English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > Staline a tué la révolution allemande de 1923

Staline a tué la révolution allemande de 1923

jeudi 4 novembre 2021, par Robert Paris

Staline a tué la révolution allemande de 1923

Extrait de « C L R James - Révolution mondiale 1917-1936 - L’ascension et la chute de l’Internationale communiste »

La Révolution Allemande a été pendant des années la plus urgente et la plus importante pour l’Internationale Communiste. Pendant la guerre, l’Allemagne a perdu plus d’un million et quart d’hommes tués et quatre millions et quart de blessés. La bourgeoisie alliée a bloqué l’Allemagne pendant neuf mois après la guerre, de sorte qu’un million d’enfants sont morts ; (pendant ce temps, ils ont appelé Dieu et l’homme à voir comment les méchants bolcheviks tiraient sur des milliers de bons bourgeois russes). L’Allemagne a perdu 100 000 chevaux, 175 000 bovins, 220 000 moutons, 20 000 chèvres et 250 000 volailles. Les capitalistes alliés l’ont privée de toutes ses colonies et de douze pour cent de son territoire européen, dix pour cent de sa population, soixante-quatorze pour cent de son industrie du fer, soixante-huit pour cent de son industrie du zinc, vingt-cinq pour cent de son industrie charbonnière et quatre-vingts pour cent de sa flotte marchande. De plus, ils lui ont grevé une dette impayable. Dès août 1914, Lénine avait prêché ouvertement qu’il ne pouvait y avoir de paix démocratique que par la révolution. Or, les libéraux avancés, les sociaux-démocrates avancés, les ecclésiastiques avancés, tous les bellicistes au nom de la démocratie, se lamentaient sur la paix. Mais leurs pressions et leurs protestations étant vaines, ils dirent plus jamais, et aussitôt se mirent à confondre les grandes masses du peuple avec un babillage incessant sur la démocratie.

Lénine les avait avertis dès août 1914 de cesser leurs bêtises sur une paix démocratique. Il était tout aussi simple et tout aussi clair sur le sort de la démocratie dans le monde d’après-guerre. S’exprimant dès avril 1918, avant les Soviétiques, Lénine a donné le pronostic théorique de l’histoire future de l’Europe. Pour tout pays traversant une transition difficile ou la désorganisation désespérée causée par une guerre horrible, la démocratie et toutes les autres voies médianes ont été avancées par la bourgeoisie afin de tromper le peuple, ou par stupidité par « les démocrates petits-bourgeois bavardant d’un démocratie, de la dictature de la démocratie, d’un front démocratique unique [1] et autres absurdités similaires. Ceux qui n’ont pas appris, même au cours de la révolution russe de 1917-1918, que les cours intermédiaires sont impossibles, doivent être abandonnés comme désespérés. » Les démocrates ont-ils appris ? Au moment où nous écrivons, la révolution en Espagne se bat pour sa vie, et pas seulement de la presse démocratique (ils sont incurables) mais aussi de la presse de la IIIe Internationale, la clameur pour une Espagne démocratique remplit l’air. Et pourtant, toute l’histoire de l’Europe depuis la guerre, et de l’Allemagne en particulier, montre que pour le capitalisme en crise aucun moyen terme n’est possible et que la bannière de la démocratie sert un et un seul but - aveugler les masses à l’assaut inévitable de la réaction capitaliste.

LES RÈGLES DE LA SOCIAL-DÉMOCRATIE

Ebert, Noske, Scheidemann et les sociaux-démocrates sont restés au pouvoir en Allemagne, et lorsque le prolétariat et la petite-bourgeoisie allemands ont réalisé que le Parti social-démocrate n’avait pas l’intention de faire pour changer le système social, ils ont perdu tout intérêt pour la révolution. L’insurrection prématurée des spartakistes avait privé le prolétariat révolutionnaire d’une direction vigoureuse. Le Parti social-démocrate indépendant, un parti centriste typique, s’est opposé à Ebert et Noske dans des discours et des résolutions, mais n’a donné aucune direction. Une agitation dangereuse s’est développée dans le pays, le genre de situation où les forces de la réaction peuvent profiter de la lassitude et de la désillusion des ouvriers, briser leur avant-garde, et par leur décision même, gagner ces éléments hésitants de la petite bourgeoisie et même une partie du prolétariat au soutien temporaire d’un régime réactionnaire. La vieille classe dirigeante d’Allemagne planifia tentative après tentative, mais fut si complètement discréditée qu’elle ne put réussir et aurait été complètement paralysée si les dirigeants ouvriers ne s’étaient pas appuyés sur elle contre le socialisme et les ouvriers révolutionnaires. Chaque fois que l’ancienne classe dirigeante s’effondrait après une tentative de contre-révolution, les sociaux-démocrates se hâtaient à son secours et la soutenaient à nouveau. Les sociaux-démocrates ont permis à la Reichswehr de développer une grande puissance et ont encouragé diverses organisations militaires illégales, comme la Reichswehr noire. Ils ont donné d’énormes pensions au Kaiser et aux vieilles familles royales, ils ont subventionné les industriels allemands et les grands propriétaires terriens, qui ont utilisé l’argent pour financer la contre-révolution. Les plus aventureux des contre-révolutionnaires formaient des sociétés secrètes et assassinaient régulièrement tous ceux qui semblaient dangereux pour leurs plans futurs, des ouvriers et députés et éditeurs socialistes à Rathenau, auteur de l’Entente russo-allemande. Les tribunaux où dominait encore l’ancienne classe dirigeante laissaient ces criminels en liberté avec des peines légères ou ne les punissaient pas du tout. Beaucoup de ces juges ont été récompensés aujourd’hui par le gouvernement hitlérien.

Alors que le gouvernement social-démocrate se déshonore devant la seule classe qui se battra pour lui - les ouvriers, le général Kapp, le 13 mars 1920, marchent sur Berlin, aidés par certaines de ces mêmes organisations militaires contre-révolutionnaires avec lesquelles les sociaux-démocrates guerre contre les bolcheviks dans les États baltes et contre les communistes à l’intérieur. Malgré tous les votes qu’ils pouvaient signaler, le gouvernement Ebert-Scheidemann se montra à nouveau impuissant et s’enfuit de la capitale. Kapp s’empare de Berlin. En Bavière, les officiers de l’armée ont chassé le gouvernement social-démocrate et ont attendu. L’armée était divisée et attendait. Ce sont les masses qui se sont soulevées dans toute l’Allemagne et, en prenant le pouvoir en Rhénanie-Westphalie et en combattant ailleurs les troupes contre-révolutionnaires, ont brisé la contre-révolution de Kapp. Kapp se retira le 18 mars. Le gouvernement Ebert-Scheidemann retourna à Berlin et, à défaut de former une coalition avec les indépendants, se tourna de nouveau vers les capitalistes et les généraux allemands. Un gouvernement a été formé avec Herman Muller comme chancelier et des régiments qui étaient restés neutres pendant que les ouvriers s’étaient battus pour la république, et même des bataillons de Kapp, ont été envoyés contre les ouvriers de la Ruhr dont le soulèvement réussi avait été principalement responsable de la défaite de Kapp. Severing, le social-démocrate incita ces ouvriers à rendre leurs armes, et dès qu’ils l’eurent fait, les bataillons Kapp les massacrèrent. Les dirigeants sociaux-démocrates et les travailleurs qui semblaient dangereux ont été assassinés avec ou sans cour martiale. En revanche, les chefs de la révolte de Kapp ont été condamnés à des peines légères, dont la plupart n’ont jamais été purgées. L’un d’eux, Ehrhardt, a reçu sa pension complète ; un autre, Lutterwitz, recevait une pension annuelle de 12.000 marks.

L’indignation des travailleurs a forcé une scission dans la direction centriste des sociaux-démocrates indépendants. Une minorité revint au Parti social-démocrate, tandis que la majorité rejoignit enfin l’ancienne organisation spartakiste et forma le Parti communiste d’Allemagne. [2] Manquant d’expérience mais déterminé, ce nouveau parti, fidèle aux principes de la Troisième Internationale, pourrait constituer un grave danger pour l’État en temps de crise. Dans le district minier de Mansfield, le prolétariat était puissant et maintenait son hostilité à la réaction croissante du nouveau gouvernement de coalition. Hörsing, un social-démocrate, a été envoyé à Mansfield avec un détachement de police pour détruire le mouvement. Son slogan était : « Le premier jour sera sanglant.̶i ; Le Parti communiste allemand se mit à la tête des combats et, sous l’influence de Zinoviev et de Bucharin, conduisit les ouvriers de Mansfield à une défaite écrasante. Zinoviev, président de l’Internationale communiste, toujours instable et manquant de la patience si caractéristique des grands révolutionnaires, avait été déçu par les échecs des ouvriers depuis novembre 1918, et avait développé une nouvelle théorie, la théorie de l’offensive - attaque désespérée. par le Parti communiste et l’avant-garde, par ce moyen pour électriser les grandes masses. L’action Mansfield a été menée sous cette théorie. Le 17 mars, la presse du Parti communiste était pacifique. Le lendemain, sans cette vaste préparation à la révolution parmi les ouvriers organisés sans laquelle la révolution devient une aventure anarchique, la presse du Parti communiste appela le prolétariat de toute l’Allemagne à l’insurrection générale contre le capitalisme. Les ouvriers de Mansfield, au lieu de mener des batailles défensives contre Hörsing, ont lancé une offensive dans l’espoir de déclencher une insurrection à l’échelle nationale. Ils ont raté. À ces combattants, le gouvernement Ebert a distribué 1 500 ans d’emprisonnement. Une récompense de 100 000 marks (valeur sur huit ans de la pension versée à Lutterwitz), a été offerte pour la capture de Max Hoelz, chef des combats, et Weiss, le chef de police adjoint social-démocrate à Berlin, a offert 50 000 marks pour preuves qui pourraient aider à le condamner. Hoelz a finalement été condamné à la réclusion à perpétuité et a purgé huit ans. Ainsi, les dirigeants sociaux-démocrates, profitant de leur nouvelle camaraderie avec les Junkers et le grand capital, les ont protégés au nom de la démocratie et ont écrasé le prolétariat militant. La contre-révolution a attendu son heure.

C’est sous l’influence de ces événements que le IIIe Congrès se réunit à Moscou en juin 1921.

LE TROISIÈME CONGRÈS

Il est à la mode [3] aujourd’hui de dire que les bolcheviks en 1921, voyant la possibilité pour l’Union soviétique de survivre pendant un certain temps au moins dans un monde capitaliste hostile, ont changé la tactique de l’Internationale de la révolution mondiale, telle qu’elle est incarnée dans les documents de le deuxième congrès en 1920, vers sa ligne actuelle de propagande pour la défense de l’Union soviétique. Il n’y a aucun fondement à ce point de vue. La tactique communiste doit être, et, jusqu’à la mort de Lénine, était fondée strictement sur une analyse de la situation économique et politique objective. Le Troisième Congrès s’est rendu compte que le capitalisme s’était dans une certaine mesure remis du choc de 1919. Mais Trotsky, le protagoniste incontesté de la théorie de la Révolution permanente, a fait le rapport au Troisième Congrès et a insisté sur le fait que, malgré la possibilité d’une reprise temporaire, le le danger et l’instabilité du système étaient désormais prouvés à chaque ouvrier, et la perspective d’une révolution mondiale demeurait. Les expériences récentes des masses avaient modifié le rapport des forces de classe d’avant-guerre. Le développement du capitalisme n’était pas une affaire de chiffres commerciaux et de prix, mais était conditionné par la lutte entre la bourgeoisie et le prolétariat qui, depuis 1917, avait atteint et serait maintenu par l’instabilité même du capitalisme à un degré bien plus élevé qu’auparavant. la guerre. Le boom, tel qu’il était, était temporaire. Conformément à sa théorie d’avant-guerre, la prospérité ne ferait que renforcer les masses pour un autre affrontement décisif. Il faudrait changer de tactique, mais la révolution mondiale n’a été que temporairement reportée.

Après un débat houleux, il emporta la conférence avec lui. Sur la question de la tactique spécifique, cependant, il y avait presque une scission, et il fallait tout le prestige et l’autorité de Lénine et de Trotsky pour faire basculer le congrès dans leur sens.

Le soulèvement de Mars avait été condamné par Paul Lévi, jusqu’alors chef du parti allemand, et il avait été expulsé. La simple condamnation de milliers de prolétaires qui risquent leur vie contre la bourgeoisie n’a jamais été tolérée par les marxistes. Mais les bolcheviks russes à la vraie marxiste firent de l’action l’objet d’une analyse exhaustive, et Lénine et Trotsky condamnèrent la théorie de l’offensive. Le parti allemand aurait dû, bien entendu, se mettre à la tête du soulèvement en toutes circonstances. Il aurait dû dire clairement aux ouvriers que si Horsing envahissait l’Allemagne centrale, il les soutiendrait, mais que s’ils se laissaient entraîner, ils seraient vaincus.

Les représentants allemands, cependant, s’en tinrent à la théorie de Zinoviev et de Boucharine, et Lénine dut parler très durement contre eux. "Certaines personnes disent que nous avons été victorieux en Russie bien que nous ayons formé un petit parti, mais ceux qui disent cela trahissent leur ignorance totale de la Révolution russe et de la façon dont les révolutions sont préparées." Et Trotsky était tout aussi intransigeant ; "Nous devons dire franchement et clairement que la philosophie et la tactique de l’offensive sont une grande menace et que toute application de celle-ci à l’avenir sera un crime.

Sous une telle pression, le congrès céda à contrecœur. Le nouveau mot d’ordre – Aux masses – fut adopté, mais ce n’est qu’en décembre 1922 que fut adoptée la thèse finale sur le Front uni destiné à donner au Parti communiste une influence prépondérante parmi la majorité des travailleurs. Lénine s’est battu avec acharnement pour le mot « majorité », car sans la sympathie au moins de la majorité des travailleurs, il ne peut y avoir de révolution prolétarienne réussie.

LA TACTIQUE DU FRONT UNI

Nous avons jusqu’ici évité de discuter de la tactique dans l’abstrait. Mais il faut bien comprendre la tactique du Front Uni, qui est fondamentale pour toute compréhension de l’histoire des révolutions communistes après 1923. La méconnaissance de celle-ci est à l’origine de l’échec en Allemagne en 1923, en Chine en 1925-1927. , et, le plus catastrophique de tous, en Allemagne en 1929-1933. On en abuse honteusement aujourd’hui. Pourtant, cela reste une tactique de base pour tout parti socialiste révolutionnaire. Sans une prise de conscience approfondie de tous ses dangers, le parti qui le tente sera perdu dans un marécage d’opportunisme. D’un autre côté, sans elle, il ne peut y avoir de succès.

Elle est basée sur le fait que, sauf dans les moments de très haute tension dans les affaires nationales, moments qui, bien que longtemps préparés, sont de durée relativement courte, un parti communiste est susceptible d’être une minorité définie parmi les travailleurs organisés. La plupart d’entre eux sont dans les syndicats, où ils luttent pour le maintien ou l’amélioration des salaires et des conditions de travail. Ces syndicats sont la base de la social-démocratie, et les travailleurs, par exemple au début d’une guerre, succombent à la direction sociale-démocrate, à leur guerre pour mettre fin à la guerre, à la neutralité de la Belgique, à l’indépendance de l’Abyssinie, à la sécurité collective ou à tout autre baliverne capitaliste Les dirigeants démocrates peuvent utiliser en ce moment. Un Parti Communiste sait qu’une crise révolutionnaire approchera inévitablement, mais la crise révolutionnaire est elle-même conditionnée par le militantisme des masses que les dirigeants réformistes font tout pour tromper, tromper et, si nécessaire, écraser impitoyablement. D’où le slogan « Aux masses ». Les masses peuvent être atteintes par des communistes ouvriers qui entrent dans les syndicats, les sociétés coopératives, les organisations sportives, etc., des ouvriers et y luttent pour l’influence. Mais il faut aussi une approche politique. Ils peuvent former des groupes secrets, des fractions comme on les appelle, à l’intérieur des partis sociaux-démocrates et y propager avec discrétion les idées communistes. Mais cela ne suffit pas pour accomplir la tâche principale, ouvrant les yeux des travailleurs sur la vraie nature des dirigeants sociaux-démocrates. Le parti doit s’approcher du parti, et un parti communiste offre constamment le Front uni aux partis sociaux-démocrates à des fins de lutte. De toute évidence, offrir à un social-démocrate le Front uni dans le but de renverser le capitalisme est une absurdité. L’ouvrier social-démocrate est social-démocrate précisément parce qu’il ne croit pas à la révolution. Il l’a vu si souvent échouer, il n’aime pas les effusions de sang, ou plus simplement parce que la grande majorité de l’humanité ne décide de la révolution qu’après avoir essayé tous les autres moyens de sortir de ses difficultés. Mais l’ouvrier social-démocrate luttera pendant une journée de huit heures, il participera, dans certaines circonstances, à une lutte déterminée contre la guerre, si les capitalistes commencent à attaquer le niveau de vie, il résistera. Alors que la base communiste exhorte assidûment la lutte pour ces mesures ou des mesures similaires dans la base des travailleurs sociaux-démocrates « d’en bas », le Parti communiste officiel offre le Front uni « d’en haut » aux sociaux-démocrates. dirigeants. Ces offres doivent être faites sans relâche à chaque occasion qui se présente. Le communiste sait que ces messieurs ne mèneront pas le combat à distance, bien souvent ne combattront pas du tout. Il le sait et le dit ouvertement. Mais l’ouvrier social-démocrate ne le sait pas. La foi pathétique que l’ouvrier moyen a dans les dirigeants des organisations qu’il a créées est l’un des principaux soutiens du système capitaliste. En proposant constamment au Front Uni des mesures pour lesquelles l’ouvrier du Parti social-démocrate est prêt à se battre, non pas en tant que révolutionnaire mais simplement en tant qu’ouvrier, le Parti communiste espère exposer aux ouvriers, avant que la crise actuelle n’approche, que le Parti social-démocrate les dirigeants, devant faire un choix, choisiront toujours la bourgeoisie. Si le Parti social-démocrate était homogène, ses dirigeants pourraient se permettre de négliger ces appels, tout en continuant à assurer aux travailleurs que tout peut être laissé entre leurs mains. Mais à mesure que la pression capitaliste augmente, que la machine d’État devient plus oppressive, les plus militants des travailleurs sociaux-démocrates commencent à faire pression sur leurs dirigeants pour qu’ils agissent de quelque sorte. Ceux-ci sont obligés d’arrêter de prononcer des phrases et d’agir, sous peine de perdre de larges pans de leur parti et de se méfier des autres. Le Parti communiste propose un programme défini de lutte à des fins déterminées. Il sait qu’une fois qu’une lutte commence, le parti révolutionnaire prend inévitablement la tête. [4]

Toutes les négociations se font ouvertement et à la lumière du jour devant les travailleurs, afin que toute la responsabilité des refus ou des accords rompus puisse être portée à la bonne porte. Le Front uni n’est pas pour toujours. L’ouvrier social-démocrate doit sentir un danger à l’échelle nationale pour sa classe avant de pouvoir être agité. Mais persistante pendant une période de crise croissante, la tactique du Front Uni peut entraîner un vaste renforcement de l’influence du Parti communiste sur les millions de travailleurs qui pourraient ne pas rejoindre le Parti communiste en masse, mais comparer mentalement son énergie et son activité face au danger, avec la passivité rhétorique de leurs propres dirigeants. Au moment de la crise, une action décisive sur la tête des dirigeants sociaux-démocrates amènera suffisamment de masses pour faire la révolution. L’action est le dernier pilier du pont. Des millions de personnes ne sont jamais poussées à la révolution par la seule propagande.

De toute évidence, la tactique du Front uni comporte de grands dangers. Peu d’hommes sont comme Lénine, et avant lui, Marx, capable de passer de l’attaque la plus furieuse contre le capitalisme à l’action constitutionnelle banale et quotidienne quelques mois plus tard. Peu de partis ont la discipline de répondre avec le moins de pertes à un tel leadership. Un Parti Communiste pas assez homogène pourrait perdre son identité révolutionnaire dans l’effort pour le Front Uni, surtout au cours d’une période relativement calme où la lutte active est impossible. Dans de telles périodes, avec des dirigeants communistes qui ont des tendances sociales-démocrates, en particulier dans les partis communistes issus des partis sociaux-démocrates, la ligne de démarcation claire qui doit toujours exister entre les deux partis s’estompe, avec des conséquences fatales lorsque le temps d’agir vient. Un parti pourrait encore tripoter les dirigeants sociaux-démocrates à un moment où il a déjà gagné de l’influence sur une majorité des travailleurs et devrait passer à l’action, avant que son influence sur la majorité, toujours temporaire sous le capitalisme, ne s’évapore. Le parti doit être capable de mener une action unie avec les sociaux-démocrates tout en restant une organisation indépendante avec une bannière indépendante. Un principe des plus rigoureux du Front uni léniniste est donc qu’en aucun cas le droit de critique ne doit être abrogé. Une lutte commune pour la journée de huit heures, même convenue et menée à bien, ne doit pas empêcher un Parti communiste d’attaquer un Parti social-démocrate pour avoir soutenu, disons, l’envoi de troupes britanniques pour écraser un mouvement national en Chine. Pourtant, le révolutionnaire doit faire preuve de discrétion. La lettre de Lénine sur la méthode d’attaque contre Kerensky face à Kornilov montre que son intransigeance granitique était tout à fait compatible avec le fait de savoir quand ne pas dire certaines choses au plus fort de la révolution.

En décembre 1921, les thèses sur le Front Uni furent finalement acceptées, et lors du Quatrième Congrès, tenu en novembre 1922, elles furent amplifiées par un examen attentif de la rapidité avec laquelle l’entrée d’un Parti Communiste dans un gouvernement ouvrier pouvait être envisagée. Il a été décidé qu’un gouvernement libéral travailliste comme celui qui était susceptible d’être formé en Grande-Bretagne dans un proche avenir (le gouvernement MacDonald est arrivé en 1924) était un gouvernement capitaliste. Un gouvernement social-démocrate, comme le gouvernement allemand Ebert, était le même. Les communistes ne pouvaient en aucun cas prendre part à ces gouvernements mais devaient les exposer impitoyablement. Sous certaines conditions, cependant, les communistes, pour prouver aux ouvriers la futilité de tels gouvernements, pourraient les soutenir. Il pourrait cependant y avoir un gouvernement ouvrier et paysan dans des pays comme les Balkans ou la Tchécoslovaquie ; ou un gouvernement ouvrier déterminé à lutter contre le capitalisme. Les communistes pouvaient entrer dans un tel gouvernement, mais uniquement dans le but de faire avancer la lutte. Car de tels gouvernements ne constituaient pas la dictature du prolétariat. Ils pourraient cependant servir de point de départ pour l’achèvement de la dictature, bien que cela dépende des résultats de la lutte. [5]

Les thèses se heurtèrent à l’opposition. Certains partis, comme les Français, étaient hostiles à leur exploitation. Mais après le Congrès de mars 1921, une large majorité du parti allemand s’est fixé la volonté de gagner la majorité du prolétariat allemand par la nouvelle tactique. Comme cela était inévitable, certaines sections de la direction sont allées si loin dans leur rapprochement vers les sociaux-démocrates qu’il y a eu une opposition violente au sein du parti, et à Berlin, Hambourg et le bassin de la Ruhr une opposition minoritaire de la gauche s’est levée sous la direction de Ruth Fischer et Maslov. Brandler était la figure dominante de la droite et au congrès de Leipzig en janvier, il fut nommé président du parti. En ce mois de janvier, des événements nationaux et internationaux d’une soudaineté saisissante ont mis une révolution en Allemagne à l’ordre du jour.

LA CRISE DE LA RUHR

Les dirigeants sociaux-démocrates, utiles seulement tant qu’ils avaient un certain soutien de masse, n’étaient désormais plus qu’une charge pour les capitalistes. En janvier 1923, ils furent expulsés du gouvernement de coalition et Cuno, directeur général de la Hamburg-American Steamship Line, devint le chef d’un gouvernement purement capitaliste. Il lui fallait mettre un terme à l’inflation par laquelle les classes moyennes et les masses étaient constamment ruinées, et atténuer le fardeau intolérable de la dette envers les alliés qui pesait sur les ouvriers allemands. Sur les ouvriers allemands, car si l’Allemagne payait, elle devait exporter. Cela signifiait vendre des marchandises à des prix inférieurs à ceux des marchandises d’autres pays, et les profits des capitalistes allemands ne pouvaient être réalisés qu’au prix de salaires inférieurs et d’heures plus longues. Pourtant, l’Allemagne ne pouvait pas payer et le capitalisme français, espérant démanteler complètement l’État allemand, a établi le défaut de l’Allemagne et a envoyé une armée dans la Ruhr en janvier 1923. Clara Zetkin, dans un discours de bienvenue à la Conférence de Leipzig, a souligné les conséquences possibles de l’invasion de la Ruhr. Mais ni le parti ni l’Internationale ne prirent d’attitude décisive ni ne proposèrent de résolution décisive sur les possibilités de révolution créées par cette situation sans précédent. C’était la première d’une série de bévues colossales.

L’invasion a nécessairement mis à rude épreuve le système économique et politique de l’Allemagne, mais les capitalistes allemands, mois après mois, ont montré exactement ce que signifiait le mot patriotisme dans de telles bouches. Ils décidèrent de résister passivement aux tentatives des Français de ramasser le charbon par la force. Mais rien, pas même l’amour du cher pays au nom duquel ils avaient contribué à dévaster le monde pendant quatre ans, ne s’oppose jamais aux profits. D’après Arthur Rosenberg : « La soi-disant résistance passive de l’Allemagne en 1923 est une fable. [6] Tandis que les ouvriers allemands étaient d’abord prêts à faire n’importe quel sacrifice, les industriels allemands, sur le prétexte spécieux que le charbon était nécessaire pour les habitants et pour les industries, ont continué à produire autant qu’ils le pouvaient, brisant ainsi le dos de la résistance nationale. Ils ont négocié avec l’industrie lourde française pour combiner le capitalisme français et allemand contre le travail. L’État avait avancé à ces industriels de l’argent pour acheter des titres pour l’achat de charbon bon marché. Ils ont accumulé d’importants stocks de matières premières et ont ensuite manipulé la plus terrible inflation de l’histoire afin de rembourser ce qu’ils avaient emprunté en monnaie sans valeur. La marque au pair était de 20 à 40 pour la livre. En janvier 1923, il était de 33 500 ; en juin 1923, il était de 344 500. Les prix se sont envolés. Dans l’inflation, les salaires suivront, mais généralement à un rythme si loin derrière la hausse des prix que la classe ouvrière, comme toujours, souffre. Mais dans cette crise, la bourgeoisie allemande s’est attachée à maintenir les salaires aussi bas que possible. Les fonctionnaires du gouvernement ont reçu des augmentations, mais partout où les fonctionnaires du gouvernement se sont réunis avec les travailleurs et les employeurs pour réglementer les salaires, le représentant du gouvernement s’est rangé du côté de l’employeur pour faire peser le plus possible de la charge nationale sur les travailleurs. Les industriels, les grands propriétaires terriens, faisaient des profits fabuleux. Avec des coûts ce qu’ils étaient, les capitalistes allemands ont pu vendre à l’étranger et saper les concurrents étrangers. Les économies des classes moyennes s’évanouirent et la classe ouvrière fut réduite à une profondeur de privation et de misère au-delà de tout ce qu’elle avait souffert pendant la guerre. Les ouvriers de la Ruhr prirent les choses en main par des grèves de masse, organisèrent une milice, désarmèrent les bandes fascistes, fixèrent les prix sur les marchés locaux, punirent les profiteurs et exercèrent en fait le pouvoir politique dans de vastes zones. Le capitalisme oubliera toujours les rivalités nationales face au danger pour la propriété capitaliste, et le Dr Lutterbeck, le représentant du gouvernement allemand, a demandé au général Degoutte l’aide française pour écraser le soulèvement dans la Ruhr. Le mensonge de la patrie, pour lequel la classe ouvrière allemande s’était sacrifiée pendant la guerre, était une fois de plus démasqué.

Pourtant, la majorité du Comité central du Parti communiste d’Allemagne et Staline, Zinoviev et Kamenev à Moscou étaient aveugles à ce qui se passait autour d’eux. La Troïka était plongée dans sa campagne contre Trotsky. Brandler et la majorité du Comité central travaillaient pour le Front uni sous le slogan d’un gouvernement ouvrier. Le 12 juin, l’Exécutif élargi de l’Internationale Communiste s’ouvrit à Moscou et tint des sessions jusqu’au 24 juin. Les préparatifs de la prochaine révolution allemande n’avaient pas leur place à l’ordre du jour. Au lieu de cela, la discussion principale portait sur le gouvernement ouvrier qui devait être formé par le Front uni des sociaux-démocrates et des communistes. Zinoviev, toujours opportuniste, a dit que c’était un pseudonyme pour la dictature du prolétariat, et a été sévèrement attaqué pour cela, parce que Brandler et les autres savaient bien qu’il n’en était rien. A cette époque, la tradition de Lénine était encore assez forte pour empêcher une telle tromperie des masses, bien qu’elle ne puisse empêcher la confusion parmi les ouvriers avancés.

Le 30 juillet, le mark était de cinq millions pour la livre, et le prolétariat allemand, quinze millions dans les villes, sept millions à la campagne, s’était tourné vers le Parti communiste. Le Parti communiste allemand a appelé à une manifestation le 29 juillet, Journée antifasciste. Cuno interdit la manifestation. L’aile gauche du Parti communiste a exigé « la conquête de la rue ». Brandler et sa majorité ont annulé la manifestation – une erreur criminelle comme toute l’Allemagne a pu le constater avant quinze jours. Le 29 juillet, 150 000 ouvriers se sont rassemblés aux réunions du Parti communiste à Berlin, attendant que le parti agisse. Le Parti communiste n’a rien fait. Cuno a déclaré l’état de siège ; les ouvriers refusèrent d’obéir. Ils s’emparèrent des camionnettes et se rendirent à la campagne chez les paysans pour s’approvisionner en vivres qui manquaient. Le Parti communiste semblait paralysé ; Moscou n’a donné aucune avance. Puis, dans la deuxième semaine d’août, le mouvement de masse déborda et une grève générale renversa le gouvernement Cuno. Si le Parti communiste avait défié le gouvernement le jour antifasciste, quinze jours auparavant, ils n’auraient pas pu échouer, et quel que soit son sort ultime, la Révolution allemande aurait commencé. Du 30 juillet au 31 août, le mark est passé de cinq millions pour la livre à quarante-sept millions.

Jamais depuis 1918 il n’y avait eu une telle situation révolutionnaire dans aucun pays européen, et il est peu probable qu’il y en ait une aussi favorable (au moins en temps de paix) avant de nombreuses années à venir. Car en plus de la faim et de l’indignation révolutionnaire des masses, les classes moyennes, privées de chaque centime et réduites au dénuement, avec la trahison et la malhonnêteté des capitalistes évidentes pour tous, n’avaient aucune raison de soutenir encore moins la lutte pour le régime existant. Il y avait la Reichswehr, mais une armée se compose plus d’hommes que d’officiers. Aucun bouleversement profond comme celui qui était imminent en Allemagne de 1923 ne pouvait manquer d’avoir son effet sur l’armée, et l’idée qu’une armée de 100 000 hommes pourrait contenir un soulèvement de masse de millions, dans un pays industriel comme l’Allemagne où les ouvriers contrôlent le vie de la communauté, est un épouvantail pour effrayer les enfants. Quelle armée pourrait retenir les millions d’ouvriers dans les centaines de villes allemandes ? Comment la Reichswehr pourrait-elle se répartir face à une grève générale des cheminots ? Que pourraient faire 50 000 hommes à Berlin si un demi-million d’ouvriers descendaient dans la rue ? Lorsque les masses d’un pays industriel se meuvent sous la direction d’un parti résolu, elles seront invincibles. La Catalogne en est une preuve visible, et il n’y avait là aucun parti comparable au parti allemand de 1923. La police républicaine était sympathique ; les ouvriers allemands étaient entraînés au maniement des armes. Mais, l’emportant sur toutes ces choses et leur donnant pourtant leur véritable signification pour une insurrection, était le fait que le Parti communiste allemand avait derrière lui la majorité du prolétariat allemand avant même qu’il n’entreprenne une action décisive.

LA SITUATION RÉVOLUTIONNAIRE DE 1923

Les preuves de cela sont accablantes. Rosenberg cite l’une des rares élections tenues durant cette période, à Strelitz, où en 1920 les sociaux-démocrates avaient obtenu 25 000 voix et les indépendants 2 000. En juillet 1923, les sociaux-démocrates obtenaient 12 000 voix et le Parti communiste 11 000. Il note également que le vote au syndicat des métallurgistes de Berlin en juillet a donné 54 000 voix aux communistes et 22 000 aux sociaux-démocrates. Le Parti social-démocrate tombait en morceaux. Le 29 juillet, une conférence de députés de gauche exige la fin de la coalition avec la bourgeoisie et la coopération avec le Parti communiste, preuve de la pression de masse des ouvriers sociaux-démocrates. Les ouvriers de l’imprimerie d’État à Berlin ont exigé la formation d’une nouvelle équipe éditoriale pour Vorwaerts, le journal social-démocrate, et un gouvernement socialiste pour saisir les valeurs foncières et dissoudre la Reichswehr. Mais il n’est pas nécessaire de tirer des déductions. Brandler, qui (sous les ordres de Moscou) menait la retraite et avait toutes les raisons de ne pas exagérer les forces dont il disposait, déclara lors de la réunion de l’E.C.C.I. [7] a tenu à discuter des événements allemands : « Il y avait des signes d’un mouvement révolutionnaire montant. Nous avions temporairement la majorité des ouvriers derrière nous, et dans la situation nous pensions que dans des circonstances favorables nous pouvions procéder immédiatement à l’attaque », une estimation qui a été approuvée par tous les membres du parti allemand présents.[8] Mais la direction du Parti communiste allemand était aussi impuissante après la grève de Cuno qu’avant. Brandler, fidèle à son incompréhension du Front Uni, ne pouvait pas voir que lorsque les travailleurs sociaux-démocrates se tourneraient enfin vers un parti communiste, c’était pour agir, et les négociations alors avec les dirigeants sociaux-démocrates, même de « gauche », n’apporteraient rien et pourraient perdre. tout. Il continua son agitation pour un gouvernement ouvrier, mot d’ordre toujours dangereux, et maintenant triplement depuis la déclaration malicieuse de Zinoviev quelques semaines auparavant. Et maintenant, pour ajouter à la faiblesse et à l’hésitation, et détruire complètement toutes les chances que le Parti communiste allemand aurait pu avoir de se préparer et de s’élever au niveau des événements, Staline à Moscou, le même homme en 1923 qu’en 1917, s’est mis à retenir le prolétariat allemand.

STALINE DIT NON

Le Comité exécutif de l’Internationale était resté assez insensible aux événements en Allemagne, et c’est la grève de Cuno qui a fait sortir du sable les chefs du Parti communiste allemand et du Komintern. Nous avons un récit de cette période par l’un d’eux : « En juin, dit Kuusinen, la situation en Allemagne était encore telle qu’aucune personne de bon sens n’aurait pu envisager l’organisation d’une insurrection armée comme la prochaine tâche. .. Début août, un changement brutal s’est produit en Allemagne. La situation générale devint révolutionnaire. Nous en avons la preuve dans le puissant mouvement de masse qui a conduit au renversement du gouvernement Cuno. » [9] Comme si une situation générale pouvait devenir révolutionnaire en quelques jours. Et là encore, d’une manière typiquement stalinienne contradictoire, il rejette toute la faute sur la direction locale : « Si le C.P. allemand. prévu ce mouvement, il aurait dû entrer courageusement dans la lutte en juillet et prendre l’initiative et la direction du mouvement. Mais après la chute du gouvernement Cuno, le Comité exécutif s’agita tardivement. Zinoviev, avec toute sa timidité et sa faiblesse de caractère, était un révolutionnaire, formé à l’école de Lénine, et en trois jours il fit préparer son premier projet sur les tâches immédiates en Allemagne. « La crise approche. Des intérêts énormes sont en jeu. Le moment approche de plus en plus où nous aurons besoin de courage, de courage et encore de courage. » La direction du parti allemand était faible, mais il devait y avoir quatre mois avant elle. Il y avait encore des possibilités de tentative de lutte. Mais voici qu’entra Staline, avec sa politique caractéristique de 1917, une méfiance organique à l’égard de la révolution prolétarienne, méfiance qui allait bientôt faire de lui le représentant suprême de la bureaucratie ouvrière avec sa détermination bureaucratique de ne jamais risquer sa propre position en défense. ou le soutien de toute révolution prolétarienne. En ce mois d’août où Lénine, comme en 1905 et 1917, aurait appelé le parti à organiser la révolution, Staline écrivit une lettre à Zinoviev et à Boucharine :

« Si les communistes (à un moment donné) s’efforcent de prendre le pouvoir sans les sociaux-démocrates, sont-ils assez mûrs pour cela ? Telle est, à mon avis, la question. Lorsque nous avons pris le pouvoir, nous avions en Russie des réserves telles que (a) la paix, (b) la terre aux paysans, (c) le soutien de la grande majorité de la classe ouvrière, (d) la sympathie de la paysannerie. Les communistes allemands en ce moment n’ont rien de tel. Bien sûr, ils ont pour voisin la nation soviétique, ce que nous n’avions pas, mais que pouvons-nous leur offrir à l’heure actuelle ? Si aujourd’hui en Allemagne le pouvoir tombe, pour ainsi dire, et que les communistes s’en emparent, ils tomberont avec fracas. Cela dans le "meilleur" des cas. Et au pire, ils seront brisés en morceaux et rejetés en arrière. Le tout n’est pas que Brandler veuille « éduquer les masses », mais que la bourgeoisie plus les sociaux-démocrates de droite transformeront sûrement les leçons - la manifestation - en une bataille générale (en ce moment toutes les chances sont de leur côté) et les exterminer. Bien sûr, les fascistes ne dorment pas, mais c’est dans notre intérêt qu’ils attaquent en premier : cela ralliera toute la classe ouvrière autour des communistes (l’Allemagne n’est pas la Bulgarie). D’ailleurs, selon toutes les informations, les fascistes sont faibles en Allemagne. À mon avis, les Allemands doivent être maîtrisés et non stimulés. » [10]

C’est la voix de Citrine, d’Otto Bauer et de Léon Blum, et c’est le vrai Staline. « Si aujourd’hui en Allemagne, le pouvoir, pour ainsi dire, tombe, et que les communistes s’en emparent, ils tomberont avec fracas. C’est dans le "meilleur" cas. 1917, 1923, 1925-1927 en Chine, 1930-1933 en Allemagne, nous avons toujours cette méfiance envers le prolétariat révolutionnaire qui fait de Staline le porte-drapeau du national-socialisme. En vieux bolchevik, les masses et le parti pensaient qu’il était un disciple de Lénine. La bureaucratie s’est rapidement ralliée à ce super-bureaucrate. C’est ainsi que la révolution allemande fut détournée.

Staline, maître de l’appareil, imposa son point de vue, et après cela une seule chose était certaine, que la révolution allemande ne serait jamais menée à la victoire par l’Internationale communiste.

Avec l’effondrement du gouvernement Cuno, le capitalisme allemand a fait face au désastre. Une fois de plus, rien n’aurait pu le sauver que la social-démocratie, et ces flagorneurs qui ne peuvent jamais mener que des expéditions contre les coloniaux et leurs propres partisans, se sont précipités à leur secours. Stresemann, le capitaliste, a formé un gouvernement de coalition, plaçant les sociaux-démocrates dans les positions les plus dangereuses, les affaires intérieures et la justice, où ils seraient responsables de l’abattage des travailleurs révoltés, et les finances, où ils seraient responsables de toute autre fluctuation. de la marque.

Le nouveau gouvernement devait stabiliser le mark et taxer les riches. Mais entre août et octobre l’inflation se poursuit, avec une misère croissante, le dénuement et l’exaspération de la population. Le prolétariat allemand a attendu la IIIe Internationale et la IIIe Internationale a attendu le prolétariat allemand.

La pression des événements avait eu son effet même sur la direction social-démocrate, poussant certains d’entre eux loin à gauche. D’abord en Thuringe en mars, puis en Saxe en septembre, les sociaux-démocrates de gauche avaient formé des gouvernements sociaux-démocrates dépendants du soutien communiste. Stresemann à Berlin voulait les frapper, mais c’étaient des gouvernements légalement élus, et craignant les travailleurs, il n’osait rien faire. Mais une situation révolutionnaire ne s’arrête pas. Si la gauche n’agit pas, la droite le fera. Les semaines passèrent, le parti révolutionnaire ne fit rien, et la réaction, prenant courage, passa à l’offensive. En Bavière, les contre-révolutionnaires, hostiles à la social-démocratie, déclarèrent une dictature de droite. Stresemann à Berlin, agissant ostensiblement contre eux, a donné les pleins pouvoirs à la Reichswehr pour restaurer l’autorité du gouvernement central et a placé l’Allemagne sous la loi martiale. Immédiatement, les capitalistes ont défié Hilferding avec sa marque stable et la taxation des riches. A cela, ils ont ajouté une demande pour l’abolition de la journée de huit heures. Hilferding a été expulsé et le gouvernement Stresemann a assumé des pouvoirs dictatoriaux sur les affaires économiques.

La révolution, dit Marx, a parfois besoin du fouet de la contre-révolution. C’était une opportunité céleste pour le Parti communiste. La préparation de la révolution pouvait se faire sous le mot d’ordre légitime de la défense des droits légaux des travailleurs.

Trotsky, à Moscou, était déjà hors des conseils secrets des dirigeants, et le rôle de Staline dans l’arrêt de la révolution n’est devenu connu que plus tard lorsque Zinoviev et Kamenev ont rompu avec lui et ont exposé les origines de la lutte contre le trotskysme. Mais l’incompétence du Parti communiste allemand pour ses tâches pouvait être vue par n’importe quel révolutionnaire entraîné. En septembre, Trotsky a mis en garde le Comité central contre « le fatalisme, la somnolence, etc. » du parti allemand. Il a été ridiculisé. Affirmant que la situation révolutionnaire allemande était maintenant pleinement mûre, il demanda qu’une date soit fixée provisoirement (sous réserve de changements soudains de la situation générale) huit ou dix semaines à l’avance, et que le parti concentre toutes ses énergies sur l’organisation des masses. pour la révolution. L’Internationale stalinienne a rejeté la proposition. [11]

L’« humeur de novembre » [12] était au-dessus du peuple allemand. Remmele a raconté comment les masses sont restées dans les rues toute la nuit, comment elles ont confisqué des automobiles luxueuses et quel était le tempérament des femmes. Camarades, cela, pour nous, était bien plus important que les volumes des thèses que nous avons écrites. Nous devons avoir ce sens de masse. Le tableau que Remmele a décrit, que Koenig a donné, et Thaelmann a souvent dessiné, c’était la chose la plus importante en Allemagne. Le 25 octobre, ce n’était pas à Leipzig mais en Allemagne. Étiez-vous le mégaphone de cette humeur ?

« Les masses agissaient spontanément, mais les membres du Comité central, comme Heckert, n’agissaient pas spontanément. S’il est un leader, il doit être capable de sentir ce qu’il y a dans les masses... » [13]

Ainsi, après la défaite, Zinoviev apostropha Brandler et Heckert. Mais Brandler, tout droitier qu’il était, était un honnête révolutionnaire. Voyant que la révolution était proche, il se rendit à Moscou en septembre pour demander des instructions et de l’aide. [14] Pendant des jours, il est allé de bureau en bureau, mais les dirigeants de la révolution mondiale l’ont éludé et il n’a pas pu obtenir d’entretien. Enfin, à la toute fin de septembre, il a eu une réunion à laquelle étaient présents Staline et Zinoviev. Ils lui donnèrent l’instruction extraordinaire d’entrer dans le gouvernement social-démocrate de Saxe et de former un gouvernement ouvrier. Brandler a refusé. Il savait que faire cela serait la mort de la révolution. Ils lui ont dit que l’entrée avait pour but d’armer le prolétariat et de préparer ainsi l’insurrection. Il a répondu que si tel était le but, avant l’entrée, il devrait y avoir une préparation intensive à la fois en Saxe et dans le reste de l’Allemagne. Sans cela, l’entrée dans un gouvernement social-démocrate serait le signe d’un recul, et non d’une préparation à la révolution. Staline a insisté pour une entrée immédiate, et sous la tradition bolchevique de discipline dont Staline savait si bien abuser, Brandler a cédé, comme il l’a avoué depuis, la plus grande erreur de sa vie. Mais Staline (comme toujours en travaillant secrètement) ne prenait aucun risque. Contre la volonté de Brandler, [15] Zinoviev, en tant que président du comité exécutif, envoya un télégramme au siège communiste en Saxe leur ordonnant d’entrer immédiatement au gouvernement. Pour s’assurer que Brandler n’entreprendrait aucune action individuelle, il fut lui-même chargé d’entrer également au gouvernement. Toutes les voies d’évacuation étaient bloquées. Lors de la réunion d’enquête de janvier, Zinoviev, lisant ce télégramme notoire, lut que l’inscription ne se ferait qu’à la condition que Zeigner et les ministres sociaux-démocrates soient prêts à armer cinquante à soixante mille hommes. Mais il est douteux que cette condition ait été envoyée dans le télégramme. Car quand Zinoviev a lu ce passage, Pleck a dit que le parti n’était pas informé de cette condition, [16] et Pleck était membre du Comité central. Brandler et ses collègues entrèrent au gouvernement. [17] Ils ne purent armer soixante, encore moins soixante mille hommes. Quelques jours plus tard, les arrangements avec le gouvernement social-démocrate de Thuringe étaient également conclus. Et tout ce qui s’est passé après, c’était du bluff.

Le plan de campagne du Comité exécutif était que le prolétariat se soulève en Saxe et crée ainsi une barrière entre la contre-révolution au Nord et la Bavière au Sud. En même temps, le parti devait procéder à une mobilisation nationale des masses. Mais entre le 8 et le 21 octobre, non seulement il n’y a pas eu d’armement du prolétariat, il n’y a eu aucune mobilisation nationale, il n’y a eu aucune préparation généralisée à l’insurrection. L’armement du prolétariat pour une révolution, la préparation technique, est de loin la partie la plus insignifiante de l’insurrection. Étant donné l’humeur des masses, la préparation politique correcte et la direction décisive, l’armement réel ne sera jamais une difficulté insurmontable ni même grave. Mais de cette préparation politique il n’y en avait pas. Au lieu de cela, dans chaque centre communiste, quelques centaines de camarades étaient armés et attendaient un signal qui devait être donné selon le résultat d’une conférence à Chemnitz. C’était un complot, pas une révolution. Rosenberg, qui était membre du Parti communiste allemand et plus tard de l’exécutif, suggère que la stratégie derrière la direction communiste était que si une révolution éclatait, ils la dirigeraient, mais si ce n’était pas le cas, ils chercheraient à éviter la réaction. au moyen d’une coalition avec les sociaux-démocrates de gauche. C’est une manœuvre stalinienne caractéristique, et chaque mouvement du Parti communiste au cours des semaines qui ont succédé à la lettre de Staline en confirme la vérité.

Le 21 octobre eut lieu la conférence de Chemnitz. Brandler, dont nous avons noté les activités du cabinet au cours de la quinzaine précédente, proposa la grève générale et l’insurrection armée. Les membres sociaux-démocrates du cabinet refusèrent, après quoi Brandler annula la révolution. Par un malentendu, et comme pour donner une preuve suffisante de la misère du parti communiste allemand dans son agitation, Thaelmann commença à Hambourg. L’épisode est conforme à Rosenberg. Cette ville révolutionnaire (Hitler craint une visite encore aujourd’hui) bouillonnait. Le 11 octobre, une conférence syndicale de tous les ouvriers des chantiers navals avait demandé une grève générale afin d’empêcher que les unités de la Reichswehr près de Hambourg soient envoyées pour écraser le gouvernement saxon. Le Parti communiste de Hambourg les a retenus. Pourtant, deux jours plus tard, à cinq heures du matin, trois cents communistes attaquent vingt commissariats et commencent la Révolution allemande. Pas plus de trois cents combattants alors que le seul parti communiste à Hambourg était de deux mille. Depuis octobre 1917, les masses dans les pays où il y a un Parti Communiste fort ont appris à se tourner vers lui pour la direction révolutionnaire, et au lieu que chacun de ces deux mille soit dans son usine ou son syndicat en faisant appel à des milliers après des semaines de préparation, le Hambourg le prolétariat vit avec stupéfaction un communiste sur six engagé dans ce qui n’était qu’une aventure criminelle. Aussi égarés qu’ils fussent, ces quelques dizaines se battirent avec une bravoure étonnante. A cinq heures et demie, ils s’étaient emparés de presque tous les postes de police qu’ils avaient attaqués et s’étaient emparés d’armes et de munitions précieuses. Mais le soulèvement s’est essoufflé et a laissé la situation pire qu’avant.

Immédiatement après le fiasco de Hambourg, Radek arriva en Saxe de Moscou à la tête d’une délégation russe et y trouva la même situation que celle qui s’était manifestée si clairement à Hambourg. L’insurrection dans ces circonstances était de la folie. Le parti a raté son opportunité et doit reconnaître sa défaite. Ce qu’il fallait craindre maintenant, c’était la panique des masses et leur fuite du Parti communiste. Pour refaire du parti le centre de ralliement des masses afin de pouvoir reprendre le combat à un stade ultérieur, Radek a conseillé des luttes partielles (manifestations, grèves politiques, etc.). Mais l’esprit de la fête était brisé. Pendant trois mois, ils avaient laissé pousser l’herbe sous leurs pieds. La base savait que si le parti s’était préparé à une action concentrée et l’avait menée, les masses les auraient suivis. Alors même que se jouait la comédie au parlement saxon, le parti social-démocrate s’effondrait à Berlin. Une motion en faveur de la coalition avec la bourgeoisie trouva si peu d’appuis qu’elle ne put être soumise à la conférence. La proposition de licencier le personnel de Vorwaerts a été adoptée par 219 voix contre 215. Cette décision et des décisions similaires ont été reportées à la prochaine réunion et de nouveau adoptées, et les délégués sont toujours à la droite de la base. Le correspondant de l’Observer a estimé que parmi la base, quatre-vingts pour cent ne suivaient plus les anciens dirigeants sociaux-démocrates. La tactique du Front uni et la situation objective avaient préparé le terrain. Il suffisait d’agir et, après août, l’action aurait pu être entreprise après huit ou dix semaines de préparation ardente dans les organisations de masse des travailleurs. Mais Staline ne voulait pas que lui-même et sa bureaucratie soient dérangés par une révolution allemande et avait veillé à ce qu’il n’y ait pas une telle action. Radek essaya d’organiser des manifestations, mais de Berlin, où étaient concentrés les principaux bataillons du mouvement ouvrier allemand, arriva la nouvelle que l’amertume et la déception des membres du parti étaient si grandes que le parti ne pouvait rallier les masses, pas même à une manifestation. Et une fois de plus, l’impuissance de la gauche devenant évidente, la contre-révolution prit l’offensive. Stresemann a détruit les gouvernements sociaux-démocrates de Saxe et de Thuringe sans qu’une main ne se lève pour les défendre. Hitler a tenté son premier coup d’État en Bavière et a échoué, mais la droite en Bavière est restée au pouvoir, et Hitler et Ludendorff s’en sont échappés presque indemnes. La terreur, cependant, se déchaîna sur les ouvriers allemands. Le Parti communiste a été rendu illégal ; 9 000 travailleurs ont été jugés. Les « suicides en prison » et les « fusillades en tentant de s’évader » se sont multipliés. Et après la défaite politique vint la baisse des salaires et la perte de la journée de huit heures, l’une des rares conquêtes de la révolution de 1918. Les ouvriers allemands étaient passés de la IIe Internationale à la IIIe et n’en avaient rien gagné, pas même la satisfaction et l’expérience d’une lutte. Cette partie de la leçon, beaucoup d’entre eux devaient se souvenir. Mais s’il était clair pour quelques rares observateurs à l’époque, [18] les ouvriers allemands ne savaient pas, ce n’est qu’aujourd’hui que les ouvriers d’Europe commencent à voir, que la bureaucratie russe sous Staline n’a voulu qu’être laissée en paix. , et risquera chaque mouvement de la classe ouvrière en Europe vers la défaite plutôt que de faire face aux complications d’une révolution prolétarienne.

L’IMPORTANCE DE 1923

L’échec de la révolution allemande a entrainé la victoire de Staline en Russie. Elle renforça l’évolution de la bureaucratie vers le nationalisme proclamé un an plus tard dans la monstrueuse théorie de Staline. La révolution mondiale ne vient pas dans une assiette. Il faut se battre pour cela. Mais les conséquences d’un échec sont presque automatiques.

Il est impossible de minimiser l’importance de la défaite allemande. Aujourd’hui, trotskystes et staliniens (tous sauf Brandler et ses partisans) s’accordent à dire que la plus belle des situations révolutionnaires d’après-guerre a été manquée en 1923. Les racines de l’échec étaient à Moscou, pas à Berlin, et à Moscou dans plus d’un sens.

Nous avons pris soin de souligner le rôle de Lénine en octobre 1917, et le rôle qu’il aurait joué à Moscou s’il avait été vigoureux en octobre 1923. Trotsky a fait un aveu précieux dans son livre récent, La Révolution Trahie, [pg 118 ] où il déclare que si Lénine avait vécu, l’avancée de la bureaucratie aurait été plus lente « au moins dans les premières années ». La signification de ceci pour nous est bien plus importante en dehors de la Russie qu’en Russie. Si Brandler avait rencontré à Moscou, non pas Staline, l’avant-garde du révisionnisme, mais le socialisme révolutionnaire incarné par Lénine, il y aurait eu une révolution en Allemagne en 1923. Une défaite aurait pu être le résultat. Mais une défaite en 1923 aurait été la préparation la plus sûre à la nouvelle vague une décennie plus tard. L’inaction de 1923 pèse lourdement sur l’Allemagne pré-hitlérite. Il y a des accidents dans l’histoire. Le nez de Cléopâtre aurait pu être plus court et une balle perdue aurait pu tuer le général Bonaparte. Les grandes lignes de l’histoire seraient restées inchangées. Mais nous qui vivons aujourd’hui dans une période où une défaite ou une victoire révolutionnaire affecte au sens le plus littéral la vie de la moitié des habitants du monde, ne pouvons pas nous permettre d’être trop philosophiques sur les raisons du succès ou de l’échec. Le léninisme est la seule solution aux problèmes du monde moderne. Cela nous aurait peut-être épargné une autre guerre mondiale à l’échelle de celle qui approche. Mais il y avait trop besoin de Lénine dans la planification et l’exécution du léninisme.

Il y a un autre aspect étroitement lié au premier. Ni Danton, Marat ni Robespierre n’étaient en tant qu’individus essentiels au succès de la Révolution française. Le club des Jacobins était une croissance inconsciente. Cromwell n’a jamais semblé savoir où il allait exactement, mais a géré les circonstances au fur et à mesure qu’elles se présentaient. Au moment où nous atteignons le Parti bolchevik et l’Internationale communiste, cependant, nous avons des organisations, basées sur la science historique, créées et formées dans le but d’entrer et d’influencer consciemment les processus objectifs de l’histoire. A première vue, le rôle du génie individuel devrait être amoindri. Au lieu de cela, dans le seul succès que de telles organisations peuvent se vanter, cela prend une importance presque terrifiante. Et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, surtout après une étude approfondie de 1917-1936. Le bolchevisme est une arme à double tranchant. L’insistance même sur le parti et la direction jette une énorme responsabilité sur le parti et la direction. Mais la lecture de l’histoire et le vote des résolutions sont une chose. La capacité de construire, d’avancer, de reculer, de saisir le bon moment, de traduire la théorie en pratique, non seulement de voir une ligne d’action correcte, mais d’être capable de persuader des collègues d’agir avec la vitesse et la cohésion nécessaires, ces choses nécessitent au centre des hommes de stature inhabituelle. Le respect d’une théorie, si précieuse soit-elle, peut être un poids mort qui, soutenu par la force d’une organisation, peut ruiner une situation révolutionnaire. La dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie par Lénine, telle qu’interprétée par Staline et les vieux bolcheviks, a failli empêcher octobre. Les ouvriers de Petrograd savaient mieux. À maintes reprises, nous verrons cette supériorité instinctive pendant la révolution des ouvriers avancés à l’aveuglement savant et au conservatisme de l’organisation. Les hommes qui peuvent utiliser la théorie et l’organisation, et ne pas être utilisés par eux, sont rares. (…)

In english :

https://www.marxists.org/archive/ja...

https://www.marxists.org/archive/tr...

Lire encore sur l’Allemagne de 1923 :

https://www.matierevolution.fr/spip...

Lire aussi :

http://www.matierevolution.fr/spip....

https://www.marxists.org/francais/b...

https://www.marxists.org/francais/b...

https://www.marxists.org/francais/b...

1 Message

  • Staline a tué la révolution allemande de 1923 4 novembre 2021 20:40, par Éphraïm

    Très intéressant et très étonnant ce point de vue.

    En effet, j’ai des souvenirs de stages de la Fraction l’Étincelle où on nous racontait que la situation n’était pas mûre, en 1923, en Allemagne.

    J’entendais et j’étais resté sur l’idée que les dirigeants du parti allemand, dans leurs rapports à l’internationale (Komintern) grossissaient la situation révolutionnaire, alors qu’en fait elle ne l’était pas.

    J’ai même entendu Bill dire que les dirigeants allemand disaient au Komintern ce qu’il avait envie d’entendre. En effet, les dirigeants de l’internationale, en Russie, n’attendaient que ça qu’un révolution pointe son nez en Allemagne. D’où une espèce de pression pour déclencher l’insurrection de façon prématurée. D’où un début d’insurrection, mais décommandé très vite par l’Internationale.

    J’étais également resté sur l’idée que les directives de préparer l’insurrection en Allemagne venaient de Moscou et qu’à la dernière minute, cette insurrection a été décommandée.

    En même temps, il y a eu quelques semaines en Bavière, un gouvernement ouvrier, dans mes vieux souvenirs.

    Comme quoi, les révolutions ne sont pas connues, ou trop peu, même si, parfois, à la fin des vacances, juste avant la rentrée, quelques militants se réunissent pour lire et discuter.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0