English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > Sur le dernier combat de Lénine contre la bureaucratie (Avril (...)

Sur le dernier combat de Lénine contre la bureaucratie (Avril 1923)

lundi 9 novembre 2020, par Robert Paris

Léon Trotsky au congrès du parti bolchevik en 1923 alors que la maladie de Lénine l’empêche d’y participer :

"Nous voyons naître des Soviets, c’est-à-dire la meilleure représentation des masses laborieuses, sous la direction du parti qui est le meilleur parti de l’Internationale communiste, une machine d’État dont il a été dit que c’est ... peu différent de l’ancienne machine tsariste."

Sur le dernier combat de Lénine contre la bureaucratie

(Avril 1923)

Discours de Trotsky

Camarades ! Le congrès du parti a lieu une fois par an. Cela signifie, officiellement, que la tâche du congrès est d’abord et avant tout d’évaluer l’expérience de l’année écoulée et de définir la ligne de travail fondamentale de l’année à venir. Mais notre parti n’est pas un parti de l’empirisme politique, c’est-à-dire qu’il n’est pas un parti qui vit au cas par cas et au jour le jour. Nous sommes le parti du marxisme, du socialisme scientifique ; nos méthodes, nos idées et nos évaluations d’événements couvrent non seulement une année, mais toute une grande période de l’histoire, et par conséquent, nous évaluons l’expérience de l’année écoulée et les tâches de l’année qui nous précède du point de vue de notre vision de l’ensemble de l’époque à travers que nous passons - non pas pour nous perdre et dissoudre nos idées dans les lieux communs et les généralités, mais, au contraire, pour déduire d’une évaluation générale certaines directives bien précises et bien définies pour notre conduite dans la période immédiatement en devant nous.

Si, camarades, nous examinons la question dans la perspective que je viens de montrer, alors nous serons obligés de demander en premier lieu si, au cours de l’année qui s’est écoulée depuis le 11e Congrès du Parti communiste russe, il y a eu des changements, tout changement affectant les principes, dans la situation internationale ou nationale, tout changement qui exigerait une révision radicale de nos tâches. De tels changements seraient-ils possibles en général ? Certainement. Le 10e Congrès du Parti, il y a deux ans, a marqué un tournant très important, et vos congrès ukrainiens correspondants ont effectué le même travail - un examen de la route traversée, une réévaluation des tâches et des méthodes. De la politique du communisme de guerre, nous sommes passés, en rapport avec la situation internationale et intérieure, à ce que l’on a appelé la nouvelle politique économique, qui est maintenant devenue une époque historique entière avec un groupe particulier de forces et des méthodes de travail particulières.

Nous vivons aujourd’hui à cette époque et nous devons nous demander : depuis le 10e Congrès et depuis le 11e Congrès, qui ont simplement rendu plus précis et plus profond les tâches définies par le 10e Congrès, y a-t-il eu des changements radicaux dans la situation internationale et nationale ? Telle est, camarades, la question centrale, car nous voulons évaluer correctement le travail de notre parti dans son ensemble, à la fois à l’échelle de l’Ukraine et à celle du travail du Comité central du Parti communiste russe, dont les instructions Je donne cette adresse.

Que signifie « la situation internationale » ? Pour nous, la situation internationale est d’abord et avant tout l’ensemble des conditions qui accélèrent ou retardent la révolution internationale. Cette situation internationale a-t-elle changé ou non ? Cela a certainement changé. Mais a-t-elle changé de principe, qualitativement, depuis le 10e Congrès ? Non, cela n’a pas changé.

Telle est l’essence de la question. Quelle est l’origine de ce grand tournant historique que nous avons mené au Xe Congrès, plaçant le parti sous le signe sous lequel il vit encore aujourd’hui ? Ce tournant est né - et nous ne devons pas l’oublier une seule minute, sinon nous sombrerons dans le provincialisme et la limitation nationale - de la lenteur du rythme de développement de la révolution mondiale. En 1917, 1918 et 1919, et dans une certaine mesure encore en 1920, lorsque nous avancions sur Varsovie, nous avons estimé différemment, non pas le cours général du développement de la révolution mondiale, mais son rythme, sa vitesse, pas comme nous l’estimons aujourd’hui . Il est devenu clair, cependant, en termes de faits, que la révolution mondiale, comprenant ainsi à la fois la lutte du prolétariat pour le pouvoir en Occident et la lutte des peuples coloniaux et semi-coloniaux de l’Est pour la libération nationale - ces deux ailes, deux faces d’une même lutte dirigée contre l’impérialisme - il est devenu clair, dis-je, que la révolution mondiale est obligée, dans sa phase préparatoire, de surmonter des obstacles beaucoup plus grands que nous ne le pensions tous à la fin de la guerre impérialiste et immédiatement après. Oui, c’est l’essence de la question, il nous est apparu clairement en 1920 et 1921, avec une clarté absolue, que l’Union des Républiques soviétiques devrait continuer d’exister, peut-être pendant assez longtemps, au milieu de l’encerclement capitaliste . Nous ne recevrons toujours pas demain une aide directe et immédiate d’un prolétariat organisé en État, un État d’un type beaucoup plus élevé et doté d’une puissance économique plus grande que la nôtre. C’est ce que nous nous disions en 1920. Nous ne savions pas s’il s’agirait d’un, deux, trois ou dix ans, mais nous savions que nous étions au début d’une époque de préparation sérieuse et prolongée.

La conclusion fondamentale en est que, en attendant un changement dans le rapport des forces en Occident, nous devons examiner de manière beaucoup plus attentive et plus précise le rapport des forces dans notre propre pays, en Union soviétique. Ici, la principale relation de forces au pays est la relation entre la classe ouvrière et la paysannerie. La classe ouvrière est la seule classe capable non seulement de conduire notre pays à l’avenir vers le socialisme, mais aussi de le sauver directement de la ruine, de la désintégration et de la dévastation. Mais en nombre, cette classe est une petite minorité, côte à côte avec une écrasante majorité de paysans.

La tâche fondamentale, telle qu’elle a été définie par le camarade Lénine au 10e Congrès, est d’établir des relations économiques et politiques correctes entre la classe ouvrière et la paysannerie, car faire une erreur dans ce domaine signifie risquer une chute mortelle. Et cela est d’autant plus dangereux que, jusqu’à présent, personne n’est encore prêt à nous soutenir, personne en Occident ne nous retiendra si nous titubons et sommes sur le point de tomber ; le prolétariat n’est pas encore au pouvoir là-bas. Maintenant, demandons-nous si, de ce point de vue, il y a eu des changements fondamentaux et fondamentaux dans la situation mondiale - et j’ai déjà dit que la situation mondiale signifie pour nous l’ensemble des conditions qui accélèrent ou retardent le progrès de la révolution prolétarienne.

Rappelons les faits fondamentaux : le triomphe du fascisme, l’arrivée au pouvoir des impérialistes conservateurs en Grande-Bretagne, la victoire de l’aile impérialiste extrême du Bloc national en France et l’occupation de la Ruhr par les Français, qui a conduit ces derniers jours à la fusillade d’ouvriers à Essen par des militaires français. Ce sont quatre faits marquants de cette année ! Ils signifient que, sur le plan politique, le mouvement des opposants au cours de cette année est allé en faveur d’un renforcement de la dictature de l’impérialisme, sous la forme de son aile la plus extrême, avec l’utilisation des méthodes de militarisme les plus extrêmes et les plus impitoyables. C’est ainsi que nous pouvons résumer le processus politique qui s’est développé en Europe au cours de l’année écoulée.

Des conclusions pessimistes et sombres semblent en découler à première vue. Il semblerait que la bourgeoisie soit devenue plus forte cette année qu’elle ne l’était au moment du 11e Congrès. En ce qui concerne la forme et l’apparence, cela est vrai, mais en substance ce n’est pas vrai. Au lendemain de la guerre impérialiste, la bourgeoisie se sentait incomparablement plus faible que maintenant, tandis que le prolétariat se sentait révolutionnaire et se précipitait spontanément.

C’est ainsi que cela s’est passé dans toute l’Europe, plus encore dans certains pays, moins dans d’autres. La collision entre les classes a trouvé son expression sous diverses formes. Le prolétariat s’est toutefois convaincu, par une dure expérience, qu’il ne possédait pas un pouvoir suffisant pour renverser la bourgeoisie, faute de leadership, d’organisation, de cohésion, d’expérience. La bourgeoisie s’est convaincue qu’elle était toujours ferme, que le prolétariat ne la renverserait pas facilement - et donc il y eut un changement dans la conscience de ces deux classes.

À partir de 1919, la bourgeoisie commence à se renforcer de plus en plus dans la confiance en soi de sa classe. Le prolétariat européen qui, en 1918-1919, faisait spontanément pression contre l’État bourgeois a commencé dans la masse à douter qu’il possédait ce qu’il fallait pour prendre le pouvoir, pour changer l’ordre social. Et ces deux vagues - la vague de consolidation de la confiance politique en soi de la bourgeoisie et la vague de l’humeur spontanément révolutionnaire du prolétariat qui reflue maintenant - ont coulé sous nos yeux au cours des trois dernières années. Ce sont deux processus importants pour le pruneau. Celui qui ne les prend pas en compte ne tient pas compte de la situation internationale.

Mais Marx nous a appris qu’une classe ne se croit pas toujours ce qu’elle est vraiment - une classe peut déjà être puissante dans sa position dans la production, dans le rôle qu’elle joue, et pourtant ne pas comprendre qu’il en soit ainsi. Une classe peut avoir perdu la moitié ou les trois quarts de sa puissance économique et pourtant se maintenir en position grâce à son expérience, à l’inertie, aux procédures habituelles de l’État. Et c’est la situation que nous avons en Europe aujourd’hui. La bourgeoisie se considère, après l’expérience de 1918-1919, beaucoup plus forte qu’elle ne l’est en fait, car son économie n’est pas revenue à la santé, l’effondrement du capitalisme continue, et la bourgeoisie n’a pas de méthodes à sa disposition autres que prédatrices celles, les méthodes de saisie et de broyage, comme dans la Ruhr, et une classe qui ne peut pas faire avancer la production est une classe vouée à l’échec. La bourgeoisie s’imagine, à la suite de l’expérience de 1918 et 1919, beaucoup plus forte qu’elle ne l’est en réalité.

Le prolétariat d’Europe, au contraire, ressent après cette expérience, en ce qui concerne l’écrasante majorité, beaucoup plus faible qu’elle ne l’est réellement. L’Europe traverse sa période Stolypin [4], une période de force imaginaire, avant d’arriver à sa période Kerensky. C’est maintenant la clé de toute la situation politique - le manque de correspondance entre la conscience politique des classes et leur position objective et leur force objective.

La prochaine période

Les camarades, ceux qui ne maîtrisent pas cela, ceux qui n’y ont pas pensé jusqu’au bout, perdront leurs repères dans les journaux quotidiens, ne seront pas en mesure de trouver la clé principale de la situation mondiale ou clé du quotidien, et il peut tomber dans le pessimisme. Le processus qui se déroule en Europe peut pousser les politiques officielles encore plus à droite, vers le monopole impérialiste des groupes extrémistes de la bourgeoisie, mais ce déplacement même vers la droite de l’appareil bourgeois officiel créera un fossé encore plus grand non seulement entre les la bourgeoisie et le prolétariat, mais aussi entre l’État bourgeois et les besoins élémentaires fondamentaux de l’économie et du niveau de vie de l’ensemble du peuple et prépareront ainsi une catastrophe révolutionnaire fatale, inévitable.

Cette catastrophe se prépare à la fois en Occident et en Orient - plus lentement que prévu en 1918. J’ai dit « et en Orient » car, tandis que la lutte des Indiens, la lutte de la Chine et des autres colonies et semi-coloniales Les peuples coloniaux appartiennent à une autre époque historique, beaucoup plus arriérée, que la lutte du prolétariat pour le pouvoir, mais ces deux époques sont aujourd’hui unies dans la pratique en une seule époque. L’Indien se bat contre le même impérialisme contre lequel le prolétariat avancé de Grande-Bretagne se bat. Et donc dans les échelles de l’histoire, dans les échelles de notre Internationale communiste, la lutte des peuples coloniaux opprimés et celle du prolétariat européen avancé constituent deux parties d’une seule et même lutte, simplement menées avec différents types d’armes.

La lutte coloniale et nationale n’est donc pas pour nous un écho d’une époque ancienne que nous avons à moitié oublié, mais une condition de la victoire de la révolution prolétarienne dans le monde. Je regardais récemment le rapport du 11ème Congrès du Parti et, entre autres, j’ai remarqué le discours du camarade Skrypnik dans lequel il déclarait avec une exactitude incontestable que la question de notre politique nationale à l’intérieur du pays, au sein de la RSFSR, au sein de toute l’Union qui existe aujourd’hui (il n’y avait à l’époque pas d’Union mais seulement une fédération sans forme), est une question de notre politique mondiale vis-à-vis de l’Orient, et l’Orient, c’est-à-dire la lutte des nations opprimées pour l’égalité et la liberté, est un colossal facteur de la révolution mondiale. Cela est particulièrement vrai maintenant, et j’y reviendrai.

Le temps, camarades, joue un rôle énorme en politique. Le temps est un facteur important en politique, et il s’est avéré que le temps nécessaire aux peuples arriérés d’Asie et au prolétariat avancé d’Europe pour préparer leur révolution est plus que nous ne le pensions. C’est ce qui a donné lieu à la révision de nos tâches et méthodes immédiates qui a été réalisée lors du 10e Congrès du Parti et du 3e Congrès de l’International, à l’échelle mondiale. Un très grand nouveau point de repère a été fixé au 3e Congrès de l’Internationale :

« Gagner les masses avant de parler pratiquement de gagner le pouvoir ».

Nous avons appelé la phase politique depuis le 3e Congrès la nouvelle étape. Dans notre vie interne, lors du 10e Congrès, nous avons appelé notre nouveau cours la nouvelle politique économique, NEP pour faire court. Mais le « NEP » ne peut pas mal représenter à la fois la nouvelle étape [5] et la nouvelle politique économique, et cela, camarades, est une sorte de symbole sous forme verbale, car la nouvelle politique économique à l’intérieur des pays soviétiques résulte presque entièrement de la nouvelle étape à l’échelle internationale.

Comme les travailleurs européens allaient mettre un nombre indéterminé d’années à se préparer, puisque nous ne devrions pas recevoir d’aide technique et organisationnelle allemande ou française demain ou après-demain, nous nous sommes dit, il y a deux ans et plus, nous devrons accorder une attention meilleure et plus vigilante à ce qui se passe sous nos propres pieds, à la relation des forces à l’intérieur de notre propre pays, à l’état de l’économie paysanne, à sa solvabilité et à sa pérennité historique et, conformément à cela, construire et reconstruire notre politique. Cela a donné naissance au nouveau cours.

Et dans une perspective aussi longue que celle-ci, la dernière année nous a-t-elle donné des motifs ou des données pour reconsidérer le nouveau cours ? Non. Ce transfert de forces qui a commencé après la défaite des travailleurs italiens en septembre 1919 [6], qui s’est poursuivi en 1920 après notre retraite de Varsovie, après les événements de mars en Allemagne, après la défaite du prolétariat allemand à la suite de une offensive révolutionnaire prématurée - le déplacement des forces après ces événements qui ont mis fin à la première vague spontanément révolutionnaire se poursuit, n’a pas encore atteint son tournant.

Ce sont les faits de base et, avec eux, les critères de base pour évaluer le moment présent. Nous avons souvent, à l’exemple de Vladimir Ilitch, qualifié la nouvelle période qui a commencé après la fin du communisme de guerre d ’« espace de respiration ». Cette expression a maintenant disparu de la circulation, et non par accident. Aujourd’hui, nous utilisons plus fréquemment une autre expression du camarade Lénine, le « lien », par rapport à la paysannerie. Pourquoi parlons-nous si rarement maintenant de l’espace respiratoire ? Parce qu’en 1919-20, cette nouvelle période n’était encore définie pour aucun de nous dans toute son ampleur. Oui, il y a un intervalle, disions-nous, et un intervalle sérieux, mais peut-être s’épuisera-t-il dans un ou deux ans, selon le déroulement des événements en Allemagne, aux frontières de l’Allemagne, en France, etc. en d’autres termes, à cette époque, nous avons défini cette époque de transition comme plus courte qu’elle ne s’est avérée être, grâce à notre confiance en nous-mêmes pour l’approcher.

Il s’est avéré, cependant, qu’il ne s’agit pas simplement d’un « espace respiratoire » mais d’une grande pause historique qui s’est transformée en une époque entière. Trois ans se sont écoulés depuis que nous avons adopté notre nouvelle orientation à l’échelle mondiale et nationale et nous ne savons toujours pas quand cette nouvelle période sera épuisée, combien de temps passera, que ce soit une question d’années ou de mois seulement. ... Il est impossible de deviner, mais si vous me demandez si ce sera des années ou des mois, alors je devrais vous répondre (en ajoutant à nouveau entre parenthèses qu’il est impossible de deviner) : Si des mois, ils seront probablement nombreux, si des années, ils ne seront probablement pas si nombreux [rires] ; ne demandez pas plus de précision que celle des prévisions. Mais il ne fait aucun doute que ce n’est déjà pas seulement un espace de respiration, mais toute une époque historique.

Et ceci, camarades, est l’explication de la demande de notre parti, une demande qui découle de l’expérience de l’année dernière, que nous réexaminions, vérifions et ventilions les questions fondamentales de notre travail de ce point de vue même que la nouvelle étape traîne. dans toute une époque historique. Sur la route donnée, c’est-à-dire sur notre chariot russe, dans le véhicule donné, c’est-à-dire notre chariot russe mal lubrifié, et dans votre chariot ukrainien qui, je suppose, n’est pas beaucoup mieux lubrifié que le russe [ rires], il nous faudra encore faire un voyage historique considérable, peut-être sur une longue période.

Et le parti se dit - vérifions et voyons quelle sorte d’essieu a le chariot, dans quel état sont ses roues, et les goupilles, vont-ils tenir ou non ; faut-il remplacer quelque chose ? C’est le problème fondamental avant le 12e Congrès. Nous ne disons pas que nous avons laissé une époque derrière nous et que nous entrons dans une nouvelle, que nous continuons à définir. Non, nous disons que l’époque à laquelle nous sommes entrés officiellement à partir du 10e Congrès s’est prolongée en Occident et donc aussi dans notre pays. Examinons nos armes, nos voies et moyens et méthodes. Résisteront-ils à la tension d’une époque prolongée ? Vérifions notre char soviétique dans toutes ses parties principales.

Cela signifie, avant tout, que les relations entre la classe ouvrière et la paysannerie, et la relation entre la classe ouvrière et la paysannerie au sens large embrassent également le problème de l’industrie, car l’industrie de notre pays repose sur une fondation paysanne ; la relation entre la classe ouvrière et les nationalités qui étaient autrefois opprimées, car il ne s’agit essentiellement que d’un sous-problème du problème fondamental de la relation entre la classe ouvrière et la paysannerie ; le problème des relations mutuelles du parti et de la classe ouvrière ; le problème des relations mutuelles du parti et de la machine d’État, c’est la roue la moins bien lubrifiée de notre charrette. Ce sont là, camarades, les principaux problèmes. Ici, vous avez essentiellement toute la mécanique de notre dictature - parti et classe, classe ouvrière et paysannerie, parti et machine d’État. L’industrie et la question nationale sont pleinement liées au problème de la relation entre le prolétariat et la paysannerie. Tester et sonder ces problèmes fondamentaux est la tâche du 12e Congrès et aussi de votre conférence.

Si la période de la NEP se prolonge, la conclusion qui en découle avant tout est que les dangers inhérents à cette époque sont multipliés, et parallèlement, que nos tâches exigent de notre part une approche plus précise et calculée. À l’avance, avant de traiter de problèmes particuliers, nous pouvons donc dire que ce que nous devons faire n’est pas de reconsidérer nos tâches, car elles restent les mêmes, car l’ensemble des nouvelles conditions reste le même, mais adopter des mesures préventives supplémentaires contre les dangers et réglementer et systématiser nos méthodes pour faire face aux tâches fondamentales de notre époque. Telle est, il nous semble, la formule générale du 12e Congrès.

Vérifions cela par rapport à des problèmes particuliers, car alors seulement il acquiert un sens concret.

Le prolétariat et la paysannerie

Le prolétariat et la paysannerie - c’est un problème de notre machine d’État, de ses sources de revenus, de ses coûts et dépenses, et ce n’est pas sans raison que Vladimir Ilitch, lorsqu’il est tombé malade et avant que sa maladie ne devienne plus grave, a concentré tout sa réflexion sur deux questions étroitement liées - la première était celle du prolétariat et de la paysannerie dans son ensemble, et la seconde était la question nationale. C’est à l’initiative du camarade Lénine que nous lui devons que ces deux questions ont été posées avec autant de netteté et de vivacité.

Dans ses articles consacrés à l’inspection des travailleurs et des paysans, à la Commission centrale de contrôle, etc. - vous vous en souvenez tous, j’en suis sûr, et vous avez tous déjà eu l’occasion de les relire plus d’une fois -, il tire une conclusion qui peut être formulé comme ceci : Allez-y, mais n’allez pas trop loin, souvenez-vous que nous sommes encore dans les conditions de la nouvelle étape à l’échelle mondiale et de la NEP nationale, que notre industrie, et avec elle notre machine d’État, reposent et ne peuvent que s’appuyer sur notre économie paysanne arriérée et que notre machine d’État et notre industrie ne peuvent absorber et exiger de la paysannerie, pour progresser, qu’une quantité limitée de ressources.

Quel montant ? Bien sûr, cela ne peut pas être défini théoriquement. Ici, un calcul exact est nécessaire et, bien sûr, pour déduire du problème de savoir combien dans une année donnée la paysannerie peut contribuer aux besoins de la machine d’État, de la défense et de l’industrie, en déduire un slogan de lutte idéologique, comme faire certains camarades qui parlent et écrivent sur la façon dont nous prenons trop peu aux paysans, que nous sommes des « amoureux de la paysannerie » (je pense ici en particulier à quelques articles du camarade Larin) est incontestablement une erreur.

Le problème de la contribution des paysans est très important, mais c’est un problème pratique, pas un problème de principe. Il faut que le paysan donne pas moins qu’il ne peut donner, mais pas plus. Nous devons établir la règle : retirer au paysan tout ce qui le rendra encore plus riche l’année prochaine qu’il ne l’est cette année. C’est une formule que le paysan comprend, et c’est la base de notre politique actuelle de l’État. Elle est bien différente de la formule précédente, qui prévalait au temps du communisme de guerre, lorsque nous disions au paysan : remettez tout votre surplus.

Sans surplus, la propriété des paysans ne peut pas continuer, elle ne vivra pas mais s’effondrera. Maintenant, nous disons : le paysan a besoin d’un surplus pour développer son exploitation. À moins que l’agriculture ne progresse, il ne peut y avoir d’industrie du tout. Nous devons donc mesurer notre tissu sept fois avant de le couper. Mais ce n’est pas une question de lutte de classe dans notre pays. Ou plutôt, il serait plus vrai de dire que toute la sagesse de notre parti devrait viser à faire en sorte que cette question ne soit pas une question de lutte des classes mais une question de conciliation, de compromis. Oui, nous sommes des conciliateurs sur cette question, nous sommes des conciliateurs de fond sur cette question des Etats ouvriers qui parviennent à un accord avec les paysans.

Vous, paysan, donnez-nous le maximum que vous pouvez, et après un an ou deux ou trois, vous serez indemnisé de cette avance, et en tout cas nous vous garantirons contre la contre-révolution, contre le blanc-garde. À cet égard, l’État est tout à fait prêt à conclure un accord avec vous, car c’est notre intérêt commun, à vous prendre au point de vous assurer que l’année prochaine, vous - et aussi l’ensemble de l’État - serez plus riches que cette année. Bien sûr, nous pouvons faire des erreurs dans nos calculs, et cela est inévitable dans certains districts et localités, mais notre ligne de base est incontestablement correcte.

C’est ainsi que se décide la question du montant de l’imposition. Mais vient ensuite la question de savoir comment prendre de la paysannerie. Ce n’est pas non plus une question simple. S’ils harcèlent le paysan mois après mois, il se retrouve constamment confronté à nos fantasmes fiscaux, tant centraux que locaux, ce qui bouleverse son équilibre. Le paysan est vraiment un homme qui doit planifier ses affaires. Il vit au soleil, aux étoiles, aux saisons, et travailler sur son exploitation nécessite un plan. Nous perturbons ce plan avec notre harcèlement fiscal imprévu. Et c’est pourquoi nous disons cela aujourd’hui. Tout d’abord, définissez correctement le montant total des taxes à payer par la paysannerie.

J’ai essayé de donner une formule pour cela : les chiffres réels sont, bien sûr, l’affaire de nos organes d’État, sous la direction et la supervision de notre parti. Deuxièmement, il doit y avoir une technique d’imposition, toutes ces innombrables variétés d’impôts doivent être réduites à l’uniformité. Il faut donner aux impôts la forme la plus simple et la plus facile à comprendre pour le paysan et en même temps la plus efficace. Un équilibre entre la fiscalité en nature et en argent doit être établi en fonction des particularités du district et de la région, en fonction de la force ou de la faiblesse du paysan.

La question de la politique fiscale est un aspect très important de la question fondamentale des relations mutuelles entre prolétariat et paysannerie. La question des exportations est étroitement liée à celle-ci : puisque nous avons non seulement convenu, mais le jugeons nécessaire, de laisser à la disposition de la paysannerie des excédents toujours plus importants, aussi modestes soient-ils. Les paysans ne peuvent réaliser ces excédents uniquement sur le front intérieur, car cela signifie une disparité encore plus effrayante entre les prix des produits industriels et les prix des produits agricoles. Cette disparité résulte de l’état de notre industrie et de l’isolement de notre agriculture du marché mondial. Par conséquent, ouvrir un débouché pour les paysans sur le marché mondial des céréales, permettre aux paysans de réaliser leurs excédents, qui augmenteront d’année en année, leur permettra de réaliser ces excédents afin d’élever l’agriculture à des niveaux plus élevés.

Et dans ce domaine, entre le marché mondial et la paysannerie, nous établissons comme lien non pas le marchand spéculatif d’exportation mais la classe ouvrière et son État soviétique, qui se présente maintenant dans un autre nouveau rôle supplémentaire, dérivé de son ancien rôle, en tant qu’intermédiaire entre le marché mondial et les vendeurs de surplus agricoles, les paysans russes, ukrainiens et autres de notre Union. Ces deux questions sont étroitement liées. Simplifier, mettre en ordre et donner un caractère planifié à notre politique fiscale est étroitement lié à l’exportation de nos céréales à l’étranger.

Et le dernier, le 10e Congrès des Soviets, si vous vous en souvenez, a appelé à l’organisation planifiée de tout notre commerce extérieur. Le monopole de celui-ci entre les mains de l’Etat ouvrier, cette condition inébranlable de la dictature prolétarienne, exige qu’un caractère planifié soit donné à notre commerce extérieur, c’est-à-dire ne pas se contenter de passer de cas en cas, vendre ce que l’on peut et acheter ce que vous pouvez obtenir, la façon dont nous avons échangé, plus ou moins sur les lignes de contrebande, en 1919 et 1920. Non, aligner le commerce extérieur avec le développement de l’économie paysanne, avec la croissance inévitable des potentialités d’exportation de céréales et avec la l’état de notre industrie, que nous devons protéger. Car nous sommes décidément partisans du protectionnisme socialiste, sinon notre industrie sera pillée par des capitaux étrangers.

Jusqu’à présent, notre politique fiscale nous a conduits d’un cas à l’autre ; prenez ce que vous pouvez, le temps n’attend pas. Il n’y avait pas de méthodes régulières et ordonnées. Étant donné que la situation se prolonge, c’est-à-dire que l’État soviétique doit rester pendant une période considérable dans une dépendance directe et sévère de la situation de l’agriculture, nous devons placer la politique fiscale dans le cadre d’un plan à long terme sérieux. Ne continuez pas à harceler, ne dérangez pas et n’irritez pas le paysan, car cela lui est à la fois nuisible et sans bénéfice pour vous, mais établissez un système de taxation planifié qui regarde loin devant vous et avec vigilance. Mesurez sept fois et laissez-vous guider par la formule : prenez tellement que le paysan sera peut-être plus riche l’année prochaine que cela. Donnez un caractère planifié s’étalant sur plusieurs années à notre fiscalité et à notre commerce extérieur - telle est, mes camarades, la conclusion très importante que je souhaite également retenir dans vos mémoires ainsi que les premières conclusions de base.

Industrie d’État

Passons maintenant, du même point de vue, à l’examen de l’industrie. Les principaux griefs de nos dirigeants industriels au cours de l’année dernière, tant ici en Ukraine que chez nous à Moscou, sont liés à la question de ce que l’on appelle les médias en circulation. Depuis le moment où nous sommes passés à la NEP, je n’ai bien sûr pas été le seul à parler à des dizaines de dirigeants industriels pour qu’il soit simplement nécessaire de fermer l’entreprise, à laquelle la réponse est venue : « Donnez-nous simplement une petite quantité de médias en circulation et nous vous montrerons que notre entreprise va s’améliorer, commencera la mise à niveau, etc. ». C’est une réponse très répandue jusqu’à nos jours. . Donnez-nous uniquement des supports de circulation et nous vous donnerons, en échange de ces misérables supports de circulation, ces bouts de papier, des choses splendides comme le métal, le cuir, le charbon, tout ce dont vous avez besoin ...

Cette attitude envers les choses est un transfert involontaire des méthodes de pensée de la période du communisme de guerre dans les conditions de la NEP. Que signifie la pénurie de médias en circulation ? Cela signifie un manque de capacité de marché nécessaire, comprenant par le marché à la fois le secteur paysan et le secteur étatique, car en fin de compte tout se résume à la même chose : étant donné que l’industrie d’État dans son ensemble ne crée pas actuellement un profit, le budget de l’État repose essentiellement sur la paysannerie. En dehors de l’État en tant que consommateur (pour l’armée ; pour les chemins de fer, etc.), il existe, encore une fois, principalement le marché paysan. Ainsi, du montant de l’excédent des paysans - qu’il soit dépensé directement par les paysans pour acheter des produits industriels ou remis par eux à l’État - dépend la quantité de médias qui peuvent être mis à la disposition de notre industrie .

C’est une vérité fondamentale dont vous ne pouvez pas vous éloigner ou sauter. Bien sûr, à mesure que nous nous développons, lorsque l’industrie devient rentable, lorsqu’elle crée de la plus-value et remet cette plus-value à l’État, l’industrie créera son propre marché, augmentera elle-même sa capacité d’absorption pour la réalisation de ses propres produits. Mais c’est pour l’avenir. Aujourd’hui, le rôle de la paysannerie en tant que marché reste très important et il le restera pendant des années et des années - de plus en plus petit bien sûr, au fil du temps.

Et tant que l’industrie de notre pays (je le dis franchement et franchement) fonctionne à perte, tant que, réunissant l’industrie légère et l’industrie lourde, elle vit aux dépens du budget, du système fiscal - donc tant que dire « donnez-moi de plus en plus de médias circulants », c’est faire de la fantaisie - vous essayez de vous soulever par les cheveux de votre propre tête. Les médias circulants peuvent être obtenus en nivelant et en approfondissant les liens entre l’industrie et l’économie paysanne, en réduisant le coût de production des produits industriels, en combinant l’économie paysanne - grâce à un courtier honnête et fiable, c’est-à-dire via l’État soviétique ouvrier - avec l’économie de l’Europe occidentale. De cette façon, et seulement progressivement, nous pouvons sécuriser les médias en circulation pour l’industrie. Camarades, même si ces médias en circulation devaient tomber du ciel, notre industrie les absorberait-elle ?

Si l’Amérique était, Dieu nous préserve, pour nous donner un milliard de dollars d’or, notre principal souci devrait être de maintenir une correspondance appropriée entre la ville et la campagne, afin que ni l’industrie dans son ensemble ni aucune de ses branches ne soient suralimentées. , car l’indigestion industrielle, sous la forme d’une crise ou d’une série de crises, serait également dangereuse ; il faudrait donner les milieux circulants à l’organisme émacié à des doses telles que le sang circule également dans toutes les veines. Le métal par exemple : Avec notre économie, avec l’état de nos transports, il n’est pas si facile de le « digérer ». Cela signifie, et c’est le problème, que nous devons observer des taux d’avance définis et ne pas nous précipiter trop loin. D’autant plus maintenant que personne ne va nous offrir de cadeaux, autant que je sache ...

J’ai dit, camarades, que notre industrie fonctionne à perte. Je ne doute pas que ces mots seront arrachés par nos ennemis, à la fois les impérialistes et la racaille menchevique du monde entier, et que dans toutes les langues, il sera dit que, s’exprimant lors d’une conférence à Kharkov, Trotsky a admis que les Soviétiques l’industrie travaille à perte et cela signifie que la dictature du prolétariat est menacée de ruine inéluctable ; car, puisque l’industrie travaille à perte, c’est-à-dire qu’elle ne croît pas mais qu’elle fond plutôt, cela signifie que la banquise sur laquelle se trouve le prolétariat fond sous ses pieds, et ainsi de suite. Néanmoins, camarades, je ne reprends pas mes mots, car nous avons généralement l’habitude de dire ce qui est. Vladimir Ilitch a éduqué le parti dans ce sens, et nous ne pouvons pas répudier cette éducation ; nous devons nous dire la vérité sur nous-mêmes, nous ne pouvons pas dévier de cela. Nous pouvons faire des erreurs et nous pouvons les corriger et aller de l’avant, mais si nous prenons l’habitude de nous mentir à nous-mêmes, de retoucher la vérité au profit du congrès du parti et des congrès soviétiques, alors nous devrions descendre sans espoir de guérison. Notre industrie dans son ensemble fonctionne toujours à perte. Je dis, dans son ensemble, c’est-à-dire en combinant l’industrie légère et l’industrie lourde.

Certaines branches de l’industrie légère se vantent de réaliser des bénéfices. Je ne sais pas si vous avez vérifié si c’est le cas ; Je ne l’ai pas fait, et il serait difficile de vérifier cela aujourd’hui. Je n’assumerais pas la responsabilité d’une telle estimation ; mais des vérifications partielles que j’ai faites, je suis parvenu à la conclusion que, sinon toujours dans un certain nombre de cas, les bénéfices de l’industrie légère sont fictifs et sont souvent obtenus au détriment d’autres branches de l’économie. Naturellement, lorsque les fabricants de textiles ont désespérément besoin de médias circulants, mais que le fabricant n’accepte pas les produits textiles à des prix supérieurs au coût de production, alors les prix doivent être réduits et comment procéder ? C’est le travail d’un art certair de la magie en noir et blanc qui s’appelle le « calcul » [rires].

C’est un calcul si vous comptez du vieux coton au prix auquel vous l’avez acheté il y a quelque temps et non au prix qu’il porte aujourd’hui, ou ce qui est encore plus grave, pas en fonction des dépenses que vous devriez faire pour obtenir un approvisionnement en coton frais. De toute évidence, l’industrie textile ne peut vraiment progresser que si nous pouvons remplacer le coton que nous mettons sur le marché par du coton frais. Si le vieux coton se transforme en tissu, et qu’un profit apparaît au bilan, mais en fait les plantations du Turkestan sont en déclin et les ressources de base du coton brut sont réduites, cela signifie que la rentabilité est fictive, c’est calculé sur la base d’anciennes ressources qui fondent.

Dans de nombreux autres cas, l’industrie légère est soutenue par l’industrie lourde, elle est alimentée par le charbon, le métal et d’autres formes de matières premières, et ici, en réalité, il faut prendre en compte toutes les dépenses impliquées, en commençant par le début, puis seulement verra-t-on ici s’il y a vraiment un profit ou seulement un gaspillage des ressources de base de l’État. C’est une entreprise très complexe, surtout avec notre rouble trop mobile, mais nous devons néanmoins apprendre à le faire à tout prix. Nous avions l’habitude de dire : « Le socialisme est un inventaire ». Maintenant, nous devons dire : « Le socialisme est le calcul », mais pas le genre qui ressemble à la magie blanche et noire, non, le vrai calcul, qui est basé sur les réalités économiques.

Un bilan est un état des lieux, mais adapté aux formes de la nouvelle politique économique. Cette traduction de l’inventaire dans la langue de la NEP n’est pas une langue très agréable, mais après tout, nous parlons encore mal cette langue, et nous devons apprendre à parler correctement dans la langue du marché. La question du calcul pour notre industrie et la question des bilans est en dernière analyse la question de savoir si l’industrie peut prendre en compte ce qu’elle coûte au paysan et ce qu’elle lui donne directement ou via l’Etat ouvrier. C’est une question fondamentale. Le bilan n’est pas une simple question technique - cette affaire de bilan, disent certains, est pour les comptables, mais nous sommes concernés par la « haute politique ».

Non, pardonnez-moi, les calculs et les bilans constituent le véritable frein à la stabilité de l’Etat ouvrier et des relations mutuelles entre le prolétariat et la paysannerie.

En dehors de ces méthodes, nous en avons et nous ne pouvons en avoir d’autres qui soient vraiment fiables. Et c’est ce qui complique les tâches qui ont été définies par le 10e Congrès. Si, dans le domaine de la politique budgétaire, nous disons, « du harcèlement du paysan, nous passerons à un régime fiscal planifié qui regarde vers l’avenir » ; si par rapport au problème des excédents paysans nous disons, "de notre précédente discussion sur le marché local nous passerons à un lien avec le marché mondial à travers l’Etat ouvrier", - alors dans le domaine de l’industrie, au lieu de cadrer de l’État d’instance en instance, en disant "donnez-moi un peu d’argent, donnez-moi un peu plus", nous passerons à un calcul précis, à des bilans précis, en disant "aucun argent ne sera à votre disposition sans un calcul précis et un équilibre précis- draps - car c’est une question de vie ou de mort pour notre pays »[applaudissements].

J’ai dit que notre industrie, en général et dans son ensemble, fonctionne à perte, et j’ai ajouté que tous nos ennemis saisiront bien sûr cet aveu. Mais ici, il est nécessaire de donner une explication générale qui n’est pas purement économique mais d’ordre historique. La révolution dans son ensemble a entraîné d’énormes dépenses. Notre économie en général a été ramenée au-dessous du niveau de 1917. Vous savez tous que nous sommes maintenant beaucoup plus pauvres que notre pays dans la dernière période de l’existence de l’ancien régime. Mais c’est une loi de l’histoire : chaque révolution a pour résultat que la nouvelle classe dirigeante commence son règne sur une base économique bien inférieure à celle sur laquelle la classe dirigeante précédente a mis fin à son règne. La révolution est une dévastation, une guerre civile.

On peut dire que la révolution entraîne des dépenses « trop importantes ». Mais c’est ainsi que ces classes comptent contre qui la révolution est dirigée, et aussi les classes intermédiaires. Le prolétariat estime que cette dépense est finalement remboursée au centuple ; c’est pourquoi il porte la révolution. Mais la révolution n’est pas un seul tour ou renversement terminé. Il y a des tours dans la révolution elle-même. Le passage du communisme de guerre à la NEP fut un tournant important mais partiel dans un grand tournant révolutionnaire. Et chaque tour doit être payé. Voici comment les choses ont été arrangées par la mère - ou la belle-mère - Histoire : Lorsque vous faites un tour, il y a un obstacle à surmonter. Payez votre formation ! Pour la révolution dans son ensemble, le prolétariat paie avec une baisse temporaire de son niveau général de production ; pour la transition du communisme de guerre au NEP, pour l’enseignement des nouvelles méthodes, la classe ouvrière paie sous cette forme, que ses organes économiques gaspillent une partie de cette réussite qui avait survécu à l’époque du communisme de guerre, afin d’obtenir le machine industrielle en marche. Le fait que l’État ouvrier ait subi une perte définitive en passant d’un ensemble de méthodes dans l’économie à un autre n’est pas en soi tragique pour nous ; au contraire, c’est dans la nature des choses. Mais s’il s’agit d’un paiement pour la transition d’un système économique à un autre, il doit s’agir d’un paiement unique, et non d’un drain constant. Si les déficits devaient devenir la norme, cela menacerait la dissipation des ressources de base de l’État. Nous avons payé des pertes pour la transition du communisme de guerre au NEP, mais à partir de maintenant, qu’il y ait un travail qui rapporte !

La rentabilité de l’industrie ne peut être atteinte qu’au moyen de toute une série de mesures dont nous parlerons en détail lorsque nous discuterons du point pertinent de l’ordre du jour. Mais la ligne générale de ces mesures est claire ; de l’amateurisme et de la confusion, nous devons passer à un travail systématique et planifié.

Camarades, j’ai lu dans votre journal Kommunist les débats qui ont eu lieu à la conférence provinciale de Donets sur le rapport du camarade Kviring - un rapport très condensé, bien sûr. Là, ils ont expliqué que l’organisation du parti était obligée d’être en alerte à tous les moments critiques - pour lancer un cri, sonner l’alarme, etc. - parce que l’industrie était constamment menacée de chocs financiers. Ceci est typique non seulement du bassin du Donets, c’est-à-dire le cœur de notre industrie, il est typique de notre économie dans son ensemble, et de ces commotions cérébrales et chocs, de cette instabilité et de l’informe des relations économiques, bien sûr, il y a ce n’est pas et ne peut pas être un saut salvateur dans le domaine d’une sorte de planification absolue, mais il doit y avoir une émergence progressive sur la voie large de la planification.

Nous devrions, bien sûr, être des enfants après l’expérience de ces années si nous supposions que nous pouvions créer un plan économique idéal tout seul, la façon dont l’araignée fait tourner sa toile et le substituer à ce qui est fait maintenant - ce serait être un retour aux pires illusions de la « glavkocratie » [7] quand, au lieu d’un plan global, il y avait une constipation économique globale. Il est bien clair qu’un plan vivant et vital ne peut être créé que sur la base de l’expérience de cet amateurisme, de ces hésitations, de ces secousses de cette façon et que, ces erreurs et même cette magie noire et blanche maudite sous prétexte de calcul qui nous avons maintenant - seulement sur cette base, non pas a priori mais a posteriori, comme disent les philosophes, c’est-à-dire, sur la base de l’expérience, des tests, de la correction des erreurs, pouvons-nous construire un plan et le rendre plus précis. Cette tâche doit nous être présentée clairement et distinctement, dans toutes ses dimensions.

La politique de « d’un cas à l’autre », la pratique de l’improvisation, des tactiques de guérilla économique, de l’amateurisme, doivent de plus en plus, sous la direction ferme et obstinée de notre parti, céder la place aux méthodes de planification et au principe de planification. Sinon, nous nous retrouverons trop souvent, à l’avenir comme par le passé, à mordre les moucherons en avalant des chameaux. L’expression des méthodes de planification dans le domaine de l’industrie et du commerce est le calcul - calcul qui produit des comptes corrects pour la période écoulée, calcul qui fournit des estimations et des plans pour la période à venir. Non seulement chaque usine distincte, chaque confiance distincte, non seulement l’industrie dans son ensemble, mais notre État tout entier, notre Union tout entière, devraient de plus en plus procéder à un véritable équilibre des ressources réelles. Ce n’est pas seulement un coup. Il faut que cet équilibre corresponde à la réalité, c’est-à-dire aux ressources dont nous disposons effectivement. Mieux moins, plus avec parcimonie, mais avec stabilité.

Le dernier article écrit par Vladimir Ilitch s’appelait Better Less, But Better : Mieux vaut moins mais mieux. C’était sur la question de l’inspection des travailleurs et des paysans. En ce qui concerne le budget et les estimations séparées, nous disons : mieux moins mais plus solidement. Coupé au dernier degré, mais pour qu’il soit dans une unité ferme, pour que tout le monde sache sur quoi il se tient ! Si vous avez fait une erreur, corrigez-la de manière planifiée. L’essentiel est que chaque organe économique sache ce qu’il a sous ses pieds, afin qu’il n’y ait pas cette absence de forme et de précarité qui, avec notre pauvreté, est l’un des facteurs les plus dommageables de notre vie économique. Un équilibre à l’échelle de l’État, un équilibre pour chaque fiducie et un équilibre pour chaque entreprise distincte !

Pour autant que je connaisse vos débats sur la question de l’organisation de l’industrie du Donbass et pour autant que je puisse juger des dépenses générales commerciales et industrielles de l’Union, nous devons aussitôt que possible achever notre tâche, c’est-à-dire émanciper fait confiance aux caractéristiques de la « glavkocratie » qui existent toujours. Les différentes fiducies vivent et continueront à vivre de différentes manières, approvisionneront différemment leurs entreprises en matières premières, réaliseront leurs produits différemment sur le marché, mais chaque entreprise doit être reliée à sa confiance par un ressort élastique et non rigide. Chaque entreprise doit effectuer son propre calcul et établir son propre équilibre - pas seulement un ensemble de comptes bureaucratiques mais un équilibre qui montre comment l’entreprise donnée vit dans les conditions données, comment elle respire, dans quelle mesure elle absorbe divers types de comptes. substances nutritives, dans quelle mesure elle produit des biens et dans quelle mesure les déchets.

Ce n’est que s’il y a une auto-vérification par chaque entreprise en particulier qu’une organisation vraiment correcte et rationnelle de l’économie de la confiance et de l’industrie dans son ensemble est possible. Dans l’industrie, comme aussi dans la finance, il faut enfin en finir avec la politique de conduite avec les lumières éteintes. Si le budget de l’État ne peut pas couvrir certaines dépenses, si vous, l’entreprise, vous avez affecté 100 millions de roubles, mais moi, l’État, je ne peux pas vous donner ces 100 millions de roubles à temps et retenir les 100 millions pendant un mois, puis vous donne 100 millions qui ne valent que 25 millions, c’est-à-dire que je décompose mon propre rouble, le transformant en un morceau de 25 kopeck, mais pas ouvertement, par furtivité, cela conduit également avec les lumières éteintes : Parce que c’est très désagréable pour descendre de 100 millions à 25, on éteint les lumières, pour ne pas voir la descente ...

Non, nous disons que ce n’est pas bon de descendre avec les lumières éteintes. Et dans le travail d’estimation d’une entreprise ou d’une confiance particulière, c’est la même chose - mieux moins mais plus solidement ! Industrie sous contrat mais mise sur une base solide. Nous devons généralement et fermement en finir avec les anciennes méthodes, avec l’approche guérilla, avec l’improvisation dans les questions fondamentales de l’économie, nous devons apprendre à aborder l’économie de manière planifiée, en regardant loin devant. Et pour cela, nous avons besoin des lumières brillantes du calcul et de la comptabilité !

Tâches de la défense militaire

En ce qui concerne les questions de défense du pays, il s’agit également de répéter la même chose. Nous n’avons aucun point à l’ordre du jour sur la défense, mais comme je parle du Congrès dans le cadre de l’ensemble des travaux actuels du Comité central du Parti communiste russe, je dois dire quelques mots sur la défense, d’autant plus que cela Cette question sera probablement abordée au Congrès, ne serait-ce que partiellement, à propos du problème de l’industrie. Pendant trois ans et demi, nous avons construit une armée en passant d’un cas à l’autre, une chose aujourd’hui et une autre demain ; nous avons construit de travers et maladroitement, mais nous avons vaincu nos ennemis.

Puis, pendant un an et demi à deux ans, nous avons réduit la taille de l’armée, qui avait été construite très maladroitement et difficilement ; nous l’avons réduit de la même manière que nous l’avions construit, en passant d’un cas à l’autre, en coupant ici un peu de la queue et ici un peu d’une oreille, parce que notre pays ne pouvait pas maintenir un seul jour plus longtemps que nécessaire une armée de 5 millions d’hommes. L’armée a été construite par l’improvisation et le travail de réduction s’est également fait par l’improvisation. Ce n’était peut-être pas seulement un malheur mais aussi une faute de notre part. Que je suis prêt à admettre tout de suite. Nous avons maintenant adopté l’approche selon laquelle l’armée doit être construite et développée de manière strictement planifiée. Ceci est possible et également nécessaire.

Jusqu’à présent, nous ne savions pas ce que nous devrions faire de l’armée dans quelques mois - devrions-nous la couper ou devrions-nous siffler dans toute la Russie à tous les comités des partis provinciaux et de district : Donnez-nous des communards, donnez-nous cavaliers, donnez-nous des chariots, etc. Mais maintenant, nous devons construire l’armée de manière systématique et solide, conformément au calendrier, au moins au cours des cinq prochaines années. Il nous faut élaborer un programme de construction mûrement réfléchi, adapté aux conditions actuelles. Bien sûr, ce programme ne peut pas être idéalement coordonné, mais ses caractéristiques fondamentales doivent correspondre à l’état général du pays, à son agriculture, au développement de son industrie. Les estimations de l’armée seront établies conformément à ce programme.

D’une manière générale, l’État donnera tant à l’armée au cours du premier semestre, tant pour cent de plus au cours du prochain semestre, et ainsi de suite, dans une progression certaine mais modeste. Naturellement, tout peut être bouleversé en cas d’échec de la récolte ou si nous sommes attaqués dans un proche avenir - mais même dans ce cas, nous serons mieux préparés si nous travaillons selon un plan. La question de la technique militaire, en particulier l’aviation militaire, est étroitement liée à cela. Nous disons que, par rapport à l’armée également, le principe doit être : Mieux vaut moins mais solidement, mieux moins mais mieux, car par rapport à l’armée, pouvons-nous le moins du monde permettre de continuer le harcèlement auquel nous l’avons soumis, maintenant couper des morceaux, maintenant coudre des morceaux. L’improvisation militaire est incomparablement plus coûteuse pour l’État que le développement prévu des forces armées.

Le parti et la machine d’État

Passons maintenant à une question de première importance, celle de la relation entre le parti et la machine d’État. Dans ce dernier article du camarade Lénine que j’ai mentionné plus d’une fois, le camarade Lénine écrit sur la machine d’État - et je dois dire tout de suite que personne d’autre n’aurait osé prononcer de tels mots - des mots que l’on ne répète pas si facilement [rires], Vladimir Ilitch décrit à propos de notre machine d’État qu’elle n’est ni plus ni moins que très similaire à la machine d’État tsariste, ointe, comme on dit, colorée dans le style soviétique, mais si vous l’examinez, c’est la même vieille machine bureaucratique.

N’est-ce pas agréable à entendre ? C’est un véritable œuf de Pâques pour le menchevisme international [rires]. C’est beaucoup « mieux » que l’industrie travaillant à perte. Mais comment le comprendre ? Ici, bien sûr, nous avons l’une des formulations particulièrement emphatiques de Lénine ; afin de le mettre plus fermement dans la tête du parti, de l’enfoncer le plus profondément possible, il ne s’abstient pas d’utiliser des mots drastiques qui feraient à quelqu’un d’autre un trou dans la tête. Mais ce n’est pas la seule explication. Nous devons approfondir la question. Quelle est notre machine d’état ? Est-il tombé parmi nous du ciel ? Non, bien sûr que non.

Qui l’a construit ? Il a grandi sur la base des Soviets de députés ouvriers, paysans, hommes de l’Armée rouge et cosaques. Qui a dirigé ces Soviétiques ? Le parti communiste. Ce que le parti est, nous le savons bien. Ce que les Soviétiques sont, nous le savons bien aussi, bien sûr. Nous avons dit et nous disons : les Soviétiques sont la meilleure forme de gouvernement dans l’intérêt des masses laborieuses. Notre fête est la meilleure des fêtes. C’est l’enseignant des autres partis de l’Internationale communiste. C’est généralement reconnu. Et ici, nous voyons naître des Soviets, c’est-à-dire la meilleure représentation des masses laborieuses, sous la direction du parti qui est le meilleur parti de l’Internationale communiste, une machine d’État dont il a été dit que c’est ... peu différent de l’ancienne machine tsariste.

De cela, peut-être, un camarade simple, du soi-disant groupe Vérité ouvrière, disons, tirera la conclusion : ne devrions-nous pas prendre un marteau - juste le marteau, sans la faucille [rires] - et mener à bien quelques exercices mécaniques sur cette machine ? Une telle conclusion serait cependant sans fondement, car il faudrait alors ramasser les fragments et recommencer. Pourquoi ? Parce que cette machine, qui est vraiment horriblement mauvaise, n’est cependant pas tombée sur nos épaules mais a été créée par nous sous la pression de la nécessité historique à partir du matériau que nous devions remettre. Qui est responsable ? Nous le sommes tous et nous en répondrons.

D’où vient cette « qualité » de la machine d’état ? De cette circonstance, que nous ne savions pas et ne savons pas faire grand chose, mais nous avons été obligés de faire beaucoup, et souvent nous avons enrôlé des gens qui savent, ou seulement à demi-savoir, mais ne veulent pas faire il a même un quart correctement, et parfois ne veut pas du tout le faire et le faire à cent pour cent. Dans les opérations que nous effectuons, vous ne pouvez souvent pas distinguer le calcul de la magie, mais dans la machine d’état, il n’y a pas peu de gens qui font consciemment de la magie un calcul. Nous sommes donc en train de construire une machine d’État, qui commence par un jeune communiste dévoué et désintéressé mais inexpérimenté, passe par un employé de bureau indifférent et se termine par un expert aux cheveux gris qui, parfois, sous des formes irréprochables, s’engage dans le sabotage. Eh bien, maintenant, pouvons-nous supprimer tout cela d’un coup ?

Pouvons-nous nous passer de cette machine ? Bien sûr, nous ne pouvons pas. Que faut-il faire ? Notre tâche est de prendre cette mauvaise machine telle qu’elle existe et de la transformer systématiquement. Pas de toute façon, mais d’une manière planifiée, calculée pour couvrir une longue période. Jusqu’à présent, la machine d’état a été construite sur le principe de passer d’un cas à l’autre. Nous avons d’abord assemblé du matériel, puis nous l’avons réduit.

Lorsqu’une institution était devenue extrêmement envahissante, nous l’avons supprimée. Si nous avons appris quelque chose au cours des cinq dernières années, note le camarade Lénine dans son article, alors c’est pour estimer le temps, c’est-à-dire pour apprécier combien peu de choses peuvent être faites en cinq ans dans le sens de remplacer l’ancien par le nouveau. Et comment nous devons donc systématiquement aborder nos grandes tâches.

Camarades, c’est une idée très importante. Prendre le pouvoir est une chose, mais rééduquer les gens, les former à de nouvelles méthodes de travail, enseigner même une telle chose (une petite chose, mais présupposant un déplacement de toute la psychologie !), Une si petite chose, Je dis, car un fonctionnaire soviétique doit se comporter avec attention et respect avec une vieille paysanne analphabète qui est entrée dans une grande salle aux hauts plafonds et regarde autour d’elle et ne sait pas devant quel encrier pour battre son front sur le sol - et il y a notre tapiste rouge, la dirigeant du bout de son doigt vers le numéro tel et tel, et elle hésite, se tournant de cette façon et que, devant le numéro tel, complètement impuissant, et quitte le bureau sans rien réaliser.

Et si elle pouvait formuler ses idées, elle les formulerait, je pense, selon les mots de Lénine, à quoi ressemblaient les choses il y a sept ou huit ans, elles le sont aussi aujourd’hui ; de la même manière, elle est allée au bureau et de la même manière, elle n’a pas réussi à obtenir ce qu’elle cherchait, car ils ont parlé de ses idées qu’elle ne pouvait pas comprendre dans une langue qu’elle ne comprenait pas, sans essayer de l’aider, mais essayant de se débarrasser d’elle. Bien sûr, cela ne se passe pas partout et tout le temps. Mais si ce n’est qu’un tiers de la réalité, il y a un abîme épouvantable entre la machine d’État et les masses laborieuses. J’ai récemment écrit un article sur cette « astuce d’un gros prob-boiteux » [8], un article qui a été transmis à vos journaux par téléphone pour être réimprimé, mais, comme, hélas, la technique soviétique est encore mauvaise, je ne l’ai qu’à moitié reconnu cet article tel qu’il est apparu ici [rires] mais le but de cet article était ce que je viens d’exprimer.

Camarades, quel est le sens du plan du camarade Lénine, qui a déjà été adopté à une écrasante majorité au sein du parti ? Ce plan signifie une approche d’une reconstruction planifiée de la machine d’état. Le parti a créé la machine d’État, oui, le parti l’a créée, puis il a regardé ce qu’il avait créé ... Rappelez-vous ce que la Bible dit : Dieu a créé, regardé sa création et a dit que c’était bon [rires], mais le parti a créé, regardé et ... a secoué la tête [rires, applaudissements prolongés]. Et maintenant, après cette secousse silencieuse de la tête, un homme s’est aventuré à appeler ce qui a été construit par son nom, et à le faire à voix haute.

Mais ce n’est pas la voix du désespoir - oh, non ! La conclusion à tirer de la situation est la suivante : alors que nous avons créé en cinq ans cette machine maladroite et grinçante qui n’est pas dans une large mesure « la nôtre », nous devons maintenant consacrer au moins cinq ans à la modifier et à la reconstruire, pour la faire ressembler davantage à une machine sur laquelle il n’y aura pas lieu de s’exprimer si fort ... C’est pourquoi je prête attention à cette phrase que le camarade Lénine met entre parenthèses. Oui, nous avons maintenant pour la première fois appris à estimer la « capacité » du temps dans lequel nos efforts sont confinés. Il faut beaucoup de temps. Il ne s’agit donc plus seulement d’effectuer des corrections - nous ferons bien entendu des corrections au cas par cas à l’avenir - mais notre tâche fondamentale est celle d’une reconstruction systématique et planifiée de la machine d’État.

Par quelle agence ? Par ce qui l’a érigé, par le parti. Et pour ce parti aussi, nous avons besoin d’un organe frais et amélioré pour sonder cette machine, une sonde qui est non seulement morale mais aussi politique et pratique - non pas sur le plan de l’inspection officielle de l’État, qui a déjà montré sa faillite complète, mais sur le plan de pénétration du parti dans le vif du sujet, pour mener à bien un processus de sélection dans les domaines de travail les plus importants. Encore une fois, à quoi ressemblera cet organe dans un premier temps, comment cette commission centrale de contrôle fonctionnera conjointement avec l’inspection des travailleurs et des paysans, est une question à approfondir, et les travailleurs sérieux ne peuvent pas se faire d’illusions sur la possibilité d’une rapide changements.

Mais il serait tout à fait basique de notre part de dire que rien ne peut venir de cette approche planifiée du problème, de déclarer que « vos oreilles ne pousseront pas plus haut que votre front », etc. C’est, bien sûr, une tâche très difficile, mais c’est précisément pour cette raison qu’elle doit être traitée de manière planifiée, systématique et non au cas par cas. C’est précisément pour cette raison qu’il faut un organe central du Parti et de l’Union soviétique faisant autorité qui sera capable de sonder la machine d’État d’une manière nouvelle à la fois sous l’angle de son efficacité générale et de celle de sa réponse à une simple vieille femme analphabète ; et tout cela, peut-être, nous sera confié par un organe combiné de la Commission centrale de contrôle et de l’Inspection des travailleurs et des paysans, travaillant sur le principe de la sélection des meilleurs travailleurs et les éduquant systématiquement dans une combinaison de pratiques officielles des services publics avec les méthodes de l’inspection des travailleurs et des paysans - de ce qu’il y a de mieux en lui, c’est-à-dire un petit noyau. Cette expérience doit être faite, et nous la faisons.

Le rôle moteur du parti

Camarades, la question de l’appareil d’État est étroitement liée au rôle de notre parti, comme toutes les questions fondamentales que j’ai mentionnées. S’il y a une question qui, fondamentalement, non seulement ne nécessite pas de révision, mais n’autorise pas la réflexion sur la révision, c’est bien la question de la dictature du parti et de sa direction dans tous les domaines de notre travail. Hier, nous avons eu ici une manifestation très vive de non-partisans en faveur de cette dictature et de sa direction. Et au même titre, nous avons encore une fois signé nos noms sur un très gros billet à ordre, pour utiliser le langage de la NEP.

La manifestation d’hier par des non-partis signifie que d’énormes changements ont eu lieu dans l’humeur des travailleurs ukrainiens, et c’est la réalisation la plus importante et la plus précieuse des deux dernières années, mais c’est aussi un signe que la classe ouvrière, en venant vers nous plus fortement, suivra plus attentivement qu’avant le déroulement de nos travaux, que cette classe exigera de nous une rentabilité accrue dans notre entreprise d’État, la capacité de mettre de l’ordre sur le marché, un véritable lien, c’est-à-dire au sens économique entre ville et campagne, et ainsi de suite, capacité à équilibrer les taux de salaires dans les différentes branches de l’industrie, etc. Et ici, camarades, je le répète, nous avons signé un gros billet à ordre, surtout en ce qui concerne les salaires, c’est-à-dire la question qui concerne le plus vitalement et le plus intensément la masse des travailleurs.

Il est particulièrement important que la lumière brille dans cette sphère, afin que les travailleurs puissent voir les limites de ces exigences qui peuvent être satisfaites de l’économie dans son état actuel. Nous ne devons jamais perdre de vue la question des relations mutuelles entre le prolétariat et la paysannerie, lorsque le parti s’adresse aux travailleurs non partisans, car si la démagogie menchevik, qui renaît ici et là en Ukraine dans sa forme la plus makhnovite [9] ] forme, peut remporter tout succès dans ce domaine, elle opposera les ouvriers aux paysans sur la question des salaires, afin de mieux ensuite creuser un fossé entre les ouvriers non partisans et l’avant-garde du parti. L’une des raisons de la gravitation des travailleurs non partisans vers le parti est une certaine amélioration qui a eu lieu dans leurs positions matérielles - ils peuvent respirer plus facilement, leurs salaires ont augmenté. Dans l’industrie lourde et dans les transports, les salaires restent à la traîne. D’où vient l’augmentation ? Pas tant du marché que du budget. De cette façon, nous nous retrouvons ici et là encore contre la relation fondamentale des classes dans la société soviétique et, afin d’éviter tout malentendu à l’avenir, il est particulièrement important d’expliquer cette relation aux travailleurs non partisans, de sorte que sur cette base question qu’ils peuvent penser comme le parti pense et ne pas être la proie de la démagogie. Les travailleurs non partisans sont attirés par le parti, et non par l’État soviétique en tant que tel. C’est une circonstance très importante.

La petite-bourgeoisie Smenovekhite [10] reprend la plate-forme soviétique parce qu’elle pense que le communisme est une utopie qui « se met en travers » du véritable travail de l’État. La masse des travailleurs, au contraire, est attirée par le Parti communiste et supporte la machine d’État soviétique dans sa forme actuelle dans l’espoir que le Parti communiste la rétablira en temps voulu. C’est le nœud de la question. Dans des conditions telles que celles-ci, le parti peut-il laisser la pensée entrer dans sa tête pour renoncer à son rôle fondamental de chef de file de tout le travail, et surtout du travail de l’État ?

Notre parti est le parti au pouvoir qui, avec la confiance du prolétariat et, dans l’ensemble, de la masse de la paysannerie, tient entre ses mains la tête de l’activité étatique. C’est un fait fondamental. Permettre des changements quels qu’ils soient dans ce domaine, permettre l’idée d’une limitation partielle, ouverte ou camouflée, du rôle dirigeant de notre parti reviendrait à remettre en cause tous les acquis de la révolution et de son avenir. J’espère que quiconque tentera de jouer le rôle principal du parti sera unanimement rejeté par nous tous de l’autre côté de la barricade. Nous ne savons pas ce qui nous attend à l’avenir. Ce n’est qu’en prenant en compte l’expérience de ces cinq années dans son ensemble, non seulement cette manifestation très gratifiante que nous avons eue hier, la fraternisation des travailleurs non-partisans avec le parti, mais aussi l’expérience de la tragique manifestation de Cronstadt en février , 1921, lorsque les canons de Cronstadt nous ont embrasés - seul un rassemblement de tous ces faits dans une perspective historique correcte peut montrer et faire comprendre ce qu’est notre parti, quel rôle il joue, comment et pourquoi il a enduré ce qui s’est passé dans le passé, a progressé vers ce que nous avons aujourd’hui et nous mène vers des choses plus grandes et meilleures. C’est une question fondamentale et le parti y est unanime. Et c’est pourquoi je mentionne seulement en passant et entre parenthèses que quand est apparue la plate-forme qui est devenue connue dans le parti comme la plate-forme "anonyme", une plate-forme qui a soulevé diplomatiquement et évasivement la question de la liquidation de la direction du parti, elle n’a pas trouvé dans l’un des groupements précédents du parti, un seul camarade qui admettrait même porter une part de responsabilité sur cette plate-forme. Vous savez de la « Fiche de discussion », qui a fait des déclarations définitives à ce sujet, que cette plate-forme est liée aux idées de l’ancien groupe du « centralisme démocratique », mais tous les camarades qui appartenaient auparavant à ce groupe ont déclaré qu’ils n’avaient rien en commun avec cette plate-forme et la considérer comme profondément pernicieuse.

Si le parti a réagi ainsi, on peut affirmer avec certitude qu’il n’y aura pas de divergence au 12e Congrès sur cette question. Et si la question de la direction du parti est à notre ordre du jour en lien avec d’autres questions et surtout avec la proposition du camarade Lénine, c’est là dans le sens de comment améliorer la direction du parti, comment lui donner une approche plus systématique et personnage prévu. Car pas un seul membre sérieux du parti ne prétendra que dans le domaine de la direction du parti, nous avons atteint des formes parfaites et immuables, et que comme notre travail devient inévitablement plus compliqué et divisé, le parti ne sera pas menacé du danger de se dissoudre dans ce travail et perdre la capacité de voir la forêt pour les arbres ...

Jusqu’à présent, nous avons construit d’un cas à l’autre et testé et dirigé de la même manière, dans tous les domaines de travail : en général, cela correspondait au caractère de la dernière demi-décennie, et nous avons réussi à accomplir la tâche principale . Mais maintenant, nous devons aller de plus en plus dans tous les domaines vers un travail systématique et planifié avec de grands projets et des projets bien pensés. Par conséquent, la direction exercée par notre parti doit devenir plus complexe et doit être exercée par des méthodes plus systématiques. La création de la Commission centrale de contrôle, d’un organe de contrôle de la machine d’État - c’est aussi l’un des moyens de recueillir plus systématiquement des informations et des renseignements, un moyen plus planifié pour le parti de surveiller tout ce qui se passe à la fois en URSS machine et sous elle parmi les masses et dans l’ensemble du parti dans son ensemble, afin que, sur la base d’informations plus complètes et systématiques, les mesures de la direction du parti puissent prendre un caractère plus planifié, dans une perspective de persistance à long terme travail.

La machine d’état est mauvaise, disons-nous, très mauvaise. Faut-il briser la machine d’état avec un marteau, je demande ? Bien sûr, nous ne devons pas et nous n’allons pas le faire. Mais si nous devions l’écraser et le reconstruire, nous pourrions le reconstruire, car le parti existe. Le parti a créé l’appareil d’État et peut le reconstruire à nouveau, si c’est vraiment le parti. Mais si la machine d’État existe et qu’il n’y a pas de parti, le parti ne peut pas construire de machine d’État. Telle est l’idée fondamentale ; du parti, vous pouvez obtenir l’État, mais pas le parti de l’État. Mais le parti lui-même doit maintenant aborder la question de l’approche de la machine d’État d’une manière nouvelle, en l’embrassant et en l’évaluant dans son ensemble en ce qui concerne les questions les plus importantes et fondamentalement, et dans ce sens en la soumettant à une influence régulière.

Le parti doit de plus en plus constamment exiger et garantir de l’État, de tous ses organes, qu’il apprenne à travailler dans le cadre d’un plan et d’un système, à construire un plan tourné vers l’avenir, sans chanceler d’un cas à l’autre. la seconde, qu’ils apprennent à former leurs travailleurs dans le cadre de ce plan, enrichissant systématiquement leur expérience à la fois dans le domaine du travail soviétique spécialisé et dans celui du parti, que nous pouvons apprendre, afin de renouveler l’ensemble de la machine d’État , dans la machine dans son ensemble et dans les départements en particulier, à construire sous la direction du parti un système d’établissements d’enseignement du parti et soviétiques où de nouvelles générations d’experts soviétiques des rangs des travailleurs et des paysans peuvent être formées, techniciens, fonctionnaires dans tous les domaines, qui ont grandi dans notre système par le bas, qui ne regarderont pas leur nez vers une paysanne analphabète, qui incarnera vraiment en eux-mêmes les exigences, le sentiment et les objectifs de tout l’Etat ouvrier et paysan ... C’est en ce sens que le rôle dirigeant du parti doit être élevé à un niveau supérieur.

La question nationale

Camarades, je dois maintenant aborder une question qui revêt une importance particulière pour l’Ukraine, la question nationale. J’ai déjà fait remarquer que l’initiative de soulever cette question est celle de Vladimir Ilitch. A la veille de sa maladie, il a sonné l’alarme sur cette question, craignant que de graves erreurs ne soient commises dans cette question comme dans la question paysanne. Et j’ai ressenti très vivement la possibilité de telles erreurs lorsque j’ai lu le rapport dans le journal sur la conférence du district de Lougansk, où il était dit : « Le camarade Rakovsky a fait un rapport sur la question nationale, mais ce rapport nous a trouvés non préparés et il n’y avait pas de discussion."

Je pense que c’est dans le même reportage, ou peut-être dans un autre (Dans Kommuniste ou Le prolétaire) que j’ai trouvé la déclaration selon laquelle de nombreux camarades ne comprennent pas pourquoi la question nationale est à nouveau soulevée. Ils pensent que cette question est « réglée » en ce qui les concerne. Je dois dire que j’ai souvent rencontré cette même humeur non seulement en Ukraine mais aussi dans le Nord, en Grande-Russie, en particulier à Moscou, où certains camarades n’ont pas compris comment cela peut se passer maintenant, dans la sixième année de existence de l’Etat soviétique ouvrier et paysan (etc., etc.), où toutes les nations sont égales, nous avons soudainement mis la question nationale à l’ordre du jour du Congrès. Après tout, ne l’avons-nous pas « réglé » depuis longtemps ? L’Ukraine est indépendante, la Géorgie, l’Azerbaidjan, l’Arménie sont des républiques indépendantes, etc. Que faire de plus ?

Bien sûr, camarades, la question nationale n’est pas notre objectif fondamental - notre objectif est le communisme. La question sociale, et non la question nationale, est la base sur laquelle nous nous appuyons. Mais alors, l’économie paysanne n’est pas notre objectif non plus, mais la production socialiste centralisée, la haute technique, etc. Cependant, l’économie paysanne est un fait - et non un programme ou un objectif, mais un fait, et un fait dans de très nombreux millions, dizaines et centaines de millions d’acres, de fermes et de personnes, et une attitude imprudente à cet égard. un fait fondamental tournerait la tête de tout notre programme sur des talons. Il en va de même pour la question nationale. Ces deux questions, le paysan et le national, sont très proches l’une de l’autre. Ce sont en général des expressions de la même époque.

Nous avons, bien entendu, proclamé l’élimination de l’esclavage national, des inégalités, etc. Bien sûr, nous avons proclamé le droit de chaque nationalité de régler ses affaires à sa manière, jusqu’à la séparation de l’État - tandis que, naturellement, nous plaçons au-dessus de ce droit notre devoir d’autodéfense révolutionnaire. Partout où un groupe national lie son destin non pas à la classe ouvrière mais à l’impérialisme, pour la lutte contre la classe ouvrière, le droit de la guerre de classe, comme ce fut le cas en ce qui concerne la Géorgie menchévik, est plus élevé que toutes les autres lois ; mais lorsque la tâche de défendre la révolution est accomplie, nous disons aux paysans, à la petite bourgeoisie et aux travailleurs arriérés de la nationalité concernée : nous n’aurons pas de divergences avec vous, camarades, sur les questions nationales.

Nous ne vous « autoriserons » pas seulement, comme cela est parfois mal exprimé, non, nous vous aiderons à régler vos affaires au sens national, de la manière la plus satisfaisante et la plus satisfaisante. Nous vous aiderons à partager, par le biais de votre propre langue, les meilleures réalisations de la culture humaine, car c’est l’essence même de la question. Pas dans notre proclamation « arrangez les choses comme vous le souhaitez », car le paysan est impuissant, en particulier le paysan arriéré qui appartient à une petite nation qui était autrefois impitoyablement opprimée. Il est impuissant, et quand il voit au-dessus de lui une machine d’État qui peut être une affaire d’ouvriers et de paysans mais qui est inattentive pour lui, pour ses particularités nationales, pour sa langue, pour son arriération, il se sent doublement impuissant.

L’éloignement du parti au pouvoir et de la machine d’État de la majeure partie de la population en ce qui concerne la langue est un type d’aliénation très dangereux. On ne peut pas avoir une attitude frivole vis-à-vis d’un « lien » politique tel que la langue nationale, le discours quotidien d’un peuple. Cette question est importante pour l’ensemble de notre Union et décuple pour l’Ukraine. Dans la lettre du camarade Rakovsky à la conférence provinciale de Donets, j’ai trouvé une idée qui me semble exceptionnellement significative : il combine la question paysanne avec la question nationale. S’il devait y avoir une scission entre le prolétariat et la paysannerie ; si la bourgeoisie réussissait, en la personne de ses agents politiques, les SR et les mencheviks - ou d’autres, plus déterminés et résolus - à prendre la direction de la paysannerie, cela signifierait, a écrit le camarade Lénine il n’y a pas longtemps, la guerre civile, guerre civile tout au long de cette ligne jusqu’à la victoire du prolétariat en Occident, et nous pouvons ajouter que l’issue de cette guerre civile serait douteuse pour nous.

Mais, camarades, si un malentendu entre le prolétariat et la paysannerie est dangereux, il est cent fois plus dangereux lorsque la paysannerie n’appartient pas à la nationalité qui, dans l’ancienne Russie monarchiste, était la nationalité dominante, c’est-à-dire lorsque la paysannerie était ukrainienne, Géorgienne, azerbaïdjanaise ou arménienne, est une paysannerie qui a toujours vu dans l’appareil au pouvoir non seulement le pouvoir d’une autre classe sur elle, mais aussi le pouvoir de l’oppression nationale, de sorte que le nationalisme défensif a conduit cette paysannerie à se rallier à son propre national bourgeoisie.

Ici en Ukraine - je reviens à la lettre du camarade Rakovsky - où le parti se compose principalement d’ouvriers de la ville et de citadins en général, avec seulement une pincée de paysans, où les travailleurs de la ville sont dans une large mesure non ukrainiens, et la composition nationale du partie a, bien sûr, une influence certaine sur la composition de la machine soviétique ukrainienne, déjà dans cette seule circonstance il y a inhérent sinon un danger puis un problème très grave, qu’il est impossible de ne pas voir et auquel vous devez travailler résoudre. Il faut non seulement un lien économique avec le marché paysan, non seulement un lien politique général entre le prolétariat et la paysannerie, il faut aussi penser et réfléchir sérieusement à un lien national - aux questions de langue, d’école, de culture.

Car, camarades, mécontentement des paysans, s’il devait survenir sur une base ou une autre - et il peut et va surgir parce que les conflits sont inévitables - ce mécontentement sera cent fois plus dangereux lorsqu’il acquiert une coloration d’idéologie nationale. L’idéologie nationale est un facteur d’une importance énorme. La psychologie nationale est une force explosive qui est dans certains cas révolutionnaire et dans d’autres contre-révolutionnaire, mais dans les deux cas c’est une énorme force explosive. Rappelez-vous comment cette dynamite a été utilisée par la bourgeoisie pendant les guerres lorsqu’elle a mobilisé le prolétariat pour défendre les intérêts dits « nationaux ». C’était une expérience diabolique et elle a réussi, contre nous. La bourgeoisie s’est montrée capable d’utiliser la force explosive du nationalisme à des fins impérialistes.

Mais en Orient, en Inde, en Chine, des centaines de millions ont augmenté dans un mouvement national dirigé contre l’impérialisme. La lutte nationale de l’Est est une énorme force explosive, de la dynamite révolutionnaire à coefficient colossal. La tâche du prolétariat européen est de se montrer capable d’utiliser cette force. Dans notre pays, camarades, dans notre travail constructif, le facteur national est une force potentielle, il peut se révéler être dirigé de telle ou telle façon. Si nous ne sommes pas en mesure d’approcher la paysannerie, d’étudier le paysan, sa psychologie, sa langue, nous pouvons le conduire dans un deuxième mouvement Petlyura [11], et un deuxième mouvement Petlyura serait plus organique, profond et dangereux que le premier.

Ce deuxième mouvement Petlyura serait armé d’un plan culturel - dans les écoles, dans les coopératives, dans tous les domaines de la vie - et chaque grief du paysan ukrainien serait multiplié par le facteur national, ce qui serait plus dangereux que Le banditisme de Petlyura. Mais si le paysan ukrainien sent et trouve que le Parti communiste et le pouvoir soviétique traitent avec lui dans le domaine de la question nationale avec une attention et une compréhension complètes, en disant : « Nous vous donnerons tout ce que nous pouvons, nous voulons vous aider, notre frère arriéré, pour construire avec vous tous les ponts, toutes les étapes par lesquelles vous vous élever, nous voulons au maximum de notre capacité à vous rencontrer dans vos efforts, pour vous aider à partager dans cette langue qui est votre langue maternelle langue, dans les bienfaits de la culture humaine. Dans toutes les institutions de l’État, sur les chemins de fer, dans le service postal, ils doivent vous comprendre dans votre propre langue et vous parler dans votre propre langue, car c’est votre État », alors le paysan comprendra et appréciera une telle approche.

Même si nous ne pouvons pas lui donner une école à trois étages bien équipée parce que nous sommes pauvres, nous devons fournir des écoles où ses fils peuvent apprendre à lire et à écrire dans la langue comprise par leur père et leur mère. Si nous ne le faisons pas, la paysannerie multipliera toutes ses variétés de mécontentement avec le coefficient national, et cela menacera de liquider le régime soviétique. Nous devons réaliser que nous n’avons pas résolu la question nationale, comme nous n’avons pas résolu une seule question économique ou culturelle. Nous n’avons créé que les conditions révolutionnaires pour résoudre la question nationale. Nous avons détruit la prison tsariste des peuples, des nationalités. Mais il ne suffit pas de proclamer l’égalité nationale, nous devons montrer aux peuples opprimés dans la pratique - et ils sont très méfiants - que nous sommes avec eux, que nous sommes pour eux, que nous servons leurs intérêts nationaux non pas en termes généraux mais en réalité, au travail.

Les gens disent « mieux exagéré que sous-exploité ». Un excès d’attention et de prudence ne fait pas de mal, mais une pénurie de celui-ci en ce qui concerne la question nationale aura de graves conséquences pour le parti. C’est pourquoi nous avons mis la question nationale à l’ordre du jour du Congrès. Comme pour toutes les autres questions, nous avons posé cette question non seulement sur le plan des principes mais aussi de manière très concrète, en l’adaptant au stade donné de la construction socialiste.

Quelle expression organisée pouvons-nous donner aux exigences nationales dans la structure étatique ? L’attitude de la Fédération [12] à l’égard de cette question était indéfinie. Dans cette affaire, nous avons été au cours des dernières années complètement sous l’influence de la notion que cette étape ne durerait pas longtemps, et tout comme dans l’air du tsar Pierre, les vieux-croyants ont dit : « Pourquoi voulons-nous des maisons solidement construites, nous nous attendons la venue du Christ », - de même nous n’étions pas, dans une certaine mesure, enclins à nous occuper de travaux de construction durables, en espérant que nous étions un développement rapide de la révolution. Puis est venu le NEP, et plus tard, il s’est avéré que le NEP était une entreprise de longue haleine, et nous nous sommes dit que nous devons aller, sinon dans des maisons en pierre - nous en sommes loin ! - au moins à une forme de règlement plus durable, même temporaire, et notre expression de cette prise de conscience est notre organisation actuelle de l’État de la question nationale. Nous avons commencé par la formation de l’Union des républiques soviétiques, et lorsque nous l’avons constituée, nous avons tenu compte du fait que nous n’avions pas prévu de machine organisationnelle à travers laquelle nous pourrions correctement sonder les intérêts et les exigences spécifiques des différentes nations, en tant que telles. De là, nous avons été amenés à l’idée d’une chambre soviétique spéciale des nationalités, qui a d’abord choqué de nombreux camarades.

Je dois avouer qu’au début je n’aimais pas beaucoup ça. L’expression même de « deuxième chambre » semblait désagréable, avec son rappel des vieux manuels de droit de l’État. Mais ce n’était pas du tout le point. Le fait est qu’il est nécessaire d’aborder la question nationale de manière systématique, organisée et planifiée. Il y a ici, si vous voulez, une certaine analogie avec la Commission centrale de contrôle. Qu’est-ce que la Commission centrale de contrôle ? Ce n’est bien sûr pas une panacée, et il serait absurde de supposer que nous avons mis en place un organe capable de résoudre tous les problèmes. Non, mais c’est un nouvel organe qui vérifie plus correctement et systématiquement ce qui se fait dans notre machine d’État, dans le parti et dans la classe ouvrière et facilite ainsi la possibilité d’une solution correcte des problèmes.

Et qu’est-ce que la chambre des nationalités ? Il s’agit d’un organe spécial pour sonder plus systématiquement et de manière planifiée où chaque maïs national fait mal, comment un groupe national particulier réagira à telle ou telle mesure, et ainsi de suite. La direction générale de la politique nationale demeure, bien entendu, entièrement et entièrement entre les mains de notre parti. Mais le parti ne peut résoudre tous ces problèmes de son propre chef, par la seule méthode de l’exercice intérieur de la pensée du parti ; le parti a besoin d’un contact organisé avec des tâches et des conditions concrètes. Pour résoudre des problèmes anciens, le parti a besoin dans la question nationale de nouveaux organes, plus complexes, plus améliorés et de méthodes plus systématiques et planifiées.

La situation au sein du parti

La situation mondiale n’offre aucun motif pour changer les fondements de notre politique. La situation interne est basée sur la situation mondiale. La ligne principale déterminante dans le domaine économique et politique est la ligne des relations mutuelles entre la classe ouvrière et la paysannerie. La tâche fondamentale de la période de transition - assurer les relations d’alliance avec la paysannerie - doit désormais être accomplie par des méthodes plus systématiques et planifiées, calculées sur une période plus longue, dans le domaine de l’industrie, dans celui de la fiscalité, dans celle de la machine d’État et celle de la question nationale, ce qui signifie dans notre pays avant tout la question des masses paysannes des nationalités anciennement opprimées.

Tout ce travail peut être accompli avec un succès sans cesse croissant si nous améliorons notre machine d’État, et en particulier notre administration économique, mais pas de manière fragmentaire, non pas par amateurisme - c’est insuffisant - mais selon un plan largement conçu, calculé sur un certain nombre des années. Il n’est pas possible d’améliorer la machine d’état de l’intérieur uniquement. Il peut être amélioré avant tout par le biais du parti au pouvoir. Notre parti a guidé cet appareil d’État pendant cinq ans et il continuera de le guider à l’avenir également, pleinement et complètement, mais il le guidera de plus en plus systématiquement en fonction des tâches complexes à venir, en perfectionnant et en réglementant les méthodes de sa propre direction et exigeant de la machine d’État elle-même la même réglementation large et planifiée des méthodes et de la sélection du personnel.

Camarades, ce transfert urgent de nos travaux sur les rails du système et du plan sera couronné de succès si la condition politique de base, la condition de base est présente. Et la condition préalable de toutes les conditions préalables, la condition de toutes les conditions est notre parti, sa pensée claire, sa volonté tempérée, son unité, sa capacité de combat. Unité non pas sur la base d’un simple ralliement aux stations d’action en cas de danger - ce qui n’est bien sûr pas suffisant - mais sur l’unité qui a toujours été caractéristique de notre parti, unité sur la base du courage collectif, de la fermeté, de l’évaluation impitoyable de tous les dangers et prévoyance des problèmes fondamentaux.

La deuxième condition de la fermeté du parti est son influence croissante sur les jeunes. La lutte pour la jeunesse, une arène dans laquelle nos pires ennemis, les mencheviks, tentent de se frayer un chemin, doit être menée sans relâche. Dans la période à venir, la reconnaissance et, pour ainsi dire, l’espionnage politique dangereux de la part de la contre-révolution peuvent être mieux exécutés par les mencheviks, sur la base de la question des salaires, sur la base de la lutte pour la jeunesse. .

Nous en avons déjà des indices. Dans cette lutte du menchévisme russe et ukrainien, en s’appuyant sur le menchévisme mondial, nous voyons comment le menchévisme de l’ombre Martov [13] serre la main avec un menchévisme ouvertement contre-révolutionnaire, celui qui représentait une intervention, un soulèvement armé, qui est représenté aujourd’hui par le journal Zarya publié à l’étranger et qui à l’intérieur de la Russie est mêlé à la contre-révolution kolchakite et dénikinite. Ce n’est pas au-delà de toute possibilité qu’en cette année qui s’offre à nous, nous devrons mener une lutte contre les tentatives du menchévisme de relever la tête et mener cette lutte, pour ainsi dire d’une manière plus « planifiée », ce qui pas le moins du monde d’une manière plus douce [rires, applaudissements]. Il ne fait aucun doute que nous réussirons dans cette lutte.

L’époque de la NEP risquant de se prolonger, tous les dangers qui lui sont inhérents revêtent un caractère plus long et menaçant. Nous savons quels sont ces dangers, nous les avons analysés plus d’une fois. Ils dérivent des relations de marché qui engendrent d’eux-mêmes des courants de force centrifuge qui peuvent distraire et voler la machine d’État dans la direction des intérêts du capital privé, y coincer la bourgeoisie du NEP avec leurs intérêts et leurs idées, piller l’industrie d’État, la transformer. discrètement dans les canaux de l’accumulation privée. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une accumulation primaire socialiste, saine même si lente.

Ces courants de force centrifuge lavent également notre parti et, bien sûr, ne peuvent que se refléter dans le cours d’un développement à long terme sous l’influence du parti. Le fait que notre parti avec son acuité révolutionnaire est ferme et unanime aujourd’hui ne fait aucun doute. Nous avons vu comment il a réagi aux deux plates-formes (« anonyme » et « vérité des travailleurs ») dans lesquelles une tentative a été faite pour reconsidérer la question de la direction du parti. Au cours de l’année écoulée, le parti n’a pas affaibli sa confiance en soi et sa conscience morale et politique, mais s’est renforcé - et cela n’est pas surprenant, car il s’est purgé des éléments étrangers et a ajouté à son élément prolétarien.

La croissance du parti se poursuivra dans cette voie à l’avenir également. Sur les conditions sévères qui ont été fixées dans les conditions de la NEP pour adhérer au parti, le parti peut donner et accorde un gros rabais aux travailleurs du banc. Et la manifestation d’hier a montré que cette remise sera pleinement justifiée - dans des limites raisonnables, bien sûr, et sous une surveillance sérieuse. Un changement dans le rapport des éléments qui composent la composition du parti, un changement encore plus important en faveur des éléments purement prolétariens, les travailleurs du banc, est la garantie fondamentale de la stabilité de notre parti et de son pouvoir de résistance à toutes les influences néfastes.

Lénine blessé

Camarades, en ce qui concerne la clarté de la pensée et la fermeté de la volonté de notre parti, nous avons eu quelques vérifications supplémentaires au cours de l’année écoulée. La vérification a été lourde, car elle a été apportée par un fait qui, à ce jour, pèse sur l’esprit de tous les membres du parti et de très larges cercles de la population active, ou plus exactement, sur l’ensemble des travailleurs de notre pays et, pour dans une large mesure, du monde entier. Je parle de la maladie de Vladimir Ilitch.

Lorsque son état s’est aggravé au début du mois de mars et que le Bureau politique du Comité central s’est réuni pour échanger des vues sur ce qu’il faut dire au parti et au pays de la détérioration de la santé du camarade Lénine, je pense que vous pouvez tous imaginer, camarades, dans quoi d’humeur cette session du Bureau politique a eu lieu quand nous avons dû remettre au parti et au pays ce premier bulletin grave et troublant. Même à ce moment, bien sûr, nous sommes restés des politiciens. Personne ne nous le reprochera. Nous ne pensions pas seulement à la santé du camarade Lénine - bien sûr, nous étions d’abord préoccupés à ce moment par son pouls, son rythme cardiaque, sa température - nous pensions également à quelle impression le nombre de ses battements de cœur produirait sur l’impulsion politique de la classe ouvrière et de notre parti.

Avec inquiétude et en même temps avec la plus profonde confiance dans la force du parti, nous avons dit qu’il fallait immédiatement que le danger soit révélé pour le porter à la connaissance du parti et du pays. Personne ne doute que nos ennemis s’efforceraient d’utiliser ces nouvelles dans le but de troubler le peuple, en particulier les paysans, de répandre des rumeurs inquiétantes, etc., mais aucun de nous n’a douté une seconde qu’il était nécessaire de dire immédiatement au parti comment les choses importaient. car, pour dire ce qui est, signifie accroître la responsabilité de chaque membre du parti. Notre parti est un grand parti, avec un demi-million de membres, un grand collectif avec une grande expérience, mais parmi ce demi-million de personnes, Lénine a sa propre place qui, camarades, est incomparable avec celle des autres.

Il n’y a jamais eu dans le passé une telle influence d’un homme sur le destin non seulement d’un pays mais de l’humanité tout entière. Il n’y a aucun critère, aucun n’a été créé, par lequel nous pourrions mesurer la signification historique de Lénine. Et c’est pourquoi le fait qu’il ait été retiré du travail pendant une longue période, que sa condition soit grave, ne pouvait qu’inspirer une profonde alarme politique. Nous savons bien sûr, bien sûr, bien sûr, nous savons avec certitude que la classe ouvrière triomphera.

Nous chantons : « Personne ne nous apportera la délivrance », y compris « pas de héros. ... »[14] Et cela est vrai, mais seulement dans la dernière analyse de l’histoire. Autrement dit, dans la dernière analyse de l’histoire, la classe ouvrière aurait triomphé même s’il n’y avait pas eu Marx et pas Oulianov-Lénine.

La classe ouvrière aurait élaboré les idées dont elle avait besoin, les méthodes qui lui étaient nécessaires, mais plus lentement. La circonstance que la classe ouvrière a soulevé, à deux crêtes de son développement historique, deux personnages tels que Marx et Lénine a été d’un avantage colossal pour la révolution. Marx était le prophète des Tables et Lénine le plus grand remplisseur des commandements, enseignant non seulement l’aristocratie ouvrière, comme Marx, mais des classes et des peuples entiers, par l’expérience des conditions les plus difficiles, agissant, manœuvrant et conquérant.

Cette année, nous avons dû terminer notre travail pratique avec une participation partielle de Vladimir Ilitch. Dans le domaine des idées, nous avions entendu il y a peu des rappels et des indications qui nous suffiront pendant plusieurs années - sur la question paysanne, sur la machine d’État et sur la question nationale. Et maintenant il fallait annoncer une aggravation de sa santé. Nous nous sommes demandé avec une inquiétude naturelle quelles conclusions tireraient les masses non partisanes, les paysans, les hommes de l’Armée rouge, parce que par rapport à notre machine d’État, les paysans ont d’abord confiance en Lénine. Outre tout le reste, Ilyich représente un grand capital moral pour notre machine d’État dans le domaine des relations mutuelles entre la classe ouvrière et la paysannerie. Les paysans ne penseraient-ils pas, se sont-ils demandé dans notre entourage, qu’avec une retraite prolongée de Lénine du travail, sa politique pourrait être modifiée ? Comment le parti a-t-il réagi, la masse des travailleurs, le pays dans son ensemble ?

Après l’apparition du premier bulletin alarmant, le parti dans son ensemble a fermé ses rangs, s’est préparé, s’est moralement élevé à sa hauteur. Camarades, le parti consiste, bien sûr, en des gens vivants, et les gens ont leurs défauts, leurs défauts, et parmi les communistes il y en a aussi beaucoup qui sont « humains, trop humains », comme disent les Allemands : Il y a et il y aura conflits entre groupes et individus à la fois graves et insignifiants, car sans de tels conflits un grand parti ne peut pas vivre. Mais le poids politique, la gravité politique spécifique du parti est déterminé par le fait qu’il remonte à la surface quel que soit le choc tragique qu’il a subi. La volonté d’unité et de discipline, ou le secondaire et le personnel, l’humain, trop humain ? Camarades, je pense que nous pouvons maintenant tirer cette conclusion en toute confiance que le sentiment qu’il serait privé pendant longtemps de la direction de Lénine, le parti a fermé ses rangs, balayé tout ce qui pourrait menacer la clarté de sa pensée, l’unité de sa volonté , sa capacité de combat.

Avant de prendre place dans le train pour venir ici à Kharkov, j’ai eu une conversation avec notre commandant du district militaire de Moscou, Nikolaï Ivanovitch Muralov, que beaucoup d’entre vous connaissent en tant que vieil homme du parti, sur la façon dont les soldats de l’Armée rouge prenaient les situation liée à la maladie de Lénine. Muralov m’a dit qu’au début, la nouvelle a agi comme un coup de foudre, tout le monde a reculé, mais ensuite, ils ont commencé à penser plus et plus profondément à Lénine. Oui, camarades, l’homme non parti de l’Armée rouge a maintenant pensé à sa manière mais très profondément au rôle de l’individu dans l’histoire, à ce que nous, de la génération plus âgée, lorsque nous étions lycéens, étudiants ou jeunes les travailleurs ont étudié dans de petits livres, en prison, en déportation et en exil, ce sur quoi nous avons réfléchi et discuté par rapport au « héros » et à la « foule », le facteur subjectif et les conditions objectives, et ainsi de suite.

Et maintenant, en 1923, nos jeunes hommes de l’Armée rouge ont réfléchi concrètement à ces questions avec leurs centaines de milliers d’esprits, et avec eux les centaines de milliers d’esprits des paysans de toute la Russie, de l’Ukraine et du reste de l’Union , sur le rôle de l’individu Lénine dans l’histoire. Et comment nos commissaires politiques et secrétaires de section leur ont-ils répondu ? Ils ont répondu ainsi : Lénine est un génie, un génie est né une fois en un siècle, et l’histoire du monde n’a vu que deux génies comme chefs de file de la classe ouvrière - Marx et Lénine. Un génie ne peut pas être créé même sur ordre du parti le plus puissant et le plus discipliné, mais un tel parti peut essayer au plus haut degré possible de le remplacer lorsqu’il est absent, en redoublant d’efforts collectifs.

Telle est la théorie de l’individu et de la classe que nos commissaires politiques ont exposée sous une forme populaire aux hommes non partisans de l’Armée rouge. Et c’est une théorie correcte : Lénine n’est pas au travail maintenant - nous devons travailler deux fois plus dur, être deux fois plus vigilants contre les dangers, en préserver la révolution deux fois plus fermement, utiliser toutes les opportunités pour un travail constructif deux fois plus obstinément. Et nous faisons tout cela des membres du Comité central aux hommes non partisans de l’Armée rouge ...

Notre travail, camarades, est très lent, très partiel, même si dans le cadre d’un grand plan. Nos méthodes de travail sont « prosaïques » : bilans et calculs, la taxe alimentaire et l’exportation de céréales - tout cela, nous le faisons pas à pas, brique par brique ... N’y a-t-il pas là un danger d’une sorte de la dégénérescence des cheveux en deux ? Nous ne pouvons pas permettre une telle dégénérescence, pas plus qu’une rupture de son unité d’action, même dans la moindre mesure, car même si la période actuelle va se prolonger « sérieusement et pour longtemps, elle ne va cependant pas pour toujours. "Et peut-être que cela ne durera même pas longtemps.

Une poussée révolutionnaire à grande échelle, comme le début d’une révolution en Europe, peut survenir plus tôt que beaucoup d’entre nous ne le pensent actuellement. Et s’il y a un des nombreux enseignements de Lénine sur la stratégie que nous devons surtout garder fermement en mémoire, c’est ce qu’il a appelé la politique des virages serrés : aujourd’hui sur les barricades, demain dans la porcherie de la Douma d’État III, aujourd’hui la appel à la révolution mondiale, au monde octobre, demain négociations avec Kuhlmann et Czernin, signature de la paix obscène de Brest Litovsk.

La situation a changé, ou nous l’avons estimée à nouveau d’une manière nouvelle - la campagne occidentale, « Nous voulons Varsovie ». La situation a été estimée à nouveau - la paix de Riga [15], également une paix plutôt fétide, comme vous le savez. Et puis - travail obstiné, brique par brique, par la suite, réduction des établissements, vérification - avons-nous besoin de cinq opérateurs téléphoniques ou seulement trois, si trois suffisent, n’osons pas en employer cinq, car le paysan devra en donner plusieurs supplémentaires des boisseaux de céréales pour les payer - petits travaux de tous les jours, à couper les cheveux - et là, regardez, la flamme de la révolution jaillit de la Ruhr.

Quoi, cela nous rattrapera-t-il dans une phase de dégénérescence ? Non, camarades, non.

Nous ne dégénérons pas, nous changeons nos méthodes et nos procédures, mais le conservatisme révolutionnaire du parti reste plus élevé que tout autre chose pour nous. Nous apprenons à dresser des bilans et en même temps nous regardons avec attention vers l’Ouest et l’Est, et les événements ne nous surprendront pas. En nous purgeant et en élargissant notre base prolétarienne, nous nous renforcerons.

Nous avançons en accord avec la paysannerie et la petite-bourgeoisie, nous permettons aux Nepmen ; mais dans le parti, nous n’autoriserons ni népmanisme ni petit-bourgeois, non - nous le brûlerons du parti avec de l’acide sulfurique et des fers chauffés au rouge [applaudissements], et au 12e Congrès, qui sera le premier congrès tenu depuis Octobre sans Vladimir Ilitch et l’un des rares congrès de l’histoire de notre parti tenu sans lui, nous nous dirons que parmi les préceptes de base que nous inscrirons dans nos esprits avec un ciseau pointu, il y aura ceci - ne le faites pas soyez ossifié, souvenez-vous de l’art des virages serrés, manoeuvrez mais ne vous perdez pas, passez des accords avec des alliés temporaires ou à long terme mais ne les laissez pas se coincer dans le parti, restez vous-mêmes, l’avant-garde de la révolution mondiale. Et si le signal sonne de l’Occident - et il retentira - bien que nous puissions être à ce moment jusqu’au cou dans les calculs, les bilans et la NEP en général, nous répondrons sans hésitation ni retard : nous sommes révolutionnaires de la tête aux pieds , nous avons été et nous resterons tels, nous serons révolutionnaires jusqu’à la fin. [Applaudissements orageux, tous montent et applaudissent]

1. Brian Pearce, qui a traduit le présent discours, a également traduit The New Economics, par E. Preobrazhensky, qui a récemment été publié par Oxford University Press.

2. Isaac Deutscher, dans The Prophet Unarmed, p.93, déclare que les notes de Lénine devaient rester inconnues du parti pendant trente-trois ans, lorsqu’elles furent finalement publiées dans Kommunist, juin 1956, pour soutenir l’attaque de Khrouchtchev contre Staline. Cependant, il ne fait aucun doute que Trotsky a fait directement référence à ces notes dans le présent discours, déclarant qu’elles étaient disponibles et probablement déjà lues par ses auditeurs.

3. Kommunist juin 1956, traduit par Gerry Paul.

4. Référence à la période de réaction après la révolution de 1905-07 en Russie. (Traducteur)

5. En russe, novy etap. (Traducteur)

6. Il semble y avoir une certaine confusion ici. La référence est apparemment au retrait des travailleurs des usines après leur occupation en septembre 1920. (Traducteur)

7. C’est-à-dire la règle des glavki, les conseils administratifs centraux des industries distinctes. (Traducteur)

8. Inclus sous le titre Civilité et politesse comme lubrifiant nécessaire dans les relations quotidiennes dans l’édition anglaise de Problems of Life (1924). (Traducteur)

9. Makhno était le chef d’un mouvement de bandits anarcho-koulak en Ukraine qui n’a été écrasé militairement qu’en 1921. (Traducteur)

10. Le groupe « Changement de points de repère » de fonctionnaires et d’hommes de métier qui ont soutenu le gouvernement soviétique avec la certitude qu’il allait devenir un régime démocratique bourgeois. (Traducteur)

11. Petlyura était le chef du mouvement nationaliste ukrainien basé sur des sections de la paysannerie et de la petite-bourgeoisie urbaine qui se sont opposées de force au pouvoir soviétique en Ukraine pendant la guerre civile. (Traducteur)

12. Référence à la fédération lâche des républiques soviétiques qui existait jusqu’à la formation de l’Union des républiques socialistes soviétiques à la fin de 1922, quelques mois plus tôt seulement. (Traducteur)

13. Martov a figuré pendant un certain temps comme le chef d’une sorte « d’opposition loyale » menchevik au gouvernement soviétique au sein des Soviets. (Traducteur)

14. De la version russe de The International, équivalente à « Aucun sauveur d’en haut livrer, nous n’avons aucune confiance en prince ou pair. » (Traducteur)

15. C’est-à-dire le traité de paix de 1921 qui a conclu la guerre soviéto-polonaise sur la base de la frontière qui est restée jusqu’en 1939, divisant la Biélorussie et l’Ukraine. (Traducteur)

Traduit de l’anglais

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0