English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La Voix des Travailleurs de Renault-Lardy

La Voix des Travailleurs de Renault-Lardy

mercredi 16 octobre 2019, par Robert Paris

Dernière soldes avant fermeture

A Renault-Lardy, ça bouge, mais pas dans le bon sens ! Cette année les chambres froides, le PEMS, ont suivi le "pool", et on en oublie surement dans la sous-traitance. Mais, au moins, l’activité restait à Lardy, tandis que pour les bancs " mono", c’est la fermeture qui est programmée pour juillet, et des bancs moteur du L39d seraient en sursis… Mme Calvo, invitée au CSE de septembre, l’a confirmé, mais n’a pas annoncé de programmes de remplacement pour donner du boulot aux salariés de Lardy. Au contraire, c’est une baisse notable d’investissement sur le site, pour les années à venir, qui est au programme. Ghosn aurait-il vraiment pompé tout le pognon avant de se faire virer ?

Chute de lampadaire

A l’entrée du parking pool, un lampadaire est tombé (suite à un choc) ce week-end. Dans l’urgence, il y a eu pose de rubalise et de cônes, mais, pour l’enlèvement, là pas de délai. Quant au remplacement, connaissant l’efficacité, rapidité légendaire de la DISG, la lumière n’est pas prête de réapparaitre.

La crise !

Le temps de la crise est revenu. On bloque les dépenses. Seules les plus urgentes et inévitables pourront passer. Pour les autres, on nous dit d’attendre janvier ! Mais, comme en janvier tout le monde va se précipiter, on va nous demander d’étaler les dépenses, car ça fera trop d’un seul coup. Puis, vers la mi-année, on bloquera à nouveau, et on nous demandera de reporter à l’année d’après, et ainsi de suite... Pour finir, on nous dira : si vous avez pu vous en passer jusque là, c’est que vous n’en aviez pas besoin ! En somme, ils font comme pour les AGS…

L’affaire du faux espionnage de Renault va être jugée

En 2011, on s’en souvient, Ghosn avait prétendu que des hauts responsables de Renault avaient transmis des données sensbles à la Chine. Il avait affirmé à la télévision qu’il avait des certitudes et puis… Puis tout le château de cartes s’était effondré : il n’y avait pas l’ombre d’une preuve. Mais la justice va-t-elle seulement entendre l’exécutant ou aussi le donneur d’ordre, c’est-à-dire Ghosn qui a mené cette sombre affaire. Le renvoyer en correctionnelle en France, voilà la manière, enfin trouvée, de l’extraire du Japon ?!!!

Les caristes de Flins se sont fait entendre

Les surcharges de travail sont monnaie courante dans les usines à la faveur des suppressions de postes et c’est particulièrement le cas à Flins où, fin septembre, près de 3 000 voitures invendables du fait de défauts ou de pièces manquantes sont sorties des chaînes. Les caristes du secteur Tôlerie-Presses, contraints à un surtravail et à une charge particulièrement gênante en ont eu marre et se sont mis en grève. La direction a craint la contagion et cédé deux postes supplémentaires et un accommodement des conditions de travail. Exemple à suivre : nos grosses têtes craignent plus les coups de colère et leur extension qu’on ne le croit souvent.

On ne va pas au travail pour y laisser la vie

Un incendie a eu lieu dans l’usine Renault-Sovab de Batilly. Un ouvrier travaillant en sous-traitance au troisième rang, sous-traitant de sous-traitant de sous-traitant, y a trouvé la mort. Sans que cela soit avéré, la direction l’accuse même d’être responsable de sa mort ! C’est un bâtiment de peinture plein de produits inflammables qui a pris feu et le patron accuse une faute de l’ouvrier dans son travail de découpe au plasma mais rien ne prouve que ce ne soit pas le défaut de sécurité dû à ses divers employeurs qui soit en cause. Pour la direction, les morts ont toujours tort et ils ont le mérite de ne pas pouvoir se défendre !

Chômage partiel, arnaque totale

Les ouvriers de Renault-Cléon se voient imposer des mois de chômage partiel. La direction en profite pour ne pas les payer et prétend que c’est la faute des fournisseurs. C’est l’Etat qui signe le chômage partiel et le paie… partiellement !!! Tout est fait pour que les aléas de la production soient sur le dos des ouvriers et de l’argent public…

Ils font fondre les emplois

Les deux « fonderies du Poitou » d’Ingrandes, ont été reprises après avoir été mises en redressement judiciaire. Bilan : 150 emplois fixes supprimés et des dizaines d’emplois précaires. Et voilà que le nouveau patron annonce que les commandes de Renault chutent et qu’il faut accepter du chômage partiel et des changements d’activité et de site ! Une fois de plus, il est clair que les patrons reçoivent le soutien des autorités d’Etat, préfet et autres, pour s’attaquer aux salariés et que le seul moyen d’y faire face serait d’unir les salariés des entreprises sous-traitantes et ceux de Renault dans une lutte commune.

Grève générale reconductible à General Motors

Depuis plus de deux semaines, cinquante mille travailleurs du trust automobile américain sont en grève massive et permanente et bloquent l’activité dans le trust automobile. Le syndicat UAW qui mène les négociations n’avait aucune envie de déclencher la grève mais s’y est trouvé contraint, s’étant dévoilé juste avant comme dirigé par des corrompus vendus au patron. Il refuse donc les propositions du patron pour ne pas laisser les travailleurs s’organiser eux-mêmes et poursuit cependant les négociations bidon.

Les travailleurs sont en grève parce que le patron veut imposer que le nouveau contrat issu de ces négociations comprenne une augmentation du nombre de travailleurs intérimaires, une dégradation des conditions de travail, une baisse des salaires et une augmentation des contributions aux soins de santé. GM veut ainsi plus que tripler le pourcentage d’intérimaires et augmenter fortement les coûts des soins de santé – cela permettrait de réduire les coûts de main-d’œuvre de 5 $ l’heure, soit un demi-milliard de dollars par an. Le syndicat n’a pas réussi à empêcher la grève mais il est parvenu à éviter qu’elle s’étende à Chrysler-Fiat, ce que voulaient les salariés. En attendant, les salariés sont pris à la gorge par l’absence de paie mais les usines canadiennes du trust sont aussi bloquées et le patron perd cent millions de dollars par jour !

Les capitalistes anticipent un effondrement de la production automobile…

Ford annonce la suppression de 12.000 emplois en Europe… Volkswagen supprime 7000 emplois…s’ajoutant aux 21.000 départs éjà prévus… General Motors supprime 14.000 emplois… Les trusts automobiles français se préparent, tout en le niant à supprimer massivement des emplois. A preuve les projets de fusion de Renault qui prévoient la suppression des doublons…A preuve, PSA supprime 2100 emplois… Chrysler supprime 1500 emplois à Windsor… Audi supprime 14 000 emplois… Etc, etc… Et la lutte d’ensemble, ce n’est pas les syndicats qui vont la lancer !!! En France, les attaques sur l’emploi dans l’Automobile commencent avec la fermeture d’une usine Michelin. Inutile de serrer les fesses sans bouger, en espérant que les coups passeront à côté. Il est encore temps de nous organiser de manière autonome et inter-entreprises, en particulier avec les salariés de PSA, pour défendre les emplois dans l’Automobile, l’industrie et dans toute la classe ouvrière.

L’affaire Ghosn continue au Japon plus qu’en France

Ghosn est toujours poursuivi au Japon et il est aussi accusé, bien moins gravement, en France. Il est plus évident que jamais que ces poursuites, si elles ont mis en évidence les méthodes de gangsters de l’ancien PDG, visaient non pas à l’honnêteté des patrons des trusts (qui n’est pas plus requise au Japon qu’en France) mais la reprise par le Japon de ses trusts automobile Nissan et Mitsubishi que le trust français Renault était en train de siphonner par l’intervention de Ghosn. Ce n’est certainement pas la lutte du Bien contre le Mal, mais celle entre des grands requins mondiaux qui a cours actuellement, et d’autant plus que s’annonce une période de chute de l’activité industrielle de tous les trusts automobiles mondiaux, remettant en cause les anciens accords et menaçant les salariés. Ghosn est très loin d’être une innocente victime mais un prédateur vaincu à son propre jeu.

Le dieselgate en procès

Le scandale du diesel de Volkswagen passe en procès en Allemagne. Les autorités françaises sont bien moins pressées de relever les tricheries de Renault pour cacher les véritables performances de ses moteurs diesel qui ne sont pas plus aux normes et dont les vérifications sont tout aussi discutables. En tout cas, les poumons des habitants paient ici les profits de Renault comme ceux de Volkswagen et les soutiens de l’Etat ne visent pas à préserver les emplois dans l’Automobile. Les gouvernants s’apprêtent même au contraire à aider le trust à imposer des sacrifices drastiques aux salariés dès que l’effondrement serait à l’ordre du jour dans l’Automobile. Ne soyons pas solidaires de notre patron dans cette affaire car, de toutes manières, il ne sera pas solidaire de nous !

2 Messages de forum

  • Renault Drive the Future Desindustrialisation

    Nissan plonge et Renault chute. Le trust automobile Renault vient de changer brutalement de politique, passant d’un extrême à un autre, des investissements massifs à l’arrêt complet de ceux-ci ! Est-ce des questions de personnes qui ont déterminé ces changements ? Est-ce les passages de relai brusques entre Ghosn, Bolloré et jusqu’à l’actuelle directrice par intérim ? Non, bien entendu, le trust Renault a pris en compte, avec retard, la configuration choisie par les trusts mondiaux de l’Automobile qui ramènent tous violemment la voilure, fermant des usines, supprimant massivement des emplois, réduisant tout aussi massivement les investissements. Ce n’est nullement propre à Renault et les péripéties ont tout au plus amené la direction de Renault à prendre du retard sur ses concurrents en matière de désinvestissements. Tous ceux qui affirment que c’est l’arrestation de Ghosn qui provoque la chute de Renault attachent bien trop d’importance à ces péripéties, celles des prévarications ghosniennes. C’est bien plutôt la chute programmée de l’Automobile qui amène le Japon à se replier frileusement sur son industrie nationale en rompant ses liens avec Renault qui est la cause des problèmes de Ghosn. Le capitalisme anticipe sa propre chute et, en l’accompagnant, il ne fait que l’accélérer, en accroître l’ampleur et la gravité, préparant une chute d’une ampleur exceptionnelle. En tout cas, loin de se préparer à un nouveau développement, les trusts automobile se préparent à des chutes massives, et veulent en faire payer le prix aux salariés, au niveau des embauches, de la précarité, des salaires et des fermetures de sites à venir. Puisque cela concerne toute l’Automobile, le minimum, c’est de réagir tous ensemble.

    Y a-t-il un « mauvais climat » pour l’Automobile ?

    Parmi les mensonges diffusés sur la crise à venir du secteur Automobile, on peut citer en première ligne les mensonges dits « du réchauffement climatique ». Il s’agirait de prétendre que l’Automobile serait plombée par les émissions de gaz carbonique induisant un réchauffement global anthropique, en mettant en cause la survie de l’homme et de la vie sur Terre. Ceux qui profèrent ce genre de menace identifient pollution et climat et trompent ainsi leur monde. La pollution dangereuse pour les poumons humains, ce n’est pas le gaz carbonique mais les particules fines. Le risque, ce n’est pas le réchauffement mais les maladies pulmonaires et les cancers ! Et, dans ce domaine, les trusts automobile ne sont pas les victimes de malheureux trusts auxquels on imposerait de payer sur leurs propres fonds une quelconque « transition écologique » mais les populations qui inhalent les particules ultrafines issues des filtres à particules mis en place par les trusts pour filtrer la plus grande masse des particules fines, les plus lourdes, laissant passer les plus fines, celles qui, par leur taille, franchissent la paroi des cellules et transforment une cellule vivante normale en cellule cancéreuse. Et le crime des trusts automobile est d’autant plus coupable que ceux-ci savaient parfaitement ce qu’ils faisaient. Il ne faut pas compter sur des gouvernants, ceux qui ont couvert toutes les prévarications de Ghosn, pour dévoiler ces crimes contre l’humanité qui font des victimes en nombre de plus en plus grand. Et les salariés de ces entreprises n’ont pas davantage à en payer le coût que n’ont à le payer les salariés de Lubrizol, vous savez ce trust qui a pollué toute la région de Rouen. Les patrons des trusts sont tellement bien protégés que les média et gouvernants qu’on a omis de vous dire qui est patron de Lubrizol : Warren Buffett ! Ce multimilliardaire américain déclarait récemment ne pas trouver où investir l’essentiel de son capital !!!

    Répondre à ce message

  • Grève générale reconductible à General Motors

    Pendant des semaines, cinquante mille travailleurs du trust automobile américain ont été en grève massive et permanente et bloquent l’activité dans le trust automobile. Le syndicat UAW qui a mené la lutte et les négociations n’avait aucune envie de déclencher la grève mais s’y est trouvé contraint, s’étant dévoilé juste avant comme dirigé par des corrompus vendus au patron. Il refuse donc les propositions du patron pour ne pas laisser les travailleurs s’organiser eux-mêmes et poursuit cependant les négociations bidon.

    Les travailleurs étaient en grève parce que le patron voulait imposer que le nouveau contrat issu de ces négociations comprenne une augmentation du nombre de travailleurs intérimaires, une dégradation des conditions de travail, une baisse des salaires et une augmentation des contributions aux soins de santé. GM veut ainsi plus que tripler le pourcentage d’intérimaires et augmenter fortement les coûts des soins de santé – cela permettrait de réduire les coûts de main-d’œuvre de 5 $ l’heure, soit un demi-milliard de dollars par an. Le syndicat n’a pas réussi à empêcher la grève mais il est parvenu à éviter qu’elle s’étende à Chrysler-Fiat, ce que voulaient les salariés. A la finale, avec l’accord du syndicat, le constructeur a obtenu le feu vert à la fermeture déjà annoncée de trois usines, dans le Maryland, le Michigan et l’Ohio. Le groupe va également pouvoir fermer un quatrième site, en Californie. Le syndicat UAW a bourré les urnes du vote syndical qui cautionne la fermeture de quatre usines !!!! Au bout de six semaines d’une grève dirigée par la bureaucratie syndicale, il y a donc quatre usines qui ferment et une aggravation des conditions de travail et d’exploitation et de la précarité de l’emploi dans l’automobile américaine.

    L’UAW, syndicat de vendus, annonce vouloir faire de même à Ford et Chrysler !!! Cessons de lutter derrière ces bureaucraties !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0