui donc, on voit des erreurs de la part du Comité central et on y voit aussi une nervosité et une irritabilité que le camarade Lénine ne se serait jamais permis.

Le camarade Kamenev a exprimé à tort le point de vue du Comité central sur la manière dont le parti doit traiter son Comité central et dans quelles limites il peut être critiqué sans changer sa majorité. C’est une question très importante sur laquelle je m’attarderai un peu et dirai qu’on ne peut ici faire aucune analogie avec un gouvernement parlementaire. On nous dit que si nous ne sommes pas satisfaits du Comité central, nous pouvons le remplacer et construire un tout nouveau cabinet. Dans notre parti, c’est impossible et je vais vous montrer pourquoi.

Le camarade Kamenev dit : « Puisque vous portez une accusation si grave contre nous et que vous invoquez les mesures du Comité central lui-même, quelle est la réponse alors ? Vous considérez que la direction et la ligne se sont trompées, mais vous ne parlez pas de personnel. Le camarade Kamenev ne comprend évidemment pas comment on peut critiquer le Comité central sans se poser la question de sa composition. Je vous demande pardon, mais il y a une différence radicale entre notre parti qui élit son comité central, le contrôle, le remplace et le renouvelle quand c’est nécessaire, et un parlement qui renverse un gouvernement quand il n’obtient pas la majorité. Ces normes bourgeoises sont tout à fait inapplicables à notre parti car nous avons des dirigeants de notre parti qui se sont développés en 20 ans et nous ne pouvons pas les confondre : s’il y a des erreurs,nous devons critiquer et corriger la ligne. Nous avions autrefois la direction du camarade Lénine - il jouait un rôle exceptionnel dans notre parti - mais si sur une question importante il y avait une divergence entre le camarade Lénine et la majorité d’un congrès du parti, y aurait-il un moment la question du parti ? se priver de la direction du camarade Lénine ? Le congrès ne pouvait pas non plus renoncer à ce qu’il considérait comme correct pour le parti. Si une telle situation se présentait, le camarade Lénine se serait soumis parce qu’il était le membre le plus discipliné de notre parti. Si nous avions un tel cas ici, où nous étions obligés d’adopter une certaine décision et qu’elle devait être exécutée par des camarades qui n’étaient pas d’accord avec elle, alors dans notre parti, il ne pourrait en être autrement. Si nous constations qu’à un moment donné la ligne du Comité central était erronée,nous ne pouvions pas éjecter le Comité central pour cela. Nous devons soumettre la ligne du Comité central à la critique et, si nécessaire, l’ajuster et établir comment appliquer la ligne que le congrès du parti juge correcte.

La lutte pour le nouveau cours à l’intérieur de notre parti a commencé à l’automne 1923. Vous pouvez vous demander : que reflétons-nous dans cette crise interne du parti à laquelle le Comité central est confronté ? Que reflétons-nous dans notre discussion où tout notre parti est maintenant occupé ? A quoi sommes-nous immédiatement confrontés à cet égard ? C’est la question fondamentale et fondamentale. Je soutiens entièrement la suggestion du camarade Kamenev de formuler une formulation générale de la question, et bien qu’il n’ait pas exécuté sa suggestion de son côté, je pense que nous devons répondre à cette question fondamentale en tant que marxistes et communistes. Que représentons-nous lorsque nous poursuivons cette discussion lors de ces réunions, sur quoi nous disputons-nous ? Je rejette catégoriquement la version qui émane de la majorité du Comité central et qui est dirigée contre nous.C’est en ce sens que l’opposition reflète l’influence de la NEP sur la jeunesse qui réclame une plus grande liberté démocratique ; on dit aussi que nous reflétons en nous une déviation du parti qui sous-estime la paysannerie et reflète l’influence des éléments koulak (paysans riches). Une quatrième version a été développée par Boukharine qui a dit que nous reflétons la lutte entre deux groupes au sein des vieux bolcheviks sur la question de l’éducation de la jeunesse. Nous avons une masse de versions différentes qui se contredisent totalement et c’est en soi la preuve qu’il n’y a pas de compréhension claire dans le parti lui-même, car il n’arrivera jamais à une description correcte de ce qui se passe avec des analyses contradictoires.on dit aussi que nous reflétons en nous une déviation du parti qui sous-estime la paysannerie et reflète l’influence des éléments koulak (paysans riches). Une quatrième version a été développée par Boukharine qui a dit que nous reflétons la lutte entre deux groupes au sein des vieux bolcheviks sur la question de l’éducation de la jeunesse. Nous avons une masse de versions différentes qui se contredisent totalement et c’est en soi la preuve qu’il n’y a pas de compréhension claire dans le parti lui-même, car il n’arrivera jamais à une description correcte de ce qui se passe avec des analyses contradictoires.on dit aussi que nous reflétons en nous une déviation du parti qui sous-estime la paysannerie et reflète l’influence des éléments koulak (paysans riches). Une quatrième version a été développée par Boukharine qui a dit que nous reflétons la lutte entre deux groupes au sein des vieux bolcheviks sur la question de l’éducation de la jeunesse. Nous avons une masse de versions différentes qui se contredisent totalement et c’est en soi la preuve qu’il n’y a pas de compréhension claire dans le parti lui-même, car il n’arrivera jamais à une description correcte de ce qui se passe avec des analyses contradictoires.Une quatrième version a été développée par Boukharine qui a dit que nous reflétons la lutte entre deux groupes au sein des vieux bolcheviks sur la question de l’éducation de la jeunesse. Nous avons une masse de versions différentes qui se contredisent totalement et c’est en soi la preuve qu’il n’y a pas de compréhension claire dans le parti lui-même, car il n’arrivera jamais à une description correcte de ce qui se passe avec des analyses contradictoires.Une quatrième version a été développée par Boukharine qui a dit que nous reflétons la lutte entre deux groupes au sein des vieux bolcheviks sur la question de l’éducation de la jeunesse. Nous avons une masse de versions différentes qui se contredisent totalement et c’est en soi la preuve qu’il n’y a pas de compréhension claire dans le parti lui-même, car il n’arrivera jamais à une description correcte de ce qui se passe avec des analyses contradictoires.

D’un autre côté, nous n’avons pas envisagé où pourraient conduire l’adhésion obstinée de la majorité du Comité central à l’ancienne orientation de la politique interne du parti et l’ancienne orientation de notre politique économique et sociale. Sur cette question, nous devons dire ouvertement et franchement que de grands dangers nous affronteront si le parti ne prend pas ce virage qui est maintenant déterminé de manière décisive et dans les limites dictées par les conditions existantes.

Quelle est donc la question ici ? Dans le domaine des relations économiques et sociales, nous avons le processus suivant : notre économie d’État se développe mais notre économie capitaliste se développe également en parallèle, l’accumulation sociale dans notre économie d’État se déroule avec moins de succès que l’accumulation de capital NEP. Cette dernière se développe à une vitesse si colossale qu’un conflit ’entre ces deux forces et une lutte sérieuse entre ces deux formations de notre économie sont maintenant en cours. Ainsi se crée une situation lourde de grandes épreuves pour notre économie étatique.

Si nous parlons de lignes politiques, alors la question fondamentale est la suivante : la ligne doit être orientée vers le développement de l’économie d’État, la transition vers un système organisé d’accumulation et la formation d’une autre forme d’organisation de base pour s’opposer à la NEP ( le bloc paysan). Sinon, nous aurons un développement toujours croissant des tendances capitalistes dans notre économie d’État, une absorption de cette dernière dans la NEP et une croissance de l’accumulation de NEP. Ici, il ne peut y avoir que deux lignes : soit une ligne vers un plus grand degré d’organisation socialiste et une consolidation de notre organisme - par rapport à la NEP, soit une deuxième ligne qui nous donnera tous les bénéfices des formes capitalistes d’organisation économique. Après une période de manque de planification, au cours de laquelle la NEP s’est développée avec un succès gigantesque,le Comité central s’oriente vers la ligne de la plus grande planification, de l’organisation socialiste et de l’accumulation socialiste dont nous avons parlé. Mais si ce tournant est insuffisant, si la reconnaissance par notre parti de l’importance de ce tournant n’est pas suffisamment complète, si nous ne faisons pas tout ce qui est mûr à faire dans notre économie et si nous ne clarifions pas tout ce qui a été occulté dans le les thèses du Comité central, alors nous aurons bien des dangers sur cette route. Par conséquent, dans toutes les plateformes sur cette question, c’est ce point même qui est le plus fondamental. Plus d’organisation socialiste dans l’économie d’État et plus de bilan de ce qui se passe dans la sphère de la NEP.Mais si ce tournant est insuffisant, si la reconnaissance par notre parti de l’importance de ce tournant n’est pas suffisamment complète, si nous ne faisons pas tout ce qui est mûr à faire dans notre économie et si nous ne clarifions pas tout ce qui a été occulté dans le les thèses du Comité central, alors nous aurons bien des dangers sur cette route. Par conséquent, dans toutes les plateformes sur cette question, c’est ce point même qui est le plus fondamental. Plus d’organisation socialiste dans l’économie d’État et plus de bilan de ce qui se passe dans la sphère de la NEP.Mais si ce tournant est insuffisant, si la reconnaissance par notre parti de l’importance de ce tournant n’est pas suffisamment complète, si nous ne faisons pas tout ce qui est mûr à faire dans notre économie et si nous ne clarifions pas tout ce qui a été occulté dans le les thèses du Comité central, alors nous aurons bien des dangers sur cette route. Par conséquent, dans toutes les plateformes sur cette question, c’est ce point même qui est le plus fondamental. Plus d’organisation socialiste dans l’économie d’État et plus de bilan de ce qui se passe dans la sphère de la NEP.Par conséquent, dans toutes les plateformes sur cette question, c’est ce point même qui est le plus fondamental. Plus d’organisation socialiste dans l’économie d’État et plus de bilan de ce qui se passe dans la sphère de la NEP.Par conséquent, dans toutes les plateformes sur cette question, c’est ce point même qui est le plus fondamental. Plus d’organisation socialiste dans l’économie d’État et plus de bilan de ce qui se passe dans la sphère de la NEP.

Depuis près de trois ans, nous vivons dans les conditions de la NEP. Mais ce n’est que dans la crise que nous traversons actuellement que nous avons enfin trouvé le temps d’additionner ce que la NEP a accompli et ce qu’elle a accumulé au cours de cette période. Nous ne pouvons pas nous permettre un tel luxe à l’égard de notre ennemi. Jetez un œil à nos institutions militaires et voyez combien d’efforts elles consacrent à l’étude de leur ennemi. Le lien entre la NEP et la paysannerie dont a parlé Kamenev et Lénine a écrit est pour nous le plus dangereux car nous n’avons pas encore réussi à calculer les forces de la NEP. Nous ne le faisons que pendant la crise et de manière assez aléatoire. Cela démontre que nous soumettons ce problème au parti assez sérieusement et toute nouvelle tergiversation dans cette affaire nous menace de graves dangers.

Que voyons-nous alors ? Nous voyons se développer sur la base de la NEP, deux forces opposées qui doivent mener une lutte pour l’existence. Pendant la période de développement non planifié de nos forces, nous n’avons pas été en conflit avec la NEP. Maintenant, quand toutes les relations dans l’économie ont été remuées et se sont rétablies, nous ne pouvons gagner ce dont nous avons besoin que par une lutte. Nous n’accumulerons jamais dans notre accumulation socialiste ce que la NEP a accumulé des ouvriers et des paysans de ce pays. On voit donc que les contradictions s’accumulent ici et que les camarades qui ont parlé au nom de la majorité du Comité central n’ont fait aucune mention de ceci, la question la plus importante, que dans nos villes une accumulation de contradictions sociales a lieu, le pouvoir de la classe ouvrière avec son initiative et son désir de comprendre ;une humeur anti-NEP se développe, ce qui reflète un processus bien plus important que ce que nous décrivons. En conséquence, nous pouvons voir une excroissance des contradictions de classe dans nos villes et l’initiative croissante des deux classes. Et si nous sommes capables de voir cette situation, alors il est naturel qu’une telle humeur passe dans la fête.

Pourquoi sommes-nous unanimes pour passer à un régime de démocratie ouvrière ? Nous, en tant que parti, reflétons les processus qui se développent dans la classe ouvrière. La classe ouvrière sent la force de l’ennemi qu’elle voit dans les vitrines des magasins, un ennemi qui vit dans la même ville que nous. C’est un facteur très important et lorsque nous parlons de démocratie ouvrière, c’est le reflet d’un processus qui se déroule dans la classe ouvrière dans la période actuelle de la NEP dans une situation d’aiguisage des relations de classe mais sans lutte acérée. Quelle est la solution ? Si ces contradictions continuent de s’accumuler et que nous n’apportons de réponse ni par l’État ni par le parti, nous aurons une lutte spontanée et cela conduira au chaos et ainsi de suite.Nous devons tenir compte de cette croissance des humeurs anti-NEP dans la classe ouvrière et établir une ligne définie dans l’économie et la démocratie ouvrière. Lorsque nous pourrons agir contre la NEP de manière organisée, nous pourrons canaliser ces sentiments anti-NEP dans la classe ouvrière dans le cadre d’une lutte organisée. Si nous temporisons cela, en marquant le pas avec notre manque de planification, nous laisserons les événements se dérouler spontanément à ce tournant crucial.

C’est ainsi que se situe actuellement notre controverse avec le Comité central. Si le Comité central refusait de passer à la démocratie ouvrière et à une plus grande planification, nous aurions bien la rupture d’une crise de parti. Il a supprimé 80 pour cent des différences, mais tout dépend maintenant de la manière correcte et cohérente de notre ligne vers la planification d’une économie socialiste, vers une lutte contre la consommation non productive de la bourgeoisie et une plus grande pression sur la NEP. C’est de ce point de vue aussi qu’il faut mettre en œuvre la démocratie ouvrière. Plus nous attirons dans nos rangs des ouvriers hors-parti, plus nous pouvons attirer ce que nous pouvons assimiler dans le parti et plus nos cellules, qui se sont au cours du cours précédentes coupées des masses ouvrières,sont soudés à la classe ouvrière, mieux nous pourrons organiser notre appareil et notre Etat, qui se fonde sur ce prolétariat, et mener cette lutte contre la NEP. Plus nous tardons dans ce processus et marquons le pas, plus une force élémentaire menace de percer et ce que le camarade Lénine craignait le plus se développera.

Par conséquent, le développement ultérieur des contradictions de classe que nous prévoyons actuellement doit être anticipé et pris en compte. Nous devons répondre à ce dont nous avons tenu compte à la fois dans notre parti intérieur et dans notre politique économique. Le parti déclare que nous sommes confrontés à un problème des plus graves et qu’il faut veiller à ce que la lutte ne se développe pas tout à fait spontanément sous des formes où la NEP se révélera plus forte que nous. C’est le problème de base et nos différences prennent une nouvelle signification à la lumière de ce problème.

Nous représentons la partie de notre parti qui a réagi plus franchement contre l’ancien cours, a exigé un virage plus rapide et a insisté, surtout, qu’une fois que nous avons commencé à faire le virage, il fallait le faire autant que la nécessité objective l’exigeait. Les camarades du Comité central sont à la fois dans la sphère politique et dans la sphère du passage à la planification ; l’avenir dépendra d’une mise en œuvre solide, organisée et unanime de ce virage. Ensuite, les 20 pour cent de différences qui nous restent seront supprimés par le développement ultérieur de notre vie intérieure de parti. Mais si nous marquons le pas, à la fois dans la sphère interne du parti et dans la sphère économique et continuons avec le manque de planification que nous avons eu dans le passé, ces différences augmenteront parce que les contradictions sociales qui les ont produites à l’intérieur du parti augmenteront .

Nous sommes donc confrontés à la tâche de mener à bien et jusqu’au bout le parcours que nous avons tracé. Pour cette raison, nous n’opposons aucune plate-forme à la politique du Comité central : nous soutenons essentiellement le point qui fait référence à la planification. Je maintiens cependant que nous pourrons — et la vie prouvera sa nécessité au Comité central — la mettre en œuvre de manière plus décisive qu’elle n’a été formulée et exécutée jusqu’ici. Si cela n’est pas fait, alors nous aurons devant nous une lutte pour ce virage vers la planification et ce serait une façon très inutile pour le parti de faire ce virage. Lorsqu’il faisait un tour, le camarade Lénine disait : « Pas le second retard qui menacerait le danger ; nous ferons pleinement le tour ». Maintenant, quand nous sommes confrontés au danger, nous devons faire notre tour complet.Car lorsque des camarades s’accrochent aux vestiges du bureaucratisme et aux vestiges de l’ancien cours et se défendent en se référant à l’histoire passée de notre parti, ils soutiennent l’automatisme de leur ligne, même en recourant à des arguments qui, pris individuellement, pourraient " être convaincant. Ils les utilisent uniquement pour justifier un virage plus lent vers le nouveau cours quand il n’y a pas une telle justification.

La proposition du camarade Kamenev qu’il a faite au début de son discours à l’effet que nous devons mener une politique idéologique des plus tenaces à l’égard de l’opposition, mais qu’en même temps nous devons prendre des mesures pratiquement draconiennes contre les groupements, les factions, etc. montre que la majorité du Comité central, ayant déjà commis une erreur en ne prenant pas immédiatement le cap de la démocratie ouvrière en octobre, persiste dans la même erreur lors de la discussion en semant la panique. Or, quand le parti entend venir à bout de la crise dans sa situation, il veut continuer à commettre cette erreur en menaçant le parti d’une crise, d’une scission, etc. ( Applaudissements ). Notes biographiques

Sapronov, Timofé Vladimirovitch (1887-1939). Peintre en bâtiment de métier, Sapronov rejoint le mouvement révolutionnaire en 1911 et les bolcheviks en 1912. Après la Révolution d’Octobre, il devient président du Comité exécutif provincial des Soviets de Moscou. En 1918, il rejoint le groupe « Gauche communiste » du Parti dirigé par Boukharine, Radek, Osinsky et VM Smirnov qui s’oppose à la paix de Brest-Litovsk en faveur d’une guerre révolutionnaire contre l’Allemagne.

Au neuvième congrès du parti en mars 1920, Sapronov et Osinsky menèrent le groupe nouvellement formé du « centralisme démocratique » pour poursuivre l’opposition au pouvoir accru des directeurs économiques et au système de gestion d’un seul homme de l’industrie préconisé par Lénine et la majorité.

En octobre 1923, avec d’autres « centralistes démocratiques » comme Rafail, VM Smirnov, Bubnov, Boguslavsky et Osinsky, il s’associe à certains proches de Trotsky (Preobrazhensky, Serebryakov, 1. N. Smirnov, Pyatakov et autres) pour soumettre le ’Plateforme des 46’ au Politburo dirigé par Kamenev, Staline et Zinoviev. Il a continué à jouer un rôle de premier plan dans la lutte que cette « opposition de 1923 » a menée contre les politiques économiques de la direction et la croissance du bureaucratisme au sein du parti. Il a soutenu la « Nouvelle Opposition » de Zinoviev de 1925, mais alors qu’un certain nombre d’anciens « centralistes démocrates » ont ensuite rejoint l’Opposition conjointe (Trotsky-Zinoviev) de 19261927, Sapronov et 14 autres ont soumis leur propre programme au 15e Congrès du Parti de décembre 1927.Cette plate-forme décrivait l’Armée rouge comme « un instrument pour un coup d’État bonapartiste » et considérait que le Parti communiste avait irréversiblement dégénéré aux mains de la direction stalinienne. Cela contrastait avec la perspective de Trotsky à cette époque qui consistait à construire l’opposition de gauche au sein du parti pour combattre et renverser la clique dirigeante de Staline qui avait imposé bureaucratiquement des politiques centristes au parti, entraînant des défaites et des revers désastreux pour la révolution à la fois en Union soviétique et à l’étranger. Au 15e Congrès, le « Groupe des Quinze » de Sapronov a été expulsé du parti en même temps que 75 membres dirigeants de l’Opposition commune et Sapronov a été banni en Crimée. Il capitula devant les staliniens pour être de nouveau expulsé en octobre 1932. Il mourut en prison en 1939.Cela contrastait avec la perspective de Trotsky à cette époque qui consistait à construire l’opposition de gauche au sein du parti pour combattre et renverser la clique dirigeante de Staline qui avait imposé bureaucratiquement des politiques centristes au parti, entraînant des défaites et des revers désastreux pour la révolution à la fois en Union soviétique et à l’étranger. Au 15e Congrès, le « Groupe des Quinze » de Sapronov a été expulsé du parti en même temps que 75 membres dirigeants de l’Opposition commune et Sapronov a été banni en Crimée. Il capitula devant les staliniens pour être de nouveau expulsé en octobre 1932. Il mourut en prison en 1939.Cela contrastait avec la perspective de Trotsky à cette époque, qui consistait à construire l’opposition de gauche au sein du parti pour combattre et renverser la clique dirigeante de Staline qui avait imposé bureaucratiquement des politiques centristes au parti, entraînant des défaites et des revers désastreux pour la révolution à la fois en Union soviétique et à l’étranger. Au 15e Congrès, le « Groupe des Quinze » de Sapronov a été expulsé du parti en même temps que 75 membres dirigeants de l’Opposition commune et Sapronov a été banni en Crimée. Il capitula devant les staliniens pour être de nouveau expulsé en octobre 1932. Il mourut en prison en 1939.Il meurt en prison en 1939.Il meurt en prison en 1939.

Piatakov, Youri Léonidovitch (1890-1937). Né le fils d’un fabricant d’ingénierie, dans sa jeunesse, il a été membre de divers cercles étudiants anarchistes de 1904 à 1910. Il a ensuite rejoint les bolcheviks étant expulsé peu de temps après de l’Université de Saint-Pétersbourg et exilé pour agitation révolutionnaire. En 1912, il participa au rétablissement du Comité des bolcheviks de Kiev, mais fut à nouveau arrêté et exilé. En octobre 1914, il s’enfuit au Japon et de là atteignit l’Europe où il assista à la Conférence des bolcheviks de Berne en février 1915 avec Lénine, Boukharine, Zinoviev et Krylenko. Il soutient Lénine sur la question de la guerre mais rejoint Boukharine pour s’opposer à la défense par Lénine du droit des nations à l’autodétermination.Il est devenu président du comité des bolcheviks de Kiev après la révolution de février et, en octobre, il a été président du comité révolutionnaire. Après la révolution, il a été commissaire de la Banque d’État, mais a ensuite entrepris des travaux souterrains en Ukraine sous occupation allemande. Il a soutenu le groupe "communiste de gauche" de Boukharine qui s’est opposé à la paix de Brest en 1918. Avec l’effondrement des Allemands, il est devenu président du gouvernement provisoire des ouvriers et des paysans ukrainiens formé à Koursk en novembre 1918, mais a été remplacé par Rakovsky dans le Kharkov- gouvernement soviétique ukrainien basé. Il appartenait alors à l’aile gauche du Comité central ukrainien. De 1919 à 1921, il a occupé divers postes au sein de l’Armée rouge, mais après la guerre civile, il a été chargé du Conseil de l’industrie du charbon du Donbass pour réhabiliter les mines de la région.Dans la controverse syndicale de 1920-1921, il a soutenu Trotsky et Preobrazhensky en faveur d’une fonction administrative plus forte pour les syndicats soviétiques. En 1923, il est nommé vice-président du Conseil suprême de l’économie nationale. La même année, il est élu membre à part entière du Comité central au sein duquel il reste jusqu’en 1927. Il est l’un des principaux membres de l’opposition de 1923 et en 1926, il soutient Trotsky dans l’opposition commune. Pendant cette période, il a occupé divers postes financiers et industriels importants. Il est destitué du Comité central et exclu du Parti communiste au 15e Congrès en décembre 1927 et est exilé. Il capitule devant Staline en 1929 et obtient des postes successifs dans la gestion bancaire et industrielle, devenant commissaire du peuple adjoint à l’industrie lourde en 1933.Il fut à nouveau exclu du parti en 1936, encadré lors du deuxième procès de Moscou et exécuté comme « trotskiste » en janvier 1937.

Preobrazhensky, Evgenii Alexeevich (1886-1937). A rejoint le Parti ouvrier social-démocrate russe en tant qu’étudiant en 1903 et a rapidement soutenu l’aile bolchevique dirigée par Lénine. Il a été actif dans les organisations du parti à Moscou, dans l’Oural et en Sibérie orientale, retournant dans l’Oural en 1917 où il a travaillé pendant la Révolution d’Octobre. En 1918, il soutint le groupe des Gauches communistes dirigé par Boukharine et d’autres qui s’opposaient à la paix de Brest-Litovsk et prônaient une guerre révolutionnaire contre l’Allemagne. Pendant la guerre civile (1918-1920), il a été principalement actif dans les organisations du parti sur le front de l’Est. Économiste et écrivain de talent, il a été rédacteur en chef de la Pravdaet entreprend un travail pédagogique. Il a été membre du Comité central de 1920 à 1921 et la dernière année, il s’est prononcé en faveur de la politique de Trotsky et de Boukharine consistant à transformer les syndicats en organes administratifs de la production. En tant que président de la Commission financière, il élabora en 1922 un plan détaillé mais avorté pour freiner l’essor de la paysannerie riche et jeter les bases d’une agriculture socialiste. Son livre De la NEP au socialisme , date de cette époque. Il était l’un des principaux signataires de la Plate-forme des 46 soumise au Politburo en octobre 1923 attaquant la politique économique et interne du parti de la direction. En l’absence de Trotsky, Préobrajenski devait jouer le rôle principal dans la lutte de l’opposition de 1923 contre le triumvirat dirigeant de Kamenev, Staline et Zinoviev. Son livreThe New Economics (1926) expose ses idées sur le développement d’une économie socialiste en Russie et s’oppose aux politiques au pouvoir de Staline et de Boukharine. En 1926, il joua un rôle clé dans la nouvelle opposition conjointe (Trotsky-Zinoviev) étant, en octobre 1927, l’un de ses premiers membres à être exclu du parti. Il a capitulé devant Staline en 1929, réexpulsé en 1931 et arrêté en 1935. Il n’a cependant jamais été présenté au procès-spectacle monté en 1936 au cours duquel il a été nommé accusé. Il était généralement supposé avoir été exécuté en prison en 1937.

La treizième conférence du parti 16-18 janvier 1924

La semaine avant la mort de Lénine en janvier 1924 vit la réunion de la 13e Conférence du Parti communiste qui avait été convoquée par le triumvirat de Kamenev, Staline et Zinoviev pour administrer une défaite finale à l’opposition. Le contrôle de Staline sur le Secrétariat et l’appareil dans son ensemble pouvait désormais assurer un minimum de sympathisants de l’Opposition parmi les 128 délégués de toute la Russie qui avaient été élus à la Conférence. Ceci a été réalisé en partie par la pression exercée par les secrétaires nommés à chaque niveau du parti et aussi par le processus de dispersion des sympathisants de l’opposition à des postes dans des zones provinciales de moindre importance ou de fort soutien pour le triumvirat dirigeant. Quelques jours avant l’ouverture de la conférence, la brochure de Trotsky Le Cours nouveau fut publiée. Il comprenait des réimpressions de sonArticles de la Pravda de décembre 1923 sur la composition du parti et les groupes fractionnaires. Quelques articles supplémentaires ont été ajoutés qui ont constitué sa contribution théorique la plus importante à la « lutte de l’opposition ». Le premier des nouveaux articles a fait une analyse de la nature de la dégénérescence bureaucratique. Dans le second, il répliqua aux tentatives de Staline et de Zinoviev d’opposer leur propre prétendu « léninisme » aux divergences prérévolutionnaires de Trotsky avec Lénine. Dans cet article, il montrait que les traditions bolcheviques ne pouvaient vivre et se développer que dans la lutte et non dans des formulations schématiques et la scolastique. Deux autres articles traitaient du rôle de la paysannerie sur laquelle les vues de Trotsky avaient été déformées et sur l’économie planifiée (voir les chapitres 4-7 de The New Course ).

Bien que Trotsky ne défende pas formellement l’Opposition, le triumvirat s’est emparé de cette publication pour justifier sa « théorie selon laquelle toute l’Opposition avait été conçue par Trotsky comme un véhicule pour des idées soi-disant mencheviks. La Conférence s’est ouverte à Moscou le 16 janvier et le premier point à l’ordre du jour était la résolution de la commission mise en place en octobre dernier pour examiner la divergence entre les prix des produits agricoles et industriels, la crise dite des « ciseaux ». Rykov a rendu compte de cette résolution intitulée « Sur les tâches actuelles de la politique économique ». Son discours a pris la forme d’une défense du mépris fondamental du triumvirat pour la méthode de planification économique globale.Comment pourriez-vous planifier dans un pays à prédominance paysanne où la récolte pourrait dépendre d’une pluie de min, a-t-il demandé ? Piatakov a répondu au nom de l’opposition et a exposé une critique détaillée et radicale de la politique économique du triumvirat.

Le discours de Piatakov

Camarades, si nous devions aborder les problèmes les plus complexes et les plus difficiles de l’économie de la Russie soviétique et les problèmes de la construction, la construction de l’État du point de vue d’une averse et rendre l’économie de l’État dépendante d’une averse, alors évidemment la question d’une économie planifiée et la question du plan doivent être consignées dans les archives, une croix doit y être apposée et nous devons nous soumettre aux actions des éléments. Je pense, camarades, que nous n’avons pas de motifs suffisants pour une appréciation aussi pessimiste. Le fait est, bien sûr, que si nous abordons la question de l’économie planifiée, c’est-à-dire la question de l’élaboration d’un plan pour l’ensemble de l’économie de la République, comme l’a abordé le camarade Rykov, alors évidemment nous devrions dire qu’étant donné la l’existence de l’échelle colossale de l’économie paysanne à l’heure actuelle,nous ne pouvons pas former un tel plan. Mais il ne faut pas oublier autre chose, à savoir que le système économique de notre république est extrêmement complexe et intérieurement contradictoire. Nous avons en fait une économie paysanne privée, les rudiments d’une économie capitaliste en développement et aussi un secteur substantiel de tous les établissements qui composent notre économie étatique et coopérative.

Et alors, camarades, quand on parle de plan et de gestion de l’économie, alors se pose avant tout la question de la gestion de l’économie étatique, de faire entrer du système dans sa gestion et une régularité dans sa gestion. Cette question n’est pas simplement un débat académique où l’on se dit qu’il serait bien de rafraîchir notre économie étatique qui n’est pas liée par des liens internes et de créer un système plus ordonné. Non, cette question a pour nous une signification pratique colossale par rapport aux deux secteurs qui se développent et s’expriment au sein de notre République : le secteur capitaliste et le secteur socialiste. Si nous ne parvenons pas à résoudre à temps le problème du renforcement de l’économie de l’État et s’il est laissé au développement spontané de la Nouvelle politique économique (NEP) qui a eu lieu jusqu’à présent,alors nous courons le risque, dans les années à venir, que le secteur capitaliste commence à faire tomber le secteur socialiste (c’est-à-dire l’État et le secteur coopératif).

Le camarade Rykov m’a considérablement facilité la tâche en vous décrivant la situation de notre commerce. Le camarade Rykov vous a montré que partout le commerçant privé exerce une influence effective. Pour appuyer un peu le camarade Rykov, je citerai les dernières données sur le commerce de la province centrale, Moscou, qui est sous le nez du gouvernement et du Comité central du parti. Dans cette province, les magasins (non pas les colporteurs dont parlait le camarade Rykov, mais les établissements commerciaux) se composent de 4.185 magasins privés, 48 ​​magasins d’État et 767 magasins coopératifs. En d’autres termes, nous avons la proportion suivante : le commerce coopératif forme 15 pour cent, le commerce d’État 0,9 pour cent et le commerce privé 84 pour cent.

Ainsi, nous pouvons dire que dans le domaine du commerce, il est maintenant tout à fait clair que le smychka commercial[le lien avec la paysannerie] est entre les mains de l’entrepreneur privé ; c’est le premier point. Maintenant, point deux. Dans le domaine industriel, nous n’avons actuellement que les premières hirondelles, que le début d’un processus de développement capitaliste : d’un côté l’industrie à bail et de l’autre… l’industrie concédée. Au cours de l’année écoulée, nous avons conclu un nombre relativement restreint d’accords de concession, mais les premières concessions industrielles sont déjà en vigueur. Il existe déjà des entreprises industrielles concédées. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais une bonne chose car cela contribue au développement de l’économie. Mais si à l’avenir on laisse le commerce capitaliste privé se développer librement, surtout à la campagne,tandis qu’en même temps l’industrie capitaliste privée se développe - et se développera - et si nous ne faisons pas ce dont je parlerai en temps voulu, alors évidemment, dans la lutte entre entreprises privées et entreprises d’État, la victoire sera ; aller d’abord aux entreprises privées. Pourquoi ? Pour la simple raison que, premièrement, les entreprises privées sont fortes en capital et deuxièmement elles sont fortes en expérience et en connaissance de l’orientation sur le marché. Nous sommes encore faibles à cet égard. Chaque entreprise d’État individuelle est plus faible qu’une entreprise privée, mais elle est aussi considérablement plus forte, non pas parce qu’elle est appelée « État », ni parce qu’elle appartient à l’État prolétarien, mais parce qu’elle constitue un élément clé d’un énorme système d’économie d’État dans que vous avez la Banque d’État, la banque industrielle, les chemins de fer,nos entreprises d’État de commerce extérieur et nos entreprises d’État pour le commerce intérieur : nous voyons ici l’énorme force potentielle de l’économie d’État dont les sections individuelles peuvent et doivent se soutenir mutuellement dans la lutte contre l’économie capitaliste privée. C’est le nœud de la question. Quiconque ne comprend pas que la tâche urgente est de rassembler toutes les entreprises d’État en un seul système d’économie d’État unifié, consciemment dirigé et orienté de manière planifiée dans la direction qui nous est vitale, ne comprend pas que dans la lutte contre le secteur capitaliste privé, le secteur socialiste d’État subira sinon une défaite inévitable.nous voyons ici l’énorme force potentielle de l’économie d’État dont les sections individuelles peuvent et doivent se soutenir mutuellement dans la lutte contre l’économie capitaliste privée. C’est le nœud de la question. Quiconque ne comprend pas que la tâche urgente est de rassembler toutes les entreprises d’État en un seul système d’économie d’État unifié, consciemment dirigé et orienté de manière planifiée dans la direction qui nous est vitale, ne comprend pas que dans la lutte contre le secteur capitaliste privé, le secteur socialiste d’État subira sinon une défaite inévitable.nous voyons ici l’énorme force potentielle de l’économie d’État dont les sections individuelles peuvent et doivent se soutenir mutuellement dans la lutte contre l’économie capitaliste privée. C’est le nœud de la question. Quiconque ne comprend pas que la tâche urgente est de rassembler toutes les entreprises d’État en un seul système d’économie d’État unifié, consciemment dirigé et orienté de manière planifiée dans la direction qui nous est vitale, ne comprend pas que dans la lutte contre le secteur capitaliste privé, le secteur socialiste d’État subira sinon une défaite inévitable.ne comprend pas que dans la lutte contre le secteur capitaliste privé, le secteur socialiste d’État subira autrement une défaite inévitable.ne comprend pas que dans la lutte contre le secteur capitaliste privé, le secteur socialiste d’État subira autrement une défaite inévitable.

Camarades, cette question a une importance colossale tant en principe qu’en pratique. Hier, le camarade Kamenev, parlant contre moi au plénum du Comité central, a trouvé un substitut à cette tâche même lorsqu’il a déclaré qu’ils m’avaient déjà assigné cette tâche lorsqu’ils m’ont affecté au Conseil suprême de l’économie nationale.Lorsque le Comité central a décidé de m’affecter au Conseil supérieur de l’économie nationale et de me fixer des tâches spécifiques, je me suis retrouvé avec la tâche de renforcer la responsabilité afin de clarifier ce que nous avons dans les entreprises d’État et de mettre en place un système de gestion pour le trusts d’État afin qu’ils aient d’une part une totale liberté de manœuvre sur le marché et, d’autre part, fassent partie d’un système unique d’industrie d’État qui mènerait une politique de prix et une politique de profit déterminées et soutiendrait les entreprises individuelles dans la lutte contre le capital privé. Pour ce faire, il fallait tout d’abord séparer la fonction de gestion de la fonction de régulation globale de l’industrie. Tout cela n’a pas été entrepris par moi personnellement pour des raisons indépendantes de ma volonté (j’ai dû m’absenter),mais ce travail se poursuit actuellement.

Par conséquent, le Comité central a alors convenu que dans la sphère industrielle, il était nécessaire de séparer la fonction de gestion de la fonction de régulation globale de toute l’industrie - privée, concessionnelle, étatique, etc. Nous avons ainsi scindé le Conseil supérieur de l’économie nationale en deux sections : la première, l’Administration économique principale, qui s’occupait de la réglementation générale de l’industrie (rédaction des lois, etc.) et la seconde, la Direction centrale de l’industrie d’État, qui avait pour mission de la gestion des 72 trusts et nous exécuterons les tâches qui ont été confiées au Conseil supérieur de l’économie nationale sous la direction du Conseil des commissaires du peuple.

Lorsque j’ai rendu compte de cette réforme à la Commission centrale de contrôle réunie conjointement avec le Commissariat du peuple à l’inspection ouvrière et paysanne, beaucoup ont pensé : et maintenant ? Il est absolument clair que si cette réforme doit être menée à bien, le reste de l’économie de l’État ne peut pas rester dans la même position qu’elle se trouve actuellement. Lorsque la Banque d’État, l’activité des entreprises d’État pour le commerce extérieur et intérieur, l’activité des transports, les entreprises industrielles, etc. ne sont pas liées entre elles et lorsqu’il n’y a pas de coordination dans le travail des coopératives, que qui va se passer ? Je maintiens que si le Comité central avait pris le point de vue de la nécessité des réformes correspondantes dans la gestion de l’industrie,alors elle aurait posé la tâche de l’organisation de « toute l’économie étatique et le problème de la gestion de cette économie dans son ensemble.

C’est la première question sur laquelle j’ai jugé nécessaire d’apporter un amendement aux thèses du Comité central. La deuxième question est que si nous construisons ce système de gestion de l’économie d’État - je le souligne, toute l’économie d’État, non pas la partie paysanne ni la partie privée mais cette partie qui constitue la propriété de l’État prolétarien - alors il est tout à fait clair que nous devons nous attaquer à notre économie avec une sorte de plan de travail. Lorsqu’un petit commerçant ou une petite entreprise commence à fonctionner, ils ont un plan donné. Mais en réalité, nous ne connaissons pas d’économie étatique en tant que telle. Pourquoi ? Pas du tout parce que Rykov et Kamenev sont mauvais ou parce que tel ou tel camarade est mauvais, mais parce que jusqu’ici nous n’avons pas abordé cette tâche et sa solution, la formation d’un système et d’un plan pour faire fonctionner cette économie.Je veux développer cela avec un exemple concret. Permettez-moi de rappeler ici — le camarade Kamenev est assis ici et j’espère qu’il ne refusera pas de confirmer que cela est vrai — comment le problème de l’organisation des entreprises d’État individuelles a été résolu.

Le camarade Kamenev venait alors d’entrer au Conseil des commissaires du peuple et s’était immédiatement heurté à l’un des phénomènes douloureux et vraiment absurdes de notre vie : à savoir que les entreprises industrielles d’État étaient des entreprises complètement mal définies et nous ne savions pas ce qu’étaient les trusts . Alors le camarade Kamenev se posa avant tout la tâche de définir à tout prix la forme de cette cellule inférieure de l’économie étatique, le trust étatique. À la suite d’un travail prolongé et très dur et acharné dans lequel j’ai pris une part énergique et, je l’espère, non infructueuse, nous avons réussi à former la confiance. C’est ainsi que la fiducie a été formée et existe aujourd’hui. Mais elle existe aujourd’hui par sa nature même d’entreprise indépendante, tout comme une entreprise privée qui fonctionne à sa guise sans aucune direction,comme un directeur d’entreprise privée opérerait avec son activité régie uniquement par les lois générales.

Je dis donc que nous avons la tâche suivante que les thèses du Comité central ne proposent pas ; elle n’est pas non plus proposée par hasard, car tout au long de sa pratique récente, le Comité central lui-même n’a pas abordé cette tâche. La tâche consiste en ceci : rassembler toutes les entreprises en un seul système. Alors réfléchissez à comment pouvons-nous procéder. Comme nous l’avons fait dans la commission de Kamenev. Il faut prolonger l’expérience et poser le problème d’aborder sa solution devant tout le parti. Ce n’est pas sans importance, car la question décisive du développement économique futur est de savoir comment nous allons gérer notre économie d’État et, surtout, comment nous pouvons réaliser un plan dans notre économie d’État. Si nous ne restons pas fermes de toutes nos forces sur ces deux questions, nous ne résoudrons pas le problème de la smychka.car nous aurons une smychka entre le capitaliste privé et le paysan et non entre l’économie d’État et l’économie paysanne. De plus, nous détruirions alors notre embryon d’économie socialiste tandis que le secteur privé capitaliste avancerait spontanément contre nous et se renforcerait à nos dépens. En d’autres termes, nous n’atteindrons pas la perspective d’un développement socialiste.

Naturellement, si quelqu’un objecte que nous ne pouvons pas construire le socialisme cette année, je ne commencerai pas à me quereller avec lui. Mais nous devons avancer dans cette direction de toute notre énergie et mettre ce problème de gestion de l’économie de l’État et ne pas balayer un plan : alors nous avancerons vers la solution de la question de la direction planifiée de notre État. économie.

Le rapport du camarade Rykov montre à quel point ces questions ont été réellement posées dans la pratique. Comment parle-t-il ? « Je vous demande pardon mais nous renforçons la Commission de planification de l’État avec telles ou telles personnes et nous mettons telles ou telles personnes au Conseil suprême de l’économie nationale. Tout est réglé. Je dis pourtant qu’il ne s’agit pas de personnes mais d’un système défini qui doit être construit mais ne se construit pas et dont la tâche de construction n’a pas été définie dans les thèses du Comité central. Qu’avons-nous en pratique ? Nous avons ce qui suit : lorsque, en mon absence, les chefs de fiducie se sont plaints lors d’une réunion des chefs de fiducie avec le présidium du Conseil suprême de l’économie nationale du manque de direction de la part du Conseil suprême de l’économie nationale, le camarade Rykov a déclaré :’Je ne peux pas répondre de cette affaire, ce ne sont pas mes affaires.’ C’est ce qu’a dit le président du Conseil suprême de l’économie nationale. Le vice-président, le camarade Bogdanov se lève et dit : « Je ne suis pas responsable de la direction. Alors qui est responsable ? Ni le président ni le vice-président n’assument la responsabilité de la direction. Le second député, votre très humble serviteur, n’était même pas à cette époque, dans les frontières de la République soviétique.à l’intérieur des frontières de la République soviétique.à l’intérieur des frontières de la République soviétique.[Le deuxième adjoint. Piatakov lui-même, était en Allemagne en octobre 1923 pour les affaires du parti.] Si vous demandez : « qui dirige les trusts ? la réponse est personne.

Et personne non plus ne dirige l’économie de l’État. Si les gens ne dirigent pas, les institutions le font-elles alors ? Laissez le camarade Kamenev nous le dire. Le Politburo dirige-t-il l’économie de l’État ? Oui, lorsque tel ou tel problème aigu est mis au premier plan et atteint le Politburo, le Politburo est obligé de le résoudre et de publier la directive appropriée. Mais le Politburo s’occupe-t-il généralement de telles questions ? De par sa nature même, le Politburo ne peut s’occuper des problèmes de blocage de l’activité des sections séparées de l’économie de l’État. Le Conseil du travail et de la défense non plus. Le Conseil des commissaires du peuple non plus. La Commission nationale de planification non plus.Il n’y a donc même pas d’institution qui puisse s’occuper de cette question parce que nous n’avons pas encore posé cette question en termes pratiques et j’irais jusqu’à dire que nous n’avons même pas encore réalisé la nécessité de faire face à cette question.

Vous vous demanderez : comment doit-on construire l’économie de l’État ? Permettez-moi de souligner autant que je peux que ce qui suit sont encore mes idées très brutes et non développées que je n’ai pas proposé de soumettre et que je n’ai encore soumises ni à une large réunion du parti ni même à une étroite ; Je les ai transmis à l’époque au camarade Kamenev. Je considère que notre tâche consiste à rassembler et discuter mes propositions et les propositions des autres camarades. Comment faire ? La façon dont nous l’avons fait avec la formation des fiducies. Le camarade Kamenev a recueilli les avis de très nombreux camarades et nous avons finalement élaboré une assez bonne loi. Je pense que si sur telle ou telle question je me trompe sur cette question, alors avec une discussion et une formulation collective et vraiment sérieuse de cette question nous trouverons la vérité.

Et maintenant, comment concevoir cette question ? Il est avant tout nécessaire pour notre économie d’État de construire de manière organisée un système d’organes approprié. J’ai un peu fait allusion à cela. Nous avons des entreprises industrielles d’importance centrale, républicaine, et des entreprises industrielles d’importance locale. Chaque province doit avoir sa propre gestion de ses entreprises et la république aussi la sienne. Je ne parlerai que de l’Union des Républiques. L’Union des Républiques compte 72 trusts et ces 72 trusts sont dirigés par la Direction centrale de l’industrie d’État. Nous avons, en outre, d’autres sections de l’économie de l’État. Nous avons un transport entièrement nationalisé, nous avons un système bancaire et nous avons quelques entreprises commerciales d’État, qui doivent être réunies par un organe spécial.Je ne sais pas s’il s’agira d’un Conseil du travail et de la défense réorganisé ou d’un organe spécialement créé qui serait chargé des affaires spéciales. Mais il doit y avoir, pour ainsi dire, un organe opérationnel qui, d’une part, tienne compte de toute notre économie d’État et, d’autre part, donne l’orientation appropriée aux entreprises individuelles dont il obtiendrait ses rapports.

C’est ainsi que, d’une manière générale, j’imagine la création de cette entreprise et de ses services correspondants. Ma démarche est peut-être incorrecte et je n’insisterai pas là-dessus. Je n’ai ni l’intention ni l’envie de proposer ce système de mesures. Ces mesures, je ne les propose pas, mais j’insiste pour que le parti place désormais au centre de son attention la tâche de l’organisation de l’économie de l’État. Car c’est une tâche qui ne peut pas être franchie, c’est une tâche qui se présente devant nous de tous les coins de la vie et qui n’est pas imaginée quelque part dans la tête. Et nous devrons nous attaquer à cette tâche même si vous rejetez mes amendements.Bien que nous ayons en fait mal abordé les questions fondamentales à la fois dans la résolution du Comité central et dans la pratique du Comité central, il est absolument clair que ces lacunes et ces erreurs de calcul se reflètent dans certains problèmes. Et pour cette seule raison, j’aborderai maintenant certaines questions dans les amendements que je proposerai lors du vote de la conférence.

Nous avons surtout la présentation de la question des prix dans la résolution et les travaux récents du Comité central. Chacun d’entre vous appréciera que nous ayons fait un certain pas en avant par rapport à la première formulation du camarade Lénine de la question de la smychka , pour la smychkaest une question de rapport de prix et une question clé dans notre activité économique. C’est donc ainsi que nous abordons la question de la régulation des prix. C’est un exemple très instructif de la façon de ne pas gérer notre économie d’État. Nous avions pensé, et dans la résolution, il est dit que nous pourrions simplement, par une directive appropriée, réduire les prix et ainsi forcer les trusts à réduire leurs frais généraux, réduire leurs bénéfices, améliorer la production et les prix chuteraient. Je maintiens que cela ne se passera pas ainsi car nous avons une certaine expérience de la réglementation des prix à laquelle nous devons prêter attention.

J’ai ici quelques données sur l’évolution des prix du sucre au cours de la dernière année et demie, comment ces prix ont été fixés par la commission du commerce intérieur et les prix réels auxquels le sucre a été vendu sur le marché libre. Et donc, rappelant qu’au moins 80 pour cent du commerce est entre les mains de particuliers et que nous ne pouvons pas réglementer le commerce privé, je vais lire ces chiffres et vous demander de réfléchir à la différence entre le prix de vente auquel le trust vend le sucre et le prix auquel le client achète le même sucre va.

Quand j’ai demandé à Ivan Ivanovich Radchenko, président du Sugar Trust : « Quelle est la situation en fait ? il a déclaré : « Nous vendons du sucre à Archangel à 9 roubles 50 kopecks. Mais ce sucre est vendu au paysan le plus aisé et le plus riche (car seuls les plus aisés peuvent s’offrir du sucre) à 27 ou 28 roubles.’

Neuf roubles et 27 roubles, soit une différence de 18 roubles. Où va cette différence ? Il est parfaitement clair qu’il ne va pas dans la poche du Sugar Trust mais dans la poche de l’acheteur, un capitaliste privé. Avec ce type de régulation des prix, nous n’obtiendrons pas un smychka entre la paysannerie et notre industrie mais une accumulation de capital avec l’entrepreneur privé et un smychka entre l’entrepreneur privé et la paysannerie.

Alors, vous demanderez peut-être, comment alors les prix doivent-ils être réglementés ? Si nous partons de la prémisse que le camarade Rykov a donnée ici, à savoir que nous avons une surproduction de biens industriels et que nous avons donc une crise de saturation, alors je dois dire qu’il n’y a évidemment pas d’autre moyen de réglementer des prix. Si nous avions une surproduction de biens industriels dans de nombreux cas, il serait possible de les vendre à des prix inférieurs afin d’augmenter leurs ventes, et même de commercer à perte ne serait-ce que pour trouver une vente pour les biens. Prix ​​du sucre cristallisé Commission d’État Marché libre des roubles intérieurs Commerce kopecks roubles kopecks septembre 1922 29 14 31 10 octobre 1922 7 10 10 20 novembre 1922 7 30 11 50 décembre 1922 6 70 7 60 1er janvier 1923 7 71 8 4 1er février 1923 7 7.6 84* 1er mars 1923 8 33 9 52 1er avril 1923 7 61 7 23 1er mai 1923 8 0 8 70 1er juin 1923 8 0 9 0 1er juillet 1923 9 0 15 40(?) 1er août 1923 9 0 22 0(! !) 1er septembre 1923 10 0 14 0 1er octobre 1923 10 0 15 75 *inférieur au prix de la Commission d’État

Mais alors vous demanderez, d’où les « ciseaux » ? Pourquoi les produits industriels sont-ils plus chers que les produits agricoles ? Pourquoi les « ciseaux » se sont-ils d’abord ouverts et commencent maintenant à se refermer un peu ? Maintenant, il devient tout à fait clair que le cœur du problème est que nous avons une sous-production de biens industriels. Nous avons une pénurie de produits industriels et un surplus relatif de produits agricoles, un surplus relatif de pain. Cela peut être illustré par des chiffres. On a donc sur cette base une hausse relative des prix des produits industriels et une baisse relative des prix des produits agricoles. Par conséquent, la méthode de base de la lutte contre les « ciseaux » réside dans l’expansion de la production, l’expansion de l’industrie et l’expansion de l’industrie d’État. Mais de la prémisse du camarade Rykov découle inévitablement la nécessité de réduire les prix au-dessous du coût,réduire l’industrie afin de l’aligner sur l’agriculture. Aucune autre conclusion ne peut être tirée de ses propos.

Cela signifie que la première question est l’expansion de notre industrie d’État. La seconde est que l’expansion de l’industrie d’État se heurte à certaines difficultés en raison de la pénurie de nos capitaux pour l’augmentation du chiffre d’affaires de notre industrie. Alors que devons-nous faire ici ? Est-ce que ce que nous faisons actuellement, c’est-à-dire forcer les fiducies à vendre en dessous des prix du marché ou devons-nous, tout en forçant les fiducies à vendre en dessous des prix du marché, prendre simultanément des mesures pour abaisser les prix du marché eux-mêmes ? C’est ainsi que se pose le problème si nous abordons la question non seulement du point de vue de la nécessité politique de réduire les prix, mais du point de vue de la nécessité économique et du développement de notre économie étatique. Dans ce cas donc, il faut dire qu’il faut baisser les prix à Archangel, qu’il faut y vendre le sucre cristallisé neuf à dix roubles.Car si le commerçant privé vend du sucre cristallisé à Archangel non pas à dix roubles mais à 27 roubles alors le résultat est que le sucre est acheté par les couches les plus aisées qui peuvent en payer le prix fort et grâce à cela le prix monte à un tel degré que les couches les moins aisées ne peuvent pas se le permettre. Une telle réduction doit s’accompagner de certaines mesures économiques : notamment par l’importation de matières premières étrangères pour que le commerçant privé ne fasse pas ce profit, cette différence de prix, mais que toute différence aille dans la poche de l’Etat.Une telle réduction doit s’accompagner de certaines mesures économiques : notamment par l’importation de matières premières étrangères pour que le commerçant privé ne fasse pas ce profit, cette différence de prix, mais que toute différence aille dans la poche de l’Etat.Une telle réduction doit s’accompagner de certaines mesures économiques : notamment par l’importation de matières premières étrangères pour que le commerçant privé ne fasse pas ce profit, cette différence de prix, mais que toute différence aille dans la poche de l’Etat.

On me fait souvent remarquer qu’une telle vision de la situation implique la destruction de l’industrie d’État. Je vous suggère de réfléchir à cette vision du problème. Qu’est-ce qui peut ruiner l’industrie d’État ? L’importation de marchandises étrangères ? L’importation de quoi précisément ? Je n’ai pas ni ne propose une ouverture des frontières. J’ai proposé des importations par l’intermédiaire de nos organes d’État sous le monopole du commerce extérieur avec des quotas strictement limités à des zones strictement limitées. Alors qu’est-ce qui peut détruire l’industrie d’État ? L’importation de biens étrangers en elle-même ou plutôt une baisse des prix ? Que redoutons-nous de la concurrence étrangère ? Ce que nous craignons, ce n’est pas seulement que des marchandises étrangères apparaissent, mais que les prix puissent chuter à un niveau où notre industrie ne peut pas fonctionner. C’est bien sûr la raison de notre protectionnisme dont je suis un fervent défenseur. Mais est-ce que je propose cela ? Non, je ne.Ce que je dis, c’est que même si le prix sur le marché est élevé et que nous forçons les fiducies à vendre en dessous de ce prix sur le marché, nous devons également faire baisser le prix du marché libre (de détail). C’est pourquoi la régulation administrative des prix doit être couplée avec les mesures économiques correspondantes et en particulier l’intervention sur les matières premières (importations sélectives). C’est le premier point.

La deuxième erreur des thèses du Comité central sur la politique économique concerne la question des profits. L’ordre que le camarade Rykov a lu m’appartient : je l’ai écrit et je dois admettre que je ne l’ai pas lu depuis longtemps, mais quand le camarade Rykov l’a lu, je dirai que je le considère comme tout à fait correct en principe. Pour les entreprises économiques, la question ne peut se poser autrement.

Tout d’abord une petite information historique et ensuite au cœur du sujet. L’information consiste en le fait que lorsque j’ai été affecté au Conseil suprême de l’économie nationale, une tonalité et un cri s’est élevé au Politburo et dans tous nos cercles soviétiques et partisans de haut niveau que nous devons réaliser la rentabilité de notre état commercial et industriel. entreprises. Ce n’était donc pas seulement le sentiment général, mais le sentiment universel. Si tel n’était pas le cas, qu’on essaie de me prouver qu’il y avait un autre sentiment à l’automne 1923. Par conséquent, je ne suis pas isolé à cet égard, seulement en ce que je comprends aujourd’hui l’essence de la question, alors que certaines personnes ont désormais cessé de comprendre le fond de la question, mêlant le problème des « ciseaux » au problème de la rentabilité de nos trusts.

Deuxième renseignement historique : la loi que le camarade Kamenev et moi-même avons rédigée sur les trusts parlait assez clairement dans sa première clause ; une entreprise d’État et une entreprise industrielle, c’est-à-dire une fiducie, est une entreprise qui fonctionne selon des principes commerciaux, c’est-à-dire dans le but de réaliser un profit. Nous fixons à la confiance une tâche précise : réaliser un profit. Cette loi a été acceptée par le Comité central, un plénum, ​​et tout sauf un congrès du parti. Si nous confions au chef de fiducie une tâche, il doit s’acquitter de cette tâche. Les syndicats, nos organisations de parti et nos instances supérieures qui se dressent au-dessus des trusts doivent contrôler le travail de ce directeur. Quand nous demandons : « Est-ce que telle ou telle confiance est bonne ou mauvaise ? On la juge par référence à la hausse de son profit. Cette tâche a été définie et doit être résolue.

Mais maintenant, des camarades arrivent et disent : « Si les chefs de fiducie recherchent le profit, ils gonfleront d’abord leurs prix et, deuxièmement, ils réduiront les salaires et pilleront ainsi généralement les ouvriers et les paysans et obtiendront ainsi leur gros profit. D’où ils tirent la conclusion : c’est une mauvaise chose de faire un gros profit. Alors ici, camarades, se dégage une lacune de notre système — je ne dirais pas une lacune de gestion, car nous n’avons pas encore une telle gestion — mais une du système de notre économie d’État dans son ensemble. Si nous augmentons les salaires mais réduisons les prix puis demandons : « produire un profit accumulé », qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie : « améliorez gentiment la production, réduisez gentiment les frais généraux et gérez mieux votre entreprise ». Car nous vous posons des conditions précises : augmenter les salaires, baisser les prix et en même temps montrer le maximum de profit.’

Si deux trusts comparables, disons des trusts textiles, opèrent dans ces mêmes conditions (c’est tout de même le cas que ce soit à l’été 1923 ou maintenant à l’hiver 1924) alors j’estime que si un trust produit un profit bien plus important que l’autre alors, toutes les autres conditions étant égales, cela fonctionnait mieux parce que l’entreprise était mieux gérée. Je le jugerais selon ce critère. Mais vous préférez emprunter une autre voie, une voie qui confond complètement nos trusts, nos syndicats et nos organisations de parti. Votre chemin est le suivant : dites au chef de confiance de « produire le minimum de profit », c’est-à-dire le moins de profit. Je ne parle pas maintenant du fait que c’est une mauvaise formule car le profit minimum est nul. En fixant l’objectif d’un profit minimum, nous nous fixons l’objectif de gérer une entreprise sans perte, ce qui est radicalement faux.Je suggère que les camarades voulaient vraiment, lorsqu’ils ont formulé cette résolution, non pas un profit minimum, mais un « profit modéré ». Je ne chicanerai donc pas sur les mots.

Alors on fait avancer la demande : produire un profit modéré. Le chef de fiducie a aujourd’hui une convention collective avec le syndicat qui détermine les niveaux de salaire et a, supposons, un prix de vente contrôlé, régulé et fixé conformément à la politique de prix que nous avons formulée, sur laquelle il n’ose pas vendre. Dans ces conditions, il parvient à réduire ses frais généraux, à améliorer la production, à faire des économies dans l’appareil de commercialisation, à évincer les intermédiaires et à les esquiver d’une manière ou d’une autre, à trouver de nouveaux clients et à augmenter le chiffre d’affaires et ainsi de suite et augmente ainsi son profit. À la fin de l’année, un gros bénéfice apparaît sur le compte de la fiducie et il est horrifié. « S’il vous plaît, excusez-moi, car j’avais une directive du parti pour produire un profit modéré. » Comme vous pouvez le voir, le cœur du problème n’est pas dans le slogan d’un profit « modéré » - non,le cœur du problème est une politique de prix correcte et une politique salariale correcte. Il est essentiel et nécessaire d’émettre une directive dans ces conditions : produire le plus grand profit pour qu’une économie ne puisse être gérée autrement et sinon nous serions en train de corrompre nos gestionnaires économiques, de désorganiser le parti et d’abaisser les trusts au niveau des finances de l’État. établissements.

Permettez-moi maintenant de passer à la question suivante qui était assez confuse à la fois dans la résolution du Comité central et dans le discours du camarade Rykov : c’est la question de notre balance commerciale extérieure.

En ce qui concerne l’équilibre actif. Encore une fois du fait que nous avons un certain décalage entre les différentes parties de notre économie d’État et que les problèmes financiers ont de nouveau, dans une certaine mesure, surgi, il est établi dans les thèses du Comité central qu’au cours de la période récente, ou en tout cas avant mon départ de Moscou, nous avons eu un virage certain vers un resserrement des importations et de la balance dite active. Ici tout d’abord, camarades, nous devons être bien clairs sur la manière de poser cette question. Hier, dans la salle des colonnes, le camarade Kamenev expliquait ainsi le solde actif : si nous commerçons avec l’étranger et maintenons un solde actif, cela signifie que le solde net est en notre faveur ; un solde passif, c’est lorsque nous commerçons à l’étranger et que le solde net va en leur faveur.

Camarades, la balance active a un sens tout à fait spécifique que le camarade Rykov a expliqué de manière plus ou moins intelligible et ne se situe nullement en faveur de qui est la balance commerciale mais dans quel pays l’or est déposé.

Si nous mettons en œuvre l’exigence de cette résolution la plus importante, et je dirais la plus décisive, du Comité central, qui déterminera à l’avance notre politique pour une période de temps certaine et immédiate, c’est-à-dire l’exigence d’atteindre un équilibre actif et de maintenir un équilibre actif, qu’est-ce que cela implique ? Cela implique de resserrer les importations et de pousser les exportations aussi fort que possible. C’est la politique de la balance commerciale.

Je poserai donc la question ainsi : il faut forcer nos exportations en vue surtout de l’essor de notre agriculture paysanne mais aussi pour acquérir à l’étranger des opportunités d’acheter ce dont notre économie manque et a besoin d’importer de l’étranger.

Notre commerce extérieur doit donc se construire non pas tout autour d’une balance active mais autour de l’équilibrage des importations par rapport aux exportations, c’est-à-dire autour d’une accélération des exportations mais en essayant ce faisant d’importer ce qui nous manque et de ne pas laisser la différence se déposer sous forme de or. Pourquoi ? Parce que c’est une mauvaise chose pour nous d’accumuler de l’or. Bien sûr, il est très agréable de stocker un peu ou même beaucoup d’or, mais est-ce opportun ? Non. Ce n’est pas le moment aujourd’hui car nous n’avons pas besoin d’or, mais d’une relance de notre industrie et de notre économie, et cela ne peut se faire en déposant de l’or auprès de Sokolnikov ou de Sheinman. [Sokolnikov était le commissaire du peuple aux finances et Sheinman était le directeur de la Banque d’État.]

Au lieu de la politique d’une balance commerciale active, nous devons établir une politique d’équilibrage des importations et des exportations. Si nous réalisons simultanément la demande d’obtention, comme le dit très justement la résolution, un prêt étranger et si nous continuons à mener une politique d’attraction de capitaux étrangers dans le pays, alors la question se pose : que signifie conclure un contrat de prêt en termes de marchandises ? Cela signifie-t-il que nous importons ainsi de la monnaie d’or ? Non, cela signifie que nous importons des marchandises au montant correspondant même si de l’or a été emprunté pour ce faire. Que signifie l’importation de capitaux étrangers sous forme d’attraction de concessions et d’autres manières ? Il signifie, en dernière analyse, l’importation du volume correspondant de marchandises étrangères.C’est la seule signification positive possible d’un prêt étranger et d’une politique de concession.

Par conséquent, proposer simultanément comme exigence ou tâche de notre politique économique la négociation d’emprunts étrangers et l’attraction de capitaux étrangers d’une part et l’exigence d’une balance commerciale active d’autre part signifie ne pas lier notre industrie à notre commerce et financier. Cela ne peut pas être fait dans la pratique.

Ces quelques erreurs partielles que j’ai présentées sous forme d’amendements spécifiques qui seront distribués nous ramènent à la vieille question par laquelle j’ai commencé. C’est la nécessité de réaliser un plan pour la création d’un système global d’économie d’État et de poser la tâche de la gestion de l’économie d’État de telle manière que dans la lutte entre les deux tendances, la Nouvelle Politique Économique (NEP ), l’élément marchand-capitaliste et l’élément socialiste d’État, la victoire appartiendra au principe socialiste d’État.

C’est là que réside la différence entre la formulation de la question dans les thèses du Comité central et la formulation que j’ai donnée.

Encore deux mots. Est-ce à dire que j’oppose ainsi ma propre politique économique à celle du Comité central ? Pas le moindre. Cela signifie seulement que, tout en suivant une ligne juste et définie dans le domaine de notre économie, le Politburo ne pose pas encore ces questions pratiques qui demandent maintenant à être posées et que la vie elle-même, pour ainsi dire, a mises au premier plan ; il est absolument nécessaire de poser ces questions pratiques dans un avenir proche de peur que l’élément NEP, l’élément capitaliste marchand, ne nous étreigne et noie ces débuts d’une économie socialiste que nous avons déjà sous la forme de l’économie coopérative et étatique .

Le discours de Préobrajenski

Après la discussion sur la politique économique, Staline a présenté le rapport de la construction du parti. Il concentra son attaque sur Trotsky et se mit à déformer et à déformer les idées exprimées dans « Le Nouveau Cours ». Staline a introduit un élément personnel dans son attaque en déclarant que Trotsky s’était « élevé au rang de surhomme debout » au-dessus du Comité central ». Enfin, et c’est le plus important, il révéla publiquement pour la première fois les dispositions de la résolution 11921 du 10e Congrès sur l’unité du parti relatives à la procédure disciplinaire contre les membres du Comité central (Piatakov et Rakovsky ainsi que Trotsky étaient des membres du Comité central de l’opposition.) C’était une menace de réprimer l’opposition. Preobrazhensky a donné la réponse de l’opposition à Staline dans le discours que nous imprimons ci-dessous.

Camarades, nous ne comprendrons rien aux processus qui se déroulent à l’intérieur de notre parti si nous refusons d’emblée de lier ces processus aux phénomènes qui se déroulent dans notre sphère sociale et économique et dans les relations interclasses. Notre parti a de très belles traditions en la matière : il a presque toujours, à une tournure nouvelle, si importante qu’elle soit et qu’elle soit à l’intérieur ou à l’extérieur de notre parti, donné la première place et mis au premier plan une évaluation de la situation générale, puis procéda ensuite dans un mode marxiste à une évaluation de la situation à l’intérieur du parti. Par conséquent,Je ne peux souscrire à la proposition du camarade Staline de ne pas traiter de l’histoire de l’émergence de nos différences parce que cette histoire est intimement liée et nécessairement étroitement liée à une analyse de tous ces processus qui se déroulent dans notre pays et surtout dans le classe, c’est-à-dire la classe dont nous représentons l’avant-garde. Je commencerai donc mon rapport sous cet angle.

Nous sommes entrés dans la période de la Nouvelle politique économique (NEP) en 1921. Dans notre parti, nous avons fait un virage tout à fait unanime vers la NEP. Nous avons mené à bien la première phase, la première étape de la NEP sous la direction du camarade Lénine. Mais à partir de 1923, nous sommes entrés dans une nouvelle période de NEP, sur laquelle il ne peut y avoir aucun doute dans notre parti. En quoi cela consiste-t-il, quelles influences exercera-t-il sur notre parti à l’avenir, de plus en plus de mois en mois et d’année en année ? Quelle est l’essence de cette nouvelle période ? Son essence consiste en ceci : alors qu’auparavant nous développions les forces productives de notre économie d’une manière tout à fait spontanée, en relâchant les rênes de notre industrie d’État, en laissant nos trusts s’extirper dans les conditions du marché des difficultés dans lesquelles ils s’étaient trouvés ;tandis que nous avons pris le point de vue général d’un développement des forces productives dans toutes les formes de l’économie car il y avait de grandes possibilités de développement à la fois du capital de la NEP, de l’industrie d’État et de la petite industrie, etc. (dans la mesure où ces formes antagonistes n’entraient pas en conflit) alors, à cette époque, l’affaire était en grande partie celle d’une dérive spontanée.

La politique économique de notre parti à cette époque n’a pas mis en lumière les nouveaux problèmes, car il ne pouvait en être autrement dans une large mesure. Mais 1923 a été un tournant à cet égard. Au printemps, nous avons eu les premiers signes d’une crise des ventes. Déjà en mars et avril 1923, nous avions des signes tout à fait clairs d’une ouverture des ciseaux autour de laquelle le camarade Trotsky avait construit une partie de son rapport au XIIe Congrès. Ainsi, nous sommes entrés ici dans une nouvelle période et la tâche de notre parti était de comprendre à temps toutes les tendances de cette période et d’adapter en conséquence notre politique interne et notre politique interne de parti. Mais que voyons-nous et quelles réflexions tout cela a-t-il trouvé dans les décisions des partis ?

Nous avons vu qu’au XIIe Congrès du Parti une résolution sur l’industrie avait été adoptée qui tenait compte de ce processus, et en tenait compte en temps utile. Mais que s’est-il passé ensuite ? Avons-nous pris en compte tout cela dans les changements internes au parti qui devraient suivre cela ? Non nous n’avons pas. Le camarade Lénine a dit un jour qu’environ deux années s’écouleraient après la transition vers la nouvelle politique économique et qu’une nouvelle situation se présenterait alors en ce qui concerne la question de l’unité du parti. Je pense que lorsque le camarade Lénine a dit « environ deux ans », il a correctement évalué la situation. Mais la majorité du Politburo du Comité central a soutenu que c’était deux ans et demi. Je pense que même le camarade Lénine n’aurait pas pu prévoir alors les progrès particulièrement rapides que nous avons faits dans l’industrie.Mais à partir de ce point, il s’est développé une divergence progressive entre la politique interne du parti et les tâches objectives du parti dans la situation de la NEP, car le processus de déclassement des éléments capitalistes a commencé à cesser et la classe ouvrière a commencé à croître. Face à ce processus, nous avons dû affaiblir les tendances bureaucratiques et non les renforcer. Il s’est d’ailleurs produit une divergence entre les processus à l’intérieur du parti et les tâches que les conditions du travail du parti nous ont posées.une divergence entre les processus à l’intérieur du parti et les tâches que les conditions du travail du parti nous ont posées.une divergence entre les processus à l’intérieur du parti et les tâches que les conditions du travail du parti nous ont posées.

C’est là que réside l’erreur fondamentale qui a été commise par le Comité central. Depuis que le camarade Lénine a quitté son travail, le Comité central a commis plusieurs erreurs dont certaines majeures. Ces erreurs ont une caractéristique en commun et peuvent être caractérisées de manière générale. Cette caractéristique commune des erreurs du Comité central réside dans le fait qu’il n’a pas su (comme il l’a pu lorsque le camarade Lénine était au centre) prévoir bien à l’avance tel ou tel processus qui s’était spontanément mûri, et d’y réagir à un au début en faisant des virages et de le faire de manière à ne pas s’arrêter à mi-chemin avec eux. « Je vais le montrer à partir d’un certain nombre d’exemples.

On voit bien qu’on finit par sortir de cet état de somnolence et d’un certain confort bureaucratique à l’intérieur de l’appareil qui s’est produit avec les résolutions adoptées à l’unanimité et l’absence de discussion des décisions qui viennent d’en haut, déjà prises à l’avance, sur lequel le camarade Zinoviev a écrit. Qu’est-ce qui nous tire de cet état de somnolence ? La classe ouvrière. Il nous tire de cette somnolence par ses grèves, c’est-à-dire que le parti est spontanément poussé à changer de cap. Cela signifie que sur cette question fondamentale qui est liée au tournant vers le nouveau cours, le Comité central a, si vous me pardonnez une certaine comparaison historique, agi un peu « tailistly » - les vieux bolcheviks sauront ce que cela signifie. Le parti a été poussé par des processus spontanés au lieu de les prévoir.Ce n’est qu’à la suite d’une crise qui s’approfondit et qui émerge clairement qui s’est manifestée sous la forme d’abcès comme le groupe « Vérité des travailleurs » et le « Groupe des travailleurs », ce n’est qu’à la suite de tels processus que le Comité central s’est éveillé à la besoin de revoir les méthodes de travail au sein de notre parti.

D’ailleurs en ce qui concerne les questions économiques, il en va de même. Au XIIe Congrès, nous avons adopté une résolution sur la question de l’industrie qui prévoyait toutes ces divergences qui se développaient ensuite et prévoyait la nécessité d’une transition vers la planification. Mais pour la direction actuelle, les choses sont restées exactement comme avant et des crises objectives spontanées étaient nécessaires pour que le Comité central du parti en arrive à la nécessité de prendre la voie d’une plus grande planification dans notre économie avec beaucoup plus d’énergie. C’est du moins ainsi que cela a été dit dans la résolution qui a été adoptée par cette conférence hier.

Ici, camarades, permettez-moi de passer à la prochaine erreur du Comité central qu’il a commise au plénum du Comité central et de la Commission centrale de contrôle en octobre. Je dois dire que pour nous qui avons signé le document des 46, la situation était déjà devenue assez claire avant même que nous ayons signé ce document. Nous considérons que c’est notre erreur de ne pas l’avoir fait plus tôt. Il aurait pu avoir des conséquences utiles au sein de notre parti si nous l’avions signé plus tôt. Mais en évaluant ce document, vous devez comprendre une chose et ce sont les conditions dans lesquelles nous nous sommes alors retrouvés. Les conditions étaient celles d’une crise croissante dont personne ne pouvait prévoir les limites.Puis le divorce de nos organisations de parti avec les masses ouvrières qui a été révélé sans pitié par ces grèves qui ont montré à Moscou en particulier le coût pour le parti d’un comité respectueux des lois qui, cependant, ignore les processus de base qui se déroulent dans les larges masses ouvrières . Quel est le coût ? Les événements de juillet et août et les événements ultérieurs l’ont montré. Ainsi, en sortant le document des 46, nous avons posé clairement et définitivement deux questions fondamentales ; premièrement, la question de la transition vers la démocratie ouvrière et deuxièmement la transition vers un système plus planifié de notre économie.Ainsi, en sortant le document des 46, nous avons posé clairement et définitivement deux questions fondamentales ; premièrement, la question de la transition vers la démocratie ouvrière et deuxièmement la transition vers un système plus planifié de notre économie.Ainsi, en sortant le document des 46, nous avons posé clairement et définitivement deux questions fondamentales ; premièrement, la question de la transition vers la démocratie ouvrière et deuxièmement la transition vers un système plus planifié de notre économie.

Je dois surtout protester catégoriquement contre une déformation tout à fait inadmissible qui a été commise à propos de ce document, non seulement lors des réunions de Moscou mais aussi dans le document officiel du Politburo. À la page 34 de ce document, vous lirez : « Cette déclaration des 46, qui reprenait largement la lettre du camarade Trotsky et était connue du camarade Trotsky avant d’être présentée au Comité central, disait que le Comité central dirige le parti et le pays à ’catastrophe.’

La citation est donnée entre guillemets. Ces mots ne figurent pas dans notre document. On ne peut pas faire des citations comme ça dans un document officiel. Partout dans les réunions, les camarades Kamenev et Boukharine ont cité ces mots comme les mots de notre document. Nous avons présenté une résolution claire au plénum sur la question de la démocratie ouvrière. Afin d’être clair sur la façon dont s’est déroulée la discussion au plénum du Comité central et de la Commission centrale de contrôle en octobre, argumenter de manière pratique et non formelle, telle était la question. Nous avons proposé, sur la question de la démocratie ouvrière, que le plénum adopte une résolution qui a ensuite été incorporée dans le document du 5 décembre sous une forme plus précise, définie et plus nette.

Par conséquent, quelle est la question ici ? Pourquoi, au moment du vote, ce document a-t-il été rejeté avec seulement une ou deux voix pour et cinq ou six abstentions ? Pourquoi le Comité central et la Commission centrale de contrôle n’ont-ils pas accepté notre proposition ? En quoi cela consistait-il ? Nous avons observé une série de processus dans notre parti et exprimons nos craintes quant à la politique du Comité central. Discutons de la situation qui s’est présentée, écoutons-nous et écoutons notre proposition, avons-nous dit. Douze d’entre nous ont été invités, nous avons été écoutés et notre proposition a été rejetée à une écrasante majorité, presque à l’unanimité en fait, et une longue résolution contenant des condamnations de toutes sortes a été adoptée.Le Comité central du parti devrait-il vraiment réagir ainsi à une proposition émanant d’un certain nombre de camarades responsables dont l’adhésion combinée au parti, celle des « 46 », n’est pas inférieure à l’adhésion combinée au parti de l’ensemble du Comité central ? Vous ne pouvez certainement pas utiliser sérieusement et consciencieusement une telle méthode quand il y a de l’inquiétude dans le parti, que les crises mûrissent et quand tout bolchevik qui se respecte, qui peut les voir et veut vraiment être digne de sa vocation de communiste et de bolchevik, doit partir au Comité Central et dire : « Je suis assez alarmé mais c’est comme ça que je vois une issue à la situation » ?les crises arrivent à maturité et quand tout bolchevik qui se respecte, qui peut les voir et veut vraiment être digne de sa vocation de communiste et de bolchevik, doit se rendre au Comité central et dire : "Je suis plutôt alarmé mais c’est ainsi que je vois un moyen de sortir de la situation’ ?les crises arrivent à maturité et quand tout bolchevik qui se respecte, qui peut les voir et veut vraiment être digne de sa vocation de communiste et de bolchevik, doit se rendre au Comité central et dire : "Je suis plutôt alarmé mais c’est ainsi que je vois un moyen de sortir de la situation’ ?

Lorsqu’en octobre l’assemblée plénière a rejeté notre résolution et a présenté sa propre résolution de condamnation qui rejetait notre proposition de base que nous avions présentée, le thème de base de tous nos discours et articles était que nous devrions faire la transition vers le nouveau cours sans exciter le partie avec une discussion d’en haut. A ce plénum nous avons dit que la position était telle (les événements allemands mûrissaient à ce moment-là) que nous ne pouvions pas reporter cette mesure car sinon nous ne serions pas suffisamment prêts au combat dans ces conditions ultra-difficiles, pour la révolution allemande. Cependant, nous ne pouvions pas non plus permettre une discussion sur cette question car elle serait inopportune. Le Comité central a rejeté une telle formulation de la question et c’était une erreur.

Le Comité central, en outre, a rejeté l’approche du problème du renforcement de la fonction de planification dans l’économie, qualifiant notre discours - je ne me souviens pas des mots exacts utilisés par le camarade Rykov et d’autres, mais ils n’étaient de toute façon pas flatteurs - académique, lycéen et ainsi de suite, pour accepter plus tard les trois quarts de ce que nous avions proposé dans leur propre résolution du 5 décembre. mais d’en haut de la manière la plus organisée. Le Comité central rejeta une telle approche de la question et les événements ultérieurs « se développèrent spontanément exactement comme nous l’avions dit et averti le Comité central de notre parti.

Dans la réponse du Politburo au camarade Trotsky, nous trouvons le point suivant : « « Nous vivons une crise de parti qui s’étend rapidement ». Le camarade Trotsky considère que cela va de soi et n’exige aucune preuve. Ceci, camarades, a été écrit au moment où nous avertissions qu’une crise de parti était inévitable dans cette situation, « mais quand des camarades du Comité central affirmaient qu’il ne peut être question de crise - avec un optimisme qui s’est progressivement propagé. dans leur évaluation de la situation depuis la retraite du camarade Lénine, un optimisme très dangereux pour notre parti.

Camarades, nous ne pouvons pas commettre une si grande erreur politique. Car ce qui s’est passé ici était en effet une grande erreur politique. Au cours de la discussion, nous allions avoir toute une série de déclarations de membres du Politburo : que le parti est en crise, que le parti est dans un état de fièvre, etc. Mais cela a été dit en décembre alors qu’en octobre, cela a été catégoriquement démenti. Peut-on vraiment se permettre une telle imprévoyance’ mais c’était permis et on le constate.

Comment les choses se sont-elles alors déroulées ? Le camarade Zinoviev a produit son article qui a ouvert la discussion, une discussion publique, dans notre parti. Suite à cela, tout un tas de réactions sont venues des localités, tandis qu’à Moscou un débat sur cette question s’est engagé dans les quartiers. A l’Université de Sverdlov, le camarade Zinoviev a pu voir l’ambiance grandissante, qui nous est également venue de manière inattendue, qui s’y était installée.

( Voix d’un siège : qu’en est-il de l’article du camarade Preobrazhensky ?)

Il y avait aussi mon article. Il est sorti le même jour que cela s’est passé à l’Université de Sverdlov. Comment cette entreprise s’est-elle développée par la suite ? Vous connaissez le contenu des discours. Il n’était pas nié qu’un certain changement s’était produit au sein de notre parti qui était tout à fait inattendu par le Comité central. Le camarade Kamenev a présenté le rapport à une réunion dans le district de Bauman où la résolution que nous avons proposée a été adoptée avec seulement six contre.

Ainsi, les camarades du Comité central étaient maintenant convaincus que les choses étaient sérieuses. Mais tout s’est déroulé de manière spontanée. Les membres du Comité central trouvent le moment absolument mûr pour lancer le document du 5 décembre sur la vague d’opinion publique qui a maintenant commencé à déferler dans le parti. Cette décision aurait pu être prise plus tôt, elle aurait pu être prise en octobre alors que toute la transition aurait pu être réalisée avec beaucoup moins de bouleversements. Mais grâce au fait qu’ici aussi le Comité central attendait une secousse d’en bas, il poursuivit une fois de plus une approche quelque peu « taillist » [Lénine avait qualifié la politique du courant économiste de la social-démocratie russe au début du siècle de « tailism », car il revenait à suivre les luttes spontanées de la classe ouvrière.] position, si vous excusez l’expression, et nous avons eu une situation qui allait s’aiguiser un peu plus dans cette discussion.

Comment se sont déroulés les événements ultérieurs ? Ici, à Moscou, nous pouvions nous prononcer pour ou contre toutes les propositions et ainsi l’organisation moscovite avait le maximum de possibilités d’écouter les points de vue et de faire sa propre évaluation des humeurs et des opinions. Mais en ce qui concerne les provinces, ce n’était pas le cas car là, un rôle énorme a été joué par les informations de la Pravda , y compris les slogans qui avaient été lancés par l’organe central du parti dès le début de la discussion.

Cette question a une grande importance. Lorsqu’une discussion surgit, le Comité central porte une grande responsabilité à cet égard : quels sont les mots d’ordre qu’il doit donner à cette discussion, comment doit-il définir la situation et comment doit-il caractériser le mouvement qui s’est amorcé à l’intérieur du parti ? Tout ce qui suit en dépend. On a donc vu que le Comité central, complètement paniqué par ce qui s’était passé dans l’organisation de Moscou, a adopté un slogan qui allait jouer un rôle ultra-négatif tout au long de la discussion en intimidant le parti et en le privant d’une occasion de comprendre objectivement tout ce qui s’était passé dans le parti et qui, par son essence même, comportait une série d’erreurs secondaires accidentelles commises par l’organe central du parti et les organes provinciaux du parti.

La façon dont vous nous évaluez est le facteur majeur, principal et clé. Il existe sur cette question beaucoup de confusion et un enchevêtrement d’opinions : comment définir le sous-sol social de ce qu’on appelle l’« opposition » ? Le Comité central a lancé un mot d’ordre selon lequel il représente une déviation menchevik sur les questions organisationnelles et économiques et ce mot d’ordre hautement polémique a été lancé afin de créer les meilleures conditions pour combattre et détruire les humeurs d’opposition à l’intérieur du parti. Ce mot d’ordre, qui n’a rien à voir avec ce qui se passe réellement et qui relève d’un dispositif polémique tout à fait inadmissible, ce mot d’ordre même a ensuite été repris au sein du parti comme une sorte de directive du Comité central.

A ce moment, moment de panique au sein du Comité central, alors qu’il nous soumettait à un bombardement d’artillerie sous des formes tout à fait inadmissibles qui n’avait jamais été fait auparavant à l’intérieur de notre parti avant un congrès, des camarades sont sortis avec des propositions différentes du Comité central et la lutte s’aiguise. Les événements ne se sont pas non plus déroulés du tout comme le camarade Staline les a décrits. Il considère qu’après la publication du document du 5 décembre, aucune différence ne subsistait. Je ne souscris pas du tout à cela. Si vous prenez le document du 5 décembre, nous avons pratiquement des désaccords en dehors du point sur la nomination des secrétaires qui n’a pas été exprimé tout à fait dans l’esprit de la démocratie ouvrière. L’essentiel n’est pas cela, mais comment nous allons travailler ensemble à l’avenir.Le camarade Staline a cité en exemple ma résolution qui a été proposée dans la salle des colonnes (au Congrès provincial de Moscou) et a exprimé sa surprise - je ne sais pas s’il était sérieux ou plaisantant - que cette résolution n’ait pas été adoptée. Je dois dire que cela caractérise exactement la situation. Lorsque, à la suite de ce document, nous avons eu à la suite de la directive donnée dans l’organe central une attitude envers des camarades qui les mettait d’emblée, pour ainsi dire, « de l’autre côté » de cette controverse, il y a eu ce qu’on peut appeler forçage progressif d’un groupement par le Comité central, forçage d’une partie du parti en groupement. Cest ce qui est arrivé. Et donc, camarades, tout ce qui s’ensuivit n’était que l’élaboration logique de cet état de choses.Je ne peux donner qu’une caractérisation générale des erreurs du Comité central qui avaient été commises avant que le camarade Trotsky ne produise sa lettre ouverte du 8 décembre. conservatisme, une prise en compte insuffisante du processus qui mûrit à l’intérieur du parti et en même temps une certaine réticence à prendre telle ou telle décision sur cette question.une prise en compte insuffisante du processus qui mûrit à l’intérieur du parti et en même temps une certaine méfiance à prendre telle ou telle décision à ce sujet.une prise en compte insuffisante du processus qui mûrit à l’intérieur du parti et en même temps une certaine méfiance à prendre telle ou telle décision à ce sujet.

La question suivante que vous devez examiner est celle de savoir comment nos relations se développeront davantage au cours de notre discussion. Car le slogan sur le menchevisme de l’opposition et ainsi de suite qui a été lancé a maintenant été développé. D’ailleurs parut la lettre du camarade Trotsky. A cet égard, le Comité central n’aurait pas dû faire ce qu’il a fait. Ici, il a commis l’erreur suivante qui a été préjudiciable au parti et dont nous ne pouvons pas entièrement calculer les conséquences à l’heure actuelle. Si le Comité central considérait que le camarade Trotsky avait violé un accord en publiant un commentaire divergeant de la résolution du 5 décembre, il aurait dû résoudre le problème de manière purement formelle. Il aurait dû convoquer le Politburo et formuler une décision formelle par rapport à la lettre et la porter à la connaissance du parti.Nous pouvons voir comment les événements se sont encore une fois développés de manière incontrôlée. Le camarade Staline a publié son article (15 décembre). Personne ne sait s’il écrivait en qualité de secrétaire du Comité central ou simplement en tant que vieux bolchevik, ni même quelle était l’attitude formelle du Comité central face à cette déclaration publique. Ensuite, un processus de cession des mérites des membres individuels du parti, qui s’étaient accumulés au cours des six ou sept dernières années, a commencé. Suite à l’article du camarade Staline, d’autres membres du Comité central ont commencé à être démis de leurs fonctions en rappelant octobre 1917 et ainsi de suite. En conséquence, nous avons eu un discrédit général des membres en tant qu’individus. Pourquoi était-ce nécessaire ? N’auriez-vous pas pu régler cette question par une décision formelle du Comité central ? Ce qui a été fait par le Comité central était une erreur.

Je passe maintenant à l’erreur fondamentale que le Politburo a commise à l’égard du camarade Trotsky personnellement. Je considère que l’erreur fondamentale commise par le Politburo par rapport au camarade Trotsky personnellement est qu’il le traite comme un étranger parmi nous. Avec une telle attitude, le travail en commun est impossible. Cela doit être fermement et clairement compris. Il est nécessaire dans notre parti de traiter les camarades qui jouent un rôle exceptionnel et qui sont nécessaires à notre parti aujourd’hui non pas comme des membres de l’Istpart, mais comme des personnalités politiques de premier plan, comme des chefs de parti, tout comme le camarade Lénine a agi dans de tels cas. Ici, nous voyons un degré d’impulsivité bien plus grand que le calcul politique des chefs de parti. Dans une lettre du camarade Lénine traitant de la question nationale, qui, pour une raison quelconque, est jusqu’à présent inconnue du parti,il a dit qu’« en politique, le dépit joue généralement le plus bas des rôles ».[Preohrazhensky, comme Lénine, se réfère ici implicitement à Staline.]

Alors là aussi, nous avons devant nous une impulsion spontanée mais sous un autre angle ; une impulsion sous l’angle des relations personnelles qui a finalement donné tout le ton qui imprègne ce document et ne peut que produire un effet cauchemardesque sur les membres de la base du parti.

La question suivante abordée par la discussion est la question du bolchevisme et d’une déviation menchevik sur la question organisationnelle. Ici, nous devons avoir une clarté complète. En l’occurrence, ce qui a été entrepris à des fins polémiques va complètement à l’encontre de toute l’histoire de notre parti. Pour quelle raison faisons-nous maintenant appel au passé du parti dans la polémique ? Des camarades font des polémiques pour tenter de prouver que le bureaucratisme de notre appareil en 1923 s’explique par l’histoire de notre parti. Mais je maintiens que l’histoire de notre parti est une réfutation catégorique du bureaucratisme. Quel bureaucratisme avions-nous dans l’organisation clandestine ? Rien. Quand le bureaucratisme a-t-il commencé à germer ? D’abord pendant la période de la guerre civile et ensuite pendant la période de la NEP.Cette période de l’histoire de notre parti a été élevée par de nombreux camarades pensant et agissant de manière conservatrice en une période idéale dans le sens interne du parti et de l’organisation et la perspective historique a donc été complètement déformée. Nous devons rejeter cette approche comme une calomnie contre le Parti bolchevique et une manifestation de conservatisme d’appareil contre lequel une lutte énergique est vitale. Approfondissons la question et posons la question de l’histoire du parti sous son vrai jour, car nous, vieux bolcheviks qui ne défendons pas le bureaucratisme en 1923, prouverons la contradiction qu’il y a ici.Nous devons rejeter cette approche comme une calomnie contre le Parti bolchevique et une manifestation de conservatisme d’appareil contre lequel une lutte énergique est vitale. Approfondissons la question et posons la question de l’histoire du parti sous son vrai jour, car nous, vieux bolcheviks qui ne défendons pas le bureaucratisme en 1923, prouverons la contradiction qu’il y a ici.Nous devons rejeter cette approche comme une calomnie contre le Parti bolchevique et une manifestation de conservatisme d’appareil contre lequel une lutte énergique est vitale. Approfondissons la question et posons la question de l’histoire du parti sous son vrai jour, car nous, vieux bolcheviks qui ne défendons pas le bureaucratisme en 1923, prouverons la contradiction qu’il y a ici.

Le bolchevisme par sa nature même contredit le bureaucratisme. Il est lié aux masses. Elle est active et pratique et ne supporte pas l’ossification que nous avons eue lors des grèves. Un tel bureaucratisme est donc anti-bolchevique et contredit l’essence de notre parti. Mais quand une lutte est menée contre nous avec ce genre d’argument, cela signifie, en effet, que vous invoquez toute l’histoire du bolchevisme pour justifier quelques centaines de bureaucrates dans notre appareil. C’est ainsi que vous posez la question. Le camarade Lénine a enseigné dans le parti que nous ne devons pas prendre une seule vérité séparément des autres. C’est vrai, mais quand vous l’utilisez pour défendre un mensonge, c’est honteux. Car c’est ainsi que vous agissez. Nous avons redressé la colonne vertébrale du parti de haut en bas et c’est tout à fait exact.Il y a eu un processus à double sens, mais quand vous recourez à cette méthode pour justifier quelques centaines de bureaucrates, alors les choses vont mal et nous nous opposons à une telle formulation. C’est une déformation polémique qui donne à notre parti une conception ultra-incorrecte de la réalité. Pourtant, comme vous le savez, toutes les provinces en ont été comblées.

La question de l’unité du parti a donc été présentée comme si nous étions le genre de diviseurs qu’il faut chasser. En posant ainsi la question, vous avez, pour le dire crûment, induit en erreur toutes nos provinces et intimidé tout notre parti. C’est absolument inadmissible.

Je passe maintenant à la dernière question : la question des perspectives. Il est bien clair pour nous qu’une nouvelle erreur se profile ici, que le Comité central veut commettre et que la conférence ne doit pas accepter. Cette erreur consiste en ceci : Pourquoi notre divorce avec les masses laborieuses s’est-il produit ? Parce que dans le processus de développement de la NEP, nous avions une économie qui se développait spontanément et le bureaucratisme grandissait dans nos organisations de parti. Ce bureaucratisme, cette adaptation progressive de notre organisation de parti à l’appareil d’État soviétique dont a parlé le camarade Staline. Maintenant, si le camarade Staline s’en tient à ce qu’il a dit ici - je n’ai absolument aucune objection à la première partie de son rapport - s’il s’en tient au fait qui est absolument vrai,que notre parti a créé un centralisme d’appareil d’État à partir de son centralisme de parti et a ensuite subi une dégénérescence sous la pression de cet appareil ; si cela est vrai, alors je dois vous avertir que la politique que vous poursuivez actuellement à l’égard de la soi-disant opposition nous ramènera d’où nous venons.

Ce sera tout à fait inévitable par la logique de tous les grands mouvements de masse. Pourquoi cela aura-t-il lieu ? C’est pourquoi il aura lieu. Si la conférence accepte de publier le point de la résolution dont le camarade Staline a parlé en dernier lieu si elle accepte de sortir le canon qui en théorie sera dirigé contre l’opposition, mais en pratique sera dirigé contre le document du 5 décembre et contre tous efforts actifs pour faire le virage vers le nouveau cours et la démocratie interne au parti dont aucun de nous ne fait un fétiche, alors ce qui suit se produira. Nous conduirons le parti au silence. Car lorsque tout député qui s’exprime peut être considéré comme un opposant, même s’il n’a même pas eu de lien idéologique avec l’opposition,lorsqu’il sera renversé et catégorisé du point de vue de savoir si ce document s’applique à lui sous telle ou telle forme, nous aurons fait naviguer le groupe dans un calme plat. En attendant, les tâches fixées avant la fête du 5 décembre seront reportées pour une durée indéterminée.

Maintenant, à propos de notre appareil. Le fossé entre le parti et la classe ouvrière et les profondeurs de la classe ouvrière ne se réduira pas mais s’élargira. Lors de plusieurs réunions, le camarade Zinoviev a évoqué la composition de notre parti et a souligné l’énorme degré de spécialisation et sa composition excessivement diversifiée à différents égards. Camarades, je dis que nous avons une situation qui s’est produite où 18 000 membres du parti qui constituent l’appareil, moins ceux qui ne jouent pas un rôle dirigeant, ont, par cette spécialisation, fini par être responsables de tout le parti et de tout son organisation. En conséquence, nous avons leur manque de contact avec la masse restante non seulement des membres de la base mais aussi des membres dirigeants du parti qui travaillent dans d’autres domaines particuliers. Ce processus, qui est un processus des plus nocifs,se renforcera et ne s’affaiblira pas, grâce au fait que la ligne que vous avez tracée d’une lutte contre l’opposition y conduira inévitablement.

Avant d’utiliser l’artillerie contre l’opposition, le comité central du parti entame une politique de confusion. C’est le signe que vous procédez sous un angle qui revient essentiellement au même remède qui nous a confrontés aux grèves de juillet et août et nous confrontera à de nouvelles crises de partis. Nous parlons très franchement. La résolution du 5 décembre ne peut être exécutée dans le parti sous un tel régime. Nous devons avoir une perspective claire devant nous. Sur cette question, nous proposons la mise en œuvre de la résolution du 5 décembre. Nous proposons en outre la condamnation de toutes les méthodes de lutte utilisées au cours de cette discussion qui marquent la lutte des bureaucrates de notre appareil contre la croissance et le développement de notre parti.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0