English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 26- HISTOIRES COMIQUES > MDR ou LOL ?

MDR ou LOL ?

vendredi 10 octobre 2014, par Robert Paris

MDR ou LOL ?

Valls-Hollande font feu sur ceux qu’ils appellent « les sans dents »

Alors qu’Hollande déclarait que « Ce n’est pas à un moment où il y a un taux de chômage élevé qu’il faut réduire les droits des chômeurs. », lui et Valls mènent campagne contre les chômeurs. Ils ont lancé des enquêtes de Pôle emploi pour prouver que les chômeurs ne cherchent pas d’emploi ! Et Valls, en visite à la city londonienne a déclaré vouloir réduire la durée des versements aux chômeurs, provoquant la colère des syndicats et la sympathie du patronat. Mais les discours de Valls aux capitalistes et politiciens anglais est instructive à plus d’un titre. Non seulement on y apprend qu’il considère que les chômeurs sont trop payés pour être assez motivés pour chercher du travail, allant contre d’autres discours où il affirmait que les chômeurs ne devaient pas être stigmatisés. Mais on apprend aussi que le gouvernement, loin de chercher à faire baisser le chômage, tient à un chômage élevé pour faire pression sur les salaires et sur les luttes sociales. Il a notamment déclaré aux journalistes à Londres que : « On doit inciter davantage les chômeurs au retour à l’emploi. » et devant les bourgeois de la City de Londres : « En France, nous avons fait le choix d’un chômage très important et très bien indemnisé. » Il y a dans cette affirmation la promesse de baisser l’indemnisation mais il y a plus : il y a l’affirmation contrairement aux déclarations sans cesse répétées de Hollande-Valls que le gouvernement « fait le choix d’un chômage très important. » Les prétendus « sans dents » vont en grincer à avoir envie de mordre…

La FNAC craint pour ses finances… l’incident nucléaire

On peut lire dans les conditions générales d’annulation de spectacles de la FNAC, au paragraphe « exclusion de garantie », une clause précisant que la FAC ne devra pas remboursement des places en cas d’annulation dans les cas suivants : « épidémies, pandémies, pollution, grèves, catastrophes naturelles, émeutes, mouvements populaires… accidents résultant de la désintégration du noyau atomique ou occasionnés par des tremblements de terre, éruptions volcaniques ou tout autre cataclysme, guerre civile ou étrangère, actes de terrorisme ou leur menace, tout effet d’une source de radioactivité. »

On reste pantois d’une telle liste à la Prévert et aussi à quel point l’ignorance se rajoute à la crainte. Car des effets de source de radioactivité sont utilisés plus souvent de manière médiale et bénéfique qu’autre chose et que des désintégrations de noyaux atomiques se produisent à chaque instant dans des matériaux sans que cela produise ni annulation de spectacles ni remboursements…

Délit de faciès de la police

Un couple de Guinéens a passé la nuit en prison pour avoir osé proposer un billet de 500€ parfaitement honnête au supermarché Leclerc de Douai. Le magasin a appelé la police qui a estimé devoir les enfermer en prison… en attendant de vérifier la validité du billet, préférant pour s’en assurer présenter le billet à une banque le lendemain ! Bien entendu, même si la bêtise y a une grande part, il y a fort à parier que le racisme n’est pas absent dans ce scandale !

Ils sont timbrés à la direction de La Poste !

Un facteur ayant accidentellement écrasé un chien, le coupable est revenu en personne trouver le propriétaire du chien pour s’expliquer et s’excuser. La direction de La Poste, informée du fait, a estimé que ce n’était pas assez et qu’elle devait faire un « geste commercial » à cette occasion. Elle a donc envoyé un courrier au propriétaire du chien dans lequel elle lui remettait en guise d’indemnisation un « bon dédommagement » permettant d’affranchir un courrier de 20 grammes, soit l’équivalent de 0,66€. Soit les finances de La Poste vont très mal soit la contrition de sa direction ne vaut pas cher !

Pen à payer

Sept excès de vitesse, un feu rouge grillé, un permis supprimé et le non paiement des amendes et du permis, tout cela n’aurait pas suffi à faire de Marine Le Pen un chauffeur exceptionnel ni un mauvais payeur excessif. Par contre, là où elle se singularise, c’est parce qu’elle avait prétendu devant les journalistes s’être fait honneur de ne pas avoir dénoncé les vrais conducteurs alors qu’en réalité pour conserver son permis, elle avait tenté de faire croire que c’était sa mère de 77 ans qui conduisait. Mieux encore, elle a fini par payer les sommes dues mais sur le compte du parti Front National. Il faut dire que n’étant pas (encore) aux manettes de la France, elle ne peut pas (encore) les faire payer sur les impôts de la population. Mais elle espère bien se rattraper ensuite…

Ajoutez un trou à un autre trou…

Le gouvernement ne cesse de diminuer le service public, de réduire les avantages sociaux, de casser les aides, la santé, l’éducation mais tout cela n’y fait rien, les comptes publics sont de plus en plus dans le rouge… Que voulez-vous, il faut bien que le gouvernement « socialiste » ait coffre ouvert aux capitalistes et aux banquiers. Résultat : la dette publique officielle atteint les 2000 milliards d’euros. Et ce n’est encore que celle, directe, de l’Etat car il faut y rajouter la dette de tous les établissements, publics ou EPIC, qui en dépendent du style Caisse des dépôts et consignation, Banque de France, Sécu, APHP ou SNCF. Qui sait à quel énorme montant on arrive alors… Ne cherchez pas où va l’argent, c’est le seul point qui n’est jamais évoqué par les média !

Aéroport de Nantes : les dépenses décollent

Le Canard Enchainé du 8 octobre dernier nous apprend que le fameux nouvel aéroport si contesté dans la rue sera plus petit que l’ancien ! Alors que les partisans de sa construction, dont l’ancien ministre Ayrault et le président Hollande en tête, prétendaient qu’on se marchait dessus dans l’ancien aéroport avec ses quatre millions de passager par an, cela devrait être pire avec le nouveau ! Par contre, il n’y a rien à rabattre sur les 450 millions d’euros que coûtera sa construction, chiffre en première estimation évidemment puisque toutes ces constructions coûtent bien plus cher généralement que prévu, demandez au nouveau ministère des finances de Balard ou au Grand Stade de Lille qui coûtent des centaines de millions de plus que prévu, argent qui va dans la poche des Eiffage et autres Bouygues évidemment. Mais là ce n’est plus une erreur de calcul mais le but même de toute l’opération…

On ne vous fait pas un dessin

Des catholiques traditionalistes ont essayé de faire plonger le dessinateur Plantu pour avoir produit un croquis satirique représentant le pape en train de sodomiser un enfant, allusion à la protection des prêtres pédophiles par la papauté. Eh bien, fort heureusement, la justice française aux mains de satan a décidé de débouter les culs bénis, indignés qu’ils étaient plus du dessin que de la réalité des faits… Cela ne serait pas passé comme cela à l’époque bénie de l’Inquisition que la Manif pour tous appelle de ses vœux !

Ne pas manger l’emballage !

Encore un perturbateur endocrinien dans nos assiettes : les microparticules de plastiques qui flottent dans les mers sont avalées par les moules, huitres et autres poissons et se retrouvent ensuite dans nos estomacs, faisant le plus grand mal à notre équilibre hormonal. En effet, ces microdéchets sont bourrés de bisphénol A, de phtalates, de PBDE et autres saloperies chimiques nuisibles. Un petit calcula donné la modique quantité de 11.000 microparticules par consommateur. Ah, le goût du fruit de mer n’est plus ce qu’il était !

Le peuple de la forêt d’Emeraude se meurt

Les derniers indiens de la forêt amazonienne, vivant hors du monde moderne, environ mille indiens vivant encore nus avec une machette et un arc, sont en train d’être assassinés à la fois par les compagnies exploitant le bois, les chercheurs d’or et les narcotrafiquants. C’est l’offensive finale d’un massacre commencé il y a plus de quatre siècles. Ne comptez pas sur le gouvernement du PT brésilien pour les sauver : il est surtout préoccupé de la rentabilité des exploitations et des profits des compagnies qui les assassinent !

Solidarité préfectorale

Le soutien de la France au peuple kurde menacé par l’Etat islamique en Irak et au Levant a été manifesté récemment par son sous-préfet à Marseille. Lors d’une manifestation des Kurdes dans cette ville contre les exactions d’EI, il les a traités comme il le fait tous les jours pour les sans papiers en injuriant et menaçant les manifestants encadrés durement par ses forces de l’ordre : « On vous a trop gâtés. Ça va triper grave ! Le premier qu’on chope, il va en taule, c’est clair ? S’il est pas français, c’est la mort ! » Avait-il oublié, ce malheureux sous-préfet que la France se donnait du mal pour faire croire qu’elle intervenait militairement en Irak justement pour aider les Kurdes se battant contre EI ?

On n’est pas couchés…en camp d’extermination !

Samedi 4 octobre, dans l’émission télévisée « On n’est pas couchés », Eric Zemmour a prétendu réhabiliter et repeindre en rose le régime de Vichy, déclarant notamment que « Pétain a sauvé des Juifs » ! Il y a du négationnisme à la télévision, même dans l’émission de Laurent Ruqier. Il faut dire que la mode style « manif pour tous » remet en selle pas mal de pétainistes…

Pas si timbrée La Poste !

La Poste, cela ne se passe plus « comme une lettre à la poste »… Elle vient de lancer une campagne de pub en faveur de ses produits financiers tout en annonçant que nos envois postaux et nos facteurs seront menacés si elle ne pratique pas une hausse de 11,5% à 15% du tarif des timbres. Mais le plus important désormais pour elle ce sont ses facteurs financiers !

Encore un effet du sous-effectif sur la Santé

Il faut parfois six mois et plus pour obtenir une carte de sécurité sociale en cas de première demande ou de renouvellement, par exemple si on change d’adresse. La cause en est le manque criant d’effectifs. Cela signifie que durant des mois, les personnes ne peuvent pas se soigner ou le font à leurs frais ! C’est scandaleux ! Et l’avenir de la Sécu n’est pas meilleur : le projet de loi de financement de la Sécu prévoit une augmentation de seulement 2% en 2015 alors que, simplement pour maintenir l’existant il faudrait l’augmenter de 4%.

La lutte contre Ebola n’a pas commencé

Alors qu’une étude américaine prétend que la France serait le pays occidental le plus menacé par Ebola avec 75% de chances que le virus s’y implante, le virus continue son œuvre mortifère en Afrique, causant des milliers de morts et détruisant la société sur son passage. L’Etat est lui-même effondré par le virus au point que les Américains ont décidé d’y envoyer des troupes pour assurer la sécurité sous prétexte d’aide médicale. Mais il n’est toujours pas question pour les pays riches et leurs Etats de produire en masse les antiviraux dont ils disposent et qu’ils utilisent aux USA comme en France, comme on l’a vu dans les cas de malades dans ces pays. Il n’est pas question pour les Etats de débourser les sommes importantes qui amèneraient les trusts pharmaceutiques à se décider à produire ces antiviraux en grande quantité. Le prétexte, c’est que les antiviraux n’ont pas encore été testés sur l’homme ! Mais pourquoi alors les avoir administrés aux médecins américains et à l’infirmière française ? Et avec succès pour les trois !

Les 3.000 soldats américains promis en renfort par le président Obama sont arrivés en Afrique mais pas les médicaments ni les antivirus et Obama a confirmé oralement que les USA ne comptaient pas les forunir. Quant aux soldats américains sur place, ils n’auront toutefois "pas de contact direct" avec les patients infectés par le virus, a assuré le porte-parole du Pentagone. Cela n’a donc rien à voir avec une aide humanitaire. C’est une aide sécuritaire parce que les peuples touchés se révoltent de plus en plus contre les autorités qui les laissent mourir enfermés mais ne disposent pas de locaux médicalisés, ni d’équipes médicales, ni de médicaments pour les soigner… Il s’agit donc là aussi de prévenir tout risque d’émeutes et de révoltes et pas d’aide médicale. Un peu comme en Haïti avec l’intervention militaire internationale sous prétexte de tremblement de terre, un pays qui est toujours sous occupation militaire des années après…. Barack Obama a déclaré que les États-Unis n’étaient pas du tout prêts à fournir le sérum anti-ebola, baptisé sérum Zmapp, aux pays touchés par la fièvre hémorragique. « Il est trop tôt pour envoyer le médicament expérimental d’Ebola en Afrique » a-t-il dit. Selon le Chef d’État, les États-Unis préfèrent rester prudents, car ce sérum serait encore « très expérimental », donc pas tout à fait sûre à 100%. Il n’y aura donc pas de livraisons massives d’antivirus à l’Afrique et ce continent est menacé mais aussi le reste du monde…

Maternité d’Orthez menacée

Le drame survenu à la maternité d’Orthez semble tomber à point nommé pour l’ARS qui saute sur l’occasion afin de fermer cette maternité au lieu de se démener pour trouver un autre anesthésiste et s’attaquer au véritable problème qu’elle a connu. En effet, la maternité d’Orthez était rattachée, par décision de la même ARS, au bloc et aux anesthésistes d’une clinique privée. C’est celle-ci qui avait recruté l’anesthésiste. C’est elle qui n’avait pas vérifié la bonne santé de la professionnelle. Bien entendu, les responsables de la clinique privée qui est la responsable de l’anesthésiste ne sont pas désignés du doigt ni inquiétée. La clinique privée n’est pas menacée de fermeture. C’est la maternité publique qui est désignée du doigt par tous les responsables ! L’ARS ne s’est jamais manifestée pour souhaiter que les personnels soient suivis par la médecine du travail ! Elle ne s’est pas non plus manifestée pour dénoncer la manière d’embaucher et de gérer des personnels libéraux par le privé alors qu’ils travaillent dans le service public. Elle ne s’est encore pas manifestée contre la manière de gérer des cliniques en état de faillite et qui sont reprises par des groupes privés, comme c’est le cas de tout l’hôpital d’Orthez et pas seulement de la maternité. Une occasion trouvée pour fermer une maternité de proximité, les ARS ne vont pas en manquer une car c’est l’austérité à tout prix. C’est bien les directions d’ARS qui sont coupables et qu’il faudrait fermer !

Responsabilité et confiance égale austérité et défiance

La FHF veut bénéficier du « pacte de responsabilité » dans les hôpitaux en effectuant des économies sur le dos des 35 heures, des effectifs et des RTT. Alors que la véritable réforme à remettre en cause n’est pas celle des 35 heures, des RTT et que les effectifs sont au contraire catastrophiquement en baisse, FHF et gouvernement refusent de remettre directement en cause la vraie source des problèmes : la T2A. Marisol Touraine a prétendu avec son « pacte de confiance » que « la T2A ne sera plus l’alpha et l’oméga du fonctionnement de l’hôpital » mais elle s’est bien gardée de l’abolir. Quant à la FHF, elle propose tout simplement d’aligner tous les hôpitaux sur un plafond de 15 jours de RTT annuels. C’est ça qu’elle appelle un « pacte de confiance pour l’hôpital » !!!

La T2A ça suffit !

Un des exemples des dérives dues à la T2A est celle des soins aux malades souffrant d’insuffisances rénales. La T2A favorise systématiquement la dialyse contre la greffe alors que l’intérêt des malades irait le plus souvent en sens inverse. En France, seuls 45% des insuffisants rénaux sont greffés contre 70% en Norvège par exemple. La gestion uniquement comptable de l’hôpital, on en a soupé ! Le financement par la T2A conduit à privilégier les malades et les activités rentables financièrement, c’est-à-dire essentiellement les patients ayant des pathologies aiguës relevant de gestes techniques et n’ayant pas de poly-pathologies ni de maladie chronique ou de problèmes sociaux ou psychiatriques. Le rapport Edouard Couty décrivait de multiples dérives causées par la T2A mais le gouvernement n’a pas encore choisi de la mettre au rencart !

Comptes dans le rouge

On recommence à nous annoncer que les hôpitaux sont dans le rouge. Il faut dire que ces calculs ne proviennent pas directement des dépenses et des recettes mais de modes de calculs arbitraires des directions. Il suffit de modifier le mode de calcul pour passer du rouge au vert et inversement. Par exemple, toute comptabilisation supplémentaire des retraites plombe les chiffres, sans que l’hôpital n’aie ni dépensé plus ni embauché plus. Cela suffit cette comédie des comptes en rouge qui sert à nous obliger à travailler sans effectifs et à nous crever au boulot !

Il y a le feu au Chaudron

A la Réunion, la population est exaspérée par la cherté de la vie, la pauvreté des quartiers populaires et le chômage. Il y a une quinzaine de jours, les jeunes du quartier du Chaudron se sont révoltés une nouvelle fois comme en 2009. Il faut dire qu’il y a de quoi : 80% de ces jeunes sont au chômage. On ne leur propose que des contrats très précaires et jamais un vrai travail. Il ne faudra pas s’étonner si cette jeune génération décide de ne pas se laisser faire et de refuser de rester dans la misère alors que la richesse s’étale luxueusement à côté ! Au Chaudron comme ailleurs, le feu va finir par prendre et il faudra que ce soit pour en finir avec la misère et la société d’exploitation qui nous y plonge.

Alertez les bébés !!!

Le gouvernement de droite avait fermé de multiples maternités comme celle de Saint-Antoine. Avec le gouvernement de gauche, de nouvelles maternités sont fermées ou menacées : Orthez, Dourdan, Lilas, Seyne-sur-Mer, Vire, Saintes, Tarbes, Criquebeuf, Royan, Vitry-le-français, etc, etc…

En vertu de décrets passés en 2010, les hôpitaux qui réalisent moins d’un certain seuil d’interventions par an sont menacés de fermeture. Les services de gynécologie ne sont pas les seuls touchés.

Vendredi après-midi, une femme de 35 ans a perdu son nouveau-né en accouchant sur l’autoroute A20, faute de parvenir à temps à la maternité de Brive, en Corrèze. Le Lot, département où elle réside, ne dispose que d’une maternité, située à Cahors, depuis la fermeture en 2009 de celle de Figeac, passée sous le cap des 300 accouchements par an.

Privatisation du ferroviaire : cinquante ans d’attaques menées par la gauche

Dressons la liste :

- Loi d’orientation des transports intérieurs (contrats entre la SNCF et les régions, premier pas vers la libéralisation) mis en place le 30 décembre 1982 sous Mitterrand-Mauroy-Fiterman (PS-PCF).

- La SNCF devient une EPIC le 1er janvier 1983 sous Mitterrand-Mauroy-Fiterman (PS-PCF).

- Directive européenne 91/440 du 29 juillet 1991, votée par la France sous Mitterrand-Rocard-Quilès (PS) pour rendre rentable le secteur ferroviaire, séparer infrastructure et exploitation, ouvrir les réseaux aux autres membres.

- La directive est transposée en droit français en 1995 sous le même gouvernement. Le rapport de la cour des comptes de 2007 relève que la séparation entre gestion de l’infrastructure et de l’exploitation telle qu’elle a été effectuée en 1997 allait au-delà des exigences de l’article 1 de la directive 91-440, qui n’exigeait qu’une séparation comptable. En outre, l’article premier de la directive 91/440 a été abrogé en 2001 par la directive 2001/12/CE.

- Création du RFF le 13 février 1997, sous Chirac-Juppé-Pons mais la création elle-même s’est faite sous Jospin-Gayssot, l’assemble étant passée à gauche, et ils n’ont rien fait pour l’annuler. Un deuxième EPIC ferroviaire a donc vu le jour... sous la gauche. En 1997, la propriété du réseau est transférée à Réseau ferré de France, qui reçoit également la charge de la dette liée à l’infrastructure. La SNCF conserve la mission d’exploiter les services de transport et la partie « commerciale » des gares, et doit acquitter à RFF une redevance (péage) pour l’utilisation des voies et de la partie « ferroviaire » des gares. Par ailleurs, bien que la gestion de la circulation et l’entretien du réseau soient de la compétence de RFF qui est le gestionnaire de l’infrastructure, en pratique c’est la SNCF, gestionnaire délégué de l’infrastructure, qui exécute ces tâches pour le compte de RFF, dans le cadre d’une convention entre les deux ÉPIC.

- Demandes de plusieurs rapports en vue de l’ouverture du service ferroviaire à la concurrence par le gouvernement Ayrault (PS) : rapporteurs Auxiette (PS), Bianco (PS), Grignon (UMP) et Lepaon (CGT). Tous les rapports convergent vers la privatisation...

- Vote de la réforme pour la 4ème paquet ferroviaire sous Hollande – Valls - Cuvilliers (PS).

La gauche nous roule au moins autant que la droite !

Les points noirs, c’est à la direction qu’il faut les chercher

La direction de l’Etablissement Traction de Paris-Est s’est fendue d’un communiqué à propos du « point noir de Noisy » dénoncé dans la presse suite à la visite d’expert dans le cadre de la catastrophe ferroviaire survenue il y a un an à Brétigny. Le directeur de l’Etablissement Traction reprenant les propos du directeur de l’Infrapôle de PE cherche à nous rassurer : « les installations de Noisy-le-Sec ne présentent aucun risque ». D’après les Etablissements Infra du secteur grand Est, « il n’y a pas de risque de sécurité sur l’infrastructure. » En effet, alerté par le procureur, Pepy aurait fait le nécessaire auprès de l’Infra.

Ouf ! Pour la direction tout va dans le meilleur des mondes. Circulez, il n’y a plus rien à voir.

Pas pour nous ! A aucun moment les ADC ou le CHSCT n’ont été alerté de la situation. Pourtant les conducteurs sont parmi les premiers concernés en la matière. Nous cacher de tels éléments c’est mettre en danger la sécurité des circulations et par conséquent la nôtre et celles des voyageurs. C’est inadmissible et contraire à la sécurité. C’est criminel. Et cela l’est d’autant plus que l’état des voies sur la région de Paris-Est est déplorable.

Pour assurer la sécurité, nous ne pourrons compter que sur nous. Certainement pas sur la direction qui, depuis des années, cherche par tous les moyens à réduire les coûts d’entretien des infrastructures. Ce qui ne s’améliorera pas avec la privatisation du rail. Assurer notre sécurité et celle des voyageurs ne pourra se faire qu’en soustrayant la SNCF au diktat de la rentabilité financière.

Nous devrons imposer notre contrôle et celui de la population sur la SNCF pour un service public ne répondant à aucune norme capitaliste.

D’autres points noirs ?

D’autres points noirs ont été relevés un peu partout, à la gare Saint-Lazare, par exemple sur les lignes J et L du transilien, à la gare de Lyon, avec des installations souterraines qui datent de 1937 et des postes d’aiguillage manuels, etc… Sans parler du RER C. Le gros point noir est celui des effectifs et on est très loin du compte puisque les embauches ne suivent pas les besoins… La lettre de la direction est muette sur ces questions… Quant à Guillaume Pepy, il a déclaré : "ce n’est pas parce qu’il y a un problème sur Brétigny qu’il y a ailleurs des problèmes. Le réseau ferré français est sûr". Eh bien quoi ? Vous n’avez qu’à le croire sur parole et il prendra toutes ses responsabilités, en se présentant devant les média de manière avantageuse comme il sait le faire, la prochaine fois qu’il y aura un accident !

2 Messages de forum

  • MDR ou LOL ? 17 octobre 2014 09:03, par alain

    Vous dites que la dette officielle n’est pas la seule dette de l’Etat. Quelle est-elle alors ?

    Répondre à ce message

  • MDR ou LOL ? 17 octobre 2014 09:17, par R.P.

    Détail des dettes de la France :

    Sécu : déficit 16 milliards d’euros
    Sécu plus fonds de solidarité vieillesse : trou de 20 milliards
    Prestations familiales de la Sécu : trou de 3 milliards
    Allocations chômage : trou de 18 milliards de l’Unedic
    Retraites : déficit de 3 milliards de la CNAV
    Hôpitaux : dans le rouge de 26 milliards
    Dette publique de l’Etat français : 1833,8 millions d’euros
    Universités : Angers – 3,3 millions, Nantes – 2,23 millions, etc…
    SNCF : dette de 10 milliards plus les 34 milliards de dettes du RFF
    EDF : dette de 42,5 milliards plus l’endettement d’Areva qui est de 3,5 milliards d’euros
    Déficit budgétaire de l’Etat français : 31 milliards
    Villes et communauté urbaines : trou de 6 milliards pour Nice-ville mais 1,3 milliards d’€ pour Nice-Côte d’Azur, Cannes 315 millions d’€, Paris 3 milliards, Marseille 1,8 milliards, Levallois-Perret 500 millions, Lyon 500 millions, Reims 333 millions et Saint-Étienne 380 millions.

    Etc, etc…

    Et l’une des pires dettes est sans doute celle de la Caisse des Dépôts et Consignation dont on ne connaît pas la somme exacte mais qui a amené sa note à être dégradée par les agences de notation…

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0