English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 5- La formation de la conscience de classe > Politique et morale

Politique et morale

samedi 12 octobre 2013, par Robert Paris

5 Messages de forum

  • Politique et morale 12 octobre 2013 20:38

    « La révolution est elle-même le produit de la société divisée en classes dont elle porte nécessairement les marques. Du point de vue des "vérités éternelles" la révolution est naturellement "immorale". Ce qui nous apprend seulement que la morale idéaliste est contre-révolutionnaire, c’est-à-dire au service des exploiteurs. "Mais la guerre civile, — dira peut-être le philosophe, pris de court — est une pénible exception. En temps de paix, un mouvement socialiste sain doit se passer de mensonge et de violence." Ce n’est que piteuse dérobade. Il n’y a pas de frontières infranchissables entre la pacifique lutte des classes et la révolution. Chaque grève contient en germe tous les éléments de la guerre civile. Les deux partis en présence s’efforcent de se donner mutuellement une idée exagérée de leur degré de résolution et de leurs ressources. Grâce à leur presse, à leurs agents et à leurs mouchards, les capitalistes cherchent à intimider et démoraliser les grévistes. Lorsque la persuasion se révèle inopérante, les piquets de grève sont, de leur côté, réduits à recourir à la force. On voit ainsi que "le mensonge et pire encore" sont inséparables de la lutte des classes dès sa forme embryonnaire. Il reste à ajouter que les notions de vérité et de mensonge sont nées des contradictions sociales. »

    Léon Trotsky, Leur morale et la nôtre

    Répondre à ce message

  • Politique et morale 12 octobre 2013 20:42

    « Il ne manque pas, parmi les libéraux et les radicaux, de gens ayant assimilé les méthodes matérialistes de l’interprétation des événements et qui se considèrent comme marxistes, ce qui ne les empêche pas de demeurer des journalistes, des professeurs ou des hommes politiques bourgeois. Le bolchevik ne se conçoit pas, cela va sans dire, sans méthode matérialiste, en morale comme ailleurs. Mais cette méthode ne lui sert pas seulement à interpréter les événements, elle lui sert aussi à former le parti révolutionnaire du prolétariat, tâche qui ne peut être accomplie que dans une indépendance complète à l’égard de la bourgeoisie et de sa morale. »

    Trotsky, Leur morale et la nôtre

    Répondre à ce message

  • Politique et morale 16 avril 2015 07:28, par Robert Paris

    « La morale, c’est « l’impuissance mise en action ». »

    Marx, « La Sainte Famille »

    « C’est pourquoi nous repoussons toute prétention de nous imposer quelque dogmatisme moral que ce soit comme loi éthique éternelle, définitive, désormais immuable, sous le prétexte que le monde moral a lui aussi ses principes permanents qui sont au-dessus de l’histoire et des différences nationales. Nous affirmons, au contraire, que toute théorie morale du passé est, en dernière analyse, le produit de la situation économique de la société de son temps. Et de même que la société a évolué jusqu’ici dans des oppositions de classes, la morale a été constamment une morale de classe ; ou bien elle justifiait la domination et les intérêts de la classe dominante, ou bien elle représentait, dès que la classe opprimée devenait assez puissante, la révolte contre cette domination et les intérêts d’avenir des opprimés. »

    Engels, « Anti-Dühring »

    Répondre à ce message

  • Politique et morale 16 avril 2015 09:27, par R.P.

    La morale d’Aristote ? Un choix de classe !

    « Il est évident qu’il y a par nature des gens qui sont libres, d’autres qui sont esclaves et que, pour ces derniers, demeurer dans l’esclavage est à la fois bienfaisant et juste. »

    (Aristote, "Politique")

    Certains philosophes ne voient la politique que comme une morale :

    « La politique, espèce de morale d’un genre particulier et supérieur, à laquelle les principes de la morale ordinaire ne peuvent quelquefois s’accommoder qu’avec beaucoup de finesse. »

    Jean le Rond d’Alembert - 1717-1783 - Discours préliminaire à l’"Encyclopédie"

    Certains philosophes n’emploient la morale que comme remplacement de la religion :

    « Dieu n’est pas une substance extérieure mais une relation morale en nous. »

    Emmanuel Kant

    Mais la morale n’est pas indépendante des choix de société qui correspondent au mode de production et aux relations de classe :

    « En pays cannibale, le cannibalisme est moral. »

    Samuel Butler

    Répondre à ce message

  • Politique et morale 22 avril 2015 08:01

    Il y avait des politiciens en 2009 qui parlaient de « moraliser le capitalisme », et chacun d’essayer de comprendre ce que voulait dire véritablement cette phrase un peu étrange. Comme si le système capitaliste était pourvu d’une « morale ».

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0