English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La lutte des classes dans les hôpitaux

La lutte des classes dans les hôpitaux

samedi 11 octobre 2014, par Robert Paris

Alertez les bébés !!!

Le gouvernement de droite avait fermé de multiples maternités comme celle de Saint-Antoine. Avec le gouvernement de gauche, de nouvelles maternités sont fermées ou menacées : Orthez, Dourdan, Lilas, Seyne-sur-Mer, Vire, Saintes, Tarbes, Criquebeuf, Royan, Vitry-le-français, etc, etc…

En vertu de décrets passés en 2010, les hôpitaux qui réalisent moins d’un certain seuil d’interventions par an sont menacés de fermeture. Les services de gynécologie ne sont pas les seuls touchés.

Vendredi après-midi, une femme de 35 ans a perdu son nouveau-né en accouchant sur l’autoroute A20, faute de parvenir à temps à la maternité de Brive, en Corrèze. Le Lot, département où elle réside, ne dispose que d’une maternité, située à Cahors, depuis la fermeture en 2009 de celle de Figeac, passée sous le cap des 300 accouchements par an.

Stop aux horaires bidon !

De plus en plus dans les services de l’hôpital Cochin, les agents travaillent en 7h36 et non plus en 7h50. Pour la direction, c’est tout bénéf car cela lui permet de supprimer 4 jours de repos aux agents sachant qu’avec ses horaires bidons, 14h16 ou 21h16, c’est souvent la course avec la charge de travail qui augmentent et le sous effectif. Impossible de finir à l’heure en comptant le temps de transmissions. C’est donc du temps en plus (non récupéré, non payé, c’est du bénévolat ?) tous les jours et des horaires bidons qui nous suppriment des jours de repos. A force de tirer sur la corde, ça va finir par craquer......

Restructurer le public pour favoriser le privé

Depuis l’arrivée à Cochin de la chirurgie thoracique de l’Hôtel dieu, le service de chirurgie orthopédique a perdu des lits.Il faut donc faire la même activité avec beaucoup moins de lits. Et du sous effectif permanent. Aller vite toujours plus vite, un patient à peine parti qu’on en réinstalle un autre. Et tout faire pour favoriser l’ambulatoire, la recette soi-disant miracle pour faire des économies. Mais faire toujours plus avec toujours moins a des limites et on commence parfois à voir des patients que l’on oriente vers le secteur privé, faute de place pour les accueillir dans le secteur public !!

Dépenses inutiles

L’APHP nous dit qu’il n’y a pas d’argent mais on se demande comment elle fait pour en trouver sans cesse à gaspiller pour transférer des services. Car ces déplacements continuels ne sont pas sans coûter pas mal d’argent ! Le service de greffe hépatique, par exemple, venu il y a quatre ans à Saint-Antoine depuis Cochin, avait nécessité de grands travaux pour l’accueillir : bloc spécifique, travaux dans les services. Et maintenant ce secteur part à la Salpétrière avec à l’arrivée le même scénario de travaux supplémentaires et des coûts supplémentaires. D’où il ressort que nous n’écoutons jamais la direction de l’APHP quand elle pleure misère pour nous serrer la ceinture.

Des déménagements qui n’en finissent pas

C’est maintenant la Cardiologie de l’hôpital Saint-Antoine qui se retrouve à transporter ses meubles du bâtiment Lemière à celui de Robert André à la place de l’ancien service de Neurologie. Le personnel se retrouve contraint de tout transporter d’un bâtiment à l’autre, jonglant ainsi entre le rôle de soignant et celui de déménageur. Pour que la direction réfléchisse davantage avant de faire sans cesse des déménagements, le mieux ne serait-il pas que ce soient aux responsables que l’on demande d’effectuer les déplacements de matériel ?

Suppressions de services égalent suppressions de postes

Comme chacun sait, le but réel des déménagements est de supprimer des postes. A chaque déplacement, le nombre de poste se restreint comme peau de chagrin. La direction prétend que les personnels laissés en plan n’auront aucun problème pour retrouver un poste et qu’ils n’auront qu’à en demander à la « cellule de la mobilité ». Ce n’est que du vent et ses promesses ne coûtent pas cher, d’autant qu’elles ne sont nullement suivies d’effet. Des personnels de Saint-Antoine par exemple restent toujours sur le carreau malgré la cellule de mobilité et malgré le manque de personnel dans tous les services. Ce n’est pas une cellule de mobilité mais une cellule d’enfermement !

In-admissible !

Le service des admissions du bâtiment Charcot à Tenon est définitivement fermé ! On avait remarqué sa fermeture estivale qui s’éternisait, la direction voulant nous démontrer qu’on pouvait très bien s’en passer. On avait remarqué dans ce bulletin que cela n’augurait rien de bon et qu’on devait se méfier. Effectivement, si on laisse croire à la direction qu’on peut se passer d’un agent, d’un lit, d’une activité quelconque, ne serait-ce que momentanément, elle la supprime définitivement !

Souriez : vous êtes filmés

Remplacer trois agents de surveillance par des caméras, voilà la nouvelle conception de la protection que défend la direction de l’hôpital Tenon. Pourtant chacun sait que rien ne remplace la présence humaine quand il faut intervenir. En cas d’incident, on sait bien que le plus grand problème est déjà le manque d’effectif et la suppression des agents ne fait que l’aggraver. Ce n’est pas des caméras qui vont défendre les personnels en cas de nécessité. On a même remarqué qu’une caméra a été installée dans l’escalier menant aux locaux syndicaux. on propose plutôt de les mettre à l’intérieur des bureaux directoriaux avec retransmission grand écran pour que chacun puisse profiter des propos, des tractations et autres discussions qui se profèrent parmi les responsables.

Encore un effet du sous-effectif sur la Santé

Il faut parfois six mois et plus pour obtenir une carte de sécurité sociale en cas de première demande ou de renouvellement, par exemple si on change d’adresse. La cause en est le manque criant d’effectifs. Cela signifie que durant des mois, les personnes ne peuvent pas se soigner ou le font à leurs frais ! C’est scandaleux ! Et l’avenir de la Sécu n’est pas meilleur : le projet de loi de financement de la Sécu prévoit une augmentation de seulement 2% en 2015 alors que, simplement pour maintenir l’existant il faudrait l’augmenter de 4%.

Le fameux trou de la Sécu…

Le déficit du régime général de la Sécu en 2014 serait de 11,7 milliards d’euros ; en même temps, la Cour des Comptes décrit une fraude patronale à la Sécu de 16 à 20 milliards d’euros. Et c’est sans compter les 30 milliards d’euros d’exonérations supplémentaires des cotisations offertes au patronat par le gouvernement chaque année ! Bien sûr, ceux qui trinquent, quel que soit la couleur du gouvernement bourgeois, ce sont les malades, les personnels des hôpitaux, les prestations familiales et les retraites…

Ne nous laissons pas voler

Lorsqu’un agent envoie son arrêt de travail, il entend de plus en plus souvent dire que son arrêt a été perdu ou qu’il a été reçu hors délai, sachant que dans ce cas, l’arrêt peut ne pas être pris en compte ou seulement partiellement. La direction qui en reste à la règle « le cachet de la poste faisant foi » refuse que l’agent dépose lui-même son arrêt au bureau comme on le faisait avant. Cette pratique de la direction peut mettre les agents en situation irrégulière et avoir comme conséquence des retraits de salaire. Il est facile à la direction d’affirmer qu’elle n’a rien reçu puisque l’agent ne dispose d’aucune preuve qu’il a effectué cet envoi ! De là à dire que la direction est de mauvaise foi….

La lutte contre Ebola n’a pas commencé

Alors qu’une étude américaine prétend que la France serait le pays occidental le plus menacé par Ebola avec 75% de chances que le virus s’y implante, le virus continue son œuvre mortifère en Afrique, causant des milliers de morts et détruisant la société sur son passage. L’Etat est lui-même effondré par le virus au point que les Américains ont décidé d’y envoyer des troupes pour assurer la sécurité sous prétexte d’aide médicale. Mais il n’est toujours pas question pour les pays riches et leurs Etats de produire en masse les antiviraux dont ils disposent et qu’ils utilisent aux USA comme en France, comme on l’a vu dans les cas de malades dans ces pays. Il n’est pas question pour les Etats de débourser les sommes importantes qui amèneraient les trusts pharmaceutiques à se décider à produire ces antiviraux en grande quantité. Le prétexte, c’est que les antiviraux n’ont pas encore été testés sur l’homme ! Mais pourquoi alors les avoir administrés aux médecins américains et à l’infirmière française ? Et avec succès pour les trois !

Les 3.000 soldats américains promis en renfort par le président Obama sont arrivés en Afrique mais pas les médicaments ni les antivirus et Obama a confirmé oralement que les USA ne comptaient pas les fournir. Quant aux soldats américains sur place, ils n’auront toutefois "pas de contact direct" avec les patients infectés par le virus, a assuré le porte-parole du Pentagone. Cela n’a donc rien à voir avec une aide humanitaire. C’est une aide sécuritaire parce que les peuples touchés se révoltent de plus en plus contre les autorités qui les laissent mourir enfermés mais ne disposent pas de locaux médicalisés, ni d’équipes médicales, ni de médicaments pour les soigner…

Il s’agit donc là aussi de prévenir tout risque d’émeutes et de révoltes et pas d’aide médicale. Un peu comme en Haïti avec l’intervention militaire internationale sous prétexte de tremblement de terre, un pays qui est toujours sous occupation militaire des années après….

Barack Obama a déclaré que les États-Unis n’étaient pas du tout prêts à fournir le sérum anti-ebola, baptisé sérum Zmapp, aux pays touchés par la fièvre hémorragique. « Il est trop tôt pour envoyer le médicament expérimental d’Ebola en Afrique » a-t-il dit. Selon le Chef d’État, les États-Unis préfèrent rester prudents, car ce sérum serait encore « très expérimental », donc pas tout à fait sûre à 100%. Il n’y aura donc pas de livraisons massives d’antivirus à l’Afrique et ce continent est menacé mais aussi le reste du monde…

Maternité d’Orthez menacée

Le drame survenu à la maternité d’Orthez semble tomber à point nommé pour l’ARS qui saute sur l’occasion afin de fermer cette maternité au lieu de se démener pour trouver un autre anesthésiste et s’attaquer au véritable problème qu’elle a connu. En effet, la maternité d’Orthez était rattachée, par décision de la même ARS, au bloc et aux anesthésistes d’une clinique privée. C’est celle-ci qui avait recruté l’anesthésiste. C’est elle qui n’avait pas vérifié la bonne santé de la professionnelle. Bien entendu, les responsables de la clinique privée qui est la responsable de l’anesthésiste ne sont pas désignés du doigt ni inquiétée. La clinique privée n’est pas menacée de fermeture. C’est la maternité publique qui est désignée du doigt par tous les responsables ! L’ARS ne s’est jamais manifestée pour souhaiter que les personnels soient suivis par la médecine du travail ! Elle ne s’est pas non plus manifestée pour dénoncer la manière d’embaucher et de gérer des personnels libéraux par le privé alors qu’ils travaillent dans le service public. Elle ne s’est encore pas manifestée contre la manière de gérer des cliniques en état de faillite et qui sont reprises par des groupes privés, comme c’est le cas de tout l’hôpital d’Orthez et pas seulement de la maternité. Une occasion trouvée pour fermer une maternité de proximité, les ARS ne vont pas en manquer une car c’est l’austérité à tout prix. C’est bien les directions d’ARS qui sont coupables et qu’il faudrait fermer !

Responsabilité et confiance égale austérité et défiance

La FHF veut bénéficier du « pacte de responsabilité » dans les hôpitaux en effectuant des économies sur le dos des 35 heures, des effectifs et des RTT. La FHF qui est du côté des directeurs et des patrons ne cesse de voir le problème des hôpitaux prétendument lié aux jours de RTT qu’il estime trop important ! En réalité, les passages en 7H36, 7H30 ou 7H21 sont une belle arnaque pour nous faire travailler plus sur un temps plus court et nous piquer nos temps de repos en RTT, ce qui nous fait perdre entre une semaine et deux semaines par an ! Alors que la véritable réforme à remettre en cause n’est pas celle des 35 heures, des RTT et que les effectifs sont au contraire catastrophiquement en baisse, FHF et gouvernement refusent de remettre directement en cause la vraie source des problèmes : la T2A. Marisol Touraine a prétendu avec son « pacte de confiance » que « la T2A ne sera plus l’alpha et l’oméga du fonctionnement de l’hôpital » mais elle s’est bien gardée de l’abolir. Quant à la FHF, elle propose tout simplement d’aligner tous les hôpitaux sur un plafond de 15 jours de RTT annuels. C’est ça qu’elle appelle un « pacte de confiance pour l’hôpital » !!!

La T2A ça suffit !

Un des exemples des dérives dues à la T2A est celle des soins aux malades souffrant d’insuffisances rénales. La T2A favorise systématiquement la dialyse contre la greffe alors que l’intérêt des malades irait le plus souvent en sens inverse. En France, seuls 45% des insuffisants rénaux sont greffés contre 70% en Norvège par exemple. La gestion uniquement comptable de l’hôpital, on en a soupé ! Le financement par la T2A conduit à privilégier les malades et les activités rentables financièrement, c’est-à-dire essentiellement les patients ayant des pathologies aiguës relevant de gestes techniques et n’ayant pas de poly-pathologies ni de maladie chronique ou de problèmes sociaux ou psychiatriques. Le rapport Edouard Couty décrivait de multiples dérives causées par la T2A mais le gouvernement n’a pas encore choisi de la mettre au rencart !

Convergence des luttes

Le 23 septembre, 1800 manifestants se sont rassemblés devant le ministère à l’appel de la "Convergence des Hôpitaux en Lutte contre l’hôstérité". Suppression des RTT, gel du point d’indice, non remplacement des arrêts maladie et congés maternités, sous-effectifs induisant insécurité des patients et des personnels, rappel sur les jours de repos, explosion des heures de récupération, réduction des budgets de formation, externalisation ou fermeture des services techniques ou logistiques : tels étaient les points noirs que la manifestation entendait mettre en avant. Le but étant de faire un pas vers une lutte d’ensemble à la Santé et au secteur social puisque les problèmes y sont globaux et pas seulement locaux. Les fédérations syndicales continuant à faire la sourde oreille, il reste à s’organiser à la base et à se contacter d’un hôpital à l’autre puisque chacun d’entre nous connaît des personnels de plusieurs hôpitaux…

Comptes dans le rouge

On recommence à nous annoncer que les hôpitaux sont dans le rouge. Il faut dire que ces calculs ne proviennent pas directement des dépenses et des recettes mais de modes de calculs arbitraires des directions. Il suffit de modifier le mode de calcul pour passer du rouge au vert et inversement. Par exemple, toute comptabilisation supplémentaire des retraites plombe les chiffres, sans que l’hôpital n’aie ni dépensé plus ni embauché plus. Cela suffit cette comédie des comptes en rouge qui sert à nous obliger à travailler sans effectifs et à nous crever au boulot !

Il y a le feu au Chaudron

A la Réunion, la population est exaspérée par la cherté de la vie, la pauvreté des quartiers populaires et le chômage. Il y a une quinzaine de jours, les jeunes du quartier du Chaudron se sont révoltés une nouvelle fois comme en 2009. Il faut dire qu’il y a de quoi : 80% de ces jeunes sont au chômage. On ne leur propose que des contrats très précaires et jamais un vrai travail. Il ne faudra pas s’étonner si cette jeune génération décide de ne pas se laisser faire et de refuser de rester dans la misère alors que la richesse s’étale luxueusement à côté ! Au Chaudron comme ailleurs, le feu va finir par prendre et il faudra que ce soit pour en finir avec la misère et la société d’exploitation qui nous y plonge.


La manif pour tous… les hypocrites

Mariage homosexuel, « théorie » du genre, école, famille, enfance, adoption, PMA, GPA, les défenseurs du traditionalisme en matière de mœurs, d’éducation, de relations sexuelles sont mobilisés en France. La même offensive a lieu également dans le reste du monde. C’est également au plus haut sommet de la hiérarchie catholique que se déroule cette offensive, le pape François premier réunissant un synode pour mobiliser les catholiques sur les questions de la famille, du mariage, des enfants et contre les droits des femmes à l’avortement, à la contraception, à la PMA, à la GPA, à l’adoption des homosexuels et on en passe… Et effectivement l’un des milieux les plus mobilisés que ce soit en France ou ailleurs en Europe pour combattre tout changement, toute libéralisation en la matière, est bien le milieu traditionaliste catholique. Bien sûr, ce milieu avait fait plutôt profil bas dans certains pays suite à un certain nombre d’événements comme le soutien de la papauté aux dictatures fascistes dont le franquisme, le pétainisme, le nazisme et les dictatures d’Amérique latine (François premier a soutenu en personne une de celles-ci).

La France a déjà bien connu les extrémismes dans lesquels ce milieu était capable de la porter puisque c’est eux qui ont mené aux massacres de la Saint-Barthélemy ou de la guerre civile de « La Sainte Ligue » des partisans catholiques de Guise ou encore aux horreurs des assassinats de femmes accusées de sorcellerie par dizaines de milliers et brûlées en France. Ce passé est parfois ancien mais il arrive que certains effondrements économiques, sociaux et politiques ramènent à la surface les scories du passé…

En France, l’adoption du mariage pour les homosexuels, dix ans après l’Espagne pourtant très catholique, a été l’occasion pour ce milieu réactionnaire de se mobiliser, de s’organiser, de reprendre une influence politique, de se structurer, de trouver des militants et des aides financières. Il s’est mis à peser sur les politiques, sur les élus, sur les professionnels de santé, manifestant jusque dans les hôpitaux, dans les centres d’IVG ou aux abords, avec le soutien des forces de répression.

Cela a permis également à des forces de droite et d’extrême droite de trouver un drapeau pour mobiliser des populations qu’elles ne pouvaient mobiliser sur d’autres thèmes, étant entièrement d’accord avec la politique antisociale et procapitaliste de la gauche gouvernementale…

D’ailleurs, cette gauche gouvernementale est la première à développer un discours de droite et d’extrême droite du type "travail, famille, patrie" et de favoriser ainsi la poussée idéologique vers la droite de toute la société.

On peut certes se demander si certaines familles qui descendent dans la rue n’ont pas des préoccupations légitimes : celle que les enfants ne soient pas victimes ou celle que la commercialisation n’atteigne pas la procréation par autrui ou l’aide à la procréation. Mais il faut tout de suite dire qu’il y a parfaitement moyen de voir que tout cela n’est qu’hypocrisie et positions réactionnaires se cachant derrière la morale et ne se préoccupant nullement de l’intérêt des enfants ni des familles. C’est ce que nous allons montrer ici.

En effet, quiconque serait réellement préoccupé de l’intérêt des enfants ne se contenterait pas de revendiquer que ceux-ci aient une famille composée d’un homme et d’une femme. Car ce point qui leur paraît la condition première du bien-être des enfants ne l’est nullement. Combien d’enfants de telles familles subissent des sévices au sein de telles familles ? Est-ce que de telles familles, composées ultra correctement aux yeux des traditionalistes, se déchirent, imposant finalement à l’enfant d’être éduqué par un seul parent, lequel n’a pas toujours les moyens matériels ou moraux de s’en occuper correctement. Et qui peut prétendre qu’il serait pire qu’un enfant soit éduqué par une famille homo ? Sans parler du grand nombre de femmes qui subissent des violences de la part de leur conjoint devant les enfants. Sans parler des enfants qui subissent des violences de la part de leurs parents, y compris des violences sexuelles ! En quoi l’existence d’une famille formée d’un homme et d’une femme suffit-elle à protéger les enfants ? En rien ! A-t-on vu tous ceux qui se mobilisent soi-disant pour les enfants à l’occasion de la « Manif pour tous » être présents aux manifestations contre les violences faites aux femmes ? Absolument pas ! Les a-t-on vu se manifester contre les prêtres pédophiles dont des millions d’enfants ont été victimes dans le monde ? Absolument pas.

Des gens qui se prétendent motivés par la manière dont les enfants vont être entourés, éduqués, formés, aimés auraient dû être horrifiés par les crimes des prêtres pédophiles et par le fait que la hiérarchie catholique n’a fait que les couvrir, que les cacher, que les protéger, que leur permettre de récidiver en les déplaçant et leur permettant de recommencer ailleurs, une fois que leur crime avait été connu quelque part. Ces catholiques intégristes devraient se demander s’il est bien prudent, dans l’intérêt des enfants, de les livrer à des prêtres auxquels on refuse une sexualité normale, un droit à se marier et à avoir eux-mêmes des enfants qu’ils auraient produit par eux-mêmes. Quand on pense que c’est exactement ce que ces gens-là refusent aux homosexuels : le droit d’éduquer des enfants qu’ils n’auraient pas produit « naturellement » par eux-mêmes… Ils devraient s’interroger sur la fiabilité de la hiérarchie catholique en la matière : elle qui prétend organiser les mobilisations pour la défense de l’enfance et a cautionné tous les crimes de ses prêtres contre les enfants ! Ils devraient se préoccuper du sort des femmes et des enfants, non déclarés, de prêtres tenus de rendre secrets leurs relations avec des gouvernantes.

Oui, c’est bien l’hypocrisie pure qui caractérise ce milieu catholique, intégriste, ultra réactionnaire.

Tous ces gens qui nous affirment qu’il faut un père et une mère à un enfant omettent de se souvenir que ce n’est pas parce qu’un enfant est né avec un père et une mère qu’il va le rester. Ils oublient que nombre de couples divorcent, se déchirent, se disputent les enfants. En quoi un enfant serait-il plus malheureux s’il est pris en charge par un couple homo aimant et capable de lui offrir un univers stable et sympathique ? Là aussi, cela pue l’hypocrisie à plein nez. Voit-on ces gens-là se mobiliser dans la rue quand il s’agit de lutter contre les violences que subissent les femmes et dont les enfants sont eux aussi victimes, témoins de ces violences et frappées aux aussi dans leur vie affective par ces situations dramatiques ?

Qu’est-ce qui les empêche de se dire que ces relations homosexuelles, si elles existent, c’est justement parce qu’elles font partie de la nature humaine ? Qu’est-ce qui les autorise à décréter que ce qu’ils ne ressentent pas comme affection humaine doive être pourchassée comme interdite par la nature ? Sont-ils des exemples de probité, de bienveillance, d’amour, pour se permettre de juger, de condamner, de désigner à la vindicte publique, eux qui ont cautionné les crimes pédophiles, les crimes fascistes, les crimes génocidaires de l’Eglise dans le passé ?

Ces gens-là dénoncent l’accès à l’adoption des couples homosexuels comme un crime ! Comme si un enfant pris en charge par un couple homo serait plus malheureux que le sont des millions d’enfants à la rue, dans la misère, livrés à la prostitution, à l’exploitation des enfants, à l’esclavage ou à la faim !

Quelle meilleure preuve de l’hypocrisie de ces courants intégristes catholiques ou traditionalistes que leurs positions sur le droit à l’avortement et à la contraception qu’ils voudraient interdire aux femmes ! En effet, en quoi ces gens-là pourraient se prévaloir de leur souci de « l’enfant d’abord » dont ils se drapent puisqu’ils veulent imposer à des femmes qui ne le souhaitent pas d’avoir des enfants, chacun ayant conscience qu’une femme prête à avorter ou souhaitant utiliser une contraception ne se sent pas prête d’avoir un enfant et ne serait pas dans de bonnes conditions pour s’en occuper. Là aussi ces moralistes prétendent que les relations hommes/femmes doivent mener à la procréation et décident à la place des hommes et des femmes que les relations sexuelles doivent être réglées par les préceptes de l’ancien et du nouveau testament ! Pas étonnant que ces gens-là soient hostiles aux homosexuels condamnés par l’ancien testament (voir les villes de Sodome et Gomorrhe…). Quelle hypocrisie de leur part de prétendre défendre le couple homme/femme puisqu’ils ne laissent même pas le droit à ce couple d’avoir la sexualité qu’il souhaite et les enfants s’il en veut et pas autrement…

Sur la PMA, même hypocrisie ! Ils protestent contre la PMA pour les homosexuels alors qu’on sait bien qu’ils sont contre la PMA tout court, pour les homos comme pour les hétéros ! Pour ces réactionnaires qui en sont restés aux règles de la Bible, la procréation médicalement assistée est impie ou contre nature ! Mais qu’est-ce qui est naturel ? C’est ce qui est reconnu dans la Bible ? Cela signifie que l’aide médicale à la procréation dans les maternités hospitalières est tout aussi impie et sacrilège que la PMA ! Il faut laisser les femmes mourir en couches comme dans le temps ? Il faut interdire la césarienne ! D’ailleurs la médecine même c’est aller contre la nature. Si dieu a décidé qu’on doit mourir en procréant, il ne faut pas aller contre ?!!!

Comme si les enfants nés sous PMA n’étaient pas nés de manière naturelle ! Comme si la médecine était aujourd’hui capable de faire naître des êtres humains de manière vraiment artificielle !

Quant à la GPA commerciale, que la « manif pour tous » agite comme on présente le diable, c’est un hochet ridicule car aucun pays d’Europe ne la pratique, seule la Roumanie a une législation qui la permettrait tout en n’ayant pas donné le droit formel d’une telle pratique.

Déclarer la PMA contre nature est exactement du même type que de déclarer la chirurgie contre nature. Déclarer l’homosexualité contre nature est aussi du même type que de déclarer la relation sexuelle sans volonté d’enfanter contre nature. C’est revenir à l’époque de la « Sainte Inquisition » qui décidait que tel ou tel comportement était criminel et diabolique.

Les classes dirigeantes aimeraient bien se servir de ces questions de la famille, de l’enfance, de l’éducation pour s’appuyer sur les milieux les plus traditionalistes, y compris dans les milieux populaires et ainsi les diviser. Elles aimeraient bien détourner la colère sociale qui monte, alors que le système capitaliste est incapable de se sortir de sa crise, vers des haines inter-communautaires, des haines inter-raciales, des haines inter-religieuses, des haines entre hommes et femmes, homosexuels et hétérosexuels et toutes sortes d’autres moyens d’opposer les populations comme entre jeunes et vieux, contre les banlieues, etc…

Il ne s’agit pas seulement de se battre pour la liberté des homosexuels, des hommes et des femmes dans le domaine des mœurs, de l’éducation, des droits de vivre comme on le souhaite. La lutte pour contrer les réactionnaires sur le terrain sociétal est inséparable de la lutte sociale de la classe ouvrière contre la classe capitaliste et de la lutte contre la guerre mondiale, c’est-à-dire du combat révolutionnaire. Car sinon, ces classes dirigeantes trouveront, d’une manière ou d’une autre, le moyen de nous renvoyer dans une Saint-Barthélemy, dans une guerre civile ou dans une guerre mondiale…

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0