English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Présentation d’Amedeo Bordiga par Pietro Basso

Présentation d’Amedeo Bordiga par Pietro Basso

dimanche 11 juillet 2021, par Robert Paris

Présentation d’Amedeo Bordiga par Pietro Basso

Pietro Basso :

« Dans les années 1930, le dénigrement systématique de Bordiga faisait partie de la « lutte contre l’opposition trotskyste », qu’il était accusé de soutenir. Dans les années 1940, alors que le régime fasciste s’effondrait, les dirigeants du PCI craignaient que Bordiga ne revienne à l’activité politique. Le chef Palmiro Togliatti savait que de nombreux cadres de rang inférieur et moyen pourraient encore considérer Bordiga comme faisant autorité ; il a reconnu que « exclure le bordighisme » des rangs du Parti était « quelque chose de plus difficile que d’exclure Bordiga ».

Par « bordighisme », il entendait la critique acerbe de la ligne que le PCI avait adoptée [en particulier dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale]. Sa politique était désormais construite autour de « l’unité nationale » au nom de la reconstruction d’une « Italie antifasciste et démocratique » avec les partis bourgeois et la classe capitaliste. D’où l’instruction de Togliatti : construire un abîme physique, psychologique, idéologique, « moral » pour séparer ces cadres de Bordiga et de ses positions.

Le dénigrement de Bordiga allait de pair avec la tentative de l’effacer par des falsifications grossières. Par exemple, dans les lettres des prisons de Gramsci, Bordiga est mentionnée dix-huit fois avec sympathie - malgré leurs différences de formation et de positions politiques, ils étaient liés par un militantisme partagé et des sentiments d’amitié et de respect mutuel.

Mais dans l’édition 1947 de Felice Platone de ces lettres, le nom de Bordiga a disparu - tous les passages le concernant ont été grossièrement contrefaits. Une fausse photo a été diffusée du « mariage de la fille de Bordiga » (qui n’a jamais eu lieu) dans laquelle les futurs mariés ont été salués par une horde de chemises noires fascistes ...

Cet effort systématique ne déclina que dans les années 1960, alors que l’Italie était secouée par un puissant réveil des luttes ouvrières et sociales. Ces derniers ont exprimé une critique - parfois confuse et incohérente - du PCI réformiste et de son intégration toujours plus organique dans les institutions bourgeoises et le capitalisme italien. Dans ce nouveau contexte, le désir de retracer la véritable histoire du mouvement communiste est né. Mais même en 68, seule une petite frange de militants avait assez d’esprit anticonformiste pour s’engager directement dans ses positions.

Il est important de comprendre le rôle décisif joué par Bordiga et la faction communiste abstentionniste [anti-électorale] dans la fondation du parti. La tentative d’effacer Bordiga allait jusqu’à présenter Gramsci comme son fondateur. C’était un mensonge total - au congrès fondateur de Livourne en 1921, Gramsci n’a même pas parlé. L’historiographie ultérieure a au moins reconnu le rôle prééminent de Bordiga et des « abstentionnistes » dans la scission communiste du Parti socialiste, après une décennie de batailles contre le réformisme.

Sa fondation est venue après la lutte « défaitiste » contre la participation de l’Italie à la Première Guerre mondiale et deux années intenses de lutte de la classe ouvrière - ce que Bordiga appelait le rouge 1919 et le fougueux 1920. Les futurs membres du Parti communiste étaient les chefs de file de ces luttes ; il est né comme un parti d’ouvriers, de jeunes, avec le soutien quasi unanime de la jeunesse socialiste. Le groupe de « jeunes intellectuels » autour de l’Ordine Nuovo s’est également joint activement à la fondation du nouveau parti, quoique un peu tardivement.

Naturellement, la Révolution russe et la création de la Troisième Internationale ont été des facteurs clés. En Italie, le premier à saisir l’importance historique et mondiale de la révolution fut le groupe autour de Bordiga - révélateur, en décembre 1918, il décida d’appeler son journal Il Soviet. Mais la bataille de ces camarades contre le réformisme avait déjà commencé des années auparavant ; Bordiga a qualifié à juste titre le bolchevisme de « plante pour tous les climats », internationale mais non importée.

L’effacement de Bordiga a contribué à effacer le révolutionnaire Gramsci et à le remplacer par un « patriotique démocrate ». Gramsci était une figure complexe, au point de basculement entre le communisme révolutionnaire et l’évolutionnisme gradualiste, l’idéalisme et le matérialisme. Mais à une certaine période, le confronter frontalement à Bordiga a été utile pour faire de Gramsci le « noble père » de la longue marche du PCI à travers les institutions de l’État bourgeois. Plus tard, [les héritiers du parti] l’ont rejeté comme une vieille poupée de chiffon et l’ont remplacé par différents types de points de référence comme Willy Brandt, [Tony] Blair et [Bill] Clinton…

Le jeune Bordiga a critiqué l’abstentionnisme syndicaliste ou anarchiste, qu’il considérait comme une abstention de la lutte politique en général. Il a soutenu que la révolution sociale est une question politique, qui exige une préparation adéquate au niveau politique. Mais la politique ne devait pas être identifiée avec le champ électoral - c’est-à-dire le domaine de la délégation, de la manipulation, de la démagogie, dont la propre action politique directe des prolétaires est exclue.

Le point de départ de Bordiga était que les élections pouvaient être un moyen pour les socialistes de diffuser leur programme parmi la masse des travailleurs, mais le succès électoral ne pouvait être une fin en soi. Son expérience de près de dix ans au sein du Parti socialiste l’a directement confronté à ses effets dégénératifs, alors que le « concours » électoral devenait l’activité déterminante du parti, mais aussi aux conséquences « ignominieuses » de ses blocs avec toutes sortes de démocrates-bourgeois, libéraux et les francs-maçons, en particulier dans le Sud.

Cette répudiation de l’électoralisme s’est accentuée au printemps / été 1919, la victoire électorale des socialistes ayant servi de frein à la radicalisation d’un mouvement de classe atteignant des dimensions insurrectionnelles.

Mais jamais l’abstentionnisme n’est devenu une question de principe pour Bordiga. Chaque fois qu’il était contraint de choisir entre cette conviction et la discipline de parti, il optait toujours pour cette dernière. Il l’a fait lors des élections de 1919 ; au deuxième congrès du Komintern en 1920 [pour lequel le communisme de gauche était préparé] ; en 1921, en tant que chef du Parti communiste, lorsqu’il a jugé correct de se présenter aux élections dans une phase de réaction politique ; en 1924, lorsqu’il était dans l’opposition au sein du parti, et même lorsque le nouveau parti communiste internationaliste se présenta aux élections de 1946 et 1948.

Bordiga a néanmoins maintenu une opposition sans faille à tous les blocs avec des partis bourgeois. D’où sa critique de la sécession de l’Aventin en 1924 [lorsque les partis d’opposition ont quitté le parlement pour protester contre l’assassinat par les chemises noires du député social-démocrate Giacomo Matteotti]. Bordiga a réussi à faire pression pour que les députés communistes rompent avec le bloc Aventin, reviennent au parlement et lancent une attaque frontale contre le fascisme - une tâche confiée, non par accident, au bordighiste Luigi Repossi.

Bordiga était convaincu que l’expérience russe avait des leçons globales, mais qu’il avait tort de superposer sa situation à celles d’Europe occidentale. Dans ces derniers pays, il fallait tenir compte de la capacité de la démocratie à apaiser les conflits de classe et à intégrer l’opposition, et pas seulement par des moyens institutionnels.

Il a résumé cette position après 1945 : Lénine avait dit : « entrez dans les parlements et détruisez-les de l’intérieur », mais très peu les ont effectivement utilisés comme tribunes pour la révolution prolétarienne. Paradoxalement, bien qu’il n’ait jamais été député, en tant que chef de parti, Bordiga était l’un des militants qui appliquait le mieux la tactique de Lénine du parlementarisme révolutionnaire. Pour Bordiga, le rejet de la participation électorale et (en principe) des fronts avec des forces réformistes, démocratiques et bourgeoises était justifié par la nécessité de préserver l’autonomie et le caractère révolutionnaire du Parti communiste.

On peut certainement signaler des lacunes tactiques à Bordiga, comme l’ont fait certains de ses partisans les plus perspicaces, ou, en fait, son erreur en affirmant que la bourgeoisie italienne préférerait les versions locales de Gustav Noske [sociaux-démocrates anticommunistes] à Benito Mussolini.

On peut même - comme Alessandro Mantovani - attribuer les positions anti-démocratiques de Bordiga à la pensée libertaire plutôt que marxiste et noter ses conséquences dangereuses en termes d ’« indifférence » à la bataille nécessaire pour défendre les droits démocratiques. Mais pour évaluer la position adoptée par Bordiga il y a un siècle, nous devons prendre en compte le « pouvoir historique particulier du parlementarisme bourgeois ».

Bordiga avait raison de dire que la tactique adoptée en Russie ne pouvait pas être transférée mécaniquement en Europe occidentale. Ce serait sous-estimer le fait que les États capitalistes libéraux-parlementaires modernes sont bien plus aptes à se défendre et à intervenir dans le mouvement ouvrier que les États autocratiques.

Et historiquement, on ne peut pas contester la prédiction de Bordiga selon laquelle la bourgeoisie démocratique ouvrirait la voie au fascisme, l’utiliserait, puis la jetterait ; ni son identification des tendances bureaucratiques-totalitaires montantes dans les États démocratiques et du lien étroit entre démocratie et militarisme (dont les États-Unis sont le meilleur exemple).

L’internationalisme a caractérisé son militantisme du début à la fin - et, je dirais, il a une pertinence actuelle extraordinaire. Il était l’un des dirigeants du Komintern les plus radicalement convaincus que l’affrontement entre le capitalisme et le socialisme était une confrontation mondiale, et qu’il aurait un résultat global unitaire.

Cela ne signifiait pas perdre de vue la diversité des contextes, des situations et des moments. Par exemple, Bordiga était peut-être le représentant le plus convaincu du soi-disant « communisme occidental » et le plus tenace dans la défense de la nouvelle politique économique (NEP) en Russie - toujours dans une perspective internationaliste.

Lors du sixième exécutif élargi en 1926, il a insisté sur le fait que la question russe n’était pas seulement russe. Autrement dit, les choix de politique intérieure et étrangère du parti russe et de l’État - en développant progressivement des « éléments socialistes » de l’économie, ou en ce qui concerne les paysans, les Nepmen et la petite bourgeoisie - étaient vitaux pour le résultat d’un affrontement continu et mondial entre révolution et contre-révolution. Ainsi, les réponses devaient être décidées ensemble, par toute l’avant-garde communiste internationale.

Bordiga était le seul à soutenir cet argument ; depuis quelques années déjà, une politique s’était développée dans les partis communistes pour marginaliser, intimider et faire taire ceux qui n’embrassaient pas la direction que prenaient les choses en Russie et dans l’Internationale. Mais il a fait cet argument de toute façon. Lorsque des historiens comme E. H. Carr reconnaissent cela comme une grande bataille politique qui anticipe lucidement le cours ultérieur de l’Internationale et sa russification, ils se limitent à ces points évidents.

Mais il faut ajouter, dans sa critique du stalinisme, Bordiga a évité toute sorte de moralisme, d’individualisation des choses ou d’idéalisation de la démocratie sur le bureaucratisme. Après 1945 - scandalisant peut-être certaines personnes - il a soutenu que, si le stalinisme était contre-révolutionnaire en termes politiques (et faisait partie intégrante de la contre-révolution bourgeoise mondiale), il jouait une fonction révolutionnaire précisément dans la mesure où il construisait le capitalisme en Russie. Pour les coups que le fascisme infligeait au Parti communiste en 1923 et en 1926 l’avaient pratiquement déchiré. Dans les années 30, le PCI de Togliatti a également fait peu ou rien sur le sol italien. Gramsci est allé en prison en tant que secrétaire du parti mais a été progressivement abandonné à lui-même.

On peut certainement reprocher à Bordiga d’avoir rompu ses liens avec ses camarades les plus proches de la gauche communiste, tant en Italie que parmi ceux qui ont émigré en Belgique, en France et aux États-Unis. Comme l’écrivait Paolo Turco, c’était une manière discutable de comprendre sa propre fonction de leader politique. Car dans les années 30, il y a eu des luttes de classe importantes - surtout en Espagne, en France et en Chine - et cette suspension totale de l’activité soulève beaucoup de perplexités.

Mais historiquement, le renversement contre-révolutionnaire a été dévastateur, à la fois en profondeur et en vitesse, avec la montée du nazisme en Allemagne, l’extermination de la vieille garde bolchevique, le pacte Molotov-Ribbentrop, le meurtre de Trotsky, le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Cela était également visible dans la division du monde à Yalta en 1945, avec l’arrivée triomphante d’un nouveau maître de l’économie et de la politique mondiales - ce que Bordiga appelait un super-impérialisme enveloppé d’étoiles et de rayures. Face à un tel renversement, même un combattant inébranlable comme Trotsky n’a obtenu aucun résultat remarquable.

Dans ce moment dramatique, le souvenir des premières années du parti était encore vivant parmi de nombreux militants et cadres, au sein ou en marge de l’organisation PCI. Il y avait la possibilité à laquelle vous faites allusion. Mais il semble que Bordiga était contre le fait d’encourager les cadres prolétariens à quitter le PCI. Peut-être s’attendait-il à ce que non seulement de petits groupes ou individus se rallient aux positions de la gauche, mais une section combative de la classe. Je dis « peut-être » parce qu’il n’ya pas de preuve définitive.

Mais certainement, des gens de tous bords le poussaient à retourner à la politique active. Il a résisté à cela. Il considérait la situation contre-révolutionnaire et devait le rester pendant un certain temps. Pour lui, les conditions n’étaient tout simplement pas réunies pour un retour au début des années 1920 et une tentative de « concurrencer » le « big ol » PCI »à armes égales. La réorganisation des révolutionnaires internationalistes en était encore à ses débuts tortueux.

De la fin de 1944 à 1965-1966, Bordiga a néanmoins poursuivi une activité intensive. Il s’agissait d’une activité très différente de celle de la période 1911–1926, bien qu’elle se poursuive. Cette activité visait à re-présenter la pensée marxiste et marxiste « pure ». Cela vaut la peine de parler de ce rôle, même s’il l’aurait sûrement écarté avec une de ses remarques flétrissantes. Car sa re-présentation de la pensée marxiste est vraiment originale et anticipatrice. Dans son texte de 1903 « Stagnation et progrès du marxisme », Rosa Luxemburg écrit que, face à de nouvelles questions pratiques, les révolutionnaires peuvent « plonger à nouveau dans le trésor de la pensée de Marx, pour en extraire et utiliser de nouveaux fragments de sa doctrine. "

Un demi-siècle plus tard, Bordiga et le collectif de travail autour de lui ont dû faire face à la tâche colossale de rétablir les pierres angulaires de la théorie marxiste. Cela signifiait non seulement dessiner sur des « fragments » singuliers, mais travailler dessus de haut en bas. Car rien n’avait survécu à l’adultération emportée par le stalinisme et à l’usage habile capitaliste de cette adultération.

Bordiga a surtout utilisé les outils du marxisme pour examiner l’expérience de la « construction du socialisme » en Russie. Il a fait cela avec les catégories de l’économie politique marxiste, allant directement à la base économique de la vie sociale dans la Russie de Staline et se demandant si les catégories du capitalisme occidental s’appliquaient également là-bas. Cet énorme effort de recherche sur l’évolution sociale de la Russie a impliqué l’ensemble du collectif Programma Comunista.

Pour Bordiga et ses camarades, l’essentiel n’était pas la propriété étatique ou privée des moyens de production, mais la rentabilité et l’extraction de la plus-value. Tels étaient les critères clés autour desquels la production s’organisait en Russie, avec la centralité de l’entreprise, la production de marchandises, les échanges marchands, la vente et l’achat de main-d’œuvre, les salaires, la comptabilité monétaire, les prix ...

Si ces catégories subsistaient, alors il ne pourrait y avoir de planification socialiste. Car plutôt que la production se faisant sur la base des besoins sociaux sondés à l’avance, le plan tant vanté n’était qu’une sorte d’enregistrement ex post des résultats obtenus par des entreprises ou des secteurs isolés, avec une timide tentative de corriger leurs « déséquilibres excessifs ». "

Pour Bordiga, le problème était l’entreprise, pas le fait qu’elle ait un patron. Car la production capitaliste sous-jacente est la production (de profits) dans des unités séparées, dont chacune défend sa propre existence sur le marché national / mondial et étend ses activités au-delà de ses limites en étendant / intensifiant son exploitation du travail vivant. Un tel mécanisme est incompatible avec un plan social et rationnel de production et de consommation.

Peu de marxistes ont aussi clairement démontré qu’une économie socialiste est quelque chose de tout à fait différent d’une économie d’État. Comme Liliana Grilli l’a souligné, Bordiga a également répondu à la question de savoir s’il est possible d’avoir un « capitalisme sans capitalistes ».

La forme que le développement social a prise en Russie est nouvelle. Mais si Onorato Damen voyait cela comme une forme « ultime » de capitalisme, dans la lecture de Bordiga, l’URSS de Staline tendait vers le plein capitalisme. Ce n’était pas sa forme la plus avancée ; au contraire, le capitalisme américain était à l’avant-garde.

Bordiga a montré que, derrière ses pièges étatistes, le grand industrialisme étatique en URSS était tout sauf « totalitaire » - il contenait et même exigeait de nombreux éléments de l’entreprise privée, comme l’externalisation à des petites entreprises, et la tendance générale en URSS était vers une réduction des éléments d’état. Il écrivait cela déjà dans les années 1950 !

Dans ce contexte, des figures capitalistes classiques - des entrepreneurs privés individuels - prenaient forme dans les réseaux qui reliaient l’entreprise et le marché et le processus despotique d’extraction de la plus-value. Ils n’admettaient pas encore un tel rôle, mais la « confession » viendrait, en entier, dans les années de la perestroïka de Mikhail Gorbatchev et après. Les requins de l’ère [Boris] Eltsine n’avaient pas besoin d’être parachutés de l’étranger.

Dans les décennies d’après-guerre, l’autre champ d’application principal de la critique de Bordiga - et des outils redéfinis du « marxisme classique » - était les États-Unis. Pays leader du capitalisme occidental et mondial, il a décollé après la Seconde Guerre mondiale, répandant (même au-delà du rideau de fer) l’utopie d’un capitalisme riche et populaire, capable de surmonter la polarisation de classe dans la pratique.

Pour cette anthologie, j’ai sélectionné dix textes de 1947 à 1957 qui traitent des États-Unis, de son « assaut contre l’Europe » à la guerre de Corée et au modèle social américain. Déjà dans les années 1950, Bordiga se concentrait sur la tentative des États-Unis de « promouvoir » le prolétaire au rang de consommateur, le forçant à s’endetter à travers le mécanisme de discipline maniaque de « la consommation standardisée et prête à l’emploi souvent nuisible ». - une tentative qui s’avérerait finalement être un bluff et un dommage.

Ces textes se chevauchent bien avec d’autres qui montrent les différents cours de l’évolution du capitalisme après la Seconde Guerre mondiale, mettant en évidence le divorce entre la propriété et le capital, le déplacement du centre de gravité du capital de la production vers les manœuvres de marché spéculatif, et l’inflation de l’État (le exactement le contraire de la promesse bourgeoise d’un « gouvernement à prix réduit »).

Ici, nous avons l’économie capitaliste présentée comme une « économie de catastrophe » et une critique de l’économie du gaspillage sans précédent chez d’autres marxistes, sinon sous une forme plus académique chez István Mészáros et quelques autres après lui (tous ignorants de Bordiga). Et c’était bien avant la reprise actuelle - très intéressante - de la dimension écologique de la pensée de Marx par [John Bellamy] Foster, [Paul] Burkett, [Kohei] Saito, etc.

Il a montré que dans le « marxisme originel », l’attaque capitaliste contre le travail vivant et l’attaque du capital contre la nature étaient les deux faces d’une même médaille. En utilisant ce critère, il a identifié la « soif féroce de catastrophe et de ruine du capitalisme tardif ».

Ceci est une anthologie - j’ai dû faire des choix et laisser beaucoup de choses de côté. Mais j’ai inclus une série de passages de Bordiga sur le pillage capitaliste de la nature, sur le fait que la terre et les ressources naturelles ne doivent être la propriété de personne, même collective, mais administrées dans l’intérêt de l’espèce. Il ne s’agit pas d’un anticapitalisme banal : il y a plutôt une attention critique et non romantique également envers les formes qui ont précédé la production capitaliste (bien résumé par son collaborateur Roger Dangeville).

Bordiga a été parmi les premiers à élaborer un commentaire sur Grundrisse de Marx - déjà dix ans avant Roman Rosdolsky - dont j’ai extrait un article intitulé « Qui a peur de l’automatisation ? » Dans les années 1950, Bordiga expliqua que les marxistes seraient les derniers à avoir une telle peur.

Dans son analyse du capitalisme contemporain, de son hypertrophie financière, spéculative, consumériste, endettée, de son hypertrophie militariste monstrueuse, de sa destruction de l’environnement, de son oppression néocoloniale des personnes de couleur, etc., Bordiga était clairvoyant.

Et sa critique des caractéristiques dégénératives du « super-capitalisme » américain n’avait aucune trace d’anti-américanisme ; il s’agissait plutôt d’une critique des tendances générales du mode de production capitaliste et des dommages croissants qu’il causait à la vie humaine et naturelle. C’est une critique particulièrement pertinente pour aujourd’hui. En effet, c’est un universitaire américain qui l’a compris, affirmant que Bordiga est contre le productivisme…

A l’époque stalinienne, il y avait une sorte d’identification entre le socialisme marxiste et le développement des forces productives. Bordiga rejette sommairement une telle identification, même s’il y a des parties du monde dans lesquelles les forces productives doivent être développées.

En 1953, il élabore un programme immédiat pour les premières transformations révolutionnaires à réaliser dans les pays capitalistes développés. Au centre de cette situation se trouvait la sous-production : réduire des milliards d’heures de production nuisible ou inutile, désinvestir, augmenter les coûts de production et déraciner la superconsommation. Ce n’était pas seulement une nouvelle proposition du Manifeste Communiste ...

Pour Bordiga, l’essentiel était la réduction drastique de la journée de travail et l’explosion du temps pour la vie de l’espèce. De son étude approfondie de Marx et du marxisme - y compris des textes ignorés ou récemment découverts - il en est venu à définir le communisme comme un plan de vie pour l’espèce humaine. Cela signifiait un plan de production et de consommation unitaire et international, fondé sur la satisfaction de véritables besoins humains. Il a « anticipé » ces thèmes - ceux qui nous touchent de façon dramatique aujourd’hui.

Il n’y a rien d’hagiographique dans ma présentation de Bordiga. Ainsi, je n’avais pas besoin de cacher la réalité qu’au deuxième congrès du Komintern en 1920, Bordiga, comme son collègue délégué italien Giacinto Serrati, était perplexe devant les thèses qu’il transmettait sur la question coloniale. N’ayant pas étudié cette question, il craignait qu’elle n’encourage la dilution du rôle du prolétariat et des partis communistes dans les pays coloniaux ou semi-coloniaux. Mais après la Seconde Guerre mondiale, avec le puissant soulèvement anticolonial sur trois continents, Bordiga s’est corrigé et a pleinement adopté, je dirais, la vision vers laquelle il hésitait auparavant.

L’un des facteurs qui a séparé Bordiga de certains de ses camarades (et pas seulement en Italie) au début des années 1950 était leur indifférence substantielle envers les révolutions anticoloniales. Bordiga, avec divers camarades, s’est lancé dans une lecture systématique de ces révolutions, qu’il considérait comme d’authentiques révolutions sociales - mais agraires, antiféodales, nationales, limitées à l’établissement de relations sociales bourgeoises.

D’où sa critique parallèle de la phraséologie socialiste de leurs dirigeants. Mais en élargissant l’espace des relations sociales capitalistes, en forte contradiction avec l’hégémonie des grandes puissances, et en amenant de vastes masses d’exploités sur l’arène de la politique mondiale, ils ont finalement représenté un facteur favorable à la renaissance du mouvement prolétarien international. .

Puisque nous parlons de questions d’actualité, j’ajouterai que l’anthologie contient également un texte frappant sur les émeutes de Watts d’août 1965. Cet article sur la façon dont la rage « noire » a secoué les piliers pourris de la civilisation bourgeoise et démocratique est également l’un des derniers textes de Bordiga avant sa mort en 1970. La question raciale est conçue comme une question sociale et la révolte noire comme une révolte prolétarienne.

Il s’est félicité de cela avec « un grand enthousiasme », également parce que cela déchirait le tissu des fictions juridiques et de l’hypocrisie démocratique. Permettez-moi de citer un passage de ce texte - nous pourrions dire, le propre salut de Bordiga au grand mouvement qui a suivi le meurtre de George Floyd. Comme il l’a dit en 1965, « il y avait là quelque chose de profondément nouveau dans cet épisode flamboyant de rage. Pour ceux qui l’ont suivi non pas avec une froide objectivité mais avec passion et espoir, l’épisode n’était pas seulement vaguement populaire, mais prolétarien. Et c’est ce qui nous fait dire : la révolte nègre a été écrasée. Vive la révolte nègre ! Ce qui est nouveau - pour l’histoire des luttes d’émancipation du travailleur noir sous-payé, certainement pas pour l’histoire de la lutte des classes en général - est la coïncidence presque exacte entre la proclamation présidentielle pompeuse et rhétorique des droits politiques et civils et l’explosion des une fureur subversive anonyme, collective, « non civilisée » de la part des « bénéficiaires » du geste « magnanime » ; entre la énième tentative de tenter l’esclave tourmenté avec une misérable carotte, qui ne coûte rien, et le refus instinctif de cet esclave de se laisser bander les yeux et de se plier à nouveau. »

« Sans conscience théorique », a-t-il poursuivi, « ans avoir besoin de l’exprimer dans un langage articulé, mais faisant leur déclaration avec leur corps et leurs actions, ils ont crié qu’il ne peut y avoir d’égalité civile et politique tant qu’il y a inégalité économique, et que la façon de mettre fin à cette inégalité est non par des lois, des décrets, des conférences et des sermons, mais en renversant par la force les bases d’une société divisée en classes. C’est cette déchirure brutale du tissu des fictions juridiques et des hypocrisies démocratiques qui a déconcerté la bourgeoisie (et comment pourrait-elle faire autrement !). C’est ce qui a suscité un si grand enthousiasme chez nous, marxistes (et comment pourrait-il faire autrement !). C’est ce qui doit donner matière à réflexion aux prolétaires apathiques, assoupis dans la fausse mollycoddling des métropoles d’un capitalisme historiquement né à la peau blanche. »

Comme Tithi Bhattacharya l’a récemment dit, le capitalisme ne peut qu’être raciste (et je pense avoir démontré la même chose dans mon propre livre Razzismo di Stato). Sur ce thème aussi, Bordiga est allé au-delà de ses propres positions initiales, adoptant et appliquant la perspective de Lénine envers « l’Orient ».

Il y a une dizaine d’années, Peter Thomas a bien identifié le moment Gramscian - un moment qui, j’ajouterais, était concomitant avec la montée des gouvernements progressistes, en particulier en Amérique latine, qui a généré l’illusion d’un chemin graduel et « large frontiste » vers un « socialisme du XXIe siècle ».

Ces dernières années, en particulier dans les pays anglophones, nous avons de plus en plus assisté à un « retour direct à Marx ». Cela s’explique par l’avènement d’une crise historique du capitalisme et, par conséquent, de luttes de classe acérées.

Invariablement, dans une telle phase, il y a une tentative de redécouvrir l’expérience révolutionnaire du passé, dans toute sa richesse et ses couleurs kaléidoscopiques. Cela signifie chercher à tirer des leçons et des indices de la réflexion du passé (également en ce qui concerne les forces, les ressources et les méthodes de la contre-révolution ; et l’un des jugements apparemment paradoxaux de Bordiga a soutenu que « le marxisme est une théorie des contre-révolutions »).

C’est pourquoi nous pouvons dire que la perspective d’un « moment Bordigan » n’est pas si loin. A l’encontre de l’image que Bordiga voulait donner de lui-même, en tant qu’homme qui ne faisait que marteler de vieux clous, il sera enfin redécouvert comme marxiste du et pour l’avenir.

Source en anglais

A lire aussi :

- Pietro Basso (Ed.), The Science and Passion of Communism. Selected Writings of Amadeo Bordiga (1912-1965), Brill, Leiden-Boston 2020

Lire ici

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0