English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Ils nous tuent et nous sommes censés leur dire merci !!!

Ils nous tuent et nous sommes censés leur dire merci !!!

mardi 13 avril 2021, par Karob, Robert Paris

En 2019, à Davos, les chefs capitalistes étaient affolés par la chute du capitalisme qui se profilait et la vague des révolutions qui commençait... Bill Gates leur a dit : Il existe une solution mais elle va être couteuse en vies humaines !!! Ce qui inquiétait les classes possédantes réunies autour de Bill Gates à Davos 2019, juste avant covid

Lire aussi

éditorial

Covid : complot ou théorie fallacieuse du complot ? Qui faut-il croire et qui faut-il combattre ?

La pandémie mondiale au Covid : complot réel ou théorie imaginaire du complot ? Complotistes ou comploteurs ? Les classes possédantes ne complotent-elles pas contre nous ? Et, nous, devons-nous comploter contre elles ?

Dans le cataclysme à la fois sanitaire et économique qui frappe la planète, y a-t-il seulement des complotistes (ceux qui imaginent des complots partout sans l’ombre d’une preuve et le font pour manipuler les gens) et pas de comploteurs (ceux qui cachent leurs intentions criminelles, là encore pour manipuler la population) ?

Pourquoi faudrait-il imaginer des complots ? Est-ce que les pandémies ne peuvent pas frapper de manière naturelle ? Est-ce que des incapacités gouvernementales ne peuvent pas aussi exister sans qu’il y ait intention de nuire ? Comment croire, d’ailleurs, que des gouvernants puissent être assez criminels pour manipuler des millions de vies ? Et surtout pourquoi le feraient-ils ?

Cela nécessiterait au moins de prouver que les classes possédantes, les capitalistes, auraient intérêt au développement de la pandémie alors que tout semble démontrer que celle-ci casse la croissance économique et menace même l’ensemble du système capitaliste.

La première des nécessités, pour s’y retrouver et y répondre, c’est de rappeler les bases du raisonnement des classes dirigeantes, du moins celui qu’elles servent aux peuples :

- Première affirmation –

Les gouvernants font tout pour combattre la pandémie. Les sacrifices demandés servent ce seul but !

- Deuxième affirmation –

C’est la pandémie qui met l’économie capitaliste par terre et ce n’est pas une chute économique du même type que celle de 2007-2008 ni la suite de celle-ci. Sans la pandémie, nous affirme-t-on, le système capitalisme n’aurait pas rechuté en 2019-2020.

Il est aisé de comprendre que les deux affirmations prises ensemble sont totalement contradictoires avec les politiques anti-covid des gouvernants qui sont complètement nulles et même contreproductives. Croyons-nous vraiment que, si les intérêts fondamentaux des capitalistes étaient en cause du fait de la pandémie, les gouvernants auraient mené des politiques aussi laxistes à l’égard de la pandémie, au point de commencer par nier son existence, sa dangerosité, les mesures nécessaires comme la coupure des relations internationales, les tests à l’entrée des pays, les masques, les mesures de barrière ou de confinement, diffusant même de multiples messages évidemment mensongers depuis le début ?

Si c’était vraiment la pandémie qui risquait de détruire le capitalisme, les gouvernants n’auraient certainement pas mené des politiques sanitaires aussi ouvertement sabotées, crétines ou ouvertement contreproductives !

Ce qui est faux dans la thèse diffusée par les gouvernants : la prétention que Covid les dérange et qu’ils veulent à tout prix le combattre.

Ce n’est pas la pandémie qui fait chuter le capitalisme - sinon ils mettraient des moyens scientifiques et techniques pour le combattre -, mais les contradictions interne de la dynamique du système capitaliste. En 2007, l’accumulation du capital dépasse comme jamais les capacités d’investissement rentable ! Il y a bien plus de capitaux qui ne s’y investissent pas dans la production que ceux qui s’y investissent ! Et ce rapport ne cesse de croitre nourrissant toujours plus la spéculation. Et on le voit bien ! Depuis 2019, l’économie réelle chute mais la spéculation se redresse, se fondant sur des aides des États et des Banques Centrales. Certains s’en félicitent comme si le redressement des bourses était garant de celui de l’économie réelle mais les capitalistes, eux, savent très bien que cela signifie que l’ « économie spéculative » ou virtuelle est de plus en plus déconnectée de l’économie réelle. Et cela ne peut exister que du moment que les Etats et banques centrales sont prêts à débourser autant qu’il faut pour cela. Mais tous savent que cela ne peut pas durer éternellement… La confiance finira par chuter dès qu’il sera clair que les banques centrales elles-mêmes sont ruinées !!!

Ce qui nous arrive actuellement est le produit d’une décision des classes dirigeantes !

La question qu’elles se posaient en 2019 : comment éviter que la vague des « printemps » qui a touché récemment le monde entier ne finisse, en pleine chute du capitalisme, par emporter le pouvoir des possesseurs de capitaux lui-même ?

Dire cela signifie qu’elles ont fait exprès de laisser se développer la pandémie car elle sert à justifier les mesures contre les peuples, prétendument pour combattre la pandémie.

Bien sûr, c’est une accusation grave que l’on ne peut porter à la légère et qu’il faut prouver. Il ne suffit pas que quelques capitalistes profitent de la pandémie pour fermer des usines, pour licencier, pour précariser, pour surexploiter, pour qu’on affirme qu’ils utilisent sciemment la pandémie.

Et, effectivement, ils font bien plus que licencier, que surexploiter, que précariser : ils sont en train de briser moralement comme physiquement le prolétariat, d’éliminer des emplois mais aussi des gens, de faire chuter la population pauvre du monde tout en accroissant massivement la pauvreté. Et pour arriver à leur fin, ils doivent nous diviser et nous opposer les uns aux autres car la force des exploités a toujours été les liens collectifs au travers desquels se construit également et collectivement une conscience de classe. Et l’un des effets des prétendues « mesures barrières » ; la fameuse « distanciation sociale » est l’un des objectifs d’un système en pleine déconfiture, qui, pour se prémunir de toute révolution, doit créer des barrières au sein du peuple travailleur ! La mise en place du travail alternativement en présentiel et en distanciel, de confinements et déconfinements, permettent de briser les liens au sein de la classe ouvrière, de fissurer la confiance au sein des travailleurs ! Les gens ne se voient plus que de loin en loin ! Les liens se distendent. Plus moyen d’échanger de libres propos sur la situation, de faire part à ses collègues naturellement de son avis et de ses informations. Et ne parlons pas du droit de faire grève, de se rassembler et de manifester !

Or, dans l’hypothèse d’une chute irrémédiable du capitalisme, quel serait l’intérêt des capitalistes sinon de casser les liens de la classe ouvrière. N’oublions pas que les fascismes ont d’abord eu ce but de briser la classe ouvrière dans son existence collective, dans ses liens, dans ses échanges, dans son organisation.

Et on remarque aussi que, sous prétexte de pandémie, tous les gouvernants du monde mènent justement des politiques tendant au fascisme.

Bien sûr, si vous dites cela, on va vous accuser de défendre « la théorie du complot », ce qui signifie qu’on vous accuse de mentir sciemment pour déstabiliser un pouvoir innocent !!!

Comment pourrait-on croire en effet que même un gouvernement pourri, complètement aux mains des capitalistes, pourrait mettre en cause sciemment et aussi gravement la santé de l’humanité au point d’être cause, de serait-ce qu’en ne prenant volontairement pas les bonnes mesures ? La plupart des gens vous diront que ce n’est possible d’être aussi inhumains et ils se trompent. Le capitalisme a toujours été capable de ce type de cynisme antihumain. C’est cela qui lui permet de commettre le crime de tuer tous les jours des ouvriers au travail. Et les gouvernants capitalistes sont tous capables du même crime, notamment par leurs guerres ou encore par leur politique économique qui fait crever la plus grande partie de la planète.

Les classes dirigeantes se préparent depuis des années à l’effondrement économique et au risque révolutionnaire ! Covid et leurs politiques pseudo-sanitaires est leur réponse !

Par contre, quand on sait que les classes possédantes s’attendaient depuis belle lurette à l’effondrement mondial du capitalisme pour la fin 2019, il est facile de comprendre qu’ils ont pu utiliser la pandémie pour camoufler leur chute et couvrir les mesures antipopulaires nécessaires dans de telles circonstances d’exception (une telle chute historique n’a jamais eu lieu et n’a fait que commencer en 2007-2008, interrompue par une injection massive de milliers de milliards de dollars).

Le mensonge médiatique, une arme de guerre des classes dirigeantes !

Les classes dirigeantes veulent profiter de la pandémie pour faire passer une politique antisociale rendue indispensable par l’effondrement du système, avec des licenciements massifs, des fermetures d’entreprises en masse, un recul brutal et impressionnant du niveau de vie de l’immense majorité de la population et même l’élimination d’une grande partie des travailleurs, des pauvres, des vieux, et mettre, pour cela, en place un « nouvel ordre mondial », défendant violemment les capitalistes par la dictature et, comme elles cachent ces vrais buts derrière une fausse défense de la sécurité sanitaire, ne peut-on pas appeler cela un complot ?

Est-ce que les complots du monde capitaliste sont toujours imaginaires ? Est-ce que des nations, leurs gouvernants et leurs classes possédantes n’ont pas comploté dans le but de jeter le monde dans plusieurs guerres mondiales, en cachant leurs vrais buts derrière une prétendue défense des peuples nationaux. N’ont-elles pas organisé de nombreux génocides, des massacres divers sous des prétextes mensongers en trompant les peuples ?

N’a-t-on pas une autre explication simple de la situation actuelle sans que des puissances occultes et criminelles ne manipulent le monde ? Ne savons-nous pas de manière claire d’où est venu le covid-19 ? Ne savons-nous pas que c’est Covid qui fait chuter l’économie ? Ne sommes-nous pas persuadés que ceux qui veulent à tout prix nous faire vacciner en masse ne visent qu’à nous aider et à soigner la population ? Ne sommes-nous pas persuadés que toutes les atteintes aux libertés et autres répressions et régimes militaires qui se multiplient dans le monde n’ont comme but que de rendre la société plus sécuritaire pour des raisons sanitaires liées au covid ? N’est-il pas clair que les gouvernants et classes possédantes nous disent tout ce qu’ils ont l’intention de faire et qu’il n’y aucune réunion cachée, ni buts cachés, ni malveillance camouflée par ces gens de pouvoir ? N’est-il pas évident que personne n’a intérêt au développement de la pandémie et tout le monde intérêt à sa disparition ? Les classes possédantes n’ont-elles pas tout à perdre dans cette situation, tout comme les travailleurs et les classes dites moyennes ?

A toutes ces questions, la réponse est non !!! Rien n’est clair dans l’apparition de la pandémie, rien n’est clair dans la réponse qu’ont donné les classes dirigeantes à cette situation, rien n’est clair dans les intérêts des classes possédantes face à la chute de leur système annoncée bien avant covid, rien n’est clair dans les intentions des gouvernants et des possédants et ils n’ont nullement intérêt à montrer leur jeu, rien n’est clair dans les réponses qu’ils comptent donner à la montée de l’insurrection des masses exploitées et opprimées que l’on constate partout dans le monde et que la pandémie n’a fait que retarder…

Derrière la pseudo-lutte sanitaire contre Covid, les Gouvernants ont cherché à nous contaminer en espérant une hécatombe !

Pourtant, on pourrait dire que les gouvernants font des pieds et des mains, ne sont pas avares de déclarations, d’efforts, de dépenses pour lutter contre la pandémie pour vacciner notamment et contre la crise économique, pour relancer la dynamique capitaliste. Mais c’est le contraire qui est vrai : ils auraient voulu que la pandémie se développe au maximum et ils ne s’y seraient pas pris autrement !!! Quand il aurait fallu bloquer le virus dans une seule ville, dans une seule région, dans un seul pays, quand il aurait fallu bloquer le variant de la même manière, quand il aurait fallu dire que covid était bien plus dangereux qu’une grippe, quand il aurait fallu des masques, des gants, des vrais tests, des personnels de santé en masse, des respirateurs artificiels en masse, quand il aurait fallu prévenir des dangers dans l’air, sur les surfaces, dans les cantines, dans les aérations, dans les écoles, dans les crèches, avec les animaux, pour les enfants, pour les femmes enceintes, pour les vieux, dans les réunions et les repas, ils ont d’abord fait exactement le contraire, n’ont pris une quelconque mesure et, par exemple, n’ont confiné quelque domaine que ce soit que quand cela ne servait plus à rien !!! Ils ont laissé les frontières ouvertes, les aéroports ouverts, les écoles et les entreprises ouverts, sans examen aux arrivées, sans mesure de protection. En fait, ils ont sans cesse tout fait pour qu’une fraction déterminante de la population ait attrapé le Covid !!!

Ceux qui l’ont dit ouvertement ont appelé cela la recherche de « l’immunité collective », comme s’il suffisait qu’une fraction importante de la population développe des anticorps pour que tout le monde soit sauvé !!!

Leur fausse politique vaccinale ne combat pas Covid 19 mais est à l’origine de sa résistance et de milliers de morts !

En réalité, ils ne sont même pas capables de nous dire quoique ce soit de sûr en ce qui concerne l’immunité face à covid-19 ou à ses variants et autres recombinants. Les études scientifiques pour le déterminer commencent à peine. Cela signifie qu’ils ne peuvent pas dire si les anticorps produits par un individu ont une action à long terme sur lui et pour quelle durée ils peuvent protéger la personne ou pas, ni s’ils le peuvent pour les autres variants. Ne le sachant pas, ils mentent sur l’effet d’un vaccin sur un individu. Ils ne peuvent pas dire au bout de combien de temps il faudrait qu’il se revaccine.

Et ce n’est pas la seule chose qu’ils ne savent pas. Ils ignorent les effets à long terme d’un vaccin à ARN car ce type de vaccin n’a jamais été utilisé et, comme il est fondé sur un effet très fort d’excitation des anticorps de l’individu, ils ne savent pas si, à la longue, cela ne produira pas des effets indésirables comme des maladies auto-immunes fondées sur le fait que les anticorps s’attaquent au corps sain considéré comme un corps malade.

On pourrait se dire qu’ils sont contraints de jouer les apprentis-sorciers car il s’agit de bloquer la pandémie et que quelques échecs sont inévitables mais n’empêchent pas un succès global. Mais cela n’est pas vrai. Il n’y a aucune raison d’être sûr qu’une vaccination en masse va bloquer le virus. Par contre, on peut être sûrs qu’une telle vaccination va pousser le virus à muter, le rendant plus résistant aux vaccins et autre produits antiviraux.

Tout cela, les gouvernants le savent, comme ils savent que les vaccins ont des effets produisant des maladies et même la mort. Comme ils savent qu’on n’a jamais vu une vaccination de masse bloquer une pandémie déjà en plein développement et qu’on ne sait pas du tout si cela est possible. Ils savent aussi qu’ils ignorent presque tout de l’immunité que procureraient les anticorps, de son fonctionnement, de sa durée, de son caractère individuel ou collectif.

On pourrait se dire : c’est normal, on a été pris de court, il y aura le temps de la science mais il a fallu réagir vite avant de savoir. Peut-être mais cela ne nécessitait pas de mentir ouvertement aux peuples, de déclarer que chaque personne vaccinée est immunisée, que l’immunité collective va être atteinte par une vaccination massive, que les vaccins et les anticorps sont inoffensifs ou très peu dangereux, toutes affirmations qui se révèlent vite entièrement fausses. Quand on ment ainsi sur toutes les questions, c’est que l’on cache son jeu.

Derrière les politiques sanitaires des gouvernants, un nouvel ordre mondial dictatorial en gestation !

Les contours de ce « nouvel ordre mondial » serait un gouvernement planétaire fondé sur quelques grands capitalistes, quelques spécialistes techniques et chefs militaires et quelques gouvernants qui prendrait des décisions de manière incontrôlée et incontestable, sans aucune couverture démocratique.

Or, il s’avère effectivement que les gouvernants et quelques très grands capitalistes se réunissent clandestinement, que les journalistes n’ont pas le droit de communiquer d’informations sur ces réunions, qu’ils y projettent « un gouvernement mondial sanitaire » fonctionnant de manière totalement antidémocratique et militaire, imposant ses mesures aux populations, et il s’avère aussi qu’au sommet de cet édifice caché il y a les plus grands fabricants de vaccins, les plus intéressés à laisser la pandémie se développer, et qu’ils ont la main sur des institutions internationales comme l’OMS. Du coup, ce qui semblait être des erreurs gouvernementales ou scientifiques, semble bel et bien être voulu, organisé, préparé par des ennemis du peuple travailleur.

Et nous n’avons aucune raison de penser que les capitalistes et les gouvernants à leur service seraient incapables d’utiliser une pandémie mondialement mortelle à grande échelle pour construire une vaste planète de camps de concentration. Nul n’ignore qu’il y a eu un complot capitaliste qui a mené en janvier 1933 à la mise en place du pouvoir nazi pour casser la classe ouvrière la plus révolutionnaire du monde, celle d’Allemagne. Et ceux qui affirment que les complots à cette échelle, ça n’existe pas, voudraient que les millions de victimes qui en sont résultées soient mortes pour rien. Eh bien non ! Nous savons désormais que les sommets des classes dirigeantes peuvent faire des plans clandestins et criminels à grande échelle, à l’échelle planétaire et ils l’ont déjà fait. Il ne faut pas craindre de comprendre à quel point la criminalité des classes possédantes s’accroît dès lors que leur pouvoir est menacé. Il ne faut pas craindre non plus de le faire savoir autour de nous et c’est même vital d’en être informés. Ce qui a complètement manqué aux travailleurs des années 1930, par exemple en 1933 en Allemagne mais aussi en 1936 en Espagne et en France, c’est justement de savoir quels pouvaient être les plans criminels secrets des classes possédantes. Il ne faut pas que cela soit à nouveau le cas, maintenant que le capitalisme atteint ses limites et veut nous ensevelir sous ses décombres !!!

Ne craignons pas de faire connaitre les plans meurtriers des classes possédantes : c’est le meilleur moyen de ne pas être piégés par eux !

15 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0