English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 5- La formation de la conscience de classe > L’opportunisme dans les groupes révolutionnaires

L’opportunisme dans les groupes révolutionnaires

mardi 11 décembre 2012, par Robert Paris

L’opportunisme n’est pas une volonté individuelle mais une tendance sociale et politique liée à des intérêts de classe. C’est une adaptation progressive aux normes de la société capitaliste pour des courants qui la rejetaient initialement.

Ce qui caractérise l’opportunisme dans un parti politique au départ révolutionnaire, c’est que le but de son intervention n’est plus d’élever le niveau de conscience des prolétaires au niveau des enjeux de la lutte des classes mais de parvenir, lui, à des succès de son organisation en fonction des possibilités de l’heure. Il ne travaille pas réellement pour l’avenir du prolétariat, et partant de la société humaine, mais prétend que le renforcement présent du groupe politique est synonyme d’avenir, ce qui est très différent...

L’opportunisme n’a aucune vision précise du cours historique qui mène à la révolution et pour lui la révolution et l’instauration du communisme ne sont qu’un but lointain irréel, une parole, un idéal sans lien avec le présent. Un jour viendra, c’est tout. Rien dans la situation du moment ne lui semble être relié à la révolution future à part l’importance de son organisation politique....

L’opportunisme ne part pas de la réalité de la situation de la classe dirigeante et de ses possibilités économiques, sociales, politiques pour en tirer les perspectives prolétariennes. Il part de ce qu’il estime le niveau possible des luttes actuelles et de son estimation du niveau de conscience pour établir son discours et ses propositions.

L’opportunisme dénonce de manière virulente les classes dirigeantes mais c’est pour présenter ce qui devrait se passer « normalement » dans la société. Dans quelle société, on ne sait pas. Ce n’est pas normal que le patron licencie, il n’y était pas contraint, il a de l’argent, il peut répartir le travail, il n’a qu’à négocier. Le révolutionnaire, lui, explique que les classes dirigeantes et l’Etat à leur service ne peuvent pas agir autrement en fonction de leurs intérêts de classe, que les autres institutions y compris la direction des syndicats ne feront pas autre chose et que c’est aux masses de décider si elles cessent d’accepter…

L’opportunisme mène à la trahison des intérêts de classe du prolétariat mais pas nécessairement par des organisations qui aient fait clairement un tel choix ni qui calculent nullement de se vendre à classe dirigeante. C’est beaucoup plus une dérive qui les mène d’un soi disant pragmatisme à des compromis et d’un discours constructif avec des propositions réalistes à des négociations avec l’adversaire de classe, en tant compte du rapport de forces réel, du niveau de conscience et de mobilisation des gens. Ils deviennent alors des défenseurs de l’accord trouvé qui, malheureusement, consiste à défendre aussi l’ordre établi…

On reconnait l’opportunisme politique au double discours, socialiste à l’intérieur et réaliste à l’extérieur.

Les deux domaines principaux où s’exerce l’opportunisme sont les élections bourgeoises et les syndicats. Les sectaires se refusent à toute participation dans ces deux domaines. Les opportunistes s’y vautrent et y mènent l’essentiel de leur activité. Pour ces derniers, les luttes, c’est forcément les syndicats et l’intervention politique, c’est forcément les élections...

L’opportunisme ne vient pas de dirigeants politiques révolutionnaires qui annoncent à l’avance qu’ils comptent changer de politique. Il est bien plus retors. Il n’est nullement nécessaire que ces dirigeants aient eux-mêmes planifié de changer à ce point. L’opportunisme part de préoccupations qui s’éloignent de la volonté de représenter le prolétariat révolutionnaire en prétendant représenter le prolétariat et les masses populaires actuelles. Il cherche au sein de ces masses populaires des milieux qui peuvent l’écouter dans la situation présente et où il peut trouver soutien, votes et militants : syndicalistes, jeunes petits bourgeois, enseignants,... Et il calque son discours sur ce que ce milieu est capable d’accepter.. Il garde une allure radicale mais le contenu social et politique dérive discrètement...

Certains pensent que c’est une petite adaptation à la situation, sans danger puisque, dès que la période viendra aux vrais affrontements, l’organisation retrouvera ses véritables perspectives. C’est faux. C’est en période de crise économique, sociale et politique de grande ampleur que l’opportunisme joue le rôle le pire. Il peut effectivement donner l’illusion de redevenir révolutionnaire mais il mène alors les révolutions à l’abattoir. Voir l’exemple de la social-démocratie.


« L’oubli des grands points théoriques fondamentaux pour les intérêts immédiats et passagers, la lutte et la course aux succès momentanés sans se soucier des conséquences ultérieures, le sacrifice de l’avenir du mouvement au présent du mouvement - tout cela a peut-être des mobiles « honnêtes » mais cela est et reste de l’opportunisme. Or l’opportunisme « honnête » est peut-être le plus dangereux de tous. » (Engels, Critique du projet de programme social-démocrate d’Erfurt de 1891 .)

Lire la suite

« L’opportunisme ne comprend pas cela. On prendra peut‑être pour un paradoxe l’affirmation qui consisterait à dire que ce qui caractérise l’opportunisme, c’est qu’il ne sait pas attendre. Et c’est pourtant cela. (...) L’opportunisme veut tenir compte d’une situation, de conditions sociales qui ne sont pas encore arrivées à maturité. (...) L’opportunisme ne sait pas attendre. Et c’est pourquoi les grands événements lui paraissent toujours inattendus. Les grands événements le surprennent, lui font perdre pied, l’emportent comme un copeau dans leur tourbillon et il va donner de la tête tantôt sur un rivage, tantôt sur un autre... Il essaie de résister, mais en vain. Alors, il se soumet, il fait semblant d’être satisfait, il remue les bras pour avoir l’air de nager et il crie plus fort que tout le monde... Et quand l’ouragan est passé. il remonte en grimpant sur le rivage, il s’ébroue d’un air dégoûté, il se plaint d’avoir mal à la tête, d’être courbaturé, et, dans le malaise de l’ivresse qui le tourmente encore, il n’épargne pas les mots cruels à l’adresse des “songe-creux” de la révolution... »

Lire ici la suite de ce texte

L’opportunisme dans la social-démocratie est ainsi décrit par Trotsky :

« La social-démocratie allemande n’est pas un accident ;elle n’est pas tombée du ciel, elle est le produit des efforts de la classe ouvrière allemande au cours de décennies de construction ininterrompue et d’adaptation aux conditions qui dominaient sous le régime des capitalistes et des junkers. Le parti et les syndicats qui lui étaient rattachés attirèrent les éléments les plus marquants et les plus énergiques du milieu prolétarien, qui y reçurent leur formation politique et psychologique. Lorsque la guerre éclata, et que vint l’heure de la plus grande épreuve historique, il se révéla que l’organisation officielle de la classe ouvrière agissait et réagissait non pas comme organisation de combat du prolétariat contre l’État bourgeois, mais comme organe auxiliaire de l’État bourgeois destiné à discipliner le prolétariat. La classe ouvrière, ayant à supporter non seulement tout le poids du militarisme capitaliste, mais encore celui de l’appareil de son propre parti, fut paralysée. Certes, les souffrances de la guerre, ses victoires, ses défaites, mirent fin à la paralysie de la classe ouvrière, la libérant de la discipline odieuse du parti officiel. Celui-ci se scinda en deux. Mais le prolétariat allemand resta sans organisation révolutionnaire de combat. L’histoire, une fois de plus, manifesta une de ses contradictions dialectiques : ce fut précisément parce que la classe ouvrière allemande avait dépensé la plus grande partie de son énergie dans la période précédente pour édifier une organisation se suffisant à elle-même, occupant la première place dans la IIe Internationale, aussi bien comme parti que comme appareil syndical — ce fut précisément pour cela que, lorsque s’ouvrit une nouvelle période, une période de transition vers la lutte révolutionnaire ouverte pour le pouvoir, la classe ouvrière se trouva absolument sans défense sur le plan de l’organisation. »

La prétention à transformer les révolutionnaires en réformistes

Où mène l’opportunisme - l’exemple de 1936

L’opportunisme en théorie et en pratique

L’opportunisme et l’avilissement du marxisme

L’opportunisme et la trahison de la social-démocratie

L’exemple de Jaurès

Contre le sectarisme et l’opportunisme

Où est l’opportunisme et où il n’est pas

Opportunisme et questions d’organisation

Le stalinisme dans la révolution chinoise, un exemple d’opportunisme criminel

Le stalinisme dans la révolution allemande, un exemple d’opportunisme tout aussi criminel

Dans l’extrême gauche, on a souvent affaire à une déformation appelée centrisme

Et aujourd’hui ?

Discussion actuelle sur opportunisme et sectarisme dans la question du parti

Discussion actuelle sur opportunisme et sectarisme dans la question des syndicats

1 Message

  • L’opportunisme dans les groupes révolutionnaires 3 février 2015 15:36, par R.P.

    « L’opportunisme commence à se propager dans une grande partie de la presse social-démocrate. Dans la crainte d’un renouvellement de la loi contre les socialistes ou se souvenant de certaines opinions émises prématurément du temps où cette loi était en vigueur, on veut maintenant que le Parti reconnaisse l’ordre légal actuel en Allemagne comme pouvant suffire à faire réaliser toutes ses revendications par la voie pacifique. On fait accroire à soi-même et au Parti que « la société actuelle en se développant passe peu à peu au socialisme », sans se demander si par là elle n’est pas obligée de sortir de sa vieille constitution sociale, de faire sauter cette vieille enveloppe avec autant de violence que l’écrevisse crevant la sienne ; comme si, en Allemagne, elle n’avait pas en outre à rompre les entraves de l’ordre politique encore à demi absolutiste et, par-dessus encore, indiciblement embrouillé. On peut concevoir que la vieille société pourra évoluer pacifiquement vers la nouvelle dans les pays où la représentation populaire concentre en elle tout le pouvoir, où, selon la constitution, on peut faire ce qu’on veut, du moment qu’on a derrière soi la majorité de la nation ; dans des républiques démocratiques comme la France et l’Amérique, dans des monarchies comme l’Angleterre, où le rachat imminent de la dynastie est débattu tous les jours dans la presse, et où cette dynastie est impuissante contre la volonté du peuple. Mais en Allemagne, où le gouvernement est presque tout-puissant, où le Reichstag et les autres corps représentatifs sont sans pouvoir effectif, proclamer de telles choses en Allemagne, et encore sans nécessité, c’est enlever sa feuille de vigne à l’absolutisme et en couvrir la nudité par son propre corps.

    Une pareille politique ne peut, à la longue, qu’entraîner le Parti dans une voie fausse. On met au premier plan des questions politiques générales, abstraites, et l’on cache par là les questions concrètes les plus pressantes, qui, aux premiers événements importants, à la première crise politique, viennent d’elles-mêmes s’inscrire à l’ordre du jour. Que peut-il en résulter, sinon ceci que, tout à coup, au moment décisif, le Parti sera pris au dépourvu et que sur les points décisifs, il régnera la confusion et l’absence d’unité, parce que ces questions n’auront jamais été discutées ? Allons-nous revoir ce qui est arrivé en son temps pour la question des droits de douane, que l’on déclara alors ne concerner que la bourgeoisie et ne pas toucher le moins du monde les travailleurs, et dans laquelle par conséquent, chacun pouvait voter comme il voulait, tandis qu’aujourd’hui plus d’un tombe dans l’extrême opposé...

    Cet oubli des grandes considérations essentielles devant les intérêts passagers du jour, cette course aux succès éphémères et la lutte qui se livre tout autour, sans se préoccuper des conséquences ultérieures, cet abandon de l’avenir du mouvement que l’on sacrifie au présent, tout cela a peut-être des mobiles honnêtes. Mais cela est et reste de l’opportunisme. Or, l’opportunisme « honnête » est peut-être le plus dangereux de tous. Quels sont maintenant ces points délicats, mais essentiels ? »

    Friedrich Engels dans « Critique du projet de programme social-démocrate de 1891 »

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0