English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 1-2 Réformisme et fascisme contre la révolution sociale > Les armées européennes s’entraînent contre des révolutions sociales urbaines (...)

Les armées européennes s’entraînent contre des révolutions sociales urbaines dans leurs propres pays !!!

mercredi 14 février 2018, par Robert Paris

Les armées européennes s’entraînent contre des révolutions sociales urbaines dans leurs propres pays !!!

La Guerre Intérieure n’est pas arrivée que sur PC, avec le jeu Warframe ! Elle se prépare dans la réalité !

Ce sont les gouvernants occidentaux qui ont choisi cette politique consistant à transformer toute la zone moyen-orientale révoltée lors des printemps arabes en vaste enfer pour les peuples. Ce sont eux qui ont choisi de développer le terrorisme tout en prétendant le combattre. Si le terrorisme s’est développé à l’échelle planétaire, ce n’est pas parce qu’ils sont désarmés devant lui mais parce qu’il fait partie de leur arsenal de combat contre les peuples dans une situation où le monde capitaliste est déstabilisé par sa propre crise systémique.

Quand ils ont déstabilisé des pays entiers, détruit leur état, démoli leur armée, ils ont aussi laissé traîner de grandes masses d’armes, les ont même livré eux-mêmes aux bandits armés, les finançant éventuellement directement ou indirectement. Cela leur a permis de transformer la planète en zone de guerre et de lancer la « guerre intérieure » dans les métropoles occidentales elles-mêmes au nom de la lutte antiterroriste.

Cette « guerre intérieure » s’est très vite révélée comme une lutte contre… les travailleurs, contre les grèves, contre les droits des salariés, contre la liberté des travailleurs, contre le droit de manifester, de critiquer, de protester, de contester, en somme une lutte pour transformer progressivement les exploités en… nouveaux esclaves, qui ne peuvent avoir aucun droit, aucune liberté, aucune garantie pour leur avenir…

On peut également se demander à quoi sont utiles les multiples déclarations de Hollande, de Valls ou de Cazeneuve selon lesquelles « la France est en guerre intérieure et extérieure » ? En effet, faut-il gagner d’abord la guerre des média en envahissant les pensées des populations et en leur faisant accepter l’état de guerre permanente et de terrorisme permanent ? En effet, là aussi très médiatiquement, les ministres n’arrêtent pas de nous prédire qu’il y aura de nouveaux attentats, qu’il faut s’y habituer, qu’on n’y peut rien, que cela fera parti de notre vie ? Ils ne savent pas vraiment nous dire ni pourquoi ni pour combien de temps. Ils mettent tous les moyens, tout en disant qu’ils ne pourront pas servir à rien empêcher !!! Curieux comme discours, non ?

Si affoler le peuple ne sert à rien en termes de sécurité, alors à quoi cela sert-il ?

Prenons le gouvernement allemand. Lui aussi diffuse un discours de peur. Il lance ainsi dans les média un programme de mobilisation des moyens du pays en cas de guerre… Tiens, tiens, qu’est-ce que cela signifie à l’heure où l’Etat allemand s’autorise à se lancer dans la marche forcée aux armements et aux interventions à l’étranger alors que ce pays se l’interdisait depuis la deuxième guerre mondiale et la défaite du nazisme.

Donc l’Allemagne annonce à la population qu’il faut se préparer à la guerre. Ah bon ! Mais la guerre contre qui ? Une guerre, selon les gouvernants qui nécessiterait la mobilisation des ressources et des moyens alimentaires de la population civile qui serait menacée. Une fois encore par qui ? Les gouvernants allemands se gardent de le dire.

Ukraine

Le 20 avril 2015, selon une annonce faite dimanche par le ministre de l’Intérieur ukrainien, Arsen Avakov, l’armée américaine commencera l’entraînement des bataillons de la Garde nationale ukrainienne en Ukraine de l’Ouest, près de la frontière polonaise.

« Des commandos américains, totalisant 209 hommes, arriveront le 20 avril au camp d’entraînement de Yavoriv, dans la région de Lviv, » a écrit Avakov sur Facebook. « C’est là qu’auront lieu des exercices militaires de longue durée de la 173ème brigade aéroportée américaine et des unités de combat de la Garde nationale ».

La porte-parole du Pentagone, Eileen Lainez, a confirmé l’exercice au début du mois sans en donner la date exacte. « Cette aide fait partie de nos efforts continus pour maintenir les opérations de défense et de sécurité intérieure de l’Ukraine, » a-t-elle dit. « L’entraînement aidera notamment le gouvernement ukrainien à développer sa Garde nationale pour qu’elle soit à même de mener des opérations de défense sur le plan intérieur. »

Les unités paramilitaires, créées pour la plupart par des oligarques milliardaires qui ont financé et recruté des volontaires fascistes et néo-nazis, serviraient soit à réprimer les protestations populaires dans la partie de l’Ukraine qui est contrôlée par Kiev, soit à faire la guerre en Ukraine de l’Est, si des combats éclataient de nouveau avec les séparatistes pro-russes.

L’entraînement et l’équipement par Washington de forces paramilitaires qui vénèrent des nationalistes et fascistes ukrainiens qui ont collaboré avec les forces d’occupation nazies et facilité l’Holocauste durant la Seconde Guerre mondiale, expose les prétentions démocratiques et humanitaires de Washington en Ukraine comme étant de sales mensonges.

Dmitro Yarosh, le fondateur et dirigeant de l’organisation fasciste Secteur droit a été nommé conseiller officiel du chef d’état-major de l’armée ukrainienne. La nomination a été annoncée par le ministère ukrainien de la Défense. En outre, les milices paramilitaires de Secteur droit doivent être intégrées aux forces armées.

Sur le site internet du ministère de la Défense on pouvait lire dimanche la déclaration suivante : « Le lieutenant-général Viktor Mouzhenko, chef d’état-major, et Dmitri Yarosh se sont accordés sur la forme de collaboration à adopter entre Secteur droit et les forces armées de l’Ukraine. » L’armée ukrainienne y exprimait sa grande « appréciation » des « contributions » apportées par les bataillons de volontaires qui « rendent des services remarquables à la défense de l’Ukraine. »

On y cite Mouzhenko qui dit : « Nous comprenons le besoin de changement et d’accroissement de l’efficacité à tous les niveaux de l’armée. Nous envisageons aussi différents modèles de formation de l’armée de réserve. Nous sommes en train d’élaborer des réformes que nous appliquerons. Nous avons rassemblé tous les patriotes et tous les défenseurs de l’Ukraine sous une direction unique. L’ennemi comprend notre unité et le fait que ses attaques échoueront. Nous avons un objectif commun qui est l’Ukraine unie. L’armée deviendra plus forte de semaine en semaine. »

Quant à Yarosh, il a déclaré que « l’unité est la condition préalable clé pour tous nouveaux combats victorieux. » En vue de « protéger l’Etat contre des ennemis externes, » les bataillons de volontaires de Secteur droit étaient prêts à s’intégrer à l’armée ukrainienne officielle.

Ces annonces indiquent clairement que les milices fascistes qui ont joué un rôle de premier plan dans le renversement du président Viktor Ianoukovitch le 22 février 2014 donnent de plus en plus le ton dans le régime pro-occidental dirigé par l’oligarque Petro Porochenko. Ils sont indispensables à la poursuite des combats contre les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine et à la répression des manifestations populaires d’opposition à la politique de guerre et d’austérité du régime en Ukraine de l’Ouest.

Les armées occidentales se sont également entraînées contre la population en Ukraine… Dans la partie Est elles ont mené une lutte contre le peuple travailleur en faisant comme si elles luttaient contre une armée ennemie !!! Dans ce cas, elle n’est plus question de dénoncer les agressions violentes contre les femmes bien sûr !!!

Comme les ruines d’Irak et d’Afghanistan, l’Ukraine a été transformé en un camp d’entrainement pour la CIA – dirigé par le directeur de la CIA John Brennan à Kiev, avec des “unités spéciales” de la CIA et du FBI qui mettent en place une “structure de sécurité” afin de superviser les attaques sauvages de ceux qui se sont opposé au coup d’état de Février. Regardez les vidéos, lisez les rapports des témoins du massacre d’Odessa. Des bandits fascistes amenés par bus ont brulé les sièges des syndicats, tuant 41 personnes bloquées à l’intérieur. Regardez la police laisser faire. Un docteur a décrit sa tentative d’aller aider les gens, « mais j’ai étais stoppé par des nazis pro-Ukrainiens. L’un deux m’a violemment poussé, en me promettant que bientôt ce serait mon tour à moi et aux autres Juifs d’Odessa… Je me demande pourquoi le monde entier reste silencieux. »

Allemagne

Selon l’information SPIEGEL, la Bundeswehr a écrit un rapport intitulé “Strategic Perspective 2040” ayant été remis à la ministre allemande de la Défense qui s’est empressée de le cacher dans un tiroir fermé à triple tour, non sans avoir rapidement jeté la clef au fond d’un puits, histoire que ledit rapport ne s’étale pas en Une par exemple du Der Spiegel ce qui, en cette période de grande transparence et de fuites chroniques, a donc, comme prévu, terminé en Une d’un grand quotidien.

Ce rapport dit “Strategic Perspective 2040” s’est penché, en 102 pages restées classifiées, sur les grandes tendances sociales et politiques à venir avec un horizon de temps jusqu’en 2040.

Il y aurait 6 scenarii plus que plausibles auxquels l’armée allemande souhaite se préparer car évidemment, ces éventualités seraient génératrices de chocs importants et donc de menaces. Qui dit menaces, dit armées pour se défendre.

La Bundeswehr estime qu’il est possible que l’Occident, sous sa forme actuelle, prenne fin au cours des prochaines décennies… D’ailleurs, cela serait assez logique, tant on entend d’âneries et que l’on contemple une Europe ouverte à tout vent et à toute immigration, même celle qui devient déstabilisante aussi bien pour les nouveaux arrivants que les déjà-là ou les récemment-arrivés. Pas besoin d’être un stratège militaire brillant pour sentir que cela peut vite sentir le roussi…

Pour la première fois de son histoire, le document de 102 pages de la Bundeswehr montre comment les tendances sociales et les conflits internationaux pourraient influencer la politique de sécurité allemande dans les décennies à venir.

L’étude définit le cadre dans lequel la Bundeswehr du futur est susceptible de devoir intervenir sans pour autant donner de conclusions concrètes sur les méthodes que l’armée allemande utiliserait, le matériel nécessaire ou encore la « doctrine » militaire qui serait appliquée. Mais je suis assez peu inquiet sur la capacité de l’armée allemande à se mettre à faire la guerre. Ils ont toujours été brillants dans ce domaine et les siècles d’histoire sont là pour le prouver.

Le principal scénario, et le plus passionnant, est bien évidemment celui de la désintégration de l’Union européenne et de « l’Allemagne en mode réactif » comme peuvent l’écrire les auteurs de ce rapport.

La projection du futur envisagé décrit un monde dans lequel l’ordre international s’érode après des « décennies d’instabilité », les systèmes de valeur divergent dans le monde entier et la mondialisation s’est arrêtée. L’Europe a perdu sa compétitivité mondiale. Beaucoup d’États abandonnent et quittent la Communauté européenne. Le Brexit sera sans doute considéré par l’Histoire comme le premier événement de cette tendance lourde.

Pour les stratégistes de la Bundeswehr, « Le monde devient de plus en plus désordonné, chaotique et conflictuel et provoque le changement de l’environnement de sécurité de l’Allemagne et de l’Europe de façon spectaculaire ».

La deuxième « International Urban Operations Conference » a eu lieu à Berlin en 2014. Quatre cents délégués venus de quarante pays différents, nombre d’entre eux jouissant de traditions démocratiques douteuses, se sont réunis pendant trois jours pour discuter de la répression des soulèvements et d’autres formes de troubles civils en zones urbaines.

« Dans le monde d’aujourd’hui, les régions urbaines sont des zones clé, » déclarait le programme de la conférence. « Le maintien et la création de la stabilité en milieu urbain représente une lourde tâche pour les forces de sécurité d’aujourd’hui… Des scénarios allant de l’assistance de routine et de la démonstration de force jusqu’au combat de rue à grande échelle peuvent changer rapidement, quelque fois même d’une minute à l’autre… De nouvelles menaces d’insurrection, de terrorisme et de guerre de guérilla ne peuvent être combattues que par une technologie de pointe mise au service du renseignement, des moyens de reconnaissance et de surveillance. »

L’objectif de la conférence était de « proposer des solutions aux défis mentionnés ci-dessus. Le programme offrira une plateforme permettant un échange d’expériences tirées des missions en cours et il présentera une synthèse du nouveau concept militaire de l’armée allemande relatif aux opérations urbaines. »

Le programme poursuit en disant : « Les représentants de l’industrie ont la possibilité d’exprimer leurs idées, leurs concepts et leurs solutions à de hauts représentants de l’OTAN et autres hauts gradés de l’armée. »

La conférence fut présidée par le chef du Centre d’instruction (Amt für Heeresentwicklung der Bundeswehr) de l’armée allemande, le brigadier général Erhard Drews. Elle fut conjointement organisée par l’Association allemande pour la technologie de défense (Deutsche Gesellschaft für Wehrtechnik, DWT), une organisation charitable créée en 1957 à l’initiative du ministère de la Défense et qui sert de groupe de pression à l’industrie de l’armement.

Elle fut financée par l’industrie de l’armement. Ses promoteurs comprennent le premier fabricant au monde d’armes à feu portatives, Heckler&Koch, le fournisseur d’armes antichars Dynamit Nobel Defence, Kärcher Futurtech et le groupe d’armement israélien Rafael. Bien d’autres fabricants d’armes ont présenté leurs marchandises dans des stands d’exposition.

Après une réception ‘brise-glace’ au bar de l’hôtel Maritim, les participants ont écouté deux jours durant des dizaines de conférences sur la guérilla urbaine.

Le général de division Drews a parlé sur la « Perspective de l’armée allemande lors d’interventions urbaines, » le brigadier général Bob Bruce (Grande-Bretagne) sur les « Forces terrestres dans l’environnement urbain, » le général de réserve israélien et représentant de Rafael, Rami Ben Efraim, sur « Rafael et le défi urbain. » Le député du Bundestag allemand et président de l’Association des réservistes des forces armées allemandes, Roderich Kiesewetter (Union chrétienne-démocrate) a parlé des « Défis politiques et stratégiques des opérations urbaines et le colonel britannique Mark Kenyon du « Combat urbain – rapports d’un commandant de bataillon. »

Au cours de douze séminaires, une soixantaine de conférences furent tenues par des militaires, des membres de groupes de pression de l’industrie d’armement et des scientifiques. Un représentant de Heckler&Koch a parlé de la « famille des systèmes d’armes à feu de poing pour l’infanterie dans les opérations urbaines modernes, » et un représentant de Securiton a parlé de la « Surveillance mobile : la reconnaissance et le contrôle. »

La Conférence sur les opérations urbaines qui s’est déroulée pratiquement sans commentaire de la part des médias, a donné un aperçu de ce qui est actuellement mis en œuvre dans le cadre de la réforme de l’armée allemande. Depuis l’annonce faite au début de l’année par les représentants du gouvernement de la fin de la ‘retenue militaire’ ceux-ci n’ont cessé de planifier non seulement des interventions contre des ennemis extérieurs, mais aussi des opérations de guerre civile.

Lire aussi

Lire encore

France

Pendant ce temps, en France, les forces de sécurité ont fait des préparatifs de troubles civils de masse au sujet d’ immigrants radicalisés tenant des quartiers entiers. L’armée française fait des plans d’urgence pour la « réappropriation du territoire national, » la reconquête des zones perdues de villes, dans le cas où des populations immigrées armées pourraient obtenir des armes et devenir ouvertement hostiles aux autorités.

Un communiqué d’une grande importance a officialisé la création d’une force conventionnelle de l’armée de terre française qui sera prête à combattre la révolution sociale (sous prétexte de lutte contre le radicalisme…) sur le territoire français :

« Dans le cadre de la mise en œuvre du modèle « Au contact » de l’armée de terre française, un nouveau commandement, le « commandement Terre pour le territoire national (COM TN) » a été administrativement créé le mercredi 1er juin 2016. Il concrétise la prise en compte par l’armée de Terre de l’évolution de la menace sur le territoire national, à travers notamment un rééquilibrage de son offre stratégique. Placé sous l’autorité directe du chef d’état-major de l’armée de Terre, le commandement Terre pour le territoire national est appelé à devenir un véritable « pôle d’excellence » dédié à l’anticipation, à la préparation et à l’engagement opérationnel sur le territoire national. »

Baptisé de façon anodine et apaisante “Au contact”, le nouveau modèle stratégique de l’armée de terre rompt clairement avec celui de l’après Guerre Froide. Le gouvernement français avait alors restructuré son armée pour en faire un outil quasi exclusivement dédié à la projection – en Afrique ou au Moyen-Orient principalement -, toute menace d’invasion militaire du territoire français étant a priori improbable.

Les grandes divisions avaient été démantelées en 1999 pour ne conserver que l’unité de base : la brigade spécialisée. L’état-major disposait ainsi d’un “magasin” d’unité en garnison sur le territoire hexagonal dans lequel il puisait de manière très souple pour former des forces ad hoc, modelées selon les besoins de chaque mission extérieure.

La recréation de deux grandes divisions sous un commandement unique chargé de défendre le territoire français signe le retour du système de divisions devant être capable de déployer, très rapidement, des forces conventionnelles en tout point du territoire français continental à des fins de combat.

Certes depuis la chute de l’URSS, l’armée française n’a jamais cessé de surveiller et de défendre le territoire, mais elle n’envisageait pas pour autant devoir opérer de façon systématique, dans la durée et à grande échelle, sur ce dernier.

Les deux nouvelles divisions, la 1ère et la 3ème, compteront jusqu’à 77.000 soldats. La constitution d’un commandement dédié au territoire français comporte quelques éléments révélateurs comme celui d’un commandement spécifique pour les forces spéciales et un autre pour les forces aéromobiles, c’est-à-dire la flotte d’hélicoptères d’attaque détenue à 95% par l’armée de terre. Flotte qui sera d’ailleurs renforcée par de nouvelles livraisons d’appareils de type “Tigre”, “Caïman” et “Cougar”.

L’infanterie reçoit par ailleurs en ce moment même du matériel neuf et le gouvernement français veut reprendre la production de poudre pour ses fusils d’assaut. Les réservistes sont rappelés et très fortement encouragés à réintégrer les rangs.

Lors de la présentation de ce nouveau format, le général Bosser – le chef de ce nouveau commandement – expliquait : “À sa tête, un état-major sera capable de mener des opérations de troisième dimension : raids en profondeur, flanc-garde ou opérations à caractère interarmes, comme l’utilisation d’hélicoptères de manœuvre pour transporter une force, saisir un pont, récupérer des otages, exfiltrer des personnes”.

Pourquoi utiliser des hélicoptères d’attaque pour “récupérer des otages”, “exfiltrer des personnes” ou “reprendre un pont” ? Le même officier expliquait benoîtement que puisque “l’ennemi étant le même à Gao et à Paris, les soldats [de l’armée de terre] sont les mêmes à Gao et à Paris”.

La France fabrique de nouvelles forces spéciales paramilitaires et milices contre-révolutionnaires… Pour préparer quoi ?

voici l’interprétation de ces préparatifs militaires par le néofasciste Zemmour

L’armée française se prépare à la guerre civile

Lire aussi

Suisse

L’armée Suisse se prépare à d’importants soulèvements en Europe…

voir la vidéo

voir également le texte ici

USA : L’armée s’entraîne à la guerre civile

Suède

Dans un document interne, découvert la semaine dernière, le chef de l’armée suédoise, le général Anders Brännström a ordonné à ses troupes de se préparer à une guerre en Europe

ATTENTION : TOUTES CES ARMEES N’EXISTENT PAS POUR NOUS DEFENDRE MAIS POUR NOUS ECRASER !!!! ELLES NE SERVENT QUE LES CLASSES POSSEDANTES ET ELLES SONT LE PIRE DANGER EN CAS DE RADICALISATION SOCIALE…

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0