English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Le peuple du Sahara ne sera pas libéré par le Maroc, ni par l’Algérie, ni par (...)

Le peuple du Sahara ne sera pas libéré par le Maroc, ni par l’Algérie, ni par l’impérialisme

mardi 10 novembre 2015, par Robert Paris

Le peuple du Sahara ne sera pas libéré par le Maroc, ni par l’Algérie, ni par l’impérialisme

La question de l’indépendance ou de l’autonomie du Sahara revient sur le devant de la scène mondiale. Le roi du Maroc, à l’occasion de l’anniversaire de la « marche verte », la fameuse opération de Hassan II pour se draper dans le nationalisme pour écraser toute opposition politique et sociale à sa dictature, réaffirme la position du Maroc : il ferait partie intégrante de la nation marocaine, qui n’aurait été remise en question que par le colonialisme espagnol, et il serait une ouverture indispensable vers la mer pour ce pays. Pour mieux consolider la dépendance du Sahara du Maroc, la royauté marocaine a affiché, à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte, sa volonté de se rapprocher davantage de l’Afrique subsaharienne, par le développement, dans ses provinces du sud, d’infrastructures permettant la consolidation de ses relations avec cette partie du continent. Si elle avait réellement la volonté d’aider au développement du bien-être des peuples de la région, cela se serait su ! L’Algérie prétend, elle, défendre l’indépendance nationale du peuple sahraoui. Mais quand on voit comment cette dictature s’est servi de son opposition avec le Maroc pour faire taire les oppositions internes, sociales et politiques, en Algérie dès le jour de l’indépendance, quand on voit aussi comment y sont traitées les minorités, à commencer par les kabyles, on peut douter des désirs de la dictature militaire algérienne de vouloir libérer le peuple sahraoui. Le roi du Maroc a beau jeu, d’ailleurs, de mettre en avant la libération des kabyles d’Algérie, l’autonomie, réponse du berger à la bergère, de la dictature à la dictature… Il faut rappeler que le Maroc est le pays des berbères…

Non, personne ne se préoccupe réellement du peuple sahraoui, de ses souffrances, des massacres qu’il a subis, du mur marocain qui les enferme. A commencer par la « communauté internationale » qui, périodiquement, fait mine de mettre cette question à l’ordre du jour, un peu comme elle met en avant de temps en temps, en paroles, les droits des Palestiniens, mais en pratique en se moquant qu’on les massacre ou qu’on les torture, en ne faisant même pas un geste contre ceux qui les tuent.

Les frontières, les barbelés, les murs, les douanes, les armées aux frontières, les Etats ne résolvent les problèmes d’aucun peuple et surtout pas ceux d’un peuple nomade !

Le Sahara n’est ni marocain, ni algérien, ni mauritanien, ni tchadien, ni libyen, ni malien, ni même une propriété des nationalistes sahraouis : il est sans frontières, appartient aux peuples nomades, aux peuples sans frontières, sans Etats, sans nationalismes, sans œillères nationales d’aucune sorte. Mettre des frontières dans le Sahara est aussi absurde pour les peuples que l’était pour les Indiens d’Amérique de mettre la terre en propriété privée. C’est comme si on privatisait l’air, l’eau et le feu pour les peuples indiens de la plaine américaine. Bien sûr, nous ne renions pas les droits nationaux des peuples et nous les soutenons contre les Etats qui les leur refusent. Mais nous plaçons au-dessus de cette revendication bourgeoise les intérêts des peuples, leur liberté, leur bien-être, leurs besoins et, en l’occurrence, le besoin de circuler en tous sens dans le Sahara et non d’en limiter l’accès.

Loin de séparer les peuples africains et magrébins, de diviser les peuples algérien et marocain, mauritanien et libyen, malien et tchadien, le Sahara peut les unir. A condition que ce soit les intérêts des opprimés et pas ceux de leurs oppresseurs qui dicte la politique menée. Pour cela, on ne peut compter sur aucun des Etats bourgeois, et surtout pas des Etats impérialistes, des organisations internationales qui leur obéissent, sur aucun des mouvements bourgeois nationalistes. C’est l’union des exploités et des opprimés qui seule peut donner un tel sens à la lutte dans cette région du monde. Seule une vague des révolutions, mettant en avant la question sociale, peut donner cette perspective à la révolte des peuples de la région.

L’impérialisme, quand il prétend se préoccuper de la liberté au Sahara, se préoccupe surtout de sa mainmise sur le pétrole, de sa mainmise sur la circulation au Sahara, du passage de ses propres bandes armées, y compris des bandes terroristes qu’il manipule.

Quand ces prétendus démocrates s’indignent de la mainmise marocaine sur le Sahara, on pourrait se dire que c’est une bonne chose mais il suffit de regarder ce qui s’est produit quand l’impérialisme s’est indigné de la dictature libyenne ou de la dictature syrienne pour voir que la libération des peuples n’est nullement sa préoccupation. L’impérialisme, camouflé derrière la fameuse communauté internationale, cherche, au contraire, à empêcher la lutte autonome des peuples et des classes ouvrières, l’union des exploités et des opprimés, comme elle l’a fait en Libye et en Syrie, pour éviter que la révolution débutée en Tunisie et en Egypte prenne un tour encore plus social et politique, devienne un révolution permanente, allant sans cesse plus loin dans la remise en cause de la domination bourgeoise et capitaliste.

C’est dans cette perspective que les peuples opprimés, les Sahraoui comme les Palestiniens, peuvent trouver une issue à l’oppression qui les frappe. Et cette perspective-là ne se contente pas de donner un Etat aux peuples qui n’en ont pas, ou de soumettre ces peuples à un Etat, elle permet à ces peuples de se diriger eux-mêmes, de décider eux-mêmes de leur sort, de remettre en cause la domination bourgeoise et capitaliste non seulement sur une région, sur un pays, mais sur le monde. Le peuple sahraoui libre, c’est le peuple travailleur libre, c’est le peuple exploité du monde lui aussi libéré et libéré par lui-même, dirigé par lui-même et non par un quelconque prétendu sauveur !

Oui, le dictateur milliardaire et tortionnaire du Maroc doit retira ses sales pattes du peuple sahraoui, oui les généraux assassins d’Algérie doivent retirer leurs sales pattes du peuples sahraoui, oui les dirigeants racistes de l’apartheid mauritanien doivent retirer leurs sales pattes du peuple sahraoui, mais cela ne doit pas être l’occasion de nouvelles interventions armées des impérialismes, interventions où le peuple sahraoui ne gagnerait que de nouvelles manières de mourir, de nouvelles manières d’être opprimés et d’être terrorisés. L’impérialisme doit ôter ses sales pattes qu’il s’apprête à poser sur le peuple sahraoui !!!

La question de l’oppression du peuple du Sahara n’est pas seulement nationale mais sociale

Du neuf sur la question du Sahra

Encore une « marche verte » du roi du Maroc ! Lisez la propagande royale… Qu’est-ce que le Sahara ?

Le Sahara occidental, dit « marocain »

Histoire du Sahara occidental

Peuples du Sahara

Ce qui unifiera les peuples du Sahel, ce ne sera pas les Etats ! Pas les frontières ! Pas les classes dirigeantes dites nationales ! Pas l’"aide" intéressée des impérialismes et de l’ONU derrière lequel ils se cachent ! Pas l’idéologie dominante, qu’elle soit religieuse, ethnique ou autre ! Pas les institutions ! Pas les intérêts des économies « nationales » ! Non, ce qui les unifiera, ce sont leurs aspirations, leurs existences, leurs souffrances, leur exploitation, leur oppression, leur organisation autonome et leur combat contre leurs ennemis communs !

Camps de réfugiés sahraouis

Pas de frontières au Sahara !

Pas de mur pour enfermer le peuple sahraoui !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0