English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Le scandale Lactalis, une partie du scandale Capitalis...

Le scandale Lactalis, une partie du scandale Capitalis...

mardi 13 février 2018, par Robert Paris

Edito

Lactalis n’est nullement un cas à part : la vie humaine ne compte pas pour le profit capitaliste

On n’a jamais vu un scandale pareil ? Un trust connu de l’agro-alimentaire qui nourrit les enfants et se permet pendant des années de les intoxiquer en produisant et en vendant des nourritures pour bébés contenant des salmonelles ! Un Etat qui est au courant depuis longtemps, a fait semblant d’effectuer des enquêtes en étouffant l’affaire et en laissant le trust continuer à infecter en masse les bébés ! Si on n’a jamais vu ça, c’est qu’on n’a pas entendu parler de l’agro-alimentaire ni de l’industrie chimique, biologique, pharmaceutique, nucléaire, automobile, de Bâtiment, de l’Armement, de la Métallurgie, de la Sidérurgie, des Mines, du Pétrole, et on en passe des secteurs et des trusts.

Des morts, le grand capital en sème à profusion sur son chemin et le terme même de « scandale » est impropre puisqu’il ne s’agit ni d’accidents, ni de débordements, ni de cas individuels, mais d’un système, le système capitaliste tout simplement, dans lequel la vie humaine n’est pas un obstacle à la course au profit…

C’est un véritable cimetière qui est rempli tous les jours par le grand capital, à coups d’accidents du travail, de pollution mortelle de l’air, d’absorption de poisons camouflés en médicaments, de maladies professionnelles, d’empoisonnement chimique, bactériologique, nanotechnologique, nucléaire et autres… Sans parler des suicides causés par le harcèlement patronal et l’épuisement des exploités !

Dans aucun de ces cas, comme dans celui de Lactalis, aucun des patrons assassins ne pouvait dire : « je ne savais pas », « ce n’est pas moi qui ai autorisé ça », mais seulement « je suis désolé », « je vais vous dédommager », « cela ne se reproduira plus » et autres balivernes… Dans aucun de ces « cas », l’Etat ne pouvait dire : « nous n’étions pas au courant », « nous n’avons pas couvert ces crimes », « nous n’avons pas cherché à cacher des risques », « nous n’avons considéré que le trust était le premier à protéger ».

Toutes les institutions de la bourgeoisie, commissions d’enquête, instituts de surveillance, association de contrôle, média, sont là pour faire croire que tout est sous contrôle, que tout est surveillé, qu’il ne faut pas s’en occuper : c’est déjà fait ! Et, quand le scandale explose, les mêmes sont là pour faire croire que les autorités vont prendre en charge le problème, vont imposer de nouvelles normes, vont changer les choses. Et cela jusqu’à la fois suivante… Un scandale du médicament suit un autre. Un scandale chimique suit un autre. Un scandale de la pollution automobile suit un autre. Quelle que soit la taille de la catastrophe, tout continue comme avant. Parce que c’est aux fondements même du système qu’il faudrait s’attaquer et le rôle des institutions bourgeoises, dont l’Etat est la principale, consiste au contraire à défendre à tout prix le système. « A tout prix » signifie justement quel que soit le prix en vies humaines, fussent celles des bébés !!!

Dans le « cas Lactalis » aussi, le patron savait, les enquêteurs savaient, l’Etat savait, les média savaient, l’administration savait. Et… Et ils ont laissé faire pendant des années !!! Comme les patrons du nucléaire savent, comme les patrons de l’amiante savaient, comme les patrons du plomb savent, comme…

On serait bien en peine de citer seulement les scandales les plus graves car la plupart d’entre eux n’ont pas été connus. En fait, le plus souvent les patrons criminels (tous les patrons) s’en sortent parfaitement bien. Quel que soit le nombre de leurs victimes, personne n’applique le principe pollueur-payeur ou tueur-emprisonné, ni même patron irresponsable socialement égale patron interdit de commercer, interdit de produire, interdit d’exercer, interdit d’investir dans de nouvelles sociétés. Car cela porterait atteinte à la liberté, essentielle dans la société bourgeoise, la liberté d’investir pour tout propriétaire du grand capital, quel que soit la manière dont ce capital est investi, fût-ce pour détruire l’humanité !!!

Est-ce que ce n’est pas banaliser le scandale Lactalis que de dire cela ? Est-ce que ce n’est pas noircir l’ensemble des capitalistes et banaliser ceux qui agissent véritablement en criminels, qui ne seraient qu’une petite minorité de canards boiteux ?

Pas du tout ! Ce n’est absolument pas une minorité, ni même une seule fraction ! Pas plus dans les trusts automobiles trompeurs et pollueurs : ils le sont tous ! Pas plus dans les trusts du nucléaires : dangereux et menteurs, ils le sont tous !

Aujourd’hui, nous sommes marqués par le scandale Lactalis. Mais il y en a eu d’autres…

Les premières excuses du fabricant allemand de la Thalidomide aux milliers d’enfants victimes de ce médicament, 50 ans après les premiers cas de malformations, avaient provoqué en septembre 2012 une vague d’émotion suscitant l’effroi dans les pays touchés par le désastre pharmaceutique.

En 2014, c’était le scandale de la Dépakine qui provoque des malformations du fœtus, avec risque plus élevé de retards intellectuels et/ou de la marche ainsi que de cas d’autisme, qui peuvent atteindre jusqu’à 40% des enfants exposés !!!

Le scandale des perturbateurs endocriniens, le scandale du chlordécone, le scandale des produits insecticides pour l’agriculture, le scandale...

Dépakine, Mediator, Distilbène, Vioxx, Isoméride, Di-antalvic, Cérivastatine, Extraits thyroïdiens, Cytotec, Anorex, Prefamone, Tenuae Dospan, Moderatan, Dinintel, Fenproporex, Cholstat, Stator, Incital, Diane 35, Tareg, Diovan, etc, etc…, ce son les noms d’autres scandales de l’industrie du Médicament, couvert par l’Autorité du Médicament complice et le gouvernement lui aussi complice !!!

Les particules fines PM2,5 dans l’air, dioxyde de soufre, dioxyde d’azote, monoxyde de carbone, nanoparticules, etc., voilà encore une série de scandales capitalistes !

Amiante, Arsenic, Benzène, Cadmium, Dioxydes, Mercure, pesticides, Plomb, Cyanure, Sélénium, Zinc, Acide chlorhydrique, Acide Fluorhydrique, acides gras volatils, Lithium, Césium, Sodium, Francium, Potassium, Dioxyde de soufre, Sulfure d’hydrogène, etc, etc…, ce sont encore des noms de tueries capitalistes avec des listes sans fin de victimes…

On apprend ainsi que les trusts nucléaires font peser sur nous la menace d’un nouveau Fukushima en France !!! Et aucun gouvernant, pas plus Hulot qu’un autre, ne s’apprête à les en empêcher !!!

Ceux qui affirment qu’il faut contrôler les capitalistes, limiter leurs profits illicites, les empêcher de nuire ne disent que des mensonges !

Tant qu’on admet la société du grand capital, on laisse les propriétaires privés de capital agir et le pouvoir les couvrir. Aucun contrôle, tant que le pouvoir d’Etat appartient aux capitalistes et tant que l’on admet la propriété privée du grand capital et des entreprises, tant que l’on admet l’exploitation capitaliste en somme, les Lactalis continueront et se multiplieront même. Dire le contraire, c’est tromper les travailleurs et les peuples. Les extrême-gauches ou gauches de la gauche ou encore syndicats qui parlent de contrôler ne font que tromper !!!

Pour contrôler l’économie, le prolétariat doit, préalablement, avoir accédé au pouvoir d’Etat, ce qui suppose d’avoir renversé le pouvoir de la bourgeoisie. Lactalis ne cessera de nuire que lorsque les travailleurs interdiront à tous les Lactalis de diriger leurs entreprises et d’en détenir la propriété ! Ni l’administration, ni les contrôleurs, ni les syndicats, ni personne ne les empêchera de nuire tant qu’on ne leur aura pas supprimé leur pouvoir économique et politique !!! La santé des bébés, des enfants et des autres, le vie de tous est à ce prix !!

La suite

2 Messages de forum

  • Pour les salmonelles, Lactalis savait depuis des années…
    Et a continué à produire et à vendre, en prenant le risque ou en le faisant aux bébés !! Et on nous dit que c’est légal de produire des aliments dans une usine ayant des salmonelles simplement parce que, quand il détectait des salmonelles dans un produit, il ne le vendait pas. Dites simplement qu’il est toujours légal pour le grand capital de faire du profit !!!

    Répondre à ce message

  • poème de Roque Dalton :

    La propriété privée, en fait,

    plus qu’une propriété privée,

    est une propriété qui prive.

    Au nom de ceux qui lavent les vêtements des autres

    (et expulsent de la blancheur la crasse des autres)

    Au nom de ceux qui gardent les enfants des autres

    (et vendent leur force de travail
    sous forme d’amour maternel et d’humiliation)

    Au nom de ceux qui vivent dans la maison des autres

    (qui n’est pas un ventre accueillant mais une tombe ou une prison)

    Au nom de ceux qui mangent les croûtons des autres

    (et encore les mâchent avec le sentiment de voler)
    Au nom de ceux qui vivent dans un pays étranger

    (les maisons et les usines et les commerces

    et les rues et les villes et les villages

    et les fleuves et les lacs et les volcans et les montagnes

    appartiennent toujours à d’autres

    et pour cette raison il y a la police et la garde

    qui les protègent contre nous).

    Au nom de ceux qui ne possèdent que

    la faim l’exploitation les maladies

    la soif de justice et d’eau

    persécution condamnation

    solitude abandon oppression mort

    J’accuse la propriété privée

    de nous priver de tout.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0