English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Qu’est-ce qui étonne, scandalise et révolte dans la politique des gouvernants (...)

Qu’est-ce qui étonne, scandalise et révolte dans la politique des gouvernants face au coronavirus ?

jeudi 26 mars 2020, par Robert Paris

Qu’est-ce qui étonne, scandalise et révolte dans la politique des gouvernants face au coronavirus ?

La première chose qu’il convient de remarquer c’est que, malgré les prétentions à avoir mis en place un « confinement sévère », le gouvernement persiste à :

- imposer à des salariés d’aller à leur travail dans des entreprises aussi peu indispensables à la population que des entreprises de construction aéronautiques, automobile ou le Bâtiment, au risque des contacts dans les transports en commun et des contacts dans l’entreprise, y compris les contacts avec des surfaces matérielles

- déclarer que les masques ne sont pas nécessaires pour se déplacer en public

- affirmer que les seuls dangers sont des contacts entre deux personnes alors que l’air peut être contaminé et les surfaces matérielles aussi

Non seulement, le gouvernement n’a pas cessé de minimiser les risques du coronavirus au début de l’épidémie, la déclarant beaucoup moins dangereuse qu’une grippe, non seulement il a contribué à faire croire qu’il ne faut absolument pas porter de masque alors que la population était déjà majoritairement rétive aux masques, mais il a rajouté que ceux qui portent un masque sont seulement les malades du coronavirus et les personnels de santé, ce qui est proprement scandaleux ! Cela contribue à faire croire que l’on peut savoir qui est malade ou pas, alors que c’est exactement le contraire : on peut être malade sans symptômes, on peut être en incubation, on peut être porteur sain. Dans tous ces cas, il est bon de porter le masque pour ne pas contaminer les personnes voisines en public.

En fait, au début de l’épidémie, les fautes, les errements et même les attitudes criminelles du gouvernement ont été nombreuses : ne pas faire de contrôles médicaux aux arrivées des aéroports, ne pas en faire auprès des étudiants, chercheurs, touristes arrivés récemment de Chine, ne pas bloquer immédiatement les communications, ne pas mettre en quarantaine les produits venus de Chine, ne pas appliquer le principe de précaution sur le mode de communication du virus ce qui signifie supposer que ce mode peut être divers et passer y compris par des porteurs sains, ne pas multiplier immédiatement la production de masques, de tests, d’appareils respiratoires, d’inhalateurs, de gants, d’écharpes de protection, de solutions hydroalcooliques, etc.

Et surtout, ne pas avoir mis en place immédiatement un plan d’hôpital en alerte coronavirus avec des embauches massives, des ouvertures massives de lits et d’hôpitaux, des constructions immédiates de structures spécialisées, des salles de réanimation. Au lieu d’envoyer tous les malades graves du coronavirus dans les hôpitaux, cela aurait permis de spécialiser des structures et de ne pas contaminer tout le monde.

Pire, le gouvernement n’a pas distribué des masques aux personnels de santé, même les masques dont disposaient l’armée et les entreprises spécialisées dans des travaux nécessitant des masques chirurgicaux et, mieux encore, des masques FFP2 et FFP3. Le gouvernement a attendu des mois avant de se décider à commander en masse des masques !!! Il n’a cessé de couvrir cette politique criminelle par une campagne publique anti-masques consistant à demander à la population de ne pas en porter et à affirmer qu’en porter c’est démunir de masques les personnels de santé !!!

Faire croire que la distance de sécurité entre deux personnes suffit à se protéger, c’est nier que les virus peuvent se maintenir dans l’air, provenus notamment d’éternuements de malades ou de porteurs sains et portés notamment par les particules fines, fait qui est maintenant avéré !!! Prétendre que les personnes qui portent des masques ne feront que s’infecter en touchant le masque est absurde puisqu’on conseille aux personnels de santé de porter un masque !!!

On pourrait se dire qu’il a mal réagi au début mais qu’il a pris le tournant mais cela est faux ! Les mesures actuelles empirent le mal et nous allons le démontrer !

On affirme que le confinement est de plus en plus strict parce qu’on interdit à quelqu’un de se promener même seul sur une plage, même seul dans une forêt, même seul dans une montagne !!!

On affirme qu’il faut fermer les restaurants plutôt que les transports en commun !!!

On affirme qu’il faut fermer les marchés ouverts plutôt que les marchés couverts !!! Absurdité si le virus est propagé dans l’air !!!

On affirme que le confinement est strict alors qu’on interdit le droit de retrait des salariés et qu’on mène campagne pour pousser les salariés à aller au travail, tout en disant que c’est seulement dans des activités indispensables alors que c’est faux ! Le but est seulement de défendre les intérêts des profits des entreprises capitalistes aux dépens de la santé de tous !

Ce qui montre que c’est bien ainsi que le gouvernement l’entend, c’est qu’il dépense des sommes cent fois plus colossales pour « aider l’économie » capitaliste que pour aider les malades, les soignants et toute la population !

Confiner dans sa famille quelqu’un qui est obligé à prendre les transports en commun et d’aller travailler, c’est seulement y propager à coup sûr la maladie !

Supprimer les restaurants, les marchés, contraindre les supermarchés à limiter leurs ventes, c’est créer artificiellement la pénurie !

Après avoir déclaré que l’essentiel était de ne pas affoler la population, en ne la préparant pas à se défendre, les gouvernants insistent désormais sur leurs déclarations pour affoler du genre : il y aura 60% ou 50% de contaminés, alors qu’ils n’en savent absolument rien ! Ils insistent pour dire qu’il faut se confiner tout en disant que la propagation est inexorable ! Ils insistent pour dénoncer le laxisme de la population tout en mettant un confinement laxiste parce qu’il défend avant tout l’activité économique du capitalisme !!!

Et un point essentiel encore, la mise en place d’un Etat autoritaire soi-disant sanitaire ne sert nullement la protection contre le coronavirus : les forces de l’ordre auxquelles on impose de ne pas porter de masques sont des sûrs vecteurs de la maladie dans tous les contrôles qu’ils exercent !!!

D’autre part, les gouvernants mettent ainsi en place, sous prétexte de pandémie, un Etat dictatorial qui est nécessaire aux classes possédantes devant l’effondrement du système capitaliste et pas à la santé ! C’est là que git l’explication des errements des gouvernants qui ne sont pas des erreurs mais une politique de classe. Il s’agit de profiter du coronavirus pour faire passer toutes les politiques indispensables aux classes possédantes face à l’effondrement du système, la santé n’est en rien leur préoccupation, même s’ils font de l’hypocrisie sur ce thème.

On le voit bien dans les déclarations élogieuses des gouvernants envers les personnels de santé : ils les traitent de héros alors que cela fait des années qu’ils cassent l’hôpital public et qu’ils ne lui donnent pas les moyens de fonctionner, même face à la pandémie !!!

Terroriser la population, l’encaserner, l’encadrer militairement comme policièrement et politiquement, dénoncer la population de manière démagogique, organiser une milice civile, tout cela est nécessaire dans le cadre d’une politique contre-révolutionnaire des classes possédantes pour agir préventivement face à la révolution sociale qui ne peut que se produire face à l’écroulement de l’ancien système d’exploitation capitaliste.

On le voit clairement aux mesures sociales prises dans le cadre de la crise. Malgré là encore quelques gestes démagogiques, ces mesures sont clairement antisociales : refus de l’interdiction des licenciements coronavirus, refus d’aides aux sans logis, refus d’aides aux sans papiers, refus d’aides aux personnes les plus démunies, refus d’aide aux personnes qui n’arrivent pas à se nourrir, attaques contre les lois sociales et les droits sociaux (congés imposés, RTT imposés, surtravail imposé, charges de travail imposées, horaires de travail imposé, travail sous coronavirus imposé, remise en cause des 35 heures, remise en cause de nombreux droits sociaux sous prétexte de santé, d’urgence, de sécurité, d’aide aux entreprises, suppression des cotisations sociales des patrons, etc.).

L’état d’urgence sanitaire est l’état d’urgence d’un capitalisme agonisant dont la seule santé est la préoccupation des gouvernants !!!

Le seul appareil respiratoire mis en place est celui qui maintient artificiellement en vie un capitalisme sous perfusion à coups de milliers de milliards !!!

Le seul masque qui importe aux gouvernants, c’est celui derrière ils se cachent pour imposer un ordre social et politique complètement dépassé qui n’a de démocratie que le nom et pour réalité la défense des intérêts politiques, sociaux et économiques de l’infime minorité de milliardaires et leur ordre inique !!!

La militarisation de toute la société progresse, marquée à la fois par les contrôles, les interventions des forces armées, la propagande et par l’entrée des généraux au gouvernement sous prétexte de « conseils de défense », tout cela caractérise la politique des gouvernants dans le monde. Elle est nécessitée en fait par la menace de la révolution sociale mondiale pour les classes possédantes accrochées à un ancien système d’exploitation complètement dépassé et qui ne parvient plus à fonctionner…

Compter sur les classes possédantes, qui n’ont jamais eu en tête que leurs profits capitalistes, y compris pour nous sauver de la pandémie, c’est s’accrocher à un Titanic qui coule !

Face à la pandémie comme face à la crise économique et sociale, seuls les exploités peuvent s’unir entre eux mais surtout pas avec leurs exploiteurs et leurs défenseurs gouvernementaux ou réformistes accrochés au vieux système, même quand il coule !!!

11 Messages de forum

  • Le gouvernement français annonce quasi ouvertement la mise en place progressive de la dictature militaire sous prétexte d’épidémie !!!

    Répondre à ce message

  • Le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi à Mulhouse le lancement de l’opération « Résilience » qui mobilisera les forces armées pour encadrer la population car la domination capitaliste craint de vivre des « jours difficiles » (selon l’expression de Macron)...

    Répondre à ce message

  • Les gouvernants ont apparemment tout fait trop tard : les informations du grand public, les masques, les tests, le confinement, mais, en réalité, pour défendre le capitalisme ils n’ont eu aucun retard et le développement de la pandémie, en pleine chute du fonctionnement du système économique, sert à encaserner les populations plus qu’à empêcher la progression de la pandémie !

    Répondre à ce message

  • Philippe ose dire qu’il n’y a eu aucune retard du gouvernement dans les mesures de protection !!!

    Répondre à ce message

  • Cela va t’étonner mais, si je regrette que la grille de lecture soit un peu trop brutalement posée, je suis assez d’accord avec le constat posé dans ton billet du 26 mars.

    Reste que nous sommes en désaccord sur ceci : la situation - aussi dramatique soit-elle - permet justement de faire la part des choses entre un mauvais et un bon gouvernement de crise. Les institutionnels coréens et allemands ne sont pas si inutiles, dans la configuration présente.

    Amicalement,

    Benjamin

    Répondre à ce message

  • Il y a effectivement des politiques et des stratégies diverses face au coronavirus dans le monde et aussi des évolutions diverses de la pandémie. Elles ne veulent pas seulement dire qu’il est bon de mettre des masques et de faire systématiquement des tests. Ainsi, certains pays très peu dotés en matériels et installations de santé ne sont pas encore frappés comme le Yemen ou le Burundi. Les diverses évolutions du virus suivant les pays étonnent mais elles proviennent aussi de la diversité des manières de mesurer et parfois de la malhonnêteté gouvernementale de la mesure.

    C’est vrai l’Allemagne n’a « que » 900 morts et la Corée du sud 180 environ, ce qui est assez peu relativement. C’est ce dernier nombre qui semble réellement inférieur et la stratégie employée en Corée du Sud est réellement très différente et plus efficace, je suis d’accord là-dessus. Mais il faut être prudent : la dynamique de l’Allemagne en termes de pandémie peut se développer et le virus en Corée du sud semblait être dans sa prémière version, moins mortelle qu’en Europe. On verra quand la version européenne du virus frappera la Corée du Sud… Par contre, ce qui est clair, c’est l’effondrement du capitalisme et c’est pareil partout ! C’est aussi que le capitalisme n’est pas capable de protéger à la fois la population et les intérêts capitalistes. Aucune institution gouvernementale n’y peut rien !

    Un pays peut avoir du retard sur l’autre mais dès que la dynamique exponentielle est lancée, c’est parti… D’autre part, l’estimation du nombre de décès par rapport au nombre de cas, qui semblerait favoriser l’Allemagne, indique surtout que le nombre de cas est largement sous-estimé en France vu l’absence de tests !!! En fait, il est probable qu’il y a beaucoup plus de cas qu’on ne le croit en France et que le taux est proche de celui de l’Allemagne, peut être légèrement supérieur du fait d’une population plus âgée en France. C’est tout. Donc l’Allemagne est seulement un peu en retard dans la dynamique de développement de la maladie mais également touchée. Et il est meilleur d’avoir fait plus de tests comme en Corée du sud que ce n’est le cas en France. Malgré cette différence réelle, et nous l’avons dénoncée, le fond reste le même. Jamais le capitalisme dans son stade de déliquescence ne va sauver les peuples ! Et les Etats sont là seulement pour sauver… le capitalisme quel qu’en soit le prix en vies humaines !

    Répondre à ce message

    • Oui, oui : je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’Allemagne... et je constate que nous nous retrouvons sur la Corée (même si justement il faut avoir l’état des lieux le plus juste possible, incluant les mesures liberticides de traçage...).

      Je veux bien admettre que la crise actuelle met à nu la fragilité du capitalisme et de ses chaînes de valeur internationales. Mais enfin, il s’agit d’un choc exogène et symétrique. Moyennant quelques industries stratégiques qu’il aurait été bon de garder sur le sol français, je ne vois pas en quoi une économie planifiée aurait pu mieux s’en sortir...

      Répondre à ce message

  • L’économie planifiée, ce n’est pas le socialisme ! C’est le réformisme ou le stalinisme !
    Je ne prône pas l’économie chinoise ou stalinienne !
    Faire mieux, c’est pondre une société qui travaille et vit pour les êtres humains, pas pour "l’économie", "l’entreprise", en fait pour le grand capital !

    Répondre à ce message

  • Le premier problème est politique : tout le pouvoir au peuple travailleur !

    Répondre à ce message

  • Tout étonne dans la politique du gouvernement : son obstination d’abord à nier la pandémie, son refus radical des masques, sa prétention à affirmer que l’hôpital public disposait des moyens nécessaires, son refus de produire en masse des masques, des tests, des respirateurs, puis son incapacité réelle à le faire, ses va et vient sur les déclarations de confinement et de déconfinement, enfin tout jusqu’à la chloroquine achetée en masse par... l’armée et jusqu’à la prétention de déconfiner les maternelles mais pas l’université.

    Quand tout étonne, c’est que la compréhension des politiques des classes possédantes est fausse et même inversée.

    Ils ne se mobilisent pas pour noues, pour notre santé mais CONTRE nous !

    Répondre à ce message

  • Selon le Canard Enchaîné, l’ambassadeur de France à Pékin Laurent Bili avait mis en garde Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian en décembre 2019 sur la potentielle dangerosité du virus signalé à Wuhan. En vain.

    En décembre 2019, peu avant l’arrivée du Covid-19 en Europe, l’Elysée et le Quai d’Orsay avaient reçu des informations alarmantes dont ils n’ont pas tenu compte, révèle le Canard Enchaîné. Laurent Bili, l’ambassadeur de France à Pékin, avait ainsi fait part de sa grande inquiétude à propos du dangereux virus signalé à Wuhan. Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian étaient alors restés sourds à ces informations.

    Pis, le ministre des Affaires étrangères a attendu fin janvier pour organiser le rapatriement par avion des ressortissants français de Wuhan, épicentre chinois du Covid-19, qui fut - en partie - une concession française, de 1896 à 1943. "Quand sont parvenues à Paris les informations relatives à l’apparition d’un nouveau virus, il était encore possible, pour un président conscient de ses responsabilités, de constituer un bon stock de masques, de tests et de respirateurs. Mais Macron n’a pas trouvé le temps d’y penser", fait remarquer froidement le palmipède.

    Si le premier cas français de Covid-19 a été officiellement signalé le 24 janvier par les autorités sanitaires, le professeur Yves Cohen, chef du service de réanimation des hôpitaux Avicennes (Bobigny) et Jean-Verdier (Bondy), a affirmé dimanche qu’un homme d’une cinquantaine d’années était déjà infecté 27 décembre.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0