English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Interview de Grandizo Munis au journal trotskiste Lutte Ouvrière... en (...)

Interview de Grandizo Munis au journal trotskiste Lutte Ouvrière... en 1939

lundi 16 août 2021, par Robert Paris

Interview de Grandizo Munis au journal trotskiste Lutte Ouvrière... en 1939

Pensez-vous que les causes de la chute de Barcelone aient été strictement militaires, et dues uniquement, comme l’écrit la presse du Front populaire en France, à la formidable supériorité des franquistes en termes d’armes ?

Munis : Cette supériorité est indéniable. Elle était encore plus grande qu’on ne le croit généralement, malgré l’aide soviétique et en raison des responsabilités qui incombent à ce stade aux organisations ouvrières espagnoles et internationales. Mais les raisons profondes du désastre catalan, comme des autres défaites gouvernementales pendant la guerre civile, ne se trouvent que dans la politique du bloc gouvernemental du Front populaire. Il faut bien comprendre que cette politique visait à partir du 20 juillet 1936 à affaiblir les conquêtes du prolétariat. Militairement, malgré la propagande du Front populaire, cette politique ne pouvait que créer une « discipline » au sens bourgeois du terme, mécanique et répressive, sans donner aux soldats organisation et capacité technique. Les résultats concrets furent le monopole de tous les commandants aux mains de carriéristes sans capacité militaire, ce qui impliquait une discipline qui ne s’exerçait contre les soldats que pour maintenir les privilèges des parvenus. Alors que les vrais prolétaires qui avaient connu la guerre et acquis des capacités militaires n’étaient encore que de simples soldats, ou étaient relégués à des positions inférieures. Les soldats avaient le sentiment que l’organisation de la fameuse « armée du peuple » n’était faite que pour garantir les privilèges des parvenus et de la caste militaire pour empêcher toute activité politique à la base. Dans les moments décisifs et dangereux, cette organisation conduisait inévitablement à la fuite du commandement ou son passage à l’ennemi, à la défaite des troupes qui se sentaient trahies, à une retraite chaotique, à d’innombrables pertes de matériel, bien plus dues à l’incapacité ou à le défaitisme du commandement militaire « populaire » qu’à l’avance ou au pouvoir de l’ennemi. Concernant l’attitude caractéristique des militaires de carrière, on peut citer le général Rojo, officier de carrière, commandant au début de la guerre et directement responsable de la défaite de Borox, Illiesca et Getafe, avec le général Puydengolas. Les comités de milice les accusèrent tous deux de trahison concertée. Ils ont arrêté Puydengolas et l’ont abattu. Ils ont prononcé la même peine contre Rojo qui a pu s’échapper et se cacher au ministère de la Guerre sous la protection de Largo Caballero. De là, il est parti pour devenir… Chef d’Etat-Major. De nombreux autres exemples de ce type pourraient être cités pour caractériser l’attitude des militaires de carrière restés « fidèles » à la « République ». Au début, ils ont délibérément trahi. Lorsqu’ils prirent conscience de la politique résolument anti-ouvrière et contre-révolutionnaire de Negrín, ils purent manifester une plus grande loyauté envers la bourgeoisie. Le prolétariat continuait également à se méfier d’eux. La fidélité au Front populaire ne signifiait plus que fidélité à la bourgeoisie qui réprimait les ouvriers. La trahison avait été canalisée par un canal plus strictement politique.

Ce que vous nous dites est surprenant.

Munis : Cependant, la presse stalinienne nous a donné l’impression d’une consolidation du commandement militaire, après les premiers mois de combats. En Espagne, malgré la propagande stalinienne et la censure qui étouffaient toute liberté d’expression, tout le monde pouvait constater, non seulement l’incapacité militaire du haut commandement, mais aussi sa loyauté douteuse envers le gouvernement. Pour ne citer que le cas le plus connu, je vous rappelle le cas d’Antonio Guerra, commissaire général de l’armée du sud, membre du PC espagnol, et de Borribar, député communiste, qui furent les principaux responsables de la chute de Malaga. Naturellement, le processus Borribar n’est pas encore terminé. Le gouvernement Negrín a dû faire un procès contre lui, tandis que le premier est resté à Malaga où il est devenu le bras droit de l’inquisition franquiste dans sa répression contre les travailleurs. Autre exemple. Avant la prise de Bilbao, les deux chefs de la fameuse « ceinture de fer », fortifications qui entouraient la ville, passèrent du côté de Franco, qui put ainsi mieux connaître le plan de fortification que le commandant de l’armée gouvernementale lui-même. Et enfin, lors de l’offensive contre Saragosse, une grande partie de l’état-major du gouvernement, qui appartenait entièrement au Parti communiste, déserta et rejoignit Franco, alors que le gouvernement avait dépensé des millions pour acheter des fonctionnaires franquistes. Mais Franco a découvert le fait, a tiré sur les officiers engagés et a acheté les fonctionnaires du gouvernement. C’est ainsi que l’offensive contre Belchite a échoué avec d’énormes pertes d’hommes et de matériel. Les cadres subalternes étaient encore pires que le haut commandement. De tels cadres ne pouvaient pas permettre de forger une armée capable de gagner. Ce qui s’est passé dans l’armée ne fait que refléter la situation générale du pays, les rapports de force qui existaient entre les classes. Sans base de classe, il n’y a pas d’armée. Et, malgré ses efforts, le gouvernement de Front populaire n’avait pas réussi à gagner la confiance de la bourgeoisie nationale et internationale. Son armée reflétait nécessairement l’incohérence résultant de l’absence de soutien social ; il ne s’appuyait ni sur la bourgeoisie ni sur le prolétariat. L’armée espagnole, en tant qu’expression de la classe dirigeante, était l’armée de Franco. Notre armée ne pouvait être que l’Armée rouge du prolétariat. Afin de lutter contre le prolétariat et la Révolution socialiste, le gouvernement a aboli toutes les conditions qui auraient permis la victoire militaire sur l’armée franquiste.

Dans quel état d’esprit la politique gouvernementale a-t-elle créé dans la population ?

Munis : L’inspiration anti-ouvrière de la politique de « victoire » du gouvernement a apporté le mécontentement, l’indifférence et même la haine à toutes les couches de la population contre le gouvernement et les bureaucrates des organisations ouvrières. Après les journées de mai 1937, le prolétariat était de plus en plus convaincu qu’il combattait pour rien. Et bien que la victoire sur le fascisme ait été souhaitée par la majorité de la population, elle est passée de l’indifférence à la résistance contre les mesures de mobilisation de Negrín. Les ouvriers les plus consciencieux du prolétariat ont tout fait pour échapper à la mobilisation des derniers mois. Combattez en faveur de Negrín et Comorera, jamais ! Quand un nouveau 3 mai arrivera, je serai sur les barricades : c’étaient leurs expressions caractéristiques. Ces petits événements reflètent mille fois mieux la réalité que la démagogie officielle sur la « capacité de résistance et de sacrifices » du peuple espagnol. Les ouvriers auraient résisté jusqu’au bout s’ils avaient vu que les sacrifices de la guerre ne revenaient pas exclusivement sur leurs épaules. Le rationnement de guerre était très inégalement réparti selon les classes. Les diverses couches de la bureaucratie privilégiée, gouvernementale, militaire, politique et syndicale, gardes d’assaut, ne manquaient de rien ; tandis que les ouvriers mouraient de faim au sens strict du terme. L’organisation internationale pour l’aide aux femmes et aux enfants était en fait entre les mains de bureaucrates et de spéculateurs. Rien n’atteint les femmes et les enfants affamés. La grille des salaires exprimait le même esprit de privilège, notamment en Catalogne, où Comorera, petit-bourgeois réactionnaire passé au stalinisme, était ministre du Travail. Les ouvriers les mieux payés des industries de guerre ne gagnaient que 600 à 700 pesetas par mois. Sur le marché libre, il n’y avait plus rien à acheter. Sur les marchés clandestins, les prix étaient astronomiques, totalement inabordables pour les ouvriers. Un litre d’huile coûte entre 200 et 300 pesetas. Une boîte de viande en conserve de 80 à 100 pesetas, un kilo de riz de 100 à 120 pesetas. La distribution régulière des rations arrivait aux ouvriers une fois les bureaucrates et les privilégiés bien approvisionnés. Les familles ouvrières étaient obligées de manger dans des restaurants populaires, et ce, si elles avaient eu la chance d’obtenir le pass d’accès, ce qui était déjà un privilège. Une portion de lentilles et un morceau de pain coûtent 10 pesetas. Ces derniers mois, même cette nourriture commençait à manquer. Si à cela s’ajoute la répression gouvernementale, l’absence absolue de liberté, non seulement dans les réunions publiques et dans la presse, mais aussi dans les syndicats devenus une sorte de commissariat, le terrorisme stalinien, responsable du meurtre de centaines de révolutionnaires militants, les camps de concentration où furent fusillés les militants qui avaient combattu dans les barricades ouvrières du 37 mai, on comprend parfaitement que les ouvriers n’étaient plus en mesure de combattre, comme en juillet 1936, ou comme lors de la défense de Madrid, ou comme en mai 1937. C’est le mécanisme concret avec lequel la politique du Front populaire a conduit à la chute de la Catalogne sans combat. Il n’est pas possible d’imposer au prolétariat pendant trois ans une politique contraire à ses intérêts et d’espérer ensuite qu’il sauvera une situation désespérée.

Quel rôle les organisations ouvrières ont-elles joué dans cette politique de trahison et de défaite ?

Munis : Je ne peux pas expliquer en détail en quelques mots le rôle joué par chaque organisation individuelle. Regardons la question globalement. Commençons par l’UGT. A un moment, il y a eu une certaine résistance qui a tenté de se ressaisir au sein de l’UGT, de la jeunesse unifiée et du Parti socialiste. Cette résistance, il est vrai, était favorable à Largo Caballero et à la vieille gauche socialiste. Il y a même eu une scission. Les masses prônaient une politique révolutionnaire. La direction socialiste et ugetiste a pris des mesures pour exclure des sections entières. Largo Caballero lui-même était inclus. Mais l’élan révolutionnaire des masses fut à nouveau détourné par la direction caballerista, et tous les éléments qui évoluaient vers la gauche furent remis à la bureaucratie réformiste. Caballero et ses bureaucrates de « gauche » reculèrent, terrifiés par l’importance d’un combat sérieux contre le Front populaire et le stalinisme, en pleine guerre civile. Depuis lors, l’unité la plus monolithique a prévalu dans les rangs socialistes et ougètes. Largo Caballero lui-même, malgré ses critiques personnelles plutôt que politiques, est resté silencieux. Une résistance plus profonde a dû être surmontée dans la CNT. Comme la majorité du prolétariat était organisée dans la CNT, l’adaptation complète à la politique bourgeoise du Front populaire ne pouvait se faire sans une résistance plus ou moins spontanée et aveugle des ouvriers. Toutes les manœuvres et déguisements verbaux (comme le « Front populaire révolutionnaire ») des dirigeants anarchistes n’ont pas empêché le prolétariat anarchiste de continuer à manifester son dégoût pour le bloc bourgeois du Front populaire. Pour cette raison, les dirigeants anarchistes ont dû franchir plusieurs étapes intermédiaires avant de parvenir à l’adaptation complète de la CNT au bloc bourgeois. La voix des masses devait être étouffée. Les anciens militants, qui avaient forgé l’organisation et qui restaient fidèles à la lutte des classes, ont dû être expulsés des postes de direction dans les syndicats et dans la presse. L’extériorisation de cette résistance a eu pour premier résultat la formation du groupe des « Amis de Durruti », qui s’était constitué avant les journées de mai. Ce noyau d’ouvriers révolutionnaires représentait un début d’évolution de l’anarchisme vers le marxisme. Ils avaient dû remplacer la théorie du communisme libertaire par celle de la « junte révolutionnaire » (soviétique) comme incarnation du pouvoir prolétarien, élu démocratiquement par les ouvriers. Dans un premier temps, surtout après les journées de mai, pendant lesquelles les Amis de Durruti étaient avec les bolcheviks-léninistes en première ligne des barricades, l’influence de ce groupe a pénétré profondément la centrale syndicale et le noyau « politique » que le menait, le FAI. Alarmés, les bureaucrates ont tenté de prendre des mesures contre les dirigeants de Los Amigos de Durruti, les accusant d’être des « marxistes » et des « politiciens ». La direction de la CNT et de la FAI a approuvé son expulsion. Mais les syndicats ont catégoriquement refusé de mettre en œuvre cette résolution. Malheureusement, les dirigeants de Los Amigos de Durruti n’ont pas pu profiter du potentiel de force dont ils disposaient. Face à l’accusation d’être des « hommes politiques marxistes », ils se replient sans combattre.

L’abandon du point de vue anarchiste et l’évolution vers la conception d’une politique prolétarienne consciente se sont-ils clairement manifestés chez les ouvriers ?

Munis : La collaboration des chefs anarchistes avec la bourgeoisie et l’expérience générale de la révolution et de la guerre avaient montré pour la majorité des ouvriers anarchistes le fait qu’un pouvoir prolétarien était indispensable pour la défense de la révolution et des conquêtes prolétariennes. L’accord entre l’avant-garde bolchevique et les ouvriers individuels se fit sans difficulté. Cependant, l’expression organique de cet accord n’a pas pu être cristallisée. En partie par manque d’un noyau bolchevique fort. En partie à cause du manque de lucidité politique de Los Amigos de Durruti. Mais j’ai eu l’occasion de rencontrer d’anciens militants anarchistes, dont certains assez influents. Ils ont tous exprimé ouvertement la même idée : « Je ne peux plus défendre les idées que j’avais défendues avant la guerre civile. Je proclame mon accord avec la dictature du prolétariat, qui ne peut être la dictature d’un seul parti, comme en URSS, mais celle de la classe. Dans les organes du pouvoir prolétarien, toutes les organisations de la classe ouvrière peuvent s’unir et coopérer ».

Outre Los Amigos de Durruti, y a-t-il eu d’autres manifestations de mécontentement au sein de la CNT et de la FAI ?

Munsi : Lorsque la « légalisation » et la « réorganisation » de la FAI ont eu lieu, qui l’ont transformée en un autre parti politique, le conflit s’est manifesté partout, notamment entre les Jeunesses libertaires armées et la FAI, parmi la majorité des groupes de la FAI et de la direction. . Une crise profonde traverse les rangs anarchistes et anarcho-syndicalistes. Les ouvriers rejetaient la politique de collaboration des dirigeants anarchistes. Seuls l’épuisement et la désorganisation provoqués par la guerre dans les rangs ouvriers, soutenus par la bureaucratisation des cadres de la FAI, pourraient mettre fin à la résistance des militants, consolider le pouvoir des bureaucraties et empêcher les éléments progressistes de se regrouper et de réviser leurs idées jusqu’à l’adoption d’un programme véritablement révolutionnaire.

La théorie anarchiste ne s’est-elle pas manifestée, n’aurait-elle pas pu se renforcer en réaction contre la politique de collaboration des dirigeants de la CNT ?

Munis : Certains ouvriers réagirent, en effet, retombant dans l’anarchisme sous sa forme la plus sectaire, ils considéraient la trahison de leurs patrons comme l’effet de leur « politisation ». Ils en déduisirent la nécessité de revenir à la doctrine anarchiste intégrale. Mais généralement, ces éléments n’avaient pas pu acquérir une influence importante sur la majorité des ouvriers anarchistes, qui évoluaient au contraire vers la révision de l’idéologie traditionnelle de la CNT. Ce qui n’empêche pas le danger d’une renaissance de l’anarchisme en Espagne. Souvenons-nous de Lénine sur ce point comme sur tant d’autres. L’anarchisme n’est au fond rien d’autre qu’une punition pour les péchés opportunistes du prolétariat. Tant qu’un parti marxiste n’est pas formé en Espagne, l’expérience malheureuse de l’anarchisme espagnol peut se répéter.

Le POUM ne pouvait-il pas jouer un rôle d’unification révolutionnaire dans cette désagrégation des organisations ouvrières ?

Munis : Il faut tenir compte de la position du POUM dans le rapport de forces en Espagne, en tant que parti situé à l’extrême gauche du mouvement ouvrier, en tant qu’organisation ouvrière « révolutionnaire », ainsi que de la formidable situation révolutionnaire dans laquelle il s’est trouvé. Le POUM était dans une position très favorable pour attirer les ouvriers anarchistes et autres révolutionnaires par le biais de la révolution prolétarienne. Il ne manquait ni de force militante, ni de liberté d’agitation et d’organisation. La situation révolutionnaire favorisait au maximum ce travail. Mais d’innombrables erreurs opportunistes et parfois ultra-gauche se sont manifestées dans le POUM. A commencer par son orientation générale depuis les événements de juillet, qui n’était pas vers la prise du pouvoir, mais vers la collaboration. La presse bolchévique-léniniste espagnole et internationale a déjà critiqué à maintes reprises la collaboration du POUM avec le gouvernement de la Generalitat, et sa politique au cours des premiers mois, qui a conduit à la dissolution des comités d’ouvriers et de milice, et par conséquent dans le consolidation de l’État bourgeois et de son appareil militaire. Ces énormes erreurs exprimaient naturellement la composition organique du POUM et les conceptions générales, boiteuses et centristes de sa direction. Après la période de collaboration, ces deux facteurs ont continué à s’exprimer dans une politique d’hésitation, de phraséologie emphatique, qui masquait en fait l’absence d’un programme et d’objectifs clairs.

Alors qu’il fallait rompre énergiquement avec le passé et montrer aux ouvriers que la seule issue n’était pas la collaboration avec le Front populaire, mais la conquête du pouvoir, la direction du POUM cherchait le chemin du retour au pouvoir par la collaboration avec le Front populaire. Je me souviens encore que, quelques jours avant l’assassinat de Nin, en raison d’une crise politique dans le gouvernement de la Generalitat, le journal de la Jeunesse Communiste Ibérique, qui constituait la partie la plus radicalisée du POUM, affirmait dans un grand titre : fonctionnaire et paysan de la Generalitat. Comment les ouvriers pourraient-ils comprendre ce qu’est un gouvernement révolutionnaire si le parti ouvrier, qui se tenait à l’extrême gauche du mouvement et se réclamait du marxisme, leur apprenait à exiger un gouvernement ouvrier-paysan dans la Generalitat, c’est-à-dire au sein de l’Etat bourgeois ? De cette expérience, on ne peut que conclure que le POUM n’était en dehors du Front populaire que parce que le stalinisme l’avait chassé. Mais la direction du POUM s’est efforcée de reprendre sa place dans le Front populaire et dans le pouvoir bourgeois, même après la répression et l’assassinat de ses militants. Je citerai également un tract publié par le Comité central du POUM lors de la dernière crise, au printemps 1938, pour exiger la réintégration du parti dans le Front populaire, pour constituer en son sein, en fraction de ce Front populaire, un front prolétarien avec les anarchistes et la gauche socialiste de Caballero. Jusqu’au désastre final, la politique du POUM n’avait pas été redressée. Personne n’avait sérieusement essayé. Aucun groupe interne n’avait été formé en son sein avec cet objectif, bien que les militants les plus consciencieux aient condamné catégoriquement toute la politique de la direction, compris la nécessité d’un nouveau parti révolutionnaire, et défendu la nécessité d’entreprendre cette tâche à travers une discussion politique au sein du POUM…

Face aux masses anarchistes, la politique du POUM, avant juillet, s’était limitée à un sectarisme qui le privait de la sympathie des ouvriers anarchistes. Ce sectarisme a même conduit à de graves erreurs politiques. Car la direction avait conduit les syndicats influencés par le POUM vers l’UGT, et non vers la CNT, où un travail beaucoup plus étendu et efficace pouvait être fait, puisqu’ils étaient là où se trouvaient les masses ouvrières catalanes, tandis que l’UGT (qui n’avait pas été troupes considérables en Catalogne) il ne se composait que d’un petit noyau hautement qualifié de scabs. Après juillet, au sectarisme succéda inévitablement l’opportunisme vis-à-vis des anarchistes. Aucune critique sérieuse de l’anarchisme ne peut être trouvée dans toute la période de la guerre civile dans la presse du POUM. La direction du POUM n’a pas cherché une voie vers les masses anarchistes, mais a seulement voulu contacter leurs dirigeants pour entamer des négociations au sommet. Au lieu de révolter les masses ouvrières contre la politique traîtresse du Front populaire, le POUM a préféré les couloirs ministériels de la CNT pour chercher des appuis contre le stalinisme. Le résultat de cette "tactique" ne pouvait être que ce que nous connaissons. Le POUM n’a pas gagné le soutien des dirigeants anarchistes et s’est bloqué la voie à la conquête des masses. Cela permet de comprendre comment la répression a pu être exercée contre lui sans que personne ne fasse rien. Cette politique opportuniste doit nécessairement entraver l’évolution des ouvriers anarchistes, retarder la construction du parti révolutionnaire dans un avenir lointain, et nous conduire à la défaite.

Y avait-il des éléments dans le POUM qui pourraient former le noyau organique d’une position révolutionnaire consciente ?

Munis : L’expérience ne nous autorise pas à répondre affirmativement à cette question. Pendant longtemps, certains militants à Madrid, Barcelone, et dans d’autres centres catalans, ont manifesté contre la politique de la direction. Il y a eu des tentatives pour constituer une plate-forme cohérente, mais les militants qui s’y sont essayés manquaient d’énergie suffisante pour pousser à la clarification politique au sein du POUM, et pour avoir la clarté politique nécessaire à l’élaboration d’un programme. L’effort le plus notable à cet égard a été celui de R. à Barcelone. Il ne contenait que la partie positive de la critique. Cependant, il a idéalisé l’ancien Bloque Obrero y Campesino (le parti de Maurin) et a expliqué le centrisme poumiste comme quelque chose qui était soudainement apparu après le 19 juillet. Par contre, les textes de ce camarade ne posaient pas le problème basé sur la nécessité de redresser le mouvement prolétarien national et international ; Il n’a vu que des erreurs occasionnelles dans le POUM, sans examiner clairement le courant centriste dans son ensemble, ni les racines organiques qui les soutenaient dans le Parti. Bref, ne comprenant pas comment le travail de clarification politique devait être mené au sein du POUM, la faiblesse politique et la peur du trotskisme caractérisaient même les éléments les plus consciencieux parmi les militants mécontents de la direction. D’où le maintien du statu quo et la stagnation politique du parti.

Pouvez-vous nous dire comment le mouvement bolchevique s’est organisé en Espagne ? Quelle a été son influence ?

Munis : Le mouvement ne se reconstitua, après la formation du POUM, que plusieurs mois après le début de la guerre civile. Dans le cadre des libertés ouvrières et de la situation révolutionnaire générale, les bolcheviks-léninistes s’efforçaient de faire prévaloir la politique de la Quatrième Internationale. Des groupes s’étaient constitués à Barcelone, Valence, Madrid, dans diverses villes catalanes, et au front. Grâce à notre journal, La Voz Leninista, et à de fréquents tracts, nous avions réussi à gagner la sympathie de couches importantes de la jeunesse libertaire, ainsi que parmi les travailleurs de la CNT et de Poumista. Il faut signaler comme quelque chose de caractéristique le fait que si les ouvriers anarchistes nous ont aidés et parfois protégés dans notre travail d’agitation, nous avons très rarement rencontré le même traitement de la part des camarades du POUM. Après un rassemblement au cours duquel nous avons fraternisé avec la Jeunesse libertaire, nous avons même pu utiliser leurs locaux pour nos rencontres et organiser des conférences. Non seulement nous avons travaillé fraternellement avec les travailleurs de Los Amigos de Durruti, mais ils nous ont même aidés à vendre et à diffuser notre journal. Pendant les jours de mai, le premier tract distribué aux barricades était celui des bolcheviks-léninistes. Les bolcheviks-léninistes et les Amis de Durruti étaient les seules organisations qui restaient en contact avec les ouvriers rebelles et qui les incitaient à poursuivre le mouvement vers la lutte armée. Malheureusement, la succession d’erreurs qui s’étaient accumulées avait conduit la révolution à son déclin. La mobilisation de tous les hommes valables a entraîné la désorganisation dans les rangs ouvriers, et la dispersion des militants bolcheviks-léninistes et des éléments sympathiques capables d’évoluer vers un stade supérieur de rapprochement politique avec nous. La répression et la provocation staliniennes ont terminé ce travail. Nos militants ont été emprisonnés, d’autres ont été assassinés comme Freund (Moulin), Wolf, Cid, Jaime Fernández. Au final, le fameux processus que vous connaissez déjà depuis La Lutte s’est organisé. Notre tâche consistait à unir les militants les plus consciencieux, à leur donner un programme, à former des cadres capables d’aider à construire le parti révolutionnaire. Ce travail, malgré toutes les difficultés, malgré la réduction à presque rien de nos cadres éparpillés çà et là par la mobilisation, s’est poursuivi. Après notre incarcération dans la Prison Modèle, la prison de la Generalitat, pendant 10 mois nous avons eu l’occasion de soulever le problème de la révolution, de tirer les leçons de la guerre civile, et d’essayer de trouver un accord avec les ouvriers anarchistes et poumistes, nos codétenus

Quels sont les résultats concrets obtenus de cette manière ? Comment posez-vous le problème du futur ?

Munis : Au moins sommes-nous parvenus à un accord qui représente déjà un certain progrès : la nécessité de réorganiser le parti révolutionnaire en Espagne. De là les militants anarchistes critiquent et abandonnent leurs conceptions traditionnelles du problème de l’Etat et de la dictature du prolétariat. Avec les camarades du POUM, l’accord est encore plus complet. Il est évident que le désastre, que la catastrophe espagnole, modifient tout notre plan de travail, et impliquera sûrement des transformations dans les relations de pouvoir entre les organisations. Mais il y a un certain nombre de militants, aussi bien dans le POUM que dans la CNT, qui se retrouveront toujours, dans l’illégalité en Espagne ou dans l’émigration. L’accord de principe conclu avec les camarades sur la nécessité d’une lutte politique pour la clarification au sein du POUM, avec l’intervention des bolcheviks-léninistes, devra se poursuivre jusqu’au résultat final : la formation d’une direction révolutionnaire fondée sur la programme de la IVe Internationale.

Entrevista Muniz :

https://serhistorico.net/2021/05/24...

1 Message

  • "les raisons profondes du désastre catalan, comme des autres défaites gouvernementales pendant la guerre civile, ne se trouvent que dans la politique du bloc gouvernemental du Front populaire. Il faut bien comprendre que cette politique visait à partir du 20 juillet 1936 à affaiblir les conquêtes du prolétariat."
    Le dernier rempart révolutionnaire contre le fascisme et les destructions de la 2eme guerre mondiale, a sauté grâce à l’alliance des réformistes, staliniens et anarchistes dans un Etat faussement du coté du peuple paysans et ouvriers.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0