English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > Résultat du calendrier

Contribution au débat sur la philosophie dialectique du mode de formation et de transformation de la matière, de la vie, de l’homme et de la société Ce site est complémentaire de http://www.matierevolution.org/

  • Que devient l’économie immédiatement après la prise du pouvoir par les collectivités de travailleurs ? L’expérience de la révolution prolétarienne en Espagne

    29 juin 2015, par Robert Paris
    Le principal élément de la conscience de classe n’est pas celui de la défense des intérêts des travailleurs dans le monde capitaliste, contrairement à ce qu’affirment souvent réformistes et opportunistes, mais la confiance en la capacité des travailleurs de faire fonctionner une économie sur des bases nouvelles, débarrassées de la propriété privée des moyens de production et de la recherche effrénée du profit capitaliste fondé sur le vol de la plus-value des prolétaires, cette classe de travailleurs auxquels (...)

  • La révolutionnaire prolétarienne Simone Weil

    20 juin 2015, par Robert Paris
    Précision : nous ne soutenons pas nombre des prises de position politiques de Simone Weil et admettons que son personnage a été très divers et changeant. Cependant, nous estimons que cette figure mérite l’intérêt et souhaitons diffuser ce portrait par un de ses camarades de combat. Cela donne une bonne idée de son courage et, du coup, de la difficulté d’y voir clair politiquement dans cette période noire de l’épanouissement du stalinisme, de l’impossibilité de s’orienter avec de simples critères moraux (...)

  • Abolir la propriété privée des moyens de production et des capitaux ou la laisser détruire l’humanité, il faut choisir !

    18 juin 2015, par Robert Paris
    Jean Jaurès dans un discours à l’Assemblée : « Il y a une constatation de fait, c’est que le système capitaliste, le système de la propriété privée des moyens de production, divise les hommes en deux catégories, divise les intérêts en deux vastes groupes, nécessairement et violemment opposés. Il y a, d’un côté, ceux qui détiennent les moyens de production et qui peuvent ainsi faire la loi aux autres, mais il y a de l’autre côté ceux qui, n’ayant, ne possédant que leur force-travail et ne pouvant l’utiliser (...)

  • Des comités de travailleurs et du parti révolutionnaire dans la révolution

    12 juin 2015, par Robert Paris
    Juillet 1920 Le mouvement syndical, les comités de fabrique et d’usines « N’englobant que les ouvriers spécialisés les mieux rétribués par les patrons, n’agissant que dans des limites corporatives très étroites, enchaînés par un appareil bureaucratique, complètement étranger aux masses trompées par leurs leaders opportunistes, les syndicats ont non seulement trahi la cause de la Révolution sociale, mais aussi celle de la lutte pour l’amélioration des conditions de la vie des ouvriers qu’ils avaient (...)

  • Blanqui, le révolutionnaire, le communiste, l’organisateur prolétarien, le penseur, le visionnaire

    8 juin 2015, par Robert Paris
    « Oui, Messieurs, c’est la guerre entre les riches et les pauvres : les riches l’ont voulu ainsi ; ils sont en effet les agresseurs. Seulement ils considèrent comme une action néfaste le fait que les pauvres opposent une résistance. Ils diraient volontiers, en parlant du peuple : cet animal est si féroce qu’il se défend quand il est attaqué ! » « Les armes et l’organisation, voilà l’élément décisif de progrès, le moyen sérieux d’en finir avec la misère. Qui a du fer a du pain. » « Les instruments ni les (...)

  • La classe capitaliste, vue par…

    3 juin 2015, par Robert Paris
    La classe capitaliste, vue par… Par le portrait au travers des âges Par citations Adam Smith, 1776 « Dans la fabrique d’épingles (la sienne), chaque ouvrier faisant un dixième de ce produit fabrique l’équivalent de 1800 épingles dans la journée. S’ils avaient travaillé indépendamment (…) chacun d’eux assurément n’eût pas fait vingt épingles. » Balzac, dans « Eugénie Grandet », 1833 « Les avares ne croient point à une vie à venir, le présent est tout pour eux. Cette réflexion jette une horrible clarté sur (...)

  • Que penser des intellectuels staliniens ?

    27 mai 2015, par Robert Paris
    Marx expliquait que la révolution communiste était l’alliance du mouvement des masses et des idées révolutionnaires. Aux antipodes de Marx, le stalinisme, lui, est l’alliance de la bureaucratie contre-révolutionnaire et de l’opportunisme du plumitif arriviste. Le stalinien Aragon recevant le prix de Staline, ironiquement appelé "le prix Lénine pour la paix"... Romain Rolland et Staline Picasso, Romain Rolland et Thorez Picasso et Staline Cachin, Aragon, Thorez, Eluard et (...)

  • Qu’est-ce que le front populaire ?

    22 mai 2015, par Robert Paris
    Qu’est-ce que le front populaire ? La France de 1936, vue par Trotsky Le front populaire contre la révolution ouvrière en 1936 en France Le front populaire en France, analysé par Léon Trotsky Où a mené le front populaire ? Les comités ouvriers face au gouvernement bourgeois de front populaire Le front populaire en France, raconté par Léon Blum Le front populaire en France, vu par Maurice Thorez Quand Maurice Thorez lançait le front populaire La thèse du front populaire antifasciste par (...)

  • Qu’est-ce que la révolution ?

    19 mai 2015, par Robert Paris
    La révolution et le prolétariat La révolution est une épreuve de force ouverte entre les forces sociales en lutte pour le pouvoir. L’Etat n’est pas une fin en soi. C’est seulement une machine entre les mains des forces sociales dominantes. Comme toute machine, il a ses mécanismes : un mécanisme moteur, un mécanisme de transmission et un mécanisme d’exécution. La force motrice de l’Etat est l’intérêt de classe ; son mécanisme moteur, c’est l’agitation, la presse, la propagande par l’Eglise et par l’École, (...)

  • Quelques lettres de Trotsky

    15 mai 2015, par Robert Paris
    Résolution du Comité Exécutif du Soviet concernant la lutte contre les lockouts, écrite par Trotsky - 14 novembre 1905 Citoyens ! Plus de cent mille ouvriers sont jetés à la rue à Petersbourg et dans d’autres villes. Le gouvernement au service de l’autocratie a déclaré la guerre au prolétariat révolutionnaire. La bourgeoisie réactionnaire s’est unie à l’autocratie. Elle a l’intention de contraindre les ouvriers au moyen de la faim à demander grâce. Son objectif est de désorganiser la lutte pour la (...)

... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ...


SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0